Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] De l'art martial Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 463
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 257
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 18 Mai 2014 - 11:34 Répondre en citantRevenir en haut

Gaïaku 918


° Non, je n'irai pas ! Tu peux me traîner n'importe où, mais pas là-bas. C'est hors de question, Ithildin ! °

Ces quelques phrases, Amaélis avait souvent eu l'occasion de les dire, mais, pour autant qu'elle s'en souvienne, jamais la tête en bas. Prisonnière des griffes de l'Airain qui ne semblait pas vouloir lui accorder la compensation d'un voyage décent, la pauvre Neishaane était cependant bien trop concentrée sur son opposition pour s'attacher au paysage qui défilait sous ses yeux d'une manière très désagréable. La Dragonne montrait un attachement tout particulier à la recherche de l'idée qui agacerait le plus possible sa Liée, et, cette fois-ci, elle était certaine de n'être qu'à un battement d'aile de voir son dessein se réaliser.

Leur direction était en effet le Delta du Cenedril, et plus particulièrement la forteresse que les hommes avaient choisi de planter là pour qu'en temps de paix s'affermissent les bras qui porteraient les guerres à venir. Un lieu où seules les oreilles aguerries pouvaient comprendre les harmonies complexes qui s'élevaient du fracas de l'acier rencontrant l'acier, assimiler le rythme lourd et si humain des pieds s'écrasant sur la terre. Un lieu qui, de toute évidence, possédait une existence non admise dans l'univers si exclusif d'Amaélis. Les gens pouvaient se donner le droit entre eux de mourir ou de donner la mort, cela se passait dans un monde bien trop éloigné du sien pour qu'elle s'en soucie, mais être forcée d'intégrer ce monde ? L'appréhension était un sentiment qui circulait très mal dans ses veines, plus mal encore que la peur.

° Tu dois apprendre à te défendre, Alma, pour mon bien ! Mes griffes et mes flammes ne seront pas toujours là pour te sauver, et je ne puis malheureusement te permettre de prendre le risque d'être... tuée. °

Tel avait été le discours d'Ithildin, et, réflexion faite, la Dragonne était loin d'avoir tort. Faire en sorte que la Neishaane le réalise était une toute autre histoire, isolée qu'elle était dans son confortable petit univers personnel – là où le seul mal qui pouvait l'atteindre était un mal dont elle était, sans le savoir, maîtresse.

Avant qu'elle ait le temps de pleinement réaliser ce qui lui arrivait, la Neishaane se retrouva avec l'arme la plus légère qu'Ithildin avait pu emprunter entre les mains – à savoir une sorte de katana à la lame émoussée et à la garde étrangement glissante. La Dragonne avait ensuite eu la décence de les emmener un peu à l'écart de la forteresse, bien qu'encore dans l'ombre de ses murs. La Chevalière se tenait raide, tellement tendue qu'elle en tremblait, et tenait le sabre avec ses deux mains, laissant la lame tomber pitoyablement en direction du sol. Son regard était fixé sur un point particulièrement intéressant du vide, et, soudain, elle se vit à quatorze ans, frappant comme une furie ridicule le fer de son demi-frère, aveuglée par la douleur et pathétique.

° Tu es capable de frapper, tu es capable de te défendre ! Tu l'as déjà fait par le passé, pourquoi ne pourrais-tu pas le refaire ? °

Les doigts d'Amaélis desserrèrent lentement leur étreinte autour de la garde, alors que sa vue se couvrait d'un brouillard opaque. En face d'elle, Ithildin grondait doucement, sa queue dessinant des arabesques menaçantes dans la terre. Cette Neishaane n'était décidément qu'une empotée ! Ne pouvait-elle pas comprendre qu'il était nécessaire qu'elle ne soit plus une faiblesse pour la Dragonne ? Au son du katana qui abandonna les mains de l'Engloutie pour venir heurter le sol, les pupilles de l'Airain se tâchèrent d'un rouge sanguin.

° Je ne suis pas sûre d'avoir été bien claire, Amaélis. °

D'un mouvement de queue, la Dragonne renvoya l'arme aux pieds de la Neishaane, qui avait chancelé de quelques pas en arrière, lui intimant silencieusement de s'en saisir. Voyant que l'Engloutie ne réagissait pas, Ithildin n'y tint plus et renversa sa Liée d'un coup de patte. Si elle y était contrainte, elle n'hésiterait pas un instant à attaquer son Âme Sœur pour la forcer à riposter ! Fort heureusement, cette dernière sembla avoir intercepté une partie des pensées de l'Airain et se releva aussitôt, terrifiée à l'idée de se battre contre la Dragonne. Ses mains retrouvèrent la garde glissante, et ses pieds glissèrent sur le sol de manière à imiter la posture des combattants. Ithildin indiqua d'un grognement que l'arme devait être tenue à une seule main, s'attirant le regard effaré de la Neishaane.

° Et qu'est-ce que je fais avec la deuxième ? °
° Tu t'équilibres, je suppose. Ne me pose pas de questions, je suis une Dragonne ! Je n'ai pas besoin de ce genre de subterfuge pour me battre. °
° Mais c'est toi qui m'as dit de n'utiliser qu'une seule main ! °


Ithildin fit claquer sa mâchoire, coupant net le fil de la discussion. Hésitante, Amaélis leva la lame et resta un certain temps immobile, tenant le katana à bout de bras, sa pointe tremblante défiant le regard de glace de la Dragonne. Par Flarmya, ce que c'était lourd ! Certes, l'acier ne devait pas peser plus de deux livres, mais de là à le soutenir d'une main et à faire des moulinets avec ? La Neishaane se mordit la lèvre, ferma les yeux, et tenta de frapper. Comme il fallait s'y attendre, l'arme préféra se libérer de la prise malhabile de la Chevalière et retourner se planter dans la terre. Encore une fois, l'Airain l'en délogea et la renvoya à sa Liée, qui tremblait maintenant de la tête aux pieds.

La journée allait être terriblement longue, et la Dragonne commençait presque à regretter d'avoir cru que cette idée serait si amusante.





Dernière édition par Amaélis Yodera le Dim 18 Mai 2014 - 22:27; édité 1 fois
Publicité





MessagePosté le: Dim 18 Mai 2014 - 11:34 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 18 Mai 2014 - 22:01 Répondre en citantRevenir en haut

Bien entendu, la jeune Neutre n'était pas la seule à se retrouver dans ce recoin du Delta, ici dans cette forteresse. Ce ne fut que fortuitement qu'Alkhytis y passa, ayant accepté de suivre sa liée dans une petite promenade aérienne. Et donc, le hasard les mena en vue des enceinte de cette solide bâtisse. La dragonne verte voyait et sentait déjà ce qui se tramait à côté des murs fortifiés.

°On peut passer à côté si tu le désires. °
°Non, j'ai eu une soudaine envie de voir de quoi il en retourne. Ce n'est pas courant de voir Amaélis hors du Kaerl. Les nôtres sont si réticents à mettre le nez à l'air libre. Es-tu certaine de ce que tu as aperçu ? °
°Plus que certaine. Je ne suis pas encore assez vieille pour avoir la vue basse. C'est une arme qui a étincelé dans la lumière du jour. °
°Alors allons voir cela de plus prêt°[/b]


Avec toute sa grâce de verte, Belareth fendit les airs en un court virage descendant, visant déjà une partie de l'enceinte bien large et bien solide pour supporter son poids. Elle s'y posa en douceur, repliant ses ailes à la dernière seconde pour ne pas abîmer la peau fine de ses ailes contre les pierres aux bords anguleux. Alkhytis s'était déjà laissée glisser du dos de sa liée, mettant les pieds sur le chemin de garde. D'un regard acérée et amusée, elle fixait la pauvre jeune femme en train de se démener avec son arme. La Maîtresse Verte avait encore du mal à croire ce qu'elle voyait. Tous les liés devaient au moins savoir se battre un minimum à ses yeux, autant pour défendre son Kaerl que la vie de son lié ; en plus de la sienne. Etait-ce pour cela qu'Amaélis était venue se perdre ici, loin du Màr ?

Bien que vêtue d'une longue robe au rouge bien voyant, au large décolleté offrant une intéressante vue sur ses attributs féminins, elle avait accroché à sa hanche et autour de sa taille le fourreau d'une épée fine. Sa robe était fendu sur la cuisse droite, révélant autant la blancheur laiteuse de sa peau que sa fine musculature. Même dans cette tenue, elle pouvait se battre.

Belareth salua Ithildin, comme il se devait entre dragon. Puis :

°Je me trompe où tu es en train d'apprendre à ta liée à se battre ? Ne serait-il pas mieux de lui offrir un autre bipède en face pour qu'elle puisse mieux se positionner ? °
'' Surtout qu'elle pourrait manquer de la blesser. Salutations, Chevalière Amaélis. Je puis me rendre utile en aidant ta liée à te faire combattre un peu. Contre un adversaire invisible, c'est un peu difficile, ne penses-tu pas ? ''

Alkhytis avait du temps pour elle et dérouiller ses muscles en donnant une petite leçon martiale ne lui ferait pas de mal, en plus pour le bien de cette jeune fille.



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 463
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 257
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 22 Mai 2014 - 23:18 Répondre en citantRevenir en haut

Un éclat d'émeraude dans le ciel attira l’œil à demi-fermé de l'Airain, qui s'étalait paresseusement près de la Neishaane – laquelle ne semblait toujours pas avoir convaincu ses doigts de rester autour de la garde. Le sommeil défit lentement le nœud qu'il avait formé autour de l'esprit de la Dragonne, laissant une étincelle d'intérêt illuminer un peu la suite de la journée.

° Je soupçonne ton ancien Maître de vouloir te rendre visite, Alma. °

Le katana heurta pour la énième fois le sol, mais cette fois-ci Amaélis ne fit aucun mouvement pour aller le ramasser. Subitement immobile, ses deux inutiles bras pendant de chaque côté de sa silhouette longiligne, les yeux écarquillés fixés sur un point au niveau de ses pieds – à peine plus vivante qu'une marionnette à laquelle on aurait ôté les fils –, elle sentit comme un blizzard violent se déchaîner dans son corps.

° Darweel... ? °

A son grand désarroi, ce fut une masse d'un vert profond qui vint abattre son ombre sur la Neutre et sa Liée, et non pas la sombre montagne qu'était Ragnarök. Il lui fallut un instant pour cette réalisation la heurte pleinement, suivie d'un vague écho nerveux émanant d'Ithildin. Sans prendre la peine de se redresser, l'Airain rendit leur salut à la Verte et à sa compagne bipède, un rire rauque venant racler le fond de sa gorge.

° Maîtresse Doréhor et Dragonne Belareth, je ne puis qu'apprécier votre promptitude au sacrifice ! Il est néanmoins mon devoir de m'interroger sur tes capacités, Alkhytis : j'avais l'innocence de croire qu'il te revenait, en tant que Maître, d'éduquer correctement cette Neishaane. °

Elle darda sur la Fëalocë un regard de jade féroce, ses dents découvertes par cette étrange manie qu'elle avait de sourire. Imaginer le spécimen qu'était la Neishaane sous la tutelle de cette femme, c'était un peu assister à une farce burlesque – à la différence près que ni Amaélis, ni Alkhytis ne réclamaient d'argent à la fin. Et en effet, même si l'écart de taille n'était pas frappant, Alma faisait bien triste figure face à la flamboyance de la Maîtresse Verte, recroquevillée comme si elle avait peur que les flammes ne viennent la brûler, sa tunique de lin laissant dépasser des membres étriqués et diaphanes.

La Neishaane avait de nouveau saisi le katana, et le tenait fermement entre ses deux mains, avec toute la grâce d'une gamine qui se trimballerait un rondin. Les deux grandes orbes grises qui creusaient son visage accrochèrent un instant le regard de la Maîtresse Verte avant de reporter leur attention sur le sol. Intimant un mouvement de balancier à la lame qui pendait au bout de ses bras, elle sentit la panique la gagner : comment allait-elle se battre alors qu'elle n'était même pas capable de supporter le poids de l'arme ?

Ce qui est difficile, c'est de tenir ce truc.

Une grimace vint illustrer ses propos, et le ricanement de l'Airain se répercuta à l'infini dans l'enceinte de son cerveau.

° Il est vrai qu'il n'est pas aisé de te faire comprendre l'intérêt d'une lame quand on sait que tu pourrais être brisée par quelques coups de bâton. °

Amaélis maudit silencieusement sa Liée, la mâchoire crispée. Ah ! Quoiqu'il advienne, c'était toujours le petit divertissement personnel de l'Airain qui primait !

Tu n'as qu'à m'enfermer, si tu tiens tant à ta vie !

Elle jeta une œillade agacée en direction de l'Airain, puis fit mine de vouloir lever le katana en position de garde, ses deux pieds toujours serrés et immobiles.



Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 25 Mai 2014 - 08:48 Répondre en citantRevenir en haut

Alkhytis avait levé un coin de ses lèvres pour sourire à la petite moquerie de la Dragonne D'Airain. Rien qu'à travers ses mots on sentait une volonté certaine de la part de cette liée, qui affichait un contraste avec Amaélis. Elle leva une main en direction de sa Verte, anticipant une réplique plus cinglante de sa part à l'encontre de sa soeur plus ferreuse de couleur qu'elle. Belareth vrombissait des naseaux, dansant sur ses antérieurs. Elle avait jeté un regard agacé à l'Airainne

°Ce n'était qu'une petite boutade mon amie. Tu ne vas pas t'emporter pour si peu quand même ?°
°J'estime qu'elle n'a pas à te parler comme cela°
°Tu prends trop les choses au pied de la lettre. Et détends-toi. Nous sommes venues pour cela à la base non ? °


Alkhytis observa la gestuelle maladresse de la jeune chevalière, cette dernière pestant contre le poids même de l'arme. Pourtant la lame fine et bien équilibré n'était pas un monstre de poids comme les épées longues ou à deux mains qu'affectionnaient bien des hommes. Elle fit quelques pas vers la désespérée.

''Amaélis a une une bonne instruction, chère Airainne. Sinon, elle ne serait pas liée à toi. Dans une vie, nous les femmes ; et homme, passons notre vie à nous parfaire, à nous améliorer. Nous ne sommes pas aussi parfaits que les dragons malheureusement, à être la beauté et la force incarnée. Nous compensons en nous faisant à l'idée qu'on peut toujours aller de l'avant. Pour ma part, je ne force jamais mes aspirants à apprendre le maniement des armes. Cela doit venir de leur propre initiative. Et je vois que c'est un peu le cas non ? ''

Après avoir fait un clin d'oeil à Ithildin, elle se rapprocha de la chevalière. Désormais aux côtés d'Amaélis, étudiant sa posture et le maintien du katana dans ses mains. Elle avait toujours son sourire mais qui affichait toute la sérénité d'un professeur qui observait son élève.

''Il est toujours difficile de maîtriser quelque chose qu'on n'a jamais connu auparavant. Si tu n'as jamais tenu un katana de ta vie, il est normal d'exprimer des difficultés. Tu as de la chance, c'est une arme légère et qui se manie avec souplesse. Donc si elle demande de la souplesse, il te faut être souple toi aussi et pas tenir ton arme comme si elle allait s'envoler de tes mains. Imagine que ce katana doit être le prolongement de ton corps, une partie de toi. Son poids te gêne sans doute, mais avec l'entraînement, tes bras se renforceront. Essaie pour commencer de te mettre dans une posture plus confortable, plus.... aérienne. Après tout, tu es une femme. Ne cherche pas à ressembler à nos brutaux confrères qui ne sont que boules de muscles et de nerfs. Essaie de t'imaginer que l'arme te donne plus de grâce encore dans les mouvements. ''

Alkhytis fit quelques pas en arrière et sortit son épée, qu'elle leva vers le ciel, offrant une barrière d'acier à frapper

''Essaie de suivre ces premiers conseils et une fois que tu te sentiras prête, essaie de frapper mon épée avec ton arme. ''

Belareth trouvait sa liée bien sérieuse d'un coup pour dispenser la leçon, même si elle ne changeait pas quand à ce besoin de faire ressortir la féminité dans des arts dominés par des hommes. Mais ce n'était que le début. Alkhytis pourrait très bien se montrer plus plaisantine à l'encontre d'Amaélis pour la pousser à se dépasser.



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 463
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 257
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 25 Mai 2014 - 13:31 Répondre en citantRevenir en haut

La réaction de la Verte amusa Ithildin, qui lança dans sa direction un regard imitant la couleur de ses écailles, quoiqu'un peu plus clair. Les deux Dragonnes étaient assez semblables de par leur fierté et leur arrogance, mais, pour Ithildin, la comparaison s'arrêtait là et c'était cette même fierté précédemment évoquée qui l'empêchait de se trouver d'autres similarités avec Belareth. Une sorte de ronronnement satisfait s'échappa de sa gorge alors qu'Alkhytis faisait dans un même temps l'apologie des bipèdes et des Dragons. Elle balança son cou, comme pour montrer toutefois qu'elle n'était pas entièrement d'accord avec ses paroles.

° Je crains que ce ne soit pas tout à fait la volonté d'Amaélis qui l'ait poussée à se retrouver avec une arme entre les mains. Cependant, je ne doute pas un seul instant qu'elle saura trouver la motivation nécessaire une fois qu'elle aura bien assimilé que c'est ma vie qu'elle se doit de défendre. N'est-ce pas, Alma ? °

Ses iris de jade se portèrent sur la Neishaane, qui fronça imperceptiblement les sourcils. La Dragonne ne lui laissait certes aucun choix, mais savait s'arranger pour la forcer à ressentir un besoin qu'elle n'avait jamais exprimé auparavant : celui de défendre une autre vie que la sienne. Quelle malédiction que ce Lien ! Deux destins imbriqués en un seul était le chemin le plus sûr vers la déchéance. Quant à l'Airain, la seule chose qu'elle redoutait était qu'en renforçant son corps la Neishaane renforce de trop son esprit. La Dragonne avait besoin que sa Liée devienne moins faillible, mais aussi et surtout qu'elle reste dépendante. Hors de question que l'Engloutie ait assez de volonté pour imaginer un seul instant s'opposer à la sienne !

Amaélis écouta les paroles de son ancienne Maîtresse avec plus d'attention que d'ordinaire, mais avait du mal à comprendre comment une lame pouvait être une partie d'elle-même. Après tout, elle ne possédait en elle rien d'aussi tranchant et de dangereux.

° L'Hiver n'est-il pas semblable à cette lame, Alma ? Froid et coupant, parfois mortel ? Tu es l'Hiver, et même si la glace se casse, elle reste tranchante. Regarde-toi et tu verras que j'ai raison. °

La Neishaane releva le katana et le soutint avec ses paumes, l'exposant ainsi dans toute sa longueur. Le métal lui renvoya son image, déformée par les irrégularités qui couraient le long de la lame. Mais était-ce bien elle ? Amaélis avait toujours cru fermement que les reflets venaient d'ailleurs, qu'ils ne montraient rien d'autre qu'une réalité différente, qu'ils n'étaient que des passerelles instables tissées par Aran'Rhiod. Alors, quand son regard rencontra celui du visage dans la lame, elle vit une nouvelle fois cette autre elle-même née du Dévoreur et sentit la peur la gagner. Elle changea brutalement le katana de position, le saisissant avec fermeté.

Pour le côté aérien et gracieux, c'était peine perdue. Si, objectivement, Amaélis était bel et bien une femme, elle était avant tout un animal, une créature le plus souvent guidée par la peur et élevée par les rigueurs de l'Hiver. Pas brutale, mais définitivement nerveuse. Ses yeux se fermèrent tandis qu'elle essayait de contrôler les tremblements de ses bras, cherchant la posture la plus agréable pour son corps. L'excitation de l'Airain montait en elle comme la marée, et, bientôt, elle n'eut plus d'autre choix que de frapper. En quelques pas, elle fut sur la Fëalocë. Pliant les genoux pour se donner de l'élan, la lame baissée, ses membres se délièrent d'un seul mouvement et ses bras lancèrent le katana en direction de l'épée d'Alkhytis. L'éclat du fer contre le fer résonna dans l'air ensoleillé, et l'onde de choc se propagea jusqu'aux épaules de la Neishaane, lui arrachant un cri de douleur mêlée de surprise.

Le katana fut projeté au sol, et Amaélis ne tarda pas à l'y rejoindre, les larmes aux yeux. Secouée par des spasmes de peur, de colère et de souffrance, elle jeta un regard sombre à l'Airain.

Ithildin ! Ne t'en mêle pas, ça fait mal !



Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 27 Mai 2014 - 20:01 Répondre en citantRevenir en haut

Alkhytis abaissa son épée, reposant la pointe sur le sol et les deux mains l'une sur l'autre sur le pommeau de son épée. Elle n'avait pas une seule seconde imaginée que la jeune chevalière souffre autant d'un simple coup de lame contre une autre. Elle lui apparaissait comme une jeune fille à peine adolescente qui découvrait la portée de ses muscles inexpérimentés à l'effort. Elle haussait un sourcil après la criarde lancée vers l'Airain. Deux esprits en contradiction n'allait pas arranger son affaire. D'ailleurs, en repensant aux paroles d'Ithildin, elle comprit que le lien était chaotique entre elles. Un dragon et son lié devait être plus unis, plus partageurs des progrès éventuels à faire entre eux. Mais là, l'Airain ne semblait plus préoccuper par la nécessité pour sa liée de savoir se battre pour la défendre, elle, et pas la jeune fille.

Elle préféra d'abord rassurer Amaélis sur la douleur ressentie. Elle aurait pu la rejoindre, la prendre dans ses bras pour la consoler et la conseiller, comme le ferait une mère avec son enfant. Mais Amaélis était chevalière, elle devait se montrer forte !

''Il est naturel pour un corps d'avoir mal quand il découvre une capacité qu'il n'a pas jamais encore exploité. C'est la toute première fois que tes mains tiennent une arme et c'est encore plus nouveau de devoir encaisser des chocs. Quand j'ai manié ma première arme, c'était pire. J'ai manqué de casser un orteil en faisant tomber mon arme, une lourde épée que j'avais choisi. Je pensais être capable de la manier d'une traite. ''

Son sourire était détendue et se voulait rassurant à l'égard de la jeune liée à l'Airain au caractère intransigeant. D'ailleurs en parlant de la petite saurienne, Alkhytis ne l'oubliait pas. Si elle voulait avoir des résultats positifs avec Amaélis, sa liée devra se montrer plus patiente. Derrière elle, sa Verte s'était assise, étudiant tout ce qui se tramait sous ses orbes opalescents.

''Chère Dragonne Ithildin. C'est une chose de pousser sa liée à se surpasser, mais il faut aussi qu'elle l'accepte. Tenir à la vie est louable, mais si tu veux qu'elle te défende, il faut que cela soit réciproque. Tu es liée à elle et elle n'est pas qu'une chose qui doit monter la garde sur toi. Je veille sur Belareth comme elle veille sur moi. Elle me conseille comme je la conseille. Nous sommes deux esprits indépendants mais unis en un seul. N'éprouves tu pas de la peine et de la compassion envers Amaélis là sur l'instant ? Elle a accepté de suivre le maniement des armes pour toi, alors que cela ne lui plaisait pas visiblement. ''

Hum, comment réussir à faire comprendre à un dragon que ce n'était pas qu'un simple lien qui les unissait. C'était bien plus profond que cela....

''D'ailleurs, toi aussi tu dois savoir défendre ta liée....''

Elle se rapprocha d'Amaélis et posa un genou à terre.

''Dans un sens, Ithildin n'a pas totalement tort. La glace se brise, mais elle coupe sérieusement. Nous n'allons pas rester sur un échec. Nous allons reprendre, et si tu veux, tu iras à ton rythme, le temps que ton corps apprenne. ''

Elle se releva et releva son épée.

''Si tu veux commencer très lentement tu peux. Y a que toi et moi pour observer tes gestes. Personne d'autres. ''

Hormis les dragons si on n'oubliait pas de les inclure dans le lot des participants à cet apprentissage martial qui démarrait d'une façon très.... particulière



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 463
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 257
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 29 Mai 2014 - 16:40 Répondre en citantRevenir en haut

Trouvant appui sur ses bras que la douleur commençait à abandonner, la jeune Neishaane réussit à se relever. Ce n'était pas la première fois qu'elle tenait une arme, mais nul doute que sa constitution d'alors était plus avantageuse ! Elle enserra doucement son poignet droit entre ses doigts, massant avec appréhension la zone endolorie. Peut-être devrait-elle manger plus, à l'avenir... Ses yeux mornes croisèrent ceux de la Maîtresse Verte, mais elle ne sentit pas la honte réchauffer ses joues – le manque de sommeil avait sûrement eu raison de cette partie d'elle-même qui prenait feu si facilement lorsque la notion de réalité l'effleurait d'un peu trop près.

Cela ne m'étonne pas de toi.

Pour la première fois depuis son arrivée, Amaélis s'adressait à Alkhytis, et l'emploi du tutoiement était venu à ses lèvres aussi naturellement que le soleil après la pluie. Néanmoins, le sourire qu'elle lui destinait se heurta à un mur de pierre, et la Neishaane détourna rapidement le regard pour aller chercher le katana abandonné à terre. Au-dessus d'elle, l'ombre menaçante de l'Airain planait dans un silence de mort – qui s'épaissit encore quand la Maîtresse Verte ouvrit de nouveau la bouche.

Plus les paroles d'Alkhytis s'imprégnaient dans son esprit, plus elle sentait une amère colère remonter de ses entrailles. L'imbécile ! Elle ne comprenait pas ! Ce Lien merveilleux et généreux qu'elle évoquait n'était pas celui qui s'était tissé entre Amaélis et l'Airain quand celle-ci avait émergé des ténèbres moites de l’œuf ! Dans le vaste cosmos de ses mémoires, des traînées d'imminence apocalyptique s'étalaient, incrustées comme de la terre sous les écailles – et qui la démangeaient ! Et, de la même manière que les Humains avaient scellé la fin du monde par leurs volontés, la Neishaane était ce qui retenait la déferlante par la force de ses bras aussi insignifiants que des fils de soie. Pourtant, le Chaos était toujours là, indicible, faisant résonner ses tambours de guerre jusque dans les tréfonds de l'âme de la Dragonne, et des courants mauves aux effluves entêtantes affluaient aux premières marées de son sang noir. Un amas de nuages rougeoyants vint obscurcir le regard qu'elle portait sur la Fëalocë.

° Je n'aurai pas plus de gratitude pour elle que je n'en ai pour mes griffes. Depuis quand le forgeron remercie-t-il ses outils de frapper le fer ? °

La Neishaane se sentit frissonner. Elle était d'accord, pourtant : la vie de sa Liée était tellement plus précieuse que la sienne. La protéger était une mission sacrée, et c'était pour cette seule et unique raison que ses mains se refermèrent autour de la garde usée. Quelle ironie que Flarmya ait choisi de confier une créature majestueuse à la bipède si faillible qu'elle était ! Un grondement sourd fit trembler les parois de son esprit, et la frustration de la Dragonne fit irruption dans ses pensées.

° Et moi qui pensais que le garde était adapté à la valeur de son prisonnier. °

La prise d'Amaélis se fit un peu plus étroite, et sa mâchoire se serra inconsciemment, retenant au loin les réflexions de l'Airain.

° Reste en-dehors, cette fois-ci. °

L'épée d'Alkhytis était de nouveau levée, jetant vers le ciel des éclats de lumière. Droite comme un piquet, Amaélis se tenait à faible distance de son ancienne Maîtresse, l'arme à demi-levée. Avec lenteur, sur les conseils de la Fëalocë, elle se mit à effectuer divers mouvements – changeant le katana d'inclinaison, ses mains et ses bras de position, ses pieds décrivant des demi-cercles sur le sol. Tant bien que mal, elle essayait de faire assimiler à son corps cette incongrue extension de fer. C'était une sensation étrange, car le poids de l'arme l'entraînait en permanence dans son sillage, lui faisant parfois perdre l'équilibre, et elle ne savait si elle devait se laisser guider ou au contraire lui imposer sa volonté.

Au bout de longues minutes, Amaélis sembla enfin vouloir frapper de nouveau, seulement, quand elle leva les yeux vers l'épée, ses bras faiblirent et retombèrent le long de son corps. Avec un soupir las, elle jeta un regard ennuyé à l'autre Engloutie.

Tu voudrais bien ne pas la tenir aussi haut ? Ce sera peut-être plus facile pour commencer si je n'ai pas à lever entièrement les bras, vu que je ne suis pas encore assez forte.

° Souhaites-tu aussi te battre avec une aiguille, ma chère Liée ? Il est important de te ménager. °


Le ton sarcastique de l'Airain était d'autant plus désagréable que celle-ci ne se gênait pas pour faire profiter Alkhytis et la Verte Belareth de sa mauvaise humeur actuelle.



Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 3 Juin 2014 - 11:32 Répondre en citantRevenir en haut

La Maîtresse Verte se contenta de sourire à la remarque de son élève. Peut-être qu'Amaélis était contrainte d'apprendre à se battre mais elle n'abandonnait pas. Alkhytis ne pouvait déduire si cela venait de sa propre volonté de réussir ou de répondre aux attentes excessives de sa liée. L'Airain avait un caractère bien particulier, déconcertant même. On en viendrait presque à plaindre la jeune Neishaane. Le Don qu'elles partageaient ensemble devait être bien plus complexe que la Féalocë ne l'imaginait.

Elle brava presque le regard enflammé que lui lança d'ailleurs Ithildin, gardant toujours un sourire franc.

''Un forgeron ne remercie peut être pas ses outils, mais au plus profond de son être, il sait que sans ces mêmes outils, il ne serait rien. Il a besoin de ses outils et quand il en perd un ou que ce dernier est trop endommagé, il en sera attristé. Peut-être que ce n'est pas de la gratitude, mais il a quand même des sentiments pour eux. Pas aussi profond qu'un être aimant un autre être. Et il y a une chose qu'un forgeron fait également : il prend soin de ses outils. Toi jeune saurienne ? Prends tu autant soin de ta liée qu'il ne le faudrait ? ''

Elle en doutait maintenant. Des dragons considéraient leur lié bipède comme une nécessité pour vivre ou encore un fardeau. Mais ces individus là étaient rares, réagissant sans doute à un souvenir enfoui de leurs lointain ancêtres qui furent les premiers à se lier pour survivre, n'appréciant pas de perdre leur liberté à jamais en s'alliant corps et âme avec des êtres qu'ils jugeaient faibles. Ithildin était-elle de ce genre là où n'était que purement caractériel ?

A la demande de la chevalière, Alkhytis abaissa un peu plus son épée, après quelques mouvements exécutés sous ses conseils. Qu'Amaélis la tutoie n'était pas un soucis en soi. Elle n'était plus aspirante après tout.

''Voilà. Mais la force te viendra avec l'entraînement. Après quelques séances, je suis certaine que tu seras surprise de tes progrès. ''

La réplique sarcastique de la petite dragonne la fit sourciller. Où voulait en venir Ithildin à la fin ? Elle souhaitait voir sa liée la protéger et maintenant elle la raillait. Ce fut la verte qui étendit ses ailes, se levant et pointant sa tête vers sa soeur de race.

°Je vais aller l'asticoter. Si elle a besoin de se défouler, elle va avoir de quoi faire avec moi °
°Oui car j'ai besoin qu'Amaélis se concentre bien avec son arme et que sa liée ne vienne pas la titiller...°


''Voilà ma chère, j'ai baissé mon arme pour que tu puisses frapper avec plus d'aisance. Je te laisse faire. Vas-y, frappe !

La dragonne verte contacta en même temps Ithildin.

°Dis moi, jeune dragonnelle... Peut-être qu'apprendre à te battre pourrait te servir aussi. Je ressens ta tension. Tu as besoin de te dépenser un peu, ne crois tu pas ? En embêtant ta liée, tu l'aides pas à aboutir l'objectif que tu lui as donné...°

D'un bond, elle s'envola dans les airs et se posa derrière l'Airain, guettant ses réactions.



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 463
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 257
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 12 Juin 2014 - 09:34 Répondre en citantRevenir en haut

Ah ! Avec une Liée comme Amaélis, l'Airain avait presque oublié la fierté et l'entêtement communs à bien des bipèdes. Elle releva son cou dans un mouvement à la fois choqué et méprisant. Voilà que la Maîtresse Verte se mettait à lui faire la leçon, maintenant ! Aux questions qui quittèrent les lèvres de la Fëalocë, une ombre s'abattit subitement dans le regard rouge crépusculaire de la Dragonne. Si elle prenait soin de sa Liée ? Ithildin sentait le doute suinter de ces mots, et cela manqua la rendre folle. Amaélis glissait encore une fois dans le rôle confortable de la victime ! Personne ne savait ce que la Neishaane lui avait fait subir, à elle, sa propre Âme Sœur : le silence, la séparation, la haine, les pulsions suicidaires, la folie, l'agonie – personne n'en savait rien. Et personne n'avait besoin de savoir, au fond. L'Airain désirait simplement ne recevoir aucun commentaire. Le Lien était unique, intime, et cela la dérangeait profondément que chacun ait son mot à dire sur la relation qu'elle entretenait avec Amaélis. Laissant l'ombre finir la traversée de son regard, elle émit un grondement sourd.

° Je n'ai que faire des tes morales. Il m'appartient de décider ce qu'il faudrait, et à moi seule. Son âme est mienne, comment pourrais-je faire un autre choix que le bon ? °

À ces mots, la Neishaane interrompit ses mouvements, dardant sur sa Liée des yeux où étincelait une adoration presque sacrée. Ils étaient d'une rareté extrême, les moments pendant lesquels le vernis glacial et venimeux de l'Airain se craquelait, laissant apparaître par les infimes fissures la véritable couleur de son amour. La Dragonne fit glisser son regard jusqu'à la Chevalière, de nouveau semblable au fer.

° Arrête de rêvasser et remets-toi au travail ! °
° Oui, Étoile-Lune. °


Amaélis reprit conscience de l'arme qu'elle tenait dans ses mains. Une vague de volonté la submergeait soudain, résultat sans doute des minutes précédentes. Sans prendre la peine de remercier la Maîtresse Verte, la Neishaane frappa. Une fois, et la douleur fusa à nouveau dans tout son corps, lui faisant perdre prise sur le katana. Une deuxième fois, et elle serra les dents en absorbant le choc. Elle réussirait à s'y habituer, sans hésitation.

De son côté, l'Airain considérait la Verte avec attention. La Dragonne ne refusait pas une si charmante proposition ! Il n'y avait rien de plus agréable qu'un combat aérien, après tout, mais elle redoutait la petite taille de Belareth. Ithildin n'était pas aussi souple qu'elle voulait bien le faire croire, et sa rapidité d'esprit dépassait généralement celle de son corps. Drapée dans sa fierté, elle mettait cela sur le compte de la Neishaane, peu adepte des duels. En revanche, l'Airain avait l'endurance de son côté. Ses yeux se teintant de la couleur des jeunes pousses, elle tourna la tête en direction de la Verte dans son dos.

° Je ne suis pas contre un peu d'exercice. Tu te doutes qu'avec une Liée comme Amaélis, je n'ai eu que très peu d'occasions de me confronter à un adversaire à ma taille. °

Poussant sur ses membres, la Dragonne se détacha du sol, provoquant un petit tourbillon d'air et de brins d'herbe. Elle s'élança sans plus attendre à l'assaut du ciel.



Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 18 Juin 2014 - 18:28 Répondre en citantRevenir en haut

Alkhytis haussa un sourcil circonspect quand à la réponse de la petite saurienne et à l'attitude de sa liée à son égard. Le lien qui les unissait était bien plus complexe et étrange qu'elle ne le supposait. Elle comprenait que d'intervenir sur leur relation touchait à leur intimité, mais n'était-ce pas le rôle d'un Maître-Dragon de guider des plus jeunes ? A mieux comprendre ce qu'était le Don ? La Maîtresse Verte ne préféra pas interférer plus en profondeur au vue de la réaction d'Ithildin. Néanmoins, elle se permit cette petite remarque :

°Ne crois pas que tous les choix que tu prendras te seront toujours bénéfiques, jeune Dragonne. Un jour, il te faudra accepter que le chemin pris ne sera pas celui que tu auras désiré. Et il te faudra en supporter les conséquences. N'oublie pas ces mots. Peut-être que tu les comprendras, autant pour ton bien que pour celle de ta liée. °

Une fois la dragonne occupée avec Belareth, Amaélis semblait comme revenir d'une petite transe, usant de toute sa petite force pour frapper, encore et encore sur la lame présentée par Alkhytis. La Dame Verte souriait devant les efforts que fournissait sa jeune élève. Elle la félicita même.

''C'est un bon début. Tu vois quand on veut vraiment aller au bout des choses. Il est vrai qu'il est difficile de mener à bien un objectif au vue des difficultés qu'on rencontre pour l'atteindre, mais on est ravi une fois qu'on y parvient. Je vais pimenter un peu l'exercice si tu veux bien. ''

Elle gardait toujours sa lame à la hauteur voulue par la Neishaane, rajoutant un léger mouvement de la droite vers la gauche et inversement, comme pour commencer un début d'échange de coups d'épée.

''Essaie de frapper avec les petits mouvements que je donne à mon arme''

Il y avait plus qu'à espérer qu'Amaélis trouve plus d'équilibre et de maintien avec son katana devant ce nouvel exercice.


Belareth ne s'était pas fait priée pour prendre la voie des airs. L'Airain pouvait être rapide et aile, elle n'avait pas l'expérience de la dragonne verte. Mais elle ne se fia pas à cette apparence. Sa consoeur pourrait lui réserver bien des surprises. Elle réussit à la rattraper et la frôla du bout de la queue, avant de commencer à voleter autour d'elle, un étrange sourire reptilien à ses lèvres écailleuses. Se mettant de côté, ses ailes battaient de travers, comme pour maintenir une assiette précaire. Puis sans prévenir, Belareth poussa un grondement et remonta comme une flèche vers les nuages, avant de ralentir son allure en ouvrant grandes ses ailes. Sa course ainsi freinée, elle se laissa tomber tout en pivota sur elle-même, s'alignant sur Ithildin. Oui elle lui fonçait dessus, comme le ferait un oiseau de proie. A l'ultime courte distance, elle se cambrerait pour présenter ses postérieurs dans le seul bout de la bousculer un peu ; pas de la griffer. Si Ithildin ne s'écartait pas bien entendu....Et encore, elle était gentille, elle ne s'était pas mis dos au soleil avant de chuter volontairement.



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 463
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 257
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 4 Juil 2014 - 11:45 Répondre en citantRevenir en haut

Au bout de quelques frappes délivrées avec application, la Neishaane sentit soudain la détermination s'évaporer, et ses yeux auparavant animés d'une lueur vacillante de volonté perdirent tout éclat. Le corps d'Amaélis semblait également s'être relâché, et son bras frappait la lame d'Alkhytis avec la régularité d'un automate mais sans aucune force. Elle n'avait pas moins mal, cependant, et il lui fallut un certain temps pour remarquer qu'elle employait toute son énergie à serrer la mâchoire.
Elle s'arrêta net aux paroles de la Maîtresse Verte, et la considéra longuement sans mot dire. Ravie ?Amaélis savait par avance qu'elle ne ressentirait aucune satisfaction à l'idée de pouvoir manier une arme. Non seulement avait-elle trahi ses principes en acceptant d'empoigner le katana, mais il était évident que l'Airain ne lui laisserait plus une seule seconde de répit, maintenant. Elle détourna son regard vide d'Alkhytis et le laissa tomber sur la lame. Son reflet était invisible depuis cet angle, et seul le ciel printanier prêtait son éclat d'azur à l'arme.

Quand elle releva la tête, la Fëalocë avait amorcé un mouvement de balancier avec son épée, et attendait patiemment. Retenant fermement le soupir qui menaçait de s'échapper de ses lèvres, la Neishaane recula un peu pour se donner plus d'espace. Il aurait fallu, logiquement, qu'elle coordonne ses mouvements et ceux de l'épée. Frapper au hasard l'empêcherait de concentrer sa force et ne résulterait probablement qu'en une perte d'énergie peu fructueuse. Néanmoins, alors même qu'elle se faisait ces réflexions, son pied droit glissa en arrière. Son genou gauche se plia de lui-même tandis que son buste se tournait en suivant le katana. Avec le mouvement de quelqu'un qui cherche à lancer un objet, elle jeta presque l'arme, ses pieds se décollant du sol. La collision fut moins douloureuse, cette fois-ci, car la Neishaane avait eu la bonne idée de perdre l'équilibre et sa prise sur le katana avant que celui-ci ne heurte la lame de la Fëalocë. Un peu déstabilisée, Amaélis contempla la Maîtresse Verte avec un air – très – vaguement désolé.

Je t'assure que je cherchais pas à te tuer. Ce n'est pas mon genre.

Sur cette tentative d'humour à peine discernable, elle alla récupérer le katana et en ôta la poussière à l'aide de sa tunique.

Dans le ciel, Ithildin sentait l'agacement la gagner tandis que la Verte réalisait son petit manège autour d'elle. La compagnie d'un moustique aurait certainement été plus agréable – car un moustique ne souriait pas. L'Airain ne fit rien pour tenter de la semer, car elle savait que Belareth était de loin la plus rapide. Elle ne pouvait que compter sur l'endurance que lui conférait sa constitution massive. À ce moment, la Verte laissa échapper un grondement, et quand Ithildin tourna le cou pour voir ce qu'elle faisait, celle-ci avait déjà pris la voie des hauteurs. La fière Airain ne ralentit pas sa course, mais la façon dont elle devait tordre son cou pour surveiller Belareth n'était pas la plus confortable des positions. Hors de question de la perdre de vue, pourtant !

En voyant sa silhouette devenir de plus en plus grande, Ithildin comprit ce qu'avait derrière la tête son adversaire. Elle put ainsi regarder de nouveau devant elle, et gagner un minimum de vitesse. Tout comme Belareth, elle se mit à perdre de l'altitude, sans pour autant se laisser totalement tomber. Il fallait que la chute de la Verte soit la plus longue possible, car à chaque seconde elle devenait également plus rapide. L'Airain aurait été plus souple, son plan aurait été beaucoup plus efficace, mais elle n'avait pas le choix. Sans grâce aucune, Ithildin se retourna, présentant à la Dragonne qui lui fonçait dessus ses griffes impatientes. Avec de la chance, la Verte n'aurait pas le temps de dévier complètement de sa trajectoire.



Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 16 Juil 2014 - 17:05 Répondre en citantRevenir en haut

Alkhytis avait cru à une initiative d'attaque de la part de la jeune femme, quand le katana manqua de la frapper sérieusement au poignet, celle même qui tenait son épée. Oh, elle connaissait les risques de s'entraîner avec une novice avec des vraies armes, mais elle n'avait pas cru que l'accident la frôle aussi vite. De quelques pas d'esquive, elle réussit à éviter le coup, heureusement du plat fin du katana, les yeux encore écarquillés de surprise devant cet imprévu. Chose certaine était qu'elle avait observé le mouvement souple et gracile de la jeune femme quand elle avait cherché à limiter les dégâts.

La Maîtresse Verte attendit qu'Amaélis récupère son arme pour tirer une conclusion de ce bref dérapage, gardant son épée vers le sol, un léger sourire aux lèvres.

''J'ai bien vu que ce n'était là qu'un geste accidentel. Et même si tu avais eu ce genre d'attention, je ne crois pas que ta liée t'aurait laissé faire, ayant compris le danger que je pourrai représenter si javais réussi à parer et à comprendre tes actes néfastes. Je sais que tu n'es pas de ce bord là Amaélis. Sinon tu ne serais pas au sein de notre Kaerl. ''

Une telle assurance était dangereuse, il était vrai. L'Histoire des Kaerls avait démontré par le passé que quelques liés avaient viré de bords en laissant un sillon de morts derrière eux. Mais pour le peu qu'Alkhytis en avait lu, cela remontait dans le premier siècle de vie des Kaerls, quand les esclaves des Valherus avaient reformé la caste des chevaliers-dragons avec les derniers oeufs de dragons

''Tu saurais refaire le mouvement que tu as exécuté ? Tu semblais te contrôler pour vouloir ne pas me porter le coup. Mais en voulant vraiment frapper ? Tu es agile et rapide quand tu souhaites agir comme tu l'entends dans les gestes. Le combat n'est pas une question de brutalité, elle est aussi question de souplesse. Des guerriers alliant expérience et agilité sont tout aussi redoutables que des combattants rudes et forts... Oui, je crois qu'on arrivera à faire de toi une petite et farouche guerrière sautillant sur ses pieds, dans une danse martiale. Tu as déjà l'arme qu'il faut, manque plus que la pratique et la technique. ''

Alkhytis redressa son épée à hauteur de la jeune femme et se mit en position défensive.

''Voyons en passant au niveau au-dessus. Fais moi voir ce que tu sais faire maintenant, en venant m'attaque. N'aie crainte de me blesser. Je parerai''


Dans les cieux, Belareth allait bien trop vite pour esquiver les pattes griffues qui se présentaient à elle. Dans un grognement, elle ouvrit ses ailes pour se cabrer verticalement et présenta ses postérieurs. Les griffes antérieures de l'Airain durent passer les écailles de ses pattes, car elle sentit une piqure douloureuse au niveau de ses articulations. Mais elle avait su rattraper cette judicieuse initiative en usant de ses serres, les refermant sur les chevilles de sa plus jeune adversaire. Bien entendu sans la blesser. Elle serra son emprise et battit vigoureusement des ailes, dans le but de profiter du retournement de l'Airain pour remonter avec elle dans ses pattes, tel un aigle remontant triomphalement dans les cieux avec sa proie se débattant. Qui sait comment Ithildin réagirait face à cette posture peu gracieuse et voir même humiliant, alors que la verte battait la mesure dans les airs de ses ailes pour lui imposer une remontée en altitude.



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 463
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 257
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 29 Juil 2014 - 22:12 Répondre en citantRevenir en haut

Contre toute attente, Amaélis lui rendit son sourire, une lueur dangereuse qui ne lui appartenait certainement pas étincelant au loin, dans les profondeurs de ses iris.

Tu penses ? Ma Liée n'a pas ce genre de scrupules.

Un rire étranglé passa la barrière de ses lèvres avant que la brume n'obscurcisse à nouveau son regard. Leur Kaerl, hein ? La Neishaane ne savait toujours pas où se situer dans cet étrange système, quand bien même deux ans avaient passé depuis son arrivée sur Tol Orëa. Toutes ces notions de valeurs lui étaient toujours aussi étrangères, et si le Màr Luimë était ce qui se rapprochait le plus d'une maison à l'heure actuelle, il n'avait jamais fait partie de ses intentions de le défendre. Le monde était truffé d'asiles, et avec le ciel pour limite, rien n'était plus facile que de fuir vers un nouvel ailleurs. Quel était l'intérêt de défendre ce qui par nature était voué un jour ou l'autre à la chute ?

Se tirant de force de ses réflexions, elle reporta son attention sur les conseils de la Fëalocë. Ceux-ci furent accueillis par un haussement de sourcils dubitatif de la part de la Chevalière. Du contrôle ? Certes, elle avait réussi à empêcher son corps de se vautrer dans la poussière, mais pour cela elle avait été obligée de lâcher son arme sans plus se soucier de sa destination finale. Elle ne fit aucune remarque, cependant, inutile de perdre son temps à discuter de techniques qu'elle ne connaissait pas. Amaélis et son bras martyrisé avaient hâte d'en finir avec cette journée, et sa réponse aux questions d'Alkhytis fut simplifiée au possible :

Je peux rien promettre.

Puis, la Maîtresse Verte se mit en garde et les yeux de la Neishaane s'agrandirent sous le coup de la surprise. Était-elle vraiment sérieuse ? Voyant qu'elle ne bougeait plus, Alkhytis l'encouragea d'un petit mouvement de tête, lui assurant qu'elle parerait. C'était bien la dernière chose qui l'inquiétait actuellement. Amaélis prit quelques instants pour masser son bras et détendre ses doigts crispés autour de la garde avant de se placer face à Alkhytis. Cette fois-ci, son manque de détermination se révéla beaucoup plus visible. Totalement raide, presque immobile, elle délivrait ses coups contre l'autre épée sans réfléchir. Visiblement, elle préférait s'en prendre au fer qu'exécuter les ordres de la Fëalocë et l'attaquer, mais ce n'était certainement pas par simple esprit de contradiction. Enfin, pas seulement.

Ithildin poussa un grognement à la fois rageur et amusé quand elle se rendit compte de ce qu'entreprenait la Verte. Elle avait senti avec une certaine satisfaction ses griffes transpercer la barrière des écailles émeraude, et cela ne faisait qu'affermir sa détermination à ne pas se laisser balader par Belareth. Au sens propre, comme au sens figuré. Même si elle tentait de peser de tout son poids, ce ne serait certainement pas suffisant pour lui faire lâcher prise. En attendant, c'était la seule solution qui s'imposait à son esprit. Au vu de la masse écailleuse que représentait l'Airain, l'autre Dragonne serait prompte à s'épuiser. La seule chose à craindre était que tout ne fasse déjà partie d'un plan plus élaboré par la malicieuse Verte. Avec un grondement agacé, elle se mit à tirer vers le bas.

° Tu te prends pour une fourmi à vouloir soulever deux fois ton poids ? °

Bon, c'était bien beau de se moquer, mais le cerveau de l'Airain ne lui avait jamais semblé aussi lent. Hors de question de se tordre dans tous les sens, elle n'était pas douée pour cela. À défaut de mieux, elle étira ses antérieurs et appuya contre le ventre de la Verte dans l'espoir d'inverser les rapports de force.



Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 31 Juil 2014 - 19:36 Répondre en citantRevenir en haut

Alkhytis ne put s'empêcher d'étirer son sourire de satisfaction. Pas si timide que cela la jeune femme. Peut être qu'en lui montrant comment avoir plus confiance en elle, elle arriverait à puiser dans ses ressources encore inexploitées. Après avoir émis un gage d'incertitude de pas la toucher, Amaélis s'attaque à l'épée d'Alkhytis, coup après coup. Peut-être qu'elle ne donnait pas l'impression de se motiver pour trouver ses marques et son envie d'apprendre, la Maîtresse verte trouva que ses gestes avaient un peu plus de mordants. Mai sil manquait encore d'un petit truc pour faire le pas en avant qu'elle escomptait pour son élève. Elle attendit donc qu'Amaélis tape quelques coups de fers avant de commencer à remuer son épée en douceur, comme pour donner des assauts au ralenti.

D'un geste lent, elle commença à simuler une attaque latérale

''Je fais des mouvements simples, pour que tu es les vois, que ton esprit les assimile et tu vas essayé de parer et trouver la meilleure posture pour la contrer, y résister et la repousser. et je poursuivrai avec d'autres gestes''

Qu'elle accélèrera un peu pour imposer un début de rythme à la liée d'Ithildin. Et en parlant de dragon....


Belareth se contracta sous la pression qu'exerçait sa consoeur. Qu'espérait-elle faire donc, à défaut de se moquer ? L'Airain avait compris que l'effort produit par la Verte épuiserait Belareth bien avant Ithildrin. La verte n'en démordit pas.

°Je n'ai peut être pas la force d'un Brun ou d'un Bronze, mais je suis agile ! °

Elle leva sa queue, la rabattant violemment vers le bas pour se donner de l'élan et imposa ainsi avec le renfort de ses ailes un mouvement rotatif. Sa tête partit en avant, faisant suivre son corps et en avant le looping de force ! Elle retint Ithildin et la lâcha en la repoussant brutalement de ses postérieurs quand elle sentit que son dos verdâtre serait dirigé vers le bas. Ainsi, elle verrait si l'Airain saura se redresser. Pour elle, aucun soucis, elle n'eut qu'à se contorsionner pour piquer et remonter, battant vivement des ailes pour mettre de la distance entre elle et Ithildin. Les acrobaties demandaient de l'agilité et de la souplesse, en plus d'une certaine expérience. Heureusement pour l'Airain que l'interstice leur était interdit...



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 463
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 257
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 2 Nov 2014 - 22:39 Répondre en citantRevenir en haut

Réalisant qu'Alkhytis commençait à s'autoriser quelques réponses de fer, Amaélis sentit toute détermination la quitter et elle dévisagea la Maîtresse Verte, son bras lesté par le poids du katana semblant vouloir se détacher de son corps soudain immobile. La Fëalocë lui expliqua le but de son entreprise, ne récoltant qu'un regard rond et vide de la part de la Neishaane. Cette dernière se laissa alors tomber à terre, et son épée s'échappa de ses mains, rencontrant le sol dans un bruit de métal et de défaite. Elle sentit plus qu'elle ne vit la chaleur des iris inquisiteurs qui s'étaient posés sur elle.

Je... Je suis fatiguée. Je préférerais une pause.

Amaélis ne demandait pas vraiment la permission. Même du temps où elle était Aspirante, elle ne s'était jamais résignée à attendre l'aval de son mentor honni pour n'en faire qu'à sa tête – pourquoi commencerait-elle, maintenant que la liberté gonflait enfin les vestiges de ses ailes usées ? D'une main maladroite, elle essuya la sueur qui recouvrait sa peau d'albâtre. Son visage s'orienta de lui-même vers le ciel, comme cherchant les silhouettes des deux Dragonnes.

Je dirai merci à Belareth. J'aime bien Ithildin, mais j'ai pas envie de la décevoir. Je suis juste un poids pour elle. Elle doit être triste d'être Liée.

Le ton de la Neishaane ne trahit aucune émotion, pas plus que les profondeurs liquides de ses yeux. Elle ne faisait que constater, après tout. Auparavant, l'idée de l'Empreinte lui paraissait magnifique, puis elle avait compris. Ce n'était là qu'un mariage arrangé, des chaînes indestructibles faites du métal de la haine et du désespoir – un contrat qui n'arrangeait que les hommes. Dépendre d'êtres aussi faibles, voilà quelle était la triste destinée des Dragons. Elle le sentait, dans la façon qu'avait Ithildin de la regarder en son âme même. Qu'avait-elle à gagner à partager la vie de celle qui n'avait refusé la mort que par désir égoïste de posséder un esclave pour toujours enchaîné à son cœur ?

Plus haut dans le ciel, Ithildin déchira l'air avec un grondement désapprobateur. Stupide Verte ! Pourquoi donc se croyait-elle en pleine représentation circassienne d'acrobaties aériennes ? Elle ne jouait pas, elle ! Elle finit par difficilement rétablir une certaine stabilité de vol, étalant ses ailes pour ralentir sa course et à grand renfort de coups de queue, puis feula en direction de Belareth, ses iris désormais rougis par la violence de l'humiliation. La Verte continuait de s'éloigner, tandis que l'Airain restait en arrière, mordant vainement l'air dans sa frustration. L'autre Dragonne était aussi fuyante qu'une anguille, et ses griffes ne suffiraient pas à l'immobiliser. Sans opposer de résistance au flux sanguin qu'elle sentait prendre le dessus sur son intelligence, elle se mit à pousser de toute la puissance de ses vastes ailes. La Verte pouvait être plus rapide, l'Airain avait confiance en ses muscles !

° Est-ce une leçon de combat que tu veux me donner ou de danse ? Si ta réponse est la première proposition, tu aurais aussi bien pu me couronner vainqueur dès le début ! °

Et d'accélérer encore la cadence, jusqu'à sentir dans son corps la brûlure bien connue de la douleur, faisant écho au brasier qui se développait au fond de sa gorge. Avec un rugissement féroce, elle fusa en direction du soleil, toujours plus haut, sans s'assurer que la Verte la suivait. Elle préférait l'étreinte à la chasse, et comptait sur l'orgueil de Belareth pour venir la rejoindre là où l'air s'appauvrissait. Forte de son séjour en Vaendark, elle comptait bien prendre le dessus dans une région plus extrême du vaste ciel.



Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 17 Nov 2014 - 14:25 Répondre en citantRevenir en haut

Alkhytis resta debout, planta doucement la pointe de son épée dans la terre meuble et posa ses mains sur le bout arrondie du pommeau de l'arme. Gardant un léger sourire, elle était satisfaite du tout petit effort tenté par Amaélis. Peut-être qu'elle abandonnait trop vite à l'effort à fournir, mais au moins elle avait pris une lame en main et fait quelques passes. C'était mieux que rien. La laissant s'expliquer, elle suivit son geste de contempler les deux dragonnes qui s'ébattaient dans le ciel. Une fois qu'Amaélis eut fini de libérer un petit poids qu'elle avait sur le coeur, la Maîtresse Verte tenta de la rassurer.

''Il faut parfois un peu de temps à des liés de renforcer le lien qui l'unit à son âme soeur. C'est déjà arrivé. Elle t'a un peu poussé à prendre une épée pour t'entrainer, c'est peut-être un signe à comprendre sur ce qu'elle attend de toi en réalité. Un dragon et son lié ne peuvent que s'améliorer et en s'améliorant, ils renforcent leur lien et la relation change pour aller de mieux en mieux. Il est difficile pour toi d'apprendre à te battre, d'autant que tu n'as pas forcément envie, mais en apprenant, en faisant les efforts qu'il faudra, tu satisferas alors ta lié. Si tu penses que tu es un poids, il te faut alors ne plus en être un. Je ne dis pas cela pour te vexer, mais tu es une chevalière, Amaélis, tu as une lame qui te correspond, souple et légère. Si ce n'est pas l'attaque que tu arrives, cela peut être la défense, avec une progression dans l'apprentissage de son maniement, tu verras que tu deviendras moins fatiguée et plus résistante...''

Elle n'était plus vraiment certaine sur le coup de la volonté de la jeune femme à vouloir progresser. Mais quand on aimait son dragon, n'était-on pas prêt à se dévouer pour espérer avoir un retour de sa part ?

''Allez je te laisse souffler encore un peu et nous reprenons, d'accord ? ''


La dragonne verte gardait toujours ses distances et dans un large virage paresseux, gardait bien à l'oeil son adversaire. Elle ne put s'empêcher de glousser devant la trop grande assurance de l'Airain en la voyant bander ses muscles alaires et prendre déjà de la vitesse dans sa nouvelle ascension

°Penses-tu que tout es dans la force brute ? Les bipèdes ont un proverbe très approprié à ce que nous faisons : qui veut aller loin ménage sa monture. °

Elle suivit sa montée et plissa les yeux quand les rayons du soleil lui piquèrent un peu la vue. Ainsi l'Airain voulait continuer mais plus haut. Soit. Au moins déjà elle suivait une stratégie plus adéquate à savoir de paraître moins visible en se calant sous les rayons solaires pour aveugler son ennemi et ensuite en montant et montant encore. Belareth était moins à l'aise dans les grandes hauteurs du ciel. Il y faisait plus froid et l'air était plus rare. Peu importe pour la verte, elle ne laisserait pas sa consoeur d'Airain croire qu'elle serait toute seule là. Se gausser était une chose, continuer à se battre en était une autre. Et puis qui sait quelle expérience Belareth pourrait en tirer à son compte.

°Ne t'affoles pas la petite mouette, je te rejoins...°

Belareth entama son ascension, mais veillant à ne pas monter en flèche comme l'autre dragonne. Elle devait conserver son endurance. Elle monta, profitant des courants chauds pour monter tel un aigle royale jouant les rois du ciel et le tout en de larges cercles. Ainsi, elle pourrait espérer repérer son adversaire si cette dernière piquait sur elle, toujours sous le couvert du soleil. Et plus elle montait, plus elle resta concentrée à ne pas s'épuiser pour rien... Déjà l'air plus froid mordait le bout sensible du bord de ses ailes....



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:48 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu