Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Prise de tête pour têtes de bois Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Yong'Wu Zenghwei
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2012
Messages: 331
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 143
Race: Torhil
Âme Soeur: Nushi
Fonction: Haut-Représentant
Affiliation: Clan Valherien
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 17 Mar 2014 - 03:12 Répondre en citantRevenir en haut

Fin Iolyaku 918.


° N'hésites pas sur celle-ci ! Je suis fatigué de tes trop grandes précautions. °

Yong'wu se tenait dans le val, le haut du corps laissé à l'air libre pour ne pas gêner ses mouvements tandis que le bas était enfermé dans un riche pantalon de soie tombant dans des bottes en cuir. Le côté gauche de son torse ressemblait à un champ de bataille, tout du long se trouvait en tranchée tracée dans sa chair laissant voir la cicatrice d'un coup qui aurait aisément pu le tuer à l'époque. Il portait celle-ci fièrement, se moquant bien que celle-ci rompe le côté esthétique de son corps car lui qui normalement cultivait la perfection tirait une certaine fierté de cet amas de tissus cicatriciels zébrant tout un côté de son corps. Elle montrait qu'en plus d'être de noble lignage, d'avoir des privilèges, de l'or et de l'influence à foison il était aussi un homme à ne pas prendre à la légère lorsque l'on en venait aux armes, voilà aussi pourquoi il avait toujours choisi de s'entraîner au Val, au vu et au su de tous et bien qu'au bout de plus d'une décennie le spectacle était devenu commun pour qui s'y était habitué cela le flattait toujours autant de démontrer ses prouesses à qui voulait l'observer.

° Je ne tiens pas à t'ouvrir en deux comme la dernière fois mais soit, j'irai un peu moins de main morte cette fois ci.°

Yong'Wu fit rouler ses épaules et craquer sa nuque avant de reprendre position; jambes fléchies, un pied vers l'arrière à l'horizontale et l'autre plus au devant pointant vers l'avant, sa main droite tenait vers le bas, fermement mais pas à s'en faire blanchir les phalanges, une lame sans tranchant tandis que l'autre se tenait en travers de son ventre, flottant dans l'air comme pour tenir un bouclier invisible.

Nulle trace de son adversaire jusqu'ici, Yong'Wu restait sur place, oscillant légèrement sous sa respiration. Une fois dans les airs Nushi devenait véritablement invisible; sa robe se confondant en tout points avec l'environnement céleste, sa petitesse de Blanc faisait de lui une créature agile et rapide plutôt que puissante en comparaison de ses frères bruns ou bronzes. Il ne fallut que quelques secondes, la vue ne pouvait convoyer assez rapidement l'information pour pouvoir réagir mais le déplacement d'air caractéristique d'un dragon fondant à travers les courants invisibles était un bon annonciateur.


Yong'Wu pivota sur son pied, tel un danseur, et se repositionna tandis que son bras effectuait un mouvement d'attaque dont le ''clang'' métallique prévint qu'il avait fait mouche. Un sourire satisfait s'étala sur son visage mais ce n'était pas terminé; le blanc tourna dans les airs et fondit directement vers son Lié qui n'en manqua pas une miette. Plutôt que de tenter d'esquiver, il se projeta vers l'avant et attrapa l'une des épines sur le long cou du dragon pour s'y hisser tandis que celui-ci fendait l'air gueule grande ouverte sur ses dents de prédateurs.


Nushi monta dans les airs à vitesse grand ''V'' pour faire tomber le parasite sur son dos mais voilà déjà que le chevalier était sur le crâne de celui-ci et pointait son arme vers l'oeil du dragon avec un sourire amusé ; il ne suffisait que d'un coup et l'enfant de Flarmya aurait été borgne. Venant se poser au Val il laissa Yong'Wu sauter à terre avant de fixer celui qui lui permettait de vivre.

« Encore un peu et je me démettais l'épaule, je pense qu'à force mes bras s'habitueront à cet exercice. »

Le Torhil rangea la lame d'entraînement dans le fourreau à son côté avant de retirer un chiffon d'un blanc immaculé qui était attaché à sa ceinture pour le passer sur son visage en sueur. Il n'y avait que peu de temps qu'ils avaient mit au point cette technique d'où son état de fatigue musculaire après seulement trois essais. Mais chaque fois il devenait plus habile et là était tout ce qui comptait; la réussite, la... perfection.

° ça n'en reste pas moins dangereux. Je t'avoue avoir peur de te blesser, si tu n'étais plus là je serai condamné et je ne tiens pas à perdre mon Lié, Yong'Wu. °

Replaçant le chiffon à sa ceinture, Yong'Wu fit volte-face pour fixer directement le blanc dans les yeux et lui offrir un sourire confiant. Il respirait de cette assurance propre aux guerriers bien entraînés, après tout, à deux ils avaient connus la guerre des Kaerls et en étaient sortis vivant envers et contre tout ce qu'ils avaient pu rencontrer sur le champ de bataille.

« L'échec n'a pas sa place ici. Je ne faillirai pas Nushi, montre toi donc confiant en mes capacités et n'hésites pas à mettre l'agressivité nécessaire la prochaine fois. »

Le Dragon tourna légèrement la tête, il sentait quelque-chose mais n'avait pour l'instant pas jugé bon d'en informer son Lié tandis que celui-ci s'était dirigé vers une table sur laquelle était posée sa tunique brodée de fils d'or. Toujours si bien habillé, c'en était presque ridicule à force.



Publicité





MessagePosté le: Lun 17 Mar 2014 - 03:12 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Mave Arkias
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 25 Mar 2014 - 04:28 Répondre en citantRevenir en haut

C'était immense. Mave ne cessait de se le dire depuis qu'elle était arrivée. Elle qui souffrait de sa petite taille se voyait renvoyer au visage son complexe à chaque pas qu'elle faisait au kaerl. Les couloirs, les salles, même cet arbre au Val était gigantesque ! La Torhille porta son regard sur ses feuilles cuivrées et sur les nervures de son tronc.

La forgeronne qu'elle était et qu'elle serait toujours malgré ce qui l'attendait ne connaissait pas un ciseleur capable d'exécuter les motifs fins qu'elle percevait en ces feuilles si particulières. Oui, elle s'attardait sur ce genre de détails fins malgré son apparente grossièreté – sûrement la force de l'habitude. L'art de la forge pouvait sembler grossier pour qui n'en connaissait pas les subtilités, certes, mais l'ornement des armes faisait aussi partie de ce travail et en cela la ciselure se révélait un art à part nécessaire. L'Aspirante n'y avait jamais excellé, la finesse et la patience que cela exigeait étaient encore trop important pour son caractère bien peu tempéré. Pourtant, si cet incident avec le marchand n'était pas arrivé et si Yuma n'était pas venue la chercher, Mave aurait du obtenir son statut de maître forgeron dans l'année.

Mais elle ne le regrettait pas, son village natal l'étouffait et les perspectives que ce monde lui offraient étaient bien trop tentantes. Même si ses poumons gorgés de sulfures et autres oxydes – matière ayant tapissé ses muqueuses au fil de ses années de pratique dans l'air viciée d'une forge sans cesse en activité – n'étaient pas encore habitués aux lieux, Mave appréciait cet endroit que l'on appelait le kaerl ardent. Tout y était grand, brûlant, oppressant parfois, grand bien lui fasse. En ce lieu, elle pourrait réellement évoluer vers ce respect et cette crainte qu'elle comptait bien imposer à tout à chacun ici-bas. Un jour, personne n'oserait-même songer à la défier.

Un instant, son regard bleu se posa sur ses mains usées de travailleuse. Sur ses bras de nombreuses brûlures marbraient le teint mat de sa peau. Ces stigmates, elle ne les avait ni cachés ni exhibés. Ils étaient là et faisaient partie d'elle, comme un avertissement à quiconque voudrait mettre sa volonté à l'épreuve. Ils étaient la preuve que ses expériences n'étaient pas inexistantes et que, comme les bonnes armes, la Torhille se forgeait à force de coups.

Mave n'oubliait rien mais pour l'heure elle aurait voulu s'échapper de ses pensées et ne plus songer à sa vie en Undòmë. Rien que de penser à cet état de faiblesse l'habitant, l'Aspirante serra les poings et les dents en reprenant sa marche. Elle se désintéressa de l'arbre pour observer un dragon blanc dont elle s'était approché au fur et à mesure. La Torhille en était encore à une vingtaine de pas mais, continuant sa route sans autre but précis que celui de se familiariser aux lieux, elle s'attarda et ralentit pour l'observer.

Son « maître dragon », comme on appelait ces maîtres d'apprentissage, lui avait parlé des différentes couleurs de dragon mais pour autant elle en connaissait bien peu sur ces êtres de légende. Leur taille, leur force, leurs pouvoirs, leur lié, comment tout cela était-il défini ? Toute à sa fascination curieuse un grondement sourd la fit sursauter. Par réflexe et faisant fi de son appréhension elle répondit par un regard agressif. Elle aurait pu en grogner à son tour mais se contint. Il était le premier dragon blanc qu'elle croisait, elle qui était arrivée au kaerl il y a peu de temps. Il était normal qu'elle l'observe, qu'elle apprenne les us et coutumes de cet endroit, mais qu'on ne compte pas sur elle pour courber docilement l'échine au moindre mouvement d'humeur d'un de ses aînés ou supérieurs, pas même s'il portait une robe d'écailles.

Cependant à ne pas regarder devant elle, marchant d'un pas martelé et peu féminin comme à son habitude, il n'y avait rien d'étonnant à ce que la Torhille viennent violemment heurter un autre protagoniste présent ici. Lorsqu'elle releva vivement la tête vers ce qui avait stoppé net sa marche, ce ne fut certainement pas avec le respect et la confusion dont elle aurait du faire preuve. Un Torhil, grand lui au moins, se dressait là. Allait-il lui aussi mépriser sa petite taille comme le faisaient si bien ses cousins et la traiter de bâtarde demi-sang ? Mave n'attendit même pas de savoir quelle lueur brillerait dans les yeux du Chauve. Déjà son regard à elle s'étrécit et ses sourcils se froncèrent. Droite de toute sa hauteur, fière et les poings serrés, il était clair qu'elle ne comptait pas s'excuser.

« Tu ne peux pas faire attention ? s'exclama-t-elle avec agressivité. »
Yong'Wu Zenghwei
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2012
Messages: 331
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 143
Race: Torhil
Âme Soeur: Nushi
Fonction: Haut-Représentant
Affiliation: Clan Valherien
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mar 25 Mar 2014 - 18:16 Répondre en citantRevenir en haut

C'était une bonne journée, Yong'Wu en avait presque un sourire aux lèvres. Il sentait dans ses muscles en feu la force qui grandissait du fait de ses constants exercices au Val avec son Lié, parfois il lui arrivait de se laisser aller à apprécier tout simplement le fait d'être en vie. Moments rares dans lesquels son esprit n'était plus perturbé par sa quête de puissance et de reconnaissance, le simple fait de respirer l'air chaud environnant était presque magique mais sa bonne humeur se tarît, tout comme un fleuve frappé par une canicule trop longue et trop rigoureuse.

Nushi l'avait averti mentalement avant que tout cela n'arrive, le Blanc veillait toujours sur les arrières de son Lié bipède. Et même si ce n'était pas un danger à proprement parler, Yong'Wu, senti ses muscles se tendre une seconde à peine avant qu'on ne le bouscule. Par dessus tout, le chevalier de la maison Zenghwei détestait les contacts physiques au même titre que l'irrespect envers sa personne. Il bougea à peine du fait de sa micro préparation et de sa masse mais le simple fait que quelqu'un l'avait touché venait d'allumer le volcan qu'était son coeur, propulsant cette lave sanguine dans ses veines.

°Porteuse du don. Non Liée. Inconnue.°

Pas d'informations superflues, ces informations qui n'étaient en rien difficile à savoir pour le Blanc étaient avant tout là pour empêcher Yong'Wu de rosser l'imprudente dés le premier regard. Si elle portait le don, n'était pas Liée et inconnue elle était donc une nouvelle aspirante sous la tutelle d'un maître quelconque et Yong'Wu n'avait vraiment pas envie d'avoir un maître frappant à la porte de son Weyr durant la nuit pour lui toucher deux mots. Non pas qu'il eu peur des gens ou de la confrontation, il ne voulait tout simplement pas qu'on le dérange, surtout pas pour des affaires aussi triviales qu'une correction bien méritée.

Ses doigts s'étaient dépliés du manche de l'arme d'entraînement et avec une lenteur empreinte de colère il se retourna pour fixer la petite chose qui lui criait dessus. Ses yeux, tels deux puits sans fond d'un noir abyssal étaient rivés, sans ciller un seul instant dans ceux, bleus, de l'aspirante. Cette chose avait osé lui adresser la parole, ça avait osé le toucher et maintenant ça s'en prenait à lui ? Son esprit criait au meurtre mais il eu tôt fait, grâce à sa discipline mentale de fer, d'atténuer la rage qui coulait en son sang.

Mais en rester là, en sommes toutes muet face à une telle injure n'était pas non plus dans son caractère. Sa main se jeta sur la mâchoire de l'aspirante, qu'il saisit sans ménagements et sans considérations face à une quelconque douleur. Il n'y mettait cependant presque aucune force, s'il l'avait voulu il lui aurait disloqué les mandibules mais une fois encore l'image d'un sommeil perturbé lui avait ôté cette envie de la tête. Sa voix, pleine d'acide, ronronnant de danger et d'agressivité sorti d'entre ses lèvres.

« Tu vas t'excuser maintenant, chose. Apprends à connaître le Kaerl avant d'ouvrir ce cloaque qui te sers te bouche. »

Il la poussa comme si elle n'était qu'un fétu de paille tandis qu'un tic nerveux soulevait le côté droit de sa lèvre supérieure sous l'envie oppressante de tuer. Mais il n'en avait pas fini, si cela n'avait été qu'une bousculade avec excuses gênées d'une personne il n'aurait pas été plus loin. Non, cette créature avait en prime osé l'apostropher, lui, utiliser la deuxième personne du singulier en lui parlant qui plus est. Et le tout en lui faisant un reproche face à une chose dont il ne ressentait aucune culpabilité. L'un de ses poings s'était serré, faisant entendre le craquement sec des articulations, avant de se relâcher et il fit deux pas en direction de l'animal à deux pattes.

« Tu n'es strictement rien ici, pas même digne de fouler ce sol. Un mot à l'écart et je te fais exécuter pour apprendre la discipline aux autres insectes dans ton genre ! Réfléchi bien aux prochaines paroles qui sortiront de ta bouche. »

Nushi posa une patte en face de son Lié pour l'empêcher d'aller plus avant et abaissa sa tête cornue vers l'aspirante. Ses yeux étaient passé du calme opale et tiraient maintenant vers un rouge orangé. La bête qui était plus petite en taille que les autres des siens restait tout de même immense face à l'espèce bipède qui rampait sur ce monde. La voix glacée du blanc retentit dans le don, s'adressant à l'aspirante tout en sachant que son Lié pouvait l'entendre. Leur relation était à ce point fusionnelle que le mot âme soeur n'était plus qu'une pâle description d'une chose bien plus profonde.

° Qui est ton maître, Torhile. Parle maintenant et avec respect. °

Yong'Wu avait grimacé une brève seconde devant l'intervention de son Lié avant de reprendre son masque habituel de froide arrogance, ses yeux par contre en disaient long sur ses intentions belliqueuses. Il resta néanmoins derrière la patte du blanc.



Mave Arkias
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 28 Avr 2014 - 05:03 Répondre en citantRevenir en haut

Le regard, les muscles, Mave avait vu apparaître en cet homme les principales mécaniques propre à l'irritation que provoquait en général son comportement. L'impudente attendait de voir la main se lever pour tenter de lui asséner un gifle qu'elle éviterait de toute façon mais comme chaque fois elle contractait les mâchoires au cas où... Il lui était déjà si souvent arrivé de sous estimer un étranger dans son village natal et même si elle avait pu rendre les coups, en recevoir n'était jamais très agréable. Cela lui fut salutaire. La Torhille écarquilla un bref instant les yeux de surprise en sentant une main puissante la saisir. Elle n'avait pas vu le coup venir et pour dire vrai jamais elle n'avait vu une telle façon de se saisir des gens. Bien vite son agressivité monta d'un cran. Incapable de mordre la main étrangère, d'articuler le moindre son et trop fière pour laisser entrevoir le plus petit signe de souffrance, Mave n'eut pas le temps de porter ses mains à cette poigne que déjà elle se faisait jeter.

Le geste la fit reculer de deux pas, presque trois. Elle ? S'excuser ? Ce n'était pas prêt d'arriver ! Pour qui se prenait-il, ce mignon enguirlandé ? Il avait un peu de force, et alors ? N'importe quel torhil de cette carrure aurait pu en faire autant. Mave n'écouta pas cette petite voix lui soufflant qu'il était plus rapide que d'autres torhils de telle stature et qu'un dragon blanc aux yeux oranges se tenait près de lui.

Tandis qu'elle se redressait en combattant furieusement tant l'envie de se frotter la mâchoire que celui de sauter à la gorge de ce pompeux personnage, lui déballait son deuxième flot d'insultes au regard de l'Aspirante. Mave conserva son regard braqué sur lui, laissant ses prunelles décharger sur le Torhil toute la colère qu'il faisait naître en elle. Trois mots avaient marqué son esprit : « chose », « rien » et « insecte ». La petite Torhille serra les poings et se mit à trembler de rage par intermittence. Elle n'allait pas se laisser traiter de la sorte ! Comme si des menaces de mort allaient l'intimider, elle n'aurait pas eu assez de ses doigts et de ses orteils pour compter ceux ayant déjà proféré de tels mots à son encontre, pourtant elle était toujours en vie.

Seule l'intervention du dragon la refroidit légèrement mais dès qu'elle posa de nouveau ses yeux sur l'être qui la prenait de haut, toute notion de demi-mesure dégringola. Le respect se méritait et mis de côté la petite pointe de vitesse ayant ouvert les hostilités, rien ne poussait Mave à faire preuve de cette chose envers ce bonhomme. Surtout pas alors qu'il semblait prêt à la juger sur celui qui avait en charge son aspiranat.

« Je suis Mave Arkias, pas mon maître ! Je ne compte pas sur son statut pour m'aider en quoique ce soit, lança-t-elle à l'adresse du dragon avant de reporter son attention sur le Torhil. Tu te prends pour qui, exactement ? Je n'ai pas de respect à avoir pour un fanfaronnard enguirlandé telle une servante d'Eurylia un jour de fête, gronda-t-elle en levant un doigt bien impoli vers le chevalier. Je devrais m'excuser en prime ? Essaie donc de me punir pour voir !

Un mouvement d'emportement la fit s'approcher mais elle se heurta à la patte du dragon. Il n'aurait pas été là, la Torhille en aurait décousu directement avec le chevalier la surplombant. Mais non, elle se méfiait du blanc - à juste titre peut-être. Quoiqu'il en soit elle ne courberait pas l'échine devant lui. Les sourcils froncés et les dents serrées, l'Ardente fusillait le Chauve du regard, prête à montrer les crocs. Elle n'en démordait pas.

-Je ne m'aplatirai jamais devant vous, siffla-t-elle entre ses dents en fixant tour à tour le dragon et son lié. »
Yong'Wu Zenghwei
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2012
Messages: 331
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 143
Race: Torhil
Âme Soeur: Nushi
Fonction: Haut-Représentant
Affiliation: Clan Valherien
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 1 Mai 2014 - 01:41 Répondre en citantRevenir en haut

° Serait-elle une innocente ? °

La voix mentale, moqueuse et rieuse du blanc vint dans le crâne de Yong'Wu, lui décrochant un très léger sourire pour l'occasion. Yong'Wu tout comme son Lié, détestait qu'on lui manque de respect et encore plus quand les gens continuaient de s'enfoncer dans leur erreur par une trop grande arrogance ou simplement par la fougue de la jeunesse, le fait était qu'ils avaient en face d'eux une petite femme qui serrait les poings et tentait de faire la forte. La question se posait donc; ses capacités intellectuelles étaient-elles amoindries par quelque défaut génétique ? Ou alors elle était simplement folle, ça existait des gens comme ça au Kaerl... hélas...

La comparaison avec la servante d'Eurylia ne manqua cependant pas de le faire éclater de rire, malgré l'irrespect que contenait ces mots. La mise au défi qui suivit lui fit retrouver un certain sérieux bien que ses lèvres restèrent à moitié dans un sourire, le dragon quant-à lui n'avait pas bougé d'un poil, faisant toujours bloc entre les deux bipèdes.

« Tu t'aplatiras et tu me respecteras chose. J'avoue que tu m'es amusante pour cette petite répartie bien acide de ton cru, qui je n'en doute pas; amuse encore plus que moi les membres bouseux de ta famille et de ton village natal. »

Il laissa une légère pause pour voir la façon dont elle allait réagir s'inscrire sur son visage mais avant même qu'elle ne puisse ouvrir la bouche il continua sur sa lancée pour la couper en plein élan et la pousser à la réflexion. Si toutes fois c'était chose possible qu'une telle créature arrive à faire fonctionner l'un de ses neurones.

« J'ai participé à la grande guerre des ordres alors que tu n'étais pas encore née, j'ai tué maints chevaliers dragons de notre ordre et d'autres, alors sache, petite fille, que je n'aurai aucun scrupules à te séparer de ta tête si tu continues de me parler sur ce ton. À genoux, maintenant, et j'éviterai de t'apprendre la politesse par la douleur. »

Le petit scintillement d'humour dans les deux billes noirs qui lui servaient d'yeux s'était éteint lorsqu'il avait amorcé ces mots. Son visage devenant un masque de marbre représentant une froide dangerosité et faisant écho à quelques statues datant d'autres âges qui se trouvaient à l'intérieur du Kaerl. Il était aisé de faire la relation pour qui avait l'oeil, mais peut-être n'avait-elle tout simplement pas porté attention aux détails, peut-être était-elle encore trop émerveillée par cet environnement fait de dragons.

Le blanc pencha sa tête vers l'aspirante et expulsa avec bruit l'air de ses naseaux pour lui souffler sur le visage. La gueule dentée du draconien était maintenant au niveau de celle de la Torhile, lui enlevant Yong'Wu de la ligne de vue pour remplir celle-ci. Des fourreaux de chair qu'étaient ses pattes sortirent lentement des dagues d'un noir luisant pour ponctuer cette mise en garde n'ayant aucunement besoin que des mots y soient ajoutés. Yong'Wu passa une main sur le cou de Nushi et fit le tour pour se tenir à côté de lui et toiser la petite chose de toute sa taille. Une bourrasque de vent, comme si cet élément se prêtait au jeu, vint écarter l'un des pans de sa tunique pour révéler l'atroce cicatrice qui barrait l'entièreté du côté gauche de son torse. Une tranchée dans sa chair montrant que malgré ses airs raffinés et les soins prodigués à son corps ; il n'était nullement l'un de ces nobles qui se reposait sur un tas d'or.

Sa voix se fit légèrement plus douce mais d'une douceur annonçant l'orage, le ronronnement d'un prédateur avant que celui-ci ne bondisse sur sa proie. L'homme était un danger sur pattes pour qui n'était pas averti et bien qu'il fut resté dans les ombres durant des années il se mêlait maintenant à la vie du Kaerl et ne manquait pas de faire connaître son nom.

« Tu es aspirante en ces lieux. Que tu mérites ou non ce titre tu en es détentrice, agit donc comme tel et respecte la hiérarchie. C'est un conseil que je t'enjoins à suivre, petite fille, car si tu continues sur ce chemin tu auras bien des gens qui voudront ta tête et je peux t'assurer que je serai l'un d'eux. Ce ne sera pas aujourd'hui ni demain, mais peut-être dans un mois, dans dix ans voir plus. Je suis d'une patience infinie mais je n'oublie jamais. Le nom de ton maître maintenant, et fait vite; tu as beau m'amuser j'ai bien d'autres choses à faire que de discuter avec une paysanne à peine débarquée de sa ferme. »



Mave Arkias
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 15 Sep 2014 - 01:10 Répondre en citantRevenir en haut

« La seule chose ici c'est toi ! s'était-elle époumoné dans un accès de rage.

Son beau discours n'enchantait guère les oreilles de la Torhille. Il pensait sérieusement l'impressionner, là ? Ne pouvait-il comprendre que si son allure même n'attirait pas le respect de la petite Mave, ses quelques hauts-faits n'auraient pas beaucoup plus de poids ? Avoir besoin de claironner ses actes passés – qui ne lui disaient rien au passage – et s'asseoir dans des lauriers périmés pour réclamer un peu de reconnaissance...rien ne méritait plus de mépris aux yeux de la jeune ardente. Ses menaces se creusaient et Mave ne leur accorda pas plus de crédit qu'à celles tant de fois proférées à son encontre par des êtres du même acabit que le prétentieux la surplombant.

- Un boucher aussi occit des bêtes que l'on nous dit proches, il n'y a pourtant aucune gloire à faire preuve de bon sens en tuant des êtres faibles qui n'ont pas la jugeote de se défendre *sinon ceux dont tu me parles seraient en vie et, toi, pas sur mon chemin*. Il faudrait que je te félicite et que je fasse des courbettes pour avoir agit en bon louchébème ?

La tête du blanc vint mettre fin à sa tirade avant qu'elle ne dépasse les bornes. Son regard dur, en échos à ses mots, se planta dans celui de braise du dragon. Mave s'efforça de ne pas ciller quand le souffle lui arriva en plein visage. Pure provocation. Elle ne réagit pas beaucoup plus lorsqu'il dévoila sa dentition et sortit ses griffes. Hors de question de montrer la moindre once d'angoisse, ça leur ferait trop plaisir ! Mave délassa quelques instants ses doigts avant de serrer des points plus coléreux que jamais. Revoilà le grand dadais qui jouait les grands seigneurs !

Mave perdit d'un coup en crédibilité quand une bourrasque lui venant de dos lui renvoya sa chevelure folle. Une mèche plus audacieuse que les autres lui claqua dans l’œil, obligeant la Torhille à ciller un bref instant. Elle passa une main rageuse dans sa crinière pour dégager son visage en grognant, dévoilant un air d'autant plus contrarié tandis que ses prunelles bleutées se teintaient de givre. Son embardée capillaire lui avait au moins permis de cacher son léger étonnement en apercevant la cicatrice du Torhil... A bien y réfléchir, il était fort probable que cela ne fut que le fruit d'une mésaventure « infantile ». Elle en avait vu des cicatrices, plus ou moins jolies, mais avait toujours été incapable d'en dater l'apparition. D'ailleurs, il avait quel âge ce « vétéran » ?

Elle ne se laissa pas apaiser par le ton presque doux de sa voix. Tout en lui transpirait l'antipathie. L'Aspirante se sentait vexée de ne pas être prise au sérieux, d'avoir l'impression de déceler une lueur d'ennui dans le regard de l'Ardent. Mave se sentait bouillir. Toute trace de prudence avait disparu. Elle n'allait pas continuer à se laisser insulter quand même ! C'est tremblante de rage face à sa dernière pique que la Torhille explosa d'une voix grondante.

- Quel respect mérite un homme ayant besoin de claironner ses actes « glorieux » pour asseoir sa présence ? Tu n'es rien de plus qu'un nobliau ayant eu la chance d'avoir le Don. Sans ton dragon tu ne serais rien ! J'ai déjà eu le temps d'en voir des « chevaliers » à l'allure de tumeur sur lesquels sont obligés de veiller leur lié. C'est marrant comme cela semble te correspondre. (Mave avait laissé son regard dériver sur le blanc à cet instant avant de reporter son regard sur l'être la jaugeant.) Tes menaces ne sont que du vent ! »

Mave poussa alors le Torhil dans un geste brusque. Il ne recula que d'un pas. Certes, elle n'avait pas voulu le faire tomber, juste lui montrer plus explicitement qu'il ne l'impressionnait pas, que ses menaces ne prenaient pas corps. Un grondement sourd retentit. Mave ne s'était pas rendu compte du silence qui s'était fait autour d'eux. Elle s'était contentée de grogner à son tour sur le dragon, le mettant au défi de prouver ses dires en venant au secours du bipède. L'attention de la Torhille était ensuite revenue au chevalier qui semblait ne plus s'ennuyer. Il avait l'air d'un coup beaucoup plus sérieux. C'était inquiétant mais excitant à la fois. Peut-être que si elle l'énervait suffisamment elle verrait s'il méritait son respect ou non. Enfin autre chose que de la parlotte !
Yong'Wu Zenghwei
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2012
Messages: 331
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 143
Race: Torhil
Âme Soeur: Nushi
Fonction: Haut-Représentant
Affiliation: Clan Valherien
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 15 Sep 2014 - 18:23 Répondre en citantRevenir en haut

Il avait légèrement haussé un sourcil, petit à petit tandis que la petite chose qui se tenait en face de lui continuait dans ses outrages. Si cela aurait pu passablement l'amuser durant quelques minutes Il commençait à se lasser à toute vitesse, le sourcil atteint son pic marquant la fin de sa patience.

° Elle est folle ? °

Nushi se posait réellement la question tandis que le petit sac de viande ramenait ses cheveux vers l'arrière en tentant de montrer les crocs. Tout deux avaient l'impression d'être menacés par un chaton ce qui la rendait d'autant plus ridicule à leurs yeux. Maaaais hélas pour la petite Torhile, Yong'Wu n'était pas réputé pour sa patience en ce genre de situations, si Nushi se montrait plus ''mesuré'' à l'habitude il pouvait néanmoins ressentir l'envie du saurien d'ouvrir cet animal en deux et de le regarder crier tandis que ses tripes se répendaient au sol...

Le tout était de la pousser à faire le premier pas et de là ils n'auraient plus les poings liés. Yong'Wu avait tenté de se montrer conciliant ou tout du moins beaucoup moins abrupte qu'à l'accoutumée simplement parce que celle-ci était une femelle. Mais là elle dépassait franchement les bornes, le sourcil se baissa et les paupières se serrèrent. Encore un peu et il pourrait presque sortir de ses gonds !

° J'en ai bien l'impression. °

Bien c'était assez, il se serait contenté d'une remontrance puis de payer quelques gros bras par la suite pour la ravager encore et encore mais là...

Là elle venait de le pousser, de poser sciemment la main sur lui, de salir son être avec sa chair indigne. Il vit rouge, ses lèvres s'ouvrirent sur des dents effilées et alors qu'il avait reculé par réflexe sous le petit coup de paume il s'avança d'un nouveau pas rageur, le blanc lui laissant libre passage cette fois.

Le Torhil n'était en rien l'un de ces nobliauds qui restaient à grossir dans leurs demeures. S'il aimait la bonne nourriture et la bonne boisson il n'en restait pas moins un être martial de base et mentalement. La main gauche jaillit, saisissant la petite créature à la gorge et la comprimant juste assez pour empêcher presque tout l'air de passer dans sa trachée tandis que le poing droit s'enfonçait dans le ventre de la petite.

“Sale petite PUTE ! Crois-tu que nous soyons encore dans ton monde de chiens ? Je vais t'apprendre ce qu'il en coûte d'oser me toucher !”

Son genou s'occupa de lui faire perdre l'équilibre en la frappant au ventre, sa taille lui aurait permi de lui briser les côtes avec le dit genou mais il n'avait pas envie de lui briser des os. Abîmer sa chair serait suffisant pour cette leçon. Nushi se contentait de regarder, les cicatrices qui zèbraient presque l'entièreté de son corps étaient un témoignage de son âge et de son expérience du combat, il ne comptait cependant se mèler que si son Lié était en danger. Jusque là cela ne regardait que les bipèdes et il fallait bien l'avouer ; il prenait son pied à voir ce petit animal être mis à mal.

Le Torhil la jetta au sol et posa son pied sur la mâchoire de la chose, la toisant de sa hauteur. Sa voix n'avait plus rien à voir avec tout à l'heure ; maintenant elle ne contenait plus aucune autre émotion que la haine, il appuya un peu avec son pied presque jusqu'au point de rupture.

“Qu'est-ce que tu croyais hum ? Tu croyais vraiment pouvoir t'en tirer en m'insultant ? MOI ?! Je suis le futur seigneur de ce Kaerl espèce de trainée ! Tu viens de te faire l'ennemie d'un des êtres les plus puissants de l'ordre et pour t'apprendre à ne plus te montrer aussi chienne avec un supérieure je vais t'inculquer une leçon pour laquelle ton maître me remerciera sans aucuns doutes !”

Il enleva son pied avant de l'envoyer à plat sur les côtes de la créature, sa main se saisissant d'un poignard. Il s'accroupit avec une célérité dérangeante pour sa taille et sa masse tandis que son autre main forçait la bouche de la Torhile à s'ouvrir.

“Je vais te couper et donner le morceaux aux porcs. Si tu bouges trop tu perdras des dents alors je te laisse le choix, Catin, lutte et plus un seul chien ne voudra prendre ta bouche ou alors laisse toi faire et prends cette punition.”

La lame s'approcha, ses yeux veillaient à ce qu'aucune attaque ne soit repérée. Il allait lui ôter la langue et il allait y prendre un très grand plaisir...



Mave Arkias
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 16 Sep 2014 - 13:14 Répondre en citantRevenir en haut

La réaction vive de ce grand dadais la surprit. C'était le cas de le dire. Suffoquant et les yeux écarquillés, l'Aspirante ouvrait la bouche en tentant de respirer. Peine perdue. Même les sons étaient bloqués tandis que ses mains s'escrimaient sur celle du colosse. Comme si cela ne suffisait pas un poing vient la cueillir dans l'abdomen. Seule la prise sur sa gorge l'empêcha de se plier en deux et Mave serra les dents pour contenir une plainte qui n'aurait jamais pu prendre forme. La douleur s'estompait tandis qu'elle bandait ses muscles, contre leur gré, en prévision d'un autre coup. Ah ça ! Il était rapide l'animal ! Et plus costaud qu'elle ne l'aurait cru !

Mave ne semblait cependant pas résolue à courber l'échine aussi facilement. La douleur n'était que passagère et le respect qu'imposerait sa hargne valait bien quelques ecchymoses. La voix qui vint percer le brouillard que commençait à devenir sa conscience sous l’asphyxie eut pourtant le mérite de lui donner un regain d’adrénaline. La Torhille manquant d'allonge de ses bras et ne pouvant user de ses mâchoires tenta d'atteindre son adversaire par des coups de pieds rageurs. Déjà qu'elle avait l'impression que ses jambes étaient faites en coton en l'instant présent, que devait-il sentir, lui ? Cette impuissance n'eut pas le temps de la faire rager d'avantage qu'un coup de genoux coupa court à tout mouvement de sa part.

Elle aurait voulu se recroqueviller sur elle-même pour accuser le coup et laisser s'estomper la douleur. Elle était capable de le supporter ! Elle pouvait même rendre les coups ! Il ne lui en laissait pas le temps. Pourquoi l'aurait-il fait en fait ? En combat comme dans la vie, l'avantage était au plus fort, au plus rapide, bref, au meilleur. Elle n'avait cependant pas pour habitude d'être destituée de son piédestal. La petite Torhille avait toujours su s'imposer, pourquoi cette fois cela n'allait pas comme d'habitude ? Elle eut un pensée pour sa première entrevue avec Chahine...il avait été amusé par une enfant. Aujourd'hui, c'était en adulte qu'elle prenait les même risques, continuellement.

Aller ! Bouge-toi ! Tentait-elle de se motiver. Mave s'était tellement souvent lassée des petites frappes de son village, avait si souvent souhaité progresser, devenir plus forte, provocant toujours plus pour se forger. En cet instant, elle songeait que peut-être elle avait titillé trop fort pour elle. Mais cela était quand même inacceptable pour l'esprit encore étriqué de la jeune fille. Elle croyait encore qu'elle pouvait renverser la situation et c'est bouillante d'agressivité, étouffant toujours plus, qu'elle se débattait comme un beau diable jusqu'à ce qu'il la jette à terre.

L'Ardente respira goulument et s'appuya sur ses bras, entamant un mouvement de redressement pour repartir à l'assaut quand le pied du Torhil vint lui écraser la mâchoire. Le gémissement plaintif qui lui échappa trahit la douleur qui était la sienne. Le poids de cet imbécile exerçait une pression incommensurable sur l'os qu'elle sentait prêt d'exploser. Poussant, tirant, s'arcboutant, la Torhille peinait et demeurait prisonnière de cette masse qu'elle n'arrivait pas à faire bouger d'un centimètre ! Ce qu'il était lourd !

Peut-être aurait-elle dû ressentir de la peur. Cette pensée l'effleura un instant. Mave n'avait jamais peur, c'était une agressive constamment sur la défensive qui avait le don pour trouver le mot de trop l'attirant dans des situations inextricables comme celle-ci. Ses dernières frayeurs dataient d'un temps bien lointain, elle jugeait ces sentiments enfantins et inutiles et ne se permettait qu'un peu d'angoisse tout au plus.

Pourtant elle dû bien reconnaître que la boule lui serrant le ventre quand il aborda le sujet d'une « leçon » n'était en rien due à une douleur quelconque. Elle se débattit de plus belle. La soumission n'était pas dans sa nature et cette situation était des plus désagréables. Qui pouvait bien désirer être réduite aux pieds d'un homme, totalement exposée et à sa merci ? Pour Mave la composition de cette scène était tout bonnement révoltante !

A peine la pression sur sa mâchoire disparue, la Torhille tenta de rouler pour se remettre sur pied et se soustraire à une nouvelle soumission. Le coup qui lui percuta les côtes lui arracha un cri de douleur et stoppa net son action. Le souffle court, contenant la douleur lui embrasant la poitrine à chaque respiration, recroquevillée et contractée, Mave résista quand elle sentit une pression nouvelle la contraindre à ouvrir la bouche. On aurait dit qu'il peinait au débourrage une pouliche récalcitrante refusant le mors. Par réflexe elle tenta de mordre, en vain. Il cherchait quoi à la fin !

C'est quand il approcha le poignard et explicita sa menace que Mave se tétanisa. La Torhille se débattait en se contorsionnant en tous sens. Rien à faire. Elle n'arrivait pas à se libérer. Le souffle rendu rauque et court par l'angoisse, le cœur battant la chamade, Mave goütait une peur bien réelle et implacable. Non ! Il devait y avoir un moyen ! L'esprit tournant à vive allure, les yeux furetant, tentant encore de se débattre, hors de question se laisser faire !

Toute à ses réflexions pour le moins vitales, Mave n'avait pas trop fait attention à cette étrange sensation se répandant dans ses veines. A la limite de l'agréable et du désagréable, à la fois brûlant et glacé, cette force inconnue provoqua un frisson le long de sa colonne vertébrale qu'elle accorda à l'angoisse la tenant entre ses griffes. C'était comme sentir une main frigorifiée vous saisir le cœur et avoir le corps à la limite de l'ébullition. Le sentiment s'affirma et pulsa de façon violente dans ses veines comme le géant approchait sa lame. Ça en devenait douloureux et à chaque nouveau battement de cœur elle avait l'impression que cette chose la scarifiait de l'intérieur, lui brulant les veines, lui vrillant le crâne. La douleur était à la limite du supportable quand la peur atteignit son paroxysme.

Tremblante, fiévreuse, l'Ardente ne pu retenir un cri lorsque la lame entra en contact avec sa langue. Plus qu'un cri, c'était un hurlement tant de peur que de douleur lorsque des spasmes violents secouèrent sa carcasse crispée. La force l'habitant venait de se réveiller et l'Ardente perdait conscience comme le fluide pulsait dans ses veines de manière incontrôlable. La tête lui tournait, c'était atroce, incompréhensible. Mave s'était vidée de toute force. Son corps perclus de douleur à cause d'un mal invisible commença à s'engourdir comme elle pouvait enfin se mouvoir. Ses membres tremblants ne supportèrent pas son poids et cédèrent.

Là, face contre terre, reprenant péniblement son souffle, Mave commença à reprendre conscience du monde l'entourant. Des murmures, des cris, le grognement d'impuissance d'un dragon souffrant. Le monde était voilé pour la petite Torhille. Elle crut apercevoir le géant à une dizaine de pas. L'omniprésence de cette menace poussa l'Aspirante à tenter de se relever encore. L'effort l'acheva et son mal de tête reprit. Son esprit fut alors englouti par les brumes de l'inconscience.
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:54 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu