Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Des choses à apprendre Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 19 Oct 2013 - 13:33 Répondre en citantRevenir en haut

Haskèlku 918
La nuit




Les images défilaient dans sa tête. Arrivé au mois d’Isashaniku de l’an 918, elle entrait dans son troisième mois au Màr Tàralöm. Elle passait de bons moments avec sa maîtresse, Lyssa Ciniver. Il fallait admettre que ce n’était pas rose tous les jours, mais Ruri tentait de progresser aussi rapidement que possible. Elle n’était pas douée pour les armes, c’était un fait. Elle était également trop timide et impulsive pour tenir une conversation. Elle s’impatientait rapidement et n’hésitait pas à couper court à la discussion dès qu’un élément la dérangeait. Elle se souvenait avec une certaine rancœur de sa rencontre avec Alauwyr ayant précédé sa tentative de suicide le lendemain. Faible qu’elle était, elle n’avait pu trouver aucun rempart contre les mots de cet homme. Froid, austère, elle avait eu l’impression de n’être qu’un jouet entre ses mains et elle ne l’avait pas supporté.

Elle était encore une jeune neishaane. Elle ne savait rien d’elle-même. Son passé l’avait forgé si faible. Elle n’en était pas ressorti plus forte. Seule sa détermination semblait s’être renforcée, avec quelques hauts et bas. L’adolescente ne pouvait pas fermer l’œil de la nuit. Elle tombait régulièrement d’épuisement dans son lit et sombrait alors dans un sommeil aussi lourd que pénible. Elle se réveillait alors en sueur, les larmes coulant sur ses joues pâles. Ce n’était pas une guerrière forte comme Alauwyr, ce n’était pas une femme forte comme Lyssa. Non, elle n’était rien de tout ça et elle devait composer avec.

Assise dans son lit, elle ne trouvait pas le sommeil. Où plutôt, elle le fuyait autant qu’elle le pouvait. Bien qu’elle était fatiguée, elle ne supportait plus ces moments d’angoisse et ne savait pas comment s’en séparer. Elle était même loin de douter que, quelques mois plus tard, elle vivrait un véritable cauchemar éveillé. Mais dans l’instant, elle ne cherchait qu’un refuge confortable et de quoi s’occuper l’esprit.

L’Observatoire lui semblait le lieu parfait. Calme, il n’y aurait personne à cette heure-ci. Elle pourrait lire de tout son saoul et en apprendre plus sur le monde qui l’entourait. L’histoire du Kaërl, du gardien, des dragons et de leurs liés. Il ne lui venait pas à l’idée encore d’en savoir plus sur elle et son passé. Elle voulait mieux appréhender son environnement pour mieux le maîtriser. C’était un défi de taille. Et puis, Anaviel s'en chargeait pour elle.

Elle écarta du pied ses draps qui couvraient ses jambes et se dirigea vers le miroir posé sur le secrétaire. Elle se recoiffa rapidement, fit un brin de toilette et s’engouffra dans le couloir sombre. Les quelques bougies dansaient chaleureusement sur les murs. Elles formaient des ombres intrigantes. Elle s’était vêtue de jambières noires, d’une paire de botte de cuir souple et d’un bustier aux teints violacés brodés de fils dorés. Elle avait également fait le choix d’une cape pour se protéger du froid. Emmitouflée ainsi, elle traversait les étendues dallées jusqu’à aller au Val.

Ce lieu lui remémora des instants qu’elle avait appréciés. Elle revoyait la majestueuse liée de Lyssa se diriger vers les Bassins Ignés. Elle chassa ces souvenirs d’un mouvement de tête et observa la tour qui se dressait à quelques centaines de mètres d’elle. Elle acquiesça tout seule et se mit en marche dans le froid et le noir de la nuit. Les étoiles formaient un dôme magnifique, parfois masquées par un souffle de vapeur volcanique.

Elle poussa les portes de l’Observatoire doucement. Le grincement des portes la fit sursauter et elle s’empressa de les refermer derrière elle. Elle se dirigea vers l’escalier face à elle et monta au premier étage. Des dizaines, des centaines voire des milliers d’ouvrages étaient entreposés ici. Le lieu de la connaissance qu’elle ne pourrait pas acquérir en toute une vie. Elle soupira et se dirigea vers un rayon au hasard. Elle tira le livre et l’épousseta avant de s’asseoir sur une chaise. Elle approcha une bougie du centre de la table et ouvrit l’ouvrage.

« De la politique au Màr Tàralöm. Analyse comparative avec les politiques du Màr Luimë et du Màr Menel. Cela promet d’être intéressant, moi qui n’y comprend absolument rien. De tous les livres présents, il aura fallut que je tombe sur le pire »

Sa voix résonna dans l’observatoire comme un fantôme qui la suivait.


Dernière édition par Ruri Ravin le Ven 17 Jan 2014 - 13:55; édité 2 fois
Publicité





MessagePosté le: Sam 19 Oct 2013 - 13:33 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 19 Oct 2013 - 15:11 Répondre en citantRevenir en haut

La bougie de Ruri était la seule source de lumière présente en ces lieux de savoir, la seule à repousser les ombres envahissantes de la nuit. Des formes ténébreuses dansaient au même rythme que les oscillations de la petite flamme qui se nourrissait avidement de la cire, rayonnait comme seul point dans ce néant nocturne.
Et parmi les ombres, un autre se dessinait sur les autres, se mouvait, portée par la faible lueurs des braseros qui précisaient l'entrée de cet étage. Un pas furtif l'accompagnait. Qui pouvait donc, en plus de la jeune aspirante, pénétrer dans ces lieux ? Rares étaient les personnes à vouloir étudier la nuit. Plus encore quand elles se montraient plus nombreuses.

Cette silhouette, imposante et effrayante, se mouvait presque à la manière d'un félin qui se rapprochait de sa proie, en vue de terminer sa chasse. Deux yeux sombres étaient ciblés sur la finalité. Mais dans quel but ? Nous allons vite le découvrir.

La voix de la jeune femme résonnait dans tout l'Observatoire. Il ne manquait plus qu'un écho pour y répondre. Mais aucun ne vint pour troubler le silence de ces lieux. Peut-être fut ce une bonne chose. Ou peut être pas. L'ombre fit un pas de plus, avant de se mettre à la limite de l'aura lumineuse de la bougie. Seuls ses yeux sombres reflétaient la source de lumière. Et un sourire narquois naquit à l'extrémité des lèvres de l'être.

Il croisa les bras et colla son épaule contre une étagère de livres. Cette dernière grinça de protestation. Peut être que ce simple grincement ferait sursauter Ruri, qui ne devait pas s'attendre à voir du monde dans le coin à ces heures tardives. Cette dernière voulait tellement apprendre sur la politique... D'ailleurs, Alauwyr ne put s'empêcher de murmurer avec un ton assez audible :

''N'est-il pas un peu tard pour étudier des sujets aussi complexes ? ''



Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 19 Oct 2013 - 18:23 Répondre en citantRevenir en haut

Ruri ne manqua pas de sursauter au grincement de l’étagère. Elle lâcha un hoquet et tourna sa tête vivement. D’un bond, elle s’écarta de sa chaise en trébuchant en arrière, les sens en alerte. Une réaction stupide. Que pourrait bien vouloir faire le seigneur qui lui avait accordé son statut d’aspirant ici, au Màr Tàralöm ? Rien. Que faisait-il ici ? C’était une question qui la taraudait mais qui n’arrivait pas à franchir ses lèvres. Elle rassembla tout son courage et, se résignant à ne pouvoir l’affronter du regard, dit d’une voix encore chevrotante :

- Je … je j’narrivais pas à dormir … alors euh … voilà … j’lis.

La neishanne perdait de sa prestance et de sa vivacité. Elle se cachait tel un escargot trouvait refuge dans sa coquille. Elle était morte de honte et ne savait où se cacher. Elle rêvait d’être minuscule, de pouvoir se faufiler, d’être ailleurs qu’ici. Elle se surprit à se maudire d’être sortie de son lit. Qu’était le plus profitable : s’abandonner aux cauchemars qui la hante chaque nuit ou bien discuter avec un véritable tortionnaire ?

Elle croisait et décroisait ses bras de son dos, puis de son ventre. Elle était stressée. Après tout, il lui tenait certainement rigueur de sa petite comédie qu’elle avait jouée lors de son acceptation. Mais ne l’avait-il pas cherché ? Non, il ne fallait pas penser comme cela, certainement pas ! C’était un maître dragon, le Roi du Kaërl, son supérieur hiérarchique. Il était un Dieu, intouchable. On ne devait pas penser contre lui. Mais c’était un homme et les pensées négatives se bousculaient dans sa tête. Elle se rendit compte bientôt qu’elle était passée de l’autre côté de la table, comme si elle craignait de lui une quelconque attaque. Après tout, certains ne s’étaient pas gênés. Etaient-ils tous comme cela ? Non, elle devait s’excuser. Ce serait une marque de soumission et d’obéissance. Si elle n’y croyait pas, il faudrait au moins jouer le jeu. Baisser la tête pour ne plus être frappée. Oui, c’était la seule solution.

- Je … je tenais à m’excuser … pour l’autre fois.

Elle déglutit difficilement avant de poursuivre.

- Je me suis mal comportée … au Mahalma. J’ai manqué à mes devoirs … j’ai jeté l’opprobre sur ma maîtresse et j’ai défié votre autorité … je n’aurais pas dû et je m’en excuse.

Elle se sentait mal, le cœur au bord des lèvres. Jamais formuler des excuses aussi plates et vides de sens ne l’avait rendu autant malade. Elle saisit le livre, le rapprocha d’elle et le ferma sèchement.

- De toute façon, je n’y comprendrais rien.

Elle le serra contre elle tout en continuant d’observer le Seigneur. Elle recula d’un pas, fit le tour de la table dans l’autre sens. Mais rien à faire, l’étagère contre laquelle son épaule reposait était celle sur laquelle elle avait trouvé son livre.

- Je … hm … Puis-je passer s’il vous plaît ? Je souhaiterai le remettre à sa place.

N’attendant pas sa réponse, elle tenta de franchir le barrage qu’il formait.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 3 Nov 2013 - 18:30 Répondre en citantRevenir en haut

Son sourire n'eut qu'à s'étirer un peu plus pour dévoiler la blancheur éclatante de ses dents, renforçant le contraste effrayant qu'il représentait aux yeux de la jeune femme. Voir à quel point elle se ratatinait face à lui était amusant. Il n'avait fait que poser une question, de simplement la regarder et elle se retrouvait au bord d'un gouffre profond, à la limite d'y sombrer. De son malaise elle pourrait passer à la panique. N'était ce pas un peu cette limite qui apparaissait d'ailleurs quand elle tenta de le contourner ? Après s'être excusée, elle voulait se sauver. Quelle veine tentative face à lui.

Alauwyr se rappelait très bien cette verve orale qu'elle avait eu face à lui lors de sa présentation au Mahalma, avant de comprendre qu'elle affrontait un adversaire de taille. Cette confrontation avait du la marquer au plus profond d'elle-même, à contempler son désir de quitter les lieux en prétextant. L'excue de remettre l'ouvrage emprunté à l'emplacement où il se tenait était tellement prévisible...

Il ne souffla mot de tout l'instant, observant son approche et toujours avec le sourire. Elle réussissait à surmonter sa peur, pour suffisamment l'approche et atteindre son but. Quelle témérité. Il se décolla de l'étagère qui grinça cette fois de sa libération et tendit une main pour repousser en douceur la jeune femme.

''On ne prend pas un livre pour rien, malgré un titre guère reluisant. Je suppose que tu l'as pris pour découvrir justement ce domaine que tu ne maîtrises pas. Allons ma chère... Ne me fais pas croire que c'est ce livre qui rebute ton envie de lire n'est ce pas ? ''

Il décroisa ses bras. Chose qui pourrait peut-être un peu rassurer la jeune femme était l'absence de l'épée noire du Seigneur. Alauwyr était sans armes. Mais il restait un guerrier redoutable. Il n'avait guère besoin d'une épée pour se battre. Mais cherchait-il réellement cela en ces lieux de haute connaissance. Faisant fi des excuses de Ruri, il finit par dire :

''Donc tu veux apprendre la politique, alors pourquoi ne pas profiter de ma présence pour essayer de comprendre la base ? Je suis le Seigneur, mais je reste un Maître-Dragon. Et quand un aspirant cherche à faire l'acquisition d'un nouveau savoir, il ne doit pas hésiter à en appeler à un maître. Alors ma chère Ruri... Que n'arrives-tu pas à comprendre dans la politique, même à travers les lignes survolés de ce vieil ouvrage ? ''

Il était toujours au milieu de l'allée, bien déterminé à ne pas la laisser s'échapper comme cela



Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 4 Nov 2013 - 19:35 Répondre en citantRevenir en haut

Le seigneur Iskuvar se dressait fièrement face à elle. Il était imposant et charismatique. Ce n’était sans aucun doute les raisons pour lesquelles Ruri n’était pas vraiment à l’aise. Et puis, elle se souvenait de sa comédie au Mahalma. Idiotie. Depuis, elle s’était recroquevillée sur elle-même pour s’enfermer dans sa coquille. Elle avait peur. Oui, il l’effrayait. C’était un homme puissant, un maître dragon et un seigneur. Mais c’était un homme avant tout. Ne lui voulait-il pas du mal par définition ? Son sourire la faisait trembler tant il lui rappelait ce souvenir carnassier qu’avaient eu ses tortionnaires. L’adolescente avait fait d’énormes efforts pour s’approcher d’Alauwyr mais elle avait échoué lamentablement. Le grincement de l’étagère la fit tressaillir et elle écarquilla grand les yeux lorsque la main du seigneur vint la repousser légèrement. Elle bondit alors en arrière, le livre serré contre sa poitrine.

Elle restait là, telle une statue de pierre. Incapable de bouger, la mâchoire serrée. Alauwyr lui semblait si imposait qu’elle s’imaginait être une souris dans les pattes d’un dragon. Elle pouvait presque le voir derrière lui tellement la peur l’empêchait de respirer et d’agir convenablement. A la question du maître, elle ne savait véritablement que répondre. Franchise ou non ? Elle devait sembler si faible à ses yeux. Pourquoi s’intéresserait-il à un insecte comme elle ?

- Je … J’ai pris le livre pour ... euh … passer le temps. Je … j’essaye de m’instruire en l’absence de maîtresse Ciniver. Mais comme vous êtes ici, je ne vais pas vous déranger plus longtemps.

Elle se rabaissait toute seule. Son manque de confiance en elle la torpillait dès qu’elle ouvrait la bouche. Elle devrait faire quelque chose à ce sujet. S’il ne portait pas son épée, son interlocuteur n’en restait pas pour le moins imposant. Elle se complaisait dans cette faiblesse qu’elle clamait haut et fort. Pourtant, sa maîtresse faisait ce qu’elle pouvait pour faire d’elle une aspirante respectable, avec plus ou moins de succès.

La proposition du maître noir la fit sursauter tant Ruri ne s’y attendait pas. Il ne semblait pas être un assoiffé de sang ni décidé à l’égorger sur place. C’était comme si les barrières de sa méfiance s’étaient envolées. Elle rougit à la proposition et acquiesça timidement. Elle ne pourrait rien lui refusait. La neishaane était sous son emprise, frêle créature qu’elle était. Sa voix s'était adoucie, presque calmée. Sa curiosité reprenait le dessus et ses yeux brillaient.

- Et bien, j’ai du mal à comprendre le fonctionnement du Màr Tàlaröm en général. Vous êtes le seigneur de ces lieux mais il y a les « Sang ». Ce sont comme les grandes maisons du Màr Ménel je crois comprendre. Mais pourquoi avoir besoin d’eux pour régner ? C’est le fonctionnement général qui m’échappe. Pourquoi faire de la politique ? Là où j’habitais, c’était le sang qui conditionnait notre futur, même si le mien m’est totalement inconnu.

Alors qu'elle parlait, elle ne s'était ni reculée ni avancée. Elle avait conservé le livre contre sa poitrine et son regard argenté s'était docilement planté dans celui d'Alauwyr.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 17 Nov 2013 - 11:05 Répondre en citantRevenir en haut

Une petite esquisse de sourire naquit sur son visage balafré. Pas celui qu'Alauwyr arborait quand il s'apprêtait à combattre un rude adversaire, ou qu'il allait prendre plaisir plaisir à arracher la vie à un ennemi. Non, c'était celui d'un maître qui se plaisait à enseigner un élément important à une jeune aspirante.

''Lyssa ne t'a pas appris la base même de notre fonctionnement ? C'est guère étonnant, si elle passait moins de temps à frelater avec certains hommes. Prends place, ce sera mieux une fois que tu seras assise''

Il venait de tendre une main en direction d'une place proche, qui n'attendait que l'élève studieux pour servir son rôle. Et une fois que l'aspirante aura pris place, le Seigneur s'avancera pour sortir de l'ombre et se laisser éclairer le visage par les braseros de la bibliothèques.

''Déjà commençons par ce qu'est le Concile. Le concile est un conseil qui réunit tous les représentants des domaines principaux, nécessaires pour notre Kaerl. Tu as le Chef des Armées, le Second, les chefs de Clans... Les Clans sont comme les Maisons chez les Célestes pour tes comparaisons. Au sein d'une communauté complexe et possédant de nombreux membres, que ce soit humains ou dragons, il faut une organisation dirigeante. Une seule personne ne peut pas tout gérer par elle-même au sein du Màr. Elle ne ferait que cela et ne répondrait plus aux devoirs premiers des chevaliers-dragons. Il y a toujours au sein d'un groupe un ordre à respecter. Tu ne peux pas laisser un individu en faire qu'à sa tête au sein de ce groupe. ''

Il imaginait déjà avec une certain amusement ce qu'aurait été le Kaerl sans ordre. Si chacun prenait ses décisions, le chaos aurait été le mot d'ordre.

''Le Concile permet de regrouper les responsabilités, d'évoquer les besoins propres ou des demandes particulières. Quand une décision doit être prise, il faut que le reste de ce conseil accorde son accord, car c'est là que la politique rentre en jeu ma chère. Tout ne peut pas être accepté pour diverses raisons. L'ambition de chacun, les attitudes pensées envers les autres. Chacun a sa propre nuance de ce que devrait être tel ou tel choix. Et au sein même de ces décisions à discuter, ou à parlementer, tu en auras toujours qi chercherons à mettre des bâtons dans les roues pour pas laisser la partie décisionnaire se gagner. TU me diras que le Seigneur que je suis n'a qu'un mot à dire pour que les ordres sont appliqués. ''

Là son sourire se fit plus large. Cela aurait été si facile de régner de la sorte, mais il devait tenir compte des attentes particulières de chaque partie. Chaque décision avait son long de conséquences et l'un des points qu'il devait éviter pour la vie au quotidien du Kaerl était une guerre interne. Une guerre civile était bien la dernière chose qu'il souhaitait voir.

''J'ai déjà eu recours à mon autorité de Seigneur pour imposer certains points, mais il y en a qui ne seront jamais complètement de mon ressort. Chaque Sang possède un rôle, ce n'est pas pour rien. Pour ce que tu venais d'évoquer, que chez toi, le sang conditionnait le futur... Certes, cela peut s'appliquer en partie pour une chose pour le Concile : la désignation d'un Seigneur. ''

Son visage se rembrunit quelque peu en se rappelant son combat dans La Fosse, contre Limn : Un combat comploté pour qu'intervienne une de ses amies et use d'artifices empoisonnés pour permettre à l'ondine de gagner en sûreté contre le Maître-Noir.

''Si un autre Ardent désire ma place, il devra me combattre jusqu'à la mort pour la revendiquer. Un membre du Concile, ou un simple chevalier-dragon peut prétendre à cette mesure. C'est une variante politique en quelque sorte, pour contester l'autorité actuelle. La politique est un serpent vicieux, que tu penses connaître, mais il saura toujours te filer entre les doigts. Ses rouages sont aisés à comprendre et il faut y rajouter de la subtilité et une grande attention pour ne pas se faire piéger. Le parler, les actions... tout peut avoir un impact, quand on souhaite avancer dans sa destinée.''



Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 19 Nov 2013 - 19:39 Répondre en citantRevenir en haut

La réaction d’Alauwyr la surprit. Le livre serré contre elle, elle gardait ses muscles crispés et restait prête à fuir au moindre geste étrange. Mais son sourire la rassura, étonnamment. Il n’avait pas cette attitude de prédateur comme il avait pu l’avoir auparavant. Il semblait être satisfait d’une chose. Ruri n’en connaissait pas les détails mais elle se calma. Elle écouta patiemment le maître et secoua la tête à ses premiers mots.

- Je n’ai guère l’occasion de la voir, c’est vrai. Je ne peux toutefois pas me permettre de juger de ses sorties. Je n’en connais ni les tenants ni les aboutissants, et je ne pense pas que ce soit à moi, aspirante, d’en juger les bien-fondés.

La neishaane ne faisait que valider son statut auprès du Seigneur Noir. Dans son esprit, elle n’était qu’à la base de la pyramide. Les étages du dessus pouvaient critiquer ceux du dessous, mais jamais ceux au-dessus. C’était du moins son idée. Elle fixa la main tendue vers la chaise et s’y assit sans demander plus d’explication. Elle le fixait, non plus d’un regard inquiet, mais de ses yeux qui brillait de curiosité. Elle hochait fréquemment la tête, la moindre information se gravant dans sa mémoire.

- Donc, vous avez un rôle plutôt ambivalent. Vous dirigez selon une politique qui est conçue avec les différents Clans ? Mais tous les satisfaire est impossible, non ? Pourtant, il faut bien éviter les coups d’Etat et ces attaques qui se font dans votre dos. Avoir le pouvoir semble plus difficile et pénible que je ne m’en faisais l’idée.

Son visage se tordit presque à entendre la façon dont pouvait être destitué un seigneur. Un simple combat ? Elle paraissait presque déçue. Mais un Seigneur tel que lui devait être certainement redoutable. Non, il ne se ferait jamais vaincre. Elle le voyait sous un jour nouveau, plus agréable, si bien que les mots lui sortirent instinctivement de la bouche avant d’avoir réfléchit.

- Je vous préfère comme ça…

Son teint devint cramoisi à la vitesse de la lumière. Elle détourna le regard, gênée que ses paroles puissent être mal interprétées.

- Je voulais dire que je vous préfère en maître-dragon qu’en Seigneur impitoyable. Peut-être parce que je recherche instinctivement chez les autres ce que ma maîtresse ne peut pas m’apporter. Est-ce que je la trahi en demandant des enseignements à d’autre maîtres ? Je n’en ai pas l’impression mais ce côté opportuniste me paraît étrange. En fait, moi je n’ai pas de problèmes avec ça. Dans un univers où nous devons être le plus fort, tous les moyens doivent être utilisés. C’est ce que je pense. Mais je doute que Lyssa partage cet avis.

Elle ouvrit le livre qu’elle avait posé sur la table puis regarda de nouveau Alauwyr.

- Pourriez-vous me parlez de ces Seigneurs qui régnaient avant vous ? Qui étaient-ils ? Il y en a t-il qui ont des histoires particulières ?

Ruri était mû d’une envie de savoir insatiable. Tout semblait si intéressant quand on l’apprenait de quelqu’un d’autre qu’un livre.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Ven 22 Nov 2013 - 09:46 Répondre en citantRevenir en haut

Le Seigneur se contenta d'avoir un sourire amusé en voyant le rouge monter aux joues de la jeune femme. Elle s'était rattrapée rapidement après avoir énoncé ce qu'elle jugea comme une bourde. Ruri paraissait bien différente de leur première rencontre. Elle qui semblait si mal à l'aise en la présence d'homme. Lyssa avait du faire un excellent travail d'adaptation pour qu'elle ne bafouille pas devant Alauwyr, qu'elle ne se sente pas plus oppressée. Oh, elle était mal à l'aise, on ne pouvait le nier, mais elle demandait à puiser dans le savoir du maître-dragon noir pour parfaire ses connaissances.

''Y a pas de mal à vouloir agrandir ses connaissances auprès d'un autre Maître-Dragons. Tous n'ont pas la même expérience de la vie et du lien. Lyssa sera sans doute jalouse que tu sois venue me voir moi et pas un autre. Très peu d'aspirants osent me demander ce partage de savoir.''

Il garda son sourire. Ruri avait très bien compris pourquoi. Il était Seigneur et en plus il était intimidant de sa simple vue.

''Je ne dirai pas que j'ai un rôle ambivalent. Certains Seigneurs peuvent l'être mais pas moi. J'ai eu à imposer des ordres à suivre, des choix à faire par ma seule décision. Des fois, le Concile ne sert pas vraiment quand il s'agit de désigner un aspirant à un maître, ou de nommer quelqu'un pour des missions de bas étage. Pour des projets plus conséquents, j'ai pris le choix de moi-même, sans passer par le Concile. Tout simplement que j'estime qu'il ne faut pas passer des heures à débattre. Et les Sangs n'aiment pas cela. Le pouvoir est un jeu dangereux à assurer. Je dois le plus possible être à l'affût de ce qui pourrait se tramer contre moi ou contre le Kaerl. Il ne faut pas se leurrer. Au sein de notre peuple, tu en as toujours qui privilégieront leurs ambitions avant le devoir. ''

Il finit par poser son épaule contre un pilier cette fois, se mettant à son aise.

''Ah les Seigneurs précédents. Je ne les connais pas tous malheureusement. Bon nombre ont eu leur nom effacé des mémoires, à se demander pourquoi. ''

Il se permit un petit ricanement. Certaines choses étaient perdues volontairement pour éviter de donner des idées aux suivants.

''Quand je suis arrivé au Kaerl, la place était tenue par une jeune Dame : Ellaia Lindorië. Chose particulière était qu'elle avait été choisi par le Concile. Je ne sais point les raisons de la disparition de son prédécesseur, mais les Ardents ne semblaient pas décider à faire le pas en avant pour revendiquer le trône. Le concile, en l'absence du Seigneur et de son Second peut prendre cette décision. Chose certaine était que cette jeune chevalière avait été désignée sans doute pour être une marionnette dans les mains du concile. Un jour, elle partit, on ne sait pas pourquoi. La pression de sa place sans doute. Pour la suite, nous furent trois à nous positionner pour être Seigneur. Un certain Cimeries, Limna On Nïksé, et moi-même. Le premier concurrent se retira, car il avait été empoisonné. ''


Il perdit un peu son sourire, signe que la suite allait être sérieuse, car vécue par le Seigneur en personne.

''Je combattis contre Limna dans la fosse pour revendiquer la place de Seigneur. S'il n'y avait eu traitrise via les alliés de Limna, je n'aurai pas eu à subir l'affront de me voir emprisonner. Oui, car il s'était avéré que nos partisans respectifs étaient si hardis par ce combat, qu'ils auraient provoqué un conflit, suite à la traîtrise constatée. Ce fut le Gardien Seregon qui imposa un choix par le vote aux Ardents, au sein même de la Fosse. Le vote fut ce qu'il fut et Liman fut choisi pour être la Dame. Elle ordonna mon emprisonnement immédiat. Mais voyant à la stabilité du Kaerl, Seregon imposa un choix à Limna et à moi. Le choix était calculé Seregon. Je n'ai pas eu le choix que d'être son Second...''

Il fit un rictus malsain à ce souvenir et poursuivit.

''Limna décida à son tour de se retirer à sa façon... Etant son Second, je devenais Seigneur par montée de rang....''

Une étrange lueur passa brièvement dans le regard du Maître-Noir, avant qu'il ne reprenne un sourire carnassier.

''Le pouvoir n'est que tumulte. Il faut y veiller constamment. Tout le monde ne peut pas prétendre à être Seigneur. Ou alors pas longtemps. C'est un courant à contrer chaque jour qui passe, pour viser que le Bien du Kaerl. ''



Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 22 Nov 2013 - 15:55 Répondre en citantRevenir en haut

Ruri faisait preuve d’une étonnante confiance en soi. Elle se dépassait pour pouvoir adresser la parole à celui qui lui provoquait des sueurs froides rien qu’à le voir. Mais son attitude paternaliste lui plaisait. C’était un Alauwyr plein de sagesse et de connaissance qui lui faisait face, et elle aimait ces gens-là. Elle n’était pas faite, à première vue, pour diriger, pour tuer, pour manipuler. Elle n’était pas non plus une grande sportive. Mais elle faisait des efforts, y compris si cela pouvait lui coûter la vie. Mise à part quelques égratignures sur les mains en raison de l’escalade d’une paroi rocheuse et à sa chute, fort heureusement sans dégâts importants, Ruri ne se sentait pas l’âme d’une héroïne. Non, elle n’était qu’une adolescente à peine normale qui ne cherchait son salut que dans la connaissance. D’un côté, elle se sentait fière d’avoir eu l’attention du Seigneur noir. D’un autre côté, elle appréciait ce moment d’intimité qu’elle n’avait jusqu’alors que trop peu connu.

Le visage de Ruri s’assombrit alors qu’Alauwyr lui peignait le tableau des relations de pouvoir au sein du Concile. Les Sangs n’étaient donc que des êtres avides de pouvoir, incapables d’aider à la cohésion de l’ensemble ? Elle soupira, déçue. Le Màr Tàralöm n’était donc pas une famille soudée mais une fratrie en proie aux luttes intestines, aux piques déguisées. Elle baissa la tête, fixant les pages jaunies de l’ouvrage qui était posé entre ses bras. Elle soupira puis tourna le buste d’un quart de tour pour pouvoir regarder son maître d’un soir. Elle se surprit à penser qu’il ne faisait pas un mauvais maître et qu’elle avait peut-être fait une erreur en le jugeant bien vite. Son appréhension des hommes s’effaçait peu à peu avec le temps, même si ses nuits restaient agitées. Mais elle se sentait en sécurité avec Alauwyr.

La neishaane se doutait bien que les Seigneurs précédents qui n’avaient pas fait honneur au Kaërl avait leur nom effacé de la liste. Il était plus facile de tracer un trait sur des échecs que sur des personnalités reconnues. Ruri écouta avec attention le récit de la montée au pouvoir de l’actuel Seigneur. Deux façons de prendre le pouvoir : être désigné par le Concile ou combattre son ou ses adversaires. La façon dont Limna On Nïksé s’y était prise la dégoûtait profondément. C’était brutal et indigne d’un seigneur à son sens. Son sourire carnassier la surprit. Elle baissa la tête et un sentiment étrange la saisit. Elle aurait aimé être aussi charismatique, aussi impressionnante. Mais ce comportement devait être dû à des années d’expériences qui lui manquaient.

- Et des Seigneurs qui ont marqués négativement le Kaërl, en savez-vous quelque chose ? Je pense que l’on a à apprendre autant des meilleurs que des pires, pour ne pas répéter les mêmes erreurs. Je suis persuadée que, d’une manière ou d’une autre, ces connaissances me seront bénéfiques. Je ne suis qu’une aspirante mais je tiens à montrer le meilleur de moi-même quand il le faudra. Et si je sais que je ne pourrais jamais combattre à l’épée, je souhaiterai tout du moins que mes connaissances puissent servir un jour.

C’était peut-être prétentieux, mais Ruri ne le voyait pas sous cet angle. Elle ne s’était jamais imaginé comme pouvant sauver le Kaërl d’un quelconque danger, non, loin de là. Mais cette envie de savoir la poursuivait jour et nuit. Elle qui n’avait aucune expérience agissait comme une sangsue pour absorber celle des autres. Une opportuniste convaincue, voilà ce qu’était la jeune Neishaane. Et puis, qui sait, des informations pourraient être importante le jour J.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 30 Nov 2013 - 13:22 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr ne put s'empêcher de sourire, d'une façon amusée cette fois-ci. Elle voulait en savoir plus sur les types de Seigneurs qui avaient régnés avant lui. Ruri pensait-elle que cela servirait de leçons pour le jour où, elle serait confrontée à un choix à prendre, tirant des décisions de ces expériences passées par les précédents dirigeants du Kaerl Ardent ? Après tout, pourquoi pas. Alauwyr voyait plus large lui, se réservant que sur les Valherus. De leurs exemples passées, il ne permettrait par exemple jamais l'esclavage ou encore le génocide complet d'un peuple. L'histoire des Dragons et de leur lié était bien assez assez entachée comme cela. Pour Ruri, comme le maniement de l'épée n'était pas son fort, elle userait alors d'une autre arme : la connaissance. C'était louable, mais parfois limité, selon Alauwyr. Tout ne pouvait pas se combattre par la seule force du savoir. Mais il répondit quand même à sa question.

''Comme dit, je ne connais pas toute l'histoire de notre Màr, mais je puis te citer quelques exemples si tu le souhaites, de quelques Seigneurs. Je n'ai plus les noms en tête, car ils ne m'ont guère marqué. Dans les premiers siècles d'existence de notre Kaerl, il y a bien eu ce Seigneur, doué à l'épée, mais à l'arrogance sans égal. D'être devenu Seigneur par les armes lui donna on peut dire la grosse tête et il se crut être mis là par la seule volonté des Dieux. De ce fait, il se crut au-dela de toute loi, abusant et tuant même pour le seul plaisir. Ce manque d'humilité a suffit à quelques Sangs et Maître-dragons de se liguer contre lui et prononcèrent sa destitution. La sentence fut sa mort. ''

Il savait que ce genre de situation pourrait très bien lui arriver, à lui, Alauwyr Iskuvar. Mais pour le moment, le kaerl arrivait à fonctionner, les Aspirants se liaient à de puissants dragons de forte lignée...Que demander de plus pour le moment ?

''Un autre exemple, même chose, prise du pouvoir par les armes. Sauf que là, la folie du pouvoir le rendit complètement absent. Il fut même pris de délires, comme si Flarmya lui parlait dans sa tête, malgré la présence de son lié pour tenter de le ramener à la raison. Il fut mener aux Prêtres de Flarmya pour savoir si cette déraison était liée à la parole de la déesse ou non... Il fut déclaré inapte au commandement du Kaerl par son esprit fou à lié. Car dans ses délires, il voyait les trois Kaerls réunis en un seul, pour parfaire ce qu'un Kaerl devrait être...Quand on voit les raisons qui a poussé à la scission pour avoir trois Kaerls aujourd'hui. De ce cas, on peut en tirer la leçon suivante : ne jamais avoir de rêves trop invraisemblable. Si ce Seigneur avair vécu durant les Guerres InterKaerliques, il aurait compris que le traité de ''paix" nous désavantageait.... Les neutres et les célestes se sont alliés, mettant le poids de la balance de leur côté... Si tu veux ce que je veux dire.....Une parfaite harmonie entre les Kaerls ne peuvent pas exister si un déséquilibre existe....''

Il fit une courte pause, laissant le temps à Ruri de digérer ces deux exmeples là.

''Peut-être que tu veux entendre quelques autres cas, tout aussi négatifs ? ''



Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 15 Déc 2013 - 14:15 Répondre en citantRevenir en haut

Ruri se sentait étrangement bien cette nuit-là. Elle écoutait avec avidité le savoir dispensé par le Seigneur du Kaërl. L’histoire des anciens Seigneurs était riche d’enseignements sur les erreurs à ne pas faire. Imbus d’eux-mêmes, certains prédécesseurs avaient cherchés à s’arroger le pouvoir au mépris des règles de bon sens. Cela leur avait valu une mort sans plus de forme de procès. Mais il fallait encore que le Seigneur, aussi doué soit-il, n’ait pas de rêves démesurés. La réalité devait guider ses actes. Le contraire risquait de mener le Màr Tàralöm à son affaiblissement, voir à sa disparition. Non, ce n’était vraiment pas de bonnes décisions. L’adolescente commençait à comprendre peu à peu les différents rouages de la politique. Elle hochait la tête au fur et à mesure des paroles d’Alauwyr. Lorsqu’il eut terminé, elle résuma ce qu’elle avait compris.

— Ainsi, vouloir à tout prix s’arroger le pouvoir pour rendre ses rêves les plus fous réalité est aussi idiot que s’arroger le pouvoir par pur mégalomanie. Il faut savoir diriger en conciliant le plus de personnes pour rester durablement au pouvoir, mais aussi pour pérenniser le Kaërl. Vous avez une lourde responsabilité, tant au plan diplomatique car vous êtes notre représentant qu’au plan de la direction car vous nous guidez tous vers un chemin que vous seul connaissez.

Ruri semblait détendue, comme si ses peurs envers le maître s’évanouissaient peu à peu. Elle fixait la flamme dansante de la bougie face à elle. La cire coulait et formait un liquide transparent à la base de la chandelle. La neishaane tourna son regard vers Alauwyr. Elle mordillait sa lèvre inférieure. L’adolescente aux cheveux d’albâtre ne savait pas si elle devait parler franchement ou non, mais elle fit le pari de la franchise. Elle se sentait de plus en plus seul. Sa maîtresse n’était plus très souvent à ses côtés et son évolution était compromise. Non pas qu’elle souhaitait devenir une chevalière dragon de suite mais sa soif de connaissance la dévorait. Elle devait vivre des expériences riches pour évoluer, elle en était persuadée. Un rêve fou commençait peu à peu à la chatouiller et elle désirait en faire part au Seigneur.

— Seigneur Alauwyr Iskuvar, j’ai des choses en tête dont je dois vous faire part. Je sais que c’est sûrement prématuré de ma part d’en parler maintenant, mais je sens que je dois le faire. Lyssa est absente depuis un long moment et je quête le savoir chez d’autres maîtres. Si certains aspirants ne voient pas ça d’un bon œil, moi cela ne me pose pas de problèmes. Au fond de moi, je ressens un vide, comme s’il me manquait quelque chose pour véritablement évoluer. Je ne sais pas encore ce dont il s’agit, mais si jamais je devais m’absenter du Kaërl alors que je ne suis qu’une aspirante, me donneriez-vous votre accord ? Mon dessein, si vous l'acceptez, est de revenir à mes véritables origines et de comprendre pourquoi j'ai le don et d'où il me vient.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mar 31 Déc 2013 - 16:22 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr se permit un sourire plus large, en entendant les petites flatteries faites par l'aspirante sur sa manière de gouverner. Ruri était intelligente, mais bien encore naïve sur les traits réels du jeu de la politique. Alauwyr n'était pas le chef parfait que tous avaient espéré un jour voir débarquer. Il avait en effet l'idée première de mener le Kaerl Ardent à sa gloire d'autan, sans se faire piétiner par les autres Kaerls. Si Ruri savait à quel point elle se trompait sur le compte d'Alauwyr... Oh pas complètement, n'allons pas penser que le souverain actuel était incapable de diriger le Màr, loin de là. Il arrive à le diriger d'une certaine main de fer, mais sur le plan diplomatique, il était loin d'être apprécié de ses pairs dirigeant les deux autres Kaerls. Après tout, il passait pour un être à l'égo démesuré, à l'arrogance hautaine et bien d'autres traits de caractères qui le rendaient dangereux... Iskuvar n'était en plus pas un imbécile, savant mener sa barque comme il se devait. Un jour prochain, certains le pressentaient, bon nombre de chevaliers et maîtres des trois kaerls réunis se mordront les doigts ne pas avoir agi à temps... mais agi à temps sur quoi ? Alauwyr connaissait déjà la réponse...

Le sourire qu'il avait affiché un court instant s'effaça par la suite, pour laisser place à son traditionnel rictus d'homme quelque peu amusé par la situation de Ruri. Il ne se moquait pas d'elle, il était ainsi. Il resta tel que quand elle lui fit une demande des plus étranges : partir du kaerl pour chercher ses origines. Il n'était pas rare que des aspirants demandent un tel voyage, mais il était souvent en compagnie de leur maître, qui les accompagnait dans cette entreprise personnelle, autant pour les aider que pour continuer leur formation. Et là Ruri voulait l'entreprendre sans personne. Alauwyr prit le temps de réfléchir. Lyssa n'étant plus là, il restait donc le dernier décisionnaire quand à la demande de l'aspirante. Il pourrait lui attribuer un chevalier-dragon pour pas qu'elle soit seule... Mais il ne pouvait se permettre de perdre même pour un délai plus ou moins court, un simple chevalier-dragon. La situation n'était pas facile avec l'interstice de bloquée. Les voyages étaient donc devenus plus longs et plus dangereux... Et pour un dragon qui ne pouvait pas se déplacer en un instant mettait les chances de se faire voir dans le ciel beaucoup plus conséquentes

Il pourrait lui interdire de projet, mais ce serait un bon moyen de la former à ce qui se faisait dans le monde extérieur et si elle survivait à son voyage, elle reviendrait que plus forte. Il se frotta malgré tout le menton.

''Tu sais que tu vas devoir te confronter à un monde bien plus cruel que le nôtre ? Je sais que tu en connais une petite partie déjà, mais partout où tu iras, tu devras vivre avec le danger permanent. Une jeune femme seule est une proie si facile....Si Lyssa vient entretemps à avoir plus de temps, il faudra qu'elle soit prévenue. Je t'autorise ton petit voyage, mais sache que le dragon qui te déposera au lieu que tu auras choisi n'ira pas plus loin. Je veillerai à ce qu'il repasse à ce point de départ pour toi toutes les deux semaines. Ainsi, tu pourras revenir au Kaerl si tes recherches se montrent infructueuses ou non...Ce voyage sera formateur....Mais t'imposera bien des épreuves.... La solitude en sera une, mais pas la dernière. As tu réellement consciente de ce que tu souhaites entreprendre ? Et quand souhaites-tu partir ? ''



Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 31 Déc 2013 - 17:13 Répondre en citantRevenir en haut

La réponse d’Alauwyr l’avait surprise. Malgré ses sourires qui faisaient du personnage ce qu’il était, Ruri était encore jeune et inconsciente pour en saisir toutes les facettes. Certes, il y avait peut-être une différence entre ce qu’il était réellement et ce qu’elle percevait de lui. Mais elle n’était pas idiote pour autant. Elle écouta avec attention les paroles d’Alauwyr quand des goutelettes de pluies vinrent doucement frapper les carreaux de l’Observatoire. Le ciel était d’un noir d’encre et aucun éclair n’était encore venu frapper le kaërl. Etait-ce un présage quelconque ? Elle se mit à fixer la bougie puis son livre avant de replonger son regard dans celui de son maître d’un soir.

- Je pense savoir que le monde, là-dehors, est bien plus cruel que celui dans lequel je vis aujourd’hui. Comme vous le savez déjà, du moins je le pense, j’ai déjà vécu des moments difficiles ici-bas. Mais je n’ai pas vécu toute une vie, je ne peux pas prétendre savoir ce qu’il m’arrivera une fois mon voyage commencé. Je sais juste que je dois le faire.

Elle prit une bouffée d’inspiration avant de poursuivre.

- Je ne sais pas vraiment combien de temps ce voyage me prendra. Deux semaines, un mois, une année voire plus. Je pourrais tout aussi bien ne jamais en revenir et finir dévorée par je ne sais quelle créature. Mais je sais également que ma maison est ici, que je suis une fille du Màr Tàralöm et que je dispose des qualités nécessaires pour entreprendre ma quête. Je sais qu’il s’agit d’une quête égoïste qui ne me concerne que moi, qui n’apportera peut-être pas plus au kaërl que ce que je lui apporte aujourd’hui.


Un sourire s’affichait sur son visage tandis que ses yeux brillaient.

- J’ai du courage à revendre. Je continuerai de marcher tant qu’il me restera des jambes. Je continuerai de me battre tant qu’il me restera des bras. Je continuerai mes recherches tant que je ne serais pas morte. J’aimerai partir au début de l’été si cela est possible. Je veux me rendre dans mon village natal, sur le continent d’Undòmë. Je veux faire table rase de mon passé et me venger de mes tortionnaires. Cela ne me prendra que peu de temps. Mais je dois également fouiller la bibliothèque du Temple de Zakeriel et en apprendre plus sur mes origines. Pour faire parler les sœurs et le Prêtre, j’aurai besoin de temps et peut-être d’outils. J’emporterai avec moi un rouleau de papier suffisamment grand pour écrire ce que j’ai besoin, ainsi que plumes et encre. Lorsque je reviendrai, je vous ferais un rapport complet sur ce que j’ai appris et fait.

Le visage de l'aspirante s'était illuminé, n'envisageant pas une seule fois une possible déception et cuisante défaite de sa quête.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mar 7 Jan 2014 - 23:13 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr ne se préoccupa point du tout de la plui qui commençait à marteler les carreaux par ses fines gouttes. Ses yeux étaient toujours rivés sur la jeune femme, qui affichait une détermination nouvelle. Elle n'était plus la petite aspirante toute effarouchée qui s'était présentée à lui au Mahalma, qui ne savait pas comment se comporter en face du Seigneur. Un sourire presque satisfait s'affichait sous la lueur des bougies.

''Je vois que tu as déjà préparé tout ton programme. Je te suggère de prendre dans tes outils une arme. Cela sert toujours. Bien plus que la plume dans certaines contrées. ''

Il quitta son point d'appui et rejoignit la plus proche fenêtre, pour contempler les gouttes d'eau qui s'écoulaient désormais le long du verre. Un instant, il regarda dans le lointain. Ruri avait trouvé une véritable ambition cette fois, même si cela la conduirait en dehors des terres de Töl Orea. Puis il tourna sa tête vers la jeune femme.

''Quelque soit la durée de ton voyage, songe qu'au jour où tu reviendras ici, bien des choses pourraient avoir changé. Notre Kaerl est très remuant, comme tu as pu le constater. Qui sait ce que tu pourrais découvrir à ton retour ici. ''

Il cessa de contempler l'extérieur et s'adossa cette fois contre le rebord vertical de la fenêtre.

''Tu as toutes les chances de mener à bien ce que tu désires entreprendre et je te souhaite la réussite. Comme dit, cela t'apportera beaucoup et ton expérience enrichira ce que tu sais déjà. Ce n'est pas de refus un rapport dès ton retour. Le monde extérieur est en constante mutation et nous n'avons des fois pas des nouvelles régulières, au vue de nos activités un peu... autarciques. Tu contribueras à l'enrichissement de nos connaissances sur les régions que tu visiteras. Même celle qui n'aurait pas de grande valeur aura de l'importance. Tout sert un jour ou l'autre. ''

En fixant Ruri, il repensa étrangement à sa propre jeunesse, quand à une époque il pensait que tous les rêves pouvaient se réaliser, par la seule chance et le désir de les suivre sans trop y réfléchir. Mais à cet âge, il n'avait pas encore croisé son mentor, celui qui lui avait permis de se lier à Estenir.

''La recommandation que je te ferai en plus de la prudence sera de pas nous citer à tes ''amis'' éventuels. Bien que tu sois une ardente, la discrétion est de mise. Il serait malheureux que tu finisses brûlée vive au bûcher ou chassée pour avoir parlé de dragon dans des régions incultes.... Le risque est trop grand pour parler de notre monde. Les dragons sont des légendes pour eux, des mythes. Il faut qu'à leurs yeux, ils le restent. C'était d'autant pour ta sécurité que je dis cela. ''

Dnas son enthousiasme de partir, Ruri pourrait avoir la langue pendue par inadvertance, envers des gens qu'elle ne connaissait pas. Pour la Terre de l'Aube, apprendre qu'elle était peuplée par des dragons ne serait pas un danger en soi pour elle : la mer et ses forts courants interdisaient tout débarquement et à moins de savoir voler... on ne pouvait s'y rendre que par la voie des airs à dos de dragon

''L'été va vite arriver ma chère. Ne t'y prends pas aux derniers moments.



Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 17 Jan 2014 - 14:23 Répondre en citantRevenir en haut

Elle s’était attendue à avoir une réponse négative sans possibilité de négocier. Un voyage d’une telle ampleur devait être réfléchi avec patience et rigueur, qualités que ne possédait pas encore Ruri. Un sourire se dessina sur son visage. Le Grand maître du Kaërl lui faisait presque confiance. Oh oui, elle reviendrait bien vivante. Elle lui parlerait de magnifiques paysages, des populations locales. Qui sait, pourrait-elle-même rédiger un document à ce sujet relatant ses aventures. Elle était enthousiasmée par les possibilités qui s’offraient à elle.

- Je pense que vous serez encore là quand je reviendrai. Vous avez la peau dure j’imagine, vous aurez donc encore votre place de Seigneur à mon retour. Je sais que le Kaërl est remuant. Avec ce que vous m’avez appris, je l’ai bien entendu et compris.

Elle inspira profondément. Calme, son regard se fit rêveur tandis qu’elle contemplait la pluie qui coulait le long de la fenêtre.

- Je me demande bien ce que je vais vivre comme expérience. D’ailleurs, parlant d’expérience, je n’en ai aucune concernant les armes. Je ne sais pas me battre alors j’imagine que je risquerai bien plus de me blesser qu’autre chose avec une dague ou une épée. Je n’imagine même pas un arc, ponctua-t-elle d’un rire cristallin.

La neishaane n’avait pas confiance en elle. Toutefois, on pouvait espérer raisonnablement que son voyage lui permettrait de se forger une personnalité plus forte, plus adulte. Un périple vers la maturité certainement.

- Enfin, ce n’est qu’un détail … qui pourrait me sauver la vie, j’en suis bien consciente. Il va me falloir m’inventer une vie, la vivre comme si elle était vraie pour ne pas avouer que je vis avec des dragons majestueux et leurs liés impitoyables. Je n’aurai peut-être pas l’occasion d’en parler et je ne le ferai pas. Je suis à la fois inquiète de ce qui pourrait m’arriver mais également impatiente d’y arriver. Je pense me tracer un chemin de l’endroit où je vais arriver jusqu’à ma première destination. Je ne sais pas encore où je vais débarquer, mais il va me falloir y réfléchir intensément.

Elle prit un court instant de réflexion avant de poursuivre.

- Je pense qu’Undòmë serait ma première destination. Je me dois d’aller jusqu’au bout de mon chemin pour rejoindre le Temple de Zakeriel. Une fois là-bas, qui sait ce qui pourrait se passer. D’autant plus que l’on me reconnaîtra forcément. J’y réfléchirai une fois sur place car tout pourrait ne pas se passer comme prévu. Je vais essayer de préparer mon voyage un mois avant mon départ. Cela me permettra d’être au point, je pense, pour le jour J.


Elle baissa la tête. La fatigue la prenait. Faudrait-elle qu’elle voyage de nuit ou de jour ? Tant de questions se bousculaient dans sa tête encore et elle avait besoin de réfléchir. C’était peut-être un voyage sans retour. Elle prit le livre qui était sur la table, se dirigea vers l’étagère et le rangea à sa place. Elle prit place devant le Seigneur et afficha un large sourire.

- Je vous remercie de la connaissance que vous m’avez apportée. C’est un don précieux que je m’efforcerais de garder à l’esprit. Je vais pouvoir aller dormir l’esprit en paix désormais. Merci de vos conseils et de m’avoir écoutée.


Elle inclina le buste en guise de salutation et glissa un « Bonne nuit » à son Seigneur. Car désormais, elle l’avait accepté. C’était le premier homme à qui elle ferait confiance.
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:55 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu