Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Quand une Envouteuse écarlate danse avec un Clown Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 23 Mai 2014 - 17:12 Répondre en citantRevenir en haut

Printemps 918

Depuis quelques semaines maintenant, Asshai vivait dans les appartements du Sang Brun à la demande de ce dernier.

Pour l'elfe, cette aspirante était une lame à double tranchant.

Autant la jeune femme se montrait être une colocataire des plus exemplaires car capable de tenir une discussion disposant d'un large éventail de sujet tous aussi variés les uns que les autres.
De plus, elle savait se tenir, pas de mauvaises surprises ou de spectacle gênant permettant de prêter à confusion. Certes, Anaviel entendait beaucoup de choses sur le fait qu'il y ait son aspirante passant les nuits à ses côtés mais le paraître ne devait en aucun cas être vrai et Anaviel souhaitait se tenir à ce fait.

Malheureusement, le problème était bien là car plus le temps passait et plus Anaviel se rendait compte du pouvoir que possédait Asshai, ou du moins était-ce Zaknafein qui s'en rendait véritablement compte.
Dès qu'Anaviel offrait un enseignement devenant peut-être un peu trop sévère à l'attention de la jeune femme, l'elfe se sentait alors pris d'une envie de se montrer plus doux. Il arrivait même parfois qu'il se sente pris d'un désir pour elle sans qu'il puisse l'expliquer.
L'irréversible aurait alors parfaitement pu se produire si Zaknafein ne s'était pas rendu compte de cette situation et ne s'était pas hâté de remettre les idées en place à son Lié d'une manière qui lui était propre.

Le pire dans tout cela, c'est que la Fëalocë ne semblait pas même se rendre compte du potentiel qu'elle possédait et utilisait ce pouvoir comme quelqu'un qui respirait. Anaviel avait beau réfléchir au fonctionnement de cette particularité, il n'avait qu'à émettre des suppositions non fondées et hésitait par ailleurs à en parler à son élève de peur que cela ne vienne réellement perturber l'enseignement qu'il souhaitait lui prodiguer.

Le Brun, de son côté, n'aimait pas Asshai. Et pour cause, dès que l'autre crevure elfique se sentait pris d'une réaction phéromonale due à la particularité de cette garce, lui-même se retrouvé pris d'un sentiment plus que gênant qui l'empêchait de réfléchir convenablement. S'il pouvait la massacrer, il le ferait mais encore une fois, l'autre crétin qui lui servait de Lié venait à l'ennuyer avec ses discours barbants.

Bref... Quelques semaines étaient passées depuis ce moment ainsi que de nombreux évènements qui auraient pu devenir fatals, notamment cette fameuse bataille contre les "morts qui marchent".
Anaviel prit donc la décision de former son élève au combat. Il savait que la jeune femme ne serait jamais une guerrière émérite, toutefois, son physique ne l'empêchait pas non plus d'user d'astuces audacieuses et utiles lors d'un duel en un contre un.

Le Sang donna donc rendez-vous à Asshai dans la Fosse via un billet posé sur la table de la salle mixte sur lequel étaient écrits les mots suivants :

"Au vu de certains évènements qui auraient pu s'avérer fatals, je pense qu'il vous serait utile que je vous offre un enseignement au combat. Rejoignez-moi donc demain-matin pour que nous commencions vos études martiales. Par ailleurs, il serait certainement utile que vous vous vêtissiez d'une tenue adaptée à cette occasion.


Anaviel Ïndalwë"


L'astre du jour n'était pas encore visible mais déjà les premières lueurs apparaissaient et l'elfe attendait sa jeune aspirante d'un pied ferme, une caisse de balle de jonglage à ses côtés. Zaknafein veillait depuis les hauteurs pour vérifier qu'elle ne soit pas en retard, espérant sincèrement qu'elle le soit pour pouvoir lui avouer ses sentiments négatifs à son encontre.
Publicité





MessagePosté le: Ven 23 Mai 2014 - 17:12 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Asshai Anara
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 23 Mai 2014 - 22:37 Répondre en citantRevenir en haut



Les yeux d'Asshai s'ouvrirent sur les ténèbres de la nuit. Ses draps étaient trempés de sueur, ses cheveux collaient à son oreiller, et pourtant le froid de l'air ambiant la faisait frissonner. Encore l'un de ces cauchemars, elle revoyait toujours cette chevelure blonde, ce jeune dos qu'elle avait poignardé lors de l'attaque, les visions des morts se penchant au dessus de son corps...
Écartant ses couvertures d'un geste vif, elle resta un instant au bord du lit, le temps de retrouver ses esprits. Quelle heure pouvait il être ? Pas bien tard comme souvent. Voilà plus d'une semaine qu'elle n'avait pas fait une nuit complète, et depuis sa rencontre avec Lilwen, cela n'avait fait qu'empirer. Se dressant sur ses pieds, elle enfila sa robe de chambre rapidement, et ouvrit ses rideaux.

*Nuit noire...*


Elle n'avait dormi que cinq heure, tout au plus. Doucement, elle ouvrit la fenêtre pour laisser pénétrer l'air vivifiant de la nuit. La fraîcheur lui faisait du bien, c'était un coup de fouet qui vous donnait un nouvel élan. Se détournant de la fenêtre, elle revint à sa petite console sur laquelle elle avait déposé sa chandelle la veille au soir. Avec son briquet à silex elle ralluma la mèche et laissa la petite lumière de cette flammèche dorée se répandre dans la pièce.

Inutile de penser à se rendormir, elle n'y arriverai pas. Un thé la remettrai d'aplomb, et elle pourrait peut être s'avancer sur les livres qu'Anaviel lui avait donné à consulter. S'apprêtant à sortir de sa chambre, elle entreprit auparavant de vérifier sa marque comme elle avait l'habitude de le faire chaque jour désormais. D'un geste délicat, elle souleva la manche de sa robe dévoilant les noirs stigmates qui s'étalaient sur sa peau, qui avait elle même pris une curieuse teinte blafarde.

*Elle a encore grandit...*


Chaque jour venait la même constatation. Quelques centimètres à peine, mais suffisamment pour l'alarmer. Elle ne s'arrêtait pas de grandir, et avec elle l'inconfort qui l'accompagnait et l'intensité de ses cauchemars. Enfin... Bientôt viendrait le moment d'en découdre avec ce maître des ombres, et enfin elle en serait débarrassée.

Se décidant à laisser ces tracas dans un coin de sa tête, enfermant toutes ces émotions dans un grand coffre reclu au fin fond de son esprit, elle prit sa chandelle, et sortit de sa chambre dans le silence le plus total, laissant ses pieds nus glisser sans un bruit sur le dallage du Weyr. Mais à peine avait elle quitté sa chambre que quelque chose attira son attention.
Asshai avait cette capacité toute particulière d'accorder une importance démesurée au moindre détails -son coté perfectionniste probablement. Rien ne devait être laissé au hasard, et le plus petit changement pouvait avoir une importance capitale à ses yeux. La table basse qui occupait l'un des coins des appartement d'Anaviel était habituellement vide de tout objet. Ordonnée par nature, Asshai mettait un point d'honneur à garder le Weyr de son maître d'une propreté impeccable, aussi remarqua-t-elle de suite le mot posé sur la table.
Intriguée, elle approcha la flamme du mot qui portait l'écriture bien distincte de son maître.


"Au vu de certains évènements qui auraient pu s'avérer fatals, je pense qu'il vous serait utile que je vous offre un enseignement au combat. Rejoignez-moi donc demain-matin pour que nous commencions vos études martiales. Par ailleurs, il serait certainement utile que vous vous vêtissiez d'une tenue adaptée à cette occasion.

Anaviel Ïndalwë"


Un entraînement au combat... La matin même...

Dépitée Asshai se laissa choir sur le canapé tout proche. D'ici deux ou trois heures Solyae émergerait, et elle comprenait que dans le langage d'Anaviel, le matin signifiait à l'aube. Elle savait son maître exigeant, tout les jours il exigeait d'Asshai qu'elle soit présente à sa Scrinia dès les premiers rayons du jour afin de traiter ses dossiers. Ses habitudes ne devaient pas différer que ce soit ou non pour un entraînement martial.

Le fait est que jusqu'ici, Asshai s'était toujours montré une aspirante parfaite sous tout rapport. Attentionnée, prenant des initiatives, se pliant aux ordres, fine d'esprit, apte à soutenir une conversation, remplissant ses taches avec un soin proche du zèle. Mais jamais jusque maintenant Anaviel ne lui avait demandé de s'illustrer au combat – et c'était là l'un de ses rares points faibles. Un point faible qu'elle pouvait pallier par l’entraînement, évidemment, mais cela signifiait aussi s'exposer à la critique de son maître, le laisser découvrir ses points faibles, et se montrer à la lumière du jour comme ce qu'elle était réellement : un être bien faible au final...
Néanmoins, il était son maître, et ce que son maître voulait devait être un ordre pour elle. Alors, si il fallait en passer par là...


***



La lueur d'or rosé de l'aube étendait son manteau fantomatique sur le Kaerl endormie alors qu'une ombre rodait à travers les couloirs silencieux. Comme de coutume, Asshai avait tout de même tenue à frôler la perfection au moins en apparence. Sa chevelure ardente prisonnière d'une tresse de laquelle pas un cheveux ne dépassait, ayant revêtue pour l'occasion sa tenue de voyage (la plus pratique qu'elle possédait en dehors de ses robes et de ses atours habituels), une paire de braies et des bottes de cuirs usés par les marches au travers des contrais d'Undome, une chemise de toile brune par dessus laquelle elle avait passé une longue veste de cuir, d'un rouge si foncé qu'il se confondait avec les ombres de la nuit déclinante.
A sa taille battait la dague qu'elle avait « gagné » suite à la bataille. La lame semblait avoir été forgée pour une femme de sa stature : longue et fine, mais dangereusement tranchante. La garde était gracieuse, taillée dans le bronze, agrémentée de ciselures délicates. Sobre, belle et mortelle, tout comme elle. Étrange spectacle que cette dame de cour jouant les guerrières, ayant troqué ses brocards écarlates contre la tristesse d'une toile de gros tissus. Elle n'en gardait pas moins son port de reine, ses allures gracieuses, son menton haut, les épaules dégagées.

Anaviel n'avait pas jugé bon de la prévenir quant au lieu ou se déroulerai leur entraînement, mais le voyant absent de son weyr elle avait dut interroger une bonne vingtaine de gardes et mis une bonne heure avant que l'un d'eux ne réussissent à l'informer du lieux où pouvait à priori, se trouver un homme correspondant à la description du maître brun. Il avait aperçu l'elfe se diriger vers la fosse : un emplacement logique pour s’entraîner au combat.

Les marches succédèrent aux marches, jusqu'à ce qu'enfin elle atteigne le couloir menant à son but. La lumière du jour naissant avait disparu depuis longtemps derrière elle alors qu'elle foulait de ses bottes le sol noir du couloir, décoré d'armes, d'ossement, d'orbes sanglantes... Les lieux étaient plongés dans le silence le plus total du fait de l'heure fort matinal du rendez vous. Nul combattant, nul dragons ne venait perturber le spectacle bizarre et effrayant qu'offraient les scènes de batailles et de morts gravées dans les murs. Depuis un moment déjà Asshai avait apprit à apprécier ses œuvres à leur juste valeur et à ne plus s'en impressionner. Elle évoluait au sein du Kaerl en terrain familier, même si depuis son arrivée elle était restée étrangère à la Fosse.

Lorsque enfin elle aboutit au vaste dôme, qui rependait sa sombre lumière rougeâtre sur l’arène creusée à même le rock, elle constata avec satisfaction qu'Anaviel était bien présent, Zacknafein aussi, posté en garde de l'autre coté des gradins.

« Maitre... Zacknafein... Une magnifique journée pour s'adonner aux arts du combat n'est ce pas ? »

Sa voix portait plus loin que ce à quoi elle s'était attendue, et les accents graves de ses salutations se répercutèrent en froids échos sur la voûte de la haute salle. Sur son visage avait fleuri son éternel sourire, tandis que d'un pas souple elle gagnait déjà l'étendu sableuse réservée au combat.

« Je suis heureuse que nous puissions nous pencher sur ces quelques points me faisant défauts. Il semblerait que vous ayez tout à m'apprendre en ce domaine. »


Elle avait décidé de ne pas mentir. Anaviel devait s'en douter, elle n'avait pas la carrure d'une combattante, et la voir manier arme suffirait amplement à confirmer cette première impression. Mieux valait parfois laisser sa fierté de coté, et oser montrer la vérité aussi humiliante soit elle. Cela lui en coûtait évidemment, mais il lui était apparu au cours des trois dernières heures qu'elle avait passé à se préparer pour cet entraînement, que finalement il s'agissait là de l'issu la plus noble dont elle disposait.
Débouclant le fourreau renfermant sa dague de sa ceinture, elle le jeta aux pieds d'Anaviel.

« Je vous laisse convenir de l'utilisation de ceci. Votre aspirante s'en remet à votre enseignement. »
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 6 Juin 2014 - 00:09 Répondre en citantRevenir en haut

°Eh la grosse ! T'es en retard !°

Le dragon avait suivi la jeune femme du regard et l'avait écouté parler. Bon sang qu'elle l'agaçait, celle-là !

Anaviel, quant à lui, détaillait son aspirante du regard. Ca, une tenue de combat ? Remarque, c'était toujours mieux qu'une robe et puis, il n'allait pas non plus lui demander de faire de réels effort pour cette séance d'entraînement.

Elle lui lança par la suite sa dague en déclarant qu'elle s'en remettant à son enseignement.

A cela, la bouche d'Anaviel forma un rictus qui n'était guère familier au personnage. L'elfe qui paraissait si insouciant semblait dès lors avoir épousé l'image d'un prédateur ayant soif de sang.

Puis il se dirigea vers la caisse de balles de jonglage. Celles-ci étaient lourdes et plutôt dures... Les recevoir sur le corps risquait de faire mal mais sans faire pire que des hématomes pour autant si on les lançait fort sur quelqu'un.

"Bien, vous n'aurez pas besoin de votre lame pour le moment."

Anaviel se tourna vers la jeune Fëalocë. Le visage de l'elfe avait repris la même forme que d'habitude, il était redevenu l'elfe insouciant, provocateur et énervant que tout le monde connaissait.

"Nous allons passer à la première leçon : l'esquive. Quoiqu'en dise certains, le meilleur moyen de gagner est avant tout de ne pas se faire toucher par l'ennemi. J'ai ici une caisse remplie de balle, je les lancerai sur vous sans vous dire combien il en restera. Vous n'aurez donc aucun indice de ma part pour savoir quand se terminera cette leçon, cela pourra durer la journée comme simplement une heure. Si vous vous faîtes toucher par une seule de ces balles, vous devrez ramasser toutes celles que vous aurez évitée et nous recommencerons dès le début."

L'elfe se mit à sourire.

"L'épreuve aura pour but d'entraîner vos yeux, votre agilité ainsi que votre endurance et comme vous le voyez, il s'agit d'un exercice très simple."

Anaviel saisit une balle entre ses doigts puis il sourit.

"Et ça commence... MAINTENANT !"

Anaviel lança alors la balle en direction de son aspirante. La vitesse de l'objet n'était pas des plus rapides mais elle avait toutefois sa propre vélocité. Asshai allait sûrement éviter cette première balle mais allait-elle esquiver les suivantes que l'elfe ne tarda pas d'enchaîner avec des vitesses de lancer toutes différentes ?

Désolé pour la pauvreté de la réponse mais ce n'est là qu'une intro de ce que je te prépare pour la suite.
En réponse, tu peux faire ce que tu veux, Anaviel a pour lui près de 500 balles qui lance à des rythmes différents, quoi qu'il arrive, elles toucheront si Asshai est immobiles, il peut faire des feintes pour la forcer à bouger et l'empêcher de se reposer.
A toi de décider au boût de combien de balles elle échoue, combien de fois elle échoue avant de réussir le premier exercice. Autant te prévenir que ce ne sera pas de tout repos. XD
Asshai Anara
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 24 Juin 2014 - 01:51 Répondre en citantRevenir en haut



Se mouvoir avec élégance et grâce... Des gestes emplies d'une finesse aérienne... Des pas de danseuse du desert... Voilà en quelque mots comment pouvait se résumer la façon dont Asshai avait apprit à se déplacer dans sa vie - sans précipitation, d'une calme volupté.

Comme toujours lorsque son maître prenait la parole pour lui enseigner, elle s'était murée dans un silence attentif. Elle ne voulait que rien ne lui échappe, que chaque consigne se grave dans son esprit. Avec son maître, elle avait apprit qu'une leçon n'était pas que le sujet d'un chapitre journalier, mais une notion à intégrer, à s'approprier pour être réutilisé lorsque à une nouvelle fois elle serait mise à l'épreuve !

*Esquiver les coups pour ne pas mourir. Vivre pour pouvoir vaincre.*


Et pourtant cette leçon allait être plus difficile que toutes celles qu'elle avait put avoir jusque là. Elle gardait encore à l'esprit, et ce même après être rentré au Kaerl depuis plus d'un mois, la façon dont son maître l'avait abandonné sans autre forme de procès aux mains d'une compagnie de troubadours. Depuis elle n'avait cessé de se plier aux exigences de ce dernier et d'être attentif à chacun de ses désirs afin de se montrer une aspirante exemplaire. Lorsqu'il s'agissait de disciplines cérébrales, cela était presque plaisant pour cette jeune fille éduquée et intelligente, mais aujourd'hui, elle était face à quelque chose qu'elle n'avait encore jamais vraiment appréhendé. Certes elle avait réussi à échapper à l'une de ces abominations nécrosés lors de l'attaque, et en cela elle avait appliqué la première leçon de son maître avant même d'en avoir connaissance. Mais pouvait elle réellement tenir face à un flot de balles dont seul Flarmya pouvait dire quand il s’arrêterait.

L'aspirante n'eut pas le temps de pousser sa réflexion plus avant, car déjà la première balle qui lui était destinée fondait droit sur elle. Elle n'eut le temps que de faire un pas de coté -trop tard. La balle avait effleuré le coin de sa cuisse. Si il s'était agit d'une épée, c'est d'une belle estafilade dont elle aurait hérité là.

Première balle, premier échec. Ramasser la balle.

Elle n'eut guère le temps de camper sur ses positions car déjà une seconde balle suivait la précédente. Plus attentive, elle réussit à se baisser, décrivant à l'aide de sa jambe gauche un arc de cercle sur le sol sablonneux de la fosse à la manière d'un pas de danse dont elle avait gardé de vieux souvenirs. Trop lente : déjà la troisième balle atteignait son pieds resté en place trop longtemps.

Nouvel echec. Ramasser les balles.

Étrangement la quatrième balle se fit attendre. Anaviel lui laissa le temps de se relever. Elle patienta plusieurs secondes, plusieurs minutes peut être, mais ce temps mort lui sembla s'étendre et s'étendre encore. Une nouvelle base fusa, projetée par un coup comme amollie. D'un pas en arrière elle l'évita. Une deuxième rapide. D'un mouvement de bascule vers la gauche elle l'évita. Une pause d'une seconde lui permit de retrouver ses appuies avant que trois autres balle coup sur coup ne l'obligent à se retrouver presque au niveau du sol. La quatrième lui laissa un bleu au niveau des côtes.

Ainsi se poursuivit l’entraînement – sans un mot. Les balles se succédaient. Au fur et à mesure Asshai réussissait à en éviter plus qu'avant, mais avec les efforts viennent la fatigue. Une fois seulement elle réussit à en éviter une bonne centaine qui avait fondu sur elle, tantôt rapide, tantôt longue, tantôt en ligne droite, tantôt à la tête, tantôt aux jambes.
Mais chaque fois qu'une balle la touchait, les coups pleuvaient plus fort. A son premier bleu aux côtes en succédèrent d'autre, à la main, dans le dos, sur les cuisses... A la bonheur son visage semblait être la seule chose qu'elle réussit à épargner.

Au fut et à mesure que l’entraînement se déroulait, la sueur commençait à monter. Elle essayait de rester concentrer, de ne pas se plaindre, mais chaque fois qu'une balle venait lui laisser un nouveau bleu, la tentation de la renvoyer droit sur son maître se faisait plus forte. De l'intérieur elle bouillonnait. Elle pouvait souffler lentement, tenter d'analyser la situation le plus froidement du monde, son instinct de Feälocë refaisait dangereusement surface comme toujours dans ce genre de situation. La fatigue n'arrangeant rien, elle se mit petit à petit à perdre le sens de l'observation et sa concentration pour ne plus se fier qu'à son instinct. Mais il fallait bien plus que de l'instinct pour pouvoir tromper les coups d'Anaviel, et les bleus apparurent d'autant plus rapidement que son attention déclinait.

Mais la chaleur, l'excitation, la colère, tout cela l’empêchait de ressentir la douleur. Et alors que ses échecs se faisait de plus en plus fréquent, ses mouvements prirent la forme d'une danse dont elle seule semblait connaître les tenants et les aboutissants. Elle ne tentait plus d'analyser la portée du coup depuis longtemps, tout ses gestes devenaient automatiques, mais non plus seulement régis par l'instinct, mais aussi par l'habitude d'un rythme qu'elle commençait à prendre. Elle n'attendait plus le coup d'Anaviel pour se mouvoir, elle avançait, reculait, s'abaissait, tournait, laissait ses pieds décrire d'étranges arcs dans le sable alors même qu'aucune balle n'était lancé. De la même façon qu'un incendie ne pouvait être éteint si il continuait à s'étendre, en étant constamment en mouvement, rapide, lent, lui tournant autour, elle lui rendait la tache plus difficile. Par instant, elle se mettait à courir droit vers le mur de la fosse, puis de pas en pas, revenait au milieux.

Anaviel ? Elle ne le voyait plus. Du coin de l'oeil elle apercevait les balles, savait quand se baisser, quand rouler de coté. Quand courir vers l'avant, se stopper, sauter. Sans temps morts. Et ainsi continua-t-elle plusieurs minutes durant avant qu'enfin l’entraînement ne se termine, près de cinq heure après avoir commencé.

En sueur, plus écarlate que sa chevelure, Asshai s'effondra à genoux, les cheveux dénouées collant sur son front humide, le corps douloureux et couvert de bleus.
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 27 Juil 2014 - 21:33 Répondre en citantRevenir en haut

Cinq heures avaient passé. Cinq longues heures où Anaviel lançaient des balles sur la pauvre Aspirante qui devait sûrement le haïr pour l'entraînement qu'il lui faisait subir.

Aux yeux de l'elfe, la jeune femme était plutôt douée vis à vis de quelqu'un possédant une constitution comme la sienne et cette conclusion s'avérait être une bonne surprise. Bien entendu, le niveau de la jeune fëalocë n'était pas encore celui que son Maître attendait d'elle mais ce dernier s'était préparé à plus de travail avant de passer à la seconde étape.

Ce qui surprit le plus le Maître Brun fut notamment l'ingéniosité de la jeune femme pour la danse et ainsi créer son propre style de mouvance quant à ce qui allait suivre. Le principe était risqué aux yeux des profanes mais le principal intérêt d'une esquive dansante était surtout de faire abstraction de la fatigue tout en restant vigilant et difficile à toucher. Mieux encore, Asshai était douée pour ça et Anaviel se surprit lui-même à être fasciné par cette silhouette dansante dans la Fosse et évitant les projectiles avec aisance.

Bien entendu, ce ne fut pas une raison pour l'elfe de fausser l'exercice en cherchant à ne pas atteindre la cible. Bien au contraire, le Conservateur se montrait sans pitié et cherchait à faire mouche à chaque lancer.

Quand l'entraînement fut enfin terminé, le bras de l'elfe était engourdi. Combien de lancer avait-il exécuté ? Cinq cents, six cents ? Une douleur aigüe typique des crampes lança l'épaule de l'elfe tandis qu'il constatait qu'il en était de même avec son apprentie.

Un sourire s'afficha sur le visage d'Anaviel avant qu'il ne s'adresse à Asshai.

"Eh bien ! Moi qui pensais que nous allions faire durer l'exercice plus longtemps, je vous félicite ! Encore une semaine comme ça et nous pourrons passer à l'étape suivante."

L'elfe ramassa une balle puis la tendit à sa protégée avant de reprendre.

"Nous allons garder cette balle pour le moment, elle servira pour l'exercice de dextérité mais d'abord, nous allons devoir nous laver... Je vois à votre visage que vous n'êtes pas loin de tomber inconsciente et je me vois mal continuer à lancer sans me blesser... Ramassez donc toutes les balles et rejoignez-moi dans les Bassins. Il n'y a rien de mieux que les sources chaudes pour se détendre après l'exercice et nous seront plus à l'aise pour parler de la suite de votre entraînement."

Anaviel lança un regard entendu à l'aspirante avant de quitter les lieux promptement.

Zaknafein, de son regard saurien, fixait la jeune femme d'un œil amusé.

°Pas terrible ta performance la Grosse ! Enfin, ça aura au moins le mérite de te donner du muscle pour la suite ! J'ai bien ri à ton deuxième essai, tu ne t'étais vraiment pas raté quand tu étais tombé. Har har har !°
Asshai Anara
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 28 Juil 2014 - 02:13 Répondre en citantRevenir en haut

Des félicitations... Son maître l'avait félicité... Sur une épreuve physique...
Les mains appuyées sur les genoux, le visage tourné vers le sable noir de la fosse, Asshai n'avait même pas osé relever le visage de peur de croiser le regard d'Anaviel. Elle était restée ainsi, paralysée par la fatigue et l'angoisse d'avoir échouée, le cœur au bord des lèvres à force d'efforts ininterrompus, le tout teinté d'une rage qu'elle tentait de contenir au mieux. Elle s'était persuadé que malgré ses efforts, elle n'avait pas réussit à passer le test de son maître, qu'elle avait échoué. Après tout elle s'y était attendu, c'était couru d'avance.

Et voilà que maintenant... Il la félicitait.

D'un seul coup toute la pression qu'elle s'était elle même infligée retomba. Elle se sentait soudain légère, fatiguée, physiquement exténuée, mais le cœur joyeux. Se pouvait il que, toutes ces années durant la jeune femme qu'elle avait ainsi sous estimé puisse avoir de réelles capacités à blesser ? Se pouvait il qu'avec l’entraînement suffisant elle puisse un jour être apte à se défendre par elle même ? A en croire son maître ce rêve devenait soudain possible. Réussir à se dégager de cette crainte constante qui l'habitait lui apparaissait maintenant comme une réalité qu'elle croyait pouvoir toucher du bout des doigts.

Se remettant difficilement sur ses jambes, elle essuya le sable qui collait à son front du revers de sa manche et tacha de conserver au mieux son port de reine malgré les supplices que pouvait lui infliger son corps. Sa tresse s'était depuis un moment déjà défaite, et c'était désormais une cascade de cuivre ardent et indiscipliné qui entourait son visage. D'un mouvement d'épaules elle se débarrassa de sa longue veste, et en silence, commença à s'activer pour ramasser chacune des balles pour les remettre dans la caisse. Du coin de l’œil elle observait son maître. Dès qu'il eut finit de lui donner ses dernières indications, elle marqua un temps d'arrêt pour lui répondre.

« Fort bien. »

Il n'y avait rien de plus à ajouter. De son simple sourire elle lui signifiait qu'elle avait parfaitement compris ce qu'il attendait d'elle. Elle avait passé la première épreuve, et avait bien l'attention de tout faire pour remporter la seconde.

C'était à peine si elle sentait la faim la tirailler tant la confiance qu'elle éprouvait en ce moment même dépassait tout ce qu'elle avait put connaître ces derniers jours. Entre l'attaque du Kaerl, la marque, la rencontre avec Lilwen, cette journée d'enseignement auprès de son maître avait quelque chose d'étonnement revigorant !

Aussi ce fût à peine si elle entendit la remarque du brun à son attention. D'ordinaire, elle n'accordait déjà pas une grande importance à la provocation de Zacknafein, mais aujourd'hui plus encore, ses mots glissèrent sur elle comme le vent du désert sur les dunes. Se redressant pour aller remettre une nouvelle pair de balles jusqu'à la caisse, la Fëalocë se contenta de le toiser de son regard lunaire avant de lui rétorquer :

« Je suis heureuse de constater que l'attaque du Kaerl n'a pas eux raison de votre sens de l'humour Zacknafein. »


Et sur ces mots elle ne lui accorda plus d'avantage d'attention.

***



Une demi heure plus tard – une fois que toute les balles furent soigneusement rangées par ses soins – Asshai se présenta enfin aux bains. Toujours vêtue de ses « vêtements de combat » elle traversa les lieux d'un pas qui se voulait déterminé bien qu'en vérité la fatigue engourdissait chacun de ses membres. Sous son bras battait sa veste, et dans sa ceinture pendait de nouveau sa dague qu'elle avait récupéré avant de quitter la fosse.

Midi approchant, les bains étaient pour ainsi dire presque déserts : il n'y avait rien qu'un ou deux dragons bien âgés qui se baignaient au creux des eaux bouillonnantes. Il ne fallut guère plus de quelques minutes à Asshai pour repérer son maître se prélassant dans un autre bassin qui lui, était resté inoccupé. S'approchant de l'elfe, elle s'accroupit à son niveau pour venir lui glisser l'oreille :

« Je vous rejoins... »


Et faisant fi de toutes formes de pudeurs, elle se débarrassa tour à tour de sa chemise, de ses bottes et de ses braies. Avait elle une autre solution ? Là, Anaviel pouvait bien la voir ainsi, elle n'en avait cure. Il ne serait pas le premier – Alauwyr pouvait en témoigner – et sûrement pas le dernier.
Cependant l'idée de saisir cette occasion pour séduire son maître ne lui avait pas encore effleuré l'esprit avant qu'elle ne se retrouve ici même, vêtue de sa simple nudité.

A cette pensée, elle se mit à voir Anaviel d'une tout autre façon. Son corps svelte et pourtant athlétique, zébré de bon nombres de cicatrices avait de quoi en séduire plus d'une. Pas elle. La séduction était son arme personnel, et voilà bien longtemps qu'elle n'en était plus la victime. Elle n'était pas sans savoir quel genre de réactions elle pouvait provoquer, tant chez la gente masculine que féminine. Et pourtant, il lui semblait particulièrement déplacé de s'adonner à un tel jeux à cette heure du jour et en pareilles circonstances.
Mais la Anara n'était pas le genre de femme à laisser les portes se fermer devant elle. Lorsqu'une situation pouvait lui permettre de tirer son épingle du jeux, elle s'en emparait sans plus y réfléchir.

Laissant ses mèches ardentes airer le long de son dos, elle s'approcha du bord du bassin et en descendit les marches une à une, effleurant la surface de l'eau du bout des doigts. Son regard se posa un instant sur le corps d'Anaviel en partie dissimulé par l'eau, avant de se plonger dans ses yeux couleur de sang. Il avait tout loisir à présent de voir les marques qui s'étendaient sur chacun de ses bras. Ses marques et bien d'autre choses... A quoi bon se dissimuler à présent ?
Avec une aisance nullement feinte, elle rejoignit son maître en quelques brasses sans même le quitter du regard.

« Et bien, et bien... Je présume qu'il s'agit à présent de la partie la plus agréable de cet entraînement. J'espère que la chaleur a réussi à soulager votre bras. »


A présent il n'était plus qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. La chevelure écarlate de la Fëalocë semblait presque vouloir se mêler avec l’anthracite de celle d'Anaviel.

« Force m'est admettre qu'en tout cas elle réussi à soulager mes courbatures. Je ne vous cache par que cet entraînement ne faisait pas partie du genre d'activités physiques auxquelles je m'adonne habituellement... »


Libre à l'elfe désormais de lui donner la réplique...
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 17 Aoû 2014 - 18:43 Répondre en citantRevenir en haut

Anaviel paressait dans l'eau, l'entrainement qu'il avait offert à son apprentie avait certes éreinté cette dernière mais lui-même souffrait de ce geste répétitif qu'il avait effectué en lançant des centaines de balles faisant un certain poids sur Asshai.
Il se faisait vieux, c'était un fait et bien que cela n'atteigne pas les mêmes proportions qu'un être humain, la douleur elle restait bien présente dans son coude.

Toutefois, c'était quelque chose qu'il se devait de faire. Conrad lui avait appris le combat de cette manière puis il avait enseigné à Velshana à se battre ainsi et à présent, c'était au tour d'Asshai d'obtenir cet apprentissage.

La jeune n'avait guère mis longtemps à le rejoindre. La pauvre fille avait perdu un peu son teint écarlate virant ainsi sur un teint pâle qui démontrait l'épuisement qu'elle ressentait à cet instant. Le détestait-elle pour l'épreuve qu'il lui avait imposée ? C'était une possibilité, toutefois la fëalocë ne lui montrait rien et c'en était presque déstabilisant.

La force d'Anaviel résidait dans l'art de décrypter les renseignements sur les visages de ses interlocuteurs, plus ils étaient expressifs et plus ils offraient de renseignements sur eux, leurs actions et leurs ambitions. Alauwyr etait par exemple un livre ouvert à toutes les vérités qu'il tentait inutilement de cacher.
Asshai au contraire, était de ceux qui conservaient un contrôle titanesque sur ses émotions. Bien entendu, elle n'était pas à l'abri de ses gestes involontaires comme des respirations légèrement plus longues, des yeux qui se dilataient ou, plus simples, des clignements de paupières. Mais l'aspirante aux cheveux de flammes n'en restait pas moins une femme de forte volonté et Anaviel se disait qu'elle serait sûrement sa plus belle réussite en tant qu'instructeur mais sûrement celle qui lui causerait sa perte s'il n'y prenait pas garde.

Lentement, elle déshabilla. Par principe, l'elfe détourna le regard, elle n'était pas une femme et ne devait pas l'être à ses yeux, elle n'était son élève, sa protégée, le substitut d'une fille qu'il n'a sûrement jamais connu et que peut-être il ne connaîtra jamais. Il ne devait donc pas la regarder comme une femme à convoiter... Du moins, tant qu'elle serait encore sous sa protection et cela ne veut pas forcément dire qu'elle en serait libérée une fois devenue Chevalière.

Anaviel entendit à moitié les premières de la jeune femme mais ces dernières eurent l'effet de le ramener à la réalité pour lui permettre de se rendre compte que le visage d'Asshai était proche du sein... Trop proche...

Déconcerté, il se hâta vite de dissimuler sa surprise avant de lui répondre dans un sourire amical.

"Je suis heureux de voir que les sources chaudes soulagent vos maux. A dire vrai, vous risquez d'avoir à en souffrir de nombreuses fois dans les prochains jours voire peut-être même prochaines années..."

Asshai ne semblait guère bouger, Anaviel était alors partager à l'idée de lancer sur un dialogue plus charnel mais bien que la tentation soit forte, sa volonté l'était encore plus et l'elfe s'empressa de répondre en repoussant lentement la jeune femme dont la peau claire de ses épaules était si douce au toûcher.

"Je comprends toutefois que d'autres activités physiques soient aussi intéressantes et sûrement plus plaisantes que notre entraînement mais cela signifierait donc que je fasse preuve de faiblesse envers vous et que je sois capable de vous épargner des douleurs nécessaires. En prenant en compte cette perspective, je me verrai dans l'obligation de vous abandonner à votre sort sans dispenser d'avantages d'enseignements. Comprenez-vous mon point de vue ?"

L'elfe reprit ensuite sa position initiale comme si rien ne s'était passé et rajouta.

"Bien entendu, je ne vous oblige rien ni même ne vous interdis quoi que ce soit. Je ne fais que rappeler que le choix vous appartient et que tout choix à ses conséquences."

A présent, la balle était dans son camp.
Asshai Anara
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 7 Sep 2014 - 22:37 Répondre en citantRevenir en haut

Alors ainsi Anaviel reconnaissait qu'en cédant à son jeu de séduction il s'en trouverait affaiblie. Sage décision qu'il prenait là en effet, car il y avait fort à parier que si un homme gouttait au plaisir qu'elle pouvait offrir une fois, il reviendrait vers elle une seconde fois, puis une autre jusqu'à tomber entièrement sous sa coupe. Anaviel n'avait visiblement aucune envie de risquer son indépendance en cédant à la tentation, et en cela Asshai ne pouvait le blâmer.

Toutefois si l'homme avait encore la force de s'opposer à elle pour le moment, viendrait tôt ou tard le moment ou il céderai. Cela arriverai d'une façon ou d'une autre si il continuait tout les deux à se fréquenter aussi intimement qu'il le faisait quotidiennement. Certes jusqu'ici ils n'avaient encore jamais prit leur bain ensemble, mais cette première étape ouvrait bien des horizons pour l'ardente qui n'en était pas à son premier coup d’essai en la matière.

Continuant sa nage sensuelle autour de son maître, elle avait soigneusement évité le regard de celui ci, préférant laisser ses pupilles couleurs de lune errait sur la surface de l'eau qui dissimulait à l'un comme à l'autre l'image de leur corps. Elle jouait avec l'eau qui l'entourait du bout de ses doigts, laissant l'onde baigner ses membres endolories tout en évoluant avec une grâce maîtrisé. C'était une toute autre forme de danse que celle à laquelle elle s'adonnait tout à l'heure.

Une fois qu'Anaviel eut finit son discours,elle tourna légèrement sa tête en sa direction tout en relevant la masse rougeoyante de sa chevelure pour dévoiler ses épaules. Un simple regard lui suffit. Sur ses lèvres, son maitre pourrait voir l'un de ses sourire légèrement aguicheur qui pointait lorsque leur discussion prenait un tournant plus personnel que leur habituel débats politiques ou culturels.

« Vous êtes mon maître. »

*Inutile de vous justifier*


Et par ces simples mots elle prit un certain plaisir à faire retomber la balle dans son camp. Il était maître en effet, et son aspirante lui faisait comprendre qu'elle lui était parfaitement dévolue. Si il venait à céder à la tentation qu'elle faisait tout pour incarner, il ne pourrait s'en vouloir qu'à lui même. Lui seul avait le pouvoir, elle n'était que son humble servante.

Mais Anaviel était loin d'être un porc stupide qui ne se laissait régir que par ses instincts. Elle savait que celui ci lui donnerait sûrement plus de mal que ceux qu'elle avait put croiser jusque là. Quand bien même... elle y arriverai et sa victoire n'en serait que plus douce.

Tout à cette réflexion, elle resta ainsi un instant à se baigner en silence, laissant ses muscles se détendre au contact bienfaisant de la chaleur. Son exercice avait été plus éreintant que blessant pour le moment. Et elle n'était pas spécialement presser de découvrir les autres douleurs que son maitre comptait assurément lui faire subir. Enfin... si il fallait en passer par là pour s'améliorer. La perfection devait se bâtir à coup de sueur et de sang, elle avait finit par l'apprendre. C'était par les épreuves que l'on finissait par se forger. Et dans le domaine des armes et de la défense... elle avait malheureusement tout à apprendre, bien que cela lui en coûtait de l'admettre.

Voilà, elle ne pouvait pas se permettre de se bercer d'illusions. Son apprentissage était nécessaire. Si en premier lieu elle avait apprit à manier les armes, ou au moins l'esquive, peut être aurait elle éviter bien des déconvenues lors de l'attaque...
Et au simple souvenir des morts qui marchaient sur le Kaerl, l'éclat de l'horreur et de la peur traversa son regard. Une angélique chevelure blonde dansa au fond de son regard, qu'elle balaya d'un battement de cils. Elle avait bien agit. Elle avait sauvé des vies.

Oui mais voilà... Bientôt il faudrait se porter au front contre Drazahir, et si elle avait toutes les cartes en mains en ce qui concernait la tactique, elle n'était même pas encore une novice pour ce qui était des armes. Pour le moment Anaviel devait lui apprendre ce qu'il savait quitte à la faire souffrir oui. Ce n'était pas une raison pour s'empêcher de tenter de le faire tomber sous sa propre coupe, certes – mais il y avait certaines priorités.

S’arrachant aux flots fumants, Asshai s'extirpa du bain et se dressa là face à Anaviel, ses cheveux relevés laissant apparaître la minceur de ses formes. Le même sourire qu'un instant plutôt étirait toujours ses lèvres, mais son regard se planta cette fois ci droit dans celui de son maître.

Se saisissant d'une serviette déposée là, elle entreprit de s'essuyer sans forcément chercher à se rhabiller, tout en s'adressant à l'elfe.

« Je pense m'être remis de ces douleurs. Que les prochaines viennent si vous jugez qu'elles sont nécessaires. Je me plies aux ordres. »

Pouvait il seulement comprendre ainsi qu'elle ne cherchait qu'à se faire dispenser son enseignement, sans chercher en aucun cas à le séduire. Il n'était pas dupe, mais au moins avait elle le mérite de ne pas lui laisser croire qu'elle fuyait la difficulté.
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 11 Nov 2014 - 03:01 Répondre en citantRevenir en haut

Anaviel soupira quant à la phrase d'Asshai.

"Vous êtes mon Maître."

Son Maître... Qu'est-ce qu'il ne fallait pas entendre... Son professeur et son tuteur, oui, c'étaient les véritables termes mais ce terme "Maître". Non décidément, il n'aimait pas.

Cela le désolait qu'après avoir pris soin d'elle comme il avait pu le faire ces derniers mois, elle continue à lui donner une telle appellation. Après tout, il lui avait constamment laissé le choix sur chaque chose. Oh bien sûr, il lui donnait rendez-vous pour les leçons et il débattait mais c'était le travail d'un professeur.
S'il avait seulement usé de domination sur son aspirante, elle aurait aujourd'hui eu l'esprit brisé.
Anaviel n'était guère un esclavagiste, d'ailleurs il détestait ces derniers. Bien sûr, il n'était pas de ceux qui partaient en croisade contre l'esclavage et son marché mais jamais il ne ferait d'un individu son sous-fifre. Si les hommes devaient se rendre compte de la supériorité d'Anaviel, ils devaient le faire en se pensant au-dessus de lui ou d'égal à égal, ainsi ils comprendraient que l'elfe était d'un tout autre acabit et que lui-même se rabaissait à leur niveau pour le plaisir de les humilier.

Non, il n'était Maître de personne et ne le serait jamais.

"Je pense m'être remise de ces douleurs. Que les prochaines viennent si vous jugez qu'elles sont nécessaires. Je me plie aux ordres."

Ces mots sortirent Anaviel de ses pensées et ce dernier revint alors avec une vision d'une Asshai dont le corps n'était dissimulé que d'une simple serviette.

En la voyant ainsi le Maître Brun se sentit pris d'un désir pour la jeune femme. Non, ce bain mixte n'était vraiment pas une bonne idée pour cette relation professeur-élève.
Anaviel appréciait la Fëalocë, il aimait sa prestance et sa vivacité d'esprit lors de leurs débats philosophiques et parfois, il se surprenait à apprécier ce qu'il voyait. Mais cela s'arrêtait là ! Pour l'instant, elle était son aspirante et c'était tout.Peut-être qu'après l'Empreinte cette relation évoluerait mais là n'était pas la question et dans un sens, Anaviel ne tenait pas à le savoir.

L'elfe tourna la tête comme pour préserver une pudeur que son aspirante n'avait apparemment pas, bien que ce fut probablement davantage pour ne pas trahir son désir en la voyant ainsi qu'il agit ainsi, avant de répondre une intonation se voulant mais qui trahissait quelque peu sa gêne.

"Je compte bien vous offrir un enseignement martial vous permettant d'éviter de vous infliger une nouvelle marque. Ceci est le résultat d'une erreur de ma part, peut-être aurais-je du vous préparer plus tôt à ce genre d'affrontement..."

Que disait-il ? Qui aurait pu prévoir une attaque de ce genre ?

"Je sais que l'entraînement sera difficile et certainement des plus douloureux mais au vu de la situation, je pense qu'il est nécessaire..."

Anaviel soupira avant de reprendre.

"Vous devriez y aller, Asshai. Je vous rejoindrai au Weyr plus tard."

*Le temps que certaines envies soient moins trahissantes.*

"Et une dernière chose... Cessez de croire que je vous donne des ordres, tout ce que j'ai fait jusqu'à était parce que je vous l'ai proposé et que vous l'avez accepté de vous-même. Vous serez bientôt une Chevalière ne l'oubliez pas, il serait idiot de croire que je pourrais vous confondre avec une esclave en connaissant ce fait."


Asshai, est-ce que tu pourras me donner ton code couleur pour que ton orange corresponde au mien ?
Sinon si tu ne souhaites pas continuer le RP sache que je ne l'ai pas relancé, disons que quoi qu'il en soit, ca me permet d'ouvrir une intrigue pour l'évolution de mon personnage.
Asshai Anara
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 15 Nov 2014 - 04:18 Répondre en citantRevenir en haut

Une fois de plus Anaviel semblait vouloir se justifier, pour le plus grand amusement de la fëalocë. Oui elle n'était pas esclave... Encore que... Elles avaient tendances à penser que chacun était esclave d'une cause qui les dépassait tous. Mais elle devait bien reconnaître à son maître que celui ci lui avait en tout temps laissait faire ses propres choix et laisser choisir sa propre voix. Il était connu au Kaerl que bien des aspirants étaient enrôlés plus ou moins de force dans les clans de leur maître, et soumis à leur philosophie.
Anaviel lui, était d'une autre sorte de maître, de ceux qui laissent ainsi l'esprit de chacun trouver sa propre voix. Il ne servait aucune autre cause que la sienne, cela elle en avait conscience, mais elle devait l'admettre : jamais celui ci ne s'était opposé de quelque manière que ce soit à sa curiosité, à ses rencontres ou au contact qu'elle avait put établir depuis son arrivé au Kaerl. Jusqu'alors elle ne s'était jamais vraiment penchée sur cet aspect de son maître, mais à présent que celui ci évoquait la chose, elle le voyait sous un jour encore nouveau... Ce maître ci ne cesserait jamais de l'étonner...

Toutefois il était aussi dans la nature de la fëalocë de se plier aux règles et aux conventions, bien que cela ne l'ait jamais empêché de les remettre en question en son fort intérieur. Mais il lui apparaissait d'autant plus facile de parvenir à ses fins lorsque l'on s'enrobait d'une manière de sagesse et de docilité... Chose à laquelle elle s'appliquait soigneusement.

Se drapant tout entière dans sa sortie de bain, l'aspirante décocha une dernière œillade entendue à son maître, avant de tourner les talons. Un pas, un deuxième, puis de nouveau elle s'arrêta. S'appuyant négligemment sur sa hanche, l'une des partie de son ligne glissant le long de son dos, elle conclut comme pour elle même...

« Nous sommes tout aussi libres de choisir nos chaînes... »


Puis tournant définitivement le dos, elle disparut à travers les nuages de vapeurs qui émanaient des bains.

***


Revenu au Weyr, Asshai attendait patiemment le retour de son maître. Vêtue de sa simple robe de chambre pourpre qu'elle affectionnait tant lorsqu'elle restait auprès d'Anaviel en ses appartement, elle avait prit soin de préparer son thé, dont l'eau fumante reposait déjà sur la table basse. A ses aises, elle avait prit place dans l'un des fauteuils qui y faisait face, plongée dans un traité de politique, dont elle déchiffrait les mots sans les lire.

Son esprit était ailleurs, préoccupé par cette marque qui, lui semblait il, avait encore grandit depuis ce matin. L’entraînement physique avait depuis l'aube, tenue ses préoccupations au loin, mais depuis sa sortie des bains, elle n'avait put se résoudre à se détacher du spectacle malsain que lui offrait sa peau. Anaviel avait prit soin de préciser qu'il ne souhaitait pas que d'autres marques lui soient causés, mais que lui importaient « d'autres marques »... celle ci était assurément la plus inquiétante. Que n'aurait elle pas donné pour reprendre en main le cour du temps et l'éviter...

Mais chaque chose avait sa raison d'être. Si cette marque l'avait affecté, il devait y avoir une raison. Hypothèse d'autant plus tangible, que Lilwen, la première aspirante d'Anaviel, l'avait elle aussi contractée. Rien ne pouvait arriver que par le fait du hasard... Si il y avait bien une logique à tout cela, elle finirait par la découvrir. Anaviel en était peut être la clef, lui qui l'autre soir leur avait ainsi amené cet ouvrage traitant de nécromancie...

Ce fut son retour qui l'arracha à ces noires pensées. Oui, elle devait se rappeler son enseignement. Cette journée était dévolue aux arts du combat, de l'esquive et du corps. Ses préoccupations sur la marque attendraient. Aspirante visant la perfection, Asshai se força ainsi à mobiliser l'intégralité de sa personne au thème qui se devait être abordé.

Abandonnant son ouvrage sur le bord de son fauteuil, elle accueillit l'elfe d'un sourire discret, et entreprit de lui servir une tasse de ce thé qui n'attendait que lui.

« Vous voici... Une matinée éprouvante n'est ce pas... ? »


Avec sa délicatesse habituelle, la fëalocë déposa la tasse auprès de son maître, avant de reprendre sa place, croisant négligemment les jambes depuis son fauteuil.

« Probablement pas pour vous en vérité. Mais force m'est d'admettre que cet entraînement a put me donner le goût... de l'effort physique... Ce serait sûrement mentir que de dire que j'en attends la suite. Mais vous avez réussi à piquer ma curiosité au vif... »
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 31 Mar 2015 - 05:49 Répondre en citantRevenir en haut

"Nous sommes tout aussi libres de choisir nos chaînes..."

C'est ce qu'elle avait murmuré d'une manière suffisamment audible pour qu'Anaviel puisse l'entendre. D'une certaine manière, cette phrase troublait l'elfe plus qu'il n'aurait pu le croire. Bien entendu, il était conscient que ce genre de réponse, bien que concordant à ses précédentes remarques, ne s'adressait pas directement à lui mais d'un autre côté...

La jeune femme n'aurait quand même pas quelques sentiments pour lui quand même ? Il se doutait bien qu'elle cherchait constamment à le séduire en tentant de devenir ce qu'elle voulait que l'elfe appréciait mais Anaviel était conscient qu'elle ne faisait pas cela parce qu'elle l'appréciait ou quoi que ce soit... Et pourtant, sachant quand même qu'elle pouvait être une comédienne extrêmement douée, le Maître Brun doutait.
Ou peut-être avait-il envie de douter ?

Se surprenant à avoir ce genre de pensée, Anaviel s'aspergea le visage d'eau pour se remettre les idées en place. Non mais qu'est-ce qui n'allait pas chez lui ? S'il y avait bien une faiblesse à ne surtout pas avoir, c'était bien celle-là.

*Ëtre libre de choisir ses chaînes alors que l'on peut jouir d'une parfaite liberté... Quelle absurdité !*

Sur cette pensée, il sortit de l'eau et se hâta de s'habiller avant de quitter les lieux d'un pas quelque peu agacé. Décidément, ce bain avait vraiment été une mauvaise idée.

~~~~~~~~~~~~~~~~


Arrivé au Weyr, Anaviel avait quelque presque à retrouver ses esprits. Quoique... L'elfe n'aimait guère avoir l'impression de s'être fait sentir avoir, surtout quand son adversaire était lui-même. Et comme tout mauvais perdant, il devenait quelque peu grognon.

Bien entendu, le Maître Brun avait beau avoir ses émotions, sa fierté l'obligeait à devoir faire comme si tout allait bien surtout devant Asshai. Cette femme l'avait amené à se perdre dans ses propres pensées, il était donc dangereux de manquer de prudence en lui affichant une quelconque faiblesse. Et s'il était dangereux de continuer cette journée d'enseignement aux arts physiques, il l'était bien d'avantage de cesser cette journée pour lui fournir l'opportunité de se poser des questions.

Toutefois, l'elfe se rendit compte de la difficulté de sa mission lorsqu'il ouvrit la porte et aperçut la belle aspirante vêtue de sa simple robe de chambre qui l'accueillait telle une parfaite épouse.

"Vous voici... Une matinée éprouvante n'est ce pas... ?"

L'elfe lui adressa un sourire en guise de réponse et accepta le thé tout en essayant d'éviter de croiser son regard ou même de s'attarder plus que d'avantage sur sa tenue. Bon sang mais depuis quand lui avait-il laissé l'opportunité de se mettre autant à l'aise ?

Anaviel se retint de trahir une quelconque expression d'embarras, non sans mal bien sûr. Heureusement pour lui, elle se remit à parler de l'entraînement. Parfait, il pourrait à autre chose et faire son travail.

L'elfe se leva et prit un ouvrage sur l'anatomie humanoïde qu'il posa alors sur la petite table disposée entre les deux interlocuteurs.
Anaviel regarda le livre quelques instants afin de se remémorer ce qu'il voulait enseigner à la jeune femme puis ceci fait, il porta son regard sur l'aspirante avant de lui dire dans un sourire.

"Les épreuves physiques de la journée sont terminées. Bien entendu, rien ne vous empêche de continuer avant la fin de la journée mais la sagesse veut souvent que nous écoutions nos corps et que nous sachions aussi nous reposer après de gros efforts."

Anaviel ouvrit l'ouvrage et désigna les différents schémas.

"Ce que nous allons faire maintenant sera moins éprouvant, peut-être ennuyeux si vous êtes comme moi, mais tout aussi important que ce que nous avons pu faire ce matin. Voyez-vous, il existe parfois des situations où il nous est impossible d'esquiver les coups, dans ces cas-là, certaines connaissances peuvent être utiles quand à savoir à quel endroit il est préférable de se faire frapper plutôt qu'à d'autres."

L'elfe sourit de nouveau et jaugea la jeune femme du regard en concluant.

"Vous l'aurez compris, cette seconde partie de la journée sera plus théorique."
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:21 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu