Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Tentative d'enrôlement intriguante Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Artal Dreng
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 30 Mai 2014 - 17:52 Répondre en citantRevenir en haut

Gaïaku 918


La frustration était ce qui définissait Artal ces derniers temps. Certes Lhain lui avait ouvert les portes d'un monde dont il ignorait tout, et qui semblait très attractif. Notamment la perspective d'avoir un fragon l'enchantait beaucoup. Mais il avait comme une impression...Étrange. Se retrouver ainsi privé d'une partie de sa liberté de mouvement, obligé d'être perpétuellement dans les pattes de l'elfe et de Koltira, et de supporter leur présence...Et bien ça lui tapait sur le système. Il avait donc profité que Lhain ait à faire dans les environs pour reprendre un peu son souffle, se ressourcer dans la solitude qui commençait déjà à lui manquer. Il fallait se rendre à l'évidence, cet ondin n'était pas spécialement d'une nature sociale. Probablement que ce qui le gênait aussi pas mal était la nature "faussée" de son rapport avec le demi-elfe. Il avait l'habitude d'être celui qui tenait les cartes, celui qui savait tout de l'autre et de la situation. D'être invisible. Hors ses nouveaux "alliés" savaient tout de lui, et lui pas assez d'eux.

C'est ainsi qu'il s'était dirigé vers le Mont Gerikor. Une terre vide, de la nature toute entière à sa disposition, de quoi faire partir ses sentiments négatifs actuels, somme toute assez exagéré. Il savait qu'il avait bien de la chance, et sa frustration n'avait pas lieu d'être, il fallait s'en débarrasser. Un petit entrainement ferait donc parfaitement l'affaire, et il allait s'y atteler. Il trouva la première petite clairière lui paraissant isolé, proche d'une source d'eau claire qui lui servirait pour enlever la bonne suée qu'il se promettait et se mit au travail. Toute séance qui se respecte se doit de commencer par un échauffement, il se défie donc de son haut, laissant au clair son torse marqué par les luttes, et partit pour un petit footing de quelques lieux, histoire de se mettre en jambes. Et si ça lui permettait au passage de se libérer un peu l'esprit, et bien ce serait toujours ça de gagné!


Dernière édition par Artal Dreng le Dim 1 Juin 2014 - 14:17; édité 1 fois
Publicité





MessagePosté le: Ven 30 Mai 2014 - 17:52 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 463
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 257
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 30 Mai 2014 - 23:11 Répondre en citantRevenir en haut

Dans un air fauve d'imminence estivale, Ithildin vrillait le ciel d'éclats de bronze, glissant et tourbillonnant dans une danse aérienne bestiale. Plaquée contre les écailles aux reflets changeants, Amaélis profitait du mieux qu'elle pouvait de cet instant de complicité – un événement qui ne s'était fait que plus rare depuis leur retour au Màr Luimë. Aussi loin qu'elle pouvait pousser son raisonnement, la Neishaane ne voyait que de la jalousie dans le comportement de l'Airain. Peut-être la Chevalière aurait-elle dû ressentir plus de gratitude envers sa Liée, qui avait tout fait pour restaurer un semblant de paix dans son esprit et la protéger des ombres, plutôt que d'exprimer immédiatement le désir de retourner sous les eaux qu'elles avaient fuies. Une provocation inconsciente, mais qui avait de toute évidence blessé la Dragonne.
La plaine étalait sous leurs yeux sa solitude verdoyante, déchirée par l'ombre imposante du Mont Gerikor. Ithildin aimait s'échapper de la forteresse Engloutie, mais c'était la première fois que les deux Liées approchaient de si près l'incongrue et légendaire montagne – et, pour une fois, l'Airain n'avait nullement l'intention de s'embarquer dans une vaine aventure. Aujourd'hui, elle désirait simplement jouir de l'azur et de son inconsistance, lacérer de toutes ses forces cet adversaire silencieux et passif jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus bouger une griffe.

La Dragonne modifia subitement sa trajectoire, manquant se débarrasser de la Neishaane lors de sa roulade imprévue, et fusa avec un rugissement libérateur de l'autre côté de l'horizon. Désormais plus proches du sol, le paysage défilait à une vitesse trop élevée pour évoquer autre chose que de longues traînées de couleurs. Amaélis s'agrippa avec une force redoublée, fermant les yeux pour éviter de se sentir mal.

° Étoile-Lune, ralentis, s'il-te-plaît... °

Et, au grand étonnement de la Neishaane, l'Airain ralentit. Plus encore, celle-ci amorça sa descente, heurtant sans ménagement les branches des arbres qui avaient poussé là, aux abords de la plaine, pour finalement se poser, le souffle court. Sans particulièrement chercher à comprendre, Amaélis se laissa glisser le long de ses flancs vibrants et son regard gris rencontra l'orange vénéneux d'excitation de la Dragonne. Que lui arrivait-il donc ?

° Il y a un Doué, non loin. Il est seul. °

La Chevalière Engloutie leva les yeux vers les taches de ciel bleu visibles à travers le feuillage.

° C'est une belle journée, et il n'est pas interdit aux Aspirants de se promener. °
° Combien de fois es-tu sortie sans Maître ou Dragon ? Nous sommes suffisamment proches de Lòmëanor pour qu'il s'agisse d'un villageois. °
° Même si tu as raison, depuis quand ramener des Doués au Màr Luimë t'intéresse ? °


Un grondement menaçant s'échappa de l'Airain, qui se mit à pétrir le sol de ses griffes, et il ne fallut qu'un instant à Amaélis pour comprendre : une vie de Dragon était une vie de Dragon, peu importait le Kaerl et ses intérêts.

° Tu n'es peut-être pas présentable, mais je te laisserai l'honneur de t'en charger. Tu n'auras qu'à répéter ce que je te dis. Moi, je vais rester et me reposer, sinon je ne tiendrai jamais mon rôle de créature terrifiante. °

Avec un semblant de rire moqueur, sa queue vint frapper l'ample tunique blanche de la Neishaane pour en déloger quelques feuilles. La jeune Chevalière sentit la honte lui rougir les joues, et elle recula un peu pour se mettre hors de portée, ôtant de ses propres mains les débris végétaux qui s'étaient également accrochés à son pantalon de cuir brun. D'un geste agacé mais peu confiant, elle signifia qu'elle se mettait en route.

Guidée par les directives directionnelles de sa Liée, l'Engloutie ne tarda pas à entendre le souffle caractéristique d'une personne en train de courir. Un court moment, la panique l'immobilisa. Hors de question qu'elle fasse un pas de plus si leur cible était poursuivie ! La respiration rendue difficile par une agitation anxieuse, elle se dissimula du mieux qu'elle put derrière un tronc – ce qui, au vu de sa maigreur, n'était pas trop ardu. Néanmoins, quand elle aperçut enfin la silhouette bel et bien esseulée de la potentielle recrue, elle fut poussée en avant par la volonté d'Ithildin et se trouva désarçonnée par le son de sa propre voix.

Excuse-moi ! Sans prendre le risque d'observer la réaction du Doué, elle s'absorba dans la contemplation de ses pieds nus pour trouver l'inspiration, puis releva la tête. Bonjour.

Dans l'enceinte de son esprit, Ithildin partit d'un grand éclat de rire et Amaélis n'eut d'autre choix que de lui rappeler avec inquiétude qu'elle était censée l'aider. Silencieuse, la Neishaane cherchait désespérément un endroit où accrocher son regard – et qui, de préférence, n'appartenait pas à un autre être humain. Sous les remarques acerbes de l'Airain, elle dut finalement se résoudre à observer l'individu qu'elle avait dérangé. Peut-être un peu moins grand qu'elle mais nécessairement plus imposant, elle se sentit trembler de la tête aux pieds à la vue des cicatrices qui parcouraient son torse nu.

° Comprends-tu maintenant pourquoi je dis que tu es bienheureuse de n'avoir que ce cheveu blanchâtre sur ton avant-bras ? °
° Tais-toi. °
° Ah ! Je me tais alors, mais c'est toi qui me l'as demandé. °


Tentant sans grand succès de se reprendre, Amaélis ne croisa que quelques fragments de seconde le bleu puissant des yeux de son vis-à-vis avant de reporter son attention sur ses mains, cette fois. Allons bon, qu'avait donc bien pu autrefois lui dire Darweel pour qu'elle ne se soit pas enfuie ?

Euh, je... Je m'appelle Amaélis. J'ai des choses très importantes à te dire.

Elle espérait une réaction d'Ithildin, mais, à son grand désarroi, rien ne vint.



Artal Dreng
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 8 Juin 2014 - 16:13 Répondre en citantRevenir en haut

L'effort lui faisait du bien. Une brise fraiche venait rafraichir ses muscles sollicités, et tout cela combiné à cette solitude dont il pouvait pleinement profiter lui permettait de se recentrer, de retrouver son calme. Il se voyait déjà répétant les mouvements qui lui servaient autant à tuer qu'à se concentrer, lui offrant la possibilité de réfléchir sereinement à sa nouvelle situation. Il voulait absolument faire le point sur toutes les informations qu'il avait reçues, la vitesse à laquelle son monde venait de basculer ne lui convenant pas trop. Il avait toujours été un homme de prudence et de préparations, et la frénésie de cet arrangement avec Lhain le faisait sortir de sa zone de confort. Et Artal aimait beaucoup être confortable.

C'est alors que l'incident arriva. Il la sentie bien avant de la voir. Derrière l'arbre là, une menace, un danger. Plutôt impressionnant. L'assassin se prépara à la sortie de son opposant. Les pieds fermement ancrés dans le sol, la position prête pour le combat. Sa surprise fut donc grande quand ce ne fut pas un sbire énorme de Reetho qui déboula, mais une jeune fille, frêle et pas bien grosse, pieds nus. Il se détendit instantanément, retrouvant une position neutre, mais resta interloqué. Quelle menace pouvait bien représenter ce petit bout de femme perdue seule au milieu de la montagne? Il chassa vite le sentiment de frustration qui commençait à pointer. Parce que tout de même, il fallait être réaliste. Que fallait-il faire dans ce monde pour être seul et tranquille plus de 5 minutes? Mais ce n'était pas bien grave, il aurait le temps de reprendre le court de ses activités plus tard, quand il aurait remis cette brebis égarée sur sa route.

Elle s'approche de lui, ne sachant pas trop où regarder, et lui dit poliment bonjour, comme si sa présence en ces lieux était on ne peut plus normale. Elle partit ensuite un instant dans la contemplation de ses pieds. Artal fut alors assez circonspect. Il s'attendait plutôt à une gamine cherchant désespérément de l'aide, perdue et seule dans un lieu inconnu et hostile. Hypothèse d'autant plus probable si on prenant en compte la verdure qui ornait ses cheveux blancs...Probablement une Neishanne. Mais non non, elle se dirigeait vers lui, et annonçait au jeune homme qu'elle avait des choses importantes à lui dire. A lui? Artal se retourna un instant pour vérifier qu'il n'y avait bien personne derrière lui et qu'il ne se serait pas retrouvé au milieu d'une conversation qui ne le concernait pas. Mais apparemment c'était bien à lui qu'elle s'adressait.

Et...Mais pourquoi elle n'arrivait pas à le regarder en face? C'était son vis...Ses yeux venait de tomber sur ses vêtements. Ou plutôt son absence de vêtements pour être plus précis. En effet, voilà qui pouvait probablement gêner une interlocutrice. Et l'agacer un peu, il préférait être couvert quand il rencontrait de nouvelles personnes. En fait, il ne voulait pas se faire de nouvelles connaissances, mais lorsque ça se produisait il préférait généralement être habillé. Bon, il était temps de reprendre en main cette conversation. Il afficha son sourire le plus avenant, fit un pas en avant, et tendit la main, sans mouvement brusque.

"Bonjour Amaélis. Mon nom est Artal. Comment vas-tu? Tu es perdue? Est-ce que tu sais d'où tu es venue au moins? Désolé de ne pas être très présentable, je ne m'attendais pas vraiment à croiser du monde."

Il essayait au maximum de ne pas brusquer le frêle animal qui n'avait quand même pas l'air bien dans son assiette, comme si elle avait peur. Ce qui aurait pu se comprendre remarque. Une fois reconduite chez elle, il pourrait reprendre ses activités comme si rien ne s'était passé.
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 463
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 257
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 12 Juin 2014 - 02:11 Répondre en citantRevenir en haut

L'étranger avait de l'éloquence ! Et il n'était d'ailleurs plus vraiment un étranger, puisqu'il s'était présenté. La Neishaane accueillit les questions avec une expression figée, les mots se liant dans son esprit en une labyrinthique toile de sens et d'associations. Un sourire rêveur vaguement effrayant étira les commissures de ses lèvres.

Perdue ? Tout le monde l'est sur cette île, je crois.

Elle leva les yeux et un doigt timide vers le ciel.

Je suis venue de là-haut.


Comme si c'était la plus commune des choses... Mais Amaélis n'était pas certaine de ce que cette notion englobait véritablement. Son regard à la fraîcheur des averses d'automne se posa à nouveau sur Artal, plus distant qu'apeuré cette fois. C'est seulement alors qu'elle vit la brûlure qui dévorait une partie de son visage, étrange fleur rosâtre. Un violent frisson la fit tressaillir, mais aucune question ne quitta sa bouche. Ce qu'il avait pu vivre, faire, les inclinations de son caractère – tout cela n'avait aucune importance. Il possédait le Don.
Prenant en compte la main tendue de l'Ondin – car il devait être Ondin, n'est-ce pas ? elle n'avait que rarement croisé pareil regard – elle avança peureusement deux doigts et serra à peine l'index et le majeur du Doué, avant de renvoyer en un éclair son bras derrière son dos. Le contact, si furtif fût-il, avait suffi à provoquer son malaise. La situation aurait été autre, elle se serait permise de ne pas se plier à la salutation d'usage, mais face à un potentiel Aspirant, elle se devait de faire des efforts ! Le sujet du Don était d'ailleurs bien difficile à évoquer pour la Chevalière, et des dizaines de tournures de phrases s'emmêlaient dans son esprit.

° Ithildin, tu es sûre que tu ne veux pas m'aider ? °
° Oui. Ma Dame a commandé le silence, j'obéis. °
° Satané tas d'écailles ! °


Elle jura silencieusement entre ses dents. L'Airain pouvait être d'une stupidité, parfois ! Tandis qu'elle fixait Artal sans mot dire, la Neishaane se balançait doucement, se hissant tour à tour sur la pointe des pieds puis sur les talons, nerveuse. Bah, à Kaziel toutes ces choses !

Tu as le Don. Si tu es ici, tu connais les Dragons ? Ton âme est façonnée pour épouser parfaitement celle d'un Dragon. Mais pour ça, tu devras me suivre. Tu ne peux te Lier que si tu passes l'Empreinte.

Avec une certaine curiosité, soudain immobile, elle guetta la réaction de l'Ondin. Elle s'était souvent demandé ce qu'on pouvait lire dans les yeux d'une personne à qui l'on annonçait cela. Elle se souvint de la terreur, mais Artal ne pouvait nécessairement pas vivre sur Tol Orëa sans avoir connaissance des Dragons. Malgré cela, la façon qu'avait la Neishaane de s'exprimer pouvait se révéler désarmante par son manque certain d'intelligibilité.



Artal Dreng
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 29 Juin 2014 - 20:50 Répondre en citantRevenir en haut

La jeune personne qu'il venait de rencontrer était définitivement étrange. Elle lui répondit de manière étrange, presque énigmatique, comme si il avait pu voir certaines personnes se comporter lorsqu'elles étaient sous l'influence de substance que la loi réprouve généralement. Au lieu de lui dire réellement d'où elle venait et ce qu'elle faisait ici, elle lui lâcha deux phrases n'ayant pas vraiment de sens. Il fut surpris, spécialement lorsqu'elle pointa le ciel pour lui désigner sa provenance, comme si elle lui indiquait qu'elle ne venait pas vraiment de cette terre mais plutôt des nuages. Ce qui expliquerait beaucoup de choses cela dit. Puis elle s'enferma dans un mutisme que la plupart des gens trouveraient gênant.

Mais pas Artal. Il attendit. Observa. Il aimait ce genre de moments qui lui permettaient d'en apprendre un maximum sur une personne, concentré au maximum sur la moindre réaction de son vis-à-vis. Il ne manqua ainsi pas une miette de son tressaillement à la vue de ce qu'elle aurait dut remarquer dès le début si elle n'avait pas été absorbée par la contemplation de ses pieds. Mais contrairement à ce à quoi il se serait attendit, elle ne fit aucune remarque. On aurait pu penser qu'elle avait détourné le regard mais il était difficile de réellement y croire. Elle semblait toujours aussi...Effrayée semblait le mot. Elle tendit doucement sa frêle petite main vers la sienne toujours tendue, et effleura timidement deux de ses doigts. Puis elle se remit aussi sec à distance, se balançant légèrement. Un fugace murmure naquit sur ses lèvres, mais l'homme ne put en comprendre la teneur.

Elle semblait manifestement mal à l'aise, comme déplacée. Il était évident qu'elle ne souhaitait pas vraiment être ici, alors pourquoi venir à se rencontre? Décidément une bien étrange créature qui était venue à sa rencontre. Puis, sortit presque de nul part...

"Tu as le Don. Si tu es ici, tu connais les Dragons ? Ton âme est façonnée pour épouser parfaitement celle d'un Dragon. Mais pour ça, tu devras me suivre. Tu ne peux te Lier que si tu passes l'Empreinte."

Très très direct comme approche après tout le petit manège auquel il avait eu droit. Un peu comme si elle avait décidé d'arrêter de tourner autour du pot, fatiguée de ce jeu. Ou pressée d'en finir? Il ressentit un peu d'amusement, celui du prédateur se jouant de sa proie, mais se força à afficher de la surprise.

Artal se redressa et resta à distance raisonnable de l'enfant, puisqu'il avait décidé que s'en était une, la décortiquant toujours du regard. Il la considéra un instant, choisissant ses options de réponse. Nier aurait été stupide, il était à un endroit où il ne pourrait être venu sinon à dos de dragon. Mais il avait désespéramment besoin d'informations, et elle pourrait probablement lui en fournir. Il était temps d'extorquer ce qu'il pouvait à cette petite.

"Te suivre? Où ça? Et par quel moyen d'ailleurs? Tu me sembles plus égarée ici que je ne le suis. Cela dit la personne qui m'a amené ici a été...évasive sur de nombreux points. J'ai vu un dragon, mais je n'en sais guère plus à leur sujet. Dis moi donc où exactement tu comptes m'emmener pour me faire subir cette...Empreinte? Est-ce douloureux?"

Il se déplaça légèrement pour s'assoir dans l'herbe, maintenant une bonne distance. Il ne voulait pas l'effrayer plus qu'elle ne l'était déjà, et arrêta ses questions ici, alors qu'il en avait des millions d'autres. Il ne fallait pas qu'elle fuit, et il était manifeste que pour l'instant elle se méfiait de lui. Enfin elle avait plus l'air de se méfier de tout, mais là n'était pas la question.
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 463
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 257
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 6 Juil 2014 - 00:50 Répondre en citantRevenir en haut

Amaélis ne sut dire si elle était déçue ou rassurée de voir que ses paroles ne l'avaient pas perturbé plus que de raison. Il avait semblé surpris, certes, mais pas au point de la considérer comme une abrutie ou de vouloir prendre ses jambes à son cou. Puis vinrent les questions – nombreuses. Un maigre sourire avait éclos sur son visage, perçant sa peau neigeuse comme une fleur d'hiver. C'était la première fois qu'elle annonçait ce genre de choses à quelqu'un, et même si rendre les gens heureux n'avait pas de place dans son esprit, elle ne put s'empêcher de ressentir une certaine joie à l'idée d'offrir à d'autres cette même chance qu'on lui avait offerte. La Neishaane ne s'accordait que trop rarement le plaisir égoïste de donner.
Elle suivit du regard Artal qui alla s'asseoir, et put profiter de la distance pour se détendre presque imperceptiblement.

Au Kaerl Englouti, au Màr Luimë. C'est une forteresse sous les eaux, mais on y respire aussi bien qu'ici ! Et il y a plein de gens comme toi, qui attendent de se Lier en suivant l'enseignement d'un Maître Dragon – les Aspirants, on dit.

Amaélis s'arrêta quelques instants pour réfléchir à ce qu'avait dit l'Ondin. D'après ce qu'elle comprenait, il avait déjà rencontré un Maître Dragon. Mais pourquoi celui-ci l'avait-il il abandonné, pourquoi ne l'avait-il pas mené jusqu'au Kaerl ? La Neishaane fronça légèrement les sourcils. Cette situation était inédite pour elle, mais elle décida que cela n'avait pas d'importance.

° Ma Liée devient sage. °
° C'est tout ce que tu as à dire ? °
° Oui. Tu t'en sors bien, et il a déjà vu un Dragon. Mon rôle s'effondre. °


Elle sentit la frustration de l'Airain, qui avait attendu impatiemment le moment où elle rentrerait en scène. Pauvre Dragonne qui s'était vue volée une occasion de briller ! L'attention de la Chevalière se reporta sur Artal, ignorant les jérémiades de son Âme Sœur qui se cognaient dans un coin de son esprit.

Ithildin – c'est ma Liée – est ici, mais elle refuse de venir parce qu'elle est déçue de ne pas être ton premier Dragon. La personne qui t'a amené ici t'a laissé seul ? Elle t'a dit qu'elle allait revenir ? En général, les Maîtres ont pour mission de confier les Doués qu'ils trouvent à leur Kaerl.

Dans le pire des cas, Amaélis savait que les Dragons repéraient les Aspirants en fonction de leur Màr d'appartenance. Si Ithildin avait senti que l'Ondin possédait une odeur de Neutre – ou elle ne savait trop quoi de particulier – alors le Maître dont il parlait devait être Englouti. Elle ne risquait donc rien si elle faisait le travail à sa place. Son dos avait trouvé appui contre un tronc quand elle réalisa qu'elle se trouvait maintenant trop loin d'Artal pour ne pas avoir à hausser la voix. Elle se rapprocha à contrecœur de quelques pas, et s'assit face à lui, tout en restant à une distance respectable.

L'Empreinte est loin d'être douloureuse, tu ne la subis pas. Au contraire. L'âme du Dragon est faite pour se Lier à la tienne. On te dira sûrement que c'est comme être enfin complet, que les vides – ceux que tu sentais et ceux que tu ignorais – sont comblés.

Tandis qu'elle parlait, elle avait dissimulé ses mains dans ses manches pour se donner une contenance quelconque. Elle évitait toujours soigneusement le regard de l'Ondin, s'autorisant de temps à autre un coup d’œil furtif pour apercevoir ses réactions.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:38 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu