Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [Rp]Dans une petite taverne... Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 284
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 187
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 26 Avr 2014 - 11:23 Répondre en citantRevenir en haut

Gaïaku 918,
un ou deux jours avant le départ
pour le Manoir


Peddyr regardait à peine par la fenêtre ouverte de la petite taverne où il avait pris place en ce début de matinée. Le soleil était levé depuis quelques heures maintenant et la frénésie coutumière des marchés, des étales et des passants manquaient affreusement. Peu de Célestes osaient refaire le pas dans la reprise d'une vie normale. Il y a encore quelques jours, une ombre gigantesque avait dominé toute la Grand-Place, déployant ses ailes de ténèbres pour arracher la vie aux Dragons et leurs liés qui le combattaient. Il n'y avait eu que ce jour là feu et mort. Mais par la détermination des Célestes, le monstre de Drazahir avait été détruit. Enfin pas complètement...et la Grand'Place, bien que nettoyée, portait encore les stigmates de cette dure bataille.

Le Maître-Dragon but une gorgée de la tisane fruitée que le tenancier lui avait apporté. Ce brave homme avait été ravie de voir enfin quelqu'un dans sa boutique, non pas pour l'argent qu'il lui rapporterait, mais pour ne pas se retrouver dans une ambiance solitaire. Il avait discuté un bon moment avec l'ex-Ambassadeur, parlant un peu de tout et rien, avant que la conversation ne se termine sur les cérémonies organisées pour les Célestes et les Dragons tombés au combat. Une veillée mortuaire avait permis de leur rendre hommage une dernière fois, louant leur courage et leur dévouement. Sveargith avait été rejoindre ce soir là ses frères pour honorer l'âme de leurs congénères. Que ce soit homme ou dragon, les deux espèces avaient communié ensemble dans les prières pour appeler les Dieux et surtout Flarmya à veiller sur eux. Et maintenant.... maintenant, il fallait les venger, en accomplissant une chasse au funeste Mage-Ombre.

°Tu devrais terminer de te préparer d'ailleurs.... °

Sveargith n'avait jamais été aussi proche de l'esprit de son lié que maintenant. A se demander ce que le Brun redoutait. Peddyr peinait à dissimuler ses propres pensées, sentant son lié dans les recoins de son esprit. Mais il ne pouvait en vouloir à Svear' de s'inquiéter. Il le laissait même faire. Dans un sens, son dragon avait besoin de sa présence, quelle soit physique ou mentale. Peut-être que le saurien évitait de trop penser à la perte des siens en se raccrochant à Peddyr, comme l'humain l'avait déjà fait autrefois.

Il joua un instant avec sa tasse. La boisson était tiède maintenant et il en restait la moitié. Personne, hormis lui ou le tenancier n'était entré dans la petite taverne. Peut-être que c'était mieux ainsi. Un peu de solitude pour un individu comme lui n'était pas plus mal.

°Je n'ai pas grand chose à faire, pour notre prochain départ.°
°Peut-être te reposer un peu plus°
°A quoi bon attendre en se reposant plus. J'en ai guère besoin pour l'instant. Tu redoutes seulement que je croise une personne qui décide de se défouler sur moi. T'en fais donc pas°
°Hum... Oui y a de ça aussi. Déjà, lors de la rencontre avec Persée, tu n'étais plus très ''vaillant'', alors si tu venais à être sur le passage d'un Maître ou d'un chevalier un peu plus mordant qu'elle....°
°Je ferai attention si tu as besoin d'entendre ça mon ami. Là que peut-il m'arriver ? °


Il ne devait rien lui arriver surtout, songea-t-il. Cela ferait un très mauvais effet s'il venait à se présenter à une des réunions importantes dirigées par Zackheim en personne dans un drôle d'état. Ses mains se crispèrent autour de sa tasse.

°J'aurai besoin de me défouler ce soir avant d'aller me coucher. Ca me dérouillera un peu°



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Publicité





MessagePosté le: Sam 26 Avr 2014 - 11:23 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 690
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 346
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 26 Avr 2014 - 20:38 Répondre en citantRevenir en haut

Il y eut un fracas de verre brisé et un homme poussa les battants de la porte de la taverne dans la demi-seconde suivante. Ou plutôt, il se jeta contre la porte pour tenter de l’ouvrir. Une fois à l’intérieur de l’établissement, il cligna des yeux comme un hibou éblouis par le soleil. Son errance titubante le mena vers le comptoir. Il s’y accouda, le pas mal assuré, s’appuyant sur le bois vernis pour ne pas tomber et souffler son haleine chargée de relents d’alcools à la face du tenancier.

- Hey, patron ! Sert moi à boire ! Tout c’que tu veux ! N’impo’te quoi qui soit fort !

Sans attendre de réponse, l’Ondin jeta un long regard à la ronde et constata avec bonheur que la taverne n’était pas si vide de clients. Il repéra sans mal Peddyr Thelrand seul à sa table. D’un geste de la main, accompagné d’un large sourire, il lui adressa un salut. L’avait-il reconnu ? S’en moquait-il ? Peu importait. Le principal souci de ce chevalier-dragon était de boire jusqu’à la lie !

Une autre personne surgit dans la taverne soudainement surpeuplée. Elle franchit le seuil d’un pas vif et autoritaire. La broche d’or, qui retenait la courte cape blanche qui flottait dans son sillage, accrocha la lumière tamisée des lampes à huile de la salle. L’expression sévère de son visage ne présageait rien de bon. L’Ancalikon n’avait d’yeux que pour l’ivrogne au comptoir. Peddyr Thelrand était pour l’heure le cadet de ses soucis.

- Chevalier Finn, ce n’est pas une heure pour s’enivrer.
- Bien le bonjour, m’dame l’Ancalikon ! Vous… hips ! Vous en voulez un peu ?
- Cessez ces enfantillages et rentrez chez vous. Vous n’êtes pas en état de patrouiller. Votre Âme Sœur vous raccompagnera.
- Vous savez pas c’que vous ratez…


Finn haussa les épaules et regarda le fond de son verre avec une grimace. Il vida son contenu d’un trait. Il s’accouda de nouveau au comptoir pour éviter le regard désapprobateur de son généralissime. Ou pour mieux l’ignorer et profiter de ses derniers instants de beuverie tranquille.

Persée Garaldhorf se retint de lever les yeux au ciel et demeura campée derrière le Chevalier. La journée commençait mal, avec ce petit incident. Un patrouilleur arrêté pour ivresse sur la voie publique, ça ne donnait pas une très bonne image. Heureusement pour tout le monde, elle l’avait trouvé avant qui que ce soit d’autres et, surtout, avant Ghadìr et ses mercenaires. Alors seulement Persée remarqua-t-elle l’autre client de la taverne. La surprise se peignit un bref instant sur ses traits. Elle ne s’était pas attendue à le revoir après si peu de temps, qui plus est en dehors d’une réunion stratégique invoquée par Zackheim. Dans quelques jours, les volontaires pour la chasse aux Clefs d’Ouranos et dénicher le repère du Maître des Ombres allaient quitter le Kaerl. Peddyr Thelrand n’avait-il pas dit qu’il y participerait ? L’échange, certes bref, qu’ils avaient eu sur les Sables d’Eclosion restait frais et vivace dans sa mémoire. Elle se souvenait encore de sa rancœur, de sa colère à son égard, le tout alimenté par la peur et le chagrin causés par la Bataille de la Grand’Place. Comment devait-elle réagir maintenant, face au Maître Brun ?

- Maître Thelrand, le salua-t-elle poliment mais froidement.

C’était tout ce qu’elle pouvait faire pour l’instant. Il était encore trop tôt pour pardonner ou redonner sa confiance. Au moins avait-elle fait l’effort de lui reconnaître le titre de Maître Dragon en s’adressant à lui. Un net progrès par rapport à leur dernière entrevue. Les yeux sagaces de Persée se rivèrent aux prunelles d’acier bleu après avoir remarqué le verre à la main de l’Humain. Son ton se teinta d’une ironie légère lorsqu’elle renchérit :

- Méfiez-vous ou je pourrais vous arrêter, vous aussi, pour ivresse sur la voie publique…

Vraël bâilla en dévoilant ses longs crocs blancs avant de retourner se musser contre le corps chaud de Sarevok. Le Brun lui procurait toujours un certain réconfort ainsi qu’un sentiment de sécurité. Ce frère aîné, qui avait été le père de sa seule et unique couvée, se trouvait être l’un des dragons en qui elle avait le plus confiance. Il y avait aussi le Bronze Reyn, ses frères et sœurs de couvée et bien sûr la grande Reine Kiruna sa mère. Mais Sarevok partageait un lien fort avec Vraël puisque leurs Liés respectifs s’aimaient.

La Bleue se redressa lorsqu’elle perçut une tension inhabituelle dans le lien psychique qu’elle entretenait avec Persée. Sa Liée aurait-elle des ennuis ? La silhouette lointaine d’un autre dragon brun lui revint en mémoire. Elle repensa à cette entrevue malaisée sur les sables de couvaison du Màr Menel. Sveargith ?...





Dernière édition par Persée Garaldhorf le Mar 29 Avr 2014 - 13:40; édité 1 fois
Visiter le site web du posteur
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 284
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 187
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 26 Avr 2014 - 21:32 Répondre en citantRevenir en haut

La tranquillité aurait été de courte durée. La porte s'ouvrit avec fracas, laissant le passage à un homme à l'équilibre incertain. Peddyr le fixa un instant tout se demandant si le nouveau client n'allait pas s'étaler sur le plancher tellement il tanguait sur ses pieds. Heureusement pour ce Chevalier là, le comptoir salvateur lui offrit un appui et il commanda à boire. A peine son verre allait lui être apporté qu'une autre silhouette se pointa au seuil de l'entrée. Cette dernière s'approcha directement vers l'enivré, pour le houspiller. Peddyr sourcilla. Cette personne était bien la dernière qu'il aurait préféré ne pas croiser. Le souvenir de leur rencontre dans les Sables était encore fugace. Les paroles de Persée résonnaient encore dans son esprit. D'un regard neutre, il la regarda agir contre le chevalier éméché et se contenta de répondre à son salut. Même si elle avait usé de son titre, il resta prudent. La colère qui avait été sienne la dernière fois pourrait très bien renaître.

''Ancalikon...''

Il se retint de terminer sa tisane, plissant un peu plus son regard à l'encontre de Persée. Que voulait-elle insinuer ?

La tension que perçut Sveargith le réveilla tout comme Vraël. Il leva la tête, l'orientant vers la Grand'Place même s'il était incapable de voir physiquement son lié. Accroché au Don de son lié comme il était actuellement, il ressentait lui aussi la moindre variation. Au loin, tout aussi allongée que lui, mais contre un autre dragon, il discerna la petite silhouette fine de la dragonne bleue. Il tendit son regard vers elle, avant de le retourner vers la Grand'Place. Son esprit chercha à la contacter tout en douceur, ne connaissant pas l'état d'esprit réel de l'Ancalikon.

°On dirait que nos deux liés se recroisent par le plus pur des hasard...Et je redoute que cela fasse des étincelles...°

Le Brun n'avait pas tout à fait tort. Le maître-dragon n'avait pas répondu immédiatement à la petite provocation de la jeune femme. Oui, il le prenait ainsi. Il repoussa suffisamment la tasse pour qu'elle s'arrête à quelques millimètres du bord de sa table.

''Cherchez-vous un bon prétexte pour me jeter au cachot ? Je ne crois pas avoir fait de vague depuis, suivant les consignes qui m'étaient données...Si vous doutez de ma boisson, je vous invite à la humer....''

Il avait dit cela sur un ton égal à Persée, s'adossant dans le fond de sa chaise. Il fixa le chevalier ivre et reposa son regard bleu acier sur Persée. N'avait-elle pas celui-là à s'occuper avant lui ? Involontairement, ses mâchoires se crispaient. A croire que Persée visait la provocation pour avoir le réel motif de le faire arrêter, autre que pour un délit de boisson sur voie publique. La rencontre sur les Sables avait du lui restée en travers de la gorge. Quoi de plus normal quand on voit un être qui a tenté de vous arracher l'amour de votre vie, juste en face de soi ?



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 690
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 346
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 26 Avr 2014 - 23:22 Répondre en citantRevenir en haut



Vraël tourna lentement son regard vers la silhouette lointaine d’un dragon brun plus jeune qu’elle, un fils de la Reine Nyssath. Elle le reconnut par sa voix télépathique, qui semblait provenir de la même direction. Sveargith prit toutes les précautions pour joindre son esprit au sien. Pourtant, ce n’était pas Vraël, la douce et fidèle dragonne de turquoise, qu’il fallait craindre. Ses colères étaient aussi rares que destructrices. Sa Liée, en revanche, demeurait beaucoup trop imprévisible pour être contenue. Le danger viendrait à coup sûr de Persée Garaldhorf.

° Que le hasard ou le destin en soit l’instigateur, peu importe, au final. Je te jure, au nom de nos mères, qu’il ne sera fait aucun mal à ton Lié. Je saurais rappeler l’Ancalikon à ses devoirs et la ramener à la raison, si c’est là ce que tu crains. °

La mise en garde était dénuée de froideur. En vérité, Vraël avait peur. Elle tâchait seulement de ne pas le montrer. Persée devait être protégée d’elle-même. Et Peddyr Thelrand avait déjà assez souffert. La Bleue se redressa tout-à-fait et s’écarta de son compagnon. Sarevok dormait à poings fermés. Elle ne voulait pas le réveiller. Se jetant dans le vide, avec toute sa voilure déployée, Vraël plana au-dessus du Valarëa jusqu’à s’approcher du perchoir de son presque frère Sveargith. Elle se posa non loin, attendant le bon vouloir du mâle avant de se rapprocher.

Persée retira le verre des mains de Finn d’un geste sec, avant d’indiquer au tavernier de ne plus resservir celui-ci. L’Ondin n’eut pas le loisir de s’en offusquer. Il hoqueta, la tête ballante entre ses bras, la nausée au bord des lèvres. Après quoi, elle reporta toute son attention sur l’ancien Ambassadeur du Kaerl. Tous les feux ténébreux de son regard braqués sur ce dernier, la jeune femme se rapprocha de quelques pas de sa table. Peddyr rétorqua face à sa remarque. S’il n’y avait aucune agressivité apparente dans ses mots, elle put néanmoins la sentir. Sous-jacente, latente comme un ver dans le fruit, prête à mordre. Persée durcit les traits de son visage, au point de ressembler à une statue de marbre.

- Ne me tentez pas…

Elle eut toutefois la présence d’esprit de ne pas pousser plus loin la provocation. Cette fois, il y avait un public, même s’il n’était constitué que d’un Sans-Don et d’un Chevalier ivre. Un mince sourire, ironique et un peu amer, étira ses lèvres.

- Je suis en service. Il serait dommage de m’intoxiquer avec les vapeurs d’alcool d’un paria.

Sa Liée fit brusquement interruption dans son esprit, la surprenant elle-même. Elle fit en sorte de n’en rien laisser paraître. La peur parlait dans la voix de la dragonne. Persée s’en irrita, car le remords commençait à poindre maintenant que ces mots venimeux étaient lancés à la face de Maître Thelrand. Elle adopta une attitude défensive face à la Bleue.

° Arrête !
Arrêter quoi ?
Tu veux lui faire du mal. Comme tu as eu mal ces derniers mois…
Compter les morts, rapatrier les blessés, noter les dégâts. Jouer entre la compagnie de mercenaires et les gardes de la citadelle. Voir à nouveau le visage de celui qui aurait pu tout faire échouer…
Mais il n’a pas tué Zackheim. Et le Kaerl est encore debout. A quoi bon ressasser le passé ? Il est ton allié désormais ! °


Persée repoussa Vraël comme elle put mais la dragonne s’accrochait à la lisière de sa conscience. On ne pouvait pas éloigner un dragon tel qu’elle. Elle aurait toujours plus de pouvoirs psychiques que sa Liée. La sang-mêlée poussa un bref soupir.

- Je vous accordes le bénéfice du doute sur votre boisson.



Visiter le site web du posteur
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 284
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 187
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 27 Avr 2014 - 08:20 Répondre en citantRevenir en haut

Sveargith assista à l'envol élégante de la Bleue et la laissa s'approche de sa position. Il se redressa quand elle approcha, prenant une position assise un peu ramassée pour lui accorder le maximum de place si elle acceptait de se rapprocher. Il sentit presque dans l'air son désarroi. Un dragon lié à un bipède à l'esprit fort ressentait à travers le Don des émotions aussi tournoyantes qu'un ouragan en haute mer. Svear' rassura néanmoins sa soeur de race.

°Je te crois. Et j'espère que nous arrivons à éviter l'éclatement. Je sens la tension de mon lié grandissante. Il n'est pas dans le même état d'esprit que sur les Sables...°

Sur les Sables, la lassitude avait la compagne du maître brun, épuisé émotionnellement de tout son parcours fait jusqu'alors. Il n'avait donc fait qu'encaisser les dures paroles de l'Ancalikon. Mais dans la petite taverne, guidé par un but précis -celui d'anéantir de Drazahir-, l'ancien Ambassadeur était plus déterminé et moins décidé à se laisser insulter. Oh, ce n'était pas vraiment de l'injure, mais Persée cherchait quelque chose. Un désir de vengeance inconsciente pouvait très bien la pousser à user de sa position pour dominer le Maître Brun.

Quand elle eut terminé de s'occuper de son comparse ivrogne, elle s'était rapprochée de la table où siégeait Peddyr. Il n'avait pas détourné un seul instant ses yeux des siens. Les traits durcis de la jeune femme ne l'impressionnaient guère.

''Certes... partager les vapeurs émises de ce chevalier imbibé que vous accompagniez doivent être plus suaves sans doute. Plus agréables. ''

Il se leva tranquillement de sa chaise et fit un pas en direction du comptoir. Il sortit de sa bourse et lança au tavernier une pièce. Elle fut attrapée au vol et payait largement le prix de sa consommation

''Pour la maison et pour la tisane. Je regrette de ne pas l'avoir terminée, elle a bizarrement tourné....''

N'avait-elle pas un chevalier bourré à s'occuper ? Elle prétextait le service pour l'attaquer verbalement de façon pernicieuse. Au départ, elle ne venait pas pour lui, mais pour le dénommé Finn. Et le croiser dans cet établissement était une invitation à la provocation et au défoulement, de toute cette pression qu'elle cumulait encore. Sauf que cette fois, Peddyr aurait un peu plus de répondant, même si son esprit appelait à la sagesse. Il l'écouta sommairement d'ailleurs.

''Si vous avez besoin d'une confirmation, demandez au tavernier ce qu'il m'a servi, si ma parole d'exilé ne vous suffit pas. ''

Il avait déjà fait un pas vers la sortie, s'arrêtant malgré tout à hauteur de Persée.

''Je ne vais pas vous distraire plus longtemps, vu que vous avez une charge en cours . Et vous aurez également un air moins vicié à respirer. ''

Il fixa le chevalier à la limite de s'étaler par terre, ou de rendre le contenu de son estomac sur le plancher.

''Quoique...Maintenant si vous me le permettez....''



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 690
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 346
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 27 Avr 2014 - 12:40 Répondre en citantRevenir en haut

Vraël rejoignit Sveargith d’un bond souple, passant d’un promontoire à un autre, avant de replier ses longues ailes pâles pour ne pas prendre trop de place. Le Brun semblait fatigué mais éveillé. Ses yeux brillaient, preuve de sa vigilance quant à surveiller les agissements de son Lié. La femelle faisait sensiblement la même chose avec sa propre Liée. Il y avait trop de rancœur et de colère, encore une fois, dans le cœur de son Âme Sœur. Tant et si bien qu’elle craignait que la situation ne lui échappe.

° Ma Liée, en revanche, est exactement dans le même état d’esprit. Ces derniers jours n’ont pas été faciles pour tout le monde. °

La dragonne s’apprêtait à se coucher en position du sphinx lorsqu’elle ressentit un brusque afflux de rage provenant de sa Liée. Persée perdait encore un peu plus de son sang-froid qu’avant son arrivée dans la taverne. La Bleue força le passage sans douceur dans son esprit.

° ARRÊTE ! °

Mais Persée, si elle fut surprise du ton impérieux de celle qui partageait son âme, ne répondit pas. Pire : elle l’ignora. C’en était trop pour elle. Si Peddyr Thelrand se permettait maintenant de la provoquer en retour, il méritait toute son attention. Il paraissait bien plus en formes que lors de leur première entrevue. A bien y réfléchir, Peddyr et elle ne s’étaient jamais réellement parlé que cette fois-là. Quelques mots échangés dans le feu de l’action ou pour donner des informations administratives, rien de plus auparavant n’avait meublé leurs rares conversations. Pourquoi avait-il fallu que leur première réelle discussion se fasse dans des circonstances troubles, après ce qui avait faillis devenir une tragédie ?

- Le seul air vicié que je respire ici est le vôtre.

Sa voix avait la dureté d’une lame de glace. Elle retourna un regard froid à Finn. Le Chevalier semblait prêt à vomir tripes et boyaux sur le plancher de l’établissement. Qu’allait-elle faire de lui ? Il n’était même pas en état de se déplacer. Une ombre frôla soudain la toiture. Un mince dragon blanc passa la tête par l’embrasure de la porte pour contempler son Lié avec une expression navrée.

° Pardonnez-nous pour les désagréments causés par mon Lié. Je vais l’emmener.
Bien sûr. Pas de problèmes. °


Il était difficile d’accorder de l’attention au Chevalier Blanc ivre mort et à son petit dragon conciliant dans ces circonstances. Persée n’avait d’yeux que pour Peddyr, la rage au cœur et le fiel au bord des lèvres.

- Vous me semblez en pleine forme, Maître Thelrand.

A peine eut-elle voulu faire un pas en avant que Persée sentit une résistance dans ses jambes. Ses muscles refaisaient de lui obéir. Ses pieds étaient résolument vissés au sol. Elle tâcha de ne rien laisser voir de sa stupeur. Que lui arrivait-il ? Serait-ce… ?

° Vraël, qu’as-tu fait ?
Je parasite ton esprit pour t’empêcher de faire une bêtise.
Comment fais-tu ça ?
Je suis un dragon. Mon esprit est bien plus puissant que le tien. Je peux te maîtriser quand bon me semble. Mais c’est la première fois que je m’y essaye…
Libère-moi !
Non. Pas avant que tu ne me promettes que tu ne lui feras pas de mal.
Libère-moi ! Je promets ! D’accord ? JE PROMETS ! °


La résistance s’estompa et Persée eut de nouveau l’esprit clair. C’était une sensation dérangeante. Comme si elle ne parvenait plus à communiquer à son propre corps, comme si elle était coupée du monde extérieur. Mais cela permit au moins à dissiper la fureur qui couvait chez la jeune Maîtresse Bleue.

- Faisons quelques pas ensemble. Le temps de surveiller le départ mal assuré du Chevalier Finn, je crains une rechute... Et si vous croyez que je serais capable de vous frapper dans le dos, c’est bien mal me connaître.





Dernière édition par Persée Garaldhorf le Dim 27 Avr 2014 - 17:26; édité 1 fois
Visiter le site web du posteur
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 284
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 187
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 27 Avr 2014 - 17:15 Répondre en citantRevenir en haut

Tout en Persée n'était que défi à relever. Oui, elle le défiait. Ses mots et sa posture n'étaient que bravade. Si elle n'avait pas été Ancalikon, Peddyr aurait répondu à cet appel silencieux. La venue d'un dragon blanc coupa heureusement un désir de réponse direct. Doucement, il retira la main qui avait commencé à se rapprocher du pommeau de son épée... Oui même s'il était un paria, il était armé comme n'importe quel Maître-Dragon au sein du kaerl. Surveillé comme il était, sortir sa lame aurait suffi à attrouper des gardes pour l'arrêter sur le champ. Heureusement que l'âme soeur du chevalier bourré avait passé la tête par l’entrebâillement de la porte, le maître brun aurait sans doute tirer son arme. Etonnant d'ailleurs que l'Ancalikon ne lui ait pas fait de remarques sur ce plan là

Sveargith suivait la scène à distance et tremblait en percevant les pulsions de son lié. La tension de sa soeur bleue était elle aussi palpable.

°Peddyr est vraiment sur le bord de la rupture. Il me disait encore tout à l'heure qu'il avait besoin de se dérouiller un peu. Je crains que son envie de tirer sa lame hors du fourreau de se réalise. Et si je me trompe pas, c'est le cas aussi de Persée...°

Quand Persée proposa de faire un tour dehors, les mâchoires de Peddyr ne s'en crispèrent que d'avantage. Que voulait-elle exactement de lui ? Leur dernier échange verbal sur les sables ne suffisait-il donc pas ? Et pourquoi s'était-elle si soudainement tendu, comme si elle avait eu l'hésitation de faire le pas vers lui ? Des questions commençaient à se bousculer dans son esprit et il n'aima pas ça. Il la foudroya à moitié du regard quand elle insinua sa crainte d'être frappé dans le dos. A croire qu'elle le prenait pour un lâche.

''Soit, allons dehors de ce fait''

La tournure prit une direction qui ne plut guère au dragon brun.

°Peddyr, je t'interdis de faire ce que je viens de lire en toi ! °
°Je regrette vieux frère, mais vient un moment où il faut vraiment faire le pas en avant. °
°La liée de l'Ancalikon est déjà dans tous ses états et je commence à l'imiter. S'il te plait ! Ne fais rien que tu ne pourrais regretter ! °
°Tu as raison, y a eu assez de regrets comme cela. °


Il partit déjà en avant, laissant le passage au petit dragon venu récupérer son lié mis minable par une surdose d'alcool. Une fois dehors, il se retourna, faisant front à Persée. Dès que le Chevalier Finn sera parti avec l'aide de son lié, les choses deviendraient bien plus sérieuses. Largement plus sérieuses. Il tenait sa ceinture de sa main droite, prêt à saisir la garde de sa lame s'il s'avérait nécessaire de la sortir. Tout comme Persée, il était un combattant. Son geste aura rapidement une interprétation précise aux yeux de la jeune femme

''Bien... que voulez-vous cette fois ? Je ne crois pas que vous souhaitez une banale balade d'agrément en ma si charmante compagnie ''

Ne l'avait-elle pas trouvé en forme ? Il ravala au moins une autre réplique plus mordante. Pas besoin d'en rajouter.

°Peddyr arrête ! °

Le céleste ne répondit pas à son lié, guettant déjà le moindre mouvement offensive de l'Ancalikon. Au moins dehors, ils auraient de l'espace au besoin.



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 690
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 346
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 27 Avr 2014 - 18:20 Répondre en citantRevenir en haut



Persée n’avait pas quitté des yeux Peddyr. Elle aida Finn à sortir de la taverne, en le soutenant sous les épaules comme elle put. Sitôt à l’extérieur, son Lié se chargea de son chevalier-dragon en le laissant grimper malhabilement sur son dos, pour venir s’y avachir. Le Blanc salua l’Ancalikon et le Maître Brun avant de prendre son envol le plus délicatement possible, pour ne pas voir chuter son Lié. Persée les suivit des yeux jusqu’à ce qu’ils disparaissent à l’horizon. Ignorant la réplique acerbe de Peddyr, elle jeta ensuite un long circulaire à la rue où ils se trouvaient. Personne en vue, tout était désert ce matin. Parfait…

Paf !

Le poing fermé de Persée avait jaillis pour venir frapper l’ex-Ambassadeur sur la pommette gauche. La jeune femme secoua ensuite son poignet, décrispa ses doigts engourdis par le choc et poussa un soupir soulagé. Loué soit Haskèl, ce que ça faisait du bien ! Elle rouvrit les yeux sur son adversaire du moment. Ses lèvres affichèrent un large sourire, à la fois narquois et ravi.

° Persée ! ° s’indigna Vraël depuis son perchoir près de Sveargith.

La dragonne baissa le museau, contrite. Elle n’osa pas rendre son regard à son frère brun. Une lassitude exaspérée l’envahissait.

° Je suis désolée. Persée est intenable… Et je ne crois pas que ton Lié en soit déçu, d’ailleurs. Bien au contraire… °

Vraël enroula sa longue queue serpentine autour de son corps. Elle s’en voulait de n’avoir pas réagis assez vite. Empêcher le geste de sa Liée n’aurait pas posé de problèmes, si seulement elle en avait eu le temps.

- Désolée, s’excusa faussement l’Ancalikon en adoptant une posture plus décontractée – sans pour autant relâcher la pression. Ça me démangeait depuis un bout de temps. Personne n’a rien vu, aussi votre honneur est-il sauf !

Elle n’attendait qu’une chose : qu’il réplique et qu’il prouve que le Kaerl comptait encore pour lui. Qu’il se batte, qu’il dédaigne les vaines provocations, qu’il réagisse enfin ! Elle voulait le voir sortir de ses gonds, cracher son venin et serrer les poings. Alors seulement, ils pourraient peut-être avoir une discussion calme et normale, autour d’un verre… Ou à l’infirmerie, cela dépendrait de l’issue de tout ceci.

° Tu avais promis !
J'ai menti, ma belle.
Continue comme ça et je...
Tu quoi ?
Et je... Je brûle ta garde-robe et je vais fondre tes dagues !
Je sais ce que je fais... Je crois... °



Visiter le site web du posteur
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 284
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 187
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 27 Avr 2014 - 18:59 Répondre en citantRevenir en haut

Peddyr secoua la tête quand il s'appuya sur ses coudes pour se redresser. Il s'y était pas attendu à ce coup-là. Quelque peu étourdi, il se remit sur ses jambes, passant une main sur la pommette douloureux. Le visage serré, il retira la boucle de la ceinture qui soutenait son épée et la jeta à quelques mètres de lui.

''Puisqu'il faut en venir là....''

Ses poings se serraient et se desserraient à plusieurs reprises, comme s'il hésitait encore à suivre cette voie. Il ne s'était jamais battu contre une femme à mains nues et d'ordinaire, il évitait. ce n'était guère louable d'agir comme une brute contre elles. Mais là, ce n'était pas n'importe quelle femme. Elle était le chef des armées ! De toute façon, au point il en était.... Il se mit un peu de côté, se préparant déjà à une autre offensive. Persée était entrainée au combat depuis bien longtemps que lui, cumulant une expérience bien plus grande et elle alliait souplesse et agilité, là où lui n'était qu'endurance et résistance. Mais face à elle, il serait difficile de l'emporter. Mais cherchait-il vraiment à gagner sur elle ? Pas vraiment.

Svear' se retenait de prendre son envol et de tomber en plein milieu de ce début de mêlée. Ses muscles crispés tremblaient tellement il se retenait.

°Peddyr cesse cette folie !°
°Ne t'en mêle pas Svear'. C'est mon affaire°
°Comme il s'agit de la mienne. Il n'était pas prévu que tu sois à une telle...°


Il sentit Peddyr se fermer à la conversation. Il poussa un grondement de dépit.

Le Maître brun leva sa main droite, faisant un signe d'invitation. Elle voulait lancer les hostilités. Qu'elle continue alors.

''Si ca vous démange tellement, qu'attendez-vous pour poursuivre ? Redoutez vous l'effusion de sang ?

Pour réponse, il bloqua un coup qui visait son flanc. Mais ce fut une feinte et il grimaça quand ce fut l'autre flanc qui reçut. Malgré tout, il ne se déroba pas et pivota sur son pied gauche pour asséner une réponse percutante. Il rendit presque la pareille à Persée, n'ayant touché que le menton. Elle devait être en train de le tester, pour étudier sa vélocité. A moins que ce n'était là qu'un coup de chance.

Déjà il recula de quelques pas, évaluant son adversaire. Il avait intérêt à bien se défendre pour limiter les dégâts... tout en limitant la puissance de ses coups pour ne pas blesser Persée. Il ne manquerait plus qu'il finisse en prison pour avoir attenté à la vie de l'Ancalikon. Oui, heureusement qu'il n'y avait pas de témoin dans la Grand'Place. Si jamais Persée allait trop loin, il saurait agir en conséquence. Son pouvoir l'aidera, mais il ne l'utiliserait qu'en dernier recours. Puiser dans sa magie l'épuisait et puis, guère louable dans un règlement de compte ! Puis il tourna autour de Persée, cherchant l'ouverture. Et dès qu'illa trouva.....



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 690
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 346
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 27 Avr 2014 - 23:16 Répondre en citantRevenir en haut



Persée déposa à terre sa ceinture où pendait l’épée des Garaldhorf. Elle la poussa doucement du pied. Prenant ses aises, elle roula des épaules et s’étira tel un chat. La lame de son sourire se montrait plus redoutable que ses armes habituelles. Elle analysa rapidement la situation. Peddyr Thelrand possédait l’endurance, la robustesse et la force qui lui faisaient défaut. Elle ne savait pas grand-chose de son passé. Avait-il suffisamment d’expérience dans ce domaine ? Le combat à mains nues n’était pas la spécialité de Persée mais la sang-mêlée saurait faire avec. Entraînée par les meilleurs – son père, puis Maître Joachim de Leysse -, s’ayant forgé une stature athlétique qui transparaissait mal à travers une fragilité corporelle apparente, elle se savait assez souple et rapide pour rivaliser avec le Maître Brun. Anticiper certaines de ses réactions serait une chose facile. Elle pouvait le battre.

Elle feinta vers son flanc gauche pour mieux atteindre le droit, filant telle une anguille sous sa garde. Le prochain coup de Peddyr l’atteignit au menton. Sa mâchoire vibra et elle grimaça de douleur, un peu sonnée.

- Joli coup.

Peddyr avait reculé, cherchant l’ouverture. Persée était toute prête à la lui offrir s’il se décidait enfin à attaquer. Elle se fendit en avant à nouveau, évitant un coup de poing pour mieux frapper dans l’épaule, pile dans la jointure. Le besoin de se défouler était grandissant. Comme ivre, Persée voulait jouer avec son adversaire, l’asticoter, l’embarrasser, peut-être même le ridiculiser. Elle lui tournait autour tel un fauve en quête d’une ouverture pour mordre. Jeune et espiègle, la Maîtresse Bleue se laissait guider par ses instincts de guerrière, sans penser aux conséquences immédiates. Elle voulait juste s’amuser et passer ses nerfs sur quelqu’un. Peddyr était la parfaite victime. Et elle était prête à parier qu’il pensait la même chose d’elle !

° Tu devrais avoir honte.
Promis, je prierais les dieux de me pardonner plus tard.
N’aggrave pas ton cas en blasphémant…
Oui, maman ! °


Alors qu’elle visait à nouveau l’épaule, un crochet du droit l’atteignit à sa tempe gauche. La tempe blessée. Sa vision s’emplit de noirceur et elle vacilla. Elle porta une main à sa tempe. Elle en retira des doigts secs. Au moins la blessure ne s’était pas rouverte… Persée perdit néanmoins l’équilibre, très brièvement et se rapprocha dangereusement du sol. Sa jambe balaya alors devant elle, fauchant les jambes de Peddyr et le forçant à tomber à genoux. Elle se redressa d’un bond, le poing armé, tâchant d’anticiper le prochain mouvement. Elle décida de le provoquer.

- C’est tout ce dont vous êtes capable ? feignit-elle de s’étonner, le souffle court. C’est lamentable. Vous pouvez faire mieux que ça ! Un mort-qui-marche se moquerait de vous.



Visiter le site web du posteur
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 284
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 187
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 28 Avr 2014 - 14:47 Répondre en citantRevenir en haut

Peddyr lâcha un petit rire nerveux. Malgré le petit jeu de harcèlement de coups qu'elle lui avait offert toute à l'heure en s'amusant à jouer avec lui, il réussissait à ne pas se laisser déborder par cette envie de rendre coup pour coup, avec toute la force musculaire qu'il possédait. Puis elle tentait de le piquer verbalement avec un parfait exemple de comparaison : un mort-qui-marche. Savait-elle au moins de quoi elle causait ? Il posa une main à terre, prêt à se redresser à la moindre attaque, rivant toute son attention sur l'Ancalikon.

''Et vous, à déjà haleter, on dirait que vous passez plus de temps à vous agiter au lit avec votre amant qu'à vous entraîner au combat !''

Dur avec ces derniers mots, il bondit dans ses jambes de son adversaire, la faisant tomber sur le sol. Il n'attendit pas qu'elle se ressaisisse pour lui décocher un coup de coude dans les côtes. Si elle avait encore de l'air pour causer, elle en aurait encore pour gémir à la douleur. Il lui en offrit un autre. Le tout en modérant sa force. Même si comme elle il ressentait le besoin de se défaire de toute cette pression cumulée depuis son retour au Kaerl, il n'était pas là pour lui briser un os ou la blesser sérieusement. Là où il allait rajouter un troisième coup, il reçut un puissant coup de genou au côté droit. Ce dernier avait déjà été touché, mais celui-là fut encore plus douloureux, le frappant là où la dague de Zackheim l'avait blessé quelques mois auparavant. Il hoqueta et roula sur le côté pour esquiver une possible réplique de la guerrière.

Il se remit sur ses pieds, grimaçant. Il s'était déjà remis en garde, remuant un peu l'épaule douloureuse. Elle réagissait encore bien.

''C'est tout ce que vous avez dans les tripes Persée ? Même une gamine des rues ferait mieux ! ''

°Peddyr, cesse donc ! Tu vas la rendre encore plus folle !
°Qu'elle le devienne ! °


Attend-il vraiment qu'elle en devienne verte de rage ? Elle apparaissait seconde après seconde comme une jeune femme avide de se vider de toutes ses émotions oppressantes dans un bon combat. Sa rancoeur ne lui autoriserait pas à utiliser le Maître-Brun comme elle pensait peut-être le faire. Peddyr se défendrait jusqu'au bout, bien décidé cette fois à agir et à montrer ce qu'il avait à revendre. Il était un paria, mais il se battrait ! Les mots prononcés face à l'Ancalikon ne devaient pas l'avoir convaincu sur les Sables. Qu'elle frappe donc et elle aura une réponse du même genre !



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 690
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 346
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 11 Mai 2014 - 23:08 Répondre en citantRevenir en haut



Avant qu’elle puisse seulement songer à se mettre réellement en colère, ou à paraître vexée par ses insinuations totalement inappropriées sur sa vie privée, Persée se sentit brusquement basculer en arrière, les jambes immobilisées. Elle se retrouva à terre, à la merci de Peddyr, qui ne se priva pas pour la rouer de coups dans les côtes. Le souffle lui manqua. Chaque coup la paralysait un peu plus. Des étoiles commencèrent brièvement à danser devant ses yeux. Elle devait se ressaisir. Un brusque afflux d’adrénaline et son sang-froid lui revint. Analysant la situation, mesurant les risques, soudainement elle voyait tout avec une parfaite netteté. Il lui suffisait de calculer ses coups. Rien de plus simple.

L’héritière des Garaldhorf envoya son genou droit dans l’abdomen de Peddyr. Si le Maître Brun semblait faire en sorte, tant bien que mal, de retenir ses coups, Persée y songeait à peine. Elle devait laisser la vie sauve à Peddyr Thelrand et faire en sorte qu’il soit encore en état de combattre Drazahir. Mais pour l’heure, elle devait le maîtriser. Comme il roulait sur le côté pour reprendre son souffle, Persée se remit sur ses pieds d’un bond.

- Vous n’avez encore rien vu… Allez, debout ! J’ai connu des revenants plus combattifs !

Vraël poussa un couinement de dépit, depuis le perchoir du Valarëa en compagnie de Sveargith. La tentation de maîtriser Persée comme tout à l’heure était grande. Couper l’esprit de la jeune femme de son propre corps était sans doute une expérience traumatisante – et peu glorieuse de la part d’un dragon envers sa moitié – pour un bipède. La Bleue n’avait aucune idée de l’effet à long terme que cela pouvait provoquer. Ce genre de capacités psychiques pouvait s’avérer dangereuses. Les esprits des dragons avaient été forgés par le puissant souffle de la déesse Flarmya. Comment un humanoïde aurait-il pu y résister ? Cependant, si elle retenait à nouveau sa Liée avec son esprit, celle-ci serait à la merci du Maître Brun et elle se le refusait.

° Ne peux-tu pas faire quelque chose ? ° gémit Vraël à l’intention du Brun, à demi accusatrice.

Persée esquiva quelques coups, s’en prit un sur la pommette droite et sentit sa mâchoire vibrer de douleur. Un goût de sang emplit sa bouche et elle cracha un filet de salive rouge. Ce court intermède lui permit une feinte par la droite. Peddyr résistait vaillamment : il paraît un coup sur deux. Elle manqua trébucher sur un pavé glissant mais se ressaisit et bondit sur le côté. Se glissant derrière Peddyr en passant sous sa garde, elle bloqua son bras droit dans son dos. Et vint lui murmurer à l’oreille :

- J’espère que vous apprécierez votre séjour à l’infirmerie car il risque d’être indispensable.

Elle le relâcha brusquement et, prenant appui contre le mur blanchis d’une maison, projeta ses jambes en avant dans le dos du Maître Brun. Ils s’effondrèrent de concert. Persée retourna son adversaire et vint s’assoir sur son abdomen pour l’empêcher de se relever. Une longue mèche dorée s’échappa de sa tresse et vint frotter son visage en sueur, penché au-dessus de celui du paria revenu au bercail. Elle mourait d’envie d’enserrer, de ses mains gantées de cuir et de fer, le cou de Peddyr. De serrer jusqu’à ce qu’il disparaisse, jusqu’à ce que la peur, le doute, le désespoir, jusqu’à ce que tout s’efface. Au lieu de cela, elle resta sans bouger ni parler pendant quelques secondes, se contentant de dévisager son adversaire, comme si elle cherchait à lire en lui. C’était à peu près ça, en fait. Elle s’ouvrait pleinement à la senteur de ses émotions, pour connaître son état mental. Elle ne fut pas déçue. Alors elle ferma le poing et frappa. Une fois, deux fois. Son armure émotionnelle entrouverte laissait également filtrer ses propres émotions. Elle cessa, attendant avec impatience la riposte de Peddyr. Elle approcha son visage du sien et lui murmura :

- Que croyez-vous qu’il se soit passé durant votre absence, Maître Thelrand ? Croyez-vous réellement que votre départ n’a pas été remarqué ? Vous étiez un des piliers du Màr Menel. C’était à vous de veiller sur le Kaerl, au nom de la loi et de la paix. Votre geste était brave mais vain. Si vous aviez réussis à tuer Zackheim, je vous aurais tué, sans hésiter. Parce que vous auriez condamné le Kaerl et tous ses habitants aux ténèbres. Drazahir s’est déjà débarrassé de certains de ses pions, dont Ehsan. Que croyez-vous qu’il aurait fait à Dame Amlug si elle était restée au pouvoir ? Même si je n’approuve pas ce qu’il s’est passé, il était nécessaire d’écarter notre Dame et son nouvel époux, pour leur sécurité. Zackheim était le seul à pouvoir faire rempart face à Drazahir, tout en maintenant l’illusion d’être sous sa coupe. Il a été le seul bouclier entre le Maître des Ombres et le Kaerl, quand vous n’étiez pas là. Je suis l’armée, je suis l’ordre, je suis l’unité ! J’ai veillé sur le Kaerl pendant tout ce temps. Si seulement Maëvann et vous étiez venus me voir, je vous aurais aidé… Nous aurions pu… Si seulement vous aviez ouvert les yeux plus tôt… Vous avez tout gâché.

Ses yeux s’embuèrent de larmes mais aucune ne coula. Après cet instant de faiblesse, les traits de son visage se durcirent à nouveau.

Eos apparut soudain au-dessus d'eux, voletant avec agitation en poussant de petits cris aigus. Vraël l’avait envoyée essayer de calmer le jeu. Tout en sachant pertinemment que cela n’aurait que peu d’effets. La lézarde incarnate avait peur. La colère qui couvait chez sa maîtresse la gagnait petit à petit, alors que l’inquiétude de sa grande cousine bleue grimpait en flèche. La pauvre Eos ne savait plus où donner de la tête. Elle siffla et cracha sur Peddyr, tandis qu’elle se posait sur l’épaule de sa Liée. Persée n’y prit pas garde. Sans qu’elle s’en rende compte, son pouvoir d’empathie se déployait. Le Regard de Flarmya n’avait pas seulement renforcé sa maîtrise. Elle pouvait non seulement sentir les émotions d’autrui, mais aussi projeter les siennes. En cet instant, une aura de férocité guerrière, aussi terrifiante qu’un cauchemar et amplifiée par la peur dans laquelle elle vivait depuis l’hiver dernier, l’enveloppait. La lame de son sourire se révélait aussi affûtée que celle d’un poignard. L’éclat cruel qui brillait dans son regard sombre faisait écho aux écailles sanglantes d’Eos qui feulait sur son épaule. L'héritière des Garaldhorf se préparait à frapper de nouveau, le poing armé, les doigts serrés.

- Faites-moi plaisir, Peddyr. Ne désertez plus.

° PERSÉE ! ARRÊTE ! °



Visiter le site web du posteur
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 284
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 187
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 17 Mai 2014 - 16:20 Répondre en citantRevenir en haut

Un voile noir pulsait devant les yeux du Maître Brun quand Persée rapprocha son visage du sien. Un goût ferreux avait envahi sa bouche après les deux coups reçus. Mais il était encore assez conscient pour l'entendre lui jeter toute sa hargne en l'accusant des conséquences de ses actes. Ses paroles de Persée pénétrèrent douloureusement l'esprit de Peddyr, tel un poignard à la lame surchauffée, ravivant tout ce ressenti qui avait été sien durant ces derniers mois. Il frémit à ce retour à la limite du supportable. Peut-être aurait-il mieux valu qu'il meurt ce soir là. Les choses auraient été sans doute différentes... Un bref instant, il crut voir des larmes monter aux yeux de cette femme qui s'était battue durement pour le Kaerl. La lame de Zackheim n'aurait pas dû le rater...

Mais l'aura de fureur de la jeune femme l'envahissait, repoussant cette profonde mélancolie qui s'était ravivée aux mots dures de la Maîtresse Bleue. Cette empathie exacerbée l'envenimait, attisait sa colère. Il serrait déjà les poings, désireux de rendre les coups reçus. Désireux de répondre à un appel qui n'était pas de lui ! Frapper Persée réglerait les choses ! De telles pensées n'était pas lui. ce n'était pas lui ! Ses muscles tremblaient à force de les retenir. Sa respiration rapide en fut même saccadée. Le poing de la jeune femme au bouclier émotionnel perturbé se leva, prêt à frapper avec toute sa hargne. Il grimaça d'avance à la violence du coup. Rien que le sourire de Persée, ravagé par la haine, suffisait à imaginer la tension musculaire qui se déploierait pour le frapper. Le cri vif de son lézard de feu résonnait à ses oreilles, comme un avertissement.

Sveargith avait poussé un grondement en sentant son lié commencé à défaillir intérieurement. Ce n'était qu'une question de temps avant que les effets de l'empathie de Persée se réduisent et le laisse donc à sa merci. Il adressa un regard peiné à sa soeur de race, peu fier de pas empêcher activement la rixe entretenue par leurs liés. D'ordinaire, les dragons n'interviennent pas dans un différent personnel. Là les choses étaient radicalement différentes.

°Peddyr ! Nous n'avons pas fait ce chemin jusqu'ici pour que je te vois sombrer dans ces abîmes que tu as toujours voulu fuir. Tu es en train d'y tomber et tu n'en ressortiras pas cette fois ! Es-tu le lié que j'ai choisi ? Malgré toutes ces épreuves passées, est-ce là tout ce que tu souhaites ? Est-ce la souffrance que tu veux m'infliger ? Peddyr ! Es-tu ce lié que j'ai choisi ce jour là dans les sables pour répondre à ma moitié d'âme ? Prouves-moi que je n'ai pas fait le mauvais choix....En cessant votre lutte inutile. Pense au Kaerl tout en pensant à moi....°

Les paroles de Svear' résonnèrent comme un océan en furie percutant le bas de hautes falaises le soir d'une forte tourmente. Le poing de Persée s'abattit déjà sur lui. Il percuta durement un mur invisible. Peddyr venait de faire appel à son seul pouvoir pour contrer ce coup. Sveargith avait raison. Pourquoi se battait-il contre Persée, si ce n'était pour répondre à des pulsions vengeresses, pour repousser tout ce que Persée lui reprochait depuis son retour ? Il avait accepté les conséquences de ses actes, les assumant pleinement. A sa première rencontre avec Persée, il n'avait pas flanché sous ses menaces et ses accusations, acceptant sa culpabilité. Mais là, à ce second face à face, les choses avaient dérapé. Pourquoi ?

°Parce que tu es reste malgré le Don un homme. Un homme a des faiblesses et il doit les accepter, mais sans pour autant se refermer avec sur lui-même et en faire pâtir les autres. Tout comme Persée, vous vous laissez aller à vos propres pulsions. Ce n'est pas cela être unis dans un même Kaerl. Quelques soient les reproches que vous vous faites l'un et l'autre, n'êtes vous pas du même Kaerl ?°

Les paroles du Dragon Brun étaient sages, mais difficile à s'y raccrocher. La colère de Persée coulait encore dans celle de Peddyr. L'humain, le coeur battant, n'avait pas terminé de répondre aux besoins de violence de son adversaire. Ce n'était pas faute de vouloir répondre à la volonté de son âme soeur de tout cesser. Les mâchoires serrées, il afficha un regard froid et profond à Persée, maintenant toujours sa protection en place. Malgré les vociférations grognantes d'Eos, il se concentra sur Persée.

''Si vous étiez venu quérir notre aide, peut-être que nous aurions pas eu à nous montrer aussi soupçonneux. Et peut-être que je n'aurai pas eu besoin d'agir comme je l'ai fait !''

Avec sa protection, il pourrait avoir Persée à sa merci, la faire plier devant lui, pour lui montrer ce qu'il était réellement. Une seule volonté et un seul geste percutant et tout serait terminé. Que savait-elle réellement de la souffrance qu'il avait ressenti depuis ? Que savait-elle de son ressenti de pas avoir pu prévenir la Chute d'Heryn Amlug ?

°Peddyr ! Non ! °

Mais elle aussi avait souffert et il l'avait entrevu dans ses yeux, un bref instant. Rien qu'un instant. Ce souvenir récent lui suffisait... Et un seul homme pourrait avoir la vilénie de remporter ce combat pour sa seule satisfaction. Un seul. Et ce n'était pas lui. Il ne voulait pas lui ressembler, devenir comme lui... ou redevenir Zadan.

D'une seule pensée, il déploya sa magie pour repousser violemment Persée loin de lui, l'enveloppant à l'ultime seconde avant qu'elle ne percute le sol, limitant le choc. Oh, elle n'appréciera sans doute pas le vol plané, mais il avait été nécessaire pour qu'il puisse se relever. Un vertige le saisit quand il tenta de se remettre debout. L'emploi soudain et intense de sa magie lui avait drainé une bonne partie de ses forces. Quand il fut enfin sur ses deux jambes, il haletait, un filet de sang coulant du coin de ses lèvres. Sans Persée sur lui, il ne subissait plus son empathie. Ses effets ne l'atteignaient plus. Il fit quelques pas hésitant vers Persée. Il devait faire vite avant qu'elle ne se relève. Elle ne serait sans doute pas aussi épuisée que lui.

''Rien n'est gâché... A vous entendre, on croirait que tout est perdu. Peut-être que l'acte que j'ai tenté de commettre aurait été irréparable, mais il n'a pas eu lieu. Drazahir y a veillé...Il vous suffira de demander à Saverok...''

Comment avait-il pu réussir à prendre une telle décision... Le désespoir poussait parfois à prendre des idées néfastes. Drazahir avait voulu protéger son pion on ne sait encore pour quelle obscure raison. Il veillait à maintenir sa protection si jamais Persée voudrait encore tenter quelque chose contre lui, ou si Eos viendrait à vouloir le mordre ou souffler un petit jeu de feu contre lui pour défendre sa maîtresse.

''J'ai commis une erreur et j'ai accepté d'en supporter les conséquences, mais pas au point de me battre contre un autre céleste pour continuer à les payer. Je n'ai pas à les rendre aux autres. Nous n'avons pas à dépenser notre énergie entre nous. C'est contre Drazahir qu'il faut rester unis...''

Persée avait du se remettre debout, prête à reprendre la suite de la rixe. Il abaissa ses défenses, incapable de les maintenir plus longtemps. Il avait les poings serrés de la tension résiduelle qui circulait encore dans ses veines. Mais sa rage s'était évaporée, laissant place à une certaine lassitude. Pourquoi le chemin de l'existence était aussi difficile à suivre ? Pourquoi une épreuve passée devait appeler une autre plus difficile à surmonter ? Il se remémora vaguement Orën et son exil au Ssyl'Shar. Il ne fuirait pas cette fois. Il avait encore une bataille à terminer.

Il appela une dernière fois son pouvoir quand il fit un pas vers Persée, pour se couvrir d'un coup possible. Il ne le relâcha que pour attraper Persée dans ses bras, l'enlaçant comme le ferait un père recherchant une forme de réconfort auprès de sa fille.

''Pardonnez-moi....Et je ne déserterai pas. ''

Sveargith dansait nerveusement sur ses antérieurs. Peddyr s'était épuisé avec son pouvoir et ne saurait pas répliquer physiquement contre Persée. Il serait entièrement à sa merci. Il regarda alors Vraël, guettant sa réaction.



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 690
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 346
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 20 Mai 2014 - 21:53 Répondre en citantRevenir en haut

Le poing de l’Ancalikon s’apprêtait de nouveau à frapper le visage du paria revenu au bercail. La rage enflait en la jeune Maîtresse Bleue et le revers de son empathie l’amplifiait sans commune mesure. Un halo de colère se déployait autour d’elle, semblables à des vagues furieuses s’écrasant contre des falaises déjà fragilisées. La force de sa colère était irrésistible. C’était une tempête qui engloutissait les cœurs des êtres vivants et qui ne cessait de croître. Un chat errant feula dans le dos des combattants. Un enfant se réveilla en sursaut dans la maison voisine et se mit à hurler. Eos, la lézarde rouge, battit des ailes et de la queue telle une minuscule furie. Vraël elle-même, bien que peu affectée par la distance, ressentait les effets néfastes du don incontrôlable de sa Liée. Elle en éprouvait des aperçus terrifiants, à travers le lien de l’Empreinte. Elle savait depuis toujours que ce don était très puissant chez Persée. Le voir à l’œuvre était une autre chose. Persée avait mis des années à comprendre la part de magie en elle, à l’apprivoiser, à la cacher. Et depuis l’Empreinte, elle devenait plus aisée à contrôler. Mais non moins dangereuse, au contraire. Vraël ne pouvait que déplorer la situation. Si les dragons pouvaient pleurer…

° Arrête, je t’en supplie ! Pour l’amour de moi, cesse cette folie ! Tu te fais du mal. Comme autrefois… Tu avais promis de ne pas faire le Mal. Et c’est pourtant ce que tu fais, là, maintenant. Et tu le sais. Tu n’es pas comme tes ancêtres du Màr Maudit. Pourquoi devras-tu refaire les mêmes erreurs ? Peddyr Thelrand a autant besoin de toi que toi de lui ! Je t’en prie ! °

Le cœur de la sang-mêlée saignait face à la tristesse de la dragonne. Mais il était trop tard pour reculer. Il se passa alors quelque chose d’inattendu. Le poing de Persée résonna douloureusement contre une paroi invisible. Puis il y eut le choc. Il rejeta violemment Persée en arrière sans qu’elle ne puisse rien y faire. Cela avait été trop rapide. Il y avait de la magie là-dessous. Au dernier moment, avant qu’elle ne touche brutalement le sol, une force la retint et amortit légèrement sa chute. Elle s’étala néanmoins de tout son long sans élégance. Le choc avait suffis à étioler la majorité de sa colère dans l’air. Un chient hurlait à la mort quelques maisons plus loin. Mais le calme revint presqu’instantanément. Les gens allaient se poser des questions sur leur récent comportement. Et avec les questions viennent souvent les ennuis…

Persée roula sur le ventre et se releva machinalement, un peu sonnée. Encore à moitié sous l’influence de son propre pouvoir, affaiblie par celui-ci, elle se fit l’effet d’un pantin désarticulé, à qui on aurait coupé les fils. La profonde angoisse de Vraël dissipait rapidement la colère qui couvait encore. Son armure psychique avait été gravement endommagée. Elle cligna des yeux pour reprendre ses esprits. Les paroles du Maître Brun achevèrent ce qu’il restait de sa fureur. En un coup d’œil, elle sut que Peddyr avait plus souffert qu’elle de cette rixe. Et ce n’était pas forcément à cause des coups. Sa magie, quelle qu’elle soit, l’épuisait énormément. Bien plus que l’empathie exacerbée de Persée.

- Je connais toute l’histoire de cette fameuse nuit, Peddyr. Nul besoin de m’en rappeler les détails, assena-t-elle, acerbe.

Mais l’émotion n’y était pas. Elle devait dorénavant s’employer à restaurer son armure. Recoller les morceaux allait lui prendre du temps. Lasse et triste, la jeune femme se rendit compte un peu tard que sa stratégie avait fonctionné. Se battre pour passer ses nerfs n’avais pas été le but premier. Il fallait que le Maître Brun craque lui aussi et que cette digue de frustration se rompe enfin. Alors seulement un vrai dialogue aurait pu être entamé. Et si au passage, elle pouvait rendre coups pour coups, cela ne lui avait pas déplu… Mais elle avait réussis. Peddyr Thelrand s’ouvrait face à elle. Alors l’espoir, cette infime lueur jamais totalement disparue, se ralluma dans son cœur. Alors qu’elle faisait un pas vers lui, espérant scruter son état mental discrètement, quelque chose la retint de force. Ce fut bref. Elle crut que Vraël avait à nouveau coupé l’accès à son propre corps mais la surprise de la Bleue était sincère. Au moment où les bras de Peddyr se refermèrent sur elle, Persée sut. C’était lui et son étrange magie.

Persée se pétrifia. Le contact n’était pas désagréable en soi. Seulement, elle n’avait pas l’habitude. Avec l’âge, elle n’avait autorisé que les membres de sa famille et ses rares véritables amis à pouvoir se permettre cette familiarité. L’affection qui les liait était sincère. Que dire de Peddyr Thelrand ? Il avait l’âge d’être son grand frère ou un jeune oncle particulièrement sage. Elle était l’Ancalikon, l’amante de l’Usurpateur et la dernière descendante des Garaldhorf. En quoi méritait-elle ce genre de démonstration ? Peddyr recherchait-il réellement un réconfort là où, plus tôt, il n’y avait eu que colère, rancœur et violence ?

''Pardonnez-moi....Et je ne déserterai pas. ''

Contre toute attente, un sanglot monta dans la gorge de Persée. Elle le réprima aussitôt, presque avec panique. Pas question de se laisser aller ! Ce n’était pas parce que son idée farfelue avait fonctionné qu’elle pouvait se permettre de baisser sa garde. Rester unis, oui. Devenir faible, hors de question. Elle eut peur de trop s’attacher à cet homme. Car si lui aussi disparaissait face à l’Ombre, elle n’était pas certaine de demeurer assez forte pour garder le Kaerl.

- Reprenez-vous, Maître Thelrand. Ne pleurons pas comme des fillettes ! Nous valons mieux que ça.

Elle voulut se détacher de Peddyr mais en fut incapable dans un premier temps. La tension ambiante ayant pratiquement disparue, elle s’appuya sur Vraël pour mieux reprendre possession de ses entières facultés. C’était aussi un moyen de consoler la dragonne, terrifiée quelques instants plus tôt. Elle finit par se dégager, doucement mais fermement. Sa voix avait perdu sa dureté de glace au profit d’accents plus conciliants. Se détournant de l’humain, elle ramassa son baudrier et le ceignit de nouveau autour de sa taille. Elle récupéra sa veste, gratouilla sous le museau Eos qui était toujours perchée sur son épaule.

- Ne restons pas là. Les gens pourraient se poser des questions. Nous allons attirer l’attention. Trouvons un endroit au calme pour parler.

La Sans-Destin ne retirait aucune fierté de ce combat. Cela n’était ni glorieux, ni honorable. Toutefois, puisque la situation de crise avait été désamorcée si l’on pouvait dire, elle estimait qu’il n’était que temps de passer à autre chose. Elle osa jeter un regard en arrière. Peddyr Thelrand connaissait-il un endroit proche pour une discussion privée et discrète ?



Visiter le site web du posteur
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 284
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 187
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 23 Mai 2014 - 11:11 Répondre en citantRevenir en haut

Le Dragon Brun soupira si fort que ses naseaux vibrèrent. Enfin les deux bipèdes cessèrent de se battre. Il darda un regard encore pétillant d'inquiétude vers Vraël. Peut-être que la liée de Persée pourrait vraiment sentir si tout était terminé, bel et bien terminé cette fois. Persée était une femelle de caractère et quand elle voulait quelque chose de précis, elle l'obtenait. Heureusement que Peddyr avait fini par répliquer pour se défendre et tenter de mettre un terme à cette rixe stupide. En même temps, le Brun concédait que Peddyr avait participé à l'entretenir. Leur dualité semblait en bonne voie de se terminer

Peddyr laissa Persée se dégager, passant le revers de sa main sur ses lèvres pour essuyer le sang qui avait coulé aux commissures. Le sang finissait toujours par se montrer même quand les armes n'étaient que des poings. Comme Persée, il récupéra son épée, se contentant de la tenir en main après avoir enroulé la sangle de cuir autour du fourreau. Comprenant que l'Ancalikon ne voulait pas rester ici à la vue possible de badauds, Peddyr cherchait déjà le lieu propice, autant pour poursuivre une conversation normale que pour s'asseoir. Les jambes flageolantes, s'il restait encore debout, il s'écroulerait.

''Y a un recoin non loin d'ici assez tranquille...''

Il fit quelques pas, s'assurant qu'il arrivait à rejoindre le coin visé. Ca va, il arriverait à aller jusqu'à là-bas avec le peu de dignité qui lui restait.

Il ne firent qu'une centaine de mètres, tout en s'éloignait de la grande place du marché. Au détour d'une petite voie en impasse apparut une petite fontaine circulaire et chantonnante qui trônait au pied d'un petit saule pleureur nain. Ses branches s'étendaient en hauteur, offrant un feuillage tombant suffisamment large pour permettre à quelques personnes de s'asseoir à l'ombre sur un banc en marbre blanc

Le Maître Brun cala son arme contre le rebord de la fontaine et y posa ses deux mains pour se pencher. Son reflet visible à la surface de l'eau claire lui dévoilait l'image d'un visage contusionné par la bagarre. Il plongea sa main droite dans l'eau fraîche et se rinça le visage. Puis il soupira d'aise dès qu'il se fut assis sur la margelle. Une légère brise caressa le feuillage du saule, tout comme les mèches rebelles de la longue chevelure nattée de Persée.

''Je crois que j'aurai pas pu trouver mieux comme endroit apaisant et loin du passage des gens du coin... ''

S'il y avait eu un pan du sol dallé couvert d'herbe, il s'y serait volontiers couché pour s'endormir aussitôt. Maintenant, avec Persée, il allait pouvoir converser plus posément. ce qui aurait du se faire depuis le début

°Je ne suis qu'un imbécile. J'aurai largement pu empêcher cette bagarre°
°Possible, mais ce qui est fait est fait. Là vous vous êtes calmés tous les deux, profitez en pour parler comme des bipèdes civilisés. °


Peddyr releva la tête pour observer l'Ancalikon. Même elle n'avait pas pu contenir une pression résultée du chaos des précédentes batailles et de toutes ses responsabilités. Un équilibre avait été contraint de s'établir. Malheureusement, il s'était fait à leur détriment, par l'échange de coups. Jamais encore Peddyr n'avait eu besoin de soulager de la sorte. Oh peut-être autrefois, dans sa précédente existence, mais jamais en tant que Céleste. Il s'en voulut, craignant presque de chuter sur une mauvaise pente. Son esprit frôla l'image d'un être ignoble à ses yeux mais l'effaça rapidement. Ce n'était pas le moment de penser à lui.

''Au moins, personne n'a vu nous battre et personne ne viendra ici nous déranger... ''



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 690
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 346
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 21 Juin 2014 - 15:54 Répondre en citantRevenir en haut

Persée se joignit aux pas du Maître Brun tandis qu’il la guidait vers un endroit discret de sa connaissance. Son choix avait intérêt à être sûr. Elle-même lui aurait bien proposé la cave dissimulant l’entrée secrète des vieux souterrains du Màr Menel… Mais il fallait reconnaître qu’elle se méfiait encore un peu de Peddyr Thelrand. Comment savoir si Drazahir, à travers la possession, n’avait pas laissé une marque, même inconsciente et inoffensive, en lui pour mieux espionner ? Elle ne voulait prendre aucun risque. Elle surveilla néanmoins, par réflexe, la démarche de Peddyr, de crainte qu’il ne s’effondre. L’utilisation de sa magie et toute la force que Persée avait mise dans ses coups ne pouvaient pas lui avoir fait du bien. Il ne fallait pas qu’il s’effondre sitôt qu’il commençait à reprendre du poil de la bête et revienne œuvrer pour la sauvegarde du Kaerl ! Ce serait vraiment trop bête.

Elle apprécia d’emblée le lieu choisis par l’ex-Ambassadeur. Le bruit de l’eau s’écoulant de la fontaine possédait un pouvoir apaisant. Eos en fut la première ravie. Elle s’envola à tire-d’aile pour venir se poser sur le rebord, et plonger sa longue langue bifide dans l’eau fraîche. La minuscule incarnate lança un trille joyeux sitôt qu’elle eut finis de s’abreuver. Sa maîtresse resta néanmoins à bonne distance, observant les ablutions du Maître Brun avec défiance. Elle ne pouvait pas se départir si facilement de sa méfiance naturelle. Elle vint pourtant s’asseoir sur le rebord de la fontaine, à deux mètres de distance de Peddyr.

- Ce qui est fait est fait. Nous ne devrions pas ressasser le passé, si récent soit-il.

Vraël échangea un regard à la fois perplexe et soulagé avec Sveargith. Au moins leur Lié respectif avait-il décidé de ne plus taper sur celui d’en face. Engager le dialogue était une bonne idée. La dragonne jeta un regard en arrière. Sa vue perçante distingua la silhouette d’un Brun solitaire avec lequel elle partageait volontiers son perchoir. Sarevok venait de s’éveiller et, inquiet du départ silencieux de sa compagne, joignit son esprit au sien. Vraël le rassura aussitôt, avant de se réinstaller plus confortablement sur le perchoir où Sveargith et elle étaient assis. Elle ne se priva pas, néanmoins, d’envoyer son déplaisir à sa Liée.

° Maître Thelrand porte encore les marques de ce passé °, lui reprocha-t-elle doucement.

Persée ne répondit pas. La Bleue pouvait elle-même sentir son remords, nul besoin de l’exprimer. Elle préféra reporter toute son attention sur un problème plus épineux. Et si cette démarche pouvait également la débarrasser d’une partie de sa culpabilité, elle ne s’en porterait que mieux.

- Je ne vous demanderais pas où vous êtes allés, Maître Thelrand, pendant tous ces mois d’absence. Je pense que vous avez déjà assez payé pour votre départ et votre retour.

Mais cela ne signifie pas que je suis prête à vous pardonner.

Il est des choses qui ne s’effacent pas. Un coup de poignard laisse une cicatrice. Un cœur brisé porte toujours la marque de sa première fêlure. Un acte de trahison, même brave et porté par de bonnes intentions, reste une plaie purulente dans les esprits. Persée Garaldhorf ne pouvait pas pardonner la tentative d’assassinat contre Zakcheim. Pas encore. Et peut-être ne le ferait-elle jamais. Mais l’Ancalikon, elle, pouvait passer outre et faire son devoir.

- La situation est tendue au Kaerl, comme vous avez pu le remarquer. Les mercenaires demandés par le Haut Conseil sont commandés pas un homme appelé Ghadìr, un être vénal et brutal mais efficace. Il est indigne de confiance. Tout au plus remplit-il son office. Le commerce est perturbé. Le peuple vit dans la peur d’une nouvelle attaque de Drazahir.

Elle osait enfin prononcer Son véritable nom à voix haute. Comme si le dire rendait cet ennemi plus tangible et donc mortel. Malgré ses incommensurables pouvoirs obscurs, le Maître des Ombres conservait une enveloppe charnelle. Son esprit avait beau être puissant, son corps demeurait faible. L’Ennemi devenait Drazahir. Dès lors qu’on lui donnait un nom propre, il devenait aussi réel que la pustule sur le nez de la vieille voisine.

- Le couvre-feu du Valarëa contrarie nombre de dragons mais la liberté de vol est un luxe que le Màr Menel ne possédera pas tant que Dame Amlug ne sera pas rentrée au Kaerl. Je ne vous demande pas de me dire où elle se trouve. J’espère seulement qu’elle est en sécurité, peu importe où elle est. Quant à vous, je suppose que vous avez compris qu’il vous faut faire profil bas. Le peuple vous aime mais les hautes sphères se méfient de vous – à juste titre.



Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:25 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu