Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP]Est-on réellement maître de son existence ? Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 4 Jan 2014 - 18:49 Répondre en citantRevenir en haut

¤ Début Gaïaku 918 ¤
Quelques jours après la fin des combats des Ombres


Le soleil déclinait, touchant déjà l'horizon. De l'intérieur des Sables d'Eclosion, il était facile d'imaginer sa position, au vue de l'angle de ses rayons qui pénétraient par les larges ouvertures rondes qui permettaient d'illuminer l'intérieur immense de ses lieux. La couleur dorée et quelque peu sombre n'empêchait pas d'en admirer la beauté sobre et caverneuse. Ce qui faisait défaut sur ces sables étaient l'absence totale d'oeufs. Aucune dragonne n'avait pondu ici, apportant une force sensation de vide.

Peddyr était à l'entrée des Sables, là où entrait tout Aspirant apte à l'Empreinte. Il revenait tout juste d'une visite de chez Nalesean, pour ses marques et voir avec lui de son histoire de possession précédentes... Un dragon l'avait surveillé de loin. Il n'était au Kaerl depuis quelques jours seulement et son retour n'était pas passé inaperçu. Sans doute que Zackheim avait demandé à ce qu'un dragon le surveille de loin, au cas où. L'ancien ambassadeur ne lui en voudrait pas de toute façon. Il aurait entrepris la même surveillance à sa place.

Il contempla les Sables. Dans ses souvenirs, il revoyait les gens sur les estrades là-haut, tout autour de l'aire d'éclosion, ainsi que la présence enivrante des dragons venus assister à la naissance de la vie. Chaque dragon qui se liait avec un homme ou une femme offrait une joie incommensurable, un moment unique dans la vie d'un chevalier-dragon, et ceux malgré le regard scrutateur de la Dragonne Dorée qui assistait à chaque fusion d'âme. Chaque dragon lié était une victoire au nom de Flarmya sur le mal qui terrassait les dragons à la naissance par faute de lien. Tous les chevaliers-dragons avaient vu un jour leur vie devenir complète dès qu'ils croisaient leur esprit à celui de leur âme soeur.

Les rayons du soleil perdaient doucement leur intensité, maintenant que l'astre rougeoyait à l'approche de son passage derrière l'horizon. Peddyr, comme pour l'imiter, s'accroupit sur le sable en posant un genou. D'une main, il enfonça ses doigts dans le sable chaud et soupira. Lui aussi s'était marqué avec un dragon, et sa vie avait pris un nouveau virage. Le premier jour avait Sveargith avait été inoui. Incomparable et indescriptible. Et ceux malgré ses doutes et ses angoisses. Il prit une poignée de sable et la détailla, appréciant chaque grain fin qui s'écoulait hors de sa paume. ce sable s'écoulait comme une vie. Tout en le regardant s'écouler, il repensa à qui il était quand il avait posé le pied pour la première fois au Kaerl Céleste.

Quand son maître l'avait trouvé dans le SSyl'Shar, il n'était qu'un homme en fuite des fragments d'une vie troublée. en exil pour ne pas redevenir l'homme dangereux qu'il se rappelait avoir été. Autrefois, il avait été un prince d'Orën, Estan Zadan. Et comme tout haut noble, il agissait de façon arrogante et sans aucun honneur. Jusqu'à un jour où il avait commencé à comprendre l'erreur d'avoir suivi une telle voie. Suite à une blessure grave à la tête, Estan Zadan mourut pour laisser Peddyr Thelrand prendre vie. Malmené entre deux personnes, l'esprit de Peddyr se retrouva à se confronter à lui-même, ce qui imposa au Maître Brun de retourner en Orên, pour se confronter à son passé. Cela lui permit de retrouver la paix... Grâce à l'aide de Sveargith et de Crylith sa femme. Il serra la poignée de sable qui refroidissait déjà. Où elle se trouvait aujourd'hui, elle était en sécurité, avec leurs enfants. Pour leur bien et garantir l'écoulement d'une vie paisible pour eux, Peddyr avait dû contraindre Crylith à partir, à se séparer de lui. Au vue de son caractère tumultueux et vif.... Au moins, tous les trois étaient hors des dangers que les Kaerls avaient subi et n'auraient pas à supporter les conséquences de ses actes.

Peddyr replongea à nouveau sa main dans le sable chaud et l'y laissa, savourant le réconfort de cette chaleur. Et maintenant ? Qui était-il à l'heure d'aujourd'hui ? Bien qu'il était ici, aux Sables d'Eclosion, il était comme un étranger. Après avoir tenté d'arracher la vie de Zackheim, il avait été considéré comme un paria, un exilé. Un Maître-Dragon sans Kaerl. Les circonstances actuelles lui avaient offert un retour en grâce temporaire pour revenir au Kaerl et aider à combattre le néfaste Drazahir. Oui temporaire...

En se remémorant tout son parcours, aussi loin qu'il puisse le faire, il se demandait s'il avait réellement eu le contrôle sur sa vie. Le Destin lui avait fait payer le prix de sa précédente existence, en ''tuant'' Estan Zadan. Et là encore, le destin lui faisait payer le prix d'un acte délibéré, qui avait échoué. Le Màr Menel lui était accessible que le temps de combattre Drazahir. Peddyr aura-t-il le temps de savourer sur le court laps de temps accordé ce foyer qu'il avait toujours considéré comme sien ?

Avec un soupir, il retira sa main du sable chaud. Croire qu'on était maître de son existence était une illusion.



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Publicité





MessagePosté le: Sam 4 Jan 2014 - 18:49 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 656
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 344
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 5 Jan 2014 - 23:49 Répondre en citantRevenir en haut

Persée aurait voulu se faire aussi petite qu’une souris et se glisser sous la porte des appartements du Seigneur du Kaerl. Elle aurait voulu courir et lui sauter au cou comme le font tous les amants du monde qui se retrouvent après de dures épreuves. Il l’aurait réconforté et elle, elle l’aurait à nouveau assuré de son soutien en toutes choses. Elle aurait voulu le garder pour elle quelques instants, quelques heures tout au plus, si seulement ils en avaient eu l’occasion. Elle aurait voulu qu’il soit juste Zackheim et elle, juste Persée. Le monde aurait pu dévier son axe, elle n’en avait cure. Ces dernières heures, après la terrible bataille dans les rues de la citadelle, lorsque le retour du Seigneur avait été annoncé, elle n’avait vécu que pour le revoir, respirer son odeur, entendre sa voix, être peau contre peau avec lui. Telle une enfant qui a perdu ses repères, elle s’était raccrochée à la seule lumière qu’elle percevait encore dans cette grande cité en ruine. Son amour revenait au Kaerl. Et elle n’avait plus pensé qu’à lui.

Le premier jour après la bataille contre l’Armée des Ombres, Persée avait pleuré. Revoir Zackheim sain et sauf lui avait rappelé tout ce que d’autres avaient perdus. Parents, proches, maisons… Persée n’y avait plus pensé, elle les avait tous oubliées : ces victimes de la fureur et de l’orgueil de Drazahir. La honte l’avait rongée au point que les larmes ne suffisaient plus à apaiser sa peine. Seule dans ses appartements, recroquevillée dans le noir, elle avait pleuré pour tous les morts, pour tous les espoirs brisés, pour toute l’horreur ressentie, pour tous ces hommes et femmes hurlant leur chagrin jusque dans sa tête… Pour que plus jamais, elle n’oublie le prix de la victoire, même de la plus éphémère. Emmurée dans son armure émotionnelle tout juste restaurée, Persée avait délibérément cédé au sommeil profond pour ne plus devoir lutter. Elle détestait ça, cette fuite en avant dans l’inconscience pour préserver son identité. Mais elle devait le faire.

L’Ancalikon n’avait rien laissé au hasard. Le masque de la fonction tenait bon. Le Chef de toutes les Armées du Màr avait rempli ses devoirs envers et contre tout. L’ordre régnait au Kaerl. La reconstruction prendrait du temps mais tout le monde avait mis la main à la pâte. Persée se refuser à verser une larme de plus face à ce désastre. Le Màr Menel avait survécu. Son peuple était fort, ses valeurs pérennes. Les Célestes pouvaient survivre face à tout. Y avait-elle participé finalement, à cette brève victoire ? Persée-Morian Garaldhorf, la bâtarde touchée par l’Oracle, y avait-elle contribué d’une façon ou d’une autre ? Ou le Destin avait-il déjà été écrit pour tous ? Persée ne voulait pas y croire. Si l’Oracle avait bien accompli son travail et tenu sa promesse, elle avait pu alors sauver des vies, même celle d’un enfant Sans-Don, dans tout ce chaos, grâce à sa non-destinée. Une malédiction contre une autre : elle n’était pas prête d’échanger la sienne. Après tout, l’Oracle l’avait peut-être choisie en quelque sorte. Elle ne désirait pas non plus pousser la réflexion trop loin.

Alors que le soleil déclinait à l’horizon, peignant de couleurs improbables le vortex faiblissant du Kaerl, les pas de Persée la menèrent vers les Sables d’Eclosion. Le jour du choix, mêlé aux souvenirs partagés avec Vraël, lui revint en mémoire. La petite dragonne bleue avait été la première à briser sa coquille. Elle avait été la première de sa maigre couvée à être destinée à la mort. Isashani n’en avait pas voulu, Flarmya avait trouvé une parade, l’Oracle lui avait offert une chance… Qu’importait, au final, les raisons. Vraël l’avait choisie, elle. Elles s’étaient liées. Jamais plus elles ne seraient condamnées à la solitude.

A demi cachée dans une alcôve, elle aperçut une silhouette d’émeraude qui bougeait à peine. Elle essaya de se faire aussi discrète que possible. Couchée dans les sables d’or dormaient une Verte certainement en train de couver. Alors seulement vit-elle aussi la silhouette humaine de dos qui caressait les sables plus loin. Elle ne le reconnut pas tout de suite. Cela faisait plusieurs mois qu’il ne résidait plus au Kaerl. Mais elle aurait reconnu sa senteur émotionnelle entre mille. Elle avait admiré cet homme, un roc solide, un pilier pour le Màr et ses valeurs, alors qu’elle-même pataugeait dans le flou entre son héritage et ses désirs. Elle avait trouvé en cet homme la force de croire qu’il existait encore une lumière digne d’être sauvé au Màr Menel, au travers de la corruption et du sang versé inutilement. Et cet homme, l’ancien Ambassadeur, membre de la prestigieuse Maison de Dalneÿs, avait une nuit tenté d’assassiner le nouveau Seigneur du Kaerl. Et Persée se souvenait encore de cette nuit-là avec une netteté parfaite…

Elle aurait voulu lui enfouir la tête dans le sable et le laisser s’étouffer dans sa bêtise et son idéalisme perdu. Elle aurait voulu hurler à la face du monde qu’il avait tort, qu’elle n’aurait jamais agis de la même manière que lui si elle n’avait pas compris tous les sacrifices de Zackheim de Galastden – sans compter son amour pour ce dernier. Elle ne le pouvait pas. Pas plus qu’elle ne pouvait en vouloir à son amant de l’avoir rapatrié au Kaerl le temps de la lutte contre le Maître des Ombres, au mépris de sa propre sécurité.

° Ne le tue pas ici, chérie. Je gage que les Reines prendraient mal une telle décoration dans l’espace sacré des naissances. °

Vraël somnolait en compagnie de ses frères et sœurs. Son conseil était avisé, sérieux et pourtant teinté de malice. Persée ne serait pas une véritable Garaldhorf si elle n’avait écouté que sa rage et sa rancœur pour agir. Un Garaldhorf agit toujours dans l’harmonie entre le cœur et la tête. Le premier lui montrait un homme brisé dans ses convictions profondes. Le second ne voyait aucun intérêt à se souiller les mains en tuant un symbole du règne d’Heryn Amlug. Au contraire, le Kaerl avait tout à gagner à réintégrer Peddyr Thelrand dans ses rangs… Si celui-ci l’acceptait malgré les contraintes actuelles.

- Bonsoir, Maître Thelrand.



Visiter le site web du posteur
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 6 Jan 2014 - 20:38 Répondre en citantRevenir en haut

Quand il entendit la voix de l'Ancalikon dans son dos, il se figea. Quelques mois s'étaient écoulés depuis leur dernière rencontre. Enfin si on pouvait appeler cela une rencontre. Elle avait débarqué le soir de sa folle entreprise pour protéger Zackheim, arrivant à l'instant où Zackheim l'avait tenu sous la menace de sa dague. Elle l'avait vue, son arbalète dirigée vers le lit, là où le Seigneur Célestes aurait dû être, le carreau planté dans l'édredon. D'Ambassadeur, il était devenu un traître. Et maintenant, elle était là, son regard rivé sur lui. Il ne pourrait pas jouer l'indifférence, passer son chemin et l'ignorer ; elle était parfaitement au courant de son retour comme d'autres d'autres célestes maintenant. En acceptant de ne rester caché dès son retour dans le Kaerl, il démontrait l'acceptation d'affronter toutes les conséquences de ses actes. Y compris la rencontre avec Persée. Peut-être avait-elle poussé l'évènement, après l'avoir fait cherché. Ou alors le hasard s'en mêlait-il. Peu importait pour le Maître Brun. Maintenant qu'elle était là.

Il se releva, chassant les derniers grains de sable qu'il avait dans le creux de sa paume et se prépara à affronter le regard de la Maîtresse Bleue, dès qu'il les croiserait. Ses dernières épreuves marquaient sur son visage une certaine mélancolie lasse. Malgré cela, l'éclat de ses yeux bleu acier marquait la volonté d'un combattant se refusant de rendre les armes. Et quand il lui fit enfin face, il s'inclina légèrement devant elle comme il l'aurait fait autrefois en tant qu'Ambassadeur. Même s'il n'était plus qu'un renégat. Un renégat réintégré temporairement dans les rangs des Célestes le temps du combat contre l'Ombre

'' Dame Garaldhorf....''

Plusieurs interrogations lui traversèrent l'esprit. Venait-elle pour connaître les attentions ''réelles'' du Maître Brun quand par son retour au Kaerl. Ou alors lui ordonnerait-elle de rester dans ses quartiers, tel un intrus qu'on ne voulait pas voir déambuler dans les environs. Régler ses comptes ? Se battre à l'épée pour expulser toute sa rancoeur refoulée contre lui ? Tout était possible.
Il sentit la présence de son lié dans son esprit, s'inquiétant de la conversation en devenir. D'une simple pensée, il le rassura. Sveargith connaissait la position de Peddyr quand à son propre jugement. Le fardeau sera lourd à porter et il le sera encore longtemps.

''Que puis-je pour vous ?

Il avait énoncé cette question toute simple. Au moins il restait neutre et ne se voulait pas provocant. Ce n'était d'ailleurs pas dans son attention. Pourtant, il ne put contenir plus longtemps une remarque qui lui taraudait l'esprit. Vu qu'elle avait été là, ce soir là...

''Si vous vous inquiétez de la sécurité du Seigneur Zackheim, je n'attenterai pas à sa vie. Et je n'y attenterai plus. ''

Après tout, n'avait-il pas accepté la dernière condition de Zackheim, à savoir de plus revenir au màr une fois Drazahir évincé ? A quoi servirait-il d'abattre le Seigneur Céleste maintenant qu'il était la proue qui fendait les ténèbres imposés par le Mage Noir ? Persée devait avoir eu vent des évènements passées au Manoir.



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 656
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 344
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 6 Jan 2014 - 23:18 Répondre en citantRevenir en haut

Persée resta d’abord immobile. Elle attendit que l’homme se tourne enfin vers elle. C’était à lui de s’avancer et de montrer patte blanche ici, certainement pas à elle. Il pouvait lui ressortir toute l’histoire en détail. Elle avait trahis Dame Amlug, couché avec l’Usurpateur et maîtrisait le Kaerl d’une main de fer pendant la vacance du poste de Second… Elle était fille d’un Ardent et revendiquait son patronyme honni comme un héritage. Elle avait la félonie dans le sang… Persée s’en moquait éperdument. Elle était parfaitement consciente de ses actes. Elle avait choisis un camp et se devait de s’y tenir. Peddyr Thelrand était le seul responsable de son bannissement. Il avait voulu jouer au paria et en avait payé le prix.

° Peut-être est-il temps de pardonner… °

Les poings de la jeune Maîtresse Bleue se serrèrent, au point que ses phalanges blanchirent. Elle ne pouvait pas pardonner. Pas pour l’instant. Si le Maître Brun était resté au Màr, avait proposé son aide, avait accepté de se soumettre… Peut-être que tous n’en seraient pas là. Le Màr Menel léchait ses plaies et séchait ses larmes dans la peur d’une autre attaque. Ou même pire, que les mercenaires n’échappent à tout contrôle et ravage ce qui restait de la cité aérienne. Persée n’éprouvait que de la rancœur et de la déception à l’égard de celui qu’elle avait longtemps considéré comme un pilier véritable de l’Ordre de Lumière. Elle n’était pas certaine de pouvoir maîtriser sa colère en sa présence. Peddyr Thelrand faisait resurgir trop d’espoirs et d’illusions factices.

- Si vous êtes encore réellement Peddyr Thelrand, ex-Ambassadeur du Màr Menel, Maître Brun de la maison Dalneÿs… Alors je sais que vous tiendrez parole.

Il y avait une menace implicite dans ces mots durs et tranchants comme de la glace. Persée s’avança lentement de quelques pas et s’arrêta à une distance respectable. Assez pour identifier la profondeur de la lassitude de l’humain ainsi que la détermination dans ses prunelles d’un bleu métallique. Elle ne pouvait pas réellement croire que cet homme-là fut un jour l’Ambassadeur pacifique et juste qui siégeait au grand conseil jadis.

- Le Màr Menel ne peut pas se permettre de souffrir encore de vaines querelles. Tant que vous aurez les pieds posés en ces lieux, je saurais vous le rappeler.

Elle aurait pu le menacer de sa lame, comme lui l’avait fait cette nuit-là dans les appartements seigneuriaux. Ce n’aurait été que justice. Il avait voulu assassiner l’amour de sa vie - et le seul bouclier qui existait encore entre le Kaerl Céleste et son annihilation pure et simple. Mais la colère emportait Persée trop loin. Peddyr avait été longtemps absent. Il avait pu changer, même si elle en doutait. Son devoir, en tant que Céleste et en tant qu’Ancalikon, lui imposait de lui donner une seconde chance. Elle espérait qu’il saurait la saisir et en faire usage à bon escient. Jamais, cependant, elle n’aurait le courage de proposer sa mise à mort. De cela, la jeune femme était néanmoins certaine. Un tel homme n’avait pas le droit de mourir pour une cause perdue. Peddyr Thelrand incarnait encore un symbole pour le Màr Menel, ce qu’elle-même ne pourrait jamais devenir. Il incarnait une forme de stabilité et son retour signifiait aussi le retour de l’espoir pour beaucoup. Persée ne serait jamais capable d’un tel exploit. Il fallait qu’il vive. Il fallait qu’il aide contre le Maître des Ombres.

- Je ne m’attendais pas à vous croiser ici… J’espère que les récents événements vous auront fait réfléchir favorablement à la situation. Le Kaerl a besoin de vous. Ne lui faites pas faux bond.

Elle ne disait pas « je » ni « nous ». Elle ne comptait pas. Elle ne s’alliait à aucun autre grand nom. L’Ancalikon n’avait pas le droit de citer son amant et Seigneur comme une référence sacrée devant son assassin le plus lamentable.



Visiter le site web du posteur
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 7 Jan 2014 - 21:12 Répondre en citantRevenir en haut

Les mots prononcés par Persée, avant qu'elle ne s'avance, furent comme un minuscule poignard qui s'enfonça dans le coeur de Peddyr. Sa récente possession par Drazahir l'avait perturbé plus qu'il ne l'avait cru. Qui était-il vraiment ? Estan Zadan, un escorteur des sables, un maître-dragon, un renégat, un possédé... et un quoi maintenant ? Saura-t-il vraiment quel être il était ? Où alors ne serait-il qu'un simulacre de plusieurs entités dans un seul corps ?

°Doucement Peddyr. Ne commence pas à dériver comme cela, ça va pas t'aider. Tu te remets à peine de ce qui s'est passé au Manoir. Ne perds pas pied comme cela. Je sais que tu vas d'épreuves en épreuves, mais t'en rajoutes pas. Au besoin s'il faut prendre encore quelques jours de repos...Nalescean pourrait.... °
°Non ca ira. Ne t'inquiètes pas. Ce n'était rien. Un léger égarement.°
°Bien°


La menace implicite lancée par Persée quand elle se rapprocha un peu plus de lui le fit légèrement sourciller. Malgré, il ne releva pas. Il n'était pas en position de lui tenir tête et pour quel motif le ferait-il ? Il n'était pas revenu au Kaerl pour se battre contre ses pairs. Il était revenu car Le Seigneur avait besoin d'alliés, même les plus inattendues, ou les moins appréciés. Peddyr s'était joint à la réunion quand il avait eu vent de sa préparation pour apporter son aide et son soutien. Et là aujourd'hui, il était revenu sous la permission de Zackheim en personne, pour continuer à l'aider au maximum de ses moyens

''Drazahir est une menace à abattre. Les récents évènements m'incitent plus encore à apporter ma force et mon soutien au Màr Menel, qui fut autrefois mon foyer. Je ne suis peut-être un Maître-Dragon du Kaerl, mais je ne l'abandonnerai pas à son sort. Au premier jour où j'ai posé les pieds ici, j'ai su que j'aurai un devoir envers lui. Et ce devoir est là aujourd'hui. ''

Il agissait autant pour le Kaerl que pour le Màr Litsé qui était sa nouvelle demeure, même s'il avait l'impression de pas être entièrement dévoué à sa communauté. Le Kaerl Céleste avait été le sien en premier. Il ne pouvait laisser personne dans ses décisions pour l'avenir de tous les gens qu'il avait aidé. Mais en parlant comme il le faisait, il tendait une perche dangereuse à l'Ancalikon. Peut-être qu'elle passerait outre et ne la prendrait pas pour déverser ce qui lui restait de rancœur.

''Pardonnez moi si ma présence dans les Sables d'Eclosion vous a surpris. J'avais besoin de revoir certains souvenirs en ces lieux....''

En même temps, au vue de sa situation actuelle, comme il ne se cachait pas, il était mieux pour sa propre sécurité de venir dans des lieux ayant une certaine puissance de neutralité. Qui oserait lever son arme contre lui dans un endroit aussi respecté ? Se battre où on donnait la vie était presque un blasphème à l'encontre de Flarmya, Mère des Dragons. En venant ici, Peddyr se préservait d'une rencontre qui pourrait mal tourné. Bien qu'il connaissait de nombreux célestes qui avaient ou comprenaient ce qu'il avait commis, certains le lui reprocheraient et avec des moyens peut-être radicales. En revenant au Kaerl Céleste, Peddyr savait à quoi se tenir. Mais avec l'Ancalikon en face de lui, était-il vraiment sûr de pas avoir de retours plus désagréables que de simples mots ?



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 656
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 344
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 11 Jan 2014 - 17:38 Répondre en citantRevenir en haut

- Vous êtes lié au Màr Menel et toutes vos décisions d’y changeront rien. Sveargith est né ici, sur ces sables. Vous ne pourrez jamais nier votre attachement à ce Kaerl à cause de cela.

Il n’y ni animosité ni fiel dans ces mots-là. Persée avait lissé l’expression de son visage, pour ne laisser sortir que la vérité d’entre ses lèvres. Elle ne mentait pas, elle était même bien placée pour le savoir. Elle qui avait fuis la cité des cieux et vécu secrètement au Màr Tàralöm pendant six mois, cachée à dessein ou non par Seregon Del Cirth… Avant de revenir enfin dans son véritable foyer, pour épargner un chagrin éternel à Vraël. Persée aspirait toujours à une liberté sans chaînes et sans égal. Mais jamais elle n’irait à l’encontre du bien-être de la dragonne qui partageait sa vie. Il devait en être de même pour Peddyr Thelrand et son Brun.

Que lui avait-il dit, déjà ? Il revenait accomplir son devoir envers le Kaerl qui avait été son foyer ? La colère refit surface sous la froideur apparente de la jeune femme. L’hybride tatouée serra les poings presque convulsivement, tandis que ses oreilles pointues s’orientaient légèrement vers l’arrière. Il osait dire cela devant elle ? Qu’avait-il fait tout ce temps, caché on ne savait où dans un lieu reculé de Rhaëg ? Avait-il œuvré pour sauvegarder le Màr et sa population ? Avait-il sacrifié sa vie affective face à un devoir tellement plus grand ? Qu’avait-il fait tout ce temps ? Comment se permettait-il de proférer pareilles paroles face à elle, qui avait tout sacrifié au profit de sa charge et de la destinée de Tol Orëa ? Quelque chose d’humide et brûlant lui piqueta les yeux. Persée en aurait presque pleuré. Elle ravala pourtant son amertume et ne laissa aucune larme couler.

- Où étiez-vous, Peddyr Thelrand ? Qu’avez-vous fait pour protéger le Màr Menel et ses habitants pendant tout ce temps ? Qu’avez-vous sacrifié pour eux ? Vous revenez au moment exact où l’on a besoin de vous ! Que ce soit par pur hasard ou un signe du destin, les faits sont là. Vous avez fuis. Vous n’êtes qu’un lâche !

Un trop plein de rage enflait en elle comme un ouragan. Vraël venait de s’endormir et son esprit vagabondait déjà loin. Elle ne pourrait pas calmer sa Liée si ça dérapait. La situation s’envenimait. Persée aurait bien été en peine d’expliquer ensuite qu’elle avait perdu son sang-froid et se soit battue tel un chaud sauvage et hargneux avec l’ex-Ambassadeur. Il avait beau être plus âgé qu’elle et plus expérimenté aussi, il ne possédait pas la moitié de ses talents martiaux. Elle pouvait le battre, portée par la colère et la haine… Mais alors elle se serait perdue en chemin. Elle serait devenue tout ce qu’exactement elle détestait et avait tout fait pour ne pas y ressembler. Les mots étaient pourtant comme autant de coups de poignard.

- Il est heureux que vous n’ayez pas réussi votre tentative d’assassinat sur le Seigneur de Galastden. Vous l’auriez payé de votre vie. Nos lois sont sacrées. Si vous vouliez un entretien avec le Seigneur, il suffisait de demander et de voter une nouvelle loi pour le déposer. Cela n’aurait peut-être pas fonctionné mais c’était légal. Vos actes vous ont clairement désignés comme pire qu’un Ardent lambda, semant les valeurs mêmes que vous avez juré de combattre. Vous avez agis stupidement et avez gâché vos chances d’aider le Màr Menel. Alors que vous auriez pu rester et venir en aide à votre VRAI foyer !

Si la tentative d’assassinat avait réellement porté ses fruits, elle ne savait pas elle-même ce qu’elle serait devenue. Son bonheur, l’air qu’elle respirait dépendait tout autant de Vraël que de Zackheim. Elle aurait pu basculer dans l’horreur et la vengeance, tenté d’achever Peddyr en retour sans se soucier des conséquences. Persée était perdue si elle perdait les gens qu’elle aimait.



Visiter le site web du posteur
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 12 Jan 2014 - 22:13 Répondre en citantRevenir en haut

Comme il s'y était attendu, Persée rattrapa ce qui lui avait tendu Peddyr pour le lui renvoyer à la face avec plus de hargne. Le Maître-Brun sourcilla à peine, voyant malgré la retenue de Persée, la colère qui bouillonnait en elle et dans son regard. Les mâchoires de l'homme se crispèrent néanmoins quand elle le traita de lâche. Durement il encaissait, comprenant que l'Ancalikon profitait de sa présence pour vider toute cette pression qu'elle avait portée sur son coeur. Ce fut alors à son tour de fermer le poing. Il serra si fortement les doigts de sa main droite que sa paume en souffrit. Persée le traitait de lâche et de fuyard. Que savait-elle réellement de lui ? Il ravala sa propre amertume. En revenant au Kaerl, il avait accepté de subir les épreuves relatives à ses actes. Chaque rencontre était difficile. Mais celle-là lui troublait réellement le coeur, le lui meurtrissant même.

Il garda le silence presque une dizaine de secondes, n'ayant pas détourné un seul instant son regard la jeune Ancalikon. Ne lui avait-elle pas dit que le Kaerl avait besoin de son aide, qu'il ne devait pas lui faire faux bond ? Elle tentait de l'assassiner de ses mots, pour défouler comme dit plus sa colère sur le Maître-Brun. Ou alors voulait-elle le repousser dans ses derniers retranchements pour le pousser à la provocation et mieux répliquer contre lui, pour l'enfoncer encore plus ? D'une voix étonnamment calme en comparaison de celle prise par Persée, il s'adressa de nouveau à elle, brisant le silence qui lui devenait pesant, même s'il avait été court.

''L'heure n'était plus à la politique après tout ce qui s'était passé et vous le saviez.... Et pour la lâcheté Persée ? Avez-vous oublié qu'elle revêt plusieurs visages ? ''

Oui, il l'avait appelé par son nom directement. C'était voulu. Elle aussi n'avait-elle pas été lâche en laissant Heryn être retenue après le ''meurtre'' de son époux ? Avait-elle cherché à trouver les raisons, les mobiles de ce meurtre ? Heryn avait abdiqué et l'allégeance changeait sans se poser de questions ? Elle voulait qu'il se justifie ?
Sveargith grogna à cette idée, désapprouvant cette approche. Peddyr percevait la douleur de son lié de le sentir se faire souffrir de la sorte. Mais quand on a besoin d'expier des fautes, il faut parfois le payer cher. La lâcheté....Ce mot raisonnait dans son esprit. Avait-il été lâche pour avoir contribué à l'évasion d'Heryn pour la faire mettre en sureté au Mar Litsé ?
Toujours d'une voix posée, il poursuivit :

''Ce que j'ai sacrifié ? Ma vie entière.... ''

Les muscles de mâchoires se crispèrent une fois encore, mais plus légèrement. Il n'avais pas besoin de se justifier plus auprès d'elle. De toute façon, elle ne visait que ce qu'il avait fait avant de partir du Kaerl, au gouffre de la mort dans les serres de Sveargith, après que Zackheim l'ait poignardé au flanc....Juste avant il avait eu cette attaque de Drazahir, contrée par Saverok.

Au prix d'être marqué... Une marque qu'il avait senti lui picoter le bras lentement, le grignotant à chaque jour qui passait et qui avait permis au Mage Sombre d'investir de force son esprit, au jour de l'attaque à cette réunion kaerlique. A cette réunion où il s'était exposé directement à Zackheim. Ce dernier aurait pu le faire arrêter une fois revenu au Kaerl. Mais Persée devait connaître toute la version de l'histoire... A quoi bon le lui raconter.... Puis il lâcha ce qu'elle souhaitait peut-être entendre.

''Je ne ferai pas faux bond au Kaerl, avec ou sans votre aval, que je sois un lâche ou pas à vos yeux. Un lâche qui a quand même encouru les risques inhérents à son retour temporaire dans son ancien foyer pour l'aider une dernière fois... . Quand Drazahir sera réduit à néant, je quitterai le Màr comme Zackheim me l'a ordonné. Pour ne plus jamais y revenir. ''



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 656
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 344
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 13 Jan 2014 - 15:21 Répondre en citantRevenir en haut

Persée se redressa de toute sa hauteur. Elle déploya des efforts surhumains pour décrisper ses muscles de combattante. A présent, elle n’offrait qu’un masque impénétrable à Peddyr Thelrand. Peut-être lui disait-il la vérité. Avait-il réellement sacrifié sa vie ? Femme, enfants, maison : elle ne savait presque rien de sa vraie vie avant les Noces Pourpres. Qu’avait-il donné en échange de sa survie et d’une fuite éperdue après sa triste et pitoyable tentative d’assassinat ? Persée pouvait lui pardonner ses égarements, ses écarts de jugement, peut-être même le fait qu’il ait quitté le Màr au moment le plus critique… Son geste à l’égard de Zackheim, bien que la raison le lui dicte, cela elle ne pouvait pas le lui pardonner. Si Zackheim était mort, Drazahir aurait déjà gagné. Et elle-même se serait perdue en chemin.

Retrouvant un minimum de sang-froid, Persée joignit les mains dans son dos, accentuant une posture digne et militaire. Persée-Morian Garaldhorf devait se taire, au profit de l’Ancalikon du Kaerl. Elle se persuadait qu’elle avait eu raison d’agir comme elle l’avait fait. Dame Amlug avait été écartée pour sa sécurité. Et lorsque la situation reviendrait à la « normale », elle voulait croire qu’elle remonterait sur le trône, comme auparavant. Elle était prête à encourir toutes les punitions jugées nécessaires pour ses actes. Tout ce qu’elle demandant en échange, c’était la vie sauve pour Vraël, Zackheim et Sarevok. Elle ne supporterait pas de les perdre. Persée s’était faite à l’idée de mourir pour une juste cause. Le fait d’avoir été maudite – ou bénie – par l’Oracle, et les récents débats avec le Chevalier Brun chéri de son cœur, lui avaient ouvert les yeux. Rien n’était dit qu’elle mourrait en faisant l’impossible… Et qui ne tente rien ne gagne rien. Tout ce qu’elle voulait, c’était que les gens qu’elle aimait vivent. Le reste importait peu, au final.

- Je ne vous fais pas confiance, Maître Thelrand. J’ignore où vous avez passé le plus clair de votre temps, entre la vie et la mort, et Marqué de surcroît, en dehors de Tol Orëa. Si vous servez bien le Kaerl, comme jadis vous le faisiez, vous pourriez toutefois regagner votre place au sein de l’Ordre. Le Màr Menel ne saurait se passer de vous, quoique vous en disiez. Lisez dans le cœur de votre dragon : il appartient à cette citadelle et ses valeurs. Tôt ou tard, vous reviendrez.

Elle pouvait peut-être réussir à faire pencher la balance en sa faveur auprès de Zackheim. L’idée lui déplaisait pour deux raisons. D’une, ce n’était pas à elle de faire cette démarche. Peddyr Thelrand devait mériter son retour parmi eux et choisir lui-même la voie que prendrait son avenir. Et de deux, Persée ignorait si elle pourrait à nouveau accorder pleinement sa confiance à un homme brisé, capable d’un meurtre et investis déjà une fois par le Maître des Ombres en personne. Elle enchaîna d’une voix plus posée :

- Contrairement à vous, et malgré vos bonnes intentions sans doute, j’étais là. J’étais présente au Màr quand vous n’y étiez pas. Loin de moi l’idée de faire de vous un martyre ou un énième parjure, il y en a déjà eu assez pendant la Grande Guerre des Ordres. Vous siégez au conseil en tant que consultant et je suppose que vous avez récupéré vos appartements. Je veillerais à ce que votre promesse soit respectée.

Une ombre bleutée, qui transforma les sables d’or en éclats de lapis-lazuli, se forma dans son dos. Une grande dragonne turquoise aux cicatrices dorsales, toutes ailes déployées pour capter la lumière filtrant dans les Sables d’Eclosion, se posait élégamment non loin. Vraël la Bleue s’était tirée de son sommeil en sentant le trouble trop grand dans le cœur de sa Liée. Elle jeta un regard circonspect à Peddyr, de ses prunelles d’un orange inquiet, avant de glisser le bout de son museau triangulaire sous le coude de son Âme Sœur.

° Laisse-le en paix. Vous avez à la fois raison et tort tous les deux. Vous vous faites du mal pour rien. °



Visiter le site web du posteur
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 13 Jan 2014 - 20:05 Répondre en citantRevenir en haut

Peddyr ne put déterminer si ses paroles avaient eu un quelconque effet sur Persée où si l'Ancalikon arrivait à contrôler un peu ses émotions. Chose certaine était qu'elle était moins les nerfs à fleur de peau et se redressait pour donner une meilleure posture à son corps. N'était-elle pas une combattante et de surcroît la chef des Armées du Kaerl ? Elle avait une image à donner, celle du contrôle et de la raison. Elle ne pouvait se laisser aller à ses seules sentiments. Bien qu'elle l'ait pourtant fait face au Maître-Brun, elle avait repris une autre démarche. Voir l'ex-ambassadeur ne pas entrer dans son jeu l'avait peut-être dissuadée de continuer à renfoncer le poignard de la vérité.

Elle revient plus sereinement sur la position de Peddyr et d'un retour possible s'il venait à rendre les services attendus qu'on exigeait de lui. Bien entendu, la confiance en moins. Persée ne serait pas la seule à ne plus lui en donner. Avec un tel jugement porté d'avance ; il l'assumerait, il serait plus difficile de vivre au Kaerl céleste comme autrefois. Il songea à son dragon. Comme l'Ancalikon le répétait encore une fois, Sveargith avait vu le jour ici, avait vécu ici. Ses frères et soeurs vivaient ici. Comment imposer à son dragon de vivre loin du Kaerl, qui était aussi son lieu de vie ? Il ne devait pas faire souffrir son dragon pour ses fautes.

°Partout où tu iras Peddyr, je serai avec toi. Peu importe le Kaerl. L'essentiel est que nous soyons ensemble et que je puisse sentir à nouveau dans ton esprit ce plaisir immense et cette joie de vivre. °
°Mais vivre en paria, vivre loin des tiens, dans la solitude... Non, je ne veux pas t'imposer cela. Tu n'as pas à payer le prix de mes actes. Persée a raison sur ce point. Je ne songe pas assez à toi°
°Peddyr... des épreuves, nous en avons vécu et nous en vivrons encore. Nous aviserons le moment venu. Et je suis avec toi, quoi qu'en disent les autres°
°Mon ami.... merci°


Il ressentit comme un fredonnement d'apaisement dans son esprit. Sveargith était décidément pas un dragon comme tous les autres. Puis il leva la tête pour contempler l'approche de la liée de Persée, à la couleur unique. Après s'être posé dans une grâce époustouflante, elle vint rejoindre l'Ancalikon, posant ses yeux orangés sur le Maître Brun. Puis elle glissa la pointe de son museau sous le bras de Persée, comme pour chercher un certain réconfort. Il entendit sa voix pénétrer son esprit. Son intervention suffit à ne pas encourager Peddyr a relevé la remarque sur l'ancienneté de Persée par rapport à lui au sein du Màr. Il n'avait pas connu la Guerre des Ordres ; il menait sa propre lutte sur sa propre identité à cette époque, avant de devenir Peddyr Thelrand.

Il inclina légèrement la tête pour saluer la dragonne bleue avant de poser son regard bleu-acier sur Persée. Elle ne lâchera pas la promesse qu'il avait faite avant de venir. Cette promesse s'étendait bien plus loin qu'elle ne l'imaginait.... Justement, par rapport à sa présence après que le guerre contre Drazahir sera terminé. Ce ne sera pas du ressort de Persée. zackheim ne risquera plus rien. Plus rien du tout.

''J'ai récupéré mes appartements en effet. D'ailleurs, si vous me le permettez, je vais vous laisser, pour prendre du repos. ''

S'il devait assister à la prochaine réunion, il fallait qu'il chasse tout ce qui lui taraudait le coeur et l'esprit. Les émotions liée à son retour mitigée ne devront pas interférer pour les prochains conseils pour mener à bien les expéditions contre Drazahir. La confrontation avec Persée l'avait contraint aussi à prendre fermement sur lui, pour ne pas entrer dans un jeu dangereux de renvoi d'assauts oraux. Il n'était pas en position de tenir tête à Persée. Un rien suffisait à lui faire ombrage....



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 656
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 344
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 23 Jan 2014 - 00:31 Répondre en citantRevenir en haut

Le trouble avait envahis Peddyr Thelrand après ce bref échange. Il s’était crispé, raidis, comme en l’attente d’un coup. A quoi songeait-il ? L’Ancalikon n’allait pas l’attaquer sur un sol aussi sacré que les Sables d’Eclosion. Verser le sang n’était pas une des activités favorites de la jeune femme. Il ne servait à rien de provoquer des hostilités qui leur ferait plus de mal que de bien à tous deux. Peddyr Thelrand et Persée Garaldhorf avaient déjà trop vécus, chacun à leur manière, pour se priver inutilement de la moindre goutte de leur sang. Ils étaient tous deux trop précieux pour le Màr Menel pour mourir maintenant et ils le savaient. Même si cela devait en coûter à Persée de le reconnaître…

''J'ai récupéré mes appartements en effet. D'ailleurs, si vous me le permettez, je vais vous laisser, pour prendre du repos. ''

Le Maître Brun lui-même était assez sage pour fuir l’affrontement. Pire encore, il la fuyait, elle. Elle aurait pu prendre cela comme une insulte mais Peddyr donnait seulement l’impression d’être fatigué psychiquement. Il ne méritait pas ce genre de représailles, celles qui nous poussent sous la colère à attaquer l’autre dans ses derniers retranchements. Au contraire, il avait tendance à exciter la compassion et le pardon. Mais Persée n’était déjà pas capable de se pardonner à elle-même tous les morts du Kaerl contre le Maître des Ombres. Alors comment aurait-elle pu pardonner à l’homme qui avait manqué tuer le seul amour de sa vie ? Peddyr méritait une longue rancœur de sa part, sous-jacente et silencieuse, sans actes ni paroles. Mais lorsqu’elle poserait dorénavant son regard sur lui, on ne pourrait plus y lire l’admiration et la confiance de jadis. Il n’y aurait plus que de la froideur et de la méfiance à l’égard d’un homme dont il ne subsistait plus que l’ombre de ce qu’il avait été. Si elle pouvait éviter le conflit ouvert sans trop de difficultés, elle n’était pas certaine de pouvoir lui accorder autant de crédit que nécessaire. L’Ancalikon ne pouvait faire confiance à un tel homme. Peddyr s’était révélé imprévisible. Un homme mentalement poussé à bout pouvait s’avérer très dangereux.

- Je n’ai nul besoin de vous rappeler les règles de sécurité en vigueur.

Vous ne pouvez pas quitter le Kaerl. Vous êtes sous surveillance jusqu’à nouvel ordre. Persée taisait beaucoup de choses en cet instant et pas seulement ses sentiments personnels qui risquaient d’interférer. Dans son dos, le bout de son museau toujours collé entre ses omoplates, Vraël abaissa ses ailes comme pour symboliser la retombée des tensions. En vérité, la dragonne bleue déployait d’incroyables efforts pour maintenir sa Liée en place. Elle enveloppait l’esprit de son Âme Sœur de toute sa douceur. A chaque seconde passée en présence du parjure, l’armure de Persée menaçait de se fissurer un peu plus. Vraël priait pour que Peddyr disparaisse au plus vite.

- Bonne nuit, sire Thelrand.

Les derniers mots avaient été polis mais froids. Comme une bonne partie de la conversation, d’ailleurs. La tempête avait reflué, du moins en apparence. Un éclat aussi dur que du silex brillait dans les yeux de la sang-mêlée. L’orage grondait derrière cette façade de glace.



Soit on clôt le rp, soit on déclenches de vrais hostilités Evil



Visiter le site web du posteur
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 25 Jan 2014 - 12:45 Répondre en citantRevenir en haut

Peddyr n'était pas aveugle. Sa dernière réplique avait du encore élargir le fossé de patience de Persée. Voyant la dureté de son regard, il comprit que le moindre faux pas pourrait mener à l'explosion de la jeune femme. Déjà que la conversation avait été tendue... Son retour avait déjà fait des vagues, il n'avait pas besoin de provoquer un raz-de-marée. Persée avait suffisamment d'autorité pour trouver une parade aux paroles de Zackheim.

Peut-être que son esprit était plus en paix, moins vagabond dans ses sentiments contradictoires, il aurait tenté de tenir tête à la Maîtresse Bleue, défendant autant son droit que les raisons de son acte irréparable. Mais en l'état actuelle des choses, il préférait rester camper sur ses positions, même quand elle lui rappela les règles de sécurité en vigueur ; surtout pour lui, le paria. Mlagré tout, il prit l'audace de répondre à cela.

''Vous n'aurez nul besoin de me les rappeler. Je suis seulement autorisé à sortir du Kaerl pour aller voir Nalesean, quand il vient à être en dehors du Kaerl. Le Seigneur Zackheim a demandé à ce que je le consulte régulièrement pour la Marque qui sied à mon poignet, pour surveiller son évolution et mieux comprendre la manière de Drazahir de posséder les esprits des Marqués. Si vous avez besoin que Sveargith vous prévienne quand nous quittons le Kaerl dans ce but, alors il communiquera avec votre lié''

Sur ces mots, il s'inclina convenablement, sans provocation et sans défi, devant Persée et Vraël.

''Bonne nuit à vous''

Il quitta le premier les Sables, sans adresser le moindre regard à Persée quand il la croisa en prenant la voie de la sortie. Au moins s'il arrivait à franchir l'entrée colossal de l'aire d'éclosion, il sera certain de pas avoir plus courroucé l'Ancalikon. Et il y réussit. Il put alors réussir à se détendre tout en rejoignant son weyr, espérant ne croiser personne d'autres de vindicatif à sa présence.

Une fois dans ses appartements, il resta planté quelques minutes sur le pas de chez lui, la tête légèrement baissé.

°Viens te reposer Peddyr. C'est tout ce dont tu as besoin pour l'instant. Et ne pense à rien.°
°Comment réussir à penser de toute façon, après tout ce qui vient de se passer en si peu de temps. °


Peddyr rejoignit son lié qui était allongé dans son weyr. Le dragon releva la tête à sa venue et le laissa s'installer entre ses pattes.

°T'es sûr que tu préférerai pas le lit ? °
°Qui sait si on a pas mis des pieux dans le matelas.°
°Tu dis des bêtises ! °
°Oui et tu es tombé dedans en réagissant. °
°Je préfère quand tu plaisantes le sais-tu, que de te sentir effondré.°


Peddyr réussit à trouver une bonne position allongé contre les antérieurs de Svear'

°Peut-être que je ne suis qu'un homme abattu, mais je suis encore là et avec toi. Qui sait ce que je serais devenu si je ne t'avais pas rencontré mon ami°
°Et moi donc°


Peddyr ne répondait plus, il venait de s'endormir.



HRP : On clôt mais ce n'est que partie remise Evil



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:29 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu