Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] La solitude est un art Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Manea de Cléonor
Aspirante Déchue
Aspirante Déchue

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 91
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 53
Race: Fëalocë
Alignement perso: Chaotique Mauvais

MessagePosté le: Sam 15 Mar 2014 - 01:07 Répondre en citantRevenir en haut

°~°Mi Gaïaku 918°~°

Assise dans une chaise dont le confort laissait à désirer, Manea écrivait. Elle avait sorti un petit carnet relié de cuir, usé, rapiécé parfois, et remplit de page déjà noircie par l'encre d'une plume qui avait aussi connu de meilleurs jours. Ayant pour elle qu'un petit sac de cuir renforcé, elle y avait entassé tous les souvenirs de ses victimes, mais aussi les quelques, peu en fait, habits qu'elle possédait, quelques pièces d'or et des bijoux pour monnaie ainsi que de quoi écrire.

Dans ce petit carnet qui avait donc connu une meilleure existence, elle avait annoté, griffonné, dessiné ce qu'elle avait appris, dans les livres ou par la voix.

Levant sa plume et les yeux de l'ouvrage qu'elle était en train de consulter, elle se remémora son arrivée ici quelques jours plus tôt.




Ils avaient fini par quitter le temple en laissant le reste du brasier se consumer tranquillement. Il ne mettrait sûrement le feu à rien vu l'absence de végétation autour.
Avant de grimper sur le dos de Themos, elle était allée récupérer son précieux sac et en avait sorti une petite couverture de laine. Ce n'était pas bien chaud, mais elle n'avait que ça. Il lui était impossible de se balader avec un lourd manteau. Trop encombrant et visible.

Elle grimpa sur le saurien délicatement, s'agrippant où elle pouvait. Une légère excitation lui chatouillait toujours le ventre, comme une enfant qui découvre la réserve de cadeau avant l'heure.

Elle avait dit oui, bien entendu. Comment aurait-il pu en être autrement. Elle avait consacré sa vie depuis la perte des siens à cette recherche.

Alors qu'elle c'était installé du mieux qu'elle pu, elle du enfilé un long manteau, bien trop grand pour elle, mais particulièrement chaud. L'envie de refuser la tenta, mais la raison l'emporta. Elle était fatiguée et elle ne savait pas combien de temps elle allait rester assise sur le saurien.

Le décollage lui sera néanmoins l'estomac. Jamais elle n'avait imaginé sensation pareille. C'était... Étourdissant... Et elle avait bien fait d'accepter le manteau. Sans lui, le froid aurait eu raison d'elle... Mais ce fut le sommeil qui s'empara de son esprit en premier. Bien au chaud dans le cocon de laine, une fois l’éblouissement du premier vol passé, elle sombra contre lui, se ressourçant jusqu’à la première escale où elle mangea à sa faim et chaud, chose qui n’était pas arrivée depuis quelque temps déjà.

Le reste de la traversée se passa sans autre problème et elle profita du paysage qui défilait sous ses yeux, éblouis. Elle ne pouvait pas prendre de note en vol, mais essayait de retenir le plus de choses lorsqu'ils lui racontaient la vie sur Tol Orëa.

Puis vint la descente dans le volcan, lui arrachant une quinte de toux. C'était désagréable... Mais l'endroit paraissait bien correspondre à l'idée qu'elle se faisait des dragons. Un volcan...

Lorsqu'il l'a conduit jusqu'à son dortoir tout en faisant un rapide tour du propriétaire. Toute heureuse de ce nouvel environnement, elle déchanta bien vite lorsque son maître lui indiqua le dortoir commun. Elle ne montra rien, mais la déception fut à la hauteur de l'enthousiasme qu'elle avait eu jusqu'à présent. Comment pouvait-on entasser ainsi les jeunes gens qui arrivaient ici... Et ça n'allait pas l'aider à se sociabiliser, bien au contraire. Il ne fallait pas qu'elle parle avec les autres... Elle ne voulait pas risquer un accident tragique. Aussi, à peine avait-elle posé ses affaires dans le coffre au pied de son lit qu'elle alla se réfugier dans l'observatoire. C'est ici qu'elle resta tout le temps, ne faisant des pauses que pour manger, dormir et satisfaire les besoins naturels. Et c'est ici qu'elle était en train de mordiller sa plume tout en réfléchissant à son tout ce qu'il venait de se passer.



Publicité





MessagePosté le: Sam 15 Mar 2014 - 01:07 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Ven 25 Avr 2014 - 19:11 Répondre en citantRevenir en haut



A l’heure où le gibier se fait rare, où les ombres s’allongent sur les Dôl Nàrë, le rugissement d’un dragon furieux se répercuta en échos sur les falaises escarpées. Un second rugissement, plus grave et roulant tel le tonnerre, éclata dans la seconde qui suivit. Fuyant un combat perdu d’avance, un Brun malingre s’envola, chassé de son perchoir par un Noir vindicatif. Le dragon aux écailles d’automne avait beau faire trois fois la taille de son congénère, il était plus jeune, plus affamé et, surtout, moins belliqueux. Le sombre mâle, déjà couturé de cicatrices blanchâtres striant son armure d’écailles comme autant de rayures de tigre, ouvrait une gueule rougeoyante en surveillant le vol erratique de son frère. Les autres dragons qui somnolaient, conversaient ou mangeaient dans les environs se désintéressèrent rapidement de la scène. Le spectacle était fini. Et, comble de la déception, il n’y avait même pas eu de sang versé. Dans l’ennui, la peur et la soif de vengeance - sans compter le manque de gibier disponible -, la race suprême des dragons revenait à ses instincts primaires et bestiaux. Un prédateur parfait qui se complait dans la violence.

Observant tout cela depuis sa grotte, Thémos reconnaissait bien là ses congénères. Dragon il était, tout comme eux. Il appartenait à cette grande famille des Enfants de Flarmya. Et il avait beau adopter le caractère insolent et versatile d’un courtisan, qui aime autant les vices que les vertus sans distinction, et qui se moque de tout, un dragon se souvient. Ce comportement chez ses pairs faisait partie des prémices à un plus grand mal qui avait jadis fait chuter les Valherus eux-mêmes : la folie.

Le Bronze s’étira, étendit ses ailes d’une largeur démesurée et plongea dans le vide, laissant le vent s’engouffrer sous son lourd corps de mâle dominant. Il avait une proie autrement plus importante à chasser, que de s’offrir le spectacle navrant de deux dragons se battant pour un coin de soleil. Il survola le quartier marchand autour du Val, utilisant son esprit pour sonder les passants le plus discrètement possible. Il lui suffisait d’une simple caresse mentale pour savoir que celle qu’il cherchait ne se trouvait pas ici. L’Observatoire fut son second choix. Cela semblait logique. Un lieu d’érudition pour une assoiffée de connaissances sur les dragons. Le Sanctuaire de Flarmya aurait été son troisième choix, s’il n’avait pas senti la présence de la fille à l’un des étages de la gigantesque tour. Se posant aux pieds de la bibliothèque centrale du Màr, le Bronze adopta sa forme humanoïde après des étirements lumineux de sa silhouette. Il épousseta machinalement sa veste brodée de fils d’or et monta quatre à quatre les larges escaliers.

Manea de Cléonor s’était installée à l’écart, son carnet ouvert devant elle, une plume à la main. Son air pensif et concentré ne méritait pas d’être troublé par l’arrivée d’un facétieux dragon. Mais Thémos n’était pas venu pour jouer. Il était venu rappeler à la jeune femme ses devoirs, envers son Maître, envers la Triade à laquelle elle appartenait jusqu’à son Empreinte, envers le Màr Tàralöm lui-même. Il était venu l’observer et la jauger, vérifier si elle s’acclimatait à sa nouvelle vie. Le Bronze s’avança silencieusement de quelques pas derrière l’Aspirante. Le visage dans l’ombre, seuls ses yeux dorés luisaient et pouvaient dévoiler sa présence. Un sourire mutin étira ses lèvres fines, sur des dents trop blanches et trop parfaites pour êtres humaines.

- Dédaignerais-tu la compagnie de tes camarades ? Pauvre petite chose !… Les archivistes ont vendus ton petit secret. Nous savons que tu dors à l’Observatoire.



Manea de Cléonor
Aspirante Déchue
Aspirante Déchue

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 91
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 53
Race: Fëalocë
Alignement perso: Chaotique Mauvais

MessagePosté le: Lun 28 Avr 2014 - 23:28 Répondre en citantRevenir en haut

Elle chassa ses souvenirs en secouant un peu la tête. Ça ne servait à rien de penser à tout ça. Il fallait qu’elle reste concentrée sur son objectif d’en découvrir le plus possible. Elle se leva doucement, posa sa plume, et alla parcourir les rayons, les bras chargés des livres qu’elle avait déjà lus, les reposants délicatement à leur place respective avant dans sélectionner d’autre. Les ouvrages étaient lourds, mais elle apporta son fardeau sur la table, les déposants en silence pour éviter de faire trop de bruit. Il ne fallait pas qu’elle se fasse trop remarquer sous peine de se faire virer. Elle avait déjà la chance que l’endroit reste ouvert tout le temps et qu’elle pouvait dormir ici la plupart du temps.

Car oui, elle avait véritablement établi ses quartiers entre les livres poussiéreux. Elle avait choisi une table à l’écart des autres, dans un coin plus sombre, avec pour éclairage la lueur de deux bougies lorsque la luminosité déclinait de trop. Elle avait aussi emmené de quoi se couvrir un peu et poser sa tête pour se reposer. Elle n’avait dormi que deux fois dans le lit qui lui était destiné. La première nuit, car elle voulait profiter de la douceur des draps propres et d’un matelas confortable. Puis une autre nuit alors qu’elle sentait que la fatigue l’emportait trop pour qu’elle puisse travailler convenablement. Le reste du temps, elle s’était accordé plusieurs repos la tête posée sur les bras, à moitié allongée.

Elle ne sortait de là que pour manger, car il était hors de question qu’elle le fasse ici, ou se laver, car c’était quelque chose qui lui avait trop manqué parfois.

Elle s’étira un peu et se rassit, attirant un des livres qu’elle avait pris, faisant courir ses doigts fins sur le titre en relief : Magie Draconique. Un titre simple, mais prometteur, plein de promesses et d’espérance. Elle ouvrit le précieux ouvrage, tourna les deux premières pages et commença sa lecture en rapprochant la bougie.

Quelques heures plus tard, elle était toujours là, mâchouillant sa plume, penchaient sur des petites écritures complexes. Elle se redressa en faisant craquer un peu son dos, regardant en l’air, réfléchissant. Elle n’entendit pas les pas dernières elle, mais ne sursauta pas pour autant lorsqu’il entendit la voix de Themos. Du sang froid en toute circonstance, c’était la clé de tout. Elle posa doucement et délicatement sa plume, se tourna sur son siège pour faire face à son interlocuteur.

- Maitre Themos. Elle inclina respectueusement la tête. Je n’ai aucun secret pour quiconque. Je profite simplement au maximum du temps que vous m’avez accordé avant d’entreprendre réellement mon apprentissage.

Ce qui était en partie vrai. Elle se doutait qu’à partir d’un moment, le temps libre allait être une denrée rare, ou alors qu’elle serait trop fatigué. Car elle aurait beaucoup à apprendre, et ce qui l’épuiserait surement le plus serait l’entrainement physique. Ce n’était pas une petite nature, l’extérieur l’avait un peu endurci, mais ce n’était absolument pas son point fort, loin de là. Et elle n’aimait pas spécialement se battre, paradoxalement.

Pendant ses quelques jours, elle avait également beaucoup lu sur l’esprit… Et plus précisément comment le fermer. Et chaque jour, elle c’était astreinte à au moins deux heures d’entrainement, lui occasionnant de violents maux de tête. Heureusement qu’elle était seule.

Elle se leva doucement et replia ses affaires, rangeant précieusement son calepin avec toutes ses notes dans son sac. Elle referma le livre, le pot d’encre et rangea un peu tout le reste avant de se retourner vers le dragon.

- Je suis toute à vous maintenant. Que voulez-vous que je fasse ou aille ? Elle sourit légèrement en inclinant un peu la tête sur le côté. Je veux apprendre.



Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 1 Mai 2014 - 16:01 Répondre en citantRevenir en haut



Thémos en avait connu des Aspirants, beaucoup même. La plupart, il les connaissait car ils avaient fait leur apprentissage sous la tutelle de son Lié. Les autres, pour les avoir croisé lors d’une réception, d’un scandale ou d’une punition publique. Son Âme Sœur aimait les Aspirants avec de la force de caractère, un minimum de principes et un esprit ouvert : les seuls selon lui à mériter le cadeau de Flarmya et les seuls à pouvoir survivre en menant à bien leurs ambitions. Il y avait eu des Aspirants récalcitrants, effarouchés, d’autres à tendance dominatrice et belliqueuse, d’autres encore avides de savoirs de toutes sortes en ayant du mal à faire la distinction entre ce qui est utile et ce qui peut causer la mort… En observant Manea de Cléonor à la lumière des chandelles, Thémos refusait de poser une quelconque étiquette sur celle. Si une partie de son attitude lui échappait, il donnait un tout autre sens à ses sourires et ses grimaces. La Fëalocë voulait apprendre ? Son rêve était devenu réalité, non ? Elle vivait dorénavant au milieu des dragons. Que lui manquait-il, à cette petite fille eux cheveux rouges et aux mains ayant déjà goûté au sang ?

Le Bronze s’extirpa de son recoin d’ombre pour s’approcher de Manea. La chaude lumière de la pièce dévoila son corps de bipède, parfaitement incongru et misérablement petit comparé à l’être formidable qui l’habitait. Il passa un long doigt fin sur la table de l’Aspirante, sans se départir de son sourire trop brillant pour être naturel – ou même humain. Avec les années, il pouvait conserver cette apparence pendant deux jours entiers avant de fatiguer mais sa nature draconique devenait trop perceptible à travers elle. Thémos le déplorait parfois, lorsqu’il s’agissait de jouer avec un humanoïde trop curieux. Les paroles échangées en Vaendark avec Eléderkan lui revinrent alors : la petite se disait une prêtresse de Gaïa. Il allait donc jouer sur le côté spirituel de la chose, pour capter son intérêt. Outre le fait qu’il était dragon, et donc forcément plus intéressant que de vieux livres poussiéreux…

- Te plais-tu au Kaerl ? Apprécies-tu tes camarades d’aspiranat ? Je reconnais que la promiscuité de ces dortoirs communs est un peu pénible. C’est comme être prisonnier de son œuf avec son jumeau ! Et l’éclosion – équivalent au lever du soleil – paraît toujours trop lointaine, dans ces conditions.

Thémos fit le tour de la table. Il avisa un volume au hasard, s’en empara et lut le titre. La magie draconique ? Pourquoi pas ! Manea n’avait clairement pas peur de prendre des risques ou d’emmagasiner trop de connaissances à la fois. Ce genre de savoirs restait toutefois très vague sur les réels pouvoirs des dragons. Flarmya aimait parfois chambouler la nature, en donnant à un de ses enfants des capacités que les autres n’avaient pas, ou à faire évoluer l’espèce dans une direction et pas une autre… Et Thémos n’ignorait pas que seuls les dragons, au fond, avaient attiré Manea ici. Le Màr Tàralöm ne représentait, pour l’heure, qu’un réceptacle de connaissances draconiques.

- Tu t’intéresses beaucoup à mon espèce. Là d’où tu viens, qu’avons-nous fait, nous les dragons, pour t’intriguer autant ? Une légende particulière ? Serions-nous vénérés, par hasard ?

Il reposa le livre, s’en désintéressant aussitôt.

- Ces brefs jours de tranquillité sont bientôt terminés. Profites-en encore tant que tu le peux. Dès demain, ton Maître t’enverra chercher pour débuter ta réelle formation d’Aspirante. Et Eléderkan Garaldhorf a en horreur les retards…



Manea de Cléonor
Aspirante Déchue
Aspirante Déchue

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 91
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 53
Race: Fëalocë
Alignement perso: Chaotique Mauvais

MessagePosté le: Jeu 1 Mai 2014 - 17:31 Répondre en citantRevenir en haut

Le pouvoir. Manea n’était ici que pour le pouvoir. Un but secret, enfoui au plus profond de son être. Elle n’y pensait jamais, ne le disait jamais. C’était l’ultime but qu’elle s’était fixé lorsqu’elle avait pris le chemin de la connaissance draconique. Il lui fallait apprendre, comprendre, retenir, avancer sans se retourner et ne jamais douter. Car le doute empêchait d’avancer laissaient les gens sur place, immobile, sans savoir où aller. Il fallait toujours continuer, quel qu’en soit le prix. Elle l’avait compris rapidement et en avait fait un atout. Même si elle empruntait des chemins détournés, rendant l’objectif plus loin et inaccessible aux premiers abords, elle avançait toujours. Preuve que cela réussissait, elle était là où elle voulait être, au milieu des contes et des légendes. Elle en devenait presque une. En plus, ici, aucune menace que sa tête soit mise à prix ou que des gardes d’une cité la recherche. Si elle arrivait à se tenir loin des problèmes, son objectif n’en serait que plus simple.

Elle regarda de ses yeux verts la forme bipède avancer vers elle. Il aurait pu être beau pour les yeux encore jeunes de la Fëalocë, mais elle ne s’en intéressait pas vraiment. De plus, elle le préférait largement sous sa réelle apparence, digne et fière. Elle aurait pu l’observer des heures durant pour tenter d’enregistrer chaque écaille, comprendre comment des êtres si parfaits pouvaient se cacher aux yeux du monde et ne vivre que sur une petite ile.

Elle fixa les mains fines, et surement habiles, parcourir sa table. Il semblait s’amuser avec elle, comme un chat tournant autour de sa proie. Elle suivit le chemin dessiné par les doigts avant de replonger ses yeux dans ceux de Thémos, imperturbable.

- Je n’ai pas vraiment eu l’occasion de faire la connaissance d’autre aspirant. Dit-elle avec une petite moue. J’ai entendu que beaucoup étaient parti quelque part, faire quelque chose… D’important. Elle avait aussi entendu que beaucoup de personnes étaient mortes, que le Kaerl était à moitié vide, ou plein selon les versions, mais elle préféra ne pas en parler et découvrir ça plus tard.

- Et puis… oui, je n’ai pas trop la promiscuité. J’ai été longtemps seule sur les routes, cela n’aide pas, je suppose. Elle lui accorda un petit sourire gêné en détournant la tête.

Tête qu’elle redressa rapidement lorsqu’il parla d’éclosion, les yeux un peu plus brillants qu’à la seconde précédente.

- Tous les dragons naissent avec un jumeau ? Dites-m’en plus. Les livres sont une source de connaissance, mais la vôtre doit être inépuisable.

Elle avisa le livre qu’il récupéra sur la table. Un ouvrage intéressant, mais pas assez complet à son gout. Il ne parlait principalement que de la magie leur permettant de communiquer via les pensées, une histoire d’interstice, il fallait qu’elle creuse de ce côté-là, et celui de prendre l’illusion d’une forme humaine. Elle désigna le volume dans les mains du dragon.

- Par exemple, ce livre est intéressant, mais ne fait que survoler les capacités surement merveilleuses des dragons. Je ne pourrais jamais trouver dedans le véritable ressenti… La puissance que vous pouvez dégager… J’aimerai voir, connaitre, comprendre.

À la question suivante, son regard s’éteignit légèrement et devant un peu vague. L’origine de sa connaissance des dragons remontait à bien loin. Elle tentait de conserver précieusement ce souvenir, mais il semblait s’enfuir à peu plus à chaque fois qu’elle voulait se le remémorer. Elle se mordit intérieurement la lèvre pour se reprendre. Ça n’avait duré qu’une seconde tout au plus, mais une seconde pouvait tout changer.

- Rien de tout cela Maitre Thémos. Cela remonte à une histoire que l’on me racontait étant plus jeune. Le vilain petit Dragon. Ça parlait d’un Dragon perdu, qui cherchait les siens. D’une magie puissante et d’être respectés de tous. Mais dans certains endroits des légendes parlent de vous, de manière plus ou moins… Imagée, elle ricana doucement en se remémorant certaines des légendes farfelues qu’elle avait pu entendre. Mais je n’ai malheureusement jamais entendu parler d’un endroit où l’on vous vénère. Sinon, elle y serait allée sur le champ.

Elle se leva et récupéra le livre posé sur la table, le remettant dans la pile pour pouvoir les ranger. Demain seulement. C’était loin demain, alors pourquoi était-il venu aujourd’hui.

- Je serai surement ici alors. Et je ne suis jamais en retard. Le retard ne mène nulle part et ne cause que des malheurs. Je serais à l’heure, soyez-en certains. Elle prit la pile de livres et alla la ranger. À défaut de partir en apprentissage maintenant, elle allait un peu sortir d’ici pour s’aérer l’esprit, sauf si… Puis-je faire quelque chose pour vous maître Dragon ? Après tout, il n’était surement pas venu ici lui parler du beau temps. Elle posa le premier livre avec quelques difficultés et se mit sur la pointe pour tenter de ranger l’autre, dans un équilibre un peu précaire tout de même.



Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 1 Mai 2014 - 23:19 Répondre en citantRevenir en haut

Le Bronze étudiait les gestes et les expressions de l’Aspirante de son regard aiguisé. Manea calculait une partie de son attitude pour paraître ce qu’elle n’était sans doute pas. Elle refusait de trop se dévoiler, préférant ainsi se faire discrète et espérer un enseignement dont elle devait rêver depuis de nombreuses années. Quels noirs secrets recelait son cœur ? Quelles motivations la poussaient à vouloir se dépasser et à jouer ainsi la comédie ? Eléderkan s’en serait rapidement agacé. Il détestait les faux-semblants, les jeux de dupes et autres artifices. L’Elfe était un homme droit et dur, qui parvenait à ses fins en allant droit au but, avec une franchise effrayante et un esprit redoutable. Oh, bien sûr, il avait appris à composer avec ce genre de comportement, sinon il ne se serait pas élevé aussi haut dans la hiérarchie du Kaerl. Mais Thémos, avec son détachement habituel, supportait mieux ces jeux de non-dits et de sourires factices. Il sentait une forme de sincérité chez Manea de Cléonor. Cette petite avait du potentiel. Cependant, Thémos connaissait son sale petit secret. De ses délicates mains, elle avait poignardé à mort une prêtresse de Flarmya. Il n’avait que faire de preuves, il le savait. S’il avait beau ne pas crier au sacrilège, il se méfiait de l’Aspirante et de son comportement imprévisible. C’était en partie pour cela qu’il n’avait rien révélé de ses soupçons à Eléderkan.

- Je possède la mémoire de mes ancêtres. Evidemment que je suis une source inépuisable de savoirs !

Ce n’était pas la modestie qui étouffait le dragon. Il ne faisait que jouer sur une corde très connue chez les dragons. On leur reconnaissait volontiers un ego proportionnel à leur taille. Le sourire de Thémos s’élargit. Ses prunelles d’or devinrent fluides et la couleur chavira soudain vers un vert amusé.

- Il est très rare qu’un dragon ait son jumeau. Car il faut pour cela que l’œuf contienne deux dragonneaux. Généralement, l’un des deux meurt au profit de l’autre, parfois les deux décèdent avant l’éclosion. Il n’y a pas assez de ressources dans un œuf pour deux dragons à naître. A ce jour, je ne connais sur Tol Orëa qu’un seul couple de jumeaux. Ce sont les jeunes Reines Incarnates, un peu petites, qui vivent ici au Kaerl : Sethyl et Akemiko… En revanche, tout dragon naît avec un manque dans son âme. Car Flarmya lui a destiné un humanoïde pour le compléter et ne faire plus qu’un. C’est une longue histoire, que je laisse volontiers à mon Lié. Il prendra soin de te la narrer dans ses moindres détails.

Thémos se plaisait dans le rôle du professeur. Puisqu’Eléderkan était pour l’heure plongé dans les rapports d’enquêtes et les rapports d’avaries du Màr Tàralöm, il avait pris la liberté de rendre visite à Manea. A tout prendre, c’était mieux que de se morfondre dans une caverne, entouré de dragons rabougris et moroses.

- Il y a tant de choses que tu ignores… Sur les dragons, sur le Kaerl qui est maintenant ta maison, sur Tol Orëa, sur le monde… Saches que les dragons ne sont pas tout-puissants, comme peuvent le mentionner tes légendes locales.

A pas feutrés mais étonnement vifs, Thémos se rapprocha et soutint le bras tendu de la jeune fille, lorsqu’elle déposa un livre sur une des plus hautes étagères.

- En vérité, je suis venu parce que je m’ennuyais ! Et également pour vérifier si notre chère Aspirante, à Eléderkan et moi, était toujours en vie et bien portante. Puisque c’est le cas, je te propose de répondre à quelques-unes de tes questions existentielles – si tu en as. Et, peut-être, de te montrer des lieux du Màr Tàralöm que tu ne peux pas connaître sans être accompagnée d’un dragon…

Il espérait qu'elle accepterait. Il mourait d'envie de la mettre à l'épreuve.



Manea de Cléonor
Aspirante Déchue
Aspirante Déchue

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 91
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 53
Race: Fëalocë
Alignement perso: Chaotique Mauvais

MessagePosté le: Dim 4 Mai 2014 - 20:16 Répondre en citantRevenir en haut

Flatter l’égo des dragons. C’est la toute première leçon qu’elle avait apprise à leur contact et Thémos était un sujet parfait pour ce genre de démonstration. Son égo semblait être à la hauteur de sa taille, et il était un très beau dragon ! Elle jouerait sur cette corde avec délicatesse, pour ne pas se mettre le dragon à dos et essayer d’obtenir plus. Mais il fallait qu’elle prenne garde, ne pas en faire trop, rester prudente pour ne pas trop dévoiler de carte. Elle n’avait jamais joué au poker, mais elle devait être une bonne joueuse.

Elle enregistra les informations qu’il fournissait, se promettant de les écrire plus tard, lorsqu’elle serait seule avec son calepin. L’histoire de l’âme l’intéressait beaucoup. Bien que le fait d’être lié de cette manière, que quelqu’un est accès à sa tête, ses souvenirs, ne l’enchantait guère, elle avait le sentiment que c’était une des principales étapes de ce qu’elle cherchait. Alors elle passerait par là. Et pour ça, il fallait qu’elle en sache un peu plus, qu’elle ne soit pas prise au dépourvu le moment venu. Car le moment viendrait, à ne pas en douter, sinon elle ne serait pas là.

Elle ne put empêcher son corps de légèrement sursauter lorsque les doigts fins du dragon vinrent toucher et soutenir son bras. Elle n’avait pas l’habitude du contact, loin de là… pour ainsi dire, depuis qu’elle portait le voile volontairement, personne ne l’avait jamais touché sans que cela soit calculé et volontaire. Et elle évitait le plus souvent, cette méthode la dégoutant au plus haut point.
Elle ramena doucement son bras à elle une fois le livre poser, pour finir de ranger. Elle ne dit rien par rapport à la surprise, espérant qu’elle soit passée inaperçue, mais elle en doutait fortement.

Plaçant le dernier ouvrage, elle se tourna pour se retrouver presque collé à lui, souriant légèrement, les yeux remplit d’étoile de découvrir ce dont il lui parlait.

- Je veux savoir, je veux apprendre… Vous n’êtes peut-être pas tout puissant, seuls les Dieux le sont, mais vous l’êtes toujours plus que le commun des mortels. Plus majestueux aussi.

Elle se détourna et retourna près de la table, prenant le petit sac qui ne l’a quitté jamais, possédant en son sein une partie de ses précieux trésors. Son précieux poignard lui était à sa ceinture, dissimulé par les différentes couches de vêtements.

- Comme vous pouvez le voir, je suis vivante et bien portante. À vrai dire, j’attendais avec impatience que vous veniez me chercher. Comme je vous l’ai dit, les livres c’est bien, mais ça ne fait pas tout. Elle passa son sac par-dessus son épaule, le mettant en bandoulière et le cachant en partie sous le long voile blanc. Des questions, j’en ai oui, qui n’en aurait pas en arrivant ici ? En découvrant tout ça.

Elle commença à se diriger vers la sortie de l’observatoire, se disant qu’ils seraient plus à l’aise pour discuter que dans le silence feutré de cet endroit. Lorsque ses pieds nus foulèrent les dalles chaudes de l’allée, et lorsque la porte fut suffisamment loin pour ne plus déranger, elle s’arrêta et se retourna vers Themos. Elle avait l’air d’une enfant suivant une grande personne qui allait lui montrait la pile de jouets de son anniversaire… Mais après tout, c’était encore un peu une enfant. Une enfant qui avait dû grandir beaucoup trop vite.

- Je vous suis, dans quelle direction allons-nous ? Quant aux questions… Les dragons sont-ils éternels ? Ont-ils des… pouvoirs magiques ? L’histoire de ma mère parlait d’or, de magie… Renaissent-ils de leur cendre comme le mythe de l’oiseau ? Dites-moi tout, enseignez-moi, s’il vous plait. Elle se mordit un peu la lèvre et parla plus bas, comme si elle avait peur qu'on l'a surprenne. Avez –vous… Rencontrez les dieux ?



Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 8 Mai 2014 - 16:35 Répondre en citantRevenir en haut



Thémos surprit la raideur des muscles de Manea dans sa posture et en conclut que son geste avait peut-être été mal interprété. Ce n’était pas parce qu’il avait l’apparence d’un pervers qu’il était capable de se conduire comme tel. Pour en peu, il s’en serait vexé. S’il avait été un humanoïde, cela s’entend. Haussant un sourcil étonné, tel que le faisait d’habitude son propre Lié, il répliqua à la jeune fille :

- Et ton impatience a été récompensée, jolie fleur. Cependant, à l’avenir, il te faudra maîtriser ce défaut. Car Eléderkan est quelqu’un de très occupé et de très important, comprends-tu et la patience est une des qualités qu’il apprécie le plus chez ses Aspirants.

Et d’offrir un sourire amusé à Manea, ce deux que pourraient avoir un grand frère. Il aurait pu démentir les propos de la Fëalocë et lui faire comprendre, enfin, qu’un dragon seul n’est pas aussi puissant qu’on le croit. Les Valherus l’avaient compris à l’époque. L’union fait la force. L’union de deux âmes, aussi différentes puissent-elles être entre un humanoïde et un enfant de Flarmya, demeurait la plus puissante des armes. Un dragon seul pouvait redevenir une simple bête, primitive et difforme, sans cesse affamée et mourir dans la misère. Un dragon lié pouvait influer sur le cours de l’Histoire, transmettre son savoir aux hommes, s’épanouir aux côtés de son Âme Sœur et vivre libre. Une chose, malheureusement, que les Valherus avaient si bien compris, qu’ils avaient eu la bêtise de défier les dieux… Mais le Bronze ne voulait pas briser les espoirs naissants de Manea, pas tout de suite de tout cas. Ce genre d’illusions restait charmant. La chute n’en serait que plus amusante. Si Manea était intelligente, elle comprendrait vite qu’elle faisait fausse route en prêtant aux dragons une telle puissance. Une puissance, en vérité, qu’ils ne pouvaient conserver qu’en étant Âme Sœur.

- Que de questions ! N’en discutons pas ici. Un archiviste serait capable de nous mettre à la porte si nous faisions trop de bruit. Suis-moi.

Descendre tous les étages de l’Observatoire permit à Thémos de choisir le premier lieu un peu surprenant qu’il pourrait montrer à l’Aspirante. Elle voulait des réponses, connaître le grand frisson et découvrir la puissance des dragons ? Qu’à cela ne tienne ! Elle allait être servie. Lorsqu’ils eurent enfin quitté la tour du savoir, Thémos s’éloigna de quelques pas pour reprendre sa véritable forme. Une forte lumière l’environna jusqu’à éclipser sa silhouette et la faire grandir démesurément. Le Bronze réapparut bientôt dans toute sa splendeur. Se baissant au ras du sol, il plia une de ses pattes antérieures pour permettre à Manea de l’escalader plus facilement et venir s’assoir dans le creux de ses omoplates. Le dragon prit son envol, se propulsant d’un bond vers le ciel. Il ne lui fallut que quelques coups d’ailes pour se retrouver dans les hauteurs et surplomber une partie de la citadelle des volcans.

° Tu poses beaucoup de questions. C’est bien. Cela signifie que tu es toute disposée à apprendre. Alors apprends ceci : les dragons ne sont pas éternels. Notre vie équivaut à celle de notre Lié. Si nous mourons, nous emportons notre moitié d’âme avec nous. C’est notre plus grande faiblesse – et peut-être même la seule ! °

Thémos effectua un virage serré par la droite, louvoyant entre deux hautes tours plantées sur la paroi d’une falaise rocheuse au sud du Kaerl. Si Manea avait le cœur bien accroché, il pourrait même se prêter au jeu des acrobaties… Pas question, en revanche, de se faire vomir dessus.

° Nous ne sommes ni des phénix ni les gardiens de quelque magie que ce soit. Nous n’avons pas de pouvoirs magiques dans le sens où tu l’entends. Notre essence même est magique, en quelque sorte puisque nous sommes les enfants de la déesse Flarmya. Nous avons des capacités naturelles, comme toutes espèces mais il est vrai qu’elles peuvent paraître « magiques » si on les compare à celles des hommes. Quant aux dieux… °

Cette petite connaissait-elle l’histoire des anciens Seigneurs Dragons ? Si ce n’était pas le cas, Eléderkan devrait l’éclairer de ses lumières sur le sujet. Et le plus tôt serait le mieux. Thémos respectait les dieux tant qu’ils ne lâchaient pas un nouveau cataclysme sur le monde, comme ce fut le cas par le passé, ou avec la Conjonction des Deux Lunes. Il aimait sa mère spirituelle, Flarmya, car elle-seule semblait capable de miséricorde et d’amour pour ses créatures. Mais la mémoire de ses ancêtres et sa propre expérience l’avaient fait parvenir à une conclusion très simple au sujet des divinités : dès que ça touche la religion, ça devient un marasme sans fond.

° Regarde. Ouvre grand tes yeux. Voici le Temple de la déesse aux Larmes de Feu, la Mère des Dragons. De cette hauteur, tu peux contempler le Màr Tàralöm comme si tu étais juché au sommet du monde ! °

Les longues griffes acérées du Bronze raclèrent la pierre avant de se stabiliser, agrippant une corniche dans ses serres. Les ailes écartées pour conserver son équilibre, sa queue serpentine battant l’air dans le vide, le grand mâle jeta un coup d’œil à sa passagère.

° Tu n’as pas le vertige, au moins ? °



Manea de Cléonor
Aspirante Déchue
Aspirante Déchue

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 91
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 53
Race: Fëalocë
Alignement perso: Chaotique Mauvais

MessagePosté le: Jeu 22 Mai 2014 - 22:17 Répondre en citantRevenir en haut

À une époque lointaine, enfin d'un point de vue physique pas si lointaine, mais le cœur de la jeune Fëalocë avait tellement changé que le temps en question aurait pu s'être produit il y a des décennies... À une certaine époque donc, la fillette qu'elle était aurait probablement sauté au cou de Themos et l'aurait emmené jouer quelque part, en toute innocence. Elle aurait fait la ronde, chantée, grimpé un peu partout et aurait laissé éclater un rire cristallin et plein de joie. Mais cette époque n'existait plus et n'existerait sûrement jamais plus si la nouvelle aspirante n'arrivait pas à trouver ce qu'elle cherchait. Son impatience était parfois palpable, lorsque quelque chose de nouveau et fascinant prenait vie devant ses yeux. Mais elle devait se contrôler, rester maîtresse d'elle-même et agir avec calme. Surtout si apparemment son maître n'appréciait guère les personnes qui faisaient preuve de trop... D'impatience justement.

° Je tâcherai de m'en souvenir, merci pour ce précieux conseil.° Inclinant légèrement la tête pour aller avec la parole, elle releva les yeux en le voyant partir avant elle, trottinant très légèrement pour le rattraper. Ici le sol était chaud et doux, très agréable. Bien plus en tout cas que ce qu'elle avait l'habitude de fouler. Plus propre aussi.

Lorsque ses pieds foulèrent l’allée suffisamment grande pour permettre à un dragon de passer, la lumière aveuglante l’obligea à plisser les yeux et reculer légèrement par réflexe. Elle avait vu une fois cette transformation, mais la revoir n’enlevait rien à la beauté de la chose. La beauté des dragons la fascinait toujours autant. Prudemment elle s’avança, tendant la main pour toucher la peau fraiche et légèrement rugueuse du grand bronze. Elle s’agrippa aux écailles et escalada doucement la bête.

Une légère angoisse serra son ventre lorsqu’elle sentit la force des ailles la propulser en l’air. Jamais au grand jamais elle n’avait pu imaginer chose pareille. Ses jambes se resserrent sur les omoplates alors que ses doigts cherchaient une prise quelconque.

° Seigneur Dragon, je n’ai jamais fait ça…° Sa voix était à la fois légèrement inquiète, mais aussi pleine d’excitation. Elle hésitait entre lui dire d’arrêter et lui supplier de continuer.

° J’ai lu sur ça, mais rien n’est clair. Un Dragon ne peut vivre sans être lié à une âme que vous appelez bipède c’est ça ? Cela n’est-il pas… Frustrant ? D’être ainsi condamné à ne pas être libre ?°

Tant de choses à apprendre, si peu de temps. Au fond de son cœur, elle craignait que plus elle tardait à accomplir sa quête, plus la chance de réussite soit faible. Le temps pressé, mais elle ne pouvait se permettre de montrer son impatience, elle l’avait dit peu de temps avant.

Un petit cri aigu s’échappa de ses lèvres lorsque Thémos se mit en mouvement et commença à prendre des virages serrés. Crispée au début, les yeux fermement clos et chaque muscle tendu, elle finit par soulever une paupière, puis une autre, regardant autour d’elle, semblant reprendre la respiration qu'elle avait stoppée. C'était beau, magnifique. Il ne pouvait le voir mes ses yeux brillaient de joie.

Son cœur lui se serra de doute lorsqu'il lui avoua qu'ils ne possédaient pas de magie. Ça ne pouvait être vrai... Peut être pas dans le sens exact de ce que le monde appelait magie, mais ils devaient bien y avoir quelque chose. Sinon pourquoi se cacheraient-ils des yeux de tous. Sa croyance envers les dieux était toute relative malgré le voile qu'elle portait, mais si de telles créatures étaient réellement le fruit d'un amour d'une mère, alors il ne pouvait être autrement qu'ils soient exceptionnels. Une mère donnait tout ce qu'elle pouvait pour ses enfants.

Perdue dans une de ses pensées dont elle avait le secret, la voix de Themos la fit sursauter légèrement. Ses opales vertes se posèrent sur le temple, majestueuse construction parmi les rochers. Cela ne pouvait être uniquement fait de la main de bipèdes.

La secousse lorsqu'il se posa la déstabilisa un peu, mais elle reprit rapidement contenance et alla jusqu'à lâcher ses prises et écarta un peu les bras en riant. C'était... Enivrant, excitant, amusant.

° Neni seigneur Themos. C'est absolument merveilleux, magnifique.°

C'était réellement grisant. Elle ne c'était pas senti aussi vivante depuis bien des années, si on enlevé ses petites crises.

° Montrez-moi le ciel.° Elle détacha délicatement le voile de ses cheveux. Il accrochait le vent et cela la gênait énormément. Elle le replia soigneusement et le rangea dans son petit sac. Après tout, ici, personne ne pouvait vraiment la voir et encore moins savoir qui elle était.

Ses doigts fins se reposèrent sur le dos de son Maître du moment, son corps parcouru de frisson d'excitation.

° Racontez-moi. Comment les citadelles volent, comment les cités ne sont pas englouties dans les eaux, comment une forteresse ne s’écroule pas sous les pierres. °

Elle avait lu sur les autres Kaerls, elle savait où ils étaient, elle les aurait bien vus aussi, mais elle douta du fait que son regard pourrait se porter rapidement sur les autres merveilles qui pouvaient parcourir la terre de l’aube.

° On peut monter haut ? Vers les étoiles ? Le soleil… ° Elle leva les yeux vers le ciel, tendant les bras. Elle se serait bien mise debout, mais c’était trop risqué, même elle le savait.





Dernière édition par Manea de Cléonor le Jeu 24 Juil 2014 - 21:41; édité 1 fois
Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mar 24 Juin 2014 - 22:24 Répondre en citantRevenir en haut

Un étrange rictus releva les babines et dévoila les longs crocs du dragon. Le soleil ruisselait en une pluie d’or et de cuivre sur ses écailles. Ses larges ailes étendues sur le toit, sa longue queue serpentant derrière lui, son cou étiré pour garder l’équilibre et maintenir en place la fragile bipède : tout cela lui permettait de contracter ses muscles et de dévoiler toute sa puissance. Thémos se savait magnifique aux yeux de Manea de Cléonor. Et il comptait bien en profiter. Le gigantesque lézard ailé qu’il était devait continuer d’impressionner durablement l’Aspirante pour mieux capter son attention. La petite commençait déjà à disperser ses pensées. Peu à peu, son esprit s’ouvrait et Thémos n’avait qu’à affleurer à sa surface pour jauger de sa force. Elle ne semblait pas apprécier les contacts mentaux de cette sorte, elle l’avait déjà prouvé. Mais Thémos ne faisait que l’effleurer et n’entrait nullement en contact. Pour l’instant.

° Ton émerveillement est touchant, petite fleur. °

Son rictus s’élargit. C’était là ce qui ressemblait le plus à un sourire de la part d’un dragon. Ce rictus carnassier était contrebalancé par ses yeux roulant un vert vif d’amusement. Il était dragon, prédateur des cieux et des terres, d’une perfection divine et mortelle, mais il parvenait encore à s’émouvoir des faibles flatteries des humanoïdes. Ça faisait toujours son petit effet, même si Thémos n’était pas dupe. Il jeta un regard étincelant de malice à sa protégée, sans lui répondre. Il préféra plutôt la prévenir du décollage imminent.

° Accroche-toi. Je vais t’offrir bien plus encore... °

Et le Bronze de se jeter soudain dans le vide. L’air sifflait à ses oreilles en s’engouffrant sous ses ailes. Elle voulait voir le ciel ? Les étoiles et le soleil, rien que ça ? Elle serait ravie ! D’un puissant battement, le dragon effectua une remontée en altitude telle une torpille, tournoyant sur lui-même, volant droit devant lui vers le soleil couchant. Il reprit un vol plus stable à l’horizontal, dès qu’il fut assez haut pour pouvoir contempler tous les toits et les tours du Kaerl. Le Màr Tàralöm, patrie de ses ancêtres et foyer cher à son cœur, s’étendait sous lui en myriade de panaches de fumées et de pierres.

° Mieux encore que le soleil, les lunes et les étoiles, je t’offre ta première expérience de vol sur le dos d’un dragon. Ce ne sera pas toujours ainsi, Aspirante. Je t’offre une réalité qui n’est pas encore tienne. Lorsque tu seras liée, cette dangereuse et exaltante liberté sera à toi. Mais pas aujourd’hui. Prend garde à ne pas glisser, petite fleur. Le voyage ne fait que commencer ! °

Thémos volait sans entraves. L’absence de vent l’accommodait, bien qu’il rendît son vol plus fatiguant sr le long terme. Il n’avait pas l’intention, cependant, de l’éterniser ni de parcourir une grande distance. Son objectif est de montrer les merveilles du Kaerl, les endroits inaccessibles sauf pour les dragons, bref : il voulait épater la galerie. Il fallait que Manea aspire de tout son être à devenir un membre à part entière de cet Ordre, ou sa future Âme Sœur pourrait bien avoir des difficultés à pénétrer son esprit et à s’y sentir chez soi. Thémos n’était pas un dragon cruel – sauf s’il avait une bonne raison de l’être – et il appréciait les bipèdes. Toujours, pourtant, ses pensées allaient vers ses congénères. S’il fallait un peu malmener l’Aspirante, la brusquer pour mieux la modeler, alors il le ferait. Car cela sauverait un dragon ou une dragonne.

° Regarde, Manea de Cléonor. Ouvre les yeux et contemple le Màr Tàralöm dans toute sa splendeur. Cette citadelle fut bâtie par les mortels et les dragons, pour qu’ils puissent y vivre en harmonie. C’est ta maison, désormais. Tu lui seras fidèle, tu la protégeras, comme elle te protégera et te permettra de t’élever. Piégée entre des volcans, la cité aurait pu s’écrouler des siècles auparavant, engloutie par la lave et les roches. Un Gardien veille à sa sûreté. Il se nomme Seregon Del Cirth. Tu lui dois respect et révérence. Il est le doyen de notre Ordre et il possède tout le savoir des hommes et des dragons mêlés, de ceux qui vécurent ici avant nous. Mais comme tel, c’est un être lunatique et avare quand il s’agit de dispenser son savoir. °

Le grand mâle avait adopté un rythme de vol tranquille et presque planant sur les vapeurs chaudes. La chaleur augmentait tandis qu’il volait de plus en plus haut. La magie du Gardien faiblissait là où seuls les dragons pouvaient voyager, car eux-seuls ne craignaient pas le feu. Le Bronze plongea vers des tours jumelles reliées entre elles par une galerie couverte. Il ralentit son allure et vint se poser le plus délicatement possible sur celle-ci, ses serres s’agrippant sur la rainure pointue de son toit. Il surplombait encore la ville. Un rire désinvolte et taquin fut transmis télépathiquement à Manea.

° Où souhaites-tu te rendre, Aspirante ? Quel lieu veux-tu visiter ? Je peux te montrer tout ce que tu veux. Aucune porte n’est fermée à un dragon ici. Ce sera ta seule chance de voir ce qui ne peut être vu avant longtemps. Je ne pourrais pas t’emmener en balade ainsi tous les jours. Choisis ! Et choisis bien, jolie fleur. °



Manea de Cléonor
Aspirante Déchue
Aspirante Déchue

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 91
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 53
Race: Fëalocë
Alignement perso: Chaotique Mauvais

MessagePosté le: Jeu 24 Juil 2014 - 22:07 Répondre en citantRevenir en haut

Le sentiment qu'éprouvait actuellement la Fëalocë pouvait s'apparenter à de l'amour. Et encore. L'amour ne devait pas être fascination, dévotion. Mais c'était ce qu'elle ressentait. Si Thémos n'avait pas été un dragon, et un mâle, elle lui aurait déclaré sa flamme. Ou peut être pas... Car c'était lui, le dragon, le majestueux saurien aux ailles puissantes qui l'intéressait, lui faisait perdre la tête et laissait ses pensées s'égarer en chemin.

Lorsqu'il ne bougeait pas, elle laissait ses doigts parcourir les écailles, les dessiner une à une dans des arabesques compliquées et pourtant similaires. Parfaites... Chacune d'elles avait le reflet du monde en son sein. Si quelqu'un, un dragon par exemple, venait à effleurer l'esprit vagabond de la jeune femme, ils sentirent principalement la fascination que le Bronze exerçait sur elle.

Le surnom qu'il lui donnait étira un sourire amusé sur les lèvres fines de la jeune personne. Petite fleur. L'avait on déjà appelé comme ça ? Aussi loin qu'elle s'en souvienne non... Mais c'était plaisant, agréable et laissait une douce chaleur au creux de l'estomac. Estomac qu'elle avait d'ailleurs bien accroché et fort heureusement. Elle le sentit décoller lorsque son guide se jetant dans le vide avant de remonter d'un coup dans un battement d'ailes à faire s'envoler les brindilles encore attachées à la terre, tournoyant encore sur lui même. Là, c'était beaucoup quand même, et un sentiment étrange de peur et de plaisir mêlé l'envahit. Un peu comme lorsqu'elle sentait son poignard s'enfoncer dans la chaire tendre et encore chaude de ses victimes. Mais son esprit était loin de cette préoccupation du moment. Elle inspira profondément. Pas que la nausée gagnait son cœur, mais pour le calmer après cette monté d'adrénaline.

Son regard se posa sur les pierres brillantes à la lueur du soleil, reflétant des myriades de couleurs à en perde le compte.
La liberté. L'idée de lier son âme, la seule chose qu'elle possédait vraiment, à celle d'un ou d'une autre ne l'enchantait pas tellement. Mais avec ce que lui offrait, Thémos à cet instant la faisait changer d'avis. Ici elle était bien, elle était chez elle. Son destin était d'être ici, puisqu’une déesse semblait en avoir décidé ainsi. Mais elle aurait aimé que son amie voie ça, qu'elles viennent ici toutes les deux. Que leur destin reste uni en ce lieu magnifique. Son regard devint triste alors que ses doigts se resserrèrent légèrement sur les écailles. Les souvenirs étaient traîtres et venaient gâcher les meilleurs moments.

Mais quelque chose la fit sursauter alors qu'elle essayait de reprendre le dessus. Quelque chose qui lui fit froncer les sourcils et se refermer. Manea de Cléonor. Elle n'avait pas donné son nom... À aucun moment. Cela signifiait qu'il s’était introduit dans sa tête et y avait cueilli cette information. Cela ne fit que conforter une de ses idées. Elle irait apprendre à fermer son esprit et à le contrôler, aux bipèdes comme aux dragons. Elle allait chercher qui pourrait lui enseigner ça. Car cela ne pouvait être ni Thémos, ni Eléderkan.

L'esprit plus concentrer sur une quelconque présence étrangère, elle écouta le discours qui lui était offert. Oui, c'était sa nouvelle maison. Elle ne voyait pas très bien de quoi Manea pour la protéger, mais les remparts hauts et le secret allaient, eux, la protéger de la prison voir pire.

Seregon Del Cirth... Il était un être doué de magie. Suffisamment pour tenir une cité comme celle-ci. Elle grava ce nom dans sa tête. Peut-être arriverait-elle à lui parler, à apprendre un peu de son savoir. En tout cas, elle tenterait sa chance après en avoir appris un peu plus.
Elle passa une main sur son visage, ressentant les effets de la chaleur sur son corps. Cependant elle ne s'en étonna pas plus que ça. Après tout, ils étaient dans le cœur même d'un volcan.

Ne se tenant plus que par la force de ses jambes, qu'elle redoutait douloureuse à la descente et surtout le lendemain, elle regarda de nouveau le ciel au-dessus d'eux. On le voyait plus facilement à cette hauteur. Un jour, elle irait là-haut, par delà ce cocon de pierre. Elle monterait si haut que plus rien ne pourrait l'atteindre. Elle se le promit. Mais pour l'heure, il fallait qu'elle réfléchisse à l'endroit qu'elle voulait voir, ici et maintenant. Une seule chance... Une seule offre de la part d'un roi des cieux.

Elle réfléchit un instant puis désigna du doigt une pointe. Une flèche noire, perçant l'horizon. De là où elle se trouvait, la lumière semblait à la fois être attirée et fuir l'endroit. Le noir de la tour de l'observatoire semblait refléter et engloutir les nuances de couleurs de la ville. C'était hypnotisant.

° La flèche noire, au bout à gauche. Qu'est-ce que c'est ? Je veux aller là s'il vous plait, toucher les couleurs qui n’existent qu'ici. S’il vous plaît seigneur Dragon.°

Elle repartait doucement dans sa contemplation, non sans rester sur ses gardes vis-à-vis de son esprit, un léger mal de tête commençant à venir. Elle n’avait pas l’habitude encore, elle n’avait pas les armes pour lutter contre un dragon. Mais ça viendrait.
Elle s’agrippa quand même à lui lorsqu’il alla vers la destination de son choix, le laissant se poser sur la pointe noire. Là, elle se mit doucement sur le côté et s’agrippa aux pierres lisses de la tour, grimpant dessus, le plus haut possible. Elle avait vécu dehors, longtemps, elle était donc plutôt agile malgré les apparences. Elle se cala contre une obsidienne plus horizontale que les autres et contempla silencieusement le Màr Tàralöm. C’était beau, hypnotisant. Elle pourrait rester là des heures durant, à juste regarder. Il n’y avait rien ici, juste le silence, la beauté. Personne pour l’embêter, la contrarier ou n’importe quoi d’autre. Elle reviendrait… Du moins elle ferait tout pour.

° Seigneur Thémos… Pourriez-vous ne pas sonder mon esprit s’il vous plait… je suis sujette à d’horribles migraines et vos interventions sont un peu douloureuses. Mais vous savez, je réponds volontiers aux questions que l’on me pose.° Elle tourna la tête vers lui et sourit doucement. °Mais appelez-moi Néa, s’il vous plait.°

Après quelques minutes encore à regarder le ciel et la terre, elle retourna sur le saurien, s’étirant.

° Merci… Pour tout ça.°



Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mer 30 Juil 2014 - 17:37 Répondre en citantRevenir en haut

Le dragon lâcha prise et se laissa planer sur quelques mètres, le temps de stabiliser son vol. Reprenant sa direction initiale, il rejoignit la tour d’obsidienne de l’Observatoire en quelques battements d’ailes. Lorsqu’il jeta ses serres en avant, ce fut pour rencontrer une résistance semblable à du diamant noir. Rien à voir avec la pierre poussiéreuse, ou la roche friable, si répandues au Màr Tàralöm. Lors de l’édification de celui-ci, les Valherus avaient employé des techniques aujourd’hui perdues et des matériaux précieux, pour ériger cette grande tour remplie de savoir. Les larges ailes du Bronze brassèrent l’air tandis qu’il reprenait son équilibre une fois posé. Sa longue queue serpenta sur les écailles d’obsidienne, forgées pour le toit étincelant de l’Observatoire.

° Dégourdis-toi bien les jambes, petite fleur. Mais attention à ne pas trop regarder en bas. °

Prononcée sur le ton de la plaisanterie, cette mise en garde était faite pour rassurer, en dépit des apparences. Chez le Bronze Thémos, lorsque le calme plat résonnait sourdement dans ses paroles, c’est qu’il s’apprêtait à faire quelque chose de dangereux, surtout pour les gens dans les environs. Mais lorsqu’il plaisanterie, tout allait bien dans le meilleur des mondes. Il ne fallait s’inquiéter que du silence chez un tel spécimen, pour craindre un revers belliqueux.

Thémos observa s’ébattre la petite fille rousse sur le toit, comme le ferait n’importe quel dragonneau sortant tout juste de l’œuf et qui découvre le monde. Il n’avait pas répondu à l’Aspirante. Sa demande précédente avait de quoi rendre songeur. Il savait qu’elle n’aimait pas qu’on approche de trop près son esprit. Mais il lui faudrait s’y habituer pourtant très vite. C’était le seul moyen de communication que les dragons maîtrisaient à la perfection. Et la maîtrise de son propre esprit permettrait ensuite à Manea de Cléonor de mieux ouvrir son âme, la préparant à accueillir son Âme Sœur draconique. Lorsque la jeune Fëalocë revint vers le grand dragon, celui-ci étendit son cou pour lui permettre de mieux l’escalader si besoin. Une fois l’Aspirante assise, Thémos s’ébroua doucement.

° Mais de rien, petite fleur. Ce fut un plaisir. °

Son ton n’avait rien de menaçant. Et pourtant, il paraissait soudain trop calme et trop neutre, en apparence, pour ne pas être inquiétant. Le grand mâle n’ignorait rien du degré de fascination qu’il provoquait chez sa passagère. Il s’en amusait, s’en délectait, en jouissait comme d’un met rare et délicat. Son orgueil était aussi lustré que ses écailles. Cette ascendance sur elle pouvait le servir. Si Manea de Cléonor se sentait chez elle ici, elle avait en revanche tout à apprendre. Y compris maîtriser son esprit récalcitrant. Avec une once de compassion pour sa passagère, mais le cœur dur et résolu, le Bronze se jeta à nouveau dans le vide, toutes ailes déployées. Le vol de retour fut relativement tranquille, puisque le dragon s’épargna quelques acrobaties aériennes et se contenta de mener sa protégée au bas de la tour sombre. Il se posa néanmoins sans douceur. Et ne fit aucun effort pour se baisser ou allonger la patte pour que Manea glisse de son flanc. Il laissa ses ailes déployées à la verticale, masquant la vue de la jeune fille et tourna la tête dans sa direction, le museau très près pour qu’elle sente les vapeurs chaudes de son haleine. Il ne la quittait pas des yeux. Une touche d’orange excité, violente teinte, peupla les prunelles d’ordinaire sereines du dragon.

° Petite Néa. Fermer ton esprit n’est pas la solution, dit-il d’un ton doucereux. Au contraire, tu dois apprendre à l’ouvrir et à le maîtriser. Tu dois maîtriser ta douleur, elle fait partie de toi. Quand un dragon naîtra pour toi, tu ne pourras pas lui cacher tes pensées, tes rêves, pas même tes émotions. Fermer ton esprit revient à sceller ton âme. Tu te condamnerais à la solitude, au rejet de Flarmya. Tu provoquerais la mort d’un dragon ! °

Thémos rugit sur les derniers mots. Il voulait effrayer Manea, lui faire comprendre que de son refus d’obéir dépendait la vie des si précieux dragons qu’elle chérissait. Il devait la mater, la faire plier. Si elle semblait tant apprécier sa compagnie, il devait profiter de son ascendant sur elle pour la faire ployer aux exigences de base de tout Aspirant. Ce levier devait être utilisé avec parcimonie et grand soin. En abuser pourrait dégoûter la jeune fille, ou l’effrayer au point de la rendre stupide.

° Descend. Mon Lié viendra te chercher à l’Observatoire demain matin, une heure après l’aube. Sois prête et ne le fais pas attendre. °

Sans un regard de plus pour elle, il abaissa ses ailes et se coucha sur le sol, laissant le champ libre à Néa pour descendre. Sitôt à terre, il s’ébroua de nouveau, lui jeta un regard perçant puis bondit dans les airs.


On peut s'arrêter là ou commencer l'ellipse ! Comme tu veux ^^



Manea de Cléonor
Aspirante Déchue
Aspirante Déchue

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 91
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 53
Race: Fëalocë
Alignement perso: Chaotique Mauvais

MessagePosté le: Sam 30 Aoû 2014 - 22:03 Répondre en citantRevenir en haut

Les pieds pendants vers le sol, elle observait, tournant et retournant la tête en souriant. C'était beau, magnifique. Elle aurait pu rester ici des heures durant.

- Ne vous inquiétez pas seigneur Thémos, je ne suis pas soumise au vertige. Bien que la vue du sol particulièrement bas lui serrait un peu l'estomac, elle ne désapprouvait pas cette sensation.

Retournant d'un pas léger vers le saurien, elle se remise le plus confortablement possible sur lui. Sa tenue ne prêtait guère à ce genre d'exercice. Il faudrait qu'elle envisage quelque chose de moins léger et de moins ouvert. Elle ne put s'empêcher de fermer les yeux sur le chemin du retour et surtout sur la descente en pic. À la fois pour se protéger du vent, mais aussi pour dissimuler la légère sensation de son ventre. La sensation de chuter était assez déroutante tout de même et il lui faudrait plus d'un vol pour s'y habituer.

L'atterrissage la fit quelque peu sauter du dos du dragon. Elle fronça légèrement les sourcils. Il n'avait pas été particulièrement doux, mais pas aussi brut non plus jusqu'à présent. Alors qu'elle regarda autour pour descendre, les ailles l'entourèrent presque. Un sentiment de peur la saisit soudainement. Que faisait-il, pourquoi faisait il ça. Elle inspira un grand coup pour maîtriser ses émotions et demanda d'une voix hésitante.

- Seigneur Thémos ?

Mais au lieu d'une réponse, voire d'une libération, la tête du saurien vint proche de la sienne. Chaude, puissante. Elle pouvait presque compter les écailles qui séparaient les deux yeux. La peur la saisit vraiment. Une peur profonde, mêlée pourtant à une fascination d'autant plus grande. C'était donc ça que ressentait une proie. Toute cette puissance dans chacune des fibres que composées l'être magique.

Les mots résonnèrent en elle violemment, la prenant littéralement aux tripes. La mort d'un dragon, elle ne le voulait pas ! Elle apprendrait à contrôler son esprit, à l'ouvrir uniquement à son âme sœur, et expulser quiconque voudrait en faire son terrain de jeu. Une légère lueur déterminée voila une fraction de seconde le regard anxieux de la demoiselle. Puis elle acquiesça doucement, laissant la tête baissée en guise de repentir.

- Oui seigneur Thémos. Veuillez pardonner ma méprise. Je ne souhaite en rien la mort de l'un des vôtres. Bien au contraire. Elle aspirait à être avec eux, toujours.

Elle finit par relever la tête lorsqu'elle le vit se détourner et rabattre ses ailles. Elle se laissa doucement glisser au sol, remettant le voile qu'elle avait détaché et rangé auparavant.

- J'y serai. Dit-elle simplement en le regardant s'en aller.

Alors qu'il disparut au coin d'un couloir, elle recula pour se dissimuler dans l'ombre et laissa libre cours aux tremblements qu'elle retenait depuis un moment déjà. Toute cette adrénaline, ses sensations. Et puis la frayeur... Celle d'avoir été percé à jour, de se faire enfermer. La peur instinctive et à la fois fascinante que le dragon provoquait en elle. S'appuyant contre le mur, elle sentit soudainement toute la fatigue de la tension qui redescend. Elle essuya sa joue devenue soudainement humide pour une obscure raison et se dirigea vers l'observatoire. Cette nuit, malgré la réticence que cela lui provoquait, elle dormirait dans son lit. Elle avait besoin de beaucoup de repos et d'un bon bain chaud pour se remettre de ses émotions. Demain, elle avait rendez-vous.



Fraîche et relativement reposée, elle s’était présenté à l'heure prévue à l'observatoire, rejoignant son maître pour qu'ils se dirigent ensuite vers un nouveau lieu: La Fosse

Fin du Rp, suite dans la fosse



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:37 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu