Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Sombres rencontres Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 9 Fév 2014 - 13:50 Répondre en citantRevenir en haut


Quilaïn de Lazarel et Zadayel


Zadayel les avaient tous deux déposés au Val. On pouvait encore voir autour de l’arbre plusieurs fois centenaire des traces du combat qui s’était déroulé en ces lieux quelques jours auparavant. Les morts qui marchaient avaient attaqué le cœur même du Kaerl et la vengeance embrasée des dragons avait laissé de longues trainées noires sur le dallage de la grande place. Mais plus aucune trace des cadavres des avaient été certainement brûlés peu après la victoire.

Quilaïn évoluait dans les couloirs sans fin du Màr, sachant qu’Ayae devait très certainement être impressionnée par l’architecture et la complexité du lieu. Le Màr était un vrai labyrinthe pour les non-initiés mais Quilaïn en avait depuis bien longtemps percé le secret et savait parfaitement où ses pas le menait. Alors qu’ils arrivaient devant deux immenses battants qui auraient largement pu laisser passer un dragon de taille adulte, l’elfe se tourna vers l’ondine.

Voici le Mahalma, c’est ici que tu rencontreras le Seigneur de notre Màr, Alauwyr Iskuvar. Tâche de te montrer convaincante…

Convaincante pour quoi, il ne lui donna pas plus d’information. L’elfe s’adressa alors aux deux gardes qui se tenaient de chaque côté de la porte.

Je requiers une audience avec le Seigneur. Je veux lui faire le rapport de ce que j’ai trouvé en Ssyl’Shar à propos du mage noir Drazahir.

Aussitôt, comme mu par ce seul nom, les gardes ouvrirent les portes en portant sur eux un regard sombre. Quilaïn s’avança alors dans le Mahalma, suivi par la future aspirante, immense salle du trône où il trouva Alauwyr assis sur son trône, recevant les doléances d’un Tohril visiblement excédé. Il fut bientôt éconduit et Quilaïn s’avança alors, adressant un sourire tout factice au Maître Noir qu’il ne portait pas dans son cœur depuis qu’il l’avait éjecté sans cérémonie de son siège au Concile.

Maître Iskuvar…

Il ne s’inclina pourtant pas, préférant rester de marbre.

J’ai le regret de vous annoncer que le piste que nous pensions suivre en Ssyl’Shar s’est avérée sans fondements et nous n’avons finalement rien trouvé…


Ayae n’était au courant de rien en ce qu’il concernait les attaques du mage noir. Ne voulant pas l’effrayer, il avait préféré laissé la besogne de l’instruire sur tout ceci à son futur maître. Néanmoins, un sourire espiègle naquit sur les lèvres du Maître Bronze.

Nous n’avons rien trouvé si ce n’est cette charmante personne.

Quilaïn se tourna vers l’ondine, l’invitant à avancer d’un geste.

Cette aimable jeune fille possède le Don et devrait donc mériter notre enseignement… Toutefois, avec déjà 3 aspirantes à ma charge, je crains de ne pouvoir remplir le rôle d’instructeur…

La déception se peignait sur les traits de l’elfe, réelle ou non. Il adressa un regard inquisiteur au Maître Noir, attendant sa réaction.



Voilà ^^ Je pense que pour l'ordre, ce serait bien qu'Alau enchaine puis Aya, Quilaïn se retirera au prochain post, laissant Alau et Aya ensemble puis Lil interviendra un peu plus tard si cela vous convient ^^
Publicité





MessagePosté le: Dim 9 Fév 2014 - 13:50 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 535
Présentation: URL
RPs: 1 115
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mer 19 Fév 2014 - 18:03 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr se tenait debout et droit, dans toute la dignité qui sied à un Seigneur tel que lui. Ayae pourra découvrir la sobriété vestimentaire du Seigneur Ardent. Tout vêtu de noir, il n'optait que pour un pantalon solide et une tunique ample et légère. Sa crinière argentée contrastait fortement sur cette couleur ténébreux qu'il revêtait. Pourtant, il n'avait rien d'un vieillard. Sa forte stature de combattant et ses cicatrices lui balafrant le visage montrait qu'il était encore capable de se battre avec l'aide de sa sombre épée, qui reposait contre l'accoudoir du trône. Il n'était jamais déparé d'armes, toujours prêt à se défendre au besoin si on venait à l'attaquer directement... ou à tester l'ardeur au combat de certains jeunes et nouveaux aspirants.

Son visage sérieux esquissait un très léger sourire, qui pourrait être pris comme du dédain envers le Maître Bronze qui se présentait en face de lui avec une nouvelle aspirante. Mais il n'en était rien. Alauwyr affichait parfois un certain sourire dangereux.

Les bras croisés derrière son dos, il écouta en premier lieu le rapport de Quilaïn, suite à ses recherches dans le continent désertiques. A défaut de ramener des sources intéressantes, il ramenait cette aspirante. Quilaïn venait donc pour deux raisons : l'échec de sa mission et la mise en tutelle de cette jeune personne auprès d'un autre Maître. A voir l'étrange regard lancé par le Maître Bronze, ce dernier semblait déçu de pas pouvoir la former. Enthousiaste mais réaliste, il avait déjà trois aspirants à sa charge. Au moins, il ne faisait pas dans la prétention.

''Même si la mission n'a pas porté le résultat attendu, tu ne reviens pas bredouille. Une personne doté du Don est toujours une richesse apportée en plus à notre Màr. Je vais trouver un autre Maître pour la former. Je vois déjà qui pourrait remplir ce rôle. ''

Etait-ce un regard amusé qu'il eut sur l'instant ?

''Tu peux te retirer en tout sérénité. Je vais parler avec cette jeune aspirante en attendant l'arrivée de son maître. Elle sera entre de bonnes mains et elle pourra te rendre grâce un jour de l'avoir découverte. ''

Ses yeux ténébreux se posèrent ensuite sur Ayae.

''Bien... Alors jeune fille, si tu nous narrais un peu le fil de ton existence ? ''

°Estenir mon ami, je vais te demander de contacter Lilwen, pour lui ordonner de venir au plus tôt au Mahalma. Peu importe ce qu'elle est en train de faire, rappelle-lui qu'un ordre du Seigneur ne se discute pas et qu'il doit être obéi sans le faire retarder... La connaissant, elle va trouver une bonne excuse. Si jamais elle t'en sort une, précise lui que Chevalière Incarnate ou pas, elle reste un sujet du Kaerl et que je peux toujours attribué certains types de corvées en punition. °



Ayae Mugetsu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 2 Mar 2014 - 21:53 Répondre en citantRevenir en haut

Trois jours après leur rencontre… Zadayel se posait au Màr Tàralöm.

Comment décrire l’arrivée d’Ayae ? Elle n’avait pas dit un mot alors qu’ils descendaient lentement vers l’Arbre, dévorant du regard tout ce qu’elle voyait. Les dragons, les fumerolles, les bâtiments, la végétation, les gens qu’elle voyait se déplacer sur les plates-formes et de nouveaux les dragons. Autant d’informations qu’elle absorbait sans encore savoir à quel effet. Mais ça serait forcement utile. Au moins pour comprendre. Pour la première fois depuis très très longtemps elle se sentait de nouveau toute petite devant ce qu’elle voyait. Et il n’était pas question qu’on s’en aperçoive. Alors, même si elle était certaine que Quilaïn avait dû percevoir son trouble, elle ne disait rien.

L’ondine se laissa glisser au sol, suivant l’exemple de l’elfe et paru un instant déstabilisée alors qu’ils s’éloignaient de Adayel mais elle ne se laissa pas distancer, suivant soigneusement le Maitre Dragon. Il lui avait parlé de beaucoup de choses, répondant à ses questions lors des journées qui avaient passées mais n’avait pas dit un mot sur la façon dont se passerait leur arrivée. Ou même les temps qui suivraient. Elle n’avait pas demandé plus avant d’ailleurs. Quelle erreur !

Il se déplaçait avec l’aisance de l’habitué des lieux qu’il était… et avec l’autorité qui était celle de son rang. Et elle ne pouvait que suivre en s’efforçant de dissimuler le fait qu’elle était complètement perdue. Hors de question de passer pour une souris égarée dans un nid de serpents.

Convaincante ? Hein !?! De quoi ? Le Seigneur du Màr ?

Il n’aurait pas pu la prévenir à l’avance ? Savourant sans doute son petit effet sur l’ondine, Quilaïn se fit ouvrir les portes du Mahalma. Elle le suivit.

Et si Quilain resta droit devant le Seigneur du Màr, Ayae s’inclina. Elle n’avait aucune idée du protocole à suivre –et maudit pour cela l’elfe- mais si c’était là le dirigeant suprême des lieux… l’ondine ne prendrait pas le risque de l’insulter. Là d’où elle venait, elle aurait eu droit à une sévère correction pour un tel manquement à l’étiquette. Elle se redressa ensuite mais garda le regard vers le sol. Tous les sens aux aguets, elle écoutait, ne perdant aucune bride de la conversation.

La rousse n’intervint pas, ne montrant pas d’émotions superflues en entendant son destin se décider. Quilaïn n’assurerait donc pas sa formation ? Elle se sentit un peu déçue mais… il n’y avait pas de raisons de l’être à vrai dire. Il ne lui avait rien promis ou assuré et à la minuscule part d’elle qui protesta qu’il n’avait pas à l’abandonner ainsi, elle assena froidement qu’il ne lui devait rien. Elle se débrouillerait seule.

Un autre maitre pour la former ? Elle espéra qu’il serait à la hauteur. Il lui semblait néanmoins que le Seigneur Alauwyr n’était pas du genre à gaspiller. Si elle ne se trompait pas, elle n’avait rien à craindre. Elle aurait l’occasion de faire ses preuves.

Ayae releva la tête, à temps pour saisir un dernier regard que portait sur elle l’elfe avant que ce dernier ne se retire d’un pas presque nonchalant… Elle ignora comment l’interpréter et se sentie soudain seule. Les yeux d’ Alauwyr Iskuvar se portèrent sur elle.

L’ondine était consciente du curieux tableau qu’elle devait présenter. Devant l’humain de noir vêtu, elle portait encore les vêtements utilisés lors de sa fuite. Trois jours de voyage à dos de dragon n’avait pas fait de bien à ces soieries légères. Seul le voile noir qui recouvrait le tout dissimulait l’effet du trajet. Mais ce n’était pas important. Pas maintenant. S’il n’était pas capable de voir au-delà, il ne méritait pas sa place.

Elle releva les yeux sur lui, ne laissant ses émotions transparaître. Il avait les yeux noirs et l’air d’un prédateur. Dangereux. Donc respectable. Sachant à priori se servir de son pouvoir et de sa position. Donc estimable. Elle eut le sentiment d’être jaugé. Un peu comme une pouliche lors de la vente. Elle détesta ça… mais elle faisait la même chose. Un nouveau bon point pour lui donc même si c’était logique. Il devait se demander comment faire de cette nouvelle carte, un bonus pour lui. Même mineur. Ou peut-être était-ce se donner trop d’importance. Qu’importe.

Je me nomme Ayae Mugetsu, Seigneur. Comme vous l’a dit Messire Quilaïn, il m’a trouvée en Ssyl’Shar. Non loin d’Arsuh.

J’avais décidé de voyager quand j’ai fait sa connaissance et qu’il m’a parlé de ces lieux. Il fut suffisamment éloquent pour me convaincre que mon avenir était en ces lieux et que j'y serait parfaitement à ma place. Que désirez-vous savoir d’autre Messire ? Nulle loyauté ne me retient ailleurs si tel est votre question….


Ou savoir manier l’art de l’euphémisme. Pourquoi en dire plus ou fournir à quelqu’un des armes contre elle ? Elle en savait trop peu pour prendre des risques autres que ceux nécessaires… Elle-même n’aurait eut que mépris pour un oisillon venu se remettre tout tremblant entre ses mains simplement parce qu’elle lui aurait assuré qu’il pouvait. Quilaïn, c'était différent. Il lui avait sauvé la vie. Mais ici, elle n'avait aucune raison d'être en confiance.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 535
Présentation: URL
RPs: 1 115
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mar 4 Mar 2014 - 17:10 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr restait toujours dans sa posture immobile, tel une statue taillée pour dominer l'assemblée. La jeune aspirante ne lui parut guère éloquente mais comment le lui reprocher, à devoir parler un peu d'elle-même devant un Seigneur à la carrure impressionnante et au charisme effrayant ? De plus, elle n'était pas la première personne à passer devant lui pour se présenter à lui et raconter un peu le chemin de son existence.

Souriant étrangement, il descendit de quelques marches la plateforme qui accueillait le trône des Seigneurs Ardents. Peut-être que cette nouvelle venue attendait qu'il lui pose plus de questions. Ou alors elle guettait l'approche verbale du souverain, pour dire juste ce qu'elle acceptait de lui fournir comme information à son sujet. Toute donnée avait son importance et servait quand venait le bon moment de l'utiliser.

''Ma chère Ayae, tu pourras te vanter de venir d'un continent qui fournit de bons nombres d'Ardents. Moi-même je viens de cette contrée . ''

A peine s'il ne flattait pas son propre égo...

''Je n'évoquerai pas ta loyauté dans l'immédiat. Si tu es ici aujourd'hui, c'est que plus rien ne te retenait à l'extérieur de la Terre de l'Aube. La perspective de recommencer une nouvelle vie est trop tentante pour rester accroché à une dévotion quelconque d'un petit Seigneur terrestre. Donc tu disais que tu avais eu le désir de voyager. Donc de découvrir le monde, en apprendre plus sur lui. Étendre ta vision du monde au-delà de ce que tu connaissais...''

Son sourire s'élargit plus, dévoilant ses dents blanches, le rendant plus sinistre.

''Ce que je souhaiterai savoir ? C'est simple ? ce que tu étais, ce que tu faisais... La vie que tu as mené ma chère. Savoir quelles connaissances sont tiennes. Bien des détails qui permettra à ton futur Maître de savoir ce qu'il te restera encore à t’inculper comme formation''

°Que fait Lilwen d'ailleurs à ce sujet ? Elle devrait déjà être là. °
°Elle viendra. Tu sais comment sont les femmes quand il s'agit de venir au plus pressé°
°Si jamais elle se plait à le faire exprès, je doute qu'elle appréciera mes remontrances. Je me demande comment elle réagirait si je dépeignais d'une toute autre façon cette
excellente soirée qu'elle m'a offerte quand elle a fait irruption dans mes appartements... °
°Elle viendra. °



Ayae Mugetsu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 5 Mar 2014 - 12:31 Répondre en citantRevenir en haut

Et modeste avec ça. Curieusement, l’orgueil démesuré du Seigneur Noir collait bien au personnage...

Face à lui Ayae était méfiance, soigneusement enrobée d'une enveloppe de neutralité. Sans plus d'information sur Alauwyr, comment savoir quoi lui répondre. L'ondine avait le sentiment d'un mécanisme bien pensé et bien rodé : l'arrivée d'un nouvel aspirant, jeune, encore émerveillé par ce qu'il voyait mais sans indices quant à son avenir et donc facilement impressionnable. Avide d'en savoir plus et de faire ses preuves et donc extrêmement vulnérable à la première personne semblant s’intéresser à lui. Surtout si ladite personne avait l'autorité et la justification nécessaire pour poser des questions. Cela devait être un peu plus complexe et receler plus de subtilité que ca mais... le fond demeurait identique.

Objectivement, Ayae admira l'esthétique de la méthode. Obtenir ainsi les informations nécessaires pour placer un pion là où il serait le plus rentable... ou du moins le placer en connaissance de cause. Et c’était en même temps un défi. Si elle ne montrait pas ce dont elle était capable, la possibilité qu’elle soit placée avec un maître pitoyable existait. Flatter l’ego en demandant de parler de soi, de se mettre en valeur et garder le bâton si cela n’était pas satisfaisant. Potentiellement, un entretien privé avec lui pouvait toujours laisser le doute à son futur maître sur ce qui s’y était dit.. Oui, c'était joli. Et c'était une raison suffisante pour détester le Maître Noir.

Ceci dit, en agissant ainsi, il donnait aussi à apprendre sur sa façon de faire. Il aimait se mettre en scène mais était assez sur de son pouvoir pour accepter le très léger défi qu’avait constitué la non inclinaison de Quilaïn. Et il aimait jouer. Un chat peut être ? Un très gros chat vu les forces dont il disposait. La pancarte Ego Surdimensionné qui clignotait au-dessus de lui mais la jeune femme ayant toujours considéré comme primordial la conscience de sa propre valeur n’y voyait pas un défaut. Cet humain possédait l’arrogance du pouvoir et les certitudes que celui-ci apporte. Comme celle de tout savoir. Ou du moins, c’est ce qu’il désirait qu’on voit.

Il voulait qu’elle fasse ses preuves ? Soit.

En effet Seigneur. Mon univers était trop petit et trop étriqué pour me convenir et les restrictions qui sont celles qu’on impose à celles de mon sexe me déplaisaient. Mon entourage me semblait trop ennuyeux et limité pour que je m’y attarde plus même si je n’imaginais pas encore à quel point. Les Sept Oasis ne sont pas passionnantes…

Vous voulez savoir ce que je sais faire Messire ? Je sais écouter. Ou plutôt, je sais entendre et je sais réfléchir. Ce qui n’est généralement pas donné à tout le monde. Comme tous les enfants qui ont grandi dans les terres brûlantes, je sais que là où le faible abandonne, le fort s’accroche et survit. Voilà celle que je suis.


Et je suis vivante. La fin de la phrase ne fut pas prononcée.

De ce que Messire Quilaïn m'en a dit, il semble que ce soit un trait largement répandu en ces lieux.

Et sans mentir en plus… Il avait largement de quoi tirer des conclusions de cela, toutes autant fausses que vraies d’ailleurs. A voir comment il interpréterait. Si elle avait bien estimé le chat, ça devrait éveiller sa curiosité suffisamment pour qu’elle ne se retrouve pas avec un maître de deuxième zone mais sans pour autant trop en donner. Ni apparaître comme un danger potentiel.
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 5 Mar 2014 - 20:33 Répondre en citantRevenir en haut

La bataille du Val hantait encore ses rêves et le manque de sommeil commençait à se révéler sur son visage mais comme chaque matin, elle se trouvait dans la fosse, faisant travailler ses muscles ankylosés et endoloris. Eléderkan l’avait mise en garde et ses paroles avaient touchés juste. Elle se contentait donc de s’échauffer, laissant le soin à son corps de récupérer, tout en cherchant à se maintenir à un certain niveau. Concentrée, elle enchainait les mouvements amples, jouant sur la flexibilité de ses poignets. Elle constatait non sans fierté que la douleur s’estompait peu à peu, effaçant lentement mais sûrement les traces des combats. Déjà elle avait délaissé l’écharpe de tissu qui maintenait son bras jusqu’à maintenant. Son esprit commença alors à dériver, songeant avec amertume aux derniers jours qui s’étaient écoulés. La colère qui l’habitait depuis la bataille effleura mais elle la refoula, s’interrompant dans son mouvement. Depuis son altercation avec Alauwyr, elle n’avait de cesse de s’emporter pour un rien, plus que jamais beaucoup aurait pu la considérer comme la Liée d’une Incarnate. Elle expira lentement, jetant un regard mauvais à un aspirant qui la regardait avec un peu trop d’insistance. Celui-ci eu tôt fait de détourner le regard, rougissant brièvement.

C’est le moment que choisi Estenir pour pénétrer ses pensées et lui transmettre le message d’Alauwyr. La seule personne dans tout le Kaerl qu’elle ne voulait pas voir la faisait mander comme une simple servante. Elle eut beau arguer qu’elle avait autre chose à faire et qu’elle n’irait pas, Estenir lui transmit la menace sous-jacente du Maître Noir, comme s’il s’était attendu à sa réaction, ce qui la mit plus encore sur la défensive. Cédant peu à peu du terrain, elle dut se rendre à l’évidence et accepter, pourtant, elle ne put s’empêcher d’offrir au Noir une dernière remarque cinglante.

° Après tout, je devrais me sentir flattée. Alauwyr envoie un empereur noir faire le travail d’un lézard de feu… °

Rengainant son épée, elle quitta la fosse d’un pas énergique. Mais dans les couloirs du Màr, elle prit un malin plaisir, certes puéril mais tout à fait de circonstances, à faire attendre le Seigneur du Màr en ralentissant volontairement le pas. Arrivée devant les portes du Mahalma, elle s’était un peu calmée et lorsque les gardes ouvrirent les portes, elle pénétra dans la vaste salle d’un pas assurée, l’épée battant à son côté. L’Incarnate fit irruption dans son esprit, moqueuse.

° Peut-être veux-il te présenter des excuses ? °
° J’en doute, je parierais plus pour qu’il veuille m’envoyer sur un autre continent pour une futile raison ! °
° L’espoir rend les mâles stupides… °


Un sourire mauvais naquit presque sur le lèvres de la demi-sang mais elle passa pourtant à côté de l’Ondine sans lui adresser un regard, braquant ses yeux de glace sur la personne qu’elle considérait comme la plus dangereuse de la pièce, autrement dit, Alauwyr.

Maître Iskuvar, que me vaut la joie d’être ainsi mandée ?

L’ironie et le sarcasme qui teintait ses paroles n’étaient pour ainsi dire aucunement voilées. Volontairement, elle n’avait pas usé du terme de Seigneur, encore vexée par leur altercation et une légère dose d’impertinence était pour elle le meilleur moyen de lui montrer qu’elle n’était pas comme la plupart de ses sujets, à accourir en battant gaiement de la queue lorsqu’il requérait leur présence. De plus, les paroles d’Anaviel la hantait désormais et elle ne pouvait pour le moment pas savoir si le Seigneur du Màr évitait de la laisser faire son travail de Grand Légat parce qu’il craignait que son ancien Maître puisse l’influencer. Qu’il puisse penser cela l’énervait au plus haut moins mais ce n’était certainement pas Alauwyr qui allait l’informer sur ce point.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 535
Présentation: URL
RPs: 1 115
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Ven 7 Mar 2014 - 11:29 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr se permit de rire brièvement. Savoir entendre et réfléchir, ce qu'elle affirmait donc. De plus, elle esquivait ses réelles connaissances et ne survolait que le plus important à dévoiler. Deux actions simplistes mais qui devenaient des armes redoutables quand on en usait avec brio. Des traits répandues qu'elle pensait...

°Elle reste vague. Peut-être devrais-tu approfondir les questions°
°J'en aurai pas besoin. Je pense qu'avec l'instruction de Lilwen, elle aura de quoi s'amuser et nouer des liens particuliers avec sa maîtresse. °
°Ne penses-tu pas que c'est dangereux ? °
°Dans une meute, tu ne peux pas avoir deux louves occupant la même place. Une sera obligée de céder la place à un moment ou un autre. Oh je sais ce que tu vas me dire mon noir ami. Elles pourraient très bien s'allier. Ce genre d'alliance ne tient jamais longtemps°
°Certes. Mais là tu offres une certaine liberté à cette fille et à sa maîtresse...°
°La liberté a toujours ses limites et à trop tirer dessus, on finit par la perdre. °


''Cela me suffira amplement, chère Aspirante... Je laisserai alors la prédominance à ton mentor pour cerner ce que tu auras besoin d'apprendre. Peut être qu'écouter et réfléchir sont des traits répandus, mais peu s'en vantent et d'autres ne savent pas en user pour aller plus loin encore. Quilain, tu peux te retirer. Elle sera entre de bonnes mains. ''


Il sourit et redressa la tête au moment où la fière arrivée de la Grande Légate fut visible par l'ouverte des portes. Il se contenta de lui adresser un simple sourire amusé à sa petite pique prétentieuse. Oh oui, elle le défiait une fois encore, mais il n'allait pas lui offrir la réaction qu'elle attendait. Elle allait être gratifiée d'une toute autre.
[color=]
''Ma chère Lilwen, toujours aussi fraîche d'humeur à ce que je vois. Sethyl doit doucement approcher de son premier envol, dirait-on. ''[/color]

Il désignait d'une main ouverte la jeune aspirante qui se tenait aux côtés la Maîtresse Incarnate.

''Tu as à tes côtés Ayae Mugetsu. Elle est désormais ton aspirante. Veille bien à son instruction.... ''



Ayae Mugetsu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 7 Mar 2014 - 16:39 Répondre en citantRevenir en haut

Il semble prendre plutôt bien ses paroles comme son attitude. Elle a vu juste. Il ne fallait être ni trop fade, ni trop transparente. Ayae eut la certitude qu’elle aurait un maître valable. Elle retient cependant une correction. Lui visiblement ne voyait pas toutes les nuances. Elle qualifiait de commune la capacité à savoir survivre… pas celle à entendre –et encore moins à comprendre ce qu’on entendait.

L’ondine se contenta de sourire en réponse, semblant accueillir comme un compliment sa réplique et l’en remercier.

Déclarer savoir saisir les implications d’un discours, même celles qui n’étaient pas volontaires, n’était pas tout. Le talent véritable consistait ensuite à interpréter ces implications et faire le tri entre les détails. Et plus encore, à les utiliser. Il semblait lui laisser le bénéfice du doute quant à ces points-là.

Et puis les portes s’ouvrirent de nouveau dans son dos. Elle ne se retourna pas. Une démarche assurée. Un peu rapide peut être… Et puis la silhouette la dépassa et elle pu observer la silhouette. Une femme. Assez fine mais taille moyenne aux cheveux noirs. Portant une épée au côté. Important l’épée.

Quant au caractère… à premier vue, l’ondine le qualifia d’exécrable –ce qui était un compliment. L’oubli volontaire de toute forme de politesse et le sarcasme impliquaient une position bien particulière pour qu’elle puisse se le permettre. Soit c’était une égale (mais dans ce cas-là, elle n’aurait pas été mandé… comme un chien ou un valet à en croire le ton), soit c’était une subordonnée mais ayant assez de pouvoir pour se permettre ces défis. Un pouvoir soit politique, soit martial… soit plus intime… mais elle en doutait. Et au vu du félin qu’était le Seigneur, elle pencha pour la première possibilité. La femme devait être une rivale avec laquelle il aimait jouer, sur laquelle il aimait exercer du pouvoir mais trop redoutable pour être ignorée. Et en bon chat, sans doute était-ce pour cela même qu’il faisait sur elle la démonstration de son pouvoir. Elle critiqua intérieurement le choix du mot « mandé ». Ce faisant, la femme reconnaissait le statut supérieur du Seigneur.. mais peut-être était-ce une manière de faire passer le ton.

Mentalement, Ayae compta les points et nota de se renseigner sur ce qu’était le premier envol d’un dragon. Sethyl devait être la liée de la femme… Au ton, elle avait l’impression d’entendre un homme attribuer le mauvais caractère d’une femme à son sang lunaire. D’une finesse et d’une subtilité pathétique… et sans doute était-ce là l’effet voulu puisque ainsi il en faisait une insulte.

Aux dernières paroles d’Alauwyr, la rouquine se raidit légèrement… C’était donc elle son maître… ? Intéressant. Le regard violet se fixa sur le visage de la demie elfe pour observer ses réactions.
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 8 Mar 2014 - 00:11 Répondre en citantRevenir en haut

Lilwen n’était pas du genre à s’émouvoir pour une telle remarque. Lorsqu’elle était en Undomë, ses contrats d’assassin l’avaient amené dans des endroits qui auraient fait rougir une fille de joie. Pourtant la réplique d’Alauwyr à sa propre impertinence la fit presque rosir. Les récents agissements de la Reine Dragon, ne serait-ce que vis-à-vis de Thémos témoignaient sans conteste que Sethyl n’était plus une jeune dragonnelle. Elle jouait de séduction avec les mâles du Kaerl comme elle aurait joué de ses crocs et Lilwen devait reconnaitre qu’elle redoutait légèrement ce moment fatidique qui finirait inévitablement par arriver. Mais elle cacha sans peine son trouble sous un sourire mielleux.

Soyez assuré que Estenir et vous-même en serez les derniers informés si tel est le cas…

Elle savait pertinemment qu’elle avait trop à perdre à jouer à ce petit jeu de faux-semblant avec Alauwyr et pourtant, elle devait reconnaitre y prendre bien plus de plaisir qu’elle n’aurait dû. Elle le défia un moment du regard avant d’afficher une mine plus étonnée. Une aspirante ?

La demi-sang se retourna alors pour détailler la jeune fille à qui elle n’avait pour le moment accordé aucune attention. Plus jeune qu’elle, Lilwen ne pouvait s’entendre sur la race auquel elle pouvait appartenir. Sa chevelure d’une couleur trompeur lui aurait fait penser à une Fëalocë mais les traits étaient définitivement ondin. Si cela la laissa perplexe, elle n’en montra rien. Elle n’en demeurait pas moins jolie, avec des yeux d’un mauve envoutant. Lilwen salua la jeune fille.

Ayae…

Le regard de Lilwen pétilla alors même qu’elle songeait à ce que tout cela impliquait. De nouveau, elle se tourna vers le Maître des lieux, un sourire innocent aux lèvres.

Je regrette mais je ne suis que Chevalière… Et vraisemblablement il faudrait un Maître Dragon pour instruire correctement cette jeune aspirante. Dois-je en déduire que vous m’accordez le rang de Maîtresse Dragon ?

Elle voulait ni plus ni moins que l’entendre le dire. Chaque pouce de terrain était important et elle refusait de laisser cela à Alauwyr. D’autant plus qu’elle songeait déjà par trop à son départ trois jours plus tard au Manoir où des émissaires des trois Kaerls devaient se réunir pour partir chercher leur ennemi. Comme en réponse à ses pensées, la marque noire brûla dans son dos comme une lame chauffée à blanc. Plus sérieuse, elle enchaina.

Je pars pour le Manoir dans trois jours, le moment est peut-être mal choisi pour débuter son aspiranat.

Elle n’avait pour le moment aucune idée de ce que valait Ayae à l’épée, si elle était intelligente ou si elle était simplement un joli minois. Elle craignait plus que tout de découvrir une entrave plus qu’un aspirant et brusquement, elle se demanda si Alauwyr ne l’ait justement pas fait exprès.


T'inquiète Aya, Lil va t'adorer 8D
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 535
Présentation: URL
RPs: 1 115
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 23 Mar 2014 - 19:58 Répondre en citantRevenir en haut

[HRP : désolé du retard]

Alauwyr ricana. Lilwen tentait de marcher sur son terrain ; un terrain glissant. mais à voir son visage surpris à l'annonce de lui confier une aspirante, il en fut ravi. Il appréciait voir ses interlocuteurs se faire avoir sur une inconnue et Lilwen venait de la découvrir. Cette inconnue était Ayae, son aspirante désormais. Elle sur se rattraper avec une élégance insolente. Il n'en perdit pas son sourire et quitta son trône pour rejoindre les deux femmes, les bras croisés dans son dos.

''Est ce que d'avoir l'Aspirante Ayae te rebute Lilwen ? Je te savais pas si effarouchée par une telle tâche. Ce n'est pourtant pas un défi . ''

Il accorda un regard amusé à la Chevalière Incarnate, esquivant toujours la réponse qu'elle attendait. Il posa une main sur l'épaule frêle d'Ayae, tout en ne quittant pas les yeux Lilwen.

''Il n'y a jamais de mauvais moments. Les motivations qui te poussent à aller au Manoir sont tout à ton honneur, même si je sais que derrière ça, il y a d'autres ambitions. Alors je t'offre cette ambition. Ton apprentie, Ayae ci-présent, est prometteuse. Même le Maître-Dragon Quilaïn de Lazarel regrettait de pas avoir plus de temps à accorder à son aspiranat. D'où l'ordre que je t'ai donné de venir ici. Tu devrais te sentir flatter. ''

Il passa derrière le dos d'Ayae, lui libérant l'épaule de la présence de sa main.

''Ayae, tu vas entrer dans le vif du sujet pour ce qui est de ta formation. Je laisserai Lilwen t'expliquer tout cela en détail. Elle saura t'apprendre ce qu'il faut et avec sagesse''

Il adressa une fois encore un sourire moqueur à la Légat. Qu'il appréciait en profiter un peu.

''Après tout, être formée par une maîtresse Incarnate n'est pas rien quand on est aspirant, n'est-ce pas Ayae ? J'espère que tu sauras t'entendre avec elle, c'est une femme de caractère....Trop peut-être même. A ton contact, elle pourrait même s'adoucir. Il parait que certains duo d'aspirant et maître apportent des résultats... à double sens. ''


Puis doucement son ton se durcit, son regard devint sombre.

''Quoique tu souhaites Lilwen, tu l’emmèneras avec toi. Ce serait une bonne expérience et pour la première fois de ta vie de Maîtresse Incarnate, tu vas devoir veiller sur une autre personne autre que toi-même. Je suis certain qu'Ayae ne te décevras pas... Je t'interdis de te trouver une excuse pour la laisser au Kaerl pour la mission qui est la tienne au Manoir....''

Pour ne pas laisser Ayae dans la brume de l'incompréhension, il lui apporta alors la lumière.

''Tu as sans doute appris que nous avions été attaqués. Lilwen, ta maîtresse, part rejoindre d'autres gens des autres kaerls pour aller trouver notre ennemi et l'abattre. En la joignant à toi, tu vas avoir une sacrée chance d'apprendre directement sur le terrain quelques domaines qu'un aspirant se doit de maîtriser. Si tu as des lacunes, Lilwen saura te les combler....''





Ayae Mugetsu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 13 Avr 2014 - 21:54 Répondre en citantRevenir en haut

Alors qu'elle même s'était raidie à l'annonce, sa future maîtresse avait laissé apparaître un visage plus étonné avant de la dévisager. L’aspirante s’inclina légèrement à l’évocation de son nom. Elle, par contre, ne connaissait que le prénom de la chevalière dont elle ne jugeait pas l’utilisation très appropriée pour le coup.

Ma Dame…

Nul ne pourrait lui reprocher de ne pas respecter les apparences à part pour le regard manquait clairement de toute nuance affectueuse, apeurée ou douce. C’était un regard qui jaugeait son interlocuteur, se demandant s’il serait à la hauteur de ce qu’elle attendait de lui. En attendant d’en savoir plus chacun des maîtres dragons, elle leur accordait l’estime que ce titre éveillait en elle depuis sa rencontre avec Quilaïn.

Les traits étaient fin mais… elle n’y retrouvait pas cette perfection toute elfe. Une sang mêlée ? En tout cas, elle confirmait son opinion quant à sa vis-à-vis. Elle avait répondu à l’insulte à peine déguisée du maître du Kaerl avec un ton mielleux (elle savait donc maîtriser sa colère… Le ton supposait qu’elle était de ceux qui n’oublient jamais une insulte. Utile à savoir..). Elle avait également un esprit vif puisqu’elle avait attaqué directement pour tenter d’obtenir un avantage d’un non-dit. Au moins, la jeune ondine était certaine de ne pas avoir une décérébrée pour maîtresse. Ambitieuse à priori puisqu’elle demandait sous une fausse modestie la reconnaissance officielle d’un statut supérieur.

Ca exigerait par contre qu’elle fasse ses preuves. Qu’elle montre qu’elle pourrait lui être uti- Elle ne put réprimer une légère crispation lorsque le Seigneur Noir lui posa la main sur l’épaule. L’enflure. En s’accordant ce paternalisme –comme un jeune élève qu’on souhaite encourager pour le pousser en avant- alors qu’il jouait avec l’hybride, il rappelait une fois encore la hiérarchie existante. D’une façon élégante et sournoise. Et surtout, ses paroles étaient de nature à éveiller aussi bien l’intérêt que la méfiance chez sa future maîtresse. Pour ça, elle pouvait lui en être reconnaissante même si elle ne doutait pas de pouvoir arriver au même résultat seule.

En soulignant ses qualités, il avait certainement conscience de poser un… défi à Lilwen. Si celle-ci réussissait, le crédit serait pour les talents naturels de son élève. Si elle échouait, c’est qu’elle n’était pas au niveau pour être maîtresse dragon. Lilwen était condamnée à réussir si elle ne voulait pas se plomber politiquement. Ayant posé ce constat, l’ondine conclut qu’il était peu probable que ses rapports avec sa maîtresse soit placée sous autre chose que le signe de l’exigence. Elle devrait prouver à sa maîtresse qu’elle n’était pas un piège tendu pour la faire chuter. La jeune fille ne devrait à priori pas s’attendre à de la pitié ou une acceptation de médiocrité. Au final, c’était parfait. Pas de fausse commisération. Ayae ne l’aurait pas supporté. Par contre montrer un peu de curiosité ne ferait pas de mal à son image aussi, lorsque la main la laissa enfin libre, elle se relaxa un peu et observa la légate.

Elle ne répondit pas à la première phrase du Seigneur, se contentant d’hocher tranquillement la tête. Il parlait pour lui-même. Et pour narguer Lilwen… La preuve, il enchaîna. Accordant, sans peut-être s’en rendre compte, le titre demandé par la chevalière. Maîtresse Incarnate. Tel était donc le rang qu’il lui reconnaissait.

C’était peut-être voulu, peut-être pas, en tout cas, sa Dame ne manquerait certainement pas de s’en rendre compte elle. Si elle l’avait bien jaugée.

La suite par contre lui parut bien plus incompréhensible. Manoir ? Heu…. On voulait l’envoyer abattre quelqu’un sur le terrain ? Bande de grand malade ! Ce n’était pas exactement le moment pour le dire par contre… et elle n’allait pas sacrifier sa maîtresse potentielle par ce genre de crainte. Il n’y avait pas de retour possible.


J’en avait eu des échos et je ne doute pas que la Maîtresse Incarnate ne sache m’enseigner tout ce qu’un aspirant se doit de connaitre. Et qu’elle trouvera une oreille attentive.


La fin de sa réponse s’était faite en regardant Lilwen.
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 8 Mai 2014 - 20:12 Répondre en citantRevenir en haut

Un éclair appréciateur passa dans le regard de Lilwen lorsque celle-ci croisa celui de l’Ondine. Une oreille attentive ne serait pas de trop mais elle doutait fortement du bien-fondé de la décision d’Alauwyr quant à l’emmener avec elle au Manoir. Il s’était visiblement attendu à ce qu’elle proteste car il avait répliqué avant même qu’elle ne puisse finir d’ouvrir la bouche. Elle en put s’empêcher de lui jeter un regard noir, songeant avec colère qu’il anticipait un peu trop facilement ses réactions.

Mais déjà, son esprit imaginait tout ce qu’elle pourrait tirer de la jeune fille si elle parvenait à en faire un outil. Car ce ne serait certainement pas l’altruisme qui avait faire d’elle une tutrice, mais bien le fait de pouvoir retirer un jour quelques choses du savoir qu’elle aurait transmis à la jeune Ondine. Et qui sait, si celle-ci était assez maligne, peut-être pourrait-elle un jour rivaliser avec l’éminent Maîtres du Kaerl. Toutefois, la jeune femme devrait auparavant gagner son respect, ce qui ne serait pas simple, qui plus elle Sethyl ne serait pas la plus facile à convaincre non plus.

Posant un regard glacial sur Alauwyr, sa voix s’éleva d’une douceur toute trompeuse.

Je doute que vous sachiez quoique ce soit de mes ambitions Alauwyr…

Un sourire narquois naquit sur ses lèvres alors que son regard s’embrasait brusquement tout en regardant cet homme qu’elle détestait de bien des manières, mais qu’elle ne pouvait s’empêcher de considérer non plus. Ce qui était très certainement la source de la colère sourde qui l’habitait à chaque fois qu’elle le voyait.

Mais si tel est le cas, je suis certaine que nous en reparlerons très bientôt.

Son regard redevint plus sombre, reflet de celui du Seigneur.

Soit. Elle viendra avec moi.

Elle se tourna alors vers Ayae, se détournant complètement du Maître Noir.

Viens. Nous avons beaucoup à faire avant le départ.

La Sang commença alors à quitter la pièce sans un regard vers Alauwyr lorsqu’elle se ravisa, se retournant vers lui, elle lui adressa un léger sourire aussi froid que son regard.

N’oubliez pas que c’est vous qui me l’avez confié…

Se détournant finalement, elle quitta la pièce, Ayae sur ses talons. Sans un mot, elle guida la jeune fille dans les couloirs du Màr, jusqu’à se trouver devant une porte ouvragée qui n’était autre que la porte de son étude personnelle de Sang. Elle pénétra dans la pièce avant de fermer la porte derrière l’Ondine avant de prendre place dans l’un des fauteuils devant une cheminée, invitant Ayae à en faire autant. La pièce était vaste et comportait en plus des fauteuils, plusieurs bibliothèques et un bureau d’une taille conséquente où elle travaillait régulièrement. La demi-sang dardait un regard acéré sur l’aspirante jusqu’u moment où elle rompit le silence.

Qui es-tu ?
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 535
Présentation: URL
RPs: 1 115
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 15 Mai 2014 - 15:03 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr s'accouda, reposant son menton sur ses doigts repliés. Il observa la sortie des deux jeunes femme, gardant de préférence son regard noir sur Lilwen. Le grand Légat avait une fois de plus jouer de sa pseudo autorité de rebelle, montrant ce qu'il ne fallait pas faire devant son Aspirante. Ayae paraissait être une fille intelligente, elle ne se laissera sans doute pas influencer par la Maîtresse Incarnate.

°On dirait que tu pourrais préférer cette aspirante à ta Légate°
°Ne va pas croire, mon cher Estenir, que c'est là une possible conquête. J'ai d'autres préoccupations°
°Loin de là cette idée, mais j'ai la nette impression que tu apprécies plus les audiences avec de jeunes Aspirantes ou des liés femelles que des liés en ton genre°
°Cela devrait te conforter quand à mes choix mon ami. Tu n'aurais donc aucun soucis pour tes possibles partenaires. Je crois que tu avais bien apprécié la dernière fois. °
°Là n'est pas la question. °
°Lilwen n'est qu'une femme ambitieuse. Elle le devient plus encore depuis qu'elle est liée à sa Naine Rouge°
°Sethyl reste une Incarnate et même si elle n'atteindra jamais sa vraie taille, elle saura accomplir la même destinée que toutes les autres avant elle....°
°Sa petite taille ne dissimule en rien le caractère de sa lignée. Cela pourrait même l'aiguiser. Et rien ne nous dit qu'elles pourraient très bien toutes les deux vouloir plus encore...°
°Vouloir quoi ? °
°Je ne vais pas te faire un dessin Estenir°
°Tu vois le mal partout....°
°Les femmes sont des créatures subtiles mon ami. Tu le sais par tes consoeurs. Les bipèdes, c'est la même chose°


Il se permit un léger sourire très ironique, comme s'il s'adressait encore à l'ombre de Lilwen, qui une minute avant, se dissimulait sous les pieds de sa propriétaire. Lilwen, un jour prochain, dira le mot de trop qui suffira à offrir une excellente opportunité au Seigneur pour la faire choir. Et durement.

[HRP : vous pouvez continuer toutes les deux, merci de ce rp :p]



Ayae Mugetsu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 30 Juin 2014 - 18:35 Répondre en citantRevenir en haut

Sa maitresse était impulsive. Qu’elle tente ou non de le réprimer. Et acide. Une prune tentante mais dont le gout sur les lèvres ferait grimacer quiconque oserait y mordre. Et pourtant… L’ondine entendait un défi lancé. Sans savoir si les moyens pour le lancer y étaient. Elle ne put non plus s’empêcher de songer un instant à la parade amoureuse de ces oiseaux qui ne sont jamais plus agressifs que lorsqu’ils ont repéré un compagnon potentiel, comme s’ils tenaient à lui montrer ô combien leur vitalité en faisait des partenaires enviables. En ayant le dernier mot par exemple.

Ayae pressenti que le sujet « Alauwyr » ferait parti de ces dossiers bouillants à traiter avec des pincettes.

L’ondine se contenta d’incliner légèrement la tête, sans répondre, à l’injonction de Lilwen et la suivit. Elle se retint de sourire en entendant la confirmation de sa première analyse… Avoir le dernier mot. C’était mignon. Mais mieux valait pour elle ne jamais exprimer cet avis car la maîtresse incarnate risquait d’être légèrement susceptible… Ou bien de mauvaise foi. Et il n’était pas dans son intérêt de s’attirer l’ire de sa maîtresse.

Les deux femmes traversèrent les couloirs du mar. La jeune fille laissa errer son regard sur les hauts murs du Kaerl, ses yeux s’attardant sur les colonnes sculptées, et les richesses exposées. Les orbes de cuivres et d’étain, les tapis richement brodées. La taille des lieux, plus que tout, lui rappelait qu’elle avait quitté tout ce qu’elle connaissait et qu’elle vivrait désormais à une autre échelle. Pour peu qu’elle fasse ses preuves. Les poings de l’ondine se serrèrent avant qu’elle ne les force à se détendre. Elle gagnerait sa place en ces lieux. A tout prix. Nul n’entraverait cette chance qui était la sienne.

Les couloirs et les passerelles se succédèrent jusqu’à atteindre une porte ouvragée. Elles n’avaient croisés que peu de mon et, visiblement, personne n’avait osé intercepter la trajectoire de la Maîtresse Incarnate. A la suite de la demi-elfe, elle pénétra dans la pièce et s’avança alors que sa dame fermait la porte derrière elles. Levant les yeux elle admira les rangées de livres. Suivant l’invitation de Lilwen, elle s’assit à son tour sur l’un des fauteuils.

L’ondine garda le silence, observant par contre la pièce, espérant y déceler tout ce qui pourrait l’informer plus avant sur sa maîtresse. Elle se tient droite, sans s’agiter. L’attente ne l’effrayait pas, pas plus que les regards scrutateurs. Lilwen l’a mené en un endroit où elle est seule maîtresse, tout comme Alauwyr régnait sur sa salle d’audience. Et pourtant, contrairement au Seigneur Ardent, ces lieux là suggèrent également un partage. Ils montrent du savoir mais rendent bien plus subtil le rapport de force. Des livres. Un bureau. Une cheminée et des fauteuils. C’est un lieu de réflexion, de travail, de préparation et non un endroit fait pour exalter la gloire d’un seul. Un lieu exigeant. Mais qui offre le savoir. Si ces lieux sont à l’image de leur propriétaire, elle aura sa chance.

L’aspirante reporta ses yeux sur celle à qui elle répondrait désormais et attendis. Elle ne doutait pas que sa Dame la jaugeait tout autant qu’elle. Les premiers mots de l’une comme de l’autre seraient primordiaux. Révélateurs.

Qui es-tu ?

Elle pris quelques instants avant de répondre. La question était moins fine que celle auquel elle s’attendait. Un « qui » ne valait rien. N’apportait rien. Mais cela pouvait être une question dans la question. Savait-elle répondre à la véritable question ou bien serait-elle limitée par celle qui avait été formulée. Lilwen ne la quittait pas du regard.

Je pourrait vous répondre que je suis Ayae, nouvelle aspirante ondine arrivée au Kaerl il y a moins de deux heures. Mais cela ne vous informerais guère. Un « qu’est tu » aurait peut-être été plus adapté.

Tant pis, elle prenait le risque de corriger la formulation. Si c’était un test de Lilwen, autant montrer directement qu’elle était sensible à ce que portent les mots. Et si sa maitresse se froissait car incapable de voir la subtilité du langage, peut-être était-elle moins douée qu’à première vue.

Je suis une page blanche, de l’argile à modeler. Je suis une opportunité ma Dame. Pour vous l’opportunité d’obtenir un outil que vous aurez vous-même formé. L’occasion d’affermir votre influence et de former quelqu’un qui saura ce qu’il vous doit. Si je suis votre première aspirante, je suis aussi l’occasion de montrer que vous n’êtes pas juste chevalière mais Maitresse de façon incontestée. Je puis être un atout, ma Dame, si vous en décidez ainsi.

Elle fit une petite pause avant de reprendre, laissant volontairement le contrecoup sous silence. Sa maîtresse l’entendrait parfaitement.

Je viens du Ssyl’Shar où on considère que la place des femmes se situe à mi-chemin entre le lit et la cuisine, un joli bibelot incapable de se servir de sa tête ou de ses mains. Je ne suis ni une guerrière ni une érudite, ma Dame, mais j’apprendrais. Je sais reflechir.et apprendre de ce que j’entends. Si vous me donnez les clés pour y parvenir ma Dame je ne vous décevrais pas. Et sinon… cela prendra juste plus de temps.

Ayae savait que ses mots révélaient son ego et son ambition mais elle estimait qu’il n’était pas mauvais de montrer qu’elle n’était pas totalement désintéressée et généreuse. Apres tout, on ne pouvait faire confiance aux gens désintéressés. Et si elle voulait que Lilwen puisse lui faire un minimum confiance, il fallait lui offrir un moyen de pression. Une faiblesse. La verrait-elle ? Le regard ne s'était pas baissé sous celui de Lilwen.
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 21 Juil 2014 - 17:21 Répondre en citantRevenir en haut

Prendre un aspirant pouvait être une bénédiction ou une malédiction. Mais un novice pouvait aussi être un grain de sable pouvant enrayer une machine bien huilée. La demi-sang écouta l’Ondine avec attention. Pourquoi Alauwyr avait-il décidé de la lui confier, elle n’avait que des doutes sur la question et ne pouvait se targuer de connaitre tous les desseins du Maître Noir. Toutefois, elle ne pouvait pour le moment faire confiance à la jeune fille, même si ce qu’elle entendait lui plaisait.

Tu n’es ni une guerrière ni une érudite mais tu manies le verbe avec assez d’aisance, ce qui peut tout aussi bien te sauver la vie qu’une bonne lame en ces lieux. Tu ne dois faire confiance à personne car personne ne te fera confiance. Le Màr Tàralöm est devenu aujourd’hui ta demeure, à toi de t’en montrer digne car je n’hésiterai pas à te renvoyer en Ssyl'Shar.

Lilwen se leva et commença à marcher, forçant l’Ondine à la suivre des yeux.

Je ne ferai pas de toi une guerrière, mais je puis t’apprendre à ôter la vie d’un homme avec ou sans armes. Je ne ferai pas de toi une érudite, mais je puis t’enseigner des arts méconnus de beaucoup même en ces lieux…

Sa voix s’était faite douce et caressante, presque enjôleuse mais ses yeux ne reflétait que la glace de ses sentiments.

Je peux tout aussi bien t’aider à t’élever que faire qu'on oublie tout de toi. J’attends de toi une obéissance complète et aveugle. Nous allons avoir très peu de temps avant notre départ et je ne veux pas que tu sois un poids. Tu vas devoir te débrouiller seule et rapidement. Ton apprentissage se déroulera en plusieurs parties. Nous en reparlerons.

Lilwen s’interrompit, laissant le silence s’installer. Elle pouvait percevoir sa Liée à la frontière de son esprit, la demi-sang savait qu’elle approchait.

Je t’encourage à poser des questions si tant est qu’elles soient pertinentes. Ce monde est nouveau pour toi et tu apprendras beaucoup par toi-même.

Brusquement, Sethyl se posa sur le balcon attenant à l’étude. Ses écailles de rubis brillaient sous les rayons solaires et Lilwen manqua de sourire car la Reine avait toujours su soigner ses entrées. Ouvrant grands les portes donnant sur l’avancée, Lilwen s’avança vers sa Liée. La voix de l’Incarnate résonna bientôt dans leurs esprit, douce mais pourtant impérieuse.

° Je suis Sethyl, fille de Nephtys et Liée à Lilwen, ta maîtresse. °

Lilwen enchaina.

Sethyl est une Reine Incarnate. Ce sont les Reines qui offrent au Màr les couvées de nouveaux dragons auxquels les aspirants se lient une fois qu’ils sont prêts. Les Incarnates sont rares et précieuses et méritent le respect de tous.


Un sourire complice naquit sur ses lèvres lorsqu’elle croisa le regard vert de sa Liée.

Nous sommes ici dans mon étude. Je suis Sang, c’est-à-dire que je fais partie du Concile qui dirige le Màr.

Lilwen se tourna vers Ayae.

Peut-être as-tu déjà des questions ?
Ayae Mugetsu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 10 Aoû 2014 - 23:15 Répondre en citantRevenir en haut

La jeune fille leva les yeux pour continuer à suivre Lilwen du regard. Elle ne se tordit néanmoins pas le cou, attendant qu'elle repasse dans son champ de vision, préférant se contenter d’écouter plutôt que de devoir accorder une partie de son attention à l'inconfort de sa nuque. Elle acquiesça silencieusement à la mention de son aisance au maniement du verbe. Les mots étaient un jeu et une arme dont elle savait user.

Ne faire confiance à personne. Compter uniquement sur soi. Sur soi et sur personne d'autre. Car personne ne serait là pour elle si elle n'en était pas capable... Voilà une maxime qu'elle connaissait. Ayae l'acceptait. Elle pouvait le faire. Non. Elle le ferait. Elle n'avait besoin de personne pour la consoler ou quoi que ce soit d'autres. Juste d'apprendre.

Lilwen réapparut dans son champs de vision et cette fois ci, l'ondine se releva, afin de ne plus la perdre des yeux. Son regard s'était fait désireux, et une lueur d'avidité s'y était allumée à la mention des arts et enseignements que sa Maîtresse lui faisait miroiter. La lueur fut rapidement maîtrisée mais son ombre demeura. Lilwen l'appâtait, elle le savait, et pourtant, si elle disait vrai, il y avait tant à gagner.

Obéissance complète et aveugle. Intéressant. Cette demande, placée après un avertissement sur la confiance, était… intéressante.
Qu’impliquait-elle ? De ne jamais discuter le bien fondé des ordres de sa maîtresse et de ne pas lui faire défaut lorsqu’elle en donnait ? Obéissance complète… soit. Tant qu’elle ne se sacrifiait pas elle-même pour les ambitions de Lilwen, c’était jouable. Ne pas discuter le bien-fondé…douteux mais soit… mais accorder à quelqu’un une obéissance aveugle revenait dans les faits à lui accorder une confiance aveugle… ce qu’elle n’accorderait à personne. Donner l’illusion de ladite obéissance par contre c’était bien plus aisé. Elle obéirait. Mais pas aveuglement. Pas imbécilement (ça ne ferait que les desservir toute deux).

Quelles seraient donc les différentes parties de son apprentissage… ? La question lui picotait le bout des lèvres mais elle la retint sans soucis, ondine jusqu’au bout des ongles. La suite allait venir. Elle ne doutait pas qu’elle aurait l’occasion de poser des questions. Le programme en tout cas avait l’air tentant.

Soudain, sa Maîtresse se détourna et se dirigea vers les portes donnant sur le balcon, laissant s’avancer une créature d’un rouge étincelant, sanglant. Légèrement plus petite que Zedayel, elle avait cependant un quelque chose de plus féroce, de moins joueur. Elle brillait littéralement, comme ruisselante d’or rouge dans la lumière ambiante. Sethyl était magnifique. L’Aspirante s’inclina profondément devant la dragonne en entendant son nom.

C’est un honneur.

Songea-t-elle, ne doutant pas que, tout comme son homologue masculin, la Dragonne saurait entendre ses pensées.

Une Reine ? Le regard de l’aspirante se tenta d’admiration tandis qu’elle observait la liée de sa Maîtresse et appréciait d’autant mieux sa nouvelle position. Le Seigneur Noir ne s’était pas fichu d’elle. Un point restait à définir : sa marge de manœuvre.

J’ai deux questions ma dame qui me semblent nécessaires. Puisque je suis désormais votre aspirante, existe-il une présentation particulière associée à cet état et, par extension, comment désirez-vous que je m’adresse à vous ? La même question s’adresse également à vous, puissante Sethyl. Ma seconde question concerne l’obéissance aveugle. M’autorisez-vous néanmoins à exprimer, en privé avec vous seulement, un avis qui serait divergent du votre ou attendez-vous une absence totale de remise en question et de questionnement de ma part ?
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:11 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu