Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Vous avez dis "sales bêtes" ? Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Gueralt Deux-Chiens
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 22 Avr 2014 - 22:16 Répondre en citantRevenir en haut



La fumé des forges chargeait l'air du Kaerl de nuages sombres en ces lieux. Au tintement du marteau contre l'acier, répondait celui des épées contre les épées. Perdu tout au fin fond du Cirban Telemna, le terrain d’entraînement du Màr Luimé était un lieu isolé, marqué par la roche sombre et abrupte qui de chaque coté entourait la place.
Dans un ordre parfait, les militaires en train de s’entraîner se succédaient les uns aux autres à une cadence soutenue, rythmée par leur maîtres. L'air était saturé par les cries des hommes, la fumé des forges et le bruit des armes, mais passé cette première impression de fouillis général, on pouvait remarquer que tout répondait à un ordre strict et dicté.

Alors que la matinée était déjà entamé depuis un moment, Gueralt descendait ici pour son entraînement quotidien selon les consignes de sa Maitresse. Bien qu’âgé d'à peine vingt ans, l'humain approchait les deux mètres et était facilement capable de tenir tête à des guerriers autrement plus expérimentés ! Il avait déjà suivit un entraînement aux armes, menait des hommes, mais venir ici lui permettait de se défouler, de se vider la tête. Loin d'une quête vers la perfection, il s'agissait avant tout d'un passe temps (et accessoirement d'un devoir qui lui était imposé, bien entendu).

Talonné comme à l'ordinaire par ses deux ombres canines, vêtu de simple braies de toile brune comme tout vêtement, le torse nu laissant apparaître l'ombre de son embonpoint, son épée lui battant éternellement le dos, il déambulait ici en territoire familier, accordant une bourrade ou un signe de la main à ceux qu'il comptait parmi ses amis, avant de se diriger d'un pas décidé vers le plus reculé de tout les terrains.

Déjà présente sur les lieux, Lynael l'attendait de pied ferme. La fëalocë avait toujours était plus énergique que lui. Entraînement forcé de la part de leur maîtresse à tout les deux. Il devait apprendre à se battre, pas comme des barbares, mais comme des maîtres d'épée, leur avait elle dit.
Jelian lui reprochait souvent à lui, son coté brouillon, trop brut, sa façon de faire appel à son instinct et à ses réflexes naturelles plus qu'à un enchaînement de passes, maîtrisées et calculées. Mais de manière général il n'en faisait qu'à sa tête, buté et borné comme le chien qu'il était. Il n'en était pas moins présent ici tout les matins depuis 1 mois aux cotés de sa camarade pour tenter de s'améliorer comme il le pouvait !

Laissant tomber son fourreau à terre, il s'approcha d'elle pour venir lui coller une baigne dans l'épaule en s’esclaffant :

« Alors Mel'aryn, prête à modre la poussière ? Une fois de plus ! »


Simple provocation, il n'en pensait pas un mot ! A l'imposant physique de Gueralt, Lynael savait opposer ses propres forces, et tout les deux rivalisaient de concert à l'épée. Avec le temps que durait leur aspiranat, les deux compères avaient apprit à s'apprécier... A leur manière, comme un frère et une sœur qui passeraient leur temps à se chamailler pour des broutilles. Jilian en avait l'air parfois désespérée, mais au fond cela l'amusait autant que ses deux aspirants. Toutefois c'était bien pour ça qu'ils se retrouvaient ici ce matin !

Lui tournant le dos sans réfléchir, Gueralt fit mine de se saisir de son épée histoire de "l'aiguiser" un peu avant le début de l’entraînement, laissant une opportunité à qui voulait l'atteindre.

« Alors dis moi Boutefeu, pas trop fatiguée ce matin ? J'espère au moins que t'as pris le temps de manger un morceau »


Oh qu'il était agaçant quand il se mettait à utiliser ce surnom stupide. En voilà un qui avait bien commencé sa matinée !


Dernière édition par Gueralt Deux-Chiens le Mer 23 Avr 2014 - 10:52; édité 1 fois
Publicité





MessagePosté le: Mar 22 Avr 2014 - 22:16 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 23 Avr 2014 - 10:46 Répondre en citantRevenir en haut

Il était encore tôt mais Lynaël prenait toujours une bonne heure d'avance, si ce n'est deux, avant l'entrainement matinal. Pour plusieurs raisons, qui sont tout d'abord qu'elle aimait à s'échauffer avant que Guéralt n'arrive ce qui lui permettait d'être en forme pour battre le grand gaillard à plate couture, mais aussi parce qu'elle "vidait" son côté fëalocë tous les matins à grand renforts d'entrainement au combat afin d'éviter toute crise émotionelle dans la journée.

L'autre raison, c'était surtout qu'elle mettait toujours beaucoup de temps à arriver jusqu'au terrain d'entrainement, tant elle passait de temps à observer la magnifience du Cirban et des dragons environnants. Peu importe le nombre de fois qu'elle avait fait ce chemin depuis le début de son Aspiranat, elle était toujours émerveillée par le paysage alentour, mais aussi par tous ces dragons évoluant en liberté, se mélangeant ou participants aux entrainements.
Plus elle avançait dans son apprentissage, et plus elle ressentait l'envie d'avoir sa propre Liée, de ne plus pouvoir se sentir seule ou abandonnée.

Perdue dans ses pensées, elle arriva enfin au centre d'entrainement sans même s'en rendre compte. Elle posa son tsalion au sol avec délicatesse, puis entreprit de revêtir sa tenue de toile doublée de morceau de cuir, l'équivalent d'une armure légère d'entrainement.
Après quelques tours d'arène en courant pour s'echauffer doucement, elle enchaina quelques passes, attaques et défenses, de plus en plus rapidement, alternant l'entrainement à mains nues, à la dague et au Tsalion.

Plutôt solaire et souriante d'habitude, la jeune femme semblait se transformer lorsqu'elle se battait, son côté Elfe prenant le dessus. Le visage fermé par la concentration, ses yeux dorés prenait un air intense et analytique, presque froid. Ses mouvements devenaient plus rapides, plus précis, et elle s'évertuaient à y ajouter de la souplesse, donnant parfois l'impression qu'elle dansait en plein combat dans ses meilleurs moments.

Un aboiement la ramena hors de son combat et Lynaël secoua doucement la tête en essuyant son front, resserant la queue de cheval haute qui emprisonnait ses longues mèches noires durant les entrainements.
Elle reposa son Tsalion pour aller boire avant de se mettre en position pour attendre Guéralt qui arrivait justement, accompagnée de ses deux fidèles compagnes.
A savoir : ses chiennes.

Bonjour à toi aussi Deux-Chiens. C'est toujours agréable de voir que tu prends la défaite avec enthousiasme ! répondit-elle avec un grand sourire, le regard flamboyant.

Elle accorda une caresse à chacune des deux chiennes qui vinrent lui dire bonjour avant d'aller se coucher sur le côté, alors qu'ils saisissaient chacun leurs armes.
Ils avaient arrêtés de se battre aux armes en bois, mais leurs vraies armes contenaient un enchantement qui leur permettait d'en émousser grandement le tranchant. Les lames se contentaient de faire de gros bleus, et parfois d'égratigner sans jamais blesser gravement.

La demi-elfe fit tourner son Tsalion dans ses mains en observant son adversaire qui lui tournait le dos, et elle eut un petit rire, sans le quitter des yeux.

Allons mon chou, tu crois vraiment que je vais me laisser prendre à cette feinte ? Tu oublies par qui on a été formés !

Restant hors de portée, elle s'amusa à taquiner les flancs du jeune homme du bout d'une de ses lames.

Eh bien dis donc ! Tu te laisses aller joli coeur ! Regarde moi ça ! Bientôt les dragons vont te prendre pour leur en cas !
Gueralt Deux-Chiens
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 27 Avr 2014 - 22:01 Répondre en citantRevenir en haut

D'un mouvement ample, Gueralt évita la lame qui lui titillait le ventre, bondissant de coté pour venir aussitôt croiser le fer par la droite. Tout souriant, l’œil pétillant, il avait prit l'habitude de combattre tout en lançant quelques boutades de son crue à Lynael. Aussi concentrée soit elle au combat, elle n'en demeurait pas moins à demi fëalocë, et il espérait toujours que la provocation réussirai à la déconcentrer, au delà du plaisir qu'il y prenait naturellement.

« Allons allons Boutefeu, je n'y peux rien si les jolies demoiselles de Lomeanor ne peuvent pas résister à mon charme ! Tout les soirs j'ai droit à mon lot de bières offertes ! On ne refuse pas une invitation ! »


Bon... La vérité était un peu différente, et il savait que Lyna n'était pas dupe. Gueralt chassait pour un aubergiste de Lomeanor, en échange de quelques pintes gratuites ! Pintes qu'il s'empressait d'aller partager avec la première donzelle venue en espérant pouvoir passer le reste de sa nuit en sa compagnie – méthode bien peu glorieuse mais efficace !

C'était une technique qu'il avait déjà l'habitude d'utiliser lorsqu'il vivait encore à Landebrume. Une fois les escarmouches de l'été closes, il avait ainsi passé plusieurs moi à écumer les auberges, ou les granges des paysans aménagées spécialement pour accueillir quelques fêtes. Fêtes qu'il quittait rarement seul. Il n'était pas un sentimental pour autant non... Juste un hédoniste qui prenait les plaisirs que lui offrait la vie lorsqu'il se présentait à lui.

Toujours est il que cela lui permettait de rétorquer à sa co-aspirante, et il en était ravis. Il lui arrivait parfois d'essayer de jouer le charmeur avec Lynael, et celle ci s'empressait d'entrer dans son jeux. Un jeux qui ne restait qu'un jeux pour Gueralt ! Passé les premières semaines de cohabitation avec Lynael, il avait comprit qu'elle était et resterai une bonne amie, et rien de plus sinon une rivale coriace. Mais force était pour lui de constater qu'il se plaisait par moment à tenter de la rendre jalouse en se ventant de ses mésaventures en dehors du Kaerl !

Reprenant ses bases de combat stables une fois la boutade lancée, les jambes bien ancrées au sol il observa Lynael au travers de l'une de ses mèches qui lui barrait le visage – éclair de malice sur ce paysage de dureté - tandis qu'il s'apprêtait à envoyer un nouveau coup !

« Tu devrais voir la chance que tu as, de fréquenter un bel homme comme moi tout les jours ! »


Nouveau rire avant qu'il ne se précipite épée au poing sur la demi sang !

« Profites en avant que la seule chose que tu puisses voir ne soit que le sol. »
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 29 Avr 2014 - 12:15 Répondre en citantRevenir en haut

- Allons allons Boutefeu, je n'y peux rien si les jolies demoiselles de Lomeanor ne peuvent pas résister à mon charme ! Tout les soirs j'ai droit à mon lot de bières offertes ! On ne refuse pas une invitation !

La jeune femme éclata franchement de rire, reculant de quelques pas pour éviter une attaque, incapable de parer en riant. Elle secoua la tête, feintant sur la droite pour lancer l'une de ses lames vers la cuisse gauche du jeune homme, coup qu'il para avec force, faisant remonter des échos du coup dans son bras, ramenant un peu de concentration à la jeune femme, malgré le sourire qui habitait toujours ses lèvres.

Elle le laissa discuter tout seul. En vérité, elle se demandait si cela ne l'aidait pas à se concentrer lui, ou même à se donner l'assurance nécessaire au combat, même s'il ne l'avouerait jamais.
Mais il devait aussi penser que la moitié de son sang fëalocë allait réagir à ses provocations. C'eut été une bonne tactique si l'autre moitié de son sang n'avait pas été elfe, et donc fait pour le combat. Chaque fois qu'elle tenait le tsalion dans ses mains, c'est comme si on lui enlevait des lunettes à verres floues qu'elle aurait porté tout ce temps. Comme si son sang elfique purgeait toute la moitié fëalocë pour ne garder que du sang pur et guerrier.

La jeune femme continua à parer quelques coups, répondant "Mais oui, mais oui" ou quelques autres petits rires ironiques ou condescendant. Puis finalement, elle se rappela des consignes que Jillian donnait sans cesse au jeune homme et baissa toute sa garde, alors qu'il se lançait vers elle sans retenue. L'instinct de Guéralt prit le dessus quelques instants, et il lança son épée vers elle avec force, basculant en avant pour l'atteindre.
Lynaël tourna sur elle même au dernier moment, et pivota pour lancer un coup de pied circulaire dans les fesses, du jeune homme, le précipitant au sol, emporté par l'élan de son attaque trop frontale.

Elle recula de quelques pas, de nouveau en garde et répondit d'un ton malicieux.

Alors dis moi ? Comment il est le sol ? Aussi beau que toi ?

Elle attendit que le jeune homme se replace face à elle, puis son ton, bien qu'amical, prit un tournant légèrement plus autoritaire.

Utilise ta tête Deux-Chiens. Ton adversaire ne baisse jamais volontairement sa garde en plein combat à moins de vouloir te duper. Analyse mes mouvements avant d'y répondre.

L'instinct de son compagnon d'Aspiranat était incroyable et ses réflexes très rapides, ce qui en faisait un adversaire redoutable. Inévitablement, cela lui sauverait la vie. Par contre, cela ne lui ferait pas gagner des combats, car il finirait toujours par se faire avoir par cette force brute et cette vitesse non contrôlée.

Il s'apprêta à répondre, le combat relancé dans des bruits d'épées, lorsque plusieurs voix féminines rententirent dans l'espace, à moitié hystérique.

- Guéraaaaalt !
- Guéraaaaalt !
- Guéraaaaalt !

Déconcentré, et interloqué, le jeune homme tourna la tête vers les voix, laissant l'ocassion à Lynaël d'envoyer le manche de son tsalion dans sa cuisse. Il écoperait d'un gros bleu.
Mais elle s'arrêta à son tour, fixant les filles qui arrivaient d'un regard noir. Ce même regard qui avertissait son compagnon d'Aspiranat lorsqu'il dépassait les bornes. Un regard qui faisait donc même arrêter Guéralt, mais que ces cruches ne virent même pas.

- Oh Lynaaaaaaël !!!

Un sourire hyprocrite pour qui la connaissait bien se plaqua sur son visage, et elle répondit d'un ton railleur.

- Claraaaaaa !

Mais toute occupées -et idiotes- qu'elles étaient, elles ne remarquèrent rien.
En réalité, elles se prenaient comme ses copines, mais cette relation n'était qu'à sens unique. Ces filles avaient commencé à venir la voir dès que Jillian avait pris Guéralt comme aspirant. Au début, la jeune demi sang n'avait pas fait le lien, mais elle avait cependant vite compris quand, au bout d'une petite semaine d'approche, le sujet récurrent devint le jeune homme aux yeux verts.
Depuis lors, elle les laissait venir à elle mais s'appliquait à être juste polie, et encore. Mais elle avait l'impression que le fait qu'elle ait accès à Guéralt lui autorisait tout et n'importe quoi avec ces filles. Elle aurait pu leur dire d'aller se jeter des falaises qu'elles l'auraient fait pouvu qu'elle place un mot en leur faveur à son compagnon d'aspiranat.

- Eh bien Lynaël ? Tu ne nous présentes pas ?

Les quatre jeunes filles papillonnaient devant l'aspirant, et s'étaient adresser à elle sans même lui accorder un regard.

Oh si, bien sûr, lâcha-t-elle d'un ton acide qu'aucune d'entre elles ne perçut, mais qui lui valu un regard de la part de son ami, Guéralt, je te présente Claralyne, Hyvra, Syrianne et Luli..


Elle se tut pour laisser le temps aux petites dindes de se précipiter sur le jeune homme pour être la première à l'embrasser sur la joue pour le saluer, et se présenter.
D'ordinaire, cela l'eut fait beaucoup rire. Mais pas aujourd'hui.
Déjà d'un naturel très jaloux, Lynaël se demandait présentement si elle n'allait pas défier chacune de ses "copines", son tsalion à la main. Oh bien sur, aucune d'elle n'était Aspirante et ne pouvait donc se battre. Mais c'était tout l'intérêt de la chose n'est ce pas ?

Si elle n'était pas jalouse des filles, femmes- et autres individus non identifiés-, qui passaient entre les draps du jeune homme, elle sortait aisément les griffes si l'on venait empiéter sur son amitié avec lui. Ces combats matinaux, outre le fait d'un devoir demandé par Jillian, étaient aussi leur moment à eux. Quoiqu'ils en disent -et ils le nieraient surement tous les deux en public- ils s'appréciaient beaucoup, à la manière d'un frère et d'une soeur dont l'affection se traduit par des bagarres et des provocations.
Elle supportait donc très mal de s'être fait forcé la mains par ces petites dindes afin qu'elle puisse assister à l'entrainement ce matin.

Claquant de la langue, exaspérée par leur piallage incessant -elle ne savait pas comment les hommes faisaient pour supporter, et aimer, ça - elle frappa dans ses mains afin d'attirer leur attention.

Bien, sans vouloir vous interrompre, on doit combattre. Donc merci de reculer jusqu'en dehors de la limite de la zone sableuse et surtout, surtout, de vous taire, sinon vous dégagez. Compris ?

Le ton sérieux et acéré de la demi sang parut faire l'effet escompté et l'hystérie retomba alors que les quatre cruches allaient s'asseoir gentiment dans l'herbe sans un mot, leurs yeux papillonant sur Guéralt, un silence bienvenue retombant sur l'entrainement.
Lynaël se mit en garde, face au jeune homme et esquissa un sourire tendu.

A toi l'honneur.

N'hésite pas à me dire si quoique ce soit est à changer ! =D ♪ ♥
Gueralt Deux-Chiens
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 2 Mai 2014 - 20:37 Répondre en citantRevenir en haut

Le sol était dur. Il n'aimait pas ça. La poussière collée à son visage à cause de la transpiration lui donnait l'air encore plus revêche qu'à l'ordinaire. Piqué au vif, il se redressa d'un nouveau bond, avant de faire volte face vers Lynael, l’œil mauvais. Le sang cognait à ses tempes, il sentait que tout ses muscles étaient sous tension. Il n'aimait pas être battu, et d'autant plus lorsque c'était de par sa faute. Faisant mine de pas entendre les remarques de Lyna – qu'il détestait lorsqu'elle jouait les maîtres à la place de Jilian ! – il s'apprêta à répondre par un nouveau coup avant que les gloussements de quelques dindes retentissent de derrière son dos.

D'un coup ses épaules tombèrent et sa rage d'il y a quelques secondes laissa place à un dépit loin d'être feint. Il se retourna l’œil hagard, l'air ahuri pour regarder le groupe caquetant qui s'approchait. Sentant le Tsalion de Lynael lui frapper la cuisse, il se retourna vers elle pour lui chuchoter avec une mine de dégoût, en articulant bien chaque syllabe pour se faire comprendre.

« Qu'est ce que c'est que ça ? »


Mais Lynael ne répondit pas et se contenta d'un salut presque aussi strident que celui de ses camarades. Se grattant la tête, il l'observa, complètement perdu. Franchement il ne voyait pas du tout comment son ami avait pu s'acoquiner avec pareilles greluches. Lynael était une fille bien pourtant, pleine de caractère, pas le genre à se laisser marcher sur les pieds, et puis intelligente. En regardant la troupe qui s'avançait il ne pouvait imaginer une seconde sa camarade passer ses soirées en pareil compagnie.

Les présentations à peine faites, Gueralt eut l'impression qu'elle leur avait donné le départ pour lui sauter dessus. Sans même esquisser un geste pour les saluer Gueralt se laissa faire, complètement perdu. Il ne savait pas à quoi jouer Lyna mais cela ne l'amusait pas beaucoup. Il aurait put trouver leur présence sympathique dans un autre contexte – et encore... Mais à un entraînement en plus! Et puis franchement les filles comme ça n'étaient pas pour lui ! Il aimait celles qui avaient du répondant, les vulgaires et sans gêne, celle qui jouaient à qui boira le plus, ou qui n'avaient pas peur de lui coller une baigne. Une fille de paysan rebelle et mutine, ah ça oui, c'était fait pour lui. Mais les midinettes qui parlaient chiffons... Il préférait passer son chemin

Et pourtant il s'abaissa mollement pour leur permettre de le couvrir de baiser, tout en fixant Lyna, une expression vague au fond des yeux, jusqu'à ce que celle ci mette enfin fin à son supplice par sa réflexion. Les trois donzelles allèrent s'asseoir gentiment à coté des chiens, tandis que Gueralt saisissit le bras de la demi sang pour lui chuchoter à l'oreille :

« Non d'un chien Lyna mais qu'est ce que c'est que ce poulailler que tu nous as ramené. »

Sans lui laisser le temps de répliquer il maugréa entre ses dents :

« Je te le revaudrai tu vas voir. »


Avant de reculer de quelques pas et de se mettre en garde.

Il soupçonnait fortement son amie d'avoir amener ces filles là pour qu'elles assistent publiquement à sa déconfiture. Il ne s'était jamais aussi bien battu que sur un champs de bataille, en dehors de quoi, il le savait, il était un bien modeste combattant. Lyna lui avait déjà fait mordre la poussière, et il était plus que probable que cela recommence, surtout si une brochette de dindes ne cessaient de les interrompre par leur commentaires débiles ! L’entraînement c'était du sérieux, il lui fallait de la concentration ! Déjà que ce n'était pas son fort en temps normal mais si en plus on venait le perturber...

Tachant de respirer profondément pour se calmer, il essaya de prévoir le coup qu'allait lui envoyer la demi elfe. Mais à trop se concentrer sur elle il en oubliait son épée. Et les chuchotement qu'il entendait derrière son dos lui donnait une furieuse envie de leur cogner une baigne à toutes les quatre !
Lynael finit par se lancer, mais à peine eurent ils croiser le fer, que Gueralt rompit sa garde et tourna le dos à l'elfe pour rengainer son épée qu'il rebalança sur son dos.

« C'est pas la peine, si elles se la ferment pas je préfère me casser ! »


Sifflant ses chiens qui lui emboîtèrent le pas aussi sec, Gueralt tourna les talons pour reprendre le chemin de la cascade sans même accorder un regard aux trois jeunes filles qu'il avait planté là sans autre forme de procès.

Il prit le chemin de l'une des cavernes du Cirban, l'une de celle où Lyna et lui avaient l'habitude de se poser après l’entraînement. Si elle avait un temps soit peu de considération peut être le suivrait elle – encore fallait il qu'il ai envie de lui parler. C'était bien un truc de fille ça, d'inventer une histoire aussi tordue, d'inviter ses copines, tout ça pour faire capoter un entraînement. Il aimait bien Lynael, mais sur ce coup là, elle avait vraiment tout fait foirer !
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 3 Mai 2014 - 15:23 Répondre en citantRevenir en haut

Le combat cessa rapidement. En réalité, il n'avait même pas recommencé. Elle s'y attendait. Ou tout du moins l'espérait-elle. Elle observa le jeune homme ranger son épée sous l'air désespéré des quatre idiotes qui eurent cependant la bonne idée de ne pas l'interpeller. L'instinct de survie sans doute. Elle laissa son compagnon d'Aspiranat prendre de l'avance, pour fusiller les filles du regard.

Je vous avais prévenu.

- Mais, tu...

Elle claqua de la langue, agacée.

Laisse tomber d'accord ? Vous n'êtes après moi seulement que parce qu'il s'entraine avec moi. Et si tu crois que je m'en étais pas rendu compte c'est que t'es encore plus idiote que tu ne sembles l'être.

Pour une fois, Claralyne sembla comprendre qu'elle l'insultait et un air outré s'afficha sur son visage, tout comme celui de ses suivantes. Elle ouvrait la bouche, surement pour bégayer une réponse mais Lynaël la coupa une nouvelle fois, ne souhaitant surtout pas entendre sa voix insupportable à nouveau.

Epargne moi tes excuses bidons et dégage de là. Si t'es trop lâche pour approcher un homme toute seule, demande à ton père de t'en trouver un qui voudra bien de toi. Avec la difficulté que ça représente, mieux vaut s'y pendre tôt.

Un petit son incrédule sortit de la bouche de son interlocutrice alors qu'elle tournait les talons pour suivre la direction précédemment empruntée par Guéralt. Néanmoins, elle retrouva momentanément la voix avant de s'en aller à son tour.

- Peut être, mais moi au moins, je trouverais un mari. Toi, on sait déjà pourquoi tu resteras seule toute ta vie. Demi sang.

Les épaules de la jeune femme se raidirent mais elle ne se retourna pas. C'était vicieux de la part de Claralyne que d'utiliser cela contre elle, mais elle ne pouvait pas en attendre moins de cette cruche. Elle se battait avec ce qu'on lui donnait après tout.
Lynaël serra son tsalion dans sa main, hésitant un moment à retourner casser quelques mannequins pour se calmer, mais elle devait des excuses à Guéralt, bien qu'elle n'ait pas vraiment choisit de les amener non plus.

La demi fëalocë accrocha son épée dans son dos et commença à grimper le long du flanc montagneux en direction de la petite caverne où ils allaient se poser ensembles à chaque fin d'entrainement. Il existait un chemin permettant d'y accéder dans le labyrinthe intérieur mais elle avait besoin de faire fonctionner ses muscles, de se défouler, vu qu'elle avait été privée de ce privilège par une bande de dindes opportunistes.
Elle s'était faite avoir par sa peur de la solitude. Ca n'arriverait qu'une seule fois.

Enfin, l'aspirante se hissa sur la corniche pour s'y asseoir, attirant l'attention de Guéralt qui était déjà installé là.

Salut...murmura-t-elle d'un ton doux avant de s'avancer vers l'intérieur de la caverne et s'adosse à l'un des flancs pour observer l'horizon.

Cet endroit faisait parti de leur petit rituel. Chaque matin, ils se retrouvaient pour combattre, puis ils s'accordaient un moment dans cette petite caverne sur le flanc du Cirban, trop étroite pour permettre à un dragon de venir s'y nicher. C'était un point de vue parfait, et ils observaient avec avidité ces grands sauriens s'ébattre dans les airs ou se reposer dans l'herbe tendre.
Il leur arrivait de discuter, de tout et de rien, parfois même d'eux même. Mais il arrivait aussi qu'ils restent ici à ne rien dire, juste profiter de l'instant.

Aujourd'hui cependant, le silence était tendu, lourd à supporter, et la jeune femme craqua la première. Si elle pouvait se révéler méchante et vicieuse dans des disputes, elle ne connaissait pas la rancune, et pardonnait relativement vite. De plus, elle détestait se disputer avec Guéralt.

Je suis désolée... Ca fait plusieurs mois que je les tiens à l'écart, mais cette fois-ci, elles m'ont suivies à l'entrainement...

Lynaël reporta ses prunelles d'or et d'ambre sur le paysage et eu un sourire amer, plein d'une ironie qui lui était entièrement destiné, et à elle seule.

Au début, j'ai cru qu'elles venaient pour être mes amies. Que j'avais, finalement, réussi à me faire une place au Kaerl, que j'arrêterai de manger seule dans mon coin, de passer mes après midi à me battre contre des bouts de bois parce que je n'ai rien d'autre de mieux à faire ...

Elle se lécha les lèvres, les poings si serrés que ses articulations commencaient à blanchir. Son regard restait obstinément planté sur un dragon blanc qui voltigeait au dessus des arbres.

Mais c'est pour toi qu'elles venaient. Elles ont commencé à me parler quand Jillian t'a ramené et t'as pris comme aspirant.

Elle haussa les épaules, puis reporta enfin ses yeux sur Guéralt, l'air blasé mais toujours aussi amer.

J'ai finis par comprendre que je ne les intéressais seulement parce que je représentais un accès à toi. Mais je n'étais plus seule, alors ça m'allait ..

La jeune sang mêlée lui adressa un léger sourire contrit en enfouie sa main dans la fourrure d'une des deux chiennes qui était venue se coucher près d'elle.

Ca ne se reproduira plus.
Gueralt Deux-Chiens
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 3 Mai 2014 - 19:57 Répondre en citantRevenir en haut

A peine arrivé à la caverne Gueralt se laissa glisser contre l'une des parois froide et rocailleuse. Io et Ilya vinrent poser leur grosses têtes baveuses sur ses genoux comme elles le faisaient souvent lorsqu'elles sentaient qu'il n'allait pas bien. Pourquoi était il venu ici ? Il ne savait pas trop... peut être par ce qu'il savait que personne, mise à part Lyna, n'allait le retrouver dans cette caverne. Peut être aussi par ce qu'il avait envie que Lyna le retrouve, pour lui donner des explications – il ne savait plus trop. C'était stupide de s'être emporté comme ça, après tout elles n'avaient pas l'air si méchantes ces filles – un peu niaises mais non, vraiment pas méchantes. Il aurait très bien pu retourner voir Lynael et s'excuser, mais ça bien sur, sa mauvaise foi le lui interdisait. Il n'avait aucune envie d'admettre qu'il avait eut tord !

Le craquement des bottes de son amie sur la roche le tira finalement de ses pensées. A peine l'eut il aperçut que son visage se durcit de nouveau. Il détourna la tête, sans répondre à son salut, comme un enfant boudeur. Il était fier, et c'était là peut être son plus gros défaut. Aussi l'humiliation qu'elle lui avait imposé avait un goût encore trop amer pour qu'il lui concède ne serait ce qu'un seul sourire.

Un long silence suivit ce premier moment. Gueralt restait assis à caresser ses chiens, ignorant superbement sa camarade, et ce jusqu'à ce qu'elle accepte de prendre la parole la première. Faisant mine de ne pas l'entendre il ne put pourtant s'empêcher d'être touché par ce qu'elle venait lui dire. Il ne l'avait encore jamais vraiment vu comme ça. Lynael était pour lui la femme fière par excellence, une native du Kaerl, de celle qui se targuait d'y appartenir depuis sa naissance. Lui n'avait jamais vraiment eut sa place propre, où qu'il soit. Le seul endroit où on l'avait jamais reconnu était le champs de bataille, mais à quoi bon un général sans guerre...
Bien sur il avait apprit à connaître les gens de ce Kaerl, le vieux Will, cette carogne de la bourlingue à Lomeanor, sa maîtresse Jilian, et même sa co-aspirante. Bien sur il les appréciait, mais qu'étaient ces gens sinon des connaissances ? Des amis tout au plus ? Où donc étaient ses frères, ses parents ? Qui l'avait vu grandir ici ? Qui le connaissait sur les bouts des doigts ? Personne.
Si il venait à mourir au combat un jour, alors on le pleurerait, on se souviendrait de ses blagues graveleuse et de ses saluts tonitruants, et puis la vie reprendrait son cours, tout comme elle avait commencé. Mais ça bien sur personne ne le savait. Personne ne pouvait le savoir.

Relevant la tête, ses prunelles vertes s'attachèrent sur le visage de la demi-sang. Il la voyait sous un autre jour avec ce qu'elle venait de lui dire... Quelque part ça le rassurait. Savoir qu'on était pas le seul à être seul...

Alors son visage si dure, sembla se déformer sous le pression d'un large sourire, avant qu'un rire, de ces rires tonitruants, plus bruyant qu'une avalanche, ne retentisse et ne se répercute en échos à travers la caverne.

« Non d'un chien Lyna ! Mais tu te vois franchement avec des filles comme ça ? Ahah ! Non... Franchement Boute-feu... Tu vaux mieux que ça tu crois pas ? »

Se levant pour venir se placer à coté d'elle il ajouta en lui souriant ;

« Vaudrait mieux fréquenter... Je sais pas moi... Quelqu'un comme moi?! Ahah ! »


Décidément, il ne perdait pas le nord et ne ratait aucune occasion pour se lancer des fleurs ! Et pourtant il le pensait sincèrement. Lyna lui ressemblait sûrement plus à lui qu'à la bande de poupée tartinée de maquillage qui était venu les voir tout à l'heure.

Se rapprochant un peu plus il reprit sur un ton un peu plus sérieux, mais empreint d'une douceur qui lui était peu commune. Sa voix éraillée qui éclatait et tremblait que ce soit sous le coup de ses rires ou de ses exclamations, prit une teinte grave et apaisante, de celle capable d'endormir les enfants.

« Tu sais Lyna, dans la vie il faut savoir choisir ses amis. Ça fait quoi ? Quelque chose comme un an que je suis arrivé au Kaerl ? Je connais bien des gens, de ci de là, mais franchement j'ai pas plus d'attaches ici qu'ailleurs. Bien sur, je sais ce que tu penses : que c'est salop de penser ça alors qu'on m'a accueillit ici à bras ouvert. Ouais … Je sais... Mais tu vois c'est pas ici que j'ai grandi. Les gens me connaissent de vus, mais dans le tas, est ce qu'il y en a au moins un qui sait ce que je suis tout au fond dedans hormis ces deux chiens là et … Et toi peut être ? »


Sa mine n'était pas triste, il gardait une expression légère, comme pour ne pas paraître fragile -une façon comme une autre de se préserver. Mais pour qui le connaissait, on pouvait voir au fond de ses yeux, briller quelque chose comme de l'émotion.

« Après je ferais ce qu'on me dit de faire, je servirais les maîtres comme il faut, j'ai des principes quand même. Mais de là à le faire avec conviction, faudra pas pousser. Jilian me dit souvent que ça changera quand je serais lié. On verra bien, j'espère en tout cas.
Mais ce que j'essaye de te dire, c'est que c'est pas une raison pour s'attacher au premier abruti venu ! Une amitié c'est « comme ça » ! »
Ajouta-t-il en tenant ses mains l'une dans l'autre comme pour mimer une chaine.

« Durant ma prêtrise, on m'a toujours apprit à respecter l'amitié comme une chose sacrée ! Et c'est un principe auquel j'ai toujours tenu. Alors... peut être que tu devrais te tourner vers les gens qui sont vraiment tes amis ? »


Cette fois ci son expression ne laissait plus place au doute. Le vert de ses prunelles se reflétait dans l'ambre de celles de Lynael, un sourire sincère avait fleurit sur ses lèvres.
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 8 Mai 2014 - 19:02 Répondre en citantRevenir en haut

Le rire aussi bruyant que soudain de son ami la fit vivement sursauter, puis sourire. Il n'était pas fâché.
Lynaël fut surprise de la force du soulagement qui la prit à cette constatation. Après tout, peut être qu'elle tenait plus à Guéralt qu'elle ne le pensait. C'était plutôt étrange comme constat pour la jeune femme qui s'appliquait d'habitude à ne s'approcher de personne. Sa solitude était souvent sa faute à elle, refusant d'accepter des personnes à qui elle pourrait s'attacher.. Elle refusait de vivre à nouveau ce qu'elle avait vécu avec son frère, la douleur de perdre un être cher à son coeur.
C'était l'autre raison pour laquelle elle avait accepté ces dindes. Non, elle ne leur ressemblait pas, mais il y avait ainsi aucun risque qu'elle pleure leur perte.

Le fait qu'elle tienne à Guéralt lui fit hésiter quelques secondes à ne pas se replier sur elle même et retourner s’entraîner pour mettre un peu de distance. Mais le jeune homme avait commencer à lui parler de lui, et cette ouverture était assez rare et précieuse pour faire rester la demi sang.
Elle jouait avec le feu, risquant fort de se brûler à nouveau si son ami venait à disparaître, mais la solitude commençait à peser dans la balance, émoussant le tranchant de sa volonté.
Alors elle resta.

Elle fixait les prunelles vertes, aussi pure et vives que les jeunes pousses au printemps, dans lesquelles se reflétait une certaine émotion qu'elle prit garde de ne pas relever. Comme un code tacite, il prenait soin à ce que cela ne se voye pas, aussi fit-elle comme si c'était le cas. Personne n'aimait révéler ses faiblesses, ni même les étaler. La moindre des choses qu'elle pouvait faire était de respecter cela.

- Durant ma prêtrise, on m'a toujours apprit à respecter l'amitié comme une chose sacrée ! Et c'est un principe auquel j'ai toujours tenu. Alors... peut être que tu devrais te tourner vers les gens qui sont vraiment tes amis ?

Elle eut un petit rire, ravalant ses larmes aux douces paroles de Guéralt. Elle se pencha pour déposer un baiser sur sa joue, aussi simple que sincère, valant beaucoup plus de remerciements qu'elle ne pouvait en dire avec des mots.
Mais comme elle savait que le sentimental tendait à le mettre mal à l'aise, elle envoya un petit coup de poing taquin dans son épaule, et profita de sa dernière phrase pour rebondir avec un peu plus de légèreté, ses yeux d'or et d'ambre pétillant à nouveau.

Toi ? Mon ami ? Allons, je te fais tellement mordre la poussière que je commence à croire que tu es incapable de te battre !

Le ton était joyeux, l'air mutin. Son co-aspirant répondit à sa pique et ils se chamaillèrent quelques minutes, s'envoyant boutades et provocations, tout en chahutant comme des enfants.
Ils finirent tout de même par se calmer, couchés tous deux sur le sol de la grotte, essoufflés mais le sourire aux lèvres. Leur tête reposaient du côté de la corniche, et ils observèrent le ciel et les dragons en silence, reprenant leur souffle.

Lynaël tourna la tête vers Guéralt, l'air pensif.

Tu penses qu'on sera prêt un jour à côtoyer une telle créature ?

Elle reposa son regard sur les sauriens s'amusant dans les airs, et continua :

Quel effet ça doit faire, de savoir que tu seras plus jamais seul..

Un sourire reprit place sur ses lèvres et elle se retourna sur le ventre, posant son menton dans son coude, pour pouvoir observer tant le ciel que la forêt et le sol où d'autres dragons jouaient ou se reposaient.

Quelle couleur voudrais-tu ?

Elle tourna à nouveau un regard brillant de curiosité vers lui, observant son visage en se disant pour la première fois qu'il était plutôt beau garçon.
Oh non pas qu'elle n'ait jamais remarqué les regards féminins qu'il ne cessait d'attirer, mais elle n'avait jamais pris la peine de l'observer comme une femme regarde un homme, et non pas comme son compagnon d'aspiranat ou son adversaire de combat.
Elle sourit de cette constatation, amusée de voir à quel point certaines positions, certains préjugés pouvaient vous rendre momentanément aveugles.
Gueralt Deux-Chiens
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 21 Mai 2014 - 13:21 Répondre en citantRevenir en haut

Un nouveau rire tonitruant fit trembler l'air alors que Lyna venait de rebalancer une de ses pointes favorites à l'attention de son ami. La taquinant de plus belle en retour, il ne put s’empêcher de venir titiller ses points sensibles et de la chahuter un peu, avant que tout les deux ne se retrouvent à se rouer de coups comme deux gosses se chamaillant ! Lorsque enfin l'un et l'autre déclarèrent forfait, ils se posèrent paisiblement pour admirer les dragons qui volaient au dessus d'eux !

En les voyant, Gueralt ne pouvait pas empêcher son imagination de galoper ! Être chevalier, avoir une monture, ça il connaissait, mais monter un dragon, quelle sensation formidable ça devait être ! Quelles perspectives au combat cela pouvait offrir ! Sentir l'air fouetter votre visage, le rouge vous monter aux joues, et l'ivresse de la vitesse !

Si Jilian lisait dans ses pensées...

Sa maîtresse ne cessait de lui dire que « Non ! Les dragons ne sont pas que de simples montures ! » et que « Il faudrait mûrir quelque peu sa réflexion sur ce point pour espérer se lier un jouer ! » Le discours il le connaissait, mais tout chevalier qu'il était, il avait du mal à imaginer qu'on puisse à la fois se servir de quelque chose comme monture, et en même temps en être amis... Et puis honnêtement, il ne ressentait aucunement le besoin de lier son âme à celle d'un autre ! Ah oui, c'était une étape nécessaire bien sur, mais il ne voyait pas comment exactement quelqu'un qu'il ne connaissait de nul part pouvait ainsi entrer dans sa vie, s'approprier un espace dans ses appartements, et revendiquer être son âme sœur. Il avait besoin de temps pour établir ses relations, et que tout puisse se faire si précipitamment lui paraissait quelque peu surfait !

Toujours est il que sa rêverie ne cessait pas pour autant. Oui il aimait regarder le ballet de ces dragons volants au dessus du Cirban, il aimait s'imaginer accompagner l'un deux un jour, pouvoir gravir les cieux à ses cotés... Tout ça il en avait envie, mais peut être n'était il pas encore prêt tout simplement.

Fixant toujours le spectacle se déroulant sous la voûte marine, il reprit d'un ton égal et léger :

« Jilian pense que je ne serais pas prêt avant un long moment... C'est pas que je veux pas me lier, mais tu vois, je sais pas si j'arriverai à m'attacher directement à quelqu'un qui débarque dans ta vie comme ça, et à qui tu devrais te « lier », sans raison apparente, juste par ce que c'est comme ça. Je sais que quand le moment sera venu, elle le sentira et me fera passer l'empreinte, mais je sais pas si j'y arriverai du premier coup, alors autant te dire que la couleur c'est bien le cadet de mes soucis. »


Un moment il laissa le silence planait quelques secondes, balançant un caillou dans le vide qui s'étalait sous leur pieds comme pour trouver un peu de sens dans ses propos.

« Peut être que c'est par ce que je sais que je ne trouverai personne aussi bien que moi ! AhAhAh ! Non... Je plaisante, je plaisante, mais c'est vrai qu'il faudrait que j’apprenne à voir autre chose que de grosses bêtes à écailles dans ces dragons... Après tout c'est grâce à eux que tout ça tient debout. »


D'un mouvement du regard il désigna la voûte bleutée qui s'étalait loin au dessus de leur tête, au travers de laquelle filtraient les rayons du soleil qui tombait sur eux comme autant de faisceaux de lumières.

« Enfin toi je suppose que tu y arriveras du premier coup, ça fait tellement longtemps que tu vis ici, tout ça n'a plus rien de nouveau pour toi, c'est un peu comme les chiens pour moi ! Tu sais que je les vois vraiment comme autre chose que des animaux ? C'est vraiment qu'il faut apprendre à connaître quelque chose pour voir tout sa richesse. Toi la richesse des dragons ça va faire... une bonne vingtaine d'années que tu apprends à la connaître non ? C'est un peu comme pour les amis ! Ahah ! »


Tournant son visage à demi casséz vers elle, il lui sourit l'air complice. Il n'y avait aucune traces de jalousie ou d'envie dans ses propos. C'était simplement l'évidence même pour lui, il n'avait pas grandit ici, et il ne pouvait pas encore dire qu'il était vraiment chez lui, même si ça venait petit à petit... Il fallait du temps, voilà tout.
Lynaël Mël'aryn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 25 Sep 2014 - 16:30 Répondre en citantRevenir en haut

Lynaël esquissa un léger sourire à la première réponse de son co-aspirant. En effet, il avait une sale tendance à mettre en rogne Jillian et sa Liée lorsqu'il se mettait à parler dragon. Pour lui, ce n'était rien d'autres que des montures, ou, comme il venait si bien de le dire, "des grosses bêtes à écailles". Ce qu'elle trouvait toujours étrange, connaissant la capacité qu'avait Guéralt à considérer ses deux chiennes comme des amies et non pas comme des animaux de compagnie. Cela devrait donc lui être facile d'imaginer que les dragons n'étaient pas seulement des créatures douées d'intelligence et servant de monture à des guerriers munis d'un don particulier.
Puis vint la question du lien, ce qui éclaira la demi sang sur la raison de ce refus incohérent. Cela lui arracha un petit rire, autant du à sa prise de conscience qu'à la boutade du jeune homme, et elle ne rata pas l'occasion de le taquiner avec gentillesse.

Oh ! Aurais-tu peur que quelqu'un puisse enfin voir dans ta tête et se rende compte que tu ne fais rien d'autres que discuter avec les filles que tu ramènes dans ta chambre ?

Ce qu'il ajouta ensuite assombrit momentanément le regard d'or de la demi elfe, fanant son sourire qui se figea avant de disparaître lentement. Elle l'écouta jusqu'au bout mais grimaça légèrement lorsqu'il se tourna vers elle, comme cherchant l'approbation de ce qu'il venait tout juste d'énoncer. Elle lui adressa un sourire bancal et légèrement forcé puis resta sans rien dire pendant quelques instants, cherchant les mots pour exprimer sa réponse.

Tu sais, c'est pas parce que je suis née au Kaerl que j'ai côtoyé les dragons toute ma vie... Et puis, je n'ai pas vraiment réfléchis à cela avant de savoir que j'avais le Don... Mais aussi avant le meurtre de mon frère ...

Lynaël passa ses mains sur son visage, comme pour se débarrasser des pensées et des souvenirs soulevés par ces paroles puis reprit d'un ton plus enjoué, plus léger.

Finalement, ça ne fait pas beaucoup plus longtemps que toi que je m'intéresse de près aux dragons, et que j'envisage de partager ma vie avec l'une d'entre eux. Et ca ne veut pas non plus dire que je vais réussir du premier coup.

Elle grimaça a nouveau puis ironisa.

On a vu des natifs du Kaerl se planter à leur première empreinte !

La demi sang eut un sourire amusé, puis reporta ses yeux d'ambre sur les créatures d'écailles qui s'occupaient, de ci de là, dans l'immensité du Cirban. Un air doux vint prendre place sur son visage, et elle porta son attention sur Guéralt, l'observant un moment en silence avant de finir par partager avec lui, ce qui lui restait en tête depuis le début de son aspiranat et qu'il venait de mettre à la surface de ses pensées de par ses commentaires.

Mais contrairement à toi, c'est justement le Lien qui m'attire le plus. L'idée d'avoir une âme sœur, quelqu'un qui ne t'abandonnera jamais quoique tu fasses... C'est tout ce que je demande.


MILLES excuses pour cet énorme retard !!! Je suis vraiment vraiment vraiiiiiiment désolée x)
N'hésite surtout pas à me dire si quelque chose ne va pas. C'est court, mais comme y'a du dialogue, je préférais pas trop m'avancer sur les réactions/réponses de Gégé Clin d'Oeil
Gueralt Deux-Chiens
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 8 Fév 2015 - 18:44 Répondre en citantRevenir en haut

Les yeux verts de Deux-Chiens se perdaient dans le bleu des cascades du Cirban qui, sous le soleil, rependaient sur les lieux une douce lumière automnale... Chaque fois qu'il observait ce plafond bleuté qui les surplombait, il ne pouvait s'empêcher de penser au ciel qui se trouvait au dessus, aux prairies et aux montagnes qui l'avaient vu grandir, aux bois de la sylve qui l'attendaient à bras ouvert. Il avait promis au Kaerl, il s'était mis à son servir, avait espéré y retrouver un sens, et pourtant aujourd'hui encore, il errait sans autre but que la chasse, ou l'entrainement.
Lynael pouvait bien lui assurer qu'il était son égal, au même titre que lui, il n'en ressentait pas moins ce sentiment bizarre et étrange, celui de ne pas être réellement à sa place. Cela viendrait lui avait dit Jilian, mais il attendait toujours ! Ce n'était pas faute de s'être fait connaître, d'avoir rencontré des personnes fantastiques avec qui il avait sut se lier d'amitié – et Lynael la première ! Ça il avait toujours sût le faire ! Il n'avait pas encore réussi à trouver ce pour quoi il devait être là !

Chevalier dragon il allait devenir... Ou du moins le croyait on... Et après ? Cela pourrait il lui permettre de mener ses hommes au combat, de revivre ce qu'il avait vécu lors de la guerre des Deux Vals ? Il en doutait. Une paix signée au nom des trois Kaerls, une terre paisible que rien ne venait déranger, voilà ce qui l'attendait ! Il était bien question de politique ou de magie, mais à cela il n'entendait rien. Ce qui le faisait vivre, c'était l'adrénaline du combat, le maniement de l'épée, la défense de sa maison ! Ici, il ne ressentait que la même léthargie, l'ennuie qu'il le saisissait aux tripes lorsqu'il restait inactif, rouillant comme une épée raccrochée au mur de la forge, fuyant vers l'avant en compensant ce vide par la bière, la ripaille et la gueuse. Mais toujours au petit matin, cela lui laissait le goût amer de la futilité et de l'ennuie. Toujours il restait là, à la recherche d'un peu d'action !

Il avait finalement laissé derrière lui les lieux qui l'avaient vu grandir, ce qu'il restait de sa famille, dans l'espoir de trouver sa voie, et finalement se retrouvait une fois de plus perdu. Sa sœur par le passé l'avait délivré de son serment, et peut être espérait il secrètement que le Kaerl en face de même... Mais comment donc pourrait il s'en séparer si un esprit venait se greffer au siens, pour le lier corps et âme à ce Kaerl dans lequel il tournait en rond comme un chien en cage ? Jamais plus le serment ne pourrait être relevé, car jusqu'à son dernier soupire, il serait le lié d'un être appartenant à ces murs ! Pour Lyna, la question ne se posait même pas... Elle était née ici, ces murs là l'avait vu grandir aussi surement que les monts Séréneïdes l'avaient vus lui... Grandir... Peut être en était il incapable finalement?

Mais il ne lui fit pas part de ses pensées, les gardant derrière son agaçant sourire, se protégeant derrière sa fierté mal placée et sa mauvaise foi ! Que penserait elle de lui si il émettait la possibilité qu'un jour il quitterai ces lieux ? Est ce que le fait de le penser, même si on n'en venait pas aux actes, faisait de lui un traitre ?

Boah ! Trop de questions, cela lui donnait mal à la tête ! Il secoua un peu ses mèches collantes encore de sueurs à la manière d'un chien, et se releva dans un soupire avant d'ébouriffer la tignasse brune d'une Lynael encore perdue dans ce moment d'émotion !

« Allez dis pas n'importe quoi Boutefeu ! Tu as toujours tes supers dindes pour t'accompagner ! Et moi ! »

Et sur ces mots il la releva de force pour lui asséner une bien mauvaise prise entre les jambes et la faire tomber au sol, avant de lui asséner avec un sourire prodigieux et une voix autoritaire dans une tentative grotesque d'imitation de Jilian :

« Leçon numéro un ! Ne jamais se laisser distraire par l'ennemi ! »


Les rires, les poings, la fierté ! C'était donc là le seul langage que le chevalier Deux-Chiens connaissaient ? La fuite encore et toujours !
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:36 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu