Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP]Premières étapes avant vengeance Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 17 Déc 2013 - 22:19 Répondre en citantRevenir en haut

¤ Début Gaïaku 918 ¤
Jour de la Réunion des Seigneurs au Manoir d'Ael Alfirin



Les hurlements déchirants la remplissaient d’effroi mais elle n’en montra rien, affichant un visage fermé, presque inamicale, encourageant tous ceux qui passaient à son côté à la laisser en paix. Le grand Légat se trouvait dans les immenses salles du Màr qui étaient destinées à recevoir les blessés en cas d’attaque. La plupart de ces salles, qui devaient dater de la grande guerre des ordres, avaient été condamnées des années auparavant mais elles accueillaient aujourd’hui une bonne partie des habitants du Kaerl Ardent. Les guérisseurs couraient en tous sens, tentant de soigner les plus gravement atteints, sans-dons, aspirants, chevaliers et maîtres se retrouvant à égalité devant la douleur de leurs blessures.

Pour elle, elle n’avait rien à faire ici, mais Sethyl avait insisté. Lourdement insisté. Alors que Lilwen ne rêvait que de regagner son Weyr pour se plonger dans un bain chaud et réparateur, et très certainement songer à tout cela, l’Incarnate s’était montré intransigeante pour qu’elle consulte les guérisseurs. Lilwen venait d’ailleurs de soigner de sa propre main les différentes blessures que portait la Reine et si celle-ci ne pouvait lui rendre la pareille, elle s’attendait à ce que la jeune femme se soigne. Le ton était monté rapidement.

° Il est hors de question que je me rende là-bas ! Je n’ai aucune blessure grave, ils auront déjà bien assez à faire sans avoir à s’occuper de moi ! °

Sethyl n’avait eu qu’à la bousculer légèrement au niveau de l’épaule pour que les larmes lui montent presque aux yeux. Les siens étaient d’un opalescent trompeur et elle savait que son humeur ne tenait qu’à un fil.

° Ta douleur est mienne demi-sang. Tu ne partiras pas à la recherche de notre ennemi dans cet état... Je te rejoins à ton Weyr dès que tu le rejoindras. °

Le ton de l’Incarnate était sans réplique et Lilwen dut finalement se plier à sa volonté. Elle s’était adossée à l’un des murs, entre deux colonnes d’où elle pouvait observer ce qu’il se passait dans la salle sans avoir à bouger. Plusieurs fois déjà, des guérisseurs étaient venus à elle en la reconnaissant et chaque fois, elle les avait dirigés d’une voix sans réplique vers un autre patient. Elle avait fait l’inventaire de ces blessures et mis à part son épaule, elle avait décelé de nombreuses ecchymoses et surtout quelques entailles dont une sur son flanc qui allait peut-être mériter d’être recousue. Des cris plus perçants résonnèrent un peu plus loin, des cris qu’elle crut reconnaitre. Songeant un instant à ne pas en tenir compte, elle finit par se décoller du mur avec une grimace de douleur et s’approcha du lit d’où provenaient les cris. Trois guérisseurs étaient en train de tenter de faire entendra raison à une chevalière Verte qu’elle commençait à connaitre.

Narcisse d’Istelsten ne semblait pas encline à se faire soigner non plus. Une petite dragonne verte se trouvait au pied du lit, regardant son occupante avec une angoisse tout à fait décelable. La demi-sang pris en pitié cette petite créature qui devait très certainement avoir fort à faire avec une liée pareille.

Lilwen s’approcha et attendit de capter le regard de la chevalière avant s’assener d’une voix ferme, mais pas aussi froide qu’à son habitude.

Laissez-les vous soigner Chevalière sinon votre courageuse prestation de tout à l’heure aura été vaine…

Pour une fois, nulle moquerie ne teintait les paroles. La chevalière avait agi stupidement mais son geste lorsqu’elle avait voulu arrêté l’Archonte n’avait pas manqué de valeur.


Dernière édition par Lilwen Izil le Lun 30 Déc 2013 - 16:18; édité 1 fois
Publicité





MessagePosté le: Mar 17 Déc 2013 - 22:19 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Narcisse d'Istelsten
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 30 Déc 2013 - 13:32 Répondre en citantRevenir en haut

La Chevalière Incarnate Lilwen Izil. Si elle avait le défaut de se mêler de ce qui ne la regardait pas, elle restait une femme grande et forte, capable d'obtenir tout ce qu'elle pouvait désirer. Son statut de Grand Légat faisait d'elle l'une des personnalités les plus puissantes du Kaerl Ardent. Son jeune âge n'avait pas empêché sa nomination, bien au contraire. Peut-être était-ce à cause de son fort caractère, semblable à celui des Reines de Tol Oreä. A moins qu'elle ait eu, parmi les Sangs, des liens suffisamment forts pour être choisie à la place d'un autre, peut-être plus méritant qu'elle. Quoi qu'il en soit de toute cette affaire, elle avait le pouvoir tandis qu'elle, après tout ce temps, n'avait rien fait de mieux que de se lier à une petite Verte dépourvue d'audace.
Qu'espérait donc le Grand Légat en lui offrant ses conseils ? Elle ne l'avait jamais regardé autrement que comme une ennemie, ne lui accordant que très peu de considération. Se jouait-elle d'elle, comme bien d'autres au Kaerl Ardent ? Ou bien la fièvre la rendait-elle plus attentionnée qu'elle ne le sera jamais ? Son beau visage était couvert de poussière et de sang. Ses vêtements n'étaient plus que des morceaux de tissus trempés par la sueur et la suie. Son état était déplorable, comme la faible lueur qui brillait au plus profond de son regard. Elle était vraiment mal placée pour donner des ordres, cette femme !

- Je refuse qu'ils me touchent ! hurla la jeune Chevalière, tandis qu'un Guérisseur tentait en vain de la maintenir en place.

Sa douleur dans les côtes fut si violente que malgré l'épuisement, elle ne put retenir un cri d'agonie. Plus elle se débattait, plus elle souffrait. Jamais elle n'aurait imaginé qu'un simple coup de pommeau à cet endroit puisse causer autant de dégâts, surtout venant de la personne qui lui était la plus précieuse. Surtout venant de Lui. Elle allait lui faire payer. Elle allait faire payer à Drazahir son audace, sa cruauté, le culot d'avoir osé s'emparer du corps de l'Archonte. Quand elle lui fera face, elle lui plantera son épée dans le ventre, jusqu'à ce qu'il la supplie de l'épargner. Et là, elle l'égorgera après lui avoir promis qu'il aurait la vie sauve. Quand à son corps, les animaux se chargeront de s'en nourrir. Ni enterrement, ni incinération. Il méritait de crever comme un déchet. Il était temps qu'il paye pour ses crimes. Maintenant. Pas demain, mais maintenant.

Lorsqu'elle se redressa en injuriant l'un des Guérisseurs, la douleur fut si intense qu'elle faillit perdre instantanément conscience. C'est à peine si elle pouvait respirer convenablement. Dans sa tête, Wicella essayait en vain de la convaincre de se laisser faire. Si la douleur des soins qu'elle allait recevoir l'effrayait, ce n'était pas une raison pour ainsi traiter les personnes qui lui offraient leur aide.

°Tu es bien une fille de Céleste, Wicella !°
°Ça n'a aucun rap...°
°Tais-toi...tais-toi je t'en supplie...°

Fiévreuse, Narcisse porta un regard sévère sur le Grand Légat.
Elle n'était pas dupe. A chercher la vengeance dans la précipitation, beaucoup se trompaient de cible. Mais elle voulait faire immédiatement payer. Elle voulait le voir à ses pieds, tel un vulgaire sans-le-sou, un esclave de sa bêtise. Jamais elle ne lui pardonnerait son crime. Jamais, même s'il lui proposait plus que tout ce qu'elle a déjà pu posséder au cours de sa vie. Sa haine pour lui dépassait de loin la colère qu'elle avait pu avoir à l'égard de son ancien Maître, Elendel Hastin. Il était donc hors de question que qui que ce soit se mette en travers de son chemin, y compris ceux qui pensaient pouvoir lui apporter du soutien. Tandis que les Guérisseurs croyaient tout savoir de son état, le Grand Légat lui se jouait protecteurs des autres Chevaliers. Elle n'avait pas besoin d'eux. Elle n'avait jamais eu besoin de personne pour survivre.

- Où est l'Archonte, Chevalière ?

° Narcisse, tu devrais d'abord penser à toi. Je partage ta douleur, ta colère, ta soif de vengeance. C'est insoutenable, ton esprit va défaillir, et le mien aussi à ce rythme. °

- Où est l'Archonte ? insista-t-elle. Je me fiche de son état, je veux simplement savoir s'il a des informations sur Drazahir. Ce type a occupé son esprit d'une manière ou d'une autre, il a bien dû remarquer quelque chose !
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 30 Déc 2013 - 23:10 Répondre en citantRevenir en haut

La douleur de la Chevalière Verte était parfaitement visible et ses mouvements désordonnés ne faisaient que provoquer plus encore des lésions qui pourraient devenir irréversibles si elle continuait ainsi. Le regarde de la demi-sang se fit plus dur, son ton se haussa légèrement.

Il suffit ! Vous n’êtes pas une gamine sans cervelle que je sache ! Je ne doute pas une seconde que tout votre être cri vengeance mais ce n’est pas en refusant les soins que l’on pourrait vous porter que vous allez accélérer les choses, mettez-vous ça dans le crane !


Mais loin d’être insensible à la douleur de la Chevalière étendue devant elle, elle se tourna, apostrophant l’un des guérisseurs d’un ton sans réplique.

Aller chercher Maître Frâlan et trouver de l’Athelas, ça calmera la douleur.

Les yeux du pauvre Tohril papillonnèrent d’hébétude avant que celui-ci acquiesce.

Oui Grand Légat.

Il se détourna aussitôt et s’en fut à la recherche du Maître guérisseur au pas de course. Lilwen s’adressa alors aux autres encore en train de tenter de maîtriser la jeune femme qui se débattait faiblement.

Laissez-là. Elle ne risque pas d’aller bien loin avec de telles blessures internes… Il y a des dizaines d’autres blessés à soigner.

Les guérisseurs hésitèrent visiblement, se jaugeant les uns les autres. La Chevalière Incarnate leur jeta un regard polaire et ils s’exécutèrent finalement et s’éloignèrent, évitant précautionneusement de croiser son regard.

La jeune femme reporta son attention sur Narcisse d’Istelsten. Leur première rencontre avait été un véritable désastre et les deux jeunes femmes s’ignoraient superbement depuis. Les rumeurs qui courraient sur l’ascendance de la petite Verte lui était parvenu aux oreilles, elle jeta d’ailleurs un regard à la dragonne comme si elle avait pu déceler sur ces écailles une quelconque trace de sa parenté particulière. Son regard retourna chercher celui de la Chevalière lui offrant non pas de la pitié mais une sorte de compréhension. Elle savait reconnaitre la véritable douleur lorsqu’elle la voyait et elle n’enviait pas le sort de la jeune femme.

Le Légat se reconnaissait en de nombreux point chez la Chevalière Verte, bien que jamais elle ne l’aurait avoué. Sa force de caractère et sa ténacité faisait d’elle une femme dangereuse avec qui il valait mieux compter et Lilwen ne se serait pas prise à la sous-estimer. Elle ne doutait pas une seconde que si elle parvenait à se contrôler, la Chevalière Verte pourrait sans conteste devenir quelqu’un d’important. Cette pensée la fit presque sourire car depuis qu’elle-même s’était liée à Sethyl, elle avait vraisemblablement perdu une partie de sa capacité à rester distante en toutes circonstances, s’enflammant bien plus rapidement qu’auparavant.

Lorsque la Chevalière s’enquit de l’état de l’Archonte, le visage de la demi-sang s’assombrit imperceptiblement. Elle ne savait si ce qui était arrivé au Sang était dû à la marque ou non mais elle fut parcourue d’un frisson des plus désagréables lorsqu’elle songea que cela aurait pu lui arriver à elle.

Il est sous surveillance pour le moment et non, personne ne l’a encore interrogé, du moins à ma connaissance.


Le responsable de la sécurité du Màr allait très certainement vouloir connaitre le fin mot de cette histoire même si elle n’était pas certaine qu’il allait le trouver. A dire vrai, elle ne savait pas vraiment si c’était la bonne solution ou non de le mettre à l’écart. Pour elle, il ne pouvait se passer des services de l’Archonte mais ils n’étaient toutefois pas à l’abri d’un possible retour de l’Ombre… La situation était des plus délicates. Sortant de ses sombres pensées, elle adressa un sourire légèrement moqueur à la Chevalière.

Et ne faites pas croire que vous n’en avez rien à faire… On ne se jette pas comme ça sur un homme possédé sans avoir un minimum de sentiments.


Le guérisseur qu’elle avait envoyé chercher Maître Frâlan arriva en courant en tenant des plantes qu’il tendit à Lilwen.

Maître Frâlan arrive dans un moment, il termine avec un patient.

Lorsque la jeune femme voulu saisir les plantes agrémentées de petites fleurs blanche, elle grimaça, sentant la douleur de son épaule gauche s’étendre jusqu’à son bras droit. Elle préféra le laisser faire.

Réduisez-les en purée et faites-en une décoction.


Le jeune garçon acquiesça avant de se mettre à la tâche.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mar 31 Déc 2013 - 20:50 Répondre en citantRevenir en haut


Esthen Frâlan & Buroth
Maitre Guérisseur


Le guérisseur qui avait tenté de soigner Narcisse se recula de quelques pas. Vu la colère qui battait chez cette jeune femme, il ne risquerait pas de l'approcher. Et vu son excitation nerveuse, elle risquait pas d'améliorer son état. Avec des côtes cassées, elle risquait de perforer un poumon et de se noyer dans son propre sang. Si cela se produisait, Narcisse aurait ses chances de survie diminuer à grande vitesse. Voyant qu'elle entama une conversation sérieuse avec le Grand Légat, il en profita pour envoyer un novice quérir son supérieur. S'il n'avait pas l'autorité nécessaire pour l'approcher, le maître guérisseur lui l'aura.

Quand Narcisse répéta sa demande d'où se trouvait l'archonte, le guérisseur vit enfin Esthen Frâlan arriver. Il soupira d'aise, mais fut chqué en voyant son visage fatigué, avec des cernes creusées par la fatigue et les tensions. Le Maître Guérisseur approcha et se plaça à côté de Lilwen, sourcillant en voyant Narcisse. Oh il se rappelait fort bien de cette jeune femme, qu'on lui avait amené une fois dans son atelier de travail, alors qu'elle était évanouie. Elle s'était sauvée en volant un de ses couteaux chirurgicaux. Et voila que maintenant, on l'appelait car c'était elle la patiente récalcitrante. Son sourcillement ne se réduisit pas quand il se décala pour se mettre en face de Narcisse. Il n'avait pas pu s'empêcher d'observer Lilwen, comprenant qu'elle avait eu l'épaule de démise et de remise, et qu'elle était couverte d'echhymose et d'écorchures. Encore une patience rebelle des soins ? Ou alors Lilwen était là pour tenter de raisonner la plus mal au point. Mais ça, ce n'était pas son problème.

Malgré son épuisement, l'expert parla de lui-même.

''Avant d'exiger la moindre chose, il faudrait que vous soyez en état. Et pour ça, il faut que vous acceptiez de vous faire soigner. ''

S'attendant à une réponse injurieuse de la part de la chevalière, il répliqua avant elle. Il avait pas de temps à perdre à jouer dans une guerre de paroles.

''Je ne veux rien entendre. Vous êtes chevalière, je suis Maître-Guérisseur. En cette qualité, je suis donc supérieur à vous et donc je vais moi-même vous prodiguer les soins. Car à vous montrer aussi remuante comme vous le faites, c'est bien simple, vous allez aggraver votre état. Une cote cassée peut vous déchirer la plèvre et vous perforer un poumon. Vous voulez tousser du sang à en mourir, pas de soucis. Moi mon but est de vous empêcher de mourir. Sauf si vous tenez réellement à mourir, alors dites le moi-même maintenant. ''

Son ton était sérieux, un peu froid, mais pas sec. C'était le professionnel qui parlait et non un maître dragon éreinté. Quoique, les tensions subies à la salle du trône avait aidé à le rendre un peu tendu. Il se frotta un peu les yeux. Narcisse allait-elle protester ? Il reporta son attention sur Lilwen.

''Vous aussi vous devriez être mieux soignée. Je vois à votre épaule que vous avez eu un coup. Vous devriez la mettre en écharpe pour aider à reposer votre articulation. Ah et si vous êtes en état, j'aurai peut être besoin d'ingrédients nécessaires pour endormir votre amie si jamais elle refuse encore d'être touchée pour que j'évalue l'étendue de ses côtes cassées. ''

Ses yeux experts se posèrent sur la jeune femme.

''J'en suis pas à mes premières côtes cassées. Mais si vous y mettez pas du vôtre, faudra pas vous plaindre des moyens que je mettrai en oeuvre pour que je puisse quand même vous ausculter''

Il brava le regard de Narcisse, attendant de voir ce qu'elle allait répliquer. Qui sait si Lilwen allait être dans son camp ou pas...





Dernière édition par Alauwyr Iskuvar le Dim 5 Jan 2014 - 21:57; édité 3 fois
Narcisse d'Istelsten
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 4 Jan 2014 - 00:19 Répondre en citantRevenir en haut

- De quel droit vous...

Elle avala difficilement sa salive. Comment convaincre le Maître Guérisseur de la laisser en paix ?

- Ecoutez, j'ai juste besoin de repos !

Narcisse était terrorisé. Jamais elle n'avait ressenti pareille douleur.

Son corps était paralysé, incapable du moindre mouvement. Elle aurait voulu leur dire qu'elle ne voulait rien entendre de leurs ordres, qu'elle faisait bien ce qu'elle voulait de son corps et qu'elle était en droit de choisir quand et où elle recevrait les soins d'un Guérisseur ; si des soins elle désirait. Mais dans son état, elle pouvait bien protester, des gens comme le Maître-Guérisseur Frâlan trouveraient toujours le moyen de la faire plier à leur volonté. Ces personnes pensaient faire bien en agissant de la sorte, mais aux yeux de Narcisse, leur égoïsme dépassait les limites de l'acceptable.

Le Maître Guérisseur avait pourtant été clair : aujourd'hui, il ne lui laisserait pas le choix, même si elle n'avait pas réclamé ses services. Tout du moins, il la confrontait à deux possibilités aussi désagréables l'une que l'autre : la mort la plus douloureuse qui soit, ou la souffrance d'une auscultation, suivie de soins très probablement tout aussi difficiles.
La Chevalière aurait simplement voulu s'endormir sans souffrir, et se réveiller le lendemain, comme si rien ne s'était jamais passé dans les couloirs du Mahalma. Mais ni la Chevalière Incarnate, ni le Maître Guérisseur ne l'entendaient de cette oreille. Qui étaient-ils pour décider à sa place ? Qui étaient-ils pour la conseiller sur ce qu'il était judicieux de faire ? Elle ne leur demandait pourtant pas la lune. Simplement qu'ils la laissent se reposer, qu'ils lui fassent confiance sur ses capacités à se remettre d'une telle épreuve.

- Vous n'avez aucun intérêt à me sauver moi plus qu'un autre. D'autres Chevaliers sont grièvement blessés et tandis que vous allez m'ausculter, ils vont probablement mourir parce que vous n'aurez pas été à leurs côtés pour leur sauver la vie !

Elle serra les poings, surveillant du coin de l'oeil l'avancée de la mixture destinée à la calmer si elle venait à se montrer trop récalcitrante. Narcisse ne comprenait rien. La douleur devenait trop forte. Elle envahissait son buste, ses épaules, ses hanches. Son corps n'était plus que martellements. Elle aurait voulu se tordre, hurler. Mais ce piètre réconfort lui était refusé parce qu'elle devait s'efforcer à chaque instant de paraître forte et digne.

- Si vous me touchez, je ne suis pas sûre de supporter la douleur, finit-elle par dire, dévoilant enfin la source de son refus.

Mais avait-elle le choix ? Pour être soignée, elle devait accepter de souffrir. Une mixture soulageant sa douleur ne suffirait pas à lui épargner totalement les désagréments d'un tel traitement.
Hurler. Pleurer tandis qu'il posera ses doigts sur ses côtes. Serrer les poings jusqu'à s'en enfoncer les ongles dans la peau. Tout cela l'angoissait plus que jamais.
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 5 Jan 2014 - 11:14 Répondre en citantRevenir en haut

La patience de Lilwen fondait comme neige au soleil. L’épuisement qu’elle ressentait était tant physique que moral, à tel point qu’elle parvenait à grande peine à camoufler les tremblements qui secouaient de temps à autre son bras gauche. Elle acquiesça pourtant aux paroles de Maître Frâlan, demandant à un novice de lui trouver une écharpe de tissu. Le jeune manifesta une joie un peu trop grande à s’éloigner ainsi d’eux pendant un temps mais elle ne doutait pas qu’il reviendrait bien assez tôt avec de quoi lui permettre de soulager la douleur lancinante qui irradiait. Tout son être lui criait d’aller se reposer mais elle était finalement prise à partie par le Guérisseur qui souhaitait visiblement qu’elle l’aide.

Elle songea un instant à les envoyer paître tous les deux, regrettant déjà amèrement qu’être venue à la rencontre de la Chevalière. Elle ne put retenir un ricanement froid lorsqu’il sous entendit un lien d’amitié entre les deux jeunes femmes. Avant que Narcisse d’Istelsten deviennent son amies, il y a avait fort à parier que Sethyl perdait l’intégralité de ses écailles…

Le Maître Guérisseur était réputé pour sa grande patience avec les malades, tout Ardent qu’il était et pourtant, même lui devenait plus brusque, très certainement à cause de la fatigue. Tous étaient épuisés et Lilwen se demandait comment le Maître Brun pouvait tenir le coup quand elle-même n’avait qu’une envie, s’enfuir d’ici alors qu’elle ne venait pas de soigner des dizaines de personnes.

Si elle pouvait comprendre les craintes de la Chevalière, elle n’était plus en état de lui présenter des propos compatissants. Elle posa son regard de glace sur le Guérisseur.

J’ai fait broyer de l’Athelas.

Elle se tourna ensuite vers Narcisse, expliquant avec ce qui lui restait de patience.

La décoction atténuera la douleur mais ne la fera pas disparaitre complètement. Vous aurez mal mais ce sera supportable.


C’était les seules paroles de réconfort qu’elle était capable d’offrir à la Chevalière à ce. Le novice qu’elle avait envoyé plus tôt revint alors avec une écharpe de tissu. Lilwen le remercia lorsqu’il l’aida à la passer et elle ressentit un très léger apaisement lorsque son bras fut soutenu, mais qui ne parvint en rien à améliorer son humeur.

L’autre guérisseur à qui elle avait fait préparer l’infusion revint avec un verre contenant un liquide que Narcisse allait très certainement trouver ignoble et extrêmement amer, mais c’était néanmoins un puissant antidouleur qui ne la rendrait que très légèrement groggy. Le Thoril hésitait visiblement sur la marche à suivre, dansant d’un pied sur l’autre en regardant la Chevalière Verte. Visiblement, il venait tout juste d’acquérir son droit d’exercer et était dépassé par les évènements, ou plutôt par cette patiente trop récalcitrante. Contemplant Narcisse, le Grand Légat ne put s’empêcher d’employer un ton brusque et froid, qui se voulait sans réplique.

Maintenant vous allez avaler ceci sans discuter, ce qui nous fera gagner un temps précieux à tous, et permettra à Maître Frâlan de vous ausculter dans de bonnes conditions…

Peut-être ainsi pourraient-ils tous sortir d’ici plus rapidement. Le bras de la jeune femme fut saisit d’un tremblement qu’elle masque habilement en se tournant légèrement. La douleur lui vrillait le corps, embrumant son esprit et la rendant plus agressive qu’à l’accoutumée.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 5 Jan 2014 - 21:53 Répondre en citantRevenir en haut


Esthen Frâlan & Buroth
Maitre Guérisseur


Esthen avait envie que d'une seule chose : se passer la main sur le visage. Déjà que Narcisse était une patiente guère facile à gérer, mais si le Grand Légat s'y mettait aussi pour se faire obéir, il n'arrivait jamais à faire son travail. Pourtant, il savait que Lilwen voulait faire cesser le petit manège à la petite chevalière verte. Mais elle ne l'aidait pas vraiment là. Les femmes ! Valait mieux pas qu'elles soient blessées. Elles étaient aussi hargneuses que lors de leur période mensuel. Ou quand leur dragonne était en phase de rentrée en période de vol nuptial. Il repensa au rire de Lilwen quand il avait parlé de Narcisse comme étant son ami. Décidément, il avait toujours de la chance pour deviner les affinités. Mais il passa. Il avait une patiente à soigner

Cette dernière d'ailleurs avait prétexté qu'il y avait des cas plus graves à gérer. Il toussota, apportant là pour le moment sa seule réponse. Il accorda un regard approbateur à l'initiative prise par le Légat pour la potion et la prit, la tenant fermement dans la main, la tenant à Narcisse.

''Merci Grand Légat, je gagnerai du temps ainsi. Néanmoins, c'est à moi de dire les effets réels d'une telle mixture au patient...Bien à vous jeune fille. Personne ne peut réussir à supporter la douleur. Ou alors on est déjà mort, ou on est pas humain. Vous allez faire la gentille fille et me laisser faire mon travail. Ne soyez pas inquiète pour les autres chevaliers-dragons blessés, ils sont entre de bonnes mains avec mes acolytes et j'ai déjà vu les cas les plus graves. Vous êtes la suivante sur la liste. ''

Il lui tendit plus en avant la fiole à boire, avec un regard lourd d'insistance. Si elle cherchait encore à refuser de boire la potion, il userait d'une poudre qu'il avait toujours avec lui à la ceinture, pour faire endormir les récalcitrants vite fait bien fait.

''Du repos seul, cela ne suffira, je dois voir l'étendue des dégâts et voir comment je peux vous bander par la suite. Après vous pourrez vous reposer''

Il la regarda durant un court silence. Il n'aimait pas en arriver à de telles extrémités, mais si c'était pour la contraindre de se laisser ausculter...Il retira un peu la fiole de la vue de Narcisse, en se retournant.

''Après tout, si vous voulez mourir, ce sera votre choix. Au moins, j'aurai l'accord certain de la part du Seigneur de vous autopsier, pour savoir les causes de la mort. Pour les Archives vous comprenez....''

Peut-être que cela allait la secouer et qu'elle allait lui prendre le remède des mains et après se laisser faire... .



Narcisse d'Istelsten
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 11 Jan 2014 - 00:46 Répondre en citantRevenir en haut

- Ne comptez pas sur moi pour laisser au Seigneur du Kaerl Ardent l'opportunité de se réjouir de ma mort ! Je ne suis pas faible ! Il me faut bien plus que quelques côtes cassées pour mourir ! Plus qu'un Archonte ayant perdu l'esprit ! Plus qu'une Ombre aux sombres desseins...

Sans laisser le temps à ses tortionnaires de rétorquer à ses provocations, Narcisse se saisit de la petite fiole et en avala le contenu si rapidement qu'elle sentit à peine le goût amer de l'Athelas. Le récipient termina sa course contre le mur de pierres noires et se brisa en une centaine d'éclats de verre, qui s'éparpillèrent sur le sol et la couche d'un Maître endormi. Jamais Narcisse n'avait goûté pareille mixture au cours de son existence, y compris lorsque la fièvre la gagnait. Si certains plats avaient manqué de lui faire rejeter le contenu de son estomac, l'Athelas était en comparaison bien plus infecte, autant au goût qu'à l'odeur. Les effets de la plante furent immédiats, la plongeant dans un état commateux. Prise de violents vertiges, la Chevalière fut forcée de s'allonger, surprise par les effets indésirables de cette fleur.

- Par Flarmya, faites vite Maître Frâlan, qu'on en finisse ! hurla-t-elle, gagnée par la colère.

La tête lui tournait. La douleur, érintante, était plus supportable que précédemment, la libérant d'un poids. Néanmoins, Narcisse était parfaitement consciente que son auscultation n'allait pas être de tout repos. La Chevalière Izil le lui avait dit elle-même avant qu'elle ne s'emporte et vole la fiole des mains du Guérisseur. "La décoction atténuera la douleur mais ne la fera pas disparaitre complètement. Vous aurez mal mais ce sera supportable. " N'avait-elle dit ça que pour la convaincre de se laisser faire ? Ou bien connaissait-elle réellement les effets de l'Athélas sur les patients grièvement blessés ?

Narcisse n'avait pas entièrement confiance en Lilwen Izil. Cette femme était aussi imprévisible que sa Liée. Tantôt en colère, tantôt sarcastique, elle montrait à la fois une attention toute particulière et un mépris qui se flairait à ses kilomètres à la ronde.
Le Guérisseur Frâlan écopait du même jugement. Ce n'était pas la première fois qu'elle avait affaire à lui. A peine arrivée au Màr Taralöm, Narcisse avait brillé par son insolence et son mépris de la hiérarchie, se considérant encore comme une noble d'Ören. Rapidement, le Seigneur Iskuvar l'avait remis à sa place, allant jusqu'à la pousser à utiliser ses pouvoirs et ainsi l'emmener tout droit en salle soins, où elle était restée quelques jours, avant de s'enfuir comme une voleuse. Elle avait emporté avec elle une petite lame servant aux soins les plus complexes. Rancunière, elle ne s'était jamais plus présentée auprès d'Esthen pour lui rendre son bien. D'ailleurs, elle ne savait plus exactement où elle avait rangé la lame. Peut-être dormait-elle au fond de l'un de ses tiroirs. A moins qu'Elendel Hastin se soit permis de lui confisquer sans lui en parler.

- Soignez ça le mieux possible... souffla-t-elle, appréhendant déjà la douleur qu'allaient causer les doigts du guérisseur sur sa peau. Je dois être capable d'aller à la recherche de Drazahir dès les prochains jours. Il est hors de question que qui ce soit parte sans moi. Je veux planter ma lame dans son abdomen et le voir souffrir le martyre. Il doit payer pour tout ça. Il doit payer pour avoir osé s'en prendre à moi à travers l'Archonte.
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 12 Jan 2014 - 11:06 Répondre en citantRevenir en haut

Le sang pulsait contre les tempes de la Chevalière Incarnate, laissant présager d’une migraine dans les plus brefs délais. Une fois encore, elle se demanda pourquoi elle s’était présentée à l’infirmerie sachant pertinemment que les guérisseurs ne lui apprendraient rien qu’elle ne savait déjà. Néanmoins elle ne put retenir un sourire sarcastique aux paroles d’Esthen. L’avait-elle vexé lorsqu’elle avait énoncé les effets de l’Athelas ? La jeune femme était tellement à bout de nerf qu’elle manqua l’espace d’un instant d’éclater de rire. Tout cela était risible, pourtant, elle susurra :

Vous aurais-je vexé Maître Frâlan ?

Elle n’attendait néanmoins pas de réponse du Maître Guérisseur qui était visiblement bien plus compétent qu’elle dans l’aide au patient. La psychologie inversée faisait des merveilles sur la Chevalière Verte et elle finit par boire l’amer breuvage ce qui eut pour conséquence immédiate de la calmer légèrement. A n’en pas douter, l’examen allait être douloureux toutefois, elle devait reconnaitre que Esthen devait impérativement vérifier si les côtes ne s’étaient pas déplacées sous la violence du choc ou encore lorsqu’elle s’était par trop agitée auparavant.

Les ambitions vengeresses de la Chevalière étaient certes louables mais Lilwen doutait que le Guérisseur la laisse s’engager dans une telle aventure. Toutefois, elle ne doutait pas une seconde que Narcisse trouverait un moyen de parvenir à ses fins.

C’est alors que l’examen commença. Les gémissements et hurlements de la Chevalière emplir de nouveau la vaste salle. Et s’il était évident qu’elle aurait très certainement eu les mêmes réactions si elle avait été à sa place, Lilwen ne put s’empêcher de lancer à la Chevalière un regard agacé. Elle se détourna et partit plutôt en quête de nourriture. Ce qu’elle trouva non sans peine un peu plus loin. Un tas de viande sanguinolente avait été laissé sur une table, très certainement laissé à l’attention des plus jeunes chevaliers dont les liés les avait accompagné ici. Elle se saisit d’une large pièce de viande qu’elle rapporta près du lit de Narcisse.

Entre temps, l’examen s’était visiblement terminé et le Maître Brun tentait visiblement de convaincre sa patiente de quelque chose. Lilwen s’accroupi en grimaçant et offrit la pièce de viande à la petite Verte qui n’avait pourtant d’yeux que pour sa Liée. Son ton était étrangement bien plus doux lorsqu’elle s’adressa à la petite dragonne.

Tiens, c’est peu de chose mais cela te permettra de reprendre des forces. Car à n’en pas douter, ta Liée à puiser dans les tiennes, et si tous les dragons du Màr sont certainement en train de se remplir la panse, j’ai bien peur que tu ne sois trop obnubilé par ta Liée pour y penser…
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 12 Jan 2014 - 19:28 Répondre en citantRevenir en haut


Esthen Frâlan & Buroth
Maitre Guérisseur


Esthen resta de marbre en voyant le revirement de la Chevalière verte et l'observa pendant qu'elle but l'Athelas. Il ne sourcilal même pas devant le pic de Lilwen. Il était Maître-Guérisseur et il avait une patiente à soigner. Il n'était pas là pour se battre par le biais des mots contre une jeune femme ; une Sang de surcroît. Batailler contre une blessée récalcitrante était déjà assez compliquée comme cela pour qu'il prenne son énergie à converser inutilement

Doucement, en expert, il releva la tunique de Narcisse, juste à l'endroit des côtes endolories. Il tiqua à peine en voyant l'étendue des dégâts et se nettoya les mains dans une bassine apportée par un novice.

''Merci... Et allez donner ce qu'il faut pour Dame Lilwen. Je pense que dans son état, une infusion de plante pour le repos la nuit et le mal de tête lui sera profitable. ''

Comme chez toutes les femmes, les migraines les rendaient exécrables. Au moins, elle sera soulagée quand elle ira dormir, puis il posa en douceur les mains sur les côtes de Narcisse, celles qui la faisait souffrir. La chevalière gémit dès qu'il posa les doigts là il fallait pour détecter l'emplacement des fractures. Il réussit à en repérer quelques unes et une fois son examen terminée, il put soupirer. Heureusement qu'elle n'avait pas été dans l'idée de partir combattre encore dans cet état. Et surtout qu'elle avait bu de l'Athelas. Elle aurait été intenable.

''Voila.... j'ai presque fini. ''

Il attrapa un large bandage et fut aidé d'un autre guérisseur pour la redresser.

''Quand je vous le direz, vous expirerez doucement. Le bandage avec lequel je vais vous entourer va serrer et vous faire mal. Mais après ca ira un peu mieux et la respiration sera plus aisée... Alors... Voilà. Maintenant, expirez.''

Il serra d'un geste professionnelle et dès qu'il eut terminé, malgré la souffrance que cela engendra, il bloqua le bout du large bandage avec des épingles à fermeture coulissante. Et le tout sans déranger les attributs de Narcisse (sans rien voir non plus)

''Voila... C'est terminé. Bravo chevalière, vous avez été courageuse jusqu'au bout. Je ne puis vous promettre que vous serez en état de vous battre contre Drazahir. Et encore je vous le déconseille fortement. C'est du repos durant deux semaines dont vous avez besoin. Je vais vous prescrire un remède qui aidera à taire la douleur et à ressouder les os un peu plus rapidement, mais je ne puis faire de guérison miracle. Tout ce que je vous demande, c'est d'être raisonnable. Vous vous êtes déjà battue contre les morts-qui-marchent, c'est déjà un acte héroïque. ''

Pendant ce temps, le guérisseur quémandé par Esthen apporta un remède pour Lilwen, après l'avoir préparé. Frâlan profita d'avoir terminé pour refaire un élan de conseil pour les deux jeunes femmes.

''Prenez vraiment du repos pour aider vos corps à régénérer plus vite. Jouer les héroïnes avec des blessures comme les vôtres ne rend pas service à vos dragons et encore moins au kaerl, car vous vous exposez plus dangereusement encore. Maintenant, si vous me le permettez, je vais vous laisser et aller m'occuper des autres blessés. ''



Narcisse d'Istelsten
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 13 Jan 2014 - 14:28 Répondre en citantRevenir en haut

Wicella montra les crocs lorsque la Chevalière Izil s'accroupit à ses côtés, ne présentant pourtant aucun signe d'hostilité. Depuis sa naissance, la petite dragonne verte n'avait jamais adressé la parole à qui que ce soit, hormis à sa propre Liée, et plus exceptionnellement, au Lié de son géniteur, Peddyr Thelrand du Kaerl Céleste. Peu sociable en raison du comportement pénible de Narcisse, elle se méfiait de tout et n'importe qui, y compris des êtres qui montraient pourtant beaucoup de douceur à son égard. Si d'autres jeunes dragons avaient déjà l'assurance des adultes à son âge, Wicella elle préférait se faire oublier, n'intervenant que lorsque sa Liée avait besoin de son aide.

Les liens qu'elle entretenait avec Narcisse étaient instables. La petite dragonne présentait de nets problèmes de croissance. Depuis son éclosion, elle n'avait pas grandi d'un pouce, ni d'ailleurs acquis plus de maturité malgré les jours passés à lutter contre le mal qui s'abat sur Tol Orëa. Sa Liée ne semblait pas prendre conscience du problème, qui pouvait avoir plusieurs sources. D'un, Wicella ne se nourrissait pas correctement, se contentant des restes d'assiette de Narcisse ou encore des rats morts qu'elle pouvait trouver dans les combles du Mahalma. De deux, les deux Liées ne partageaient quasiment rien. Lorsque l'une souffrait, l'autre en avait à peine conscience, et inversement. Si la Verte faisait des efforts pour se rapprocher de la personne qu'elle aimait le plus au monde, Narcisse elle semblait peu encline à ouvrir son âme à sa moitié. Elle avait même failli l'abandonner aux chutes de Nightfall les premiers jours. Comment une Aspirante pouvait-elle refuser le cadeau que lui faisait Flarmya. Tous rêvaient pourtant de leur Empreinte, et elle, elle avait été la seule à l'avoir redouté.

Lilwen Izil avait-elle elle aussi conscience du problème, pour ainsi lui offrir son aide ? A moins qu'elle soit naturellement douce et gentille. Ce n'était néanmoins pas la première fois que l'on essayait de l'appater avec de la nourriture, comme pour la consoler de quelque chose. Beaucoup marmonnait qu'elle était trop petite et trop maigre, croyant qu'elle ne les entendait pas. Et plus le temps passait, moins Wicella supportait qu'on la prenne ainsi en pitié. Elle, elle avait encore de l'espoir pour sa Liée.

° Je ressens sa douleur physique. Je la ressens mieux que quiconque. Mais ses sentiments me sont innaccessibles. Qu'a-t-elle en tête exactement ? Quelles sont ses intentions ? Va-t-elle être raisonnable et ne pas quitter le Kaerl Ardent avant d'être entièrement guérie ? Ça, elle ne me laisse pas le voir. °

Reniflant le morceau de viande, elle osa à peine y planter ses crocs. Jamais elle n'avait vu une aussi belle proie. Après quelques minutes d'une longue hésitation, elle finit par s'en saisir et en dévorer l'intégralité, comme si elle n'avait pas eu à manger depuis de longs jours.

° Bipède, ma Liée compte plus pour moi que n'importe qui d'autre. Elle peut puiser dans mes ressources ; elle peut prendre ma vie s'il le faut, ça n'a pas d'importante. °

Tandis qu'elle mangeait, Wicella porta tout de même toute son attention sur sa Liée, qui peinait à se remettre du traitement que venait de lui infliger le Maître Guérisseur. Couverte de sueur, elle luttait contre la fièvre et ses pensées étaient tels des torrents de lave : instables, puissantes et dangereuses. Son impuissance face à sa Liée la rendait à la fois triste et en colère. Depuis le début, elle n'était pas capable de lui venir en aide. Quand elle la conseillait, elle n'écoutait jamais ses conseils, la traitant comme si elle n'était là que pour l'embêter. Elle avait tout essayé pourtant pour se rapprocher d'elle. Que lui fallait-elle de plus pour accepter le destin que lui avait offert la Mère des Dragons ?

- Deux semaines ? s'indigna Narcisse. Mais Maître Frâlan, il faut impérativement que je me remette avant qu'une escouade ne parte à la recherche de Drazahir ! Ils n'attendront pas que je sois guérie, surtout après ce que cette pourriture a fait au Kaerl Ardent ! Je vous en prie, n'avez pas un remède plus efficace ?

S'agitant plus qu'il ne lui était conseillé, Narcisse fut prise d'une quinte de toux et gémit de douleur. Il ne lui fallut pas plus de quelques secondes pour s'allonger de nouveau, cherchant en vain une position qui lui permettrait de ne plus souffrir.

Elle en était certaine maintenant. Jamais on ne lui permettrait de participer aux recherches dans son état, surtout s'ils décidaient de partir dans les prochains jours. Sans nul doute, Alauwyr Iskuvar allait lui interdire d'y participer, car elle allait être un poids pour l'équipe et les ralentir en raison de la douleur ou de mouvements impossibles à effectuer, notamment en combat. De plus, si elle venait à être de nouveau frappée au même endroit, elle risquait bien d'y laisser sa vie. Un risque que tout chef d'équpe un tant soit peu conscientieux prendrait en compte avant d'accepter n'importe qui pour cette quête.

°Tu as déjà fait beaucoup aujourd'hui, Narcisse.° insista Wicella.
° Sors de ma tête ! Tais-toi, je t'en prie...°

Narcisse prit sa tête entre ses mains, désespérée. Ce type lui prenait tout. Les personnes qu'elle aimait. Sa liberté. Il avait même bien failli lui ôter la vie. Alors qu'il méritait le pire sort qu'il soit, tout semblait être contre elle. Participer à cette quête importait plus que tout à ses yeux. Elle voulait être celle qui lui ôterait la vie.
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 18 Jan 2014 - 19:04 Répondre en citantRevenir en haut

L’indignation et la colère ceignirent une nouvelle fois le cœur de la demi-sang. Après cette journée entachée de sang et de douleur, il lui semblait qu’elle peinait à conserver la contrôle de ses sentiments, comme si ils avaient décidé de s’exacerbé sans tenir compte de sa propre volonté. Etait-ce le fait d’être liée à Incarnate, mais elle percevait presque la douleur de la petite Verte, n’osant à peine imaginer à quel point elle devait se sentir seule et incomprise. Lilwen ignora superbement Narcisse qui tentait vainement de retenir l Maître Guérisseur en l’exhortant de trouver un meilleur remède. Car si Lilwen lui adressait maintenant la parole, il y avait fort à parier que Narcisse ne s’en tirerait pas seulement avec des côtes cassées. Comment avait-elle pu négliger sa Liée à ce point ?

A sa naissance quelques semaines auparavant, Sethyl lui avait appris que la petite Verte était née non pas d’un père Ardent, mais d’un dragon venant d’un autre Kaerl. Si Lilwen avait été outrée de la nouvelle, l’ironie de la situation lui avait sauté aux yeux lorsqu’elle avait vu la Liée de la Bleue en question. Lyssa Ciniver, Sang et Maître pensant du Clan Valherien… Si ces personnes détestaient plus que tout les sang-mêlés, visiblement, il n’en était pas de même pour les dragons… Sethyl quant à elle n’avait pour une fois pas pipé mot, malgré les interrogations de Lilwen pour savoir ce qu’elle en pensait.

Ce n’était pas réellement de la pitié qu’elle ressentait à l’instant pour la petite Verte mais plutôt une compréhension que Sethyl lui avait permis d’acquérir bien malgré elle. Elle attendit que la petite dragonne ait terminé son repas. Sa voix était douce mais la teneur de ses paroles pouvait paraitre ferme.

° Je pourrais parler à ta Liée, mais je suis persuadée que cela ne ferait que la braquer plus encore… Je ne peux te dire ce qu’elle a dans la tête mais sa douleur risque de l’empêcher de partir même si je doute que quoique ce soit puisse la retenir. °

Lilwen contemplait la petite dragonne qui n’avait presque pas pris de poids depuis sa naissance. Elle se souvenait de la croissance de Sethyl, qu’elle avait regardé grandir de jour en jour avec ahurissement. L’Incarnate effleura d’ailleurs ses pensées en une douce caresse.

° Sethyl te fait dire que si ta Liée est incapable de te nourrir convenablement, elle t’offrira une partie de sa chasse jusqu’à ce que tu sois capable de le faire par toi-même… °

Lilwen était surprise du geste de l’Incarnate, elle qui était d’habitude si égoïste. Néanmoins, elle pouvait le comprendre. Le Destin avait guidé la petite Verte vers Narcisse et ce qui semblait arriver aux deux Liées étaient extrêmement rare et surprenant pour elle qui avait accueilli Sethyl comme la moitié de son âme.

° Si tu la laisses prendre tes ressources, et si tu meurs, elle te suivra dans les limbes, ce n’est pas un service à lui rendre… °


Lilwen se redressa, fusillant la Chevalière Verte sur son lit. Visiblement mal en point, elle n’en éprouvait pourtant aucune pitié, songeant avec un plaisir malsain qu’il y avait certainement une justice et qu’un être qui faisait souffrir sa moitié d’âme ainsi ne méritait que trop ce qu’il lui arrivait.

Comme te l’a appris Maître Frâlan, il n’y a pas de miracle, on ne ressoude pas des côtes par sa simple volonté, mis à part si l’on est doté d’une magie particulière…

Lilwen ne souhaitait pas attirer d’ennuis à la petite Verte, néanmoins, elle savait que si elle recroisait la Chevalière et que la situation n’avait pas évolué, elle n’hésiterait pas à lui dire sa façon de penser, en attendant, elle préférait juste lui adresser un regard froid et sans aucune compassion.
Narcisse d'Istelsten
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 28 Jan 2014 - 12:21 Répondre en citantRevenir en haut

- Mais par Flarmya, il doit bien y avoir quelqu'un dans ce Kaerl qui possède cette magie si particulière ! s'emporta Narcisse, hors d'elle. Je refuse que l'on me mette à l'écart pour quelques côtes cassées ! C'est injuste ! Je n'ai rien demandé !

Si elle se débattait vigoureusement contre l'irréversible, Narcisse était pourtant parfaitement consciente qu'elle ne parviendrait jamais à tenir le rythme d'une traque effreinée aux côtes d'autres Chevaliers Dragons. Tandis qu'ils brillaient tous de santé, Narcisse pouvait à peine se redresser pour se lever, hurlant de douleur à chaque mouvement indélicat. Quant à marcher, c'était une toute autre histoire, qu'elle ne pourrait aborder que quelques jours plus tard, après avoir pris beaucoup de repos. Il n'y avait désormais aucun doute sur le fait que si elle s'aventurait à grimper sur le dos d'un dragon, sa blessure s'aggravera et l'empêchera d'accomplir la mission à laquelle elle avait tant tenue à participer. N'y avait-il donc personne ici pour lui venir en aide ?

Tol Oreä était un monde pleins de surprises. Chaque jour, la Chevalière verte découvrait une nouvelle terre, de nouveaux talents, et plus le temps passait, plus elle se demandait s'il y avait des limites à ce qui pouvait se faire avec un peu de magie et le Don. Soigner des côtes cassées devait donc pouvoir se faire, il y avait bien quelqu'un, quelque part, dans le Màr Taralom ou ses alentours, capable de faire usage de sa magie pour accéler le processus de guérison de ses patients ! S'il lui fallait réclamer l'aide d'un autre Kaerl, alors elle n'aurait aucun scrupule à le faire. L'important pour Narcisse était de participer à la traque, peu importe ce qu'elle devait sacrifier pour ça.

° Si le Maître-Guérisseur avait entendu parler d'un tel prodige, alors je suis certaine qu'il l'aurait dirigé vers toi, Narcisse. Aucun Maître, aucun Chevalier ici ne peut te reprocher de vouloir mettre fin au règne de Drazahir. Tous ont perdu quelqu'un à cause de cet homme. Tous ont vu la mort de près. S'ils pouvaient te faire guérir miraculeusement, je suis certaine qu'ils le feraient. Après tout, plus vous serez nombreux, plus vos chances de l'abattre seront grandes. Il ne s'agit plus de quêtes personnelles. °

Sans répondre à sa Liée, qui avait parfaitement raison sur tous les points qu'elle avait évoqués, Narcisse ferma les yeux. Elle ne voulait rien entendre jusqu'à demain. Elle espérait que la douleur serait passée, qu'elle pourrait à nouveau courir comme n'importe lequel de ses compagnons d'armes et rejoindre l'escouade qui sera en charge de la traque. Peut-être que tout cela n'était qu'un cauchemard. Peut-être qu'elle n'était pas dans la réalité et que Drazahir jouait avec ses nerfs, comme il l'avait fait en l'obligeant à affronter l'un des êtres qui lui est le plus cher.

° Je ne veux pas qu'elle meurt parce que je n'ai pas su me nourrir convenablement ° confia la petite verte à Lilwen. ° Mais je n'ai jamais été douée pour la chasse. Beaucoup de créatures sont encore bien plus grosses et lourdes que moi. °

Wicella porta son regard sur la bipède. Jamais on ne l'avait considéré aussi bien. Les autres bipèdes étaient tous choqués par ses origines, la traitant comme si elle était une abomination de la nature. Heureusement, de manière générale, les autres dragons ne se comportaient pas ainsi avec elle, hormis ceux qui étaient très fortement influencés par les pensées de leurs Liés.

° Qu'as-tu à gagner à venir à mon aide ? Tu hais ma Liée plus que tout. Serait-ce pour la mettre à nouveau en colère ? Hum ? Peu important. Dis à Sethyl que j'accepte sa proposition. Mais je ne veux pas me servir systématiquement dans ses proies. Je veux qu'elle m'enseigne ses connaissances et pouvoir me nourrir seule. °
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 2 Fév 2014 - 19:00 Répondre en citantRevenir en haut

Lilwen contemplait la Chevalière Verte avec un mélange de mépris et de dédain liés comme un seul sentiment. Mais au lieu de décharger sa haine sur cette écervelée, elle porta son regard de glace sur la petite Verte qui l’observait. Son ton était plus sévère qu’elle ne l’aurait voulu.

° Tu ne devrais pas prendre sur toi les erreurs de ta Liée. Elles sont siennes et les lui enlever ne la fera en aucun cas aller dans la direction que tu veux la voir prendre. Je comprends ce que c’est que d’avoir une moitié d’âme avec laquelle il faut composer en permanence. Mais elle est comme une gamine capricieuse et si tu lui passes la moindre de ses lubies, ça ne fera qu’empirer… °

La tête lui tournait de plus en plus et elle pouvait sentir la fatigue dans chaque parcelle de son corps. Elle devait quitter cet endroit et vite. Elle se savait à bout de nerfs et la moindre étincelle pouvait mettre le feu aux poudres. Elle inspira lentement, tentant de se calmer tout en toisant à nouveau Narcisse. Lilwen ne pouvait définitivement pas comprendre comme elle pouvait agir comme ça avec sa Liée. Elle songeait avec une pointe de fierté que si elle avait agi ainsi, nul doute que Sethyl l’en aurait empêché d’une manière ou d’une autre. Elle ne connaissait pas cette petite Verte, mais elle ne doutait pas une seconde qu’elle ne pourrait pas infléchir la course de ce que Narcisse était en train de prendre.

° Je ne haïs pas ta Liée, mais je ne te mentirai pas en te disant que je ne l’apprécie aucunement. Elle possède une force de caractère et un courage que je respecte néanmoins, elle n’est plus seule, tu es là et elle doit en tenir compte, que ça lui plaise ou non. °


Elle jeta un regard polaire à la Chevalière.

Réfléchis, si quelqu’un possédait cette faculté, il serait déjà en train de l’utiliser. Toutefois, je doute que ce serait sur toi. Arrête un peu de te plaindre et penses plutôt à la chance que vous avez d’être en vie toi et ta Liée.


Lilwen s’avança et lui saisit l’épaule brusquement, sachant pertinemment que cela lui ferait mal.

Il serait temps de grandir un peu. Il y a peu de chance que quelqu’un dans cette pièce puisse quoique ce soit contre ce mage. Seul nous ne pourrons rien alors guéris et joins-toi à ceux qui partiront bientôt en chasse.

Lilwen libéra Narcisse et se tourna une nouvelle fois vers la petite dragonne, la colère pulsait dans ses veines mais n’était pas dirigé contre Wicella mais plutôt contre tout ce qui l’entourait, néanmoins sa voix était dépourvue de chaleur lorsqu’elle s’adressa à elle.

° Je n’ai rien à y gagner, si tu veux une explication, demande à Sethyl. Par contre, tu dis "vouloir" qu’elle t’apprenne à chasser… A ta place, je ne serais pas trop prompte à exiger quelque chose d’une Reine Incarnate. Je suis certaine que la mémoire que tes ancêtres t’ont léguée abondera en ce sens. °


La douleur, la haine, la colère, tous ces sentiments se mêlaient étroitement. Sethyl pouvait ressentir sa détresse mais même elle ne pouvait éteindre le feu qui brûlait en elle. Elle se détourna finalement, aspirant plus que tout à quitter cet endroit.


Pour moi cela clos le Rp, après, si tu as besoin d'une réaction de Lil à une dernière pique, n'hésite pas Clin d'Oeil Quand on aura le temps, on fera une petite partie de chasse entre Sethyl et Wicella Evil
Narcisse d'Istelsten
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 7 Fév 2014 - 14:01 Répondre en citantRevenir en haut

- Je n'ai besoin de personne pour tuer cet homme, Chevalière Izil ! explosa Narcisse, hors d'elle.

Lorsqu'elle voulut se lever, une douleur fulgurante, insupportable, lui traversa les côtes. Elle sentit son corps se raidir, gardant pour tout contact avec son lit de fortune, que la tête, les épaules et les pieds. Elle voulait désespérément crier sa colère, mais ses muscles tétanisés ne voulaient plus lui répondre. Elle distinguait tout juste, au travers de la peau fine de ses paupières, des ombres sans formes distinctes, s'affairant autour d'elle en un brouahaha insupportable, virevoltant de droite à gauche. Elle voulait mettre fin à cette mascarade, mais elle souffrait tant. Quelle torture lui imposait donc Drazahir ? Quel supplice ? Pendant combien de temps durerait ce cauchemar ? Des heures ? Des jours ? Des mois peut-être ? Quelle atrocité que de ne pas savoir ! Il lui semblait alors qu'il lui serait plus facile de supporter la souffrance si elle savait qu'elle lui permettait tout de même de mettre un terme au règle du Seigneur des Ombres.

- Ne...

Avant qu'elle aggrave de nouveau de sa situation, un Guérisseur posa une main puissante sur son épaule, l'obligeant à rester immobile. De l'autre, il lui fit snetit un puissant somniphère, dont l'odeur lui rappelait étrangement la menthe. Si elle avait pu tuer l'homme qui l'entravait, Narcisse l'aurait fait sans aucune hésitation. Mais les effets de la plante furent presque immédiats. La douleur disparue, comme elle était venue, instantanément. Les lumières des torches s'estompèrent progressivement. Les voix des ombres s'évanouirent à leur tour et le calme reprit sa place, alors que Narcisse plongeait dans un profond sommeil.

Le cauchemar s'éloignait.
La béatitude envahissait tout son corps, tout son esprit.
Elle se sentait si bien. Sereine.

Jamais, jusqu'à ce jour, Wicella n'avait vu sa Liée dans un pareil état. Elle était pleine de colère, de haine, de fureur, jusqu'au point où elle n'était plus capable de raison et mettait sa propre vie en danger, en plus de celle de ses autres camarades. Si elle n'intervenait pas au plus vite, Narcisse allait mourir. Mourir de chagrin, mourrir tuée de la main de Drazahir, ou peut-être même par l'un de ses compagnons d'armes, après avoir prononcé des paroles qu'elle aurait dû garder pour elle. Mourir exécutée par Alauwyr Iskuvar pour un crime impardonnable, ou encore par une Incarnate, dont elle aurait froissé l'égo surdimensionné. Qu'elle soit encore en vie aujourd'hui relevait en vérité du miracle. Depuis sa sortie de l'oeuf, Wicella ne êvait pourtant que d'une chose : voir sa LIée grandir, prendre ocnfiance en elle, gagner en puissance et en sagesse, jusqu'à atteindre les sommets du pouvoir qu'elle convoitait tant. Peut-être deviendra-t-elle une Sang, ou encore Dame du Kaerl Ardent, ou bien grand Seigneur du continent d'Ören, comme elle en rêvait secrètement, lorsqu'elle dormait et ouvrait alors l'accès à son esprit.

° Je ne sais comment aider ma Liée ° confia Wicella à la Chevalière Izil. ° Elle a beaucoup de caractère et de volonté, mais elle vit pour sa seule personne et n'a jamais eu la moindre once d'amour pour qui que ce soit d'autre. Tout du moins, je n'ai jamais rien constaté de tel depuis ma sortie de l'oeuf. °

Grimpant aux côtés de sa Liée endormit, elle se blottit contre elle. Le battement de son corps la réconforta.

° Elle est seule...et pour le moment, souhaite le rester. Merci pour votre aide, Chevalière. Elle lui a été plus précieuse que vous ne pouvez jamais l'imaginer. °


FIN DU RP
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:41 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu