Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Retrouvons notre maison ! Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Auteur Message
Meccaya Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 26 Juin 2014 - 11:33 Répondre en citantRevenir en haut

Printemps 918 - Gaïaku


Autour de lui, les troncs des arbres s'élançaient vers une voûte de nuances de verts qui projetaient une ombre mouvante sur l'humus. Iel scrutait le sol. Dans les romans, suivre une piste paraissait toujours relativement aisé. Trouver des traces, des indices... Dans les faits, il était peu commode de suivre des traces de sabots sur un sol composé de fagots et d'amoncellement de feuilles mortes. Il y avait bien de l'herbe, ici et là, mais elle paraissait être vierge de tout piétinement. Meccaya suivait donc la route qu'iel supposait être celle empruntée par Nechama. S'iel avait pu le garder dans son champs de vision au début, iel s'était laissé distancer au premier trot des chevaux, sa faible condition physique ne lui permettant pas de maintenir le même rythme. Iel savait que Nechama était parti par là... Mais pour combien de temps ? Où avait-il tourné ?

Iel songea à l'avertissement d'Aaron. "Sois de retour à l'heure". Oui, iel serait à l'heure, bien sûr. Iel était toujours à l'heure. Depuis que ses parents lui avaient fait un compliment sur sa ponctualité, iel la soignait. Sacré Aaron, il s'inquiétait pour un rien ! Mais cette inquiétude touchait mon androgyne. Elle était une marque d'affection, une preuve que quelqu'un tenait à lui.
Il fallait faire demi-tour. Pour être à l'heure. Tant pis pour Nechama, iel le retrouverait une autre fois. Quel dommage que Meccaya n'ait pu entendre ce que lui et ses confrères s'étaient dit ! Iel n'aurait pas eu besoin de courir après son cousin, iel aurait su ce qu'il y avait à savoir, et iel aurait su que revenir sur ses pas pouvait lui permettre de trouver Nechama à l'heure du rendez-vous. Iel avait eu du mal à distinguer les visages de ceux qui accompagnaient l'ondin, mais il lui semblait ne pas les connaitre. Ils semblaient ne rien avoir en commun...

Meccaya marqua une pause, le temps de regarder autour de lui. Des arbres, encore des arbres. Quelques buissons et ronces. Puis des arbres. Et ce sol, qui formait une pente assez douce. Iel se souvenait être passé au-dessus d'un petit cour d'eau. Pas signe d'humains, ici, et l'oreille peu entrainée de Meccaya ne distinguait pas de signe de vie animale (quelle erreur !). Enfin iel se décida à faire demi-tour, un peu piteux de rentrer ainsi bredouille. Iel ignorait combien de temps iel avait ainsi marché, donc combien de temps il lui faudrait continuer. Avec quelque coups d'oeil fréquents autour de lui, iel repéra deux-trois plantes sympathiques.
Peut-être suivait-iel cette route depuis une bonne demi-heure lorsqu'iel arriva près du cour d'eau. Alors, un bruit lui parvint. D'abord, Meccaya fut ravi: ah ! C'était forcément Nechama, ou un de ses compères ! Un coup d'oeil derrière lui déçut ses espoirs. Non, les Hommes qui arrivaient étaient à pied, et ne ressemblaient pas du tout à ce qu'iel avait vu. Iel s'apprêtait à n'y point prêter d'attention, mais le son de la voix de ces personnes le fit réagir. Ils parlaient fort, ils parlaient de... Par les dieux, des bandits ! Plus vif qu'iel ne l'avait jamais été, Meccaya bondit entre deux buissons et s'y recroquevilla. Les branches le piquaient de toutes parts, iel était sans doute dans la position la moins confortable du monde. Iel tendit l'oreille. Iel n'eut pas à le faire longtemps: les bruits se rapprochaient. C'était un bon groupe, dont l'équipement indiquait qu'ils avaient trouvé leur bonheur dans les villages environnants: assez sophistiqué et adapté à leurs besoins, il s'ornait de trophées divers et variés. Meccaya avait vu des métayers moins bien vêtus que ces bandits. Armés, robustes, ils devisaient gaiement. L'une d'entre eux évoqua le village qu'ils venaient de traverser, médisant sur la qualité de vie de ses habitants. Comme le ciel était désormais bien rouge, ils décidèrent de s'arrêter... Là. Meccaya, déjà malmené par l'angoisse, eut bien de la peine à déglutir. Ils restaient là ? Mais... Non ! Il fallait qu'iel sorte de là ! Qu'iel rentre à sa maison ! Sa mère l'attendait, son frère l'attendait, son père l'attendait, et Nechama l'attendrait peut-être ! Iel ne pouvait rester là ! Et surtout, iel ne pouvait rester là toute la nuit ! Non pas que leur compagnie fut mauvaise, mais Meccaya craignait qu'un enfant issu de bonne famille tel que lui ne trouve pas bon accueil auprès d'eux, et que l'excuse "je dois aller manger" ne lui permette pas de leur fausser compagnie aussi simplement.

La nuit tombait vite. Iel le sentait: les ombres s'épaississaient et, entre ses buissons, iel commençait à sentir la fraicheur de l'air. Dire qu'à une dizaine de mètres, les bandits avaient fait un bon feu ! Et... N'était-ce point une odeur de viande ? Non... Peut-être des légumes. Non. Les deux. Iel avait faim, désormais, et priait les dieux que son ventre ne se fasse pas entendre. Il lui fallait partir, ou cette histoire s'achèverait de façon tragique, et fort peu à son avantage. Ses muscles le lançaient, à force de ne point bouger. Iel avait la chair de poule et frissonnait régulièrement. Son ventre lui faisait une impression bizarre, et iel peinait à aligner ses pensées tant l'inquiétude les brouillait. C'est-à-dire que le bandit le plus proche de lui avait une hache au moins aussi longue qu'un demi-Meccaya. Rien de bien engageant. Et le savon que ses parents allaient lui passer n'était pas plus engageant. Il fallait bouger. Oui, mais comment ?

Le salut de mon androgyne vint après un moment qui lui parut trop long. Une histoire de chope renversée, ou quelque chose dans le même goût. En tout cas cela déclencha une altercation assez violente, qui se répandit comme une trainée de poudre, et bientôt les esprits n'étaient plus qu'à cette histoire. Meccaya y vit une opportunité. Lentement, en tachant de ne pas faire craquer l'humus sous ses pas, il se mut hors de sa cachette et, accroupi, s'avança dans les ombres, dans la direction opposée aux bandits. Par plusieurs fois iel se prit les pieds dans... quelque chose. Iel manqua de pousser un petit cri et tomber, mais la peur au ventre, ses réflexes devenaient corrects. Iel se contentait de trébucher. C'était trop bruyant à son goût et, à chaque fois, iel se figeait, vérifiait qu'iel n'était pas suivi. Son petit manège lui demanda un moment avant que le feu des bandits ne soit qu'une petite lumière derrière lui, et leurs voix des murmures.
À ce moment-là, iel se redressa, et partit en courant, enfin, persuadé d'avoir mis assez de distance entre eux et lui. Son endurance et son amour de la course à pieds étant ce qu'ils étaient, iel s'arrêta un peu plus loin, l'esprit plus serein, mais toujours hanté par la peur de la réaction familiale. Où était-iel ? Iel retrouverait son chemin un jour ou l'autre, pour sûr, l'Undòmë n'était pas infinie. Mais iel aurait préféré retrouver son chemin le plus tôt possible. Le nord était sans doute par là... Mais qui lui disait qu'iel était toujours sur le bon chemin ? Normalement, c'était le cas. Iel n'avait plus rien à perdre. Iel avança tout droit.

Un craquement, derrière lui. Iel était suivi. Par les dieux ! Son angoisse remonta d'un seul coup, son coeur battait à toute allure, alors qu'iel s'enfuyait, preste comme le lièvre suivit des chiens, entre les arbres. Ici, le couvert qu'ils apportaient rendait le monde totalement noir, et Meccaya chuta plusieurs fois, reçut un arbre dans la figure malgré ses précautions, pesta, jura, se prit les pieds dans des ronces, des trous. Il lui semblait faire un vacarme monstre, avec sa course précipitée et le bruit de sa respiration. Iel s'arrêta peu après, quand ses jambes ne le tinrent plus, pour s'abriter derrière un buisson et taire enfin son souffle. Désormais, plus d'autre bruit que ceux qu'iel émettait.
Épuisé, lessivé, iel hésita à dormir sur place. Mais l'ombre autour de lui l'oppressait. Pas en sécurité. Iel se leva et avança à nouveau, attentif au monde qui l'entourait. Trop attentif pour garder l'esprit calme.
Mais vers la fin de la nuit, enfin, une opportunité se présenta. C'était ce qui ressemblait à un ancien lieu de campement. Un endroit où le feu semblait avoir brûlé, avec quelques troncs pour faire des sièges, près de quelques cailloux un peu verticaux. Iel s'installa, tout recroquevillé sur lui-même, contre un de ces cailloux. Désormais, iel s'agissait d'imaginer que rien ne pouvait lui arriver, sans quoi le sommeil ne viendrait pas. Et iel ne se sentait pas capable de passer sa nuit à marcher. D'autant plus que ce serait sans doute contre-productif.

La fatigue mit du temps à prendre le pas sur la peur, et à l'emporter. Lorsque le soleil montra ses rayons, iel lui semblait n'avoir pas dormi, ses membres étaient encore douloureux de fatigue. Iel était juste plus apaisé, un peu plus engourdi. Iel ne se leva pas tout de suite, s'accordant encore un petit moment de répit, avant de reprendre sa route.
Ses idées étaient plus claires, désormais. Néanmoins, cela ne l'aidait pas à savoir où iel se trouvait. S'iel avait taché de suivre un chemin qui, en théorie, le ramenait au village dans lequel sa famille logeait, Meccaya n'avait aucune idée de l'endroit où iel était actuellement. Iel n'était pas passé par là à l'aller. Cette fois-ci, c'était sûr: Mère allait l'incendier.

En début d'après-midi, la faim le tiraillait depuis un moment. La soif aussi. Sa bouche lui semblait sèche, pâteuse, et son ventre grondait. Quand enfin iel vit un cour d'eau, son coeur ne se sentit que de joie. Iel but, et s'attacha à suivre l'eau, se donnant une chance sur deux de revenir au point qu'iel reconnaitrait. Le chemin ne lui offrit rien de comestible à manger.
Iel sut qu'iel avait échoué dans son choix de direction lorsque les arbres se raréfièrent et que, devant lui, s'ouvrait la mer. Iel n'était définitivement pas au bon endroit. Néanmoins, iel savait que la côte d'Undòmë regorgeaient de villes diverses et variées, dans lesquelles iel trouverait sans doute quelqu'un pour le conduire à nouveau au village de Nechama. Peut-être valait-il mieux suivre la côte. Dans tous les cas, Meccaya n'avait pas envie de faire le chemin inverse, qui avait été assez long à son goût.
Iel longeait donc la mer, de loin. Visible de tous, seul être humain à faire ce chemin. D'un pas efficace, malgré ses jambes fourbues. La rencontre nocturne avec un arbre lui avait laissée une bosse, fort heureusement cachée sous ses cheveux. Ses habits avaient bien choisi leur couleur: sombres, ils masquaient mieux la crasse qu'iel avait récupéré que s'ils avaient été blancs. Sa sacoche, en bandoulière, battait son flanc. Son regard était lointain, iel attendait qu'un village paraisse à l'horizon. Sa fatigue était tant physique que psychologique. Iel ne se sentait plus le coeur à avoir peur, iel n'avait plus d'énergie pour cela. Mieux valait s'économiser, la route était sans doute longue.
Publicité





MessagePosté le: Jeu 26 Juin 2014 - 11:33 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 30 Juin 2014 - 17:28 Répondre en citantRevenir en haut


Dara d'Amberle
Liée à la Dorée Nyssath



Ils étaient finalement sur le départ. Dara était d'ailleurs un peu perdue dans sa tête. Elle qui ne voulait pas prendre d'Aspirant initialement, se retrouvait maintenant avec deux jeunes hommes à charge pour les préparer au lien avec un dragon. Pour la plus grande joie de la Dorée qui voyait déjà de jeunes dragonneaux avoir la chance de connaitre la vie hors de leur coquilles de nacre.

La jeune femme se tourna vers Nechama et Guilitane, lesquels ne discutaient pas beaucoup. Bon, il était sur qu'aussi intelligents soient les deux garçons, leur apprentissage ne se concentrerait pas sur les mêmes points. Cependant, ils se rejoignaient sur un trait de caractère : ils semblaient aussi solitaire et taciturne l'un que l'autre, ce qu'elle trouvait plutôt amusant finalement.

Allons y les garçons ! Nyssath nous attend sur la plage, ce sera plus aisé pour décoller.

Elle fit volte face et parcouru le kilomètre qui les séparait de la côte d'un bon pas, aussitôt suivie par ses deux Aspirants dont l'excitation -la peur ?- de monter à dos de dragon leur donnait assez d'énergie pour faire des dizaines de kilomètres pourvu que la récompense soit à la hauteur. Et elle serait même mieux que ce qu'ils imaginaient.
La Neishaane avançait le coeur léger, un sourir aux lèvres. L'idée de passer du temps sur le dos de sa Liée à voler ne manquait jamais de la mettre de bonne humeur, comme tout Chevalier ou Maitre Dragon qui se respecte.

Avez vous une préférence de place pour le vol ?

En effet, si Nyssath était bien assez forte pour les porter tous les trois jusqu'à Tol Orëa, il leur faudrait cependant équilibrer le poids, et si elle pouvait voler sans attaches, ce n'était pas le cas de ses deux novices. Elle se mettrait donc entre eux deux.
Une réponse sembla venir mais la jeune femme ne l'entendit pas. A la place, c'est la voix de la Reine qui résonna dans sa tête.

°Dara...°

La Maitresse Céleste ouvrit grand les yeux et manqua de trébucher sous le ton employé par la Dorée, puis grimaça alors que ses pieds bottés touchaient le sable.

°Ne me dis pas que ...°

°Si. Un doué. Et il est mal en point.°

Fait rare, Dara jura. Non mais n'avait-on jamais vu ça ?! Trois doués, en deux jours, dans un rayon de 10 km ?! Se retournant vers les deux jeunes hommes qui se stoppèrent à leur tour, attentif.

Hum. Il semblerait que vous ayez tous décidé de vous retrouver au même endroit cette semaine...

Se massant l'arrête du nez, la neishaane prit sa décision relativement vite. S'il ne lui était pas possible de prendre trois aspirants, il était hors de question de laisser un doué, mal en point qui plus est, ne pas avoir la possibilité de venir sortir un dragonneau de sa prison d'oeuf.
Après un soupir, elle s'adressa à sa Liée.

°On va le chercher. On le met au courant, on attend sa décision, puis tu files sur Tol Orëa chercher un Maitre pour ce jeune homme. Pendant ce temps je resterai sur la côte avec ces jeunes gens en attendant ton retour.°

Elle sentit le désaccord de la Reine, mécontente de la laisser seule sur ce continent, mais l'idée d'un dragonneau perdu suffit à faire pencher la balance.

°Bien ma Liée. Allons faire basculer le destin de ce Doué.°

La tournure fit sourire la Maitresse Céleste qui expliqua la situation à Nechama et Guilitane avant de leur demander de rester à l'orée des bois jusqu'à son appel. Ils n'auraient qu'à la rejoindre peu après Nyssath. Il était nécessaire de faire vite, car il était encore tôt et s'ils se débrouillaient bien, la Dorée pourrait être de retour le lendemain soir avec un second Maitre pour prendre en charge ce nouvel Aspirant. De quoi faire revivre le Màr pour un bon bout de temps.

Dara sourit à ses aspirants puis s'avança sur le sable, droit vers la silhouette courbée qui peinait manifestement à avancer, réveillant les instincts maternels de la jeune femme qui s'inquiéta un moment de l'état du doué. Ou... devrait-elle dire la douée ?
Le doute la fit doucement ralentir, car la silhouette ne lui permettait pas de définir le sexe de la personne face à elle, aussi l'interpella-t-elle d'une voix douce, alors qu'une dizaine de mètres les séparaient encore.

Eh ..? Tu vas bien ?

Son interlocuteur releva la tête et trébucha dans le sable en voulant se précipiter à sa rencontre. Et même alors qu'elle s'approchait, elle fut incapable de définir si cette jeune personne était un garçon ou une fille tant les traits de son visage étaient fins, ses cheveux blancs mi-longs n'aidant pas. Elle lui tendit la main, rattrapant son bras de justesse alors qu'il/elle menaçait de tomber de nouveau. Sans poser plus de question -le reste pouvait aisément attendre-, la céleste l'attira à l'ombre des arbres qui bordait la plage puis lui donna sa gourde. Bien que sa voix soit douce, son ton, lui, était sans appel et ne supportait aucun refus.

Bois.



Mecca > c'est à toi de répondre. On va RP quelques tours tous les deux, puis Necha et Guili s'intégreront à notre RP =)
Necha et Guili > Quand ce sera à votre tour de répondre, je vous enverrai un MP. Votre post pourra commencer au début de celui-ci alors qu'elle s'adresse à vous. Vous pourrez donc y intégrer :
- ce que vous pensez de votre co-aspirant,
- ce que vous inspire l'idée de voler à dos de dragon,
- comment vous voyez l'arrivée d'un troisième aspirant, bien qu'il ne sera pas prit en charge par Dara.
Voilà ! Si besoin, vous savez tous ou me trouver =D
Meccaya Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 30 Juin 2014 - 21:20 Répondre en citantRevenir en haut

Désormais, Meccaya regardait où iel marchait. Sa tête était un peu lourde et, après tout ce temps à marcher, et iel aurait bien à nouveau dormi. Le manque de nourriture se faisait sérieusement sentir. Outre son ventre, qui grognait, iel était de plus en plus faiblard, et avançait plus ou moins en titubant. Iel n'osait s'arrêter, craignant que se lever lui demande des forces qu'iel n'aurait pas. Dans les faits, iel avait encore de la réserve: iel n'était pas de ceux à qui la nourriture avait manqué jadis. Cette réserve lui permettait de continuer à avancer et, s'iel s'était assis, lui aurait permis de se re-lever.

Si l'androgyne persistait à regarder le sol plutôt que l'horizon, il y avait une raison de plus que celle évoquée: précédemment, iel avait manqué tomber à cause d'un rocher mal intentionné qu'iel n'avait vu venir. Puisque l'horizon paraissait désespérément vide et sans danger, mieux valait regarder ses pieds.
Où était-iel ? Sur la côte, assurément, mais où sur la côte ? Iel était seul, et sans indice aucun, pas même un petit panneau. Peut-être que sa famille était partie à sa recherche ? Avait envoyé des gens à sa recherche ? Aaron devait être parti en personne le chercher. Iel l'imaginait très bien tirer les oreilles de Nechama, et lui reprocher d'avoir ainsi fait des mystères à son cousin. Peut-être même que son frère se morigénait de l'avoir laissé partir. Pourtant, il avait bien fait. Le grand frère protecteur, c'était mignon, ça émouvait mon androgyne, mais le grand frère cage, ça l'aurait un peu moins ému. Iel tenait à sa liberté, son espace vital, qui lui permettait un peu d'intimité. Si on l'enfermait, iel devenait fou, et commençait à craindre tout et n'importe quoi.

"Eh ..? Tu vas bien ?"

Que... Quoi ? De la vie ? Humaine ? Non hostile ? Les dieux soient loués ! Même sans avoir compris exactement ce qu'on lui avait dit, Meccaya savait que ce n'était pas une ennemie qui lui parlait. Iel reprit son souffle, ainsi qu'un regain d'énergie et d'espoir. Iel fixait cette ombre, encore un peu lointaine, avec un regard où pétillait à nouveau une petite lueur de vie.
Car enfin, enfin iel allait pouvoir s'en sortir en vie ! Trouver un village, manger, rentrer chez lui, ou l'inverse ! Cette sortie n'avait que trop duré. Sa mère allait l'incendier, bien sûr, mais iel savait qu'Aaron serait content de le voir, au moins. Une chose de fiable. Le coeur battant de joie, iel voulut courir vers la silhouette, mais ses jambes se dérobèrent sous lui, comme s'iel avait oublié comment marcher. Les mains dans le sable, le souffle un peu coupé, iel réalisait tout juste qu'iel était tombé, ce qui était un peu la honte pour un bipède, et que la jeune femme -du moins, on aurait dit une femme- venait vers lui. Iel se relevait, tant bien que mal, tachant de conserver un peu de dignité, persuadé qu'iel avait l'apparence d'un ivrogne, ou d'un bandit, oubliant que ses habits indiquaient le contraire, et sa chevelure restait trop immaculée pour un véritable bandit, malgré les quelques feuilles et poussières qui s'y étaient immiscée. La femme le prit par le bras et, sans ménagement, sans lui laisser le temps d'imaginer une rébellion, l'emmena à l'ombre et, sans plus de minauderies, lui mit la gourde entre les pattes.

"- Merci..."

Meccaya s'avala de longues gorgées d'eau. La soif trompait la faim, disait-on. Autrement dit: boire permettait d'oublier un peu les trois repas sautés. Mais ce jour-là, Meccaya avait trop faim pour sentir de vrais effets placebos. Iel s'arrêta néanmoins assez tôt dans sa boisson, afin de ne pas abuser de la gentillesse de.. De... Iel ne savait pas qui. Elle avait le cheveu blond... Neishaane ? Ondine ? Non, le blond paraissait trop sombre. Humaine ? Iel n'aurait su dire également d'où elle provenait, persuadé que les préjugés sur les nations ne fonctionnaient pas.

"- Je me suis un peu égaré. Des bandits trainent dans le coin. Je cherchais un ami... Nechama Sa'El Han. Vous le connaissez ? Est-ce que... Vous venez de loin ? Il y a un village, non loin ?"

La voix de Meccaya était un peu rouillée, iel dut s'éclaircir la voix entre deux phrases, plusieurs fois. Un peu gêné d'avoir à profiter ainsi de la bonté de quelqu'un, iel peinait à la regarder dans les yeux, et préférait regarder autour d'eux. Mais la mer semblait être la même que celle qu'iel avait vue il y avait... Une heure ?

"- Vous voyagez seule ?"

En ces temps troublés, c'était courageux. Meccaya était persuadé qu'elle était venue seule, iel n'avait vu personne autour d'elle. Et si c'était le cas, iel avait face à lui une sacrée femme. Lui qui venait de passer une nuit assez désagréable, seul dans les bois, avait désormais beaucoup d'admiration pour ceux qui savaient affronter ce monde, de leur plein gré, sans crainte. D'autant plus qu'une femme devait en plus savoir se défendre face aux violeurs. Celle qui venait de le sauver... Meccaya l'admirait déjà beaucoup.
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 2 Aoû 2014 - 12:34 Répondre en citantRevenir en haut


Dara d'Amberle
Liée à la Dorée Nyssath



- Merci...

La voix, bien que douce, était si rauque à cause du manque de pratique et de la chaleur que Dara pensa avoir un jeune homme en face d'elle. Elle lui sourit et le laissa boire. Lorsque sa voix retentit à nouveau et qu'elle croisa ses doux yeux noisettes quelques secondes à peine, le trouble revint à nouveau. Elle n'était plus tout à fait sure que le Doué face à elle soit un jeune homme et non pas une jeune femme. Elle soupira doucement, parce qu'il se pouvait aussi qu'il ne soit aucun des deux, elle avait déjà entendu parler de ces êtres vivants que les Dieux n'avait doté d'aucun genre.

- Je me suis un peu égaré. Des bandits traînent dans le coin. Je cherchais un ami... Nechama Sa'El Han. Vous le connaissez ? Est-ce que... Vous venez de loin ? Il y a un village, non loin ?

Il/elle peinait tant et si bien à enchaîner des phrases et à retrouver une voix fluide et qui ne soit pas érayée par l'air marin qu'elle le/la laissa parler jusqu'à entendre le nom de son premier aspirant sortir de la bouche du Neishaan.
Oui, elle avait intérieurement pris la décision de le considérer comme masculin jusqu'à preuve du contraire. Après tout, il n'était pas habillé en jeune fille, elle penchait donc pour un jeune homme, malgré la finesse évidente de ses traits.

La Maitresse Dorée plissa légèrement les yeux en observant le doué qui semblait vraiment perdu alors qu'il faisait une pause dans son discours. Comme elle ne répondait pas, ses yeux dérivèrent tout autour de lui, sauf sur elle, bien qu'elle continua de l'observer avec intensité. Finalement, il posa à nouveau une question, comme si la vue magnifique de la mer ne l'avait que trop accompagnée jusqu'ici, ce qui était d'ailleurs surement le cas.

°Nyssath ? Viens avec Nechama dans une dizaine de minutes s'il te plait.°

Dara esquissa un sourire au futur aspirant et lui tendit un morceau de pain et de fromage.

Mange.

Elle attendit qu'il ait pris la nourriture pour enfin lui répondre :

Non, je ne voyage pas seule. Cela ne m'est d'ailleurs plus arriver depuis très longtemps, car j'ai la chance d'avoir avec moi une compagne fusionnelle.

Un ronronnement raisonna dans sa tête dans une drôle de sensation, habituelle maintenant pour la Maitresse dont le sourire se teinta de douceur. Puis elle planta ses francs yeux bleus dans les naïves prunelles noisettes face à elle, sans lui laisser le temps de se dérober à nouveau.
Elle eut un instant de regret de ne pouvoir approcher le thème avec plus de douceur et de philosophie, car le doué qui se trouvait face à elle semblait avoir un caractère posé et rêveur. Ce qui se révélerait un avantage pour la découverte de Tol et de l'existence des Dragons, mais pourrait être un inconvénient pendant son aspiranat...

Comment t'appelles-tu ?

A la réponse du doué, elle passa une main dans ses cheveux. En effet, le nom était mixte, donc ne l'aidait pas vraiment. Pourtant, elle continua sur sa lancée de le considérer comme masculin.

Eh bien Meccaya, enchantée. Je suis Dara d'Amberle.

La Maitresse Dorée lui sourit à nouveau, plus ses yeux bleus pétillèrent un instant d'un éclat taquin, presque enfantin avant qu'elle ne reprenne cet air sérieux et doux qui habitait son visage habituellement.

Pour ton information, je connais effectivement Nechama. Mais plus encore, je crois que je connais quelqu'un qui te fera encore plus plaisir de voir...

Dara se déplaça de quelques pas sur le côté et observa le visage du futur aspirant, qui eut le bon réflexe de regarder derrière elle et non pas de la suivre des yeux. Il eut donc la possibilité de voir s'avancer sur le sable claire, une immense Reine Dragon dont les écailles d'or luisaient au soleil de vifs éclats. A côté d'elle, ne lui arrivant même pas à l'épaule, se trouvait un jeune homme aux cheveux noirs et à l'air curieux. En effet, Nyssath n'avait pas précisé à Nechama pourquoi elle voulait qu'il l'accompagne. Leur aspirant ne s'attendait donc aucunement à tomber sur ... son cousin, en compagnie de Dara.

Dara qui ne prononça plus un mot, tout autant que Nyssath. Elles laissèrent toutes deux le bon soin à Nechama de présenter la Dorée avant que la voix de celle-ci ne retentisse directement dans la tête de Meccaya.


Compte tenu de la connaissance et de l'introduction de Nechama par Meccaya dans ses questions,je t'ai fait entré plus tot que prévu dans le RP.
C'est donc à Mecca puis à Necha de répondre. Ensuite, je posterai avec Dara pour faire venir Guilitane, et on jouera ainsi dans cet ordre :
Dara > Mecca > Necha > Guili.

J'espère que ça vous va, sinon, vous savez tous ou me trouver =D
Meccaya Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 3 Aoû 2014 - 16:24 Répondre en citantRevenir en haut

De bon coeur, Meccaya accepta le pain et le fromage. Iel n'était pas en position de refuser. C'était cela, ou iel ne rentrerait jamais chez lui. Du moins, pas sur ses deux jambes. Puis, la jeune femme lui avait tout de même donné un ordre, bien qu'il ait été prononcé avec douceur. Elle le sauvait, refuser aurait été malvenu.
Le tout fut vite avalé, à ce propos. Tant pis pour l'haleine fromagère qu'iel allait avoir. Le neishaan sentait sa gorge et son ventre le remercier, bien que le don soit insuffisant par rapport à ce qui lui manquait. L'esprit ragaillardi par les bienfaits du présent de l'inconnue, iel put l'écouter de façon plus attentive, avec un peu plus de présence, et un peu moins de "gneuuuh maison" primaire. Et cela valait le coup. Meccaya l'imagina d'abord accompagnée d'un groupe mixte d'aventuriers qui devait s'être séparés le temps d'une chasse, ou quelque chose dans le même goût. Puis elle annonça "compagne fusionnelle". Alors l'androgyne cessa de regarder si, entre ses doigts, il ne restait pas un bout de pain, pour regarder la jeune femme dans les yeux. Ah ? Alors elle était... Invertie ? P-pourquoi pas. Enfin, de tout Rhaëg, Meccaya n'était pas le plus haineux envers les invertis, loin de là, au vu de son présent et de son passé, mais, mh. Habituellement, les invertis se cachaient un peu mieux. À moins qu'elle l'imagine également de ce bord-là ? Il n'était pas rare qu'on l'accuse d'une sexualité hors normes, mais comme ça, au premier abord, sans le connaitre, c'était bien la première fois. S'il était flatteur d'inspirer ainsi la confiance, ce n'était pas moins troublant. Dara ne faisait rien pour l'aider de ce côté-là. Son regard attrapa celui de mon pauvre androgyne. Iel était officiellement mal à l'aise. Que lui voulait-elle ?
Le neishaan bafouilla son nom, et remercia les dieux qu'elle n'ait pas compris qu'iel s'appelait "Méméccaya". Iel observa la jeune femme se passer une main dans les cheveux. Son regard suivi les nouvelles courbes des mèches ainsi déplacées. Mais ! Que voulait-elle, enfin ? N'avait-elle pas déjà une "compagne fusionnelle" ? Mademoiselle Dara d'Amberle... C'était un nom qui sonnait noble. L'imagination de l'androgyne, alimentée par le pain, le fromage, et les beaux yeux de Dara, s'activa. Elle était sans doute fille de noble, et avait dû s'enfuir de la demeure familiale après une aventure compromettante avec sa dulcinée. Là, elles avait cherché et trouvé un groupe d'aventuriers pour pouvoir crapahuter à travers le monde dans une relative sécurité, et échapper aux mercenaires envoyés par les parents de Dara. Mais oui, c'était clair, désormais ! D'où sa tenue, mélange de noblesse affichée et d'usure due au voyage. Drôle de tenue, d'ailleurs. Elle ne ressemblait pas aux tenues habituelles des cavaliers. D'où venait-elle ? Combien d'océans avait-elle traversé ?

Brusquement, elle le sortit de ses pensées. Elle connaissait Nechama ? Mais... Mais alors...! Iel allait pouvoir rentrer sans souci ! Le regard noisette de mon androgyne pétilla d'espoir et de reconnaissance. Mais ? Qui pouvait-iel rechercher d'autre que son cousin ? Qui avait une meilleure lace dans son coeur que lui ? Aaron ? Aaron était là ? Et surtout: comment le savait-elle ? Nechama lui aurait parlé ? Non, sans quoi elle l'aurait reconnu, suite à son prénom. Alors, comment pouvait-elle affirmer...? Le regard encore lent de Meccaya ne suivit plus Dara lorsqu'elle se décala.

La bouche entr'ouverte, les yeux arrondis, Meccaya resta immobile un moment, refusant de croire la vision qui s'offrait à lui. Ce n'était pas possible. Pourtant,iel le voyait. Aussitôt, iel émit l'hypothèse de la drogue. Dara venait de le nourrir et de l'abreuver de choses d'origine non connue. Iel n'avait même pas pris le temps de regarder la couleur du liquide qu'iel avait ingéré. Oui, la drogue était sans doute l'explication raisonnable. C'était un piège, iel était tombé dedans comme un bleu. Sans doute valait-il mieux qu'iel fuie... Encore. Iel n'irait pas loin, sur ses petites jambes fatiguées. D'autant plus que si les camarades de Dara avaient des montures, courir serait futile. La seule issue, au final, c'était d'y croire.
Lentement, maladroitement, Meccaya se leva. Dara avait raison. C'était là deux des trois personnes qui lui faisaient le plus plaisir à voir. Son regard passait frénétiquement de Nechama au dragon, du dragon à Nechama. Ils paraissaient bien réel. Le Nechama ressemblait au Nechama tel qu'iel l'avait vu en le suivant dans les bois, et le dragon... Ressemblait beaucoup à ce qu'iel avait imaginé. Mais désormais, toutes ses écailles paraissaient si nettes, si brillantes. Comme si le dragon était fait de l'or des trésors que contaient les légendes. Son regard croisa le sien. Bon sang, il semblait si vivant... Pouvait-il être une illusion ? L'oeuvre d'un habile neishaan ?
L'androgyne se retourna vers Dara, pour avoir son avis, ou au moins vérifier qu'elle n'était pas en train d'exulter. L'apparence tranquille de la jeune femme ne le rassura pas, néanmoins. Incroyablement vite et avec incroyablement de force comparé à l'instant précédent, iel s'avança vers le duo, et s'arrêta face à eux. Devait-iel saluer le dragon ? Certains livres les décrivaient comme des êtres orgueilleux et sensibles aux mots autant qu'aux gestes, pour d'autres ce n'étaient que de vulgaires et avides animaux. Mh. son instinct lui dictait que ce dragon-là ressemblait plutôt au premier cas, mais... S'il n'était qu'illusion, ou s'il n'était qu'animal très bien dressé, ç'aurait un peu été la honte. Et Meccaya avait connu assez de hontes dans sa vie sans en rajouter une couche.

Ainsi donc Nechama put retrouver son cousin: les habits abîmés, des feuilles et herbes dans les cheveux, la fatigue bien marquée sur ses traits, et pourtant l'air autant fasciné par le dragon qu'heureux de le retrouver. S'iel n'avait pas été en présence d'inconnus, avec ce doute quant à la réalité, peut-être se serait-iel même permis de sauter au cou de son cousin, ou plus, se laisser tomber sur lui. Oh, et puis non. Iel allait offrir un mini-répit à ses pauvres jambes, et fuck les convenances.

"- Nechama..." Iel passa un bras autour de son cousin et vint appuyer son épaule contre la sienne, dans une accolade qui aurait pu paraitre virile, mais qui était surtout amicale. Iel s'écarta ensuite, et prit l'épaule de son cousin dans sa main. Sa voix était encore un peu vrillée par la faiblesse, et un peu plus basse qu'à l'accoutumée. "Quelle joie de te revoir ! Je t'ai cherché... Partout. Je n'ai pas arrêté. Dis-moi, ce n'est pas un rêve, n'est-ce pas ? Cette jeune femme, Dara d'Amberle, et... Ce dragon..." Iel n'aurait pu prononcer ce mot avec plus de respect et d'admiration. "Est-ce là le secret que tu nous faisais...?"
Nechama Sa’El Han
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 4 Aoû 2014 - 01:55 Répondre en citantRevenir en haut

Nechama avait observé la femme partir seule. Il n’avait point posé de questions : il n’y voyait aucun intérêt. L’ondin attendit le temps qu’il fallait, calmement. Ce qu’il fit ? Il pria, tout simplement. Pour sa famille proches, ses cousins…. Sa nièce aussi : il ne serait plus là pour s’occuper de son cas si jamais il s’était trompé. Mais du temps avait passé depuis et l’inquisiteur se sentait sûr de lui et de son jugement d’antan. Nechama se demanda si Meccaya et Aaron seraient encore à la maison quand ils les rejoindraient ? Possiblement : si le second serait surement parti à l’aventure, le premier serait assis sous l’ombre d’un arbre à lire, tranquillement.

Puis, Nyssath lui déclara mentalement qu’il était temps de partir. Alors, l’ondin se leva. Il avait l’impression, à la voix de la dragonne, qu’une surprise joyeuse l’attendait et l’inquisiteur se demandait bien si elles connaissaient ses gouts ? Ils avancèrent rapidement sans trop sortir des bois. Et, alors qu’ils sortaient de l’ombre –et Nechama pourtant restait encore dans celle de la dragonne dorée qui était immense ! – l’inquisiteur remarqua qu’il y avait deux personnes en face de lui : sa maitresse et… non…

Alors là… la réponse était non ! Ce n’était pas possible ?! Alors là… Clairement juste non. D’accord elles lisaient dans son esprit mais là, c’était de la magie. Car en face de lui, un être ressemblait goutes pour goutes à son cousin. Que ce soit sur son androgynéité, sur sa stature, sa façon de se porter, ses yeux, ses traits, ses expressions, ses… bref : tout ressemblait en lui à son cousin. Mais où avaient elles trouvé cet homme ? Ou bien c’était lui : tout simplement. L’ondin lui-même avait une hallucination. Quitter sa famille lui donnait envie de la voir et en face de lui se trouvait un neishaan banal. Un classique… pas son cousin ! Lui, il était tranquillement à la maison ! Il était tranquillement en train de lire ! Il était en sécurité, chez lui, auprès de sa famille… il n’était absolument pas du tout mais absolument pas du tout ici !!! C’était hors de question qu’il soit ici, c’était un…

Nechama...


… Meccaya. C’était bien Meccaya… son cousin, pour sûr… qui était en train de l’enlacer… Juste là. Là, il n’y avait plus à se poser de questions. Il était là… dans ses bras. Là…. Cela pouvait paraitre idiot de se le répéter sans arrêt, mais c’était là la façon de l’inquisiteur de tenter de l’assimiler. Oui… il n’y avait rien à faire, rien à dire… si ce n’est émerger. Heureusement, c’était un ondin si bien que rien n’avait transparu de ce qu’il avait songé et il sourit à son cousin. Crispé dans son esprit, doux à l’extérieur…. Mais que faisait-il là ? Ah… il fallait l’écouter : il s’était éloigné et avait posé une main sur son épaule. Et sa bouche : il allait parler… l’écouter… ne pas réfléchir…
Affichant un sourire doux, l’inquisiteur offrit son attention aux paroles de son cousin.

Quelle joie de te revoir ! Je t'ai cherché... Partout. Je n'ai pas arrêté. Dis-moi, ce n'est pas un rêve, n'est-ce pas ? Cette jeune femme, Dara d'Amberle, et... Ce dragon.. Est-ce là le secret que tu nous faisais...?

Donc, il l’avait suivi. Cela expliquait bien des choses. Et à cet instant, l’inquisiteur ne transparaissait de rien mais il n’arrivait à songer qu’au fait que son cousin était un abruti !!!! Vraiment, le suivre, faible comme il était ! Mais avait il songé aux brigands qu’il pouvait rencontrer ? Ou aux sorciers ? Ah, ça non, il l’ignorait ! Alors, l’inquisiteur attrapa son cousin par l’épaule et cela commença en murmure, doux, pour prendre en intensité !

Tu m’as suivi Meccaya ? Et seul ?! Mais… mais… c’était dangereux ! Ne te rends tu compte que le monde est dangereux ? Partout le mal guette sur cette terre ! Bandits, voleurs, poisons, sables mouvants –oui, pourquoi pas des sables mouvants ?!- des cannibales, des serpents ! Ou même la peste, oui ! Ne dis rien, tout cela me contrarie ! Alors…. Ne sors plus… comme ça… tout seul… en me suivant… sans me prévenir ! Tu aurais pu mourir et dans ce cas là, rentrant sans rien comprendre, comment aurai je su que je passais à coté de ton cadavre ?! Ne fais plus… ça. Simplement. Je ne supporterai pas de te savoir en danger… Mais…

L’inquisiteur posa une main sur la joue de Meccaya

Je suis heureux de te savoir ici et en sureté. Non, tu ne rêves pas Mecca, il y a bien des dragons : on n’avait pas si tort de tenter d’en trouver en parlant aux lézards, non ? Quant à…

Il se tourna alors vers Nyssath. Oui… cela… comment allait il le lui expliquer ? D’ailleurs, sa désormais maitresse lui avait bien expliqué qu’aucun membre de sa famille devait apprendre son don. Il lui était reconnaissant d’avoir retrouvé son cousin mais ne savait sur quel pied danser. Allait-elle tenter de lui effacer la mémoire ? Ou de le tuer ? Et pouvait-il s’y opposer sans risquer son destin de futur lié ?

Meccaya, je te présente Dara d’Amberle ! Et la dragonne ici présente se nomme Nyssath. C’est sa liée, tu sais, comme dans les livres ! Et… et moi je vais devoir t’abandonner Mecca… car je dois les suivre car quelque part, un dragon m’attend aussi.

Glissant sa main sur l’épaule de Meccaya, il se tourna vers la dragonne et sa maitresse.

Vous n’allez pas lui faire de mal j’espère ? Je sais que vous avez dit qu’aucun membre de ma famille ne devait l’apprendre, mais mon cousin est digne de confiance. Je vous en prie, laissez le rentrer auprès de nos pères !

Il baissa alors sa tête devant la dragonne, légèrement, pour appuyer sa demande.
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 16 Aoû 2014 - 15:04 Répondre en citantRevenir en haut


Dara d'Amberle
Liée à la Dorée Nyssath



Dara écouta les paroles échangées entre les deux cousins avec beaucoup d'amusement et une certaine tendresse, un sourire aux lèvres. Ce sourire que vous ne pouvez pas vous empêcher d'avoir devant quelque chose de mignon, comme les retrouvailles qui se jouaient à l'instant devant ses yeux. Bien que Nechama soit un ondin et Meccaya un neishaan, des races plutôt réservées pour ne pas dire totalement impassibles pour les premiers, l'amour qu'il y avait entre eux était presque palpable et lui rappelait la lien qui l'unissait à sa Liée.
Son regard bleu se porta sur la Reine Dorée qui émit un doux ronronnement car ses pensées suivaient évidemment les siennes puis se reposa sur les deux bipèdes qui discutaient. Le bout de sa queue écailleuse tapa d'ailleurs le sol à la mention "lézard" tant et si bien qu'une petite gerbe de sable jaillit derrière Nechama.

La céleste inclina la tête avec un sourire aux présentations dignement faite par son futur aspirant, et la dragonne fit de même, sans qu'aucune des deux n'aient à ajouter quelque chose pour l'instant, bien que Nechama fut dans l'erreur. Il n'allait pas avoir à quitter son cousin, et alors que Dara ouvrait la bouche pour le lui expliquer, son aspirant trouva quelque chose de beaucoup plus amusant à lui dire.

- Vous n’allez pas lui faire de mal j’espère ? Je sais que vous avez dit qu’aucun membre de ma famille ne devait l’apprendre, mais mon cousin est digne de confiance. Je vous en prie, laissez le rentrer auprès de nos pères !

Les deux Liées se figèrent un moment, avant qu'un rire léger ne sorte de la gorge de la neishaane, trouvant écho dans la gorge de la Dorée dans un drôle de roulement alors qu'elle se couchait sur le sable chaud, tel un sphinx en attente de la réponse à son enigme.

En vérité Nechama, ton cousin possède lui aussi le Don, nous n'aurons donc rien à lui faire puisqu'il part avec nous.

Et puisque ledit cousin levait vers eux des yeux toujours aussi noisettes et toujours aussi perdus, ce fut Nyssath qui prit la relève pour lui expliquer de quoi il en retournait.

°Bonjour jeune Meccaya.°

Le sursaut du neishaan attira un sourire à Dara qui commença à réfléchir aux maitres disponibles au Màr pendant que sa Liée entreprenait un bref résumé d'explication pour mettre le nouvel aspirant au courant de sa destinée. Un refus n'étant même pas envisagée, la jeune femme commençait déjà à lister les Maitres potentiellement libre de venir en Undomë chercher un aspirant.

°Si tu entends ma voix dans ta tête, c'est que tu possède le Don. Celui qui te permet de communiquer avec les Dragons. Ce don implique une destinée hors du commun, il veut aussi dire que quelque part, un dragonneau t'attend, prisonnier de sa coquille d'oeuf, et que personne d'autre que toi ne pourra l'en sortir.°

Nyssath n'avait pas concentré ses paroles seulement sur le jeune androgyne, laissant ainsi la possibilité à Nechama d'entendre son discours. Ces jeunes doués ne maitrisaient pas assez leurs dons pour lui répondre mentalement, sauf par erreur, et Meccaya lui répondrait donc automatiquement à voix haute. Il était donc juste que l'ondin puisse entendre la totalité de la conversation et pas seulement la partie orale prononcée par son cousin.

°Guilitane, rejoins-nous s'il te plait.°

Laissant un peu de temps à Nechama et Meccaya d'assimiler la nouvelle, la Reine tourna sa grande tête dorée vers sa Liée.

°Alors ?°

Dara lui sourit et revint vers eux, la main posée sur l'encolure de sa Liée pour en caresser presque distraitement les écailles, finissant de prendre sa décision en espérant que ce serait la bonne. Elle répondit donc à son âme soeur à voix haute, afin de mettre les jeunes doués au courant, Guilitane s'étant joints à eux. Ils auraient tout le temps pour les présentations et les questions pendant que Nyssath partirait chercher un Maitre à ce dernier jeune homme. Parce qu'il était évidemment hors de question qu'elle prenne les deux cousins en aspiranat, ce serait contre-productif.

Bien que Nyssath pourrait nous ramener tous les quatres au Kaerl sur son dos, ce ne serait ni prudent, ni bénéfique puisque je ne peux vous prendre tous les trois en aspiranat. Elle va donc aller chercher le Maitre Dragon Erebus, et son Lié Eidolon, afin qu'il prenne en charge l'un d'entre vous dans sa triade.

°Erebus est un bon choix. Et même si je suis toujours contre l'idée de te laisser seule ici avec trois jeunes doués à charge, je m'en vais le chercher dans l'instant°

La céleste embrassa tendrement le nez de la Reine qui ronronna, puis s'écarta, faisant signe aux jeunes de reculer eux aussi. Avec l'envergure de l'immense dragonne, il était vite fait de se prendre un coup d'ailes sans y faire attention. Le silence cloua leurs lèvres alors que tous observaient la majesté du décollage de la Dorée et son éloignement dans le ciel cyan.
Une fois les étoiles disparues des prunelles des futurs aspirants, Dara s'assit à l'ombre avec un sourire et les observa chacun leur tour de ses francs yeux bleus.

Des questions ?
Meccaya Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 18 Aoû 2014 - 20:24 Répondre en citantRevenir en haut

Meccaya fixa un moment son cousin, l'air dubitatif. Il lui énumérait les dangers du monde extérieur... Se croyait-il à l'abri, lui ? Pourquoi aurait-il le droit de sortir, et pas son cousin de coeur ? D'autant plus que si LUI n'était pas parti crapahuter en lui faisant des secrets, mon neishaan n'aurait pas eu à affronter le monde seul, à ses trousses. Injustement réprimandé, Meccaya voulut se défendre, mais un geste de son cousin le fit taire: la main sur sa joue. Le sujet changea bien vite vers quelque chose de bien plus intéressant que ces histoires de kika'utor: Dragons. Meccaya tourna son regard vers la dragonne dorée, pour la contempler de ses grands yeux noisette. Belle bête, oui. Mais en rien semblable à un lézard.
Iel esquissa une nouvelle courbette devant la dénommée Nyssath. Une liée ? Cela, par contre, il ne semblait pas qu'iel l'ait lu quelque part. Qu'est-ce que cela voulait dire ? Domptée ? La main de Nechama tomba sur son épaule, et iel lui rendit un regard à la fois surpris et triste. Quoi ? Non seulement il l'abandonnait, mais en plus... Il partait trouver un dragon ! Mon neishaan venait de se faire voler son rêve le plus cher par son meilleur ami. Iel savait qu'iel aurait dû être heureux pour lui, mais... Iel n'arrivait pas à ne pas être extrêmement envieux. Oh, cela, jamais iel ne le dirait à son cousin, en bon Céleste qu'iel était.

En entendant Nechama demander à Dara de ne pas lui faire du mal, Meccaya sentit ses inquiétudes revenir. Le rire de Dara et le bruit étrange qui sortit de la gorge de la dragonne ne furent pas pour le rassurer. Un piège. C'était un piège, à coup sûr. Et pire qu'un piège: un piège qui se refermait sur lui et sur son cousin. S'iel avait été seul, ç'aurait été moins grave... Mais si Dara s'en prenait à Nechama, petits poings ou non, Meccaya le défendrait ! La dragonne paraissait étrangement confiante, à s'assoir ainsi près d'eux. Et voilà que Dara parlait de Don ! Qu'était donc cette histoire ? Assurément pas un don racial. Meccaya ne se connaissait néanmoins pas d'autre don que celui des neishaans (à son grand regret), aussi dévisagea-t-il Dara, sans comprendre. Jusqu'à ce qu'une voix jusqu'alors inconnue résonne dans sa tête.
L'androgyne eut un sursaut. Pas de doute possible: iel n'avait pas pensé cela de lui-même, et le son ne venait pas de l'extérieur. C'était indéfinissable. Et si surprenant qu'iel manqua de ne pas porter attention à ce que disait Nyssath. Pourtant, cela valait le coup de l'écouter !

C'était si dur à croire, alors que la vérité était sous ses yeux, alors qu'iel l'avait autant espéré. On lui avait répété tant de fois que c'était impossible, qu'il était aussi futile que ridicule de penser aux dragons passés les dix ans... Une partie de lui criait au piège: on voulait les prendre par les sentiments pour leur faire... Leur faire... Iel ne savait quoi. Mais on allait le leur faire ! Et l'autre partie de lui-même se contentait d'exulter, de chantonner "dragon, draaaagon !" et le supplier de suivre Dara sans plus tarder. Un dragon l'attendait ! Un dragon les attendait, lui et son cousin ! N'était-ce pas là la meilleure chose qui puisse lui arriver ? L'occasion à ne pas manquer ?
Iel restait là, debout, les bras ballants, à observer tous les acteurs de la scène. Nechama, lui, semblait incroyablement confiant. Dara offrait à la dragonne des gestes tendres. Pouvait-elle être véritablement mauvaise ? Un troisième individu vint vers eux. Un... Ondin, aurait-on dit. Avec une démarche peu habituelle. Meccaya échangea un regard avec Nechama. Iel aurait aimé l'interroger sur cette personne. Mais avant qu'iel puisse le faire, la jeune femme prit la parole. Mon neishaan peinait à tout comprendre. L'aspiranat ? Maitre Erebus ? Mais de quoi parlait-elle ? Qu'avait-iel loupé ? Etait-iel le seul à être un peu bouleversé de voir ainsi des êtres de légende entrer dans sa vie ?
L'être de légende en question prit son envol. Meccaya ne put s'empêcher de le suivre du regard, d'admirer ces immenses ailes qui brassaient l'air avec tant de facilité, en comparaison à leur taille ! Le soleil semblait tomber sur les écailles de la dorée et y couler comme une pluie d'or. Iel ne détacha son regard d'elle que lorsqu'elle ne fut plus qu'un petit point à l'horizon. Alors seulement iel se souvint que Dara avait demandé s'ils avaient des questions. Et oui, iel en avait:

"- Excusez-moi, mais... Où allons-nous ? Que va-t-il nous arriver ? Pourquoi notre famille ne peut nous suivre -n'est-ce pas ce que tu as dit, Nechama ? Qui est ce Maitre Erebus que Nyssath part chercher ?" demanda-t-iel, d'un ton qu'iel voulait neutre pour ne pas paraitre insultant.

Une autre question brûlait la langue de l'androgyne, mais iel ne la posa pas. Pas explicitement, en tout cas. Mais les regards fréquents qu'iel jetait à Guilitane indiquaient clairement qu'iel voulait savoir qui était cet inconnu qui les avait rejoint. Iel restait près de son cousin, réflexe enfantin: aux côtés de son cousin, iel se sentait plus protégé, tout comme lorsqu'Aaron était avec lui. Nechama était un des meilleurs arguments pour le pousser à faire confiance à quelqu'un. Les amis de Nechama n'étaient-ils pas ses amis ? La partie craintive de Meccaya s'évanouissait petit à petit. Iel avait le Don. Nechama aussi, visiblement. Ce Nechama bien tangible. Et Nechama faisait confiance à Dara... Une dragonne faisait confiance à Dara. Pourquoi pas lui ? Dautant plus qu'il fallait se rendre à l'évidence: Meccaya était trop faible physiquement pour se rebeller, trop amoureux des dragons pour refuser une proposition les mettant en jeu. Ajoutez à cela sa grande curiosité et iel pouvait être certain que, s'iel ne les suivait pas, iel le regretterait longtemps.
Guilitane Anerovian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 25 Aoû 2014 - 03:50 Répondre en citantRevenir en haut

Guilitane avait compris que quelque chose clochait, alors qu’ils devaient prendre un départ précipité, Dame Dara, sa nouvelle « maîtresse » s’il avait bien assimilé ce qu’on lui demandait, s’était brusquement interrompue et mise à courir vers la forêt. Il échangea un regard crédule avec l’ondin qui serait désormais son nouveau compagnon de fortune (ou d’infortune peut-être) qui ne semblait pas comprendre plus que lui. Les trois protagonistes, c'est à dire Néchama, la dragonne et lui, qui se connaissaient depuis moins d’une semaine, entamèrent donc une méditation collective dans le silence forestier.

Il n’avait pas encore réussi à focaliser son attention sur des sujets plus personnels que la couleur des feuilles d’un vert très vif en dépit des espèces d’arbres présent ou bien le comportement étonnant voir inquiétant de la femme dont sa vie dépendait maintenant lorsque l’énorme saurienne se mit en mouvement. Elle le prévint juste d’attendre ici alors qu’elle devait régler cette affaire avec Nechama.
La fatigue et le flux de nouvelles informations empêchèrent les alarmes de sonner dans la tête de Guilitane. Il se retrouva seul, la présence d’une dragonne ayant fait fuir tous les animaux et les troncs protégeant bien du vent, il fut seul dans un silence qu’il n’avait jusqu’alors jamais gouté.

Il s’en servit pour calmer le maelstrom que ses derniers moments avaient créé en son être. Allons bon ! Il était ondin après tout et se devait de composer un visage de marbre en toute circonstance, même lorsqu’une géante tout droit sortie d’un conte pour enfant te demande de devenir son disciple !

Il se concentra sur sa respiration… Une longue inspiration suivie d’une expiration douce et légère… Il répéta l’opération plusieurs fois, s’autorisant depuis bien longtemps à ne plus être sur ses gardes, à abandonner toutes attaches au monde extérieur pour n’exister qu’à l’intérieur même de ses pensées.

Le silence autour de lui était absolu et il n’avait jamais connus ça avant. Quel calme ! Surtout après l’agitation de toute cette semaine. S’il se rappelait bien, il avait reçus un coup de mace dans les côtes, une coupure légère sur la cuisse, un homme lui était tombé dessus une fois transpercé et Guilitane avait chuté d’un toit lorsqu’il échappait à une patrouille de son père. Et alors qu’il aspirait à un repos simple le temps que tout ça cicatrise, il avait rencontré Dara… Il lui avait certes dit qu’il en avait marre de cette ville infâme, qu’il voulait changer d’air, mais il ne le pensait pas vraiment, ou du moins ça lui semblai impossible et pourtant…
Cette nouvelle vie… Ce nouveau départ… Joie, mélancolie, curiosité, regret, espoir, amertume, appréhension… Tout ça se mélangeait dans sa tête sans qu’il n’arrive à être comme la clairière où il méditait. C’est-à-dire vide, silencieuse… Hors du temps.
Et si je n’étais pas l’aspirant qu’elles recherchaient ? Et si je les décevais ? Vont-elles m’abandonner ? Est-ce que c’est pour ça qu’elles sont parties avec Nechama sans moi ? J’ai échoué avant même d’avoir commencé ?
Pendant que ces sombres réflexions commençaient à l’étouffer, une brise vint lui carresser la joue alors qu’il ouvrait les yeux pour voir au loin les immenses ailes dorées se déployer.

« Non ! Elles ne sont pas parties ! Pas encore ! Pas sans moi ! » S’entendit-il dire au vide.

La voix de Nyssath retentit alors, vibrant dans tout son corps.

°J'arrive Maîtresse !°

Guilitane reprit sa canne et tenta de se recomposer un visage amical et confiant, aux antipodes de ce qu’il avait traversé cette dernière heure. Lorsqu’un came glacial et habituel pour un ondin l’habitat de nouveau, il s’avança vers le nouveau lieu de rassemblement, en faisant bien attention à soigner sa démarche pour ne point dévoiler son secret à Nechama.

Alors qu’il voyait l’impressionnante silhouette décoller, son esprit perçut un observateur opportun qui l’avait remarqué. Continuant à s’avancer il ne put qu’entendre la fin du dialogue entre Dame Dara et cet étrange individu, une femme déguisée en homme ? Ca ne serait pas la première chose étrange qu’il aurait vue de la journée. Devant le regard insistant de cette nouvelle personne, et ses nombreuses questions, Guilitane prit la parole, cela permettait également de notifier sa présence aux deux connaissances rencontrées le matin même.

« Maîtresse, cela lui faisait étrange de le dire à voix haute, permettez-moi de lui répondre. Nous allons nous rendre dans ce continent supposément désertique de Tol’Orëa, il va nous arriver une épreuve appelée l’aspiranat où l’on devra se montrer digne de recevoir un dragon. Ceux-ci sont rares et fragiles et pour les protéger, seuls les doués comme les quatre êtres réunies ici peuvent être mis au courant. Je suppose que le suivi nécessaire pour l’aspiranat ne permet à un maître que deux aspirants en même temps, Dame Nyssath est donc partie chercher Maître Erebus pour qu’il choisisse lui aussi un aspirant. Il avait dit cela de manière assurée et décontractée, comme si cela faisait des années qu’il le savait. Les nombreuses heures de discussion en bal portaient finalement leurs fruits. Tendant sa main gantée il continua, Je m’appelle Guilitane et je pense que nous allons être dans la même galère nous trois. Tournant sa tête il ajouta, Dame Dara ? Nyssath m’a appelé mais sans me donner de motif, si jamais j’ai présumé quelque chose de faux, n’hésitez pas à me corriger. Après tout, un bon élève apprend aussi bien de ses réussites que de ses échecs ! »
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 6 Nov 2014 - 13:27 Répondre en citantRevenir en haut


Dara d'Amberle
Liée à la Dorée Nyssath



La jeune femme sourit au dernier arrivé lorsque Guilitane arriva à son tour décida de prendre la parole. Elle aurait bien pu dire qu’il l’avait demandé, mais il n’avait pas vraiment attendu sa réponse pour continuer, ce n’était donc pas le cas. Pourtant, elle ne l’interrompit pas, se contentant de plisser légèrement les yeux alors que ses prunelles bleues se faisaient perçantes et son regard intense. Elle trouvait cet ondin bien sûr de lui, et avait d’ailleurs remarqué qu’il était arrivé à eux en boitant, encore, ce qui l’agaçait. La franche Neishaane ne supportait effectivement pas les mensonges.

Sans rien dire, elle se contenta de laisser son aspirant finir, arquant un sourcil à plusieurs reprises. Puis esquissant un sourire prédateur à la fin du discours un tantinet pompeux de Guilitane, elle s’appliqua à gommer cet air de chat sur son visage avant de répondre.

Bien que la plupart de ces informations soient exactes, ces questions ne t’étaient pas destinées jeune homme. Et lorsque tu souhaites répondre, il serait donc bien que tu attendes ma permission au lieu de te l’octroyer seul.

Elle pencha légèrement la tête de côté, un sourcil arqué en attendant que son Aspirant acquiesce. Lorsque ce fut fait, son ton se radoucit légèrement puis elle pointa quelques soucis dans la réponse de l’ondin.

Tu as qualifié les dragons de fragiles ? Nyssath n’est plus là, mais ça ne l’empêchent pas d’entendre ce que nous disons à travers mon esprit, ce qui l’a beaucoup amusé. De plus, tu as toi-même vu ma Liée, es-tu donc bien sûr que fragile soit l’adjectif adéquat pour la qualifier ?

Avec un petit sourire, la jeune femme continua. Bien qu’elle soit d’une nature douce et patiente, elle était aussi exigeante dans ses sessions d’Aspiranat, et elle aimait la précision et la justesse. Aussi, continua-t-elle de pointer les défauts de la réponse du jeune homme, avec une certaine chaleur mais fermeté. Autant les mettre dans le bain tout de suite.

Ensuite permets-moi de relever un terme qui m’a interpellé dans ton discours. « Galère » ? Considères-tu que ce qui t’arrive se doit d’être qualifié par le mot « galère » ? Si c’est le cas, je préfère que tu me le dises tout de suite, auquel cas je te propose de revenir sur ton choix et de retourner à ta vie tranquille.

Elle lui laissa le temps de réfléchir à ce qu’elle avait dit sans nécessiter de réponse tout de suite, puis se tourna vers Meccaya.

Pour te répondre jeune Neishaan, tu ne peux emmener ta famille, ni leur parler de ce qui t’arrive pour la simple et bonne raison que les dragons doivent rester des légendes pour les non Doués, tout du moins pour ceux qui ne vivent pas au Kaerl. C’est important, pour la survie et la paix de Tol Orëa et de la race, que notre existence et la leur soit gardée secrète.

Elle lui accorda un sourire puis posa son regard bleu et vif sur Nechama, qui ne disait pas grand-chose, et s’adressa donc à lui.

Tu n’as pas d’autres questions ? Ou des remarques qu’elles soient positives ou négatives ?

Si ce n’était pas le cas, et que chacun des trois futurs aspirants avaient dit ce qu’ils avaient à dire, elle profiterait de l’absence de Nyssath jusqu’au lendemain pour commencer leur enseignement de base sur les sujets qu’ils choisiraient, ceux sur lesquels ils avaient le plus de questions.


Mh, selon vos envie, je me disais que ca pourrait être le dernier ou avant dernier tour ? Ensuite on fait arriver Erebus et on fait le départ vers Tol ? A moins que vous ne vouliez continuer encore plusieurs tours ? =)
Meccaya Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 13 Nov 2014 - 14:01 Répondre en citantRevenir en haut

Meccaya avait fini par se dire que Dara était quelqu'un à qui il fallait faire confiance, quand bien même il ne la connaissait pas. Iel s'était dit que les événements devaient être abordés avec prudence, mais qu'en attendant les promesses étaient trop belles et soutenu par trop de beau peuple (enfin, c'est relatif, le peuple étant composé de Nechama et d'un dragon) pour être refusées. Alors iel suivrait Dara. Puis iel commençait à lui trouver une aura qui inspirait confiance. Contrairement à l'ondin boiteux. Meccaya n'avait rien contre les boiteux (pour un apprenti médecin, ç'aurait été malheureux), mais celui-là avait un iel-ne-savait-quoi qui l'incitait à se méfier. À moins que ce ne soit que sa tendance à s'inquiéter de tout et de rien qui, ne pouvant s'attacher à Dara, utilisait le Guilitane en substitut. Oui, c'était sans doute cela. En tout cas, la conscience de Meccaya lui indiquait qu'iel devait calmer cette inquiétude, que Guilitane ne pouvait être mauvais. Malgré cela, iel lui trouvait tout de même une voix trop assurée. Iel l'écouta sans l'interrompre, froid, mais poli.
Tol'Orëa. Cela lui disait bien quelque chose. Mais iel ne parvenait à savoir quoi. Sans doute avait-ce été évoqué dans une des centaines de légendes qu'iel avait lu. Bigre, si seulement iel s'en souvenait, iel aurait pu se forger une opinion et se décider. Entre nous, il était tout de même heureux que le neishaan ne s'en souvienne pas, car la vérité est celle-ci: iel avait bien lu une légende où le nom "Tol'Orëa" apparaissait. Mais dans cette légende, il s'agissait d'une île maudite d'où nul ne revenait. Rien de bien engageant, rien qui puisse le soutenir dans son envie de rejoindre les dragons !
De multiples questions lui vinrent, à écouter ainsi Guilitane. Iel les garda pour lui tant que l'ondin parlait -peut-être s'apprêtait-il à donner une réponse ?-, se contentant de froncer les sourcils sous le coup des multiples réflexions. Iel en fut sorti par la voix de Dara. Iel fut surpris, d'ailleurs, de la réaction de cette dernière. Lui ne se serait pas permis d'être aussi direct, iel aurait trop craint la réaction de Guilitane, et n'aurait pas voulu le brusquer. Désormais, Dara dominait vraiment la conversation. Elle ressemblait à une véritable maitre. Sans doute n'étaient-ils pas ses premiers aspirants. Le terme "victimes" commençait peu à peu à disparaitre de l'esprit de Meccaya. Elle parlait avec beaucoup trop de facilité des dragons, les choses semblaient pour elle tomber sous le sens.

Gêné comme si la remontrance lui avait été adressée, Meccaya se mordait distraitement la lèvre, quand Dara s'adressa à lui. Fort bien... Cette histoire de secret lui paraissait encore bizarre. Iel ignorait l'histoire de Tol'Orëa, iel saurait bientôt combien le secret était salvateur. En attendant, iel doutait. Mais plus assez pour ne pas se jeter dans la gueule du loup.
Dara demanda à Nechama si ce dernier avait des questions ou des remarques. Meccaya, lui, en avait. Mais iel doutait qu'une remarque telle que "j'ai hâte de rencontrer mon dragon !" soit d'une quelconques utilité, de même que la question "il arrive quand Erebus ?". Iel attendit que Nechama se soit exprimé pour prendre la parole à son tour, demandant à Dara d'une voix assez rapide pour trahir son intérêt et sa hâte:

"- De quoi est composé l'épreuve nommée Aspiranat ? Et si nous échouons, qu'advient-il de l'oeuf qui nous attend ? Et... Que devrons-nous faire, une fois que nous aurons nos dragons ?"
Guilitane Anerovian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 23 Nov 2014 - 02:33 Répondre en citantRevenir en haut

Les remontrances de sa maîtresse furent un moyen pour Guilitane de confirmer qu’il n’avait pas été appelé pour répondre aux interrogations du nouveau Neishaan fraîchement apparu. Il en prit donc note mentalement avant de faire signe à sa maîtresse qu’il avait compris. Il l’écouta donc corriger les fautes qu’il avait commis de manière rhétorique, corrigeant donc ses nouvelles connaissances qu’il ne maitrisait pas autant qu’il l’aurait voulu.

Lorsqu’elle l’interrogea vraiment il prit le temps de la réflexion avant de formuler sa réponse.

« Vous nous emmenez en formation. Si j’ai bien compris celle-ci sera militaire et culturelle, et avant mon accident je subissais déjà un entrainement soutenu. Je pense qu’il est judicieux de rappeler que vous ne nous emmenez pas cueillir des champignons et récupérer un œuf mais bien que vous nous offrez une formation dans le but de nous montrer digne de notre futur dragonneau. Je doute que cela sera une partie de plaisir même si la récompense vaut les sacrifices. »

Oui, cela semblait être une fort bonne idée de prévenir le Neishaan frêle et tenant à peine debout qu'il ne partait pas en camping. Guilitane n’avait aucune idée de la difficulté de l’entrainement, mais il pensait bien qu’il n’allait pas passer son temps à flâner avant de passer sur les sables.

Comme il avait déjà discuté avec Dara avant qu’elle rencontre Meccaya, Guilitane n’avait plus vraiment d’interrogation. Il appréhendait la découverte de Tol’Orea mais entendre sa maîtresse en parler ne pourrait rien y changer, aussi il resta silencieux.

"- De quoi est composé l'épreuve nommée Aspiranat ? Et si nous échouons, qu'advient-il de l'oeuf qui nous attend ? Et... Que devrons-nous faire, une fois que nous aurons nos dragons ?"

L’ondin aurait pu lui répondre car il avait posé les même questions à peu de choses prêt à sa maîtresse lors de sa rencontre avec Nyssath, mais Dara ne semblait pas vouloir qu’un de ses aspirants se chargent de la réponse, c’est pourquoi il se contenta de regarder sa maîtresse.

Il avait décidé d’abandonné ce qui faisait sa vie dans l’hypothèse qu’il pourrat avoir un dragon, et tout reposait maintenant sur ce qu’il pourrait retenir des enseignements de sa maitresse. Il n’y avait pas de temps à perdre.
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 29 Nov 2014 - 13:05 Répondre en citantRevenir en haut


Dara d'Amberle
Liée à la Dorée Nyssath



Comme Nechama n’avait plus de questions à son encontre, elle écouta la réponse de Guilitane à ses commentaires précédents. Elle arqua d’ailleurs un sourcil et hésita un instant à le rabrouer de nouveau, un peu agacée. Elle, elle avait adoré son Aspiranat, et elle connaissait peu d’aspirants qui étaient prêts à qualifier leur formation de « galère ». Pourtant, elle ne répondit rien, se contentant d’un léger soupir. Il avait tant à apprendre, et elle ne parlait pas là des connaissances sur les dragons, ni même des Kaerls.
Alors qu’une sorte de programme se déroulait déjà dans sa tête pour l’appliquer à l’Ondin lors de son Aspiranat, elle se retourna vers le jeune Neishaan qui la questionnait d’un air timide. Elle préférait d’ailleurs nettement le comportement de ce petit dernier que du faux boiteux. N’eut-ce été le cousin de Nechama qu’elle aurait confié Guilitane a Erebus et aurait plutôt gardé le jeune Meccaya avec elle. Mais elle préférait éviter d’avoir des aspirants de la même famille, et n’avait donc pas le choix.

Avec un doux sourire, elles s’écarta un peu de l’endroit où ils étaient pour aller s’asseoir sur le sable, à l’ombre du soleil de midi qui commençait à chauffer sérieusement puis leur fit signe de la rejoindre avant de mettre à répondre à Meccaya.

Alors, tout d’abord, l’Aspiranat n’est pas une épreuve jeune homme, c’est une formation. Vous allez apprendre beaucoup de choses, allant de la théorie à la pratique, de la culture au combat, des connaissances à l’application. Vous verrez qu’une fois toutes les bases acquises, vous pourrez choisir les matières qui vous intéresse le plus, et vous spécialiser dans une branche de connaissances et techniques, et même devenir l’apprenti de l’un des marchands ou artisans du Kaerl si cela vous sied.

Elle s’arrêta un instant, laissant aux jeunes gens le temps d’assimiler avant de continuer, avec un timing parfait pour éviter de nouvelles questions avant qu’elles n’aient finis de répondre à celles-ci. La seconde question était plus complexe, parce qu’ils pouvaient à la fois échouer, et à la fois non. Aussi commença-t-elle par le début pour leur faire comprendre.

Alors. Tout d’abord tu dois savoir que tu te lieras à ton âme sœur lors d’une cérémonie que l’on appelle l’Empreinte. Cela arrive lorsqu’une Reine Dorée du Kaerl, telle que Nyssath, décide d’offrir une ponte à son Kaerl. Tous les Aspirants jugés prêts par leur Maitres sont inscrits à cette Empreinte et se rendent sur les sables d’une grande salle où la Reine aura couvée ses œufs jusqu’à ce qu’elle les sache prêts à éclore.

Elle fit une petite pause, autant pour leur laisser le temps d’assimiler à nouveau que pour formuler la réponse précise à la question qui avait nécessité une telle entrée en matière.

La seule raison pour laquelle tu peux échouer à une Empreinte, c’est que ton dragon, ton futur Lié, ne se trouve pas dans les œufs pondus par la Reine cette fois ci. Si ton âme sœur se trouve dans un œuf, face à toi, lors d’une Empreinte, tu ne pourras pas échouer, car il ne sortira pour personne d’autre que toi.

Elle eut un sourire alors qu’une vague de chaleur traversait son esprit. Nyssath suivait le cours pour s’occuper durant le vol, et ses réactions émotionnelles lui apparaissaient en toile de fond au fur et à mesure de son discours.

C’est la raison pour laquelle il est important que les aspirants ne loupent aucune Empreinte. Pour qu’aucun dragonneau ne reste coincé dans son œuf à cause de l’absence de son Lié sur les sables, et qu’aucun aspirant ne loupe la présence de son âme sœur.

Elle observa un instant les regards à la fois perplexes et rêveurs des nouveaux aspirants et eut un nouveau sourire. Elle laissa passer quelques minutes, le temps de voir leur attention revenir à elle et quitter les dragons dansants dans leurs esprits et répondit à la dernière question.

Tu feras ce que tu veux. A part retourner chez toi, car tu devras rester vivre sur Tol Orëa, et garder le secret tout au long de ta vie. Cependant, rien ne t’empêchera, une fois que ton dragon pourra voler, d’aller revoir ta famille. Tant que tu gardes le secret, rien ne t’est interdit de ce côté-là.
Ensuite, tu as l’opportunité de faire ce que tu voudras, le métier qui te plaira, de découvrir le monde, de faire de la politique, d’entrer dans l’armée, ou de remplir les archives du Kaerl de nouveaux récits sur l’évolution du monde.


Elle continua ainsi de répondre à des questions, mais aussi de discuter avec eux, et de les écouter débattre entre eux. La nuit commençait à tomber, et Dara se disait qu’ils passeraient finalement la nuit sur le continent lorsque d’une voix résonna dans son esprit, peu avant que de bruyants claquements d’ailes ne résonnent dans le ciel silencieux et étoilé.

°Tu croyais peut être que j’allais te laisser passer la nuit dans une contrée hostile avec trois aspirants à protéger et moi, ta Liée, à l’autre bout de Rhaëg ?°

La Neishaane eut un petit rire, et fit lever les jeunes gens, leur montrant du doigt deux points noirs qui grandissaient rapidement en s’approchant. L’un se révéla immense et doré, et l’autre, moins grand mais tout aussi impressionnant, d’une couleur chaude couleur brune rappelant le chocolat.
Les deux dragons se posèrent dans une tempête de sable, puis une seconde lorsqu’ils se secouèrent pour l’enlever de leurs écailles.
La Maitresse Dorée s’avança immédiatement vers sa Liée, se calant contre sa tête qui était d’ailleurs plus longue que son corps entier. Elle caressa tendrement le front de la Reine avant de s’écarter doucement puis d’accueillir Erebus d’une chaleureuse poignée de main.

Bonsoir Erebus, merci d’être venu aussi rapidement.

Se tournant vers le brun, elle inclina la tête avec un sourire sincère.

Bonsoir Eidolon, cela faisait un certain temps que je ne t’avais pas vu.

Elle se tourna ensuite vers les trois jeunes qui n’osaient pas vraiment approcher mais dont les yeux dévoraient les deux créatures de légende, puis leur fit signe d’avancer.

Allons, venez saluer nos amis. Je vous présente Maitre Erebus, et son Lié, Eidolon.

Jetant un coup d’œil aux nouveaux arrivés, elle fit les présentations en montrant de la main chacun d’eux à leur nom.

Et voici Nechama, Guilitane et Meccaya.

Elle sourit au jeune Neishaan, posa sa main sur son épaule pour l’inciter gentiment à avancer à ses côtés puis se fit avec lui, face au Maitre Brun.

Comme Meccaya est le cousin de Nechama, je ne peux les prendre tous deux en Aspiranat. Je te présente donc ton nouvel aspirant.

Elle garda sa main sur l’épaule du jeune garçon pour le rassurer. Une fois qu’ils auraient tous fait connaissances, et pris un peu de repos pour les deux dragons, elle emmènerait Nechama et Guilitane avec elle sur Nyssath. Eidolon se chargerait d’Erebus et Meccaya, et ils rentreraient au Kaerl par la voie des airs, accordant par la même occasion leur baptême de vol aux nouveaux aspirants.
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:47 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu