Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Ça sent le souffre... Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 23 Mar 2014 - 20:12 Répondre en citantRevenir en haut

Gaïaku 918


La nuit tombait sur la mer et le dôme protecteur du Kaerl s’assombrissait. Les gens se pressaient à rentrer chez eux. Les dragons flânaient, demi somnolents, avant de rejoindre leur caverne bien chaude. Des fenêtres s’allumaient çà et là, imitée par des lanternes passant de main en main parmi les gardes. Un chien renversa une fille portant son linge, trop occupé à courir après un chat d’une maigreur douteuse. Et j’en avais plus qu’assez.

Je manquai trébucher sur un ivrogne assis dos contre un mur, dodelinant de la tête en marmonnant. Je m’étais pris les pieds dans ses longues jambes étalées devant lui. Je lui retournai un regard furieux avant de poursuivre ma route à grands pas. Encore un jour ordinaire sous la Bulle Engloutie. De moins, aussi ordinaire que pouvait l’être une journée pareille après le départ des volontaires pour combattre le Maître des Ombres et retrouver les fameuses Clefs d’Ouranos. Je ne m’étais pas engagé. Je n’allais pas refaire la même erreur qu’en me proposant dans l’escorte de Dame Al’Ysiria lors de la rencontre Ardents-Neutres. Cela avait plutôt mal tourné et j’avais récolté une de ces saloperies de Marque Noire. Alors non merci, je n’étais pas près de remettre ça… Et pour avoir la conscience tranquille, il me suffisait de repenser à l’incident de l’infirmerie, où un Ondin fou avait faillis m’étrangler. Ma gorge portait encore la trace rougie de ses doigts, trace que je cachai sous un foulard bleu noué autour du cou. Mes cordes vocales se portaient mieux, cependant. Moi qui n’avais pas mon pareil pour hurler auparavant, au Màr Tàralöm…

° Montre-toi, stupide gros lézard ! °

Mais là ne résidait pas le problème. Pas vraiment. J’allais mourir, tôt ou tard. La Marque Noire avait scellé mon destin en même temps que celui d’autres chevaliers-dragons. Elle gagnait du terrain sur ma peau, allant jusqu’à me démanger la nuit et à me brûler lorsque je m’approchai d’un autre porteur de ce stigmate. A présent, elle s’étalait sur tout mon avant-bras gauche et ses sombres fils s’entrelaçaient déjà jusqu’à mon épaule. J’étais condamné mais au moins, j’avais maintenant un but dans la vie. Officieusement, j’étais garde du corps de la Dame du Màr Luimë. Officiellement, le Conseil avait enfin accepté mon statut de Chevalier Englouti. Adieu, Kaerl Ardent et tes vapeurs sulfureuses ! Bonjour, sérénité et sécurité du Kaerl-Sous-Les-Eaux.

° Où te caches-tu ? Réponds ! Je t’ordonne de me répondre ! Je suis ton Lié ! °

Je lâchai un chapelet d’injures sur mon passage sans y prendre garde. J’arpentai les rues du Màr à la tombée de la nuit en quête de mon propre dragon. D’un point de vu extérieur, cela ressemblait à une mauvaise plaisanterie. Je ne riais pas. J’étais terrifié. La perspective de la mort ne me réjouissait pas plus que ça. Mais perdre mon seul véritable ami, celui qui m’avait protégé et amené ici, c’était pire que la mort. Je ne reconnaissais plus mon propre Lié. Elérion semblait vivre sa vie depuis l’attaque du Kaerl. Plus sombre, plus renfermé et sans cesse animé d’une rage que rien ne pouvait étouffer, il m’évitait. Il évitait tout le monde, en fait. Il n’y avait que durant son sommeil, lorsqu’il abaissait par mégarde le mur de plomb autour de son esprit, que je pouvais réellement sentir sa présence. Une telle fureur couvait en lui que cela m’empêchait régulièrement de dormir.

- Elérion, si tu ne sors pas de ton trou maintenant, je me jette du haut de la falaise ! On va voir si ça te fait réagir ça… J’ai attendu suffisamment longtemps que tu te montres !

Et j’en avais par-dessus la tête de son comportement de dragonneau pourri-gâté ! Il n’avait pas le droit de me mettre de côté. Lui qui avait tout fait pour m’amener au Màr Luimë, jusqu’à braver une Incarnate et rejeter le lieu de sa naissance, il n’avait pas le droit de me tourner le dos. Putain de Bronze qui n’en faisait toujours qu’à sa tête ! On se ressemblait trop, parfois.

- ELERION !

Je hurlai, les poings levés vers le ciel, planté en plein milieu de la rue. On commençait à me dévisager de travers, d'ailleurs. Je rétorquai avec hargne au premier venu :

- Quoi, tu veux mon portrait ?



HRP : Me dire si je dois modifier quelque chose ^^



Visiter le site web du posteurMSN
Publicité





MessagePosté le: Dim 23 Mar 2014 - 20:12 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 113
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 50
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 26 Mar 2014 - 00:20 Répondre en citantRevenir en haut

Malgré ses muscles fourbus, Sasha avait eut envie de prendre l'air...ne serait-ce que pour alléger sa tête lourde de nouvelles connaissances.

Maury était dure à la tâche et depuis quelques semaines, elle lui en faisait baver. Mais pour rien au monde le marin n'aurait voulu manquer une minute de leurs leçons. Il n'en finissait pas d'apprendre, découvrant d'impensables hiérarchies, d'étonnants faits historiques, l'héritage d'une civilisation séculaire ... ce Sang les liant aux Dragons. Mais le parcours d'un Aspirant n'était pas fait que de théorie. L'ancien Chien de Mer, meilleur chasseur que bretteur, se retrouvait désormais à repenser son corps, ses mouvements, sa façon de manier l'arc et l'épée.

- Si je viens à combattre étant Lié, je dois savoir me battre et me défendre à dos de Dragon. songea-t-il, ruminant ses leçons du jour. Fort heureusement, je n'ai pas perdu la souplesse qui me caractérise...Mais mes muscles... Ces semaines en mer, malade et affamé, n'ont aidé en rien.

Il tâta son bras amaigri avec une moue dubitative, puis se rendit compte que sa balade l'avait mené à l'Agora. Il esquissa un sourire.

- Je crois que c'est définitivement l'endroit que je préfère.Sasha s'assit sur un banc et leva les yeux sur le dôme, nimbé de son habituel halo opalin. Le soir surtout...

Ici , pas d'étoiles à contempler mais quelques petits poissons et divers bancs de méduses fluorescents, traversant l'immense baie comme de furtives comètes. Béat, le Septon jeta ses coudes par dessus le dossier du banc et renversa la tête en arrière, soupirant au soir d'une autre rude journée d'Entrainement. En ces moments là, sous ce ciel invraisemblable, il songea à sa mère et à Layla...puis à Mikaal et aux Chiens. Contemplaient-ils la nuit eux aussi , songeant à ce vieux fou de Sasha, perdu pour toujours en mer ? Il ferma les yeux.

- C'est derrière toi tout ça ... Ils continuent désormais leurs vies , comme toi la tienne. Arrête de broyer du noir, tu devrais songer à te sociabiliser avec ta nouvelle famille...

Pas facile, l'ambiance était tendue au Kaërl, encore secoué de récentes attaques. Maury ne lui en avait pas dit plus, prétextant qu'il n'était pas encore temps de parler de cela, mais la nervosité des Neutres à l'approche du soir, leurs regards aux aguets parlaient d'eux-mêmes. Quelque chose de tramait, quelque chose de grave...Et pourtant comme tous êtres normaux, Aspirants, Chevaliers et autres habitants du Kaërl Englouti tentaient de se détendre et se rassurer, en partageant une bonne pinte entre amis.

- Allez Sasha. Encore quelques minutes a profiter du calme et tu pousses enfin la porte d'une auberge, afin de trinquer à ta nouvelle vie ! martela-t-il, déterminé.

Exténué mais content de sa résolution nouvelle, Sasha savoura le doux bruissement de la vie nocturne s'éveillant doucement, humant au passage les senteurs transportées par la brise. D'ailleurs, un ivrogne gueulait dans une rue lointaine, l'Aspirant entendit vaguement qu'il était question de se "jeter de la falaise". Il renifla avec un sourire mais ne jugea pas utile d'ouvrir les yeux. En bon Chien de Mer, il connaissait bien les établissements de beuverie et leurs précoces soûlards. Il glissait doucement vers le sommeil quand :

- ELERION !

Sasha se redressa si vivement qu'il sentit ses vertèbres craquer. Massant sa nuque avec une grimace, il regarda l'individu qui se tenait un peu plus loin, au centre de l'Agora. A en juger par sa chevelure neige jurant dans la pénombre et sa silhouette élancée, il avait du sang Neishaan...bouillonnant. Le marin tenta une approche, de sa démarche habituelle c'est à dire avec l'air de ne pas y toucher. Le garçon était jeune, plutôt beau...quoique, il ne fallait pas se laisser impressionner par ses iris d'un rouge sang, flamboyantes d'ire dans la nuit tombante. Il avait pâli de colère et se passait la main dans les cheveux en marmonnant d'indicibles malédictions. Autour de lui Sasha sentit, de temps à autres, le crépitement typique et intangible du langage télépathique. Le Neishaan nerveux semblait lancer des injures et des appels dans les airs, qu'il scrutait régulièrement les yeux plissés, comme pour y débusquer un...

- Quoi, tu veux mon portrait ?

Sasha eut un bref mouvement de recul, frappé à la fois par l'évidence et par le regard du Chevalier, perçant comme une lance. Ce dernier avait enfin remarqué qu'on l'observait.

- Et toi, tu veux de l'aide pour retrouver ton Lié ? rétorqua-t-il en enfonçant les poings dans les poches de sa tunique. Elérion c'est bien ça ? Il a l'air de t'en faire baver...

Il leva les yeux sur le dôme, faisant mine de chercher ledit saurien, mais surtout pour que le Neishaan ne remarque pas l’irrépressible envie de sourire sur ses lèvres. La situation ne prêtait peut être pas à rire chez les Neutres, mais Sasha n'avait décidément pas pu se départir de ses habitudes. Il n'aimait pas s'écraser quand on lui montrait les dents, et avait toujours plaisir à jouer au funambule dans les situations potentiellement dangereuses... Et celle-ci en était une, à en juger par le teint du Neishaan qui virait maintenant au cramoisi.

- Écoute, je vois bien que t'es pas un petit plaisantin et que tu n'as guère envie de te calmer, je vais donc arrêter de jouer la carte de l'humour potache. Il adressa au Neishaan un bref signe de tête, néanmoins courtois. Je suis Sasha El'Tiwas, Aspirant de Maury. Sans doute rien qu'un bleu à tes yeux, mais l'aide que je te propose est honnête. Je peux t'aider à chercher Elérion, j'en ai jamais assez d'apprendre sur les Dragons. Il se fendit d'un sourire matois. Et ton Lié à l'air d'être sacrément intéressant.

Sasha se prépara néanmoins à esquiver un éventuel direct du droit, le Neishaan ne semblait pas de ceux qui redescendent facilement en pression. C'est alors qu'il guettait prudemment ses poings que quelque chose frappa Sasha. Non pas le poing du garçon, mais la marque particulière qui sillonnait son avant bras. Cela semblait progresser comme une gangrène, déployant sur la chair une dentelle de veines sombres. Le reste était caché par la manche, que le Chevalier se hâta de rabaisser en grinçant des dents. Sans doute n'avait-il pas prévu, à lever ainsi les poings au ciel pour maudire son Lié, qu'on voit ceci sur lui.

- Pfft, une maladie vénérienne à tous les coups ! Ils sont tous pareils ces jeunes fébriles. se gaussa le marin, fidèle à lui-même. Je me demande où il est allé taquiner de la sirène pour attraper quelque chose d'aussi immonde !

Un tas d'images obscènes défilèrent derrière ses yeux et il dut ravaler une autre envie de rire.

- Alors ? lança-t-il, reprenant son aplomb
 



Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 3 Avr 2014 - 16:29 Répondre en citantRevenir en haut

Ce malotru eut l’audace de me répondre ! A moi, un Chevalier du Màr Luimë tout juste promu ! Un rescapé de la bataille, qui plus est ! Pour qui se prenait cette tête de morue ? Je fermai brièvement les yeux en soupirant. Il ne servait à rien de s’énerver. Cet homme ne semblait pas bien méchant. Et de toute façon, c’était aussi en partie ma faute. Que m’avait-il pris de hurler comme un porc qu’on égorge en plein milieu de la rue ? Si Elérion ne répondait pas à mes appels télépathiques, il n’allait certainement pas m’entendre crier d’ici. Où que soit ce stupide colosse d’écailles, d’ailleurs… Je venais de me faire remarquer d’une manière peu glorieuse. L’homme en face de moi ne me paraissait pas si bourru et indiscret qu’il en avait l’air. Sa démarche chaloupée en disait long sur son milieu naturel. Il me semblait familier, rappelant quelque Ondin de la Confrérie pirate qui accostait quelque fois près de mon ancien village.

Moqueur mais sans me vouloir du mal. Je n’arrivai toutefois pas à me départir de ma colère. La frustration avait trop monté ces derniers temps pour qu’il me soit facile de l’évacuer. J’en voulais au monde entier. Et la victime toute trouvée de mon courroux se tenait juste devant moi, avec son large sourire. Il avait beau me proposer son aide, il me mettait mal à l’aise, à avoir fixé la Marque Noire sur mon bras… Marque que je masquai aussitôt du mieux que je pus en tirant sur ma manche. Pourquoi n’avais-je pas pris mes gants, nom d’un poisson frit ? Et sa façon de prononcer le nom d’Elérion ! Elérion par-ci, Elérion par-là… De quel droit osait-il prononcer le nom de mon Lié ainsi, comme si c’était le nom du premier péquenot qui passe ? Elérion était à moi. Il n’y avait que moi qui puisse le comprendre et l’aimer tel qu’il est. Personne d’autre n’avait le droit de clamer son nom sacré de Fils de Flarmya, sauf moi.

- Je ne vois pas en quoi mes problèmes peuvent concerner un Aspirant ! répliquai-je vertement.

Je m’avançai d’un pas agressif vers lui. Il me dominait presque mais la colère et le chagrin me donnaient l’impression d’être invincible. Je serrai les poings. La rage formait comme une boule m’obstruant la gorge. Je sifflai entre mes dents, hors de moi :

- Je t’interdis de prononcer son nom…

Une toute petite voix au fond de mon esprit me fit remarquer que je perdais complètement les pédales. Je l’ignorai. Penser comme ça me donnait encore l’impression d’avoir de l’importance aux yeux d’Elérion. Car ma propre Âme Sœur semblait se détacher de moi. Pourquoi ne réapparaissait-il pas ?

Je me reculai, tournai un instant sur moi-même, la main dans les cheveux prête à les arracher. Je me figeai, tandis qu’une idée farfelue – mais pas stupide – germait dans mon esprit. Je retournai un regard méfiant vers l’Aspirant El’Tiwas. Il voulait m’aider ? Fort bien ! J’allais lui en donner l’occasion, tout compte fait. Elérion ne se méfierait peut-être pas d’un Aspirant sans le sou s’il parvenait à l’approcher d’assez près…

- Qu’est-ce que tu y connais en dragons, au juste ?


Mon post était prêt depuis dimanche soir, juste avant que la livebox de l'appart ne décède... Bénie soit le wifi de la fac XD



Visiter le site web du posteurMSN
Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 113
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 50
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 23 Mai 2014 - 16:48 Répondre en citantRevenir en haut

Décidément, l'homme était bien agité. Sasha s'était demandé, durant quelques secondes fatidiques, s'il n'allait pas payer de sa vie ce geste de bonne volonté. La Fureur Blanche (c'était là le nouveau sobriquet que le Septon avait attribué au Chevalier, à défaut d'avoir son nom) semblait prête à lui sauter à la gorge à tout instant pour cet affront, quand soudain :

- Qu’est-ce que tu y connais en dragons, au juste ?

Les iris écarlate étaient dardées sur l'Aspirant avec froideur et méfiance, néanmoins, quelque chose s'était passé. Un déclic, une décision intérieure qui illuminait ces yeux furieux d'un nouvel intérêt pour Sasha. Un quidam aurait aussitôt révisé son jugement et pressenti que répondre à cette question serait faire un premier pas dans un plan tordu, peut-être dangereux...Mais si prudence est mère de sûreté, Sasha est père de mégarde et il ne vit dans ce revirement que la morgue d'un Chevalier souhaitant tester un bizut tel que lui.

- Eh bien je sais que tu es sûrement lié à un Brun, un Bronze ou , mais plus improbable, à un Blanc... Sasha s'imagina cette grande guigne nerveuse de Chevalier montée sur un petit saurien ivoirin, vociférant des ordres, et tenta de maquiller son rire en raclement de gorge...Voire à un Noir, mais ces derniers sont si rares que cela se saurait dans le Kaërl, et jusqu'à présent, je n'ai jamais entendu parler de toi. Petit sourire hautain. Je sais que ce qui communie un Dragon et un Chevalier lors de l'Empreinte va bien au delà du simple lien télépathique, c'est une relation unique et singulière à chaque duo, les retrouvailles de deux âmes connectées au delà du Temps et du Sang.


Sasha se surpris à rêvasser en repensant aux leçons de Maury, dont il tirait ces affirmations. Le marin ne cessait de se demander quel incroyable moment devait-être l'Empreinte. Malgré sa vie de nomade et les multiples rencontres qui la jalonnaient - amis comme amours éphémères, - il savait ce qu'était de se « lier » à un être humain... Mikaal , sa mère , sa sœur en étaient les premiers exemples. Mais que ressentait-on en mariant son âme à celle d'un Dragon ? Sublime et improbable créature... Le Septon fut soudain saisi d'une curieuse compassion pour la Fureur Blanche. Être ainsi séparé de son « âme soeur » devait-être douloureux, rageant, et se retrouver impuissant à la ramener plus encore. Cela expliquait peut être l'état du Chevalier : ce n'était pas de la colère...mais de la détresse.

- Quoiqu'il en soit, peu importe la couleur. reprit Sasha, tachant d'être moins condescendant. Il n'y a pas trente-six solutions. Soit ton Lié s'est retiré via l'Interstice, auquel cas tu l'aurais senti, soit il est encore dans les environs. Si tu en es réduit à l'appeler à voix haute, c'est donc qu'il refuse de te parler...La créature boude, ils se sont sûrement disputés. C'est donc ça être Lié ? On dirait un vieux couple ! Il gratta son menton barbu avec nonchalance, posant sur la Fureur Blanche un regard pensif. J'imagine que tu as déjà pensé à chercher au Havre d'Argent, peut être même dans le Kaërl entier, au regard de ton état de rage et de frustration avancés. Un Dragon mâle ne passe pas inaperçu pourtant... Dans ce cas je ne vois pas comment je pourrais t'aid...Ses yeux azurins s'arrondirent. Oh.

Au bout de cette réflexion ne restait qu'une possibilité tangible : Un appât, voilà ce que le Neishaan attendait qu'il soit. Si le Dragon refusait d’interagir avec son Lié, peut être répondrait-il à l'appel d'un simple Aspirant. Sasha avait déjà vu faire sa Maîtresse auparavant, les Dragons servant parfois de relais d'informations, de messagers... Mais le marin s'était aussi familiarisé avec l'orgueil et la fierté des sauriens séculaires : ils n'aimaient pas être dérangés pour rien, surtout à cette heure.


- J'espère que tu as de solides arguments pour m'éviter de terminer en collation du soir...



Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 24 Mai 2014 - 21:44 Répondre en citantRevenir en haut

Je me figeai. Et écoutai. Pour un peu, ma mâchoire en serait tombée. J’avais au moins la confirmation de ce que j’avais d’abord perçu : ce n’était pas un imbécile. Loin de là ! Il me récita son cours sur le bout des doigts comme un élève bien éduqué, ce qui me laissa sans voix. Il avait bien appris sa leçon, pas de doutes. A ses paroles, je m’imaginai un instant juché sur le dos d’un Brun, d’un Blanc ou d’un Noir. A chaque fois, l’image sonnait faux. Il ne m’était plus permis de rêver d’une Empreinte imminente et d’une relation idéale avec mon Lié. Mon Âme Sœur s’appelait Elérion, c’était un Bronze colossal, d’un naturel flegmatique mais avec de vieux réflexes Ardents. Et, actuellement, il me boudait.

J’allais ouvrir la bouche pour l’interrompre mais Sasha El’Tiwas continua sur sa lancée avec philosophie. Je le laissais faire. Qu’avais-je à y perdre ? Ce n’était pas le temps qui me manquait, au fond. Lorsque les yeux bleus de l’Aspirant s’écarquillèrent soudain, son débit de paroles se tarit. A son expression, je compris qu’il avait compris…

° Je peux enfin en placer une ! Quel moulin à vent ! °

Je me rapprochai, un grand et faux sourire sur le visage. Je vins poser ma main gantée sur son épaule dans un geste presque compatissant. Mon sourire se mua en grimace navrée et un peu railleuse.

- Par les sept enfers glacés ! Mais c’est qu’il s’y connait pour de vrai en dragons, l’Aspirant ! Ecoute, je ne te demande pas grand-chose. Aide-moi à lui mettre la main dessus et parle-lui. De tout ce que tu veux ! Il est civilisé, tu verras.

En espérant qu’Elérion se laisse approcher. Depuis la récente mésaventure du Havre d’Argent, avec Amaélis et Ithildin, non seulement il ne me parlait plus. Mais il avait également décidé de me masquer totalement ses pensées. Je ne savais ni où il se trouvait la plupart du temps, ni ce qu’il faisait et encore moins avec qui. S’il avait folâtré avec une femelle, je pense que je l’aurais su. L’absence d’émotions aussi fortes chez lui me rassurait… Tout en m’inquiétant. A quoi pouvait-il passer son temps ?

Je donnai une petite tape maladroite sur l’épaule de l’Aspirant humain. Morose, je m’éloignai de quelques pas, tâchant de faire le vide dans ma tête. J’inspirai profondément pendant quelques secondes, pour ne plus sentir que le lien empathique pulsant dans mon corps et me reliant directement à mon Lié. Elérion était bien dans le Kaerl, je le savais. Depuis notre véritable intégration à l’Ordre du Màr Luimë, il connaissait dorénavant la citadelle engloutie comme son œuf. Il n’avait pas son pareil pour en dénicher les recoins les plus improbables.

- C’est un Bronze.

Je rouvris les yeux et jetai un regard à Sasha par-dessus mon épaule. Je m’étais un peu calmé. Au moins, maintenant, j’étais capable de parler sans me mettre à hurler.

- Elérion est un Bronze. Une montagne de muscles, d’épines, de patience, de flegme, de sagesse, d’entêtement, de rancune et de colère !... Sous une cuirasse cuivrée.

Je soupirai. Une partie de moi – toute petite, pour ne pas dire minuscule – culpabilisait.

- Tu dois vraiment t’ennuyer, pour avoir envie de venir en aide à n’importe quel Chevalier passant dans le coin !



Visiter le site web du posteurMSN
Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 113
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 50
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 15 Juin 2014 - 13:54 Répondre en citantRevenir en haut

Sasha haussa les épaules à cette dernière remarque, un sourire de bravade venant étirer ses lèvres.

- Depuis que j'ai été sauvé d'un naufrage par une étrange femme montée sur un invraisemblable dragon , et que j'ai appris que ma destinée était de devenir Chevalier comme elle, plus rien ne m'étonne. Il glissa un regard sans détours sur le Neutre. Pas même un Bronze qui snobe son Lié pour quelque obscure raison. Je vais faire ce que tu dis, mais ne compte pas sur moi pour jouer les conseillers conjugaux s'il revient à toi !

L'espace d'une seconde, les pensées de Sasha se rapportèrent de nouveau à l'étrange marque courant sur le bras du Chevalier, désormais bien cachée sous sa manche. Bien qu'ayant navigué sous de nombreuses tropiques et chassé dans les jungles les plus denses, jamais il n'avait vu une corruption de la chair telle que celle-ci. Se pouvait-il que la maladie atteigne le Lien qui connecte les Dragons aux hommes ?  Était-ce pour cela que le saurien s'éloignait de son âme sœur, par une quelconque...peur de la contagion ?

-Si c'est le cas, c'est terrible, ca expliquerait peut être son état proche de l'hystérie. songea-t-il en s'éloignant de quelques pas. A moins que cette saloperie le rende dingue... Le marin soupira avec un demi-sourire. J'ai le don de m'embarquer dans ce genre d'affaires après tout, on ne se refait pas.

Lorsque Sasha fut suffisamment éloigné du Chevalier pour que sa présence n'impacte plus sur sa concentration, il ferma les yeux. Alors qu'il détendait progressivement les muscles de son corps, tempérant sa respiration en un flux lent et profond, il ne put s'empêcher de penser aux nombreuses fois où il lui avait fallu faire tel exercice, sous la supervision de Maury.
Sa Maîtresse lui avait rapidement appris à dominer son empreinte télépathique. Le Septon avait un esprit "bruyant" disait-elle, au point de déranger les Dragons au fond de leur grotte du Cirban Telemna lorsqu'il entrait dans une intense réflexion à l'autre bout du Kaërl. Pour des questions évidentes d'intimité et afin qu'il ne fut pas repéré par d'autres Sauriens et Chevaliers aux intentions moins...louables, Maury s'était échinée à lui apprendre comment ouvrir et fermer son esprit à l'envi, maîtriser le flot de ses pensées. Mais bon, puisqu'il s'agissait aujourd'hui de retrouver un Bronze boudeur caché dans quelque recoin, autant "donner de la voix".

- Hey, Élérion !

Ouvrir à nouveau la digue de son esprit débordant fut une expérience plutôt intense. L'afflux télépathique fit crépiter les petits cheveux sur sa nuque, Sasha frissonna avec une grimace puis reprit de l'aplomb. Contacter un Dragon inconnu demandait une rigueur quasi protocolaire. "Hey, Élérion" était plutôt un mauvais départ, il lui fallait faire preuve d'avantage de tact s'il ne voulait pas finir en casse-croûte. L'homme se racla la gorge et prit une ample inspiration.

- Hum... J'en appelle à toi, grand Bronze. Je suis Sasha El'Tiwas, Aspirant de Maury Syph, Liée de la Bleue N'ophora.

Autour de lui, plusieurs esprits de sauriens se refermèrent en claquant, comme un voisinage outré par ce tapage nocturne... mais l'un d'entre eux resta entrouvert.

- C'est ma chance... Je dois choisir mes mots avec précaution maintenant.

Il s'autorisa un regard vers la Fureur Blanche, livide et immobile dans son dos. Devait-il mentir ? Le Saurien, avec sa sagesse séculaire, se doutait bien qu'être contacté et nommé par un Aspirant inconnu n'était pas le fruit du hasard. Mais il était visiblement prêt à l'écouter, par cette timide interstice.

- Je suis navré de te déranger à une heure si tardive mais je crois qu'il y a ici une âme en détresse qui à besoin de toi. Sasha s'attendait à ce que l'esprit du Dragon se referme comme une huître mais il n'eût comme réponse qu'un silence inquiétant. Écoutes, Bronze Elérion, loin de moi l'idée de me mêler de ce qui ne me regardes pas mais... je suis Aspirant depuis peu, et le Lien qui mêle l'âme d'un Dragon à un homme ou une femme est pour moi...un des choses les plus intrigantes et les plus magnifiques qu'on puisse imaginer. Il sentait toujours le regard rubis frôlant sa nuque comme un tison brûlant, heureusement que le Neishaan n'avait aucune idée de ce qui se disait ici. Et lorsque j'ai vu ton Lié, j'ai compris quelle force avait cette union. Tu le verrais à cet instant, à hurler ton nom sur l'Agora, s'arracher les cheveux, geindre comme une bête blessée... Si lui ressent cette séparation comme une blessure alors il en est de même pour toi, ou tout ce qu'on m'a appris jusqu'alors est faux et vous autres sauriens n'êtes que créatures indifférentes à notre sort.

Comme toujours, l'Aspirant jouait avec le feu. Mais son vécu lui avait prouvé par de nombreuses fois que cette tactique portait ses fruits, même vénéneux.

- Je me questionne sur la raison qui pousse deux âmes liées au delà des Ages à s'éloigner ainsi. Elle doit être grave. Après un instant d'hésitation, l'intrépide sauta le pas. J'ai remarqué la marque sur ton Lié...J'ignore ce que c'est car ce monde recèle tant de mystères qu'il est impossible de tout connaître.. Mais je sais que c'est quelque chose de mauvais, de mortel peut être ?

Le marin laissa flotter un silence durant lequel il sentit qu'il avait toute l'attention du Bronze, mêlée à d'autres sentiments si puissants qu'il ne put ni les déchiffrer, ni les supporter. Fermant la porte de son esprit en grande hâte pour gainer sa douleur, il chancela un instant, secoua la tête comme pour se remettre d'un étourdissement et après quelque secondes de répit, revint à la charge.

- Je me disais bien que tu n'étais pas insensible à son sort... Je ne me mêlerais pas plus avant de vos histoires mais je n'ai qu'une chose à dire : vous avez besoin l'un de l'autre, pourquoi vous infliger cela ?

  



Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 13 Juil 2014 - 19:42 Répondre en citantRevenir en haut

- Je ne t’en demanderais pas plus, compte là-dessus, maugréai-je.

Oserais-je avouer que j’étais terrifié ? Et impatient ? Comme un enfant à qui on a promis de lui faire rencontrer ses vrais parents ? Debout près de l’Aspirant, je le dévisageai avec perplexité et une nervosité palpable. De son entreprise dépendant ma réussite. Dépendait mon bonheur. Même avec mon esprit d’ordinaire hermétique – grâce aux bons soins d’Elérion et parce que selon lui, mon Don n’était pas très puissant -, je pus percevoir clairement le grand éclat de voix télépathique de Sasha. C’était comme d’entendre quelqu’un crier dans son oreille. Je retins un geste pour me frotter les tempes, sachant pertinemment que ça ne servait à rien. Dorénavant, je devais attendre. Et cette tâche se révélait être la plus dure. Je n’avais jamais été très patient. Et savoir que tout reposait dans les mains – ou plutôt la tête – d’un inconnu ne me rassurait pas.

A quelque distance de cette rue à l’éclairage tamisé du Màr, fendant les cieux nocturnes au-dessus de la mer, il y eut un dragon qui, entendant l’appel, laissa entrouvert son esprit. Ses écailles étant presque mates à l’égal d’un vieil alliage métallique, les lunes ne réussissaient à accrocher leur lumière qu’aux doigts équipés de serres blanches de ses ailes, aux épines de sa crête osseuse et à celles qui couronnaient la masse d’armes achevant sa queue. Colossale figure enténébrée, le grand mâle ralentit son vol et secoua sa large tête cornue. Ses yeux clairs charrièrent soudain quelques éclairs rouges. L’écarlate de la colère qui l’animait presque perpétuellement. Il n’y avait pas trente-six solutions pour qu’un Aspirant inconnu connaisse son nom et puisse réclamer son attention. Surtout à une heure avancée dans la soirée. Les coïncidences n’existaient pas dans le monde de ce dragon-là. Il se posa sur une corniche saillant de la falaise la plus proche, écartant ses vastes ailes pour conserver son équilibre. Tout son esprit se tendait vers celui de l’inconnu. Le tableau qu’il lui dépeignait aurait dû l’attendrir, comme à chaque fois qu’il était question de son Lié. Au contraire, cela creusa plus encore le fossé qui les séparait. Lorsqu’il fut mention de la Marque Noire, le dragon poussa un bref grognement guttural de mauvais augure. Elle était là, la cause de tous leurs maux. S’il avait pu arracher la main de son Lié pour la faire disparaître, il l’aurait fait. Mais cela était inutile. La magie était à l’œuvre et il ne pouvait rien faire contre elle. Lui qui s’était toujours cru imbattable et invincible jusqu’ici.

Comme un silence avait ponctué la dernière question de l’Aspirant, le grand mâle en profita pour quitter son perchoir et prendre la direction de l’escalier menant au Màr Luimë. Arrivé devant l’entrée, pour mieux passer inaperçu, il contraignit sa véritable forme à se modeler à l’égal d’un robuste Torhil blond, comme il le faisait rarement, et emprunta l’escalier sans attendre. Sitôt pénétré dans le Kaerl sous-marin, il attendit d’être suffisamment éloigné des passants et reprit sa forme draconique dans une explosion lumineuse. Déployant largement ses ailes, il monta à l’assaut du faux ciel piégé sous le dôme bleu, survolant les quartiers les plus populeux de la citadelle. Il aperçut bientôt la frêle silhouette de son Lié et, près de lui, celle de Sasha El’Tiwas. Le Bronze ne pouvait pas se poser dans cette rue, elle était trop étroite pour la montagne de muscles qu’il représentait. Il ouvrit ses serres et plongea.

Je fus le premier à l’apercevoir. Les yeux démesurément écarquillés, j’espérais qu’Elérion ne pensait pas à la même chose que moi. Pourtant, son attitude était sans équivoque. Et son but paraissait extrêmement précis. Comme lorsqu’il chassait.

- Euh… Sasha ?

Sans quitter des yeux l’avancée rapide de mon Lié, je tâtonnai pour trouver l’épaule, ou la manche, du jeune homme pour attirer son attention. Le plongeon fulgurant d’Elérion pouvait nous être fatal. Je doutai qu’il veuille nous faire du mal. Mais un geste de trop pouvait nous coûter la vie dans ce périlleux processus. Je ne tenais pas à finir manchot et unijambiste ! Je voyais les serres acérées se rapprocher dangereusement.

- Elérion ! ARRÊTE !

Le Bronze nous cueillit dans un grand appel d’air, nous emprisonnant entre ses griffes, les refermant sur nous comme dans une cage à oiseaux. Son trophée entre les pattes antérieures, il remonta en quelques puissants coups d’ailes. Il partit en direction du Cìrban Telemna, le Havre des Dragons, sans ralentir. Son vol dérangea plusieurs de ses congénères, qui relevèrent la tête, grognèrent ou se couvrirent de leur aile pour se replonger dans le sommeil. Elérion passa devant eux sans en tenir compte. Il ne ralentit que lorsqu’il atteignit un haut promontoire rocheux, recouvert de mousse et dressé vers le dôme. Il y déposa sa prise, ouvrant ses serres comme il passait juste au-dessus et, dans un grand crissement d’écailles, atterrit un peu plus loin. Je tombai sur mon postérieur sans aucune grâce sitôt à terre. Le souffle coupé, la nausée au bord des lèvres, je jetai un regard contrit à Sasha. L’Aspirant n’avait rien fait pour mériter ça, au contraire de moi.

- Désolé.

Je préférais ne pas me relever tout de suite, de peur de retomber aussitôt, les jambes flageolantes. C’était quand même beaucoup plus agréable de voler sur le dragon et pas dans ses pattes !

- J’savais pas qu’il ferait ça…

Elérion nous contemplait tous les deux de ses prunelles rouges comme des braises n’ayant jamais finis de se consumer. Il s’avança d’un pas vers nous, ou plus précisément vers Sasha. Abaissant son long cou, il renifla l’odeur saline imprégnée dans les vêtements et sur la peau du jeune homme, faisant naître des souvenirs sur son passage. Il baissa son museau un peu plus encore, pour essayer d’obliger l’Aspirant à ne pas le quitter des yeux. Toujours silencieux, mon Bronze émit un bref souffle chaud par ses naseaux. Pour une fois, j’étais content de n’être pas le centre de son attention.

° Qui es-tu, petit homme, pour réclamer avec tant de fougue ma présence ? °



Visiter le site web du posteurMSN
Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 113
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 50
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 19 Juil 2014 - 16:11 Répondre en citantRevenir en haut

Ce silence ne laissait rien présager de bon et Sasha doutait qu'un Sage et séculaire Dragon ait besoin de s'accorder un si long temps de réflexion. La Fureur Blanche, qui n'était plus si furieuse à entendre le ton incertain de sa voix, lui frôla l'épaule :

- Euh… Sasha ?

- Minute ! Fermant les yeux pour aiguiser sa concentration, le marin chassa sa main comme on le ferait pour un nuisible. Je compatis à détresse l'ami, mais j'avais réussi à engager un échange avec ton Lié là ...et je l'ai perdu ! Affairé à de complexes exercices télépathiques, Sasha ne sentit pas le souffle grondant venant dans leur direction. Si tu me déconcentre sans arrêt, je n'arriverai jamais à le récup...

L'autre hurla un nom désarticulé par la panique, celui de son Lié. L'Aspirant n'eût que le temps d'un regard par dessus son épaule, puis de gigantesques serres le happèrent sans autre forme de procès, l'élevant à dix pieds du sol. Les tripes de Sasha firent un looping alors que le majestueux Saurien prenait son envol d'une impulsion, emplissant l'espace de ses immenses ailes de peau. Ils survolèrent ensuite le Kaërl Englouti à une telle vitesse que Sasha cessa de se demander comment Élérion avait pu les atteindre en si peu de temps. Et pourtant, l'étrange équipée frôla les toitures , les pointes des Tours Jumelles et les arceaux de l'immense dôme sans jamais s'y heurter, l'imposant Dragon faisant montre d'une grâce et une habileté en vol stupéfiante pour son gabarit.

Bien qu'il eût le cœur au bord des lèvres pendant cette courte mais intense traversée, Sasha ne put s'empêcher une jouissive montée d'adrénaline, semblable à ce qu'il pouvait ressentir au temps où il crapahutait dans les gréements du Fends-Vague avec Mikaal. Bien que ses orteils amputés lui offrent parfois une meilleure prise sur les cordages, à la manière d'une pince, il n'avait jamais pu égaler son frère de cœur dans ces jeux d'escalade. Tel un gibbon, cette grande guigne de Méridion se balançait de bouts en bouts et c'est souvent pantelant que Sasha le rattrapait sur le mât de misaine. Ils regardaient alors la mer filer sous la coque de leur navire, leurs cheveux et chemises gonflés de vents marins, le regard vibrant à la flamme de leur jeunesse et de leurs rêves.

- C'était comme regarder déferler l'éternité...

Et durant ces quelques secondes de vol, solidement maintenu par ces serres immenses, il lui avait semblé revoir filer les nautiques sous ses yeux, transporté par un vaisseau d'écailles volant dont l'interminable cou écailleux avait tout d'un mât. Aussi, lorsqu'Élérion les déposa et que son Lié, nauséeux et balbutiant, s'excusa pour cette envolée imprévue, le Chien de Mer lança avec enthousiasme :

- Ex-tra-ordi-naire ! Il se releva, perdit presque l'usage de ses jambes et de son estomac, puis s'esclaffa. C'est un peu plus...bref rôt suivi d'un reniflement...un peu plus intense que la chevauchée mais ...héhé...ha !

Le reste se perdit en halètements, hoquets et petits rires de contentement, qui s'étranglèrent aussitôt lorsqu'un souffle soufré faillit le déséquilibrer de nouveau. Les yeux iridescents d'Élérion étaient sur lui.

° Qui es-tu, petit homme, pour réclamer avec tant de fougue ma présence ? °

Le Bronze – Sasha n'en avait jamais d'aussi près – ressemblait à un de ces colosses ailés, que l'on trouve parfois posés en plein milieu des steppes Arides Akitaas, gardiens de ces étendues aussi désertiques que sacrées. Comme ces antiques statues, le Saurien inspirait un respect teinté de crainte et même l'intrépide marin ne put s'empêcher de frissonner à la vue de l'immense gueule posée devant lui.

- Un seul faux pas, et il n'a qu'à ouvrir grand pour me happer tout entier. songea-t-il avec une sueur froide et un regard pour le pâle Neishaan à ses côtés. Et l'autre, qui semble complètement dépassé, ne pourra rien y faire... J'imagine que les Chevaliers, tout Liés qu'ils sont, ne sont pas Maîtres de leurs Dragons pour autant.

Il s'accorda une vive et ample inspiration pour chasser toute fébrilité de son corps, puis planta ses yeux aigue-marine dans l'insondable regard nacré, qui oscillait étrangement entre l'or et la pourpre.

-Sasha El'Tiwas, Aspirant de Maury Syph' et sa Liée, la bleue N'ophora. Récita-t-il avec application, avant d'incliner placidement la tête en signe de salut. Mais présentement, je ne suis qu'un messager. Quelqu'un ici était à ta recherche, vous devez avoir des choses à vous dire, non ?... Le Septon glissa un regard sur la Fureur Blanche, qui blêmit d'un cran et lui désigna le Saurien en branlant du chef, braquant sur le Chevalier un regard insistant. C'est le moment, allez ! Lui siffla-t-il entre ses dents, l'échine hérissée d'appréhension alors que le souffle du Dragon s'intensifiait dans son dos. Faites-vous une scène, videz votre sac et terminez par de vives effusions d'amour si cela vous chante, mais qu'on en finisse !

Jugeant que sa position était trop précaire pour attendre que le Neishaan se décide enfin, il fit volte-face pour surveiller la gueule mortelle. En l'espace d'une seconde, les yeux reptiliens qui étaient tournés sur son compagnon d'infortune se braquèrent de nouveau sur lui, immuables, éternels, les pupilles verticales s'ouvrant sur d'abyssales profondeurs qui lui donnèrent le tournis.

- Écoute, Grand Bronze...marmonna Sasha, dont l'esprit sensible démangeait désagréablement face à cette mythique créature. Je pense que tu as eu assez de mon petit soliloque tout à l'heure, et tu sais pourquoi j'ai agi ainsi. Si tu as des questions à poser, adresses-toi à ton Lié, moi je...

Un fourmillement soudain parcourut son cuir chevelu, lui dressant la tignasse sur la tête. De partout, des murmures l'assaillirent, grinçant, chuintants. Sa peau fût frôlée par des mains glacées, inconsistantes et l'ombre du soir sembla s'épaissir autour d'eux, presque poisseuse, alors qu'un souffle putride glissait à son oreille :

L'Ombre avance...Les Morts se lèvent et marchent...
 
   
D'où venaient les voix qui s'engouffraient ainsi dans son esprit, y glissant les plus morbides pensées, les plus sombres images ?! Bientôt les chuchotements se firent criards, bruissants comme une nuée d'insectes.

 La Marque ! Elle brûle...brûle ! La Chair appelle la Chair et le Sang réclame son dû !
    

Hululaient les voix, comme la plainte d'un seul spectre.

- Taisez-vous ! TAISEZ-VOUS ! Sasha avait abandonné l'idée de localiser ces flux de pensées intrus, ils venaient de partout et de nulle part, du passé et du futur. Ils s'engouffraient avec avidité dans son esprit et en festoyaient en gargouillant d'impensables imprécations, de sinistres prophéties. ALLEZ-VOUS EN !

Ahanant comme on repousse les lourds battants d'une forteresse, Sasha fournit un ultime effort pour refermer les portes de son esprit sur cette invasion. Alors, les voix se turent, la nuit se réchauffa et se désépaissit et Sasha s'entendit dire d'une voix posée bien qu'un peu tendue :

...dresses-toi à ton Lié, moi je m'en lave les mains !

A peine avait-il terminé cette phrase commencée il y a des lustres, lui semblait-il, qu'il écarquilla les yeux, effaré.

Qu'est-ce que … ? C'était quoi ça ?!

Le Neishaan le regardait l'air de dire « mais à quoi tu joues ? » et le Dragon, interdit, posait sur lui un regard qu'il renonça à déchiffrer, déterminé à laisser son esprit clos pour l'instant.

- J'étais...Je...Il regarda autour de lui, perplexe. Pas de spectres, pas de murmures glauques. Rien ne semblait avoir bougé. Pourtant... ! Il y avait ces voix, tout autour de moi, elles...

Combien de temps s'était écoulé, un demi-siècle ? Une demie-seconde ? Était-il juste...fou ? Rien de tout cela ne faisait sens.

- Je suis mort, en réalité. Sasha se surpris à pousser un petit rire amer, alors qu'une étrange colère montait en lui. C'est ca, je me suis noyé dans les mers de l'Extrême-Est et cette grotesque rêverie brodée de Dragons, de fantômes et autres billevesées n'est que la divagation de mon esprit qui s'éteint !!

Quelque chose de chaud toucha sa lèvre supérieure. Il saignait du nez. S'essuyant de sa manche avec un grognement, il pointa le Neishaan d'un doigt rageur.

- TOI ! J'ai fait ce que tu m'as demandé, maintenant tu règles tes comptes avec ton Bronze ! Il pointa la saurienne créature du pouce, sans plus se soucier de l'étiquette. Étrangement, il se fichait des convenances, il se fichait d'être dévoré pour son insolence. Sasha était en colère, oui...une colère sourde, implacable. Et surtout, surtout, tu me laisses désormais en dehors de ca !

Sans autre forme de discours, il les planta là tous les deux et fila à grand pas vers le bord de l'escarpement, où il s'assit et laissa pendre ses jambes dans le vide, compressant un pan de son bandana sur ses narines sanglantes. Peu à peu, son souffle s'apaisa, ses membres cessèrent de trembler et l'hémorragie s'estompa. Le Septon se sentit alors apathique et nauséeux, souillé par ces présences maléfiques dont la trace douloureuse battait encore dans son crâne, comme la marque d'un tison brûlant. Cette colère...ce n'était pas la sienne. Il aurait dû être terrifié par ce... « viol » de son esprit, réel ou imaginé, et non pas furieux.

- Un nom, ces choses m'ont murmuré un nom avant de se taire...Un nom maudit...

L'homme frissonna, rentrant la tête dans ses épaules. Dans son dos, le Dragon et son Lié devisaient à voix basse, entrecoupant leur échange de silences où circulaient sans doute quelques pensées qu'ils souhaitaient taire devant lui. Le marin se dit qu'il avait du faire une belle bourde à ainsi perdre le pédales devant eux, mais il se sentait trop las pour faire amende honorable. Il attendit donc.



     





Dernière édition par Sasha El'Tiwas le Sam 27 Sep 2014 - 18:06; édité 1 fois
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 21 Aoû 2014 - 18:01 Répondre en citantRevenir en haut

Bonne nouvelle : Elérion semblait aller bien et peut-être prêt à entamer un dialogue. Mauvaise nouvelle : il refusait de me regarder trop longtemps, préférant se focaliser sur Sasha. Je pâlis, tandis que celui-ci débitait des civilités au géant de bronze, avant de m’interpeller, m’encourageant à en faire de même. Euh… C’est-à-dire que… Euh, en fait… Ah zut. Que voulais-je dire à mon gros balourd de lézard, précisément ? Je ne savais plus très bien. Maintenant que j’étais enfin face à face avec lui, je perdais mes mots et mes pensées, en présageant la bataille à venir. Débattre avec Elérion s’était toujours révélé ardu. Nous étions rarement d’accord, la sagesse reptilienne du Bronze m’échappant régulièrement. Si nous nous entendions bien au quotidien, Flarmya semblait nous avoir joué un tour – encore un – en unissant nos âmes, car nous étions proprement incapable d’être du même avis. La plupart du temps, j’acquiesçai aux conclusions d’Elérion, préférant ne pas discuter ses décisions. Je ne comprenais pas toujours de quoi il parlait et ne voulait pas m’en mêler. C’était Elérion qui entamait le dialogue, d’habitude. Les rôles s’inversaient. Et je me rendais compte qu’être à sa place ne devait pas être facile tous les jours.

Je me tenais debout, à quelques pas de son flanc droit, comme paralysé. J’aurais voulu avoir le courage d’avancer ma main, de toucher son armure d’écailles, pouvoir sentir à nouveau son cœur battre à l’unisson avec le mien… Ce fut à cet instant que la situation nous échappa à tous deux.

Elérion sursauta, fit un écart et déploya brièvement ses immenses ailes. Je manquais tomber à la renverse, étant trop près de sa patte. Je sentis un grand trouble envahir l’ordinairement inébranlable et obstiné dragon. La vue m’était bouchée par son corps massif pour l’instant. Je me décalai dans l’espoir d’apercevoir Sasha. Cet Aspirant n’avait pas pu provoquer mon Lié, c’était impensable. Je l’avais entraîné dans mes problèmes. Et une petite part de moi ne voulait pas le voir blessé, ou tué, par ma faute. Qu’est-ce qu’il se passait, bon sang ? L’éclat de voix de Sasha ne présageait rien de bon.

° Elérion ! Qu’est-ce qu’il se passe ? °


Il ne répondit pas mais me laissa passer devant lui. Sasha arborait la tête de quelqu’un qui vient de voir un fantôme. On aurait dit moi, la dernière fois que je m’étais perdu dans les Pics des Cendres. J’aurais pu en rire sans vergogne. Mais l’état de l’humain sonnait faux. Quelque chose avait perturbé son esprit. Instinctivement, je posai un regard suspicieux sur mon bras, comme si j’avais pu voir la Marque Noire ricaner, à travers le gant et les couches de vêtements. Alarmé, je relevai les yeux sur Sasha qui s’éloignait. Ce gars-là n’allait pas bien du tout. Et j’avais soudain peur de comprendre à quoi il faisait allusion.

- Je suis désolé, murmurais-je sincèrement - et tristement.

Je déglutis difficilement. Elérion paraissait nerveux et humait l’air comme s’il cherchait quelque chose. La puanteur des cadavres de crabes carbonisés s’en était allée depuis quelques jours, fort heureusement. Mais ce n’était pas cela qui retenait son attention. Le dragon planta alors brusquement ses grands yeux rouges dans les miens. Je me figeai.

° Tu as amené avec toi ces choses. La marque attire Sa présence et celle de ses ombres. Le souvenir de leur passage au Màr s’imprègne partout.
… Quoi ?
Montre-moi. °


J’obéis sans discuter. Sans lâcher du regard mon Lié, je retirai mon gant, ôtai ma veste et relevai la manche de ma chemise. Ce qui avait été au départ un petit entrelacs de fils noirs tatoué dans la chair de ma paume… Ressemblait maintenant davantage à une pieuvre d’encre obscure, prête à tout recouvrir, qui s’étalait de plus en plus loin sur mon corps. Elle remontait jusqu’à mon épaule et même au-delà, s’étirant en filaments sur mon omoplate et ma poitrine. Chaque jour, ce maudit stigmate hantait mes pensées. Il peuplait mes nuits de cauchemars. J’avais parfois l’impression qu’il me brûlait et me démangeait mais ce n’était qu’une illusion. J’étais condamné, comme d’autres chevaliers-dragons de l’île devaient également l’être.

° Tu veux dire… Que le Maître des Ombres peut m’atteindre à travers la marque ?!
Comment crois-tu que tu mourras, Galaad Lucis, fils du Vaendark ? La magie interdite qu’utilise l’ennemi peut atteindre ses pions n’importe où. °


J’eus peur, soudain, d’être plus qu’une victime. Une marionnette, une bombe à retardement comme en utilise certains contrebandiers avec de la poudre noire. J’en perdis mon souffle. Mes jambes se dérobèrent sous moi et je retombais assis par terre. La nausée me repris.

- Oh, mes dieux !

Je représentais un danger pour le Kaerl. Pourquoi ne l’avais-je pas compris plutôt ? Je n’étais plus en sécurité nulle part. Je devais partir !... Elérion tourna son large museau vers l’Aspirant qui se morfondait au bout du rocher, les jambes ballantes dans le vide.

° Non, Sasha El’Tiwas, tu n’es pas fou. Ni mort. Tu es ici depuis peu, tu ne pouvais pas connaître la nature de tous les malheurs qui nous assaillent depuis le dernier hiver. Tol Orëa fait face à une grande menace. Pardonne ma rudesse. Je dois savoir. Quel est ce nom maudit ? Et que t’ont dit exactement ces voix désincarnée ? °


HRP : Galaad est un Neishaan, pas un Ondin ^^



Visiter le site web du posteurMSN
Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 113
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 50
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 26 Aoû 2014 - 11:47 Répondre en citantRevenir en haut

Sasha eût un soupir et se massa lentement les paupières avant de se redresser pour faire face au grand Bronze, dont la vive inquiétude se traduisait par un ballet chamarré d’ors et de gris autour des pupilles serpentines. Ainsi donc, cette tension dans l’air, ce trouble palpable chez les Neutres les plus anciens, l’atmosphère générale de circonspection et méfiance planant sur le Kaërl n’étaient pas les fruits de son imagination. L’Aspirant ne voulut rien savoir des « malheurs » en question, il était trop tôt pour cela. C’était déjà tâche complexe et ardue que d’assimiler sa nouvelle existence, d’entamer cette formation atypique, de songer à son avenir de Chevalier Dragon. Se laisser conter les fléaux à l’œuvre, opérant visiblement grâce à une improbable magie noire et autres cortèges de spectres démoniaques… c’était un peu trop demander au marin.

- L’équipage du Lévrier comptait de nombreux Chiens superstitieux… Combien de fois ai-je entendu fictions et affabulations sur de monstrueuses chimères marines, sur des vaisseaux maudits et autres trésors perdus ? Mais cette fois, cela va plus loin. Plus loin que les boniments et les histoires horribles que nous contait Bill pour occuper nos quarts, impatient de pouvoir traiter de pucelle le premier qui frissonnerait ou étoufferait un cri. Ces choses…sont bien réelles.

Il frissonna, sentant sur lui le regard patient mais grave d’Elérion, qui avait d’ailleurs sans doute entendu ses pensées à l’instant. Sasha n’en avait cure, il était fatigué d’essayer de verrouiller son esprit, rendu gourd par cette visite. Il s’empressa alors de répondre à ses questions car les mots et sombres prédications des spectres, souvenirs volatiles, quittaient déjà son esprit, se mélangeaient , pour ne laisser qu’une tenace sensation d’angoisse et de malaise.

- Le nom…Le septon plissa les yeux. Le nom maudit m’échappe... Je suis désolé. C’est comme si on voulait que je ne m’en souvienne pas. Tout ce que je sais c’est que l’entendre m’a fait l’impression d’un fer chauffé à blanc, appliqué contre ma cervelle. Quant au reste… Sasha entendait encore les voix d’outre-tombe ourler sur sa nuque, glisser à ses oreilles de morbides promesses. Il était question de morts qui marchent, d’une ombre avançant et d’une… Il hésita, captant du coin de l’œil la silhouette prostrée du Neishaan. D’une Marque brûlant, appelant la Chair et le Sang… Je crois que c’est tout.

La Fureur Blanche –Sasha se décida à savoir son véritable nom, fatigué de ce sobriquet qui, présentement, ne lui correspondait guère plus - s’était laissée glisser le long d’une paroi rugueuse, le menton tombant sur la poitrine, semblant vidée de toute énergie. Le Chevalier avait relevé sa manche, ôté son gant, et l’Aspirant pu constater avec effroi que la gangrène qui sillonnait discrètement son avant-bras quelques instants auparavant avait grossi et grandi à une vitesse surnaturelle. Le réseau de veines noires avait fusionné en une grossière et volumineuse tâche, ne découvrant que quelques rares parcelles de peau intacte, grimpant sous la manche du malheureux comme avide de se répandre plus encore. Il ne fit plus aucun doute que le Neishaan était condamné et, bien que ce ne fut pas dans ses habitudes, Sasha eût quelques remords de s’en être pris à lui tantôt.

- Ton Lié, quel est son nom ? demanda-t-il au Dragon. Il m’a l’air d’être ce genre de caractère explosif, imprévisible… Sasha songea avec un certain amusement qu’il était loin de se douter de ce qui l’attendait, en abordant le colérique Neishaan sur l’Agora. Mais ce truc qui le ronge… Cela va le tuer et il semble terrorisé à cette idée. Qui ne le serait pas ? Puis, tournant un regard aigu mais sans hostilité sur Elérion. Les bipèdes sont des petites choses faibles qui craignent leur propre mort, et cela leur cause des agissements qui dépassent parfois l’entendement. Je ne sais pas ce qu’il a fait pour que tu le délaisses ainsi dans un moment pareil, et je ne sais rien de lui , mais je ne pense pas qu’il mérite pareil sort.
      





Dernière édition par Sasha El'Tiwas le Sam 27 Sep 2014 - 18:05; édité 3 fois
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 26 Aoû 2014 - 15:11 Répondre en citantRevenir en haut

Je tremblais, recroquevillé contre la paroi rocheuse, sans pouvoir m’arrêter. La peur me tétanisait. J’avais échoué dans tous les domaines. Je n’étais pas un véritable Englouti, puisque personne ne semblait vouloir me faire confiance. Et j’étais maintenant un danger pour ce que j’avais pris pour ma maison. Cela commençait à devenir lassant, cette poisse qui me poursuivait n’importe où. A croire que les dieux avaient fait en sorte que je foire systématiquement tout ce que je j’entreprendrais ! Je relevai la tête brusquement, en tentant de maîtriser le tremblement convulsif de mes membres, comme si j’étais glacé après une course-poursuite sous un orage. Non mais je m’entendais penser ? Idiot ! Triple imbécile sans cervelle et sans cœur ! Il y avait Dame Al’Ysiria. Il y avait Amaélis, Ithildin, Nolan, Aydan… Eux comptaient sur moi. Pour eux, j’étais aussi Engloutis que les autres. Je ne pouvais ni les abandonner ni les trahir. Au moins, je mourrais la conscience tranquille. Et il y avait Elérion.

- Je peux très bien donner mon nom tout seul !

Je me redressai en rajustant ma manche en essayant de prendre un grave. Au mieux, je réussis à de nouveau faire une moue boudeuse. Je cherchai brièvement du regard mon gant. Mais il avait disparu de la circulation. Je songeai à demander à Elérion de soulever sa patte pour tente de le repérer… Avant de me ressaisir. A quoi bon cacher l’irréfutable ? J’étais condamné, de toute façon. De plus, j’avais trop chaud avec ces fichus gants !

- Galaad Lucis, Chevalier du Màr Luimë et garde du corps de Dame Al’Ysiria, lié du Bronze Elérion. Et je n’ai pas peur de la mort, qu’on se le dise !

C’était bien plus compliqué, en vérité… Enfin, je crois. Le dragon en question ne disait plus un mot. Il refusait de me regarder et dévisageait toujours l’Aspirant de ses vastes prunelles rougeoyantes. Des braises de colère venaient de s’attiser avec les dernières paroles de Sasha. Et j’eus soudain peur de sa réaction. S’il n’avait pas mon caractère explosif – comme le précisait si aimablement Sasha -, il n’en demeurait pas moins instable en ce moment. D’où l’intérêt de tout le monde à ne pas hausser la voix ou à ne pas aborder les sujets sensibles. Un Bronze furieux peut faire des ravages. Elérion secoua la tête.

° Il a choisis de se laisser mourir ! Il a choisis de ne pas se battre. Il a choisis de s’avouer vaincu. Après tout ce que j’ai fait pour lui… J’ai risqué ma vie plus d’une fois pour le sauver. Pense-t-il seulement à ce qu’il adviendra de moi, s’il meurt ? °

- J’ai pas dit ça ! m’écriai-je avec une rage désespérée. Tu comprends toujours tout de travers !

C’était vraiment désespérant. Et lassant. Cette conversation tournait en boucle. Comme à chaque fois que nous étions en désaccord. J’attrapai alors une branche traînant là et la lançai de toutes mes forces sur le dragon. Le malheureux bout de bois rebondit sur les dures écailles avant d’être précipité dans le vide.

- Et merde ! Tu pourrais me regarder quand je te parle, gros lézard ! Je suis juste derrière toi ! Adresse-toi à moi, au lieu de te plaindre à Sasha !

Cette fois, la peur et le désespoir cédaient à la colère et à la frustration. Je me décidais fermement à engager le conflit avec Elérion pour le faire enfin sortir de son apathie. Je prenais des risques en le provoquant. Il lui serait facile de me briser l’esprit, ou les membres d’une chiquenaude de grand dragon. Mais s’il me faisait du mal, il serait hanté par le remords. Et s’il me tuait, il mourrait ou plongerait dans les affres de la folie. Le choix restait simple. Nous étions enchaînés l’un à l’autre pour le meilleur et pour le pire, à la vie et à la mort. Malgré nos différences, nos regrets, nos peurs, nos doutes et nos rêves… Il faudrait bien qu’un jour, on s’y fasse.

Tiens ! Je me montrais aujourd’hui aussi avisé qu’Elérion dans ses meilleurs jours ! Un peu de son étrange sagesse avait dû déteindre sur moi sans que j’y prenne garde…

° Pauvre fou. Je t’empêcherais de mourir. Je broierais Isashani entre mes crocs s’il le faut. Tu es à moi et à nul autre. Ne te méprends pas, Galaad Lucis, enfant du Vaendark. Flarmya nous a unis, car nous sommes plus forts ensemble que seuls. A l’heure actuelle, je suis le plus fort de nous deux. Alors écoute-moi bien, chevalier de pacotille ! Tu survivras à cette guerre. J’en fais le serment. Même si pour cela, je dois me faire haïr de toi. °

Ma colère fut soufflée d’un seul coup. Le discours d’Elérion me faisait l’effet d’une tempête de neige déferlant depuis les montagnes. Que pouvais-je répondre à cela ? Sur le coup, j’en perdis également ma langue. Je restai face à lui, les bras ballants, les lèvres scellées, incapable de trouver quelque chose d’intelligent à répliquer. Zut.

Elérion reporta tous les feux de son regard sur l’Aspirant. Son brusque accès de fureur semblait s’être tari. Il parut même compatissant.

° Quant à toi, Sasha El’Tiwas, prend garde aux apparences. Plus que jamais, elles te tromperont sur Tol Orëa. Tout est affaire de perspectives et de choix. Ce que tu as perçus étaient des souvenirs, laissés par le passage d’une magie noire. La magie de l’Ennemi. Ton esprit semble très sensible. Je t’enjoins donc à la plus grande prudence. °


Galaad est un Neishaan XD



Visiter le site web du posteurMSN
Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 113
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 50
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 27 Sep 2014 - 19:58 Répondre en citantRevenir en haut

Oups... J'ai remplacé tous les "Ondin" par "Neishaan", y'en avait un certain nombre c'est vrai... Dead Vive la fonction Ctrl+F !


° Il a choisi de se laisser mourir ! Il a choisi de ne pas se battre. Il a choisi de s’avouer vaincu. Après tout ce que j’ai fait pour lui… J’ai risqué ma vie plus d’une fois pour le sauver. Pense-t-il seulement à ce qu’il adviendra de moi, s’il meurt ? °


Sasha ne sut que répondre à une telle injonction. Qu'advenait-il d'un Dragon lorsque son Lié mourrait ? Il se souvenait avoir posé la question à sa Maîtresse lors de leurs premières leçons quelques jours auparavant. La réponse qu'il avait obtenue était immuable et assez triste... Si Galaad venait à périr de son mal, Elérion sombrerai dans la mélancolie et la folie. Maury avait conté nombre d'exemples parlant de Dragons se laissant dépérir ou se jetant dans l'Interstice pour y disparaître à tout jamais...

- Et qu'advient-il des Chevaliers qui perdent leur Dragon ? avait-il alors demandé, un peu secoué par cette révélation.

Certains survivaient. La douleur engendrée par la perte d'un Lié était immense, laissait une cicatrice , un traumatisme à vie. Certains y perdaient même l'esprit ... Mais l'Histoire de Tol Orëa égrenait quelques rares cas de Chevaliers ayant continué leur route, tout aussi chaotique fut-elle. Le Septon comprit alors la détresse du Saurien devant l'attitude du Neishaan condamné. Sans qu'il ne s'en rende compte, les ondes de son esprit sensible entrèrent un court instant en résonance avec le puissant et séculaire aura Draconique, laissant affluer dans son esprit étriqué de bipède des pensées, des ressentis complexes et intenses, teintés d'une grande tristesse.

Ô, quel étrange et immuable Lien que celui qui marie l'âme d'un Dragon et d'un Aspirant... songea-t-il, gagné par un spleen aussi soudain qu'étrange. Nous, créatures versatiles et éphémères, égoïstes dans la détresse, dont la courte existence est sans cesse ballottée de dilemmes et de changements. Et les Dragons, créatures éternelles et gardiennes de l'Histoire, que ce Lien vital condamne à chaque renaissance de nous aimer, nous protéger et de suivre jusqu'au bout nos parcours et nos agissements, parfois si aléatoires et irraisonnés ?

L'esprit d'Elérion se ferma aussitôt lorsqu'il sentit cette empathie inhabituelle chez un bipède, non-Lié qui plus est, terminant leur conversation. Sasha comprit que c'était par pudeur ...et sans doute parce qu'il n'autorisait que Galaad à être si proche de ses pensées. L'Aspirant songea que c'était de toute façon mieux ainsi : outre la sensation que sa tête trop pleine allait exploser à tout instant, imprégner des pensées de Dragon lui causait des réflexions de philosophe ivre voir aliéné, et cela ne lui ressemblait guère...Quoique ?

De toute façon, le Neishaan venait de faire irruption dans leur échange en jetant un projectile sur son Lié pour demander son attention, à la manière d'une ménagère furieuse et délaissée . Sasha jugea qu'il était plus que temps de laisser ces deux là regler leurs comptes et s'éloigna en haussant les épaules. Il était en train d'examiner les parois de l'arpent pour en préparer la descente, quand la voix d'Elérion investit de nouveau son esprit pour une solennelle mise en garde. Il choisit d'ignorer l'allusion aux Spectres dont le souvenir glaçant était encore trop frais.

- Je crois que la prudence n'est pas inscrite dans mes gènes, Dragon. répondit-il à voix haute, un sourire torve aux lèvres. Ma présence ici en est une preuve de plus. Sans compter le fait que je m'apprête à descendre une paroi rocheuse et raide en pleine nuit, haha... Mon chemin croise souvent d'autres routes plus périlleuses, que je ne peux m'empêcher d'emprunter par curiosité ou par défi. C'est la nature bipède, il va falloir que tu t'y fasses Grand Bronze.

Sur ces mots, il frotta ses paumes et fit craquer ses doigts pour en raffermir la force, puis s'accroupit sur le bord de la falaise. L'étrange nuit argentée du Kaërl jetait un éclat opalin sur la roche et les silhouettes touffues de branchages perçant la pierre s'y découpaient. Ses muscles fatigués pourraient lui faire défaut...Au moins, il avait de quoi ralentir une potentielle chute !

- Bon, j'y vais ! Il se fait tard et ma Maîtresse m'attends aux aurores demain. lança-t-il au duo de choc, avant de s'adresser à Galaad en le saluant à la manière des marins. Chevalier Lucis, heu...Il ne sut quoi dire au pauvre bougre. Bonne chance. Si jamais nos routes se recroisent, enfin, tu sais... Bref, je suis dans le coin pour un moment alors... A bientôt.

Alors qu'il agrippait les premières prises, Sasha émit un grognement contrarié. Depuis quand avait-il décidé de jouer les confidents pour les âmes en peine ?! (Du moins celles qui ne possédaient pas de pulpeuses formes et la promesse de passer une nuit torride en bonne compagnie) Le marin à l'existence nomade n'était pas du genre à chercher des attaches, encore moins avec des individus condamnés en pleine phase de déni.

- Tu te ramollis mon vieux, être loin de tout ne te réussit pas on dirait.

Et parce que rien ne lui réussissait, la pierre érodée sous le pied droit de Sasha s'effrita et il perdit son appui. Il descendit trois mètres en un éclair, se rappant allégrement les doigts et le torse sur la roche, avant d'enlacer fermement une piquante et fournie branche de pin, suspendue à quinze bon pieds du sol. Lorsque l'intense adrénaline d'une mort imminente eut quitté ses veines - ce fut assez rapide, question d'habitude - l'Aspirant se laissa aller à un autre grondement exaspéré, se demandant comment allait justifier son état auprès de l'Instransigeante Maury Syph le lendemain. Puis, il se résigna à appeler à l'aide.

- Hum... Excusez-moi ? Galaad ? Elérion ? La branche émit un craquement. L'Aspirant serra les dents. Messieurs, je crois que notre soirée n'est pas encore tout à fait terminée...

    



Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 28 Sep 2014 - 15:01 Répondre en citantRevenir en haut

Elérion ferma son esprit à toute intrusion malencontreuse de la part de l’Aspirant. Sasha possédait réellement un esprit très sensible. Sa liberté de transmission semblait indisposer le Bronze. Trop d’émotions d’un coup, venant surtout de la part d’un étranger, ne lui plaisait pas du tout. Il ne portait aucun grief contre le jeune homme. Malgré cette absence d’animosité, ce rapport émotif devenait trop intime pour un dragon habitué à ne côtoyer, presqu’exclusivement-, son propre Lié. En l’occurrence, son Lié, c’était moi. Et à l’heure actuelle, je me retrouvais un peu à l’état de loque cérébrale. Secoué par les derniers événements, je ne pouvais que contempler la scène avec des yeux vides.

Dans l’obscurité opaline du Havre d’Argent, le sourire éclatant de Sasha dévoilait des dents d’un blanc presque trop lumineux pour être vraies. J’acceptais ses maladroites salutations, tandis qu’Elérion hochait sa grande tête dans sa direction. Il était temps qu’il parte. Il en avait assez fait. Son intervention avait permis de ranimer le dialogue entre nous, ce qui était déjà un gigantesque pas en avant. Ma culpabilité se rappelait à moi d’odieuse manière, également, puisque j’avais un peu contribué à le mettre en danger. Il m’avait servi de bouclier humain et de souffre-douleur, le tout sans rechigner. Honnêtement, ce type méritait des louanges.

Tandis qu’il s’éloignait, prêt à quitter le perchoir, je tournai mon regard vers Elérion. Le dragon me le rendit sans ciller. Un silence pesant s’installa entre nous. Nos pensées s’effleuraient sans oser réellement s’entrelacer. J’éprouvais soudain la douloureuse envie de me rapprocher de sa peau écailleuse irradiant la chaleur, de poser mes mains et mon front sur le large poitrail, et de me laisser aller. Ne plus penser, ne plus parler. Juste se laisser aller tout contre la bête liée à mon existence. Les flancs d’Elérion palpitaient. Il était nerveux. L’instant sembla s’étirer pendant une éternité…

… Jusqu’à ce qu’une voix familière nous interrompe. Je soupirai. Le charme était rompu. Le contact diffus des pensées du Bronze redevinrent aussi froides que de la glace. Il se détourna d’ailleurs rapidement de moi, pour mieux se préoccuper d’un Sasha en mauvaise posture.

° Que voilà un téméraire compagnon d’infortune ! °

Je frissonnai. Non de peur ni de froid, ni même de plaisir. Ce bref contact télépathique m’avait fait l’effet d’une claque sur le nez. Pas par sa puissance, mais parce que j’en avais presque oublié la saveur de ses pensées, quand elles n’étaient pas hostiles envers ma personne.

° Accroche-toi, Aspirant El’Tiwas. °

Elérion bondit jusqu’au sol, plusieurs mètres plus bas et atterrit lourdement. Sa masse musculaire ne lui permettait pas, surtout dans un endroit aussi étroit, de faire preuve de grâce. Je me penchai au bord, agenouillé. Cette vision me fit sourire. Se dressant sur ses pattes postérieures, le Bronze poussa gentiment le fessier de Sasha, jusqu’à ce qu’il veuille bien s’accrocher aux minuscules écailles cornues de son museau. Il baissa la tête jusqu’au sol, permettant ainsi à l’humain de sauter à terre dès qu’il en aurait l’occasion. Il se permit même un petit trait d’humour.

° Bonne nuit à toi. Tu diras à ta Maîtresse qu’une leçon de vol s’impose. °

Quant à moi, qu’allais-je faire maintenant ? Dormir ici, près d’un dragon qui me pardonnait difficilement mes choix ? Ou entamer une descente tout aussi périlleuse pour regagner ma chambre aux Tours Joyaux ? Épineuse question…


[hrp : Pas de soucis ^^ A une prochaine fois en rp !]



Visiter le site web du posteurMSN
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:53 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu