Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Les ailes du destin Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Auteur Message
Guilitane Anerovian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 7 Juin 2014 - 17:19 Répondre en citantRevenir en haut

Printemps 918 – Gaïaku


Lorsqu’il entendit la femme de chambre déposer son déjeuner, Guilitane se réveilla. La nuit avait été courte pour lui, et il avait surement récolté quelques bleus au cours de sa dernière escapade nocturne. Il se leva et, tout en s’appuyant sur sa canne, alla sur le balcon. Le ciel était recouvert de nuages, mais la pluie ne menaçait pas. Il mangea son repas en vitesse, s’habilla et descendit voir sa mère.

« Bonjour, des missives à faire passer ? »

Elle lui confia quelques lettres qu’il devait remettre dans la matinée. Il prit une carte de la ville et vérifia où se situaient les différents correspondants. *Au moins ils sont proches, ça me laissera le temps de flâner sur le retour.*

Il partit donc de chez lui et déambula dans les rues, son rythme était lent, comme à l’accoutumé. Il sentait de nombreux regards se poser sur lui, mais n’y faisait même plus attention tant il en avait l’habitude. Lorsqu’il arriva à la première maison, un majordome vint lui ouvrir. Il réceptionna la lettre et fit patienter le jeune homme dans un salon. Guilitane resta devant les grandes vitres à observer la ville. Elle fourmillait d’activités, c’était un jour comme les autres…

L’entrevue fut brève, Guilitane s’assura que la lettre fut lut et qu’il fut payé. Le jeune homme reprit sa route et passa rapidement dans les autres demeures sans s’attarder plus que nécessaire. La dernière de la liste était celle de Gontran, il ne l’avait revu que deux ou trois fois depuis leur altercation et le vieil homme ne semblait pas vouloir reparler de cet épisode. Leur échange fut court mais sans aucune animosité apparente, cela permit à Guilitane de se libérer assez tôt dans la matinée.*Bien, je peux me permettre de trainer dans les échoppes avant de rentrer voir Irielle.*

Guilitane erra donc dans le labyrinthe que forment les rues, c’est ainsi qu’il atterrit devant la boutique d’un sculpteur. La pancarte indiquait « Le bois féérique. » Le titre laissait à penser que le jeune homme trouverait un bibelot intéressant pour sa sœur, il décida donc de pousser la porte et d’entrer.

Alors que le bruit de sa canne résonna sur le parquet, le cœur du jeune homme s’emballa. *merveilleux ! Il était temps que je trouve cette échoppe !* Il se promenait devant les petites figurines finement ouvragées et s’arrêta devant une, il voulait l’offrir à sa sœur. Il s’en saisit et son regard se perdit tandis que sa main détaillait les moindres recoins de la pièce. Elle était en bois clair, mais il n’aurait pas su dire de quel arbre il venait. Un énorme lézard était couché sur un rocher, la tête relevée. Non, pas un lézard, un dragon ! La même créature que sur son masque ! Alors qu’il contemplait l’œuvre, il replongea dans ses souvenirs.

Il revu sa sœur lui donner le masque, la première fois qu’il l’avait mis. L’excitation de la chasse, accompagnée de ce léger bonheur lorsqu’il était certain d’avoir la bonne proie. La peur pendant les combats, le frisson glacé à chaque coup reçus, le soulagement après la mort... Tout lui revenait, en quelques secondes, peut-être des minutes, il n’en savait rien, la seule chose dont il avait conscience était sa main qui continuait de parcourir la statuette. Il allait l’acheter. Cela devenait une certitude alors qu’il revoyait sa sœur, son visage après chacune de leurs vadrouilles. Puis, à son grand désespoir, dans son lit, après chacune de ses missions, elle l’accueillait avec un sourire, et s’émerveillait des présents qu’il trouvait… Il allait l’acheter, ça plairait à Iri.

Ses contemplations furent interrompues par le son de la porte.
Publicité





MessagePosté le: Sam 7 Juin 2014 - 17:19 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 8 Juin 2014 - 18:08 Répondre en citantRevenir en haut


Dara d'Amberle
Liée à la Dorée Nyssath



Dara n'avait pas mis longtemps pour atteindre le village voisin. Les gens qu'elle avait croisé parlait d'ailleurs de ce pillage et elle prit garde à entrer par une porte opposée à celle qui correspondait à la direction d'où elle venait. Elle n'avait pas vraiment le temps de répondre à toutes les questions d'une curiosité parfois malsaine des badauds à la recherche de détails croustillants.
La taille du hammeau était plutôt modeste mais plus élevée que celui qui avait été pillé plus loin. Elle repéra tout de même une ou deux auberges, signe qu'il devait s'agir d'un lieu de passage et d'arrêt, ce qui n'était pas si étonnant puisqu'il se situait sur l'une des grandes routes de commerce qui traversaient l'Undomë de part en part.

Une fois arrivée dans le village, elle ouvrit ses sens et son esprit à la présence de Nyssath, laquelle était toujours couchée dans cette clairière en compagnie de Nechama. La Reine commença à la guider, de rue en rue, jusqu'à l'arrêter près d'une boutique de laquelle s'échappait une douce odeur de bois.

"Le bois féérique", lut-elle à voix basse sur la pancarte ouvragée qui oscillait doucement sous la brise matinale.

L'heure était relativement avancée, puisque l'on devai approcher des 9h du matin, mais l'endroit n'était ni bruyant, ni bondé. Mais après tout, le marché devait battre son plein dans le centre ville, ce qui expliquait surement que le reste des rues soient emplies d'un calme étrange et presque suspicieux.

°C'est dans celle-ci Dara.°

La voix mentale de sa Liée la tira hors de ses pensées, et elle hocha la tête -tout en sachant que Nyssath ne pouvait la voir- et entra donc dans un tintement de clochette. Le bruit alerta le sculpteur qui quitta l'arrière boutique pour s'installer derrière le comptoir et la saluer. Pourtant, si la Maitresse Dorée lui répondit poliment, ses yeux bleus étaient rivés sur le jeune homme dans la diagonale opposé, dont les mèches blanches dissimulaient légèrement le regard.
Elle s'approcha de lui avec un doux sourire, et inclina la tête pour lui marquer le respect, tout autant que le saluer à son tour.

Bonjour jeune homme, enchantée de faire ta connaissance. Je me nomme Dara d'Amberle.

C'était plutôt directe comme entrée en matière, mais elle ne voyait pas ce qu'elle aurait bien pu lui dire d'autres pour commencer. La Neishaane se voyait mal balancer de but en blanc "Les dragons existent et tu as un don qui te permet d'en avoir un. Maintenant ramène tes fesses on a quelques heures de vol pour rentrer !"
Alors que ses pensées partaient dans tous les sens, elle entendit la Dorée rire dans son esprit, accentuant son sourire.

La Maitresse Dragon secoua doucement la tête et lui laissa le temps d'assimiler son approche et sa présentation et entreprit de l'observer. Il était plutôt grand, de constitution légère, ses traits fins auraient pu être androgynes si sa machoire n'avait pas été si carrée, et son corps indéniablement masculin. Un ondin, à coup sûr. D'ailleurs, il semblait d'ailleurs curieusement bien bâtit pour un homme de sa race et se demanda s'il savait déjà se battre.
La franchise de son regard bleu glaciaire la fit sourire, étrange miroir délavé de ses propres yeux. Elle tendit la main effleurant le morceau de bois qu'il tenait dans les mains.

Un dragon. Quelle ironie.
Elle sourit de plus belle, puis le fixa un bref instant avant de continuer sur sa lancée, toujours aussi franche et aussi peu répandue en ronds de jambes.

J'aimerais que l'on discute. J'ai des trucs à te dire qui te concernent, mais pour cela, j'ai besoin que tu me suives.

Bien sûr, cette méthode était quitte ou double. Où le jeune homme aurait assez confiance pour la suivre, ou il serait inquiété d'un telle demande et refuserait. Dans ce cas là, il lui faudrait employer une seconde méthode, un peu plus en rapport avec un gros lézard doré.

°COMMENT CA UN LEZARD ?!°

L'indignation de sa Liée se fracassa dans son esprit comme une vague sur une digue, si bien qu'elle du se mordre la lèvre afin de ne pas éclater de rire, et ainsi risquer de passer pour une folle.
On avait vu mieux comme approche, il était vrai.
Guilitane Anerovian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 2 Juil 2014 - 20:21 Répondre en citantRevenir en haut

Guilitane laissa s’effacer les derniers souvenirs de ce songe éveillé, un léger sourire marquant encore son visage. Sa main avait déjà explorée toute les aspérités de la statuette mais il la gardait dans sa paume, sans vraiment savoir pourquoi. Bien qu’il ait vaguement entendu la sonnette, ça n’est pas elle qui l’avait extirpé hors de ses rêveries. En effet il sentait le regard insistant posé sur lui au plus profond de son être. De plus, le magasin étant désert, le bruit de ses bottes, bien que discret, se répercutait dans toute l’échoppe. Si bien que Guilitane ne fut pas surpris lorsque l’inconnue s’adressa à lui.

« Bonjour jeune homme, enchantée de faire ta connaissance. Je me nomme Dara d'Amberle. »

L’entré en matière était tellement brutal que Guilitane ne put répondre de suite, il était habitué aux raffinements et truchements de la sphère mondaine qu’une entré en matière aussi directe le désarçonna. Il prit donc le temps d’observer son interlocuteur avant de répondre.

Seconde surprise, c’est une interlocutrice ! Ses bottes usées sont purement de factures féminines ! Ensuite son regard remonte jusqu’à l’épée qu’elle porte à ses hanches. Ainsi, elle est finement ouvragée, mais le cuir est patiné montrant ainsi que cette lame est chère, mais qu’elle a beaucoup servi. De plus Dara, même si avec une telle entré en matière, son nom est surement faux, possède un corps agréable pour les yeux, les années d’entrainements et de combats l’avait visiblement façonné, ce qui contrastait étrangement avec son visage clair aux traits fins…

*Mère m’a souvent parlé des Neishaanes, mais c’est la première fois que j’en croise une !* Quelque chose n’allait pas, ses vêtements de noble portait un blason qu’il ne connaissait pas et le sourire qu’elle arborait ne lui inspirait pas confiance. Ainsi il se laissait guider par sa méfiance lorsqu’il se présenta.

« Enchanté mademoiselle, je me prénomme Guilitane, c’est effectivement une joie de rencontrer une créature aussi sublime que vous. Que me vaut ce plaisir ? »

Elle le regarda de la tête au pied, ce qui le mit mal à l’aise, il avait l’habitude qu’on l’observe et qu’on le détail, mais généralement à cause de la canne qu’il porte, ou du fait qu’il accompagne sa mère, jamais de manière aussi… Intéressée ?

Ca semblait être le terme approprié mais il ne saurait dire pourquoi. Leurs regards se croisèrent, les yeux de son interlocutrices étaient une copie féminine des siens, si franc, si perçant qu’il aurait surement rougit si elle n’avait pas posé son regard ailleurs. En effet elle semblait amusée par la petite statuette qu’il tenait toujours. *Mais que me veut-elle donc ?*

« J'aimerais que l'on discute. J'ai des trucs à te dire qui te concernent, mais pour cela, j'ai besoin que tu me suives. »

Une deuxième fois ? Décidemment elle était douée pour désarçonner le jeune homme. Mais quelque chose clochait, il allait mettre le doigt dessus. *Elle n’est pas noble ! Le « D’Amberle » est un faux nom ! *

D’un coup Guilitane comprenait tout, il s’agissait surement d’un brigand ! Un bandit de grand chemin qui avait volé les vêtements d’une autre ! Au vue de l’épée, elle avait dû choisir un nom d’emprunt à force d’affronter les forces de l’ordre, surement fuir loin aussi. Elle voulait l’éloigner pour le détrousser. Grand bien lui en fasse, Guilitane allait devoir sur jouer le blessé pour la mettre en confiance.

« Mais avec grand plaisir, je n’ai malheureusement pas une allure très soutenue, cela vous dérange ? »

Ils sortirent de l’échoppe, Guilitane avait ses sens en éveil et attendait le moindre signe d’hostilité. La détrousseuse pensait être tombée sur une cible facile ? Elle allait déchanter, le destin envoyait directement des proies au chasseur, et il n’allait même pas avoir besoin de se cacher, elle voulait déjà qu’ils s’isolent… Dommage qu’il n’ait pas pensé à emmener son masque avec lui. C’était décidemment une bonne matiné.
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 22 Sep 2014 - 16:24 Répondre en citantRevenir en haut


Dara d'Amberle
Liée à la Dorée Nyssath



La jeune femme se laissa détailler en haussant un sourcil, presque amusé par le comportement de son futur aspirant. Enfin, de son deuxième futur aspirant... Mais ce qui manqua de lui faire perdre complètement son sourire, ce fut la réponse et les salutations de l'Ondin face à elle.

- Enchanté mademoiselle, je me prénomme Guilitane, c’est effectivement une joie de rencontrer une créature aussi sublime que vous. Que me vaut ce plaisir ?

Ses sourcils s'envolèrent sur son front, et elle cligna plusieurs fois des yeux avant de laisser échapper un rire, à la fois nerveux et amusé. Il lui faisait du charme.

°Et attends ce n'est rien ! Bientôt il t'appellera "Maitresse" aussi !°

Dara se mordit la lèvre inférieure pour éviter un nouveau rire, ses yeux bleus pétillants encore quelques instants après qu'elle ai réussi à se calmer assez pour pouvoir relâcher sa lèvre. Ce qui ne l'avait pas empêcher d'observer le dénommé Guilitane avec une grande attention, et donc de déceler sa méfiance mais aussi un fait simple : il ne la croyait pas.

Elle lui adressa un sourire franc, secouant la tête pour lui assurer que son allure lente ne lui posait aucun soucis, et cala ses pas sur les siens pour prendre la direction de la forêt. Avec tout ceci, Dara avait payé la petite statuette pour l'emmener avec elle, la retournant dans ses mains en l'observant avec un sourire. Le bois couleur noisette était magnifiquement travaillé, et formait, pour une fois, une représentation plutôt fidèle de la réalité draconique présente en ce monde.

Vous aimez les reptiles ? Et les dragons ?

Elle releva son regard vif sur le jeune homme et lui adressa un sourire, désignant la statuette qu'il tenait auparavant dans la boutique. Et pendant qu'il lui répondait, elle l'observa marcher, fronçant légèrement les sourcils à son handicap manifeste. Cela ne posait pas de soucis en soi, elle n'aurait cas le dispenser de cours de combat intensif, et l'orienter vers la bibliothèque à la place. Il y avait tant à faire et à apprendre dans le côté administratif du Kaerl. En faire un érudit à la solde de la maison d'Amberle pourrait se révéler une bonne chose, surtout si l'on prenait en compte ses capacités d'élocution et sa manifeste aisance en présence d'inconnus.
Pourtant, quelque chose la chiffonnait dans la démarche boiteuse de l'Ondin, sans qu'elle n'arrive à mettre le doigt dessus. Elle y réfléchit tant et si bien dans un demi silence entrecoupé de quelques commentaires qu'ils étaient déjà sortis de la petite ville quand elle trouva enfin ce qui la gênait tant. La souplesse. En effet, Guilitane se mouvait souplement, avec une espèce de grâce coulante qui venait à la fois de sa race, mais indéniablement aussi d'un exercice physique qu'elle pouvait reconnaître chez n'importe qui : le combat.

Se mordillant la lèvre un court instant, elle finit par poser sa question avec un brin d'innocence, et un sourire timide, à peine simulé.

Vous vous êtes blessés à la guerre ?

Ils arrivaient enfin en lisière de forêt, lorsque Nyssath, dont la patience en terre humaine n'était pas vraiment le fort, décida d'intervenir à sa manière.

°Cesse donc de faire semblant de boiter jeune bipède ! Cette mascarade est d'une impolitesse absolue !°
Guilitane Anerovian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 20 Oct 2014 - 23:57 Répondre en citantRevenir en haut

A peine avait-il finit de se présenté qu’il perçut l’effort que faisait cette « Dara D’Amberle » pour ne pas sourire. Il en était sûr maintenant, elle cachait quelque chose. Elle avait beau tenter d’attiser sa confiance, Guilitane n’était pas dupe. Ce n’était pas la première fois qu’elle essayait de détrousser un noble visiblement fortuné, mais ça serait certainement la dernière.

Après avoir calé sont allure sur celle du présumé handicaper, la femme avait focalisée son attention sur la statuette qu’il avait projeté d’acheté. *Tant pis, je trouverai autre chose pour Irina.* Guilitane fut surpris par la question, elle lui demanda un petit temps de réflexion puis il répondit presque amusé :

« Non, je n’aime pas particulièrement les reptiles, il semblerait qu’en certaines contrées lointaines comme en Ssyl’Shar les nobles et les bourgeois les dressent comme animaux de compagnie mais ça ne m’a jamais vraiment intéressé. Les dragons quant à eux… Je les trouve intéressant. Comme de nombreuses légendes ou rumeurs urbaines, ils provoquent respect et craintes alors même qu’ils ne sont que des fantômes sans fondements, faisant partie de notre imaginaire grâce aux conteurs. »

Guilitane avait insisté plus qu’il ne l’aurait voulu sur le mot mais la vision de ses cabrioles nocturnes s’était imposée à son esprit alors qu’il pensait au dragon représenté sur son masque.
Il remarqua l’insistance avec laquelle cette « dame » détaillait sa jambe. Aurait-elle donc des remords à dépouiller un estropié ? Le jeune homme en doutait. Il est plus probable qu’elle cherche à évaluer les risques qu’elle encourait, aussi sa deuxième question ne surpris pas l’ondin.

« Une blessure de guerre ? Oh, j’aurais préféré, il y aurait eu une justice là-dedans, mais non, j’ai eu ce legs de la part d’un escogriffe un soir où j’avais échappé à la surveillance de mes parents. Pourquoi cette question ? »

Elle paraissait troublée par quelque chose, et alors que Guilitane apercevait l’orée du bois, il comprit qu’elle avait peur qu’il s’enfuit au moindre bruit suspect.

*Aucun risque, je ne fuirai pas ça c’est une certitude.*

Ils avancèrent encore un peu plus loin de la ville et Guilitane trouvait étrange qu’elle se taise ainsi, s’il ne tenait pas tant que ça à l’arrêter, il aurait surement trouvé ça suspect et aurait voulu faire machine arrière… Qu’attendait-elle do~

La voix explosa en lui avec violence et il put sentir l’impatience qui l’habitait. Par réflexe il avait posé la main sur son pommeau et alors que l’instant d’avant il regardait son interlocutrice de biais, il lui faisait maintenant face.

Comment avait-elle fait pour atteindre son esprit ? Avait-elle vu la supercherie ? Que cherchait-elle vraiment ?

« Est-ce là le don des Neishaans ? De faire pleuvoir des illusions dans mon esprit ? Que me voulez-vous vraiment ? »

Guilitane avait étonnement réussi à garder un ton calme, détaché et serein comme… Tout bon ondin qui se respecte. Mais ça ne lui ressemblait pas. Puis il comprit, il avait peur, un sentiment qu’il n’avait pas ressenti depuis bien longtemps.

*Décidemment, cette rencontre promet d’être intéressante.*
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 21 Oct 2014 - 11:22 Répondre en citantRevenir en haut


Dara d'Amberle
Liée à la Dorée Nyssath



Elle put sentir l'ondin sursauter près d'elle, ce qui lui arracha un sourire qu'elle prit grand soin de dissimuler. Il découlait de cet homme une arrogance froide et hautaine qui lui tapait sur les nerfs. Dara était une femme franche qui aimait les choses simples et pour qui l'humilité était une qualité honorable et respectable. Autant dire qu'elle prenait donc un malin plaisir à malmener un peu celui qui serait son futur aspirant. Elle avait tant à lui apprendre ...

- Est-ce là le don des Neishaans ? De faire pleuvoir des illusions dans mon esprit ? Que me voulez-vous vraiment ?

La Maitresse Dorée arqua un sourcil et son ton, jusqu'ici aimable et affable, perdit quelques degrés tout en se parant d'un éclat de dureté reflété par ses yeux cobalt.

Tiens, tiens, existerait-il des choses que vous ne connaissez pas ?

Elle ne lui laissa pas le temps de répondre, ceci étant juste une réflexion ironique et réthorique ayant pour but de faire comprendre au jeune homme qu'il ferait mieux de redescendre de quelques tons. Elle le pensait assez intelligent et rodé aux réceptions des nobles pour comprendre rapidement le sous entendu.

Oui, c'est effectivement un don Neishaan. Mais je n'ai absolument rien à voir avec la voix que tu viens d'entendre dans ta tête. D'ailleurs, je suis surprise que tu n'ai pas fait attention au fait que la voix en question était bien différente de la mienne.

Dara ne prit pas la peine de répondre à la dernière question et reprit plutôt leur marche. Elle ne lui lança même pas un regard, puisqu'ils étaient maintenant assez loin de la ville pour que s'il décide de ne pas la suivre, Nyssath n'intervienne avec plus de force et d'impatience qu'elle. D'un ton nonchalant et toujours sans se retourner, elle s'adressa néanmoins à lui.

Oh, et tu peux arrêter de boiter. Ta souplesse trahit la supercherie.

Ils continuèrent d'avancer un moment dans un silence légèrement tendu, où elle pouvait presque entendre le cerveau du jeune homme tourner à plein régime pour essayer de comprendre ce qu'elle lui voulait, la situation dans laquelle il était, mais surtout à travailler sur son comportement pour ne pas perdre la face.
Autant il était nécessaire à la Neishaan de participer à toutes ces réceptions et réunions avec les autres dirigeants politiques, autant c'était quelque chose qu'elle supportait très peu. D'un naturel honnête, sans pourtant manquer de tact et de discernement, Dara condamnait l'hypocrisie et la manipulation. Si elle n'avait rien contre les ondins en particulier, elle trouvait déjà leur maîtrise de soi dérangeante, car elle ne laissait à personne la possibilité de voir ce qu'il pensait et ressentait réellement. Mais quand, on couplait un ondin à un noble rôdé à toutes ces manœuvres publiques et ces manières à la fausseté guindée, on se retrouvait avec l'homme qui marchait derrière elle. Dégoulinant de flatterie, respirant l'arrogance et mettant un point d'honneur à avoir toujours raison.
Non, elle ne détestait pas son futur aspirant. Mais il était vrai que c'était le genre de personnalité secrète et aussi fuyante que les anguilles qu'elle préférait éviter de côtoyer habituellement.

Perdue dans ses pensées, ils arrivèrent à l'orée de la clairière où les attendait Nechama et Nyssath bien plus rapidement qu'elle ne s'y attendait. Elle se retourna enfin vers Guilitane, l'observant un moment avec un visage à nouveau calme et avenant. En effet, pour lui faire peur et le remettre à sa place, sa Liée était maintenant la mieux placée des deux si cela se révélait nécessaire.

Pour répondre à ta question jeune homme, voici ce que "je te veux".

Tendant le bras en direction de la clairière, elle lui fit un signe de tête l'invitant à passer le premier, pour le seul plaisir de mettre sa méfiance à rude épreuve. Peut être que l'impatience de la Dorée commençait à déteindre sur l'esprit de la Neishaane..
S'il se décidait à avancer, l'ondin tomberait sur une scène des plus féeriques et irréelles, d'une immense dragonne aux écailles de la pure couleur de l'or en fusion rehaussée des rayons du soleil dans lesquels elle baignait. Couchée au milieu d'une immense prairie aux différents tons de verts et aux fleurs colorés, ainsi qu'un autre ondin, assis près de l'imposante créature, à discuter avec elle à voix haute sans qu'aucune réponse ne puisse parvenir à Guilitane. Tout du moins, jusqu'à ce que sa grande tête ne se tourne vers lui, ses yeux opalescents semblant dépasser son corps pour atteindre directement son esprit.

°Enfin. Ce n'est pas trop tôt. Bonjour Guilitane.°
Guilitane Anerovian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 21 Oct 2014 - 17:37 Répondre en citantRevenir en haut

Guilitane n’aimait pas, mais alors pas du tout ce qu’il lui arrivait. Alors même qu’il se montrait plus menaçant qu’un instant auparavant, l’imposteur qui lui servait de guide n’était nullement effrayée. Au contraire sa voix se fit plus froide et la remarque frappa Guilitane aussi violement que la voix de la dorée.

Il n’eut même pas le temps de répondre, la neishaane ne lui en laissa pas le temps avant d’enchainer. De plus Guilitane était presque sûr qu’il s’agissait d’une intro à un de ses jeux de sous-entendus auxquels il était habitué.

Oui, c'est effectivement un don Neishaan. Mais je n'ai absolument rien à voir avec la voix que tu viens d'entendre dans ta tête. D'ailleurs, je suis surprise que tu n'ai pas fait attention au fait que la voix en question était bien différente de la mienne.

Mais elle le fasaitt exprès ! A peine venait-elle de répondre à une question qu’encore plus d’interrogations emplissaient l’esprit du jeune ondin ! Et effectivement les voix étaient différentes. Mais il ne voyait pas très bien ce que ça changeait.

« Si vous êtes à même de créer une illusion au sein de même de mon esprit je ne vois pas en quoi il serait étonnant que vous puissiez y moduler le timbre. »

Ah ! Que c’était fatigant et fastidieux ! Guilitane aurait préféré tombé sur un badaud bien moins intelligent, au moins il n’aurait pas eu à jouer cette comédie qui lui rappelait trop les simagrées qu’il devait faire en bal. Car au vue du changement de ton, Guilitane était à peu près sûr que la femme était une noble comme elle le prétendait. Ou du moins qu’elle l’avait été.

Elle le laissa en plan s’avançant toujours plus dans la forêt. Lui lançant cette révélation de façon plutôt désinvolte. Elle savait ! Même son père qui le voyait bouger tous les jours continuait de désespérer sur sa guérison et elle avait VUE ! Pire (ou mieux, il ne saurait dire) elle s’en fichait royalement !

Cela ébranla quelque peu l’ondin qui ne savait plus trop où il en était. Elle ne voulait pas le détrousser, il commençait à en être persuadé. De plus elle était extrêmement douée et observatrice et a au moins un acolyte avec elle. En outre, bien qu’elle ait remarqué qu’il était noble, elle envoyait voler toutes les règles de convenances et de bienséances qu’elle connaissait visiblement. Peut-être pensait-elle comme lui au final. Il devait revoir son comportement…

« Euh… Je crois que je vous dois des excu… Par Kaziel ! »

Guilitane aurait voulu présenter des excuses formelles maintenant qu’il avait laissé tomber sa méfiance et ce jeu fatigant de faux courtisan mais la vision d’une gigantesque créature dorée dont les ailes jouaient avec les rayons de lumières avait quelque peu perturbés ses pensées.

De même lorsqu’il vit une deuxième personne il se ressaisie de sa canne de manière à ne pas être suspecté avant de glisser le plus discrètement possible à :

« Je ne comprends toujours pas ce que vous me voulez, mais vous ne semblez pas hostiles. J’avais sous-estimé l’illusion des neishaans, c’est stupéfiant et prodigieux mais j’apprécierais fortement que vous soyez la seule à connaitre mon secret. Par ailleurs, je vous dois de réelles excuses, je vous avais pris pour quelqu’un d’autre… »

Son discours fut interrompu par la dragonne. Il venait de comprendre ! Elle était bien réelle ! Mais c’était tout bonnement impossible !
Il s'exprima tout de même, sa voix bien moins puissante qu'à l'accoutumé car nimbée de peur.

"Aujourd’hui n’est pas vraiment mon jour on dirait. Je vous prie d’excuser mon incrédulité mais cela semble si irréel, quel est votre nom ?"

Guilitane s’avança précautionneusement de l’immense tête draconnique en espérant fortement qu’un, la créature avait pu l’entendre, deux, qu’elle ne se serve pas de lui comme casse-croute.

L’ondin avait conscience qu’il assistait à quelque chose d’extraordinaire sans vraiment savoir pourquoi, cela expliquait fortement l’absence de réaction suite à la découverte d’un saurien tout droit sorti des légendes.
Il avait totalement occulté la seconde personne présente et s’inclinait en signe de respect devant la reine dorée, à la fois excité par la suite à venir mais la craignant également.
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 18 Nov 2014 - 16:10 Répondre en citantRevenir en haut


Dara d'Amberle
Liée à la Dorée Nyssath



Dara hésitait entre l’amusement et un certain agacement face à Guilitane qui murmurait près d’elle. Une illusion ? Ahah, c’était Nyssath qui allait être contente. Comme elle s’en doutait, la Dorée apprécia peu d’être réduite à l’état d’illusion, et goûta avec délice la peur qui teintait la voix jusqu’ici arrogante du jeune homme.
En effet, si la dragonne n’était pas belliqueuse, elle restait une Reine de son Màr, avec un égo et une susceptibilité taillée pour le poste. Elle avait donc du mal à avaler les différentes répliques du jeune homme, ainsi que sa familiarité à son encontre. Malgré qu’elle soit légèrement adoucie par la courbette qu’il effectua ensuite. Sa première réponse fut donc de souffler par les naseaux un air chaud qui ne laissait aucun doute sur la température à l’intérieur de sa gorge et sur sa capacité à cracher du feu. Nyssath baissa la tête jusqu’à la mettre à la hauteur de l’ondin. Elle était d’ailleurs si grande, que même comme cela, les piques situés sous sa mâchoire frôlaient l’herbe, et que ceux qui ornaient le haut de sa tête dépassaient le jeune homme.

Plongeant ses yeux opalescents où des lueurs rouges dansaient, –ce qui n’étaient généralement pas bon signe, ce que Guilitane ignorait pour l’instant – dans les prunelles de son futur aspirant, la Dorée répondit, d’un ton qui gronda presque à l’intérieur de la tête de l’ondin.

°Je me nomme Nyssath, fille de Kiruna, Reine Dorée du Màr Menel, liée à la Maitresse Dragon Dara d’Amberle.°

La peau devenue soudainement pâle –enfin encore plus que d’habitude- du visage de Guilitane du lui suffire comme excuse pour son précédent comportement puisque la dragonne redressa son long cou musclé puis se coucha tel un sphinx dans l’herbe tendre.
Ce fut Dara, qui derrière le futur aspirant, reprit la parole ensuite.

Guilitane, voici Nechama. Il sera ton co-aspirant, car il possède, comme toi, le Don qui te permet de communiquer avec les dragons.

Voyant que le jeune homme ouvrait déjà la bouche, elle claqua de la langue dans un son agacé puis assena d’une voix fraiche.

Il serait de bon goût que tu cesses de m’interrompre, et que tu me laisses finir avant de poser des questions auxquelles je risque de répondre si tu permets que je finisse.

Cela eut le don de faire lentement refermer la bouche à l’ondin, et la Maitresse Dorée récupéra son visage avenant, faisant un signe de la main à Nechama pour qu’ils les rejoignent, puis ils s’assirent tous les trois devant l’immense dragonne.

La raison de ma présence et de celle de ma Liée, jeune homme, commença-t-elle en s’adressant particulièrement au petit nouveau puisque le premier ondin était déjà au courant de tout cela, est la suivante : il existe quelque part, un œuf contenant un dragonneau qui ne s’ouvrira que pour toi.

Elle attendit un court instant, mais Guilitane était intelligent et il garda les lèvres résolument closes, s’attirant un petit sourire de la part de la Neishaane et un mouvement de tête approbateur.

Comme dit toute à l’heure, tu possèdes ce que nous appelons le « Don », qui est en fait une certaine magie contenu dans ton sang et ton ADN et qui te permets de communiquer avec les dragons qui ne sont pas, comme tu peux le constater, des créatures seulement présentes dans les légendes. Leur existence est tenue secrète sauf en un lieu, l’île de Tol Orëa, dont tu as peut être entendu parler. Là-bas, sous l’égide de trois royaumes que l’on nomme Kaerl, ils sont respectés et se lient à des hommes et des femmes qui portent en eux le Don.

Elle s’arrêta à nouveau, lui laissant le temps de digérer les informations, puis au lieu de lui en donner de nouvelles, elle inclina légèrement le menton vers lui afin de lui laisser la parole.

J’ai finis dans un premier temps. Tu as des questions ? Et s’il te plait, évite les cascades, je ne pourrais répondre précisément et de façon détaillée à tes questions seulement si j’arrive à me souvenir de toutes !

Son ton avait pris un petit penchant taquin, détendant un peu l’atmosphère qui avait été relativement tendue depuis leur arrivée.
Guilitane Anerovian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 23 Nov 2014 - 00:13 Répondre en citantRevenir en haut

Lorsque la voix de la reine explosa une seconde fois sous son crâne Guilitane dut déployer des efforts colossaux pour ne pas tressaillir. La chaleur du souffle se mariait de façon effrayante avec la puissance de sa phrase, faisant apparaitre en Guilitane une peur ancestrale, presque légendaire.

Il venait de réapprendre la terreur en une fraction de secondes, réalisant l’ampleur titanesque de la majestueuse créature en face de lui. Il ne représentait qu’un insecte pour elle. L’irréalisme des contes et histoires qu’il avait entendu enfant ne venait plus du méchant dragon gardant la tour (il en avait en effet un devant lui) mais plutôt du courage incommensurable, irraisonné et suicidaire de ce stupide prince pensant pouvoir affronter le feu personnifié en écailles.

La douce voix de la Neishaan le tira de ce chaos de frayeur sans toutefois l’annihiler totalement. Ainsi il allait avoir un Co-aspirant…

Quoi ? Un don ? Un aspiranat ? Mais de quoi pouvait-elle bien parler ?

Alors qu’il allait poser ses interrogations il fut retenus par sa future maîtresse. D’accord, il écouterait et cesserait de l’interrompre. Ils s’assirent donc tout les trois sous le regard de la gigantesque dragonne. Il fallut d’ailleurs que l’ondin déploie plus d’efforts que de raison pour s’assoir sans plier sa jambe censément blessée. Une fois installé il écouta la noble avec une attention certaine.

Ainsi elle n’était pas venue à lui pour le détrousser mais plutôt pour lui donner quelque chose. Enfin… Un œuf ?! Vraiment ? Pour une raison qu’il ignorait Guilitane n’avait jamais songé qu’un dragon pouvait naître petit. A dire vrai, il n’avait jamais imaginé qu’ils puissent naître.
Et il semblerait même qu’elle ne l’ai pas choisis par hasard, un œuf lui était déjà destiné au moment même où ils parlaient. Comment le savait-elle ? Comment l’avait-elle trouvé ? L’ondin attendait patiemment que Dara réponde d’elle-même à ses questions silencieuses.

Pourtant elle préféra s’arrêter. Sentant que l’explication était loin d’être terminé et ne voulant pas vexer plus son interlocutrice, il ne pipa mot en se contentant de regarder du coin de l’œil le deuxième ondin présent. Il avait la carrure d’un fermier sans en avoir l’attitude et contrairement à l’handicapé, il adoptait le faciès glacial et inexpressif propre à ceux de leur race. La notion même de compagnon paraissait étrange à Guilitane, alors savoir à quoi ressemblait celui-ci importait relativement peu. C’est pourquoi il se focalisa sur le laïus de Dara en espérant en apprendre le plus possible.

Il apprit donc qu’il pouvait communiquer avec les dragons, ou du moins car cela il s’en était aperçut avant, que cela était rare et que tout le monde ne les entendaient pas. En outre, Tol’Orea n’était pas une terre d’ermitage où les paria allaient se terrer dans des petites huttes loin de tous pour mourir en silence, mais un immense territoire partagé entre trois royaumes peuplés de dragons !

Enfin, il pouvait poser ses questions, mais avec ordre et discipline.

« Pour résumer, vous avez traversé un océan pour m’apprendre l’existence des dragons, un secret séculaire que trois royaumes entiers ont décidé de garder. Et puisque je n’ai pas l’autorisation de vous noyer de questions, je n’en poserais qu’une seule. Que me voulez-vous ? »

Bien loin de l’éloquence et du ton mielleux qu’il avait utilisé plus tôt, Guilitane jouait maintenant cartes sur table, il venait d’apprendre un immense secret et il n’avait aucun doute quant au fait que la dragonne le carboniserai s’il tentait de s’enfuir pour hurler sur tout les toits que les dragons ne sont pas des légendes. Il avait parlé d’une voix calme et posé et attendait humblement sa réponse. Bien sûr il avait une pléthore d’autre questions à poser, mais cela attendrait.
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 29 Nov 2014 - 12:31 Répondre en citantRevenir en haut


Dara d'Amberle
Liée à la Dorée Nyssath



Si Dara avait pu observer toutes les questions, les doutes et les surprises dans le regard étonnement expressif de l’Ondin, elle put noter son intelligence et sa propension à obéir puisqu’il n’avait pas décoché un seul mot et attendu qu’elle lui donne la parole. Bien, peut-être n’était-il pas irrécupérable finalement.
La jeune femme eut un léger sourire car cette phrase ne venait absolument pas de son propre esprit, et elle croisa le regard amusé de sa Liée avant de reporter son attention sur Guilitane qui sembla réfléchir à nouveau avant de formuler une réponse, ce qui lui valut un nouveau bon point.

- Pour résumer, vous avez traversé un océan pour m’apprendre l’existence des dragons, un secret séculaire que trois royaumes entiers ont décidé de garder. Et puisque je n’ai pas l’autorisation de vous noyer de questions, je n’en poserais qu’une seule. Que me voulez-vous ?

Incapable de résister devant la perplexité et la légère ironie contenue dans les premiers mots de l’Ondin, la Céleste éclata de rire. Elle ne se moquait pas, loin de là, elle était juste amusée par le fait que, dit comme cela, sa venue paraissait clairement irréelle voir presque idiote.
Elle secoua doucement la tête, remuant ses mèches blondes puis décida de répondre, un sourire en coin toujours sur les lèvres.

Je veux que tu viennes avec moi sur Tol Orëa, afin de devenir mon aspirant, de suivre la formation qui te sera donnée et que l’on appelle Aspiranat pour que tu puisses libérer un dragonneau de sa prison de nacre, et que tu puisses devenir Chevalier Dragon.

Et elle se tût. Consciente qu’elle venait d’en rajouter une couche avec l’impossible et la perplexité, elle n’ajouta rien de plus, amusée de voir ce que Guilitane allait fait de tout ça. Le fixant avec intensité, et une pointe d’espièglerie, elle attendit, pour lui montrer qu’il pouvait à nouveau parler s’il le désirait.
Elle l’observa assimiler puis réfléchir à ce qu’elle venait de dire, surmontant sa rationalité puis son regard bleu dévia sur le second Ondin présent, tombant dans le regard de Nechama. Elle lui adressa un petit sourire, qui sembla hésiter à lui rendre. Il était d’une discrétion incroyable, ne parlait que lorsque cela lui semblait nécessaire, et toujours avec une pertinence agréable. Elle avait eu le temps de l’analyser un petit peu durant leur après-midi ensembles puis le début de matinée. Il lui semblait très observateur, et particulièrement intelligent, quoique d’une méfiance particulièrement forte. Il regardait, analysait, réfléchissait, et commentait si cela se révélait intéressant. Sinon, il se taisait, comme s’il notait l’information dans un coin de sa tête, puis recommençait l’opération avec tout ce qui l’entourait.

°Il sera compliqué de maintenir cette curiosité et cette intelligence dans le chemin où nous le voulons. Je sens une grande détermination en lui, comme s’il avait un but ultime qui régit sa vie depuis déjà un certain temps. Il faudra l’occuper beaucoup, et satisfaire sa soif d’apprendre si l’on veut le garder attentif, réceptif mais surtout sur les bons rails.°

La Maitresse Dorée acquiesça mentalement. Toutes ces remarques étaient justes, comme le prouvait sa rencontre avec le jeune homme. Ses questions sur sa présence, les dragons et Tol Orëa avaient été rapidement expédiées. Courtes, pertinentes et ciblées, il avait accepté sitôt ces réponses données, puis n’en avaient posées que peu depuis lors, se contentant de ruminer chaque réponse assez longtemps pour en extraire toute la teneur avant de poser une autre question. Aussi, elle savait que certaines des réponses qu’elle donnerait à Guilitane, qu’elle cernait déjà comme plus spontané malgré sa qualité d’Ondin, et beaucoup plus quémandeur aussi, répondraient aussi à Nechama qui n’en avaient pas encore les réponses.

En parlant de réponse, Guilitane semblait prêt à réagir à ses phrases précédents, et elle reporta donc son attention sur lui, attendant sagement, attentive aux paroles comme au comportement de son futur aspirant.
Guilitane Anerovian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 3 Déc 2014 - 22:45 Répondre en citantRevenir en haut

La Neishaan éclata de rire suite à sa question. Guilitane avait-il encore une fois fait un faux pas ? Il en doutait fortement aussi, il attendit qu’elle se calme et se décide à lui répondre. Ce qu’elle fit sans se départir de son sourire. Plus son discours avançait et plus l’ondin écarquillait les yeux. Elle devait se moquer de lui, c’était une blague douteuse qu’elle se permettait car elle était sous l’égide d’une dragonne.

Mais Guilitane dû se rendre à l’évidence, elle ne blaguait pas, elle était on ne peut plus sérieuse. D’ailleurs elle guettait ses réactions, et comme elle se taisait, le jeune homme en déduisit qu’il pouvait de nouveau s’exprimer et qu’il avait le droit à une nouvelle question. Mais il ne devait pas se perdre en futilité, s’égarer en verbiage inutile. Ainsi il réfléchit à ce qu’elle venait de lui dire.

Une offre. Voilà pourquoi elle était venue, et il ne comprenait pas vraiment pourquoi lui. D’ailleurs, son regard se tourna vers la troisième personne présente. Il devait lui aussi avoir reçu la même proposition, et l’avoir acceptée. Mais qu’est-ce que ça pouvait bien impliquer ?

Et comme le second ondin restait muet, il se décida.

« Je suppose que si je dois garder le secret, vous allez me demander de quitter ma famille. Mais je ne peux m’empêcher de penser à une chose. Comment savoir que je, ou bien nous, sommes les bonnes personnes ? Je veux dire, nous avons tout les deux ce « don » que vous évoquiez mais cela suffit-il à nous rendre digne d’un dragon ? Vous ne savez rien de moi, et vous acceptez quand même de me former ? Je pourrais être un assassin, un violeur comme le plus talentueux des soigneurs sans que cela n’influe votre choix ? »

Certes Guilitane avait posé plus d’une question mais elles tournaient toutes autour du même axe, pourquoi lui ? Et qu’allait-elle vraiment faire de lui pour lui donner un dragon en échange ?

Il ne voulait pas abandonner sa sœur, mais si les dragons existaient, alors la magie aussi ! Cela voulait dire qu’il y avait peut-être quelqu’un sur Tol’Oréa capable de rendre ses jambes à Irina, et pour ça il était prêt à abandonner sa vie actuelle et sa famille, et devenir l’élève d’une inconnue et de sa dragonne. Même si elle mentait sur son dragonneau, Guilitane avait déjà fait son choix, il voulait juste que son acceptation ne paraisse pas trop suspecte, et s’il pouvait glaner des informations aux passages, il se sentirait moins désemparé.
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 23 Déc 2014 - 21:19 Répondre en citantRevenir en haut

Dara écouta attentivement ce que lui disait Guilitane et eut un doux sourire. La question était pertinente et légitime à la fois. Le fait qu’elle soit céleste et que Nyssath les ait pressentis pour devenir ses Aspirants prouvaient qu’ils ne pouvaient avoir un mauvais fond, mais cela, il ne pouvait le savoir, évidemment. La Maitresse Dorée hocha la tête puis se tourna vers Nechama, sans répondre et lui fit un léger signe de la main.

Je t’en prie jeune homme, présente toi à ton futur co-aspirant.

L’intéressé inclina respectueusement la tête et tourna ses prunelles d’un bleu aussi sombre que le ciel nocturne vers l’ondin aux longs cheveux blancs, et l’observa pendant un instant sans rien dire, avec un sérieux quelque peu étonnant. Puis il adressa un léger sourire à l’autre jeune homme et se présenta, sobrement, en précisant son prénom, son âge et sa région d’origine, en toute simplicité. Puis après l’avoir à nouveau observé, incliné la tête et sourit, il se tourna à nouveau vers elle, avec sur le visage la tranquillité de celui qui a effectué correctement la leçon qui lui avait été confié.

Un léger rire résonna dans son esprit, et Dara leva les yeux vers sa Liée en lui accordant un sourire avant de reposer ses iris d’un bleu vif sur Guilitane.

En effet, cela n’influe rien.

Oui, bon, elle répondait tout d’abord à la fin de sa question, mais l’explication était plus logique dans ce sens.

Le fait même que tu aies le Don, prouve que tu es destiné à te lier à un dragon. Et non, ce Don ne prouve pas que tu es digne de recevoir un dragon, mais c’est justement là que j’interviens, et Nyssath aussi. L’Aspiranat est une session d’apprentissage et de connaissances qui va travailler à vous rendre digne de votre âme sœur. Et lorsque ce sera le cas, alors il sortira de sa coquille de nacre pour vous rejoindre sur les Sables de l’Eclosion.

La Neishaane marqua une légère pause lui laissant le temps d’assimiler et de comprendre ce qu’elle venait de dire puis elle lui adressa un sourire aussi doux qu’il était sincère.

Et oui, j’accepte de vous former sans vous connaitre. Le simple fait que vous ayez le Don indique que quelque part un dragonneau vous est destiné. Et aucun Maitre Dragon ne voudrait se retrouver responsable de la mort d’un dragonneau seulement parce qu’il se sera jugé trop bien pour former de nouveaux Aspirants.

Sur ce, elle tendit la main vers sa Liée qui, couchée en sphinx sur le sol, étendit son long cou afin de venir caler son museau contre les doigts fins de la Neishaane avec un son qui résonna comme un roulement tonnerre et qui n’était pourtant que la version draconique d’un ronronnement.
Avec un sourire Dara reporta son attention sur Guilitane et continua, d’un ton calme et serein.

Nous aurons le temps de discuter, de répondre à toutes tes questions et de t’en apprendre toujours plus sur le monde qui t’entoure, les dragons, toi et les autres pendant ton Aspiranat. Mais il est temps de faire ton choix jeune homme.
Guilitane Anerovian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 24 Jan 2015 - 22:25 Répondre en citantRevenir en haut

Guilitane ne fut nullement surpris de l’austérité de la présentation de son futur partenaire. En effet, cela était commun chez les ondins et cela ne le gênait aucunement. Il se doutait qu’il était peu ou prou dans la même situation que lui et qu’ils auraient à se serrer les coudes de temps à autres. Même s’il n’en laissa rien paraitre Guilitane était heureux d’avoir quelqu’un de sa race à proximité, ça l’empêcherait peut-être de se sentir trop perdu à l’avenir.

Ainsi, peu importait à sa maîtresse en devenir ce qu’il pouvait avoir fait avant, il devra faire ses preuves au cours d’un nouvel apprentissage. Bon, au pire ça ne fera que le troisième qu’il reçoit. Après avoir été maître des lames, disciples des ruses et des demi-mots il allait devenir apprenti (ou aspirant semblerait-il) dragonnier. Et il semblerait que Guilitane avait-eu de la chance d’être trouvé par ce couple plutôt qu’un autre. Elle savait reconnaitre ses limites et les admettre avec humilités, l’apprentissage s’annonçait intéressant. Et elle semblait vraiment sérieuse à propos de ce dragonneau, pourquoi continuerait-il à douter d’elle ?

Sa famille lui manquerait, c’est un fait. Mais d’un autre côté il commençait à être fatigué de devoir protéger sa ville d’elle-même, fatigué de devoir fuir son père toutes les semaines, fatigué de voir sa sœur souffrir sans rien pouvoir y changer. Alors même qu’il commençait à considérer sa vie comme vénale le destin lui avait envoyé un messager ailé et le droit à un nouveau départ. Peut-être même pour lui montrer que sa vision de la justice était incomplète ?

Guilitane ne pensait pas pouvoir interpréter la volonté des dieux, mais il n’allait pas laisser passer cette occasion. Le moment était venu pour lui d’effacer cette page trop chargée et d’ouvrir un nouveau chapitre.

« Puisque vous me le demandez, j’ai fait mon choix. »

Solennellement, avec une grâce empreinte de violence Guilitane s’inclina dans un salut de respect qu’il ne réservait qu’à son ancien maître d’arme, bien loin des faux-semblants du début de rencontre, dans ton son humilité Guilitane parla fort alors qe sa tête était toujours orientée vers le sol.

« Maîtresse Dara, Maîtresse Nyssath, je vous prie de bien vouloir me former à devenir dragonnier, ma lame est vôtre. Réapprenez-moi son utilité. »

Certes formel, certes un salut plutôt militaire, mais Guilitane n’oubliait pas qu’il avait à faire à des guerrières plus qu’à des magistrats. Et il se doutait bien que son entrainement futur ne s’arrêtera pas à de pâles lectures et quelques travaux de stockages. Le fourreau de Dara était usé et la dragonne était loin d’être avenante.
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:16 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu