Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Succession nocturne Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Asshai Anara
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 18 Oct 2013 - 21:55 Répondre en citantRevenir en haut



La douleur, ce sang noir qui s'écoulait de ses bras, le visage de ce mort qui la fixait, puis les flammes: les flammes du dragon, de sa déesse... Elles envahissaient tout, brûlait de leurs souffles les fondements mêmes de la terre...

Asshai secoua la tête tentant de chasser ces images qui lui revenaient chaque nuit. Voilà près d'une semaine maintenant que la mort elle même avait frappé le Màr. Même si tout les corps avaient étés évacués, elle aurait juré que l'odeur du sang persistait encore. Les souvenirs habitaient les regards de tous; à qui avait perdu un frère, à qui avait perdu un enfant ou tout autre parent. Il suffisait de voir les sourires forcés et figés de chacun pour s'apercevoir que même si le silence avait succédé aux cris, nul ne pourrait oublier : « ils » avaient touchés trop loin pour que la blessure ne soit que superficiel.

La nuit commençait à étendre son voile sombre sur le ciel, et alors que le silence commençait à se faire peu à peu et que chacun se barricadait soigneusement chez soi par peur des représailles, elle était là, elle, perdue dans le vide. Elle savait que cette nuit encore elle ne pourrait trouver le repos. Toujours ces mêmes images qui l'attaquaient, ces mêmes douleurs qui revenaient périodiquement. S’immergeant entièrement dans l'eau, elle ferma les yeux, tenta de chasser les morts de son esprit, de trouver une image rassurante. Le regard de cette tablette représentant Eurylia qu'elle avait conservé même après son arrivée à la cour du sultanat, l'image de cette beauté parfaite que pouvait lui renvoyer son miroir... Oui ses yeux magiques dont elle ne cessait de se féliciter, ce teint doré qu'elle avait hérité de ses parents, ses longues mèches rousses qui lui léchaient le visage telle une auréole de flammes... Oui... Ces flammes qui brûlent les morts..
Rouvrant les yeux Asshai émergea de l'eau brusquement. Non elle ne dormirait pas encore cette nuit... Sortant du bassin elle se couvrit d'un peignoir de laine pourpre avant de rejoindre sa chambre, qui ne se situait qu'à quelques enjambés. Si son maître s'avérait exigeant, il avait eut la bonté de partir avant l'attaque, lui permettant de se reposer quelques temps.
Barrant sa porte derrière elle, elle se dévêtit et observa ses marques. Elles semblaient avoir encore gagné du terrain. Elles ne cessaient plus de s'étendre. Ses cicatrices superficielles s'étaient refermés correctement depuis un moment déjà, mais il était apparut depuis quelque chose de bien plus inquiétant : ces marques noires, qui partaient de ses poignée, longeait ses cicatrices et remontaient le long de ses bras, et qui chaque jours semblaient gagner toujours plus de terrain. Devait elle en parlait à son Maître à son retour ? Elle l'ignorait. Elle ignorait tout de ce qu'elle devait faire car elle ignorait tout de ce mal. Elle était désemparée. Ce soir elle avait la sensation de n'être plus que cette pauvre fille de rien sortit de nul part.

*Qu'es tu venus faire ici petite saute ? A quoi croyais tu lorsque tu as suivis ton maître ? Encore en train de jouer dans un milieu qui te dépasse.*

Fatiguée, poussée à bout, elle ne désirait qu'une chose : que tout cela s'arrête. Elle voulait récupérer sa peau intacte, dormir, et surtout faire comme si tout cela n'était pas arrivé. Elle observa une dernière fois son lit avec une expression de défit avant de se résigner.
Enfilant son peignoir jeté à terre, elle prit une lampe en main, releva la barre, et se glissa silencieusement en dehors du Weyr de son maître. Il faudrait qu'elle revienne dans la nuit. Elle n'osait imaginé la réaction d'Anaviel si il découvrait que son aspirante avait ainsi quitter son weyr à cette heure de la nuit.
Ses pas la menèrent naturellement au Sanctuaire. Sa foi devenait lors des épreuves difficiles, son seule refuge. Elle trouvait cela tellement rassurant que toutes les lois du monde puissent avoir étés dictées par des êtres supérieurs, que ses propres actes soient le fruit d'une trame voulue depuis la nuit des temps.
Les portes n'étais pas fermées de nuit, quelques prêtres -ou étaient ce des acolytes ?- récitaient leur litanies monocorde dans les alcôves des bas cotés, quelques bougies brûlaient ça et là, brisant la pénombre du lieu: ici personne ne la voyait. Pieds nus, elle se glissa sans attirer l'attention jusque sous un autel que surplombait une statue de la déesse. Elle n'avait cure de ce pour quoi on aurait put la prendre, après tout, qui de ses connaissances pourrait bien la surprendre ici en une heure pareille ?
Seule, avec sa foi, elle pouvait maintenant se livrer toute entière à la déesse car avec les dieux nul n'avait besoin de masque.


Dernière édition par Asshai Anara le Sam 11 Jan 2014 - 17:07; édité 1 fois
Publicité





MessagePosté le: Ven 18 Oct 2013 - 21:55 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 19 Oct 2013 - 16:43 Répondre en citantRevenir en haut

Lilwen se laissa glisser contre la porte de son Weyr. La bataille était terminée. Ses mains tremblantes cherchèrent le loquet qu’elle verrouilla. Elle était seule, enfin. Elle était restée forte, tout ce temps, elle n’avait montré aucun signe d’épuisement devant le Màr. C’était sa mission, ils devaient croire leurs Sangs au-delà de toutes faiblesses.

Mais maintenant, elle était seule, les derniers ordres avaient été donnés, les blessés seraient soignés, les morts enterrés… La pression accumulée ces dernières heures se relâchait brusquement et laissait un trou béant derrière elle. Tout son corps était secoué de tremblements incontrôlables. Sa tunique de cuir était entaillée en plusieurs endroits, dévoilant de la fine estafilade à la coupure franche. Elle avait refusé tous les soins, acceptant seulement une écharpe pour son épaule endolorie. Il lui fallait nettoyer ses blessures mais elle en était incapable. Elle n’entendit pas Sethyl approcher sous sa forme humanoïde, pas plus qu’elle ne l’avait entendu se poser sur le balcon du Weyr.

La dragonne s’agenouilla vers elle et la pris dans ses bras, la serrant contre son cœur qui battait, immuable dans tout ce chaos. La proximité de sa liée calma peu à peu les tremblements et son envie de hurler. Sethyl lui avait apporté un peu d’eau qu’elle but avec rapidité, se rendant compte qu’elle était assoiffée. Elle reconnut le goût amer de la valériane et d’autres plantes.

C’est toi qui… ?


Sethyl la coupât d’un chuchotement.

Tu as besoin de dormir.

Jusqu’à présent, elle avait refusé d’avoir recours à certains remèdes pour l’aider à dormir mais visiblement, la dragonne avait cessé de tergiverser à sa place. Lilwen s’endormit d’un sommeil sans rêves, bercé par les paroles réconfortantes de sa liée.

~°~


Les jours passaient avec difficultés. Les regards se tournaient vers elle ou se détournaient sciemment. Etait-ce dû à ses actes lors de l’attaque ou au fait que maintenant, bon nombre savait qu’elle était marquée elle aussi, elle n’en savait rien. La nuit était tombée et le sommeil la fuyait comme trop souvent. Sethyl était au Dôl Nàrë et dévorait une carcasse de chevreuil.

° Je te rejoins un peu plus tard dans la soirée. °


Le ton ne souffrait aucune réplique. Depuis les deux attaques, celle de Lòmëanor et celle du Màr, Sethyl ne la quittait presque jamais. La dragonne la surprotégeait comme elle aurait surprotégé une couvée d’œuf de dragons. Lilwen sourit à cette idée, dans un futur peut-être pas si éloigné, ce serait le cas. Les pensées de l’Incarnate firent écho aux siennes et elle constata que l’idée lui plaisait aussi, bien qu’elle était encore jeune.

Ses pas la guidèrent au Sanctuaire. Peut-être qu’une prière à la Déesse mère l’apaiserait. Elle en doutait mais le calme feutré du lieu lui procura néanmoins un certain réconfort. Mais elle devait avoir l’air aussi forte que durant la bataille, et ce malgré la douleur, malgré les angoisses et surtout malgré la rage qui l’habitait.

C’est alors qu’au détour d’une alcôve, elle reconnut une aspirante qui lui était familière. Non pas qu’elle lui ait déjà adressé la parole, mais elle la connaissait pour avoir eût des échos. Lorsqu’elle avait appris qu’Anaviel avait une nouvelle aspirante, elle n’avait pu s’empêcher de mener sa petite enquête. Elles semblaient très différentes mais certains détails les reliaient, à n’en pas douter. Elle s’approcha à pas feutrés, sachant pertinemment que l’aspirante ne l’entendrait pas. Lorsqu’elle fut assez proche, elle s’appuya dos au mur.

Aspirante Anara, que cherchez-vous de par ces lieux ? Une quelconque rédemption ou peut-être plus simplement des réponses à vos questions ?

Sa voix n’était qu’un chuchotement mais parfaitement audible dans l’atmosphère paisible du Sanctuaire. Ses yeux de glace fixait l’aspirante avec un léger sourire, presque malicieux. Il n’était que temps de savoir de quoi était fait la nouvelle aspirante de son ancien mentor.
Asshai Anara
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 19 Oct 2013 - 19:23 Répondre en citantRevenir en haut

Pourquoi fallait il toujours qu'on vienne l'interrompre dans les moments les moins opportuns ?
Et qui pouvait donc être suffisamment stupide pour pouvoir la déranger dans un moment aussi sacré que la prière ?
Excédée Asshai s’apprêtait à répondre de la manière la plus glaciale qu'il soit, lorsque elle tourna la tête pour apercevoir... La grande Légate Izil.
De mieux en mieux... Cette soirée ne s'annonçait pas sous les meilleures auspices. Là voilà surprise en dehors du Weyr de son maître à une heure aussi tardive, par une sang doublée de l'ancienne aspirante de son maître. Elle avait beaucoup entendu parlé de la grande Légate, surtout ces derniers jours : une femme de caractère, forte et puissante qui avait sut gérer une partie des événements d'une main de fer. Tout cela n'arrangeait pas ses affaires.
Puisant dans ses habitudes profondes, Asshai se composa un visage de circonstance, se redressa, serrant d'un coup sec la ceinture de son peignoir afin de ne pas révéler aux yeux de la Légate ce qui ne devait être vu, avant de s’adresser à la maîtresse incarnate, imitant son chuchotement.

« Grande Légate Izil. C'est un honneur pour moi qu'une dame de votre rang est retenu mon nom. »


Elle laissa planer un léger silence, inspectant en détails son interlocutrice. Une femme splendide en comparaison de sa beauté terne. Pourtant elle n'éprouvait à son égard aucune jalousie. Pour elle, les femmes encore plus que les hommes se trouvaient être des êtres méprisables. Elle avait elle même souvent eut l'impression d'être un homme prisonnier de ce corps si handicapant, et c'est pour cela qu'elle avait finit par étudier ses possibilités afin de s'en faire une arme de choix. De la même manière, au vu de sa musculature fine et du silence totale dont elle avait fait preuve, Lilwen avait sut elle aussi faire de ce corps de femme un atout redoutable.
Mais abandonnant ses constatations à un coin de son esprit, Asshai reprit là où elle s'était interrompue.

« Nul rédemption n'est nécessaire pour qui a accomplit la volonté de la déesse. Je pense que chacun a joué le rôle qui lui était donné dans cette bataille. Nous avons remporté une grande victoire, et ce, grâce au souffle que notre mère donna à ses enfants, et à ce don qui nous permis de nous lier à eux. Il est du devoir de chacun de l’honorer comme il se doit, ce qui je suppose, explique votre présence ici en une heure si tardive ? »

Elle était toujours fascinée de voir à quelle point elle était capable de conserver ces élégantes manières peu importe l'heure et le lieu, et même au sortir du bain. Elle aurait put de ce fait paraître ridicule, mais elle s'y appliquait avec tant de naturel que cela en devenait désarmant. Cette réflexion qu'elle se faisait à son propos contribua à la rasséréner légèrement. Ses lèvres s'étirèrent presque imperceptiblement en ce qui, chez elle, se trouvait être un sourire, et désignant l'autel auprès duquel elle se tenait elle ajouta :

« Peut être souhaiteriez vous vous joindre à ma prière ? »

Au fond d'elle même elle souhaitait que la grande légate décline son offre. Elle ne l'avait faite que pour lui prouver qu'elle n'avait rien à cacher et qu'elle n'était nullement mal à l'aise de se faire surprendre seule et désarmée à une heure si tardive.


Dernière édition par Asshai Anara le Sam 11 Jan 2014 - 17:09; édité 1 fois
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 20 Oct 2013 - 16:44 Répondre en citantRevenir en haut

La demi-sang observa plus attentivement la Fëalocë. Elle avait les très caractéristique de sa race, une stature élancée, un visage fin et joli et surtout des cheveux flamboyants. L’espace d’un instant, Lilwen s’imagina avec une telle chevelure et cela la fit presque sourire. Il lui aurait été bien plus difficile de se montrer discrète avec un tel physique, et cela dans le bon sens du terme.

L’aspirante savait qui elle était et semblait étonnée qu’elle-même la connaisse. Etait-ce une feinte de sa part pour se montrer plus insignifiante qu’elle ne l’était. Elle avait déjà vu des personnes appliquer ce genre de stratégies, sonnant comme si on ne les connaissait pas et creusant peu à peu leur terrier dans la politique du Màr. Etait-elle ambitieuse, souhaitait-elle devenir quelqu’un ici, était-elle prête à tout pour arriver à ses fins ? Autant de questions dont elle n’avait pas la réponse et qui lui aurait permis de mieux cerner l’aspirante. Mais elle n’en savait rien et le peu qu’elle savait tenait plutôt de ses derniers agissements, de son comportement…

Par contre, elle savait qu’elle s’était rapprochée du clan Valherien. Ce point la contrariait, mais elle n’était pour le moment pas en mesure de remédier à ce point. Elle était toutefois étonnée qu’Anaviel l’ai laissé faire car à n’en pas douter, il était au courant. Toutefois, lorsqu’elle avait rejoint le clan Dominant, elle n’avait pas songé nécessaire de lui en faire part et encore moins de lui demander son avis. Néanmoins, elle était curieuse de savoir l’avis de son ancien Maître concernant sa nouvelle aspirante. A dire vrai, elle n’avait jamais su non plus ce qu’il pensait d’elle et mis à part durant les séances exceptionnelles du Concile, elle avait très peu l’occasion de le croiser.

Les paroles de l’aspirante lui apprirent que si elle n’était pas complétement dévote, elle vouait une certaine révérence à la déesse Mère. Sans que cela l’étonne, cela l’intrigua. Elle n’avait jamais été une grande croyante et si maintenant, il lui arrivait d’adresser quelques prières à Flarmya, son cœur balançait encore entre obligation et véritable volonté. Si Sethyl avait été là, elle lui aurait à coup sûr expliqué quelques notions métaphysiques mais en l’occurrence, elle n’était qu’en présence de l’aspirante.

Je ne retiens les noms que de ceux qui le méritent… Aurais-je eut tort de retenir le vôtre ?

Son léger sourire ne la quittait pas, personne n’aurait su dire s’il était moqueur ou juste amicale. A la question de savoir si elle souhaitait se joindre à la prière de l’aspirante, sa réponse fut rapide :

Sans façons…


Elle s’interrompit et poursuivit :

Pour moi une prière ne devrait jamais être contrainte. Rien que le fait d’imposer des offices est pour moi contre-productif. Mais ce n’est que mon avis. Le fait d’avoir gagné cette bataille est dû en grande partie au fait que les hommes et les femmes du Màr Tàralöm sont parvenus à défendre leurs foyers. Tu peux sans aucun doute adresser tes prières pour cette victoire à la déesse Mère, ce que j’ai fait aussi, mais n’oublie pas que ce sont les habitants et soldats du Màr qui ont donnés leur sang.

Son visage ne reflétait que sérieux et froideur. Elle n’avait absolument rien contre les dévots, mais poussé à l’extrême, ce n’était pour elle qu’un moyen d’ôter toute la responsabilisation des actes. Ils étaient bien plus simple de laisser les Dieux régir votre vie que de prendre les réelles décision.
Asshai Anara
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 20 Oct 2013 - 22:20 Répondre en citantRevenir en haut

*Douce innocente... *

Au final sous ses airs de femme forte et puissante ne se cachait rien de plus que l'esprit d'une jeune jouvencelle qui avait gardé tout l'ensemble de ses illusions. Asshai savait que malgré ses vingt-quatre printemps elle avait acquit une maturité bien supérieure à celle des autres de son âge au cours de ses expériences, et elle ne cessait de s'en rendre compte.
Lilwen ne devait pas être tellement plus vieille qu'elle même, mais elle était tellement... Naïve. Décidément la faiblesse de ses consœurs ne cessait de l'affliger. Elles étaient toutes ainsi, se croyant supérieures à l'ordre d'un monde voulu tel qu'il était aujourd'hui, se pensant seules maîtresses de leurs actes.
Elle même s'était bercée de ces illusions des années durant. Oui, elle avait quitté Haldir Malorne de son propre fait, pensant reprendre en main sa propre vie. Mais lorsque tout ce que vous construisez s'effondre, une fois puis deux fois, la troisième vous ôte toutes vos illusions.
Mais les dieux avaient été cléments, Flarmya avait tenté plus d'une fois de la détourner de sa route mais elle avait persisté. Finalement Flarmya avait gagné, car Asshai était destinée à un destin bien plus grand que celui de parcourir le monde, d'influencer le commerce d'Arsuh, ou encore d'influencer sa politique. Elle était depuis sa naissance destinée à rejoindre le Màr Taralöm, ici était sa place désormais, ici elle saurait s'accomplir. Quant à tous ceux qui, telle la légate Izil, pensait encore être seul joueur de leur destin, elle se contentait de les gratifier de tout son mépris.
Pourtant elle jugea qu'il serait bien mal avisé de le lui faire comprendre. Elle était fatiguée et n'avait aucune envie d'engager la discussion, mais situation oblige, elle allait devoir prolonger son entrevue avec la maîtresse incarnate. S'approchant d'elle dans la pénombre elle lui désigna l'arche qui menait au déambulatoire et ajouta d'un ton affable :

« Peut être un peu de marche vous conviendrait il mieux ? Je ne suis pas sure de trouver le sommeil avant qu'Iolya n'atteigne les cyclades célestes, votre compagnie serait pour moi la bienvenue. »


Elle marqua une breve pause. Les chants des novices venaient de se taire, les rares chandelles qui brûlaient encore rependaient une lumière faiblarde, incapable de rivaliser avec l'éclat des rayons lunaires qui perçaient à travers les ouvertures. Elles étaient désormais presque seules.

« Vous savez, un point m'échappe.. Vos paroles sont empruntes de sagesses, j'ai moi même donné mon sang pour le Kaerl au lieu de me répandre en prière, et c'est là ce que chacun devait faire et ce que chacun a fait. Pour autant notre victoire était elle assurée ? Pouvons nous par nos simples efforts nous soustraire à l'échec ? Ne serait ce pas là faire preuve d'ubris et renouveler les erreurs de nos ancêtre ? »

Cela faisait à peine plus de quelques semaines qu'elle était au Kaerl, et pourtant, l'aspirante semblait déjà s'être attachée aux lieux comme si elle y avait grandit.
*Oui, j'ai moi même donné mon sang pour la défense du Màr*
pensa-t-elle en jetant un coup d'oeil à ses avant bras dont les manches de son habit dissimulaient les horribles marques qui s'y étendaient. Mais si elle s'en était sortit vivante malgré tout c'était car telle était sa destinée. Si on ne l'avait pas interrompue lorsqu'elle avait abattu l’innocente, alors c'est que c'était ce qui devait être fait : c'était une juste cause, elle avait ainsi sauvé nombre de vies.

Elle adressa un regard de biais à la Légate en ajoutant à ses derniers propos :

« J'ai crus entendre que l'interstice s'était depuis quelque temps... Fermé. Nous pouvons tenter de comprendre ce phénomène mais nous ne pouvons y remédier pour le moment, car c'est un fait qui nous échappe, qui surpasse notre compréhension. Devrions nous pour autant cesser de rechercher une solution ? J'en doute fort, car c'est là tout ce qu'il nous reste : rechercher une réponse à cette question jusqu'à ce qu'elle nous soit donnée. M'est avis qu'il nous faut éprouver notre valeur par les actes, mais qu'il est aussi sage d'admettre que nous ne sommes pas les maîtres absolus du monde. »

Oui elle le savait, chacun pouvait fournir les efforts qu'il souhaitait, il ne devait pas pour autant oublier que le destin pouvait tout aussi bien vous le reprendre si cela n'était pas dans l'ordre des choses voulues.
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 23 Oct 2013 - 20:27 Répondre en citantRevenir en haut

Lilwen acquiesça suivit l’aspirante dans les méandres du Sanctuaire. Les colonnes supportaient des voutes magnifiques qui donnaient au lieu une profondeur réelle. La lumière oscillante des bougies donnait à la plupart des visages un aspect spectral. La soirée était encore très avancée et peu de gens arpentaient encore les nefs. Cela n’avait rien d’étonnant. Elle était par contre persuadée que depuis l’attaque le Sanctuaire ne désemplissait pas. Les gens avaient besoin d’avoir quelque chose en quoi croire, d’immuable, qui était le pilier de leur vie. Cela elle pouvait le comprendre et si cela leur permettait d’être plus forts, de se battre plus ardemment, elle n’y voyait que des avantages.

Lorsqu’Asshai mentionna les Valherus et les erreurs de leurs ancêtres, Lilwen lui adressa un regard dur. Sous couvert de paroles douces, c’était l’aspirante qui cherchait à lui faire la leçon. Sans cerné parfaitement le caractère de la Fëalocë, Lilwen commençait à en percevoir une facette tout du moins. A n’en pas douter, elle était une fervente pratiquante de la religion.

Ce n’est pas faire preuve d’irrespect aux dieux que de dire que nous avons une place dans ce monde et que nous agissons en notre âme et conscience. Si tout était écrit, ce serait comme si nous n’avions aucun libre arbitre et cela, je ne peux le croire car cela irait à l’inverse même de ce que nous sommes. Croire que les dieux dictent nos actes est faire preuve de bien plus d’égocentrisme car c’est croire que nos personnes sont assez importantes pour qu’ils daignent se pencher sur le court de nos vies.

La discussion s’orientait dans une direction qu’elle n’aurait pas imaginée en s’adressant à l’aspirante. Néanmoins, elle poursuivit.

Ne vous trompez pas, je loue Flarmya chaque jour pour m’avoir liée à Sethyl, mais je ne lui attribuerai pas mes mérites, pas plus que je n’aurai la lâcheté de lui imputer mes erreurs. Je peux concevoir que des choses nous échappent et que les dieux soient présents et nous soient supérieurs en tous points, en ce sens, je pense me distinguer de mes ancêtres irrespectueux.

Le ton de la demi-sang était devenu presque cassant. Elle ne supportait que difficilement les donneurs de leçons, encore moins lorsqu’elles lui étaient adressée. Elle s’arrêta, attendant que l’aspirante en fasse autant. Son regard de glace se posa sur l’aspirante.

Je ne tolèrerai toutefois pas vos insinuations une nouvelle fois.

Si ce n’était pas une menace, c’était toutefois une mise en garde. Elle n’était pas venue ici pour se faire juger, quoiqu’elle n’en avait que faire. Mais en l’instant présent, elle n’avait pas plus envie qu’on lui dise qu’elle ne valait pas mieux que les Valherus que de combattre un nouveau mort-qui-marche. Souhaitant changer de sujet pour ne pas s’énerver davantage, elle questionna :

Votre apprentissage se passe-t-il bien ?
Asshai Anara
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 24 Oct 2013 - 17:36 Répondre en citantRevenir en haut

*Je ne vous ai en aucun cas obligé à perturber ma prière misérable !*

Voilà les mots qui brûlaient aux lèvres d'Asshai. Elle était fatiguée d'être ainsi dérangée, qu'une femme aussi insolente puisse lui tenir tête et persévérer dans sa sottise. La Légate se laissait aller au pire des débordements, agacée à la moindre réflexion. Elle voulait se montrer forte et autoritaire, mais aux yeux de la fëalocë elle ne la voyait que comme une pauvre femme incapable du moindre contrôle de soi. Elle comprenait mieux maintenant pourquoi elle avait intégré l'ordre des sangs d'Alauwyr.
Mais tout cela l'aspirante ne pouvait se permettre de le lui dire... Elle était la représentante d'une image, d'un nom : elle se devait chaque jour de conserver cette armure de neutralité sur laquelle pouvait couler les insultes, les ordres et les regards les plus assassins sans qu'elle n'en fusse atteint.
Pouvait elle dire pour autant que le comportement de la Légate ne l'atteignait pas ? Loin de là ! Elle rêvait de la remettre à sa place, qu'elle prenne conscience de sa faiblesse, qu'elle lui donne raison. Mais alors que se profilait dans sa tête l'optique d'une confrontation frontale, Asshai se ressaisit. Non elle ne se laisserait pas entraîner par ses sentiments, non elle ne se rabaisserait pas au rang de cette femme qu'elle méprisait déjà tant. Elle était capable de se contrôler. Elle était un esprit mesuré. Elle était Asshai Anara.

Le regard polaire de la Légate s'était posé sur elle, étincelant dans la pénombre du sanctuaire. Son ordre avait fusé, cinglant, ne se prêtant à aucune réplique. Mais Asshai ne cilla pas. Inutile de la brusquer. La susceptibilité semblait être un défaut récurent de la maîtresse incarnate, et l'aspirante n'avait pas l'intention de l'éveiller – pas maintenant.
Préférant ignorer la remontrance de la maîtresse, elle posa à son tour ses yeux sur son corps gracieux et parfaitement proportionné, tachant de se concentrer afin de trouver une parade. La fatigue embrumait son esprit, et elle se savait pertinemment moins vive qu'à l'ordinaire. Un court silence s'imposa entre les deux femmes avant que le visage d'Asshai ne s'illumine, et qu'elle ne reprenne d'une voix guère plus audible qu'un chuchotement :

« Allons allons, inutile d'en arriver à de telles extrémités. Je n'avais pas à cœur de vous irriter.
Qu'Anaviel ne s'inquiète pas, vous pouvez dire à mon maître que je suis parfaitement comblée par son enseignement. »


A nouveau ses lèvres s'étirèrent en un sourire en coin. Plaisantait elle ? En partie seulement. Elle ne pensait pas réellement qu'Anaviel puisse avoir chargé son ancienne aspirante de recueillir des informations sur son compte, pour autant il n'y avait rien d'impossible là dedans.

« Cela ne fait qu'un peu plus d'un mois que je suis rentré au Kaerl. Mon enseignement depuis se passe majoritairement sous sa tutelle. Mais vous comprenez pour avoir était son aspirante par le passé que je ne puis vous en révéler d'avantages. »

A ces mots la pâleur lunaire de ses prunelles rencontra le bleu glacial de celles qui la fixaient. Habile retournement de situation, là voilà qui maintenant essayait de faire comprendre à Lilwen que toutes deux partageaient des traits, une fraction de leur histoire et de leur éducation en commun.

« J'ai cependant trouvé à l'observatoire quelques ouvrages pour le moins... Intéressants. Je ne prétendrai pas maîtriser toutes les subtilités de l'histoire et de la politique du Kaerl, mais j'en ai appris suffisamment pour vouloir en savoir d'avantages. Mais ... »


Elle laissa un instant sa phrase en suspens et repris d'un ton plus grave, faisant écho à son expression.

« … Les derniers événements furent probablement bien plus formateurs que tout ce qui peut être apprit dans les livres. »

*A mon grand dam...*


Elle sentit à l'évocation du drame qui venait de frapper le Kaerl, la brûlure de la marque s'intensifier un peu plus. Oui ces événements avaient été formateurs, mais Asshai aurait donné toutes les connaissances qu'elle possédait pour ne pas avoir à les revivre.
L'image de ce mort à quelques centimètres à peine de son visage s'imposa brutalement à elle. Un instant elle tenta de se faire violence pour ne pas laisser paraître son trouble. Mais les souvenirs ne cessaient d'affluer, elle laissait peu à peu le barrage qui endiguait ses fragilités se rompre - la fatigue sans doute. Pourtant, noblesse oblige, elle tâchait de n'afficher qu'une mine grave de circonstance.

« Je ne pense pas que quiconque aurait put se préparer à des événements d'une telle violence... Hormis vous peut être, si l'on en croit ce qui se dit au Kaerl. »
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 26 Oct 2013 - 13:51 Répondre en citantRevenir en haut

Les dernières aspirantes du Màr Tàralöm étaient visiblement très intelligence et loin de certaines becasses sans cervelles qu’il était possible de croiser dans les couloirs où ombres et lumières se mêlaient avec avidité. C’était ces mêmes ombres qui emplissaient le Sanctuaire durant cette soirée. Asshai était bien loin d’une écervelée qui ne songeait à rien d’autres qu’à paraitre. Car la vision qu’avaient les autres d’elles ne devaient que masquer une intelligence acérée. Et cela, elle ne doutait pas une seconde que l’aspirante en manqua. Lassant son ressentiment dans un coin de son esprit, elle éclata presque de rire à la réponse de l’aspirante.

Ne vous inquiétez pas pour ça, ce n’est certainement pas moi qui vais aller raconter à Anaviel vos petits secrets. Je ne suis pas son ombre, en aucunes manières .

Elle avait eu les mêmes demandes de sa part concernant son enseignement qu’elle avait dû garder secret. Ce n’était ni plus ni moins que de coutume pour beaucoup de Maîtres Ardents qui ne souhaitaient pas voir leur enseignement dispersé aux quatre vents. Son apprentissage sous la tutelle du Maître Brun avait été dur, mais extrêmement enrichissant. Elle avait particulièrement apprécié ses petites joutes verbales avec Zak, le lié d’Anaviel.

J’espère que Zak ne vous en fait pas voir de toutes les couleurs…

Mais le sourire qui avait naquit sur ses lèvres à ces souvenirs ternit avant de ne devenir plus qu’une ombre lorsque le sujet dévia finalement sur le Maître des Ombres et son attaque. Les souvenirs affluaient, plus sombres et elle pouvait presque percevoir l’aura de ses cauchemars. Son regard se perdit l’espace d’un instant dans les ombres du sanctuaire.

Si vous parlez de l’attaque de Lòmëanor, cela n’avait rien à voit avec ce qui est arrivé ici. Le Maître des Ombres ne nous avait envoyé qu’une très petite partie de ses sombres hérauts au village. Ils devaient être une trentaine tout au plus alors qu’ils étaient plusieurs centaines au Màr. On ne peut jamais vraiment se préparer à ce genre de massacre. Cet homme a voulu nous blesser dans notre orgueil et il a parfaitement réussi.

Son regard dur contemplait des spectres qu’elle était seule à voir. Sa colère à l’encontre du Maître des Ombres n’avait plus de limites. Elle revoyait les morts mais plus encore les Dragons qui s’étaient aventurés dans l’Interstice pour ne jamais en revenir à la suite de la mort de leurs liés. Elle ne comptait pas le nombre de morts-qui-marche qu’elle avait renvoyé à leur Maître mais cela ne lui suffisait pas. Elle savait ce qu’elle voulait faire, c’était partir à la recherche de ce Monstre et de lui infliger mille et un tourments et de le renvoyer dans les ombres qui l’avaient vues naitre.

C’est pourtant ce que nous devons faire nous préparer à de telles éventualités. Chaque habitant de Màr devrait être capable de tenir une épée et de se défendre sinon même d’attaquer. La gloire d’antan ne doit pas être un simple songe auquel nous rêvons mais bien une réalité de chaque jour.

Elle s’interrompit avant de reprendre d’une voix froide :

Nous n’en resterons pas là…

Mais il fallait avant qu’ils pansent leurs plaies, tous autant qu’ils étaient. Elle portait les marques de ses combats et signe plus que visible, son bras gauche toujours en écharpe. La marque brûlait toujours mais demeurait plus calme. Le Maîtres des Ombres n'allait pas s'en sortir comme ça.

Si nous devions contre-attaquer, seriez-vous des notres ?
Asshai Anara
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 26 Oct 2013 - 19:50 Répondre en citantRevenir en haut

Asshai observa Lilwen le temps que dura son discours, marchant à ses cotés et observant un pieux silence. Elle se félicitait de ne pas s'être laissée aller à ses sentiments, et pensa l'ombre d'un instant au mérite de son comportement. Étonnamment elle se mit à éprouver pour Lilwen ce sentiment d'admiration qui lui était si familier. Toute femme qu'elle était, elle s'était dotée de cet honneur et de ce courage propre à ceux qui combattent et se montrent à la lumière. Certes Asshai se savait plus intelligente que de tels êtres, sachant se tenir dans l'ombre des grands, mais cependant elle savait aussi leurs reconnaître de nobles qualités. Tel était le cas de Lilwen.

Au final toutes deux avaient sus s'imposer au monde à leur manières. Car si Asshai état persuadée de tenir l'esprit de son coté, Lilwen eut tôt fait de lui rappeler qu'elle avait de son coté l'entrainement du combat. Car cet entrainement aurait put lui éviter de frôler la mort lors de l'attaque.
Oui, Asshai s'était toujours crut protégée du danger tant qu'elle se tenait à l'abris, dans l'ombre des couloirs des forteresses et des salles de réunions plutôt que sur les trônes et les champs de batailles. Mais lorsque l'attaque frappait au cœur même de la forteresse, alors elle n'était plus rien. Impossible d'utiliser l'éloquence, le charme ou l'intelligence pour se défaire d'un tel marasme : seules la force et les armes comptait.
Tout était tellement plus facile pour ceux qui avaient passé l'empreinte : nul besoin d'armes ou de protections, votre dragon devenait votre défenseur.

« Il est vrai... Même si nous croyions être intouchables au cœur du Kaerl cette attaque nous a prouvé le contraire. J'ai moi même tenté de sauver autant de vies qu'il m'était possible - pas plus d'une cinquantaine. Mais pour cinquante âmes sauvées, combien d'innocents ont péris pour rejoindre les ombres des limbes »

*Deux êtres sacrifiés pour en sauver une cinquantaine... Oui il était de mon devoir de le faire, ils étaient de toute façon condamnés.*


« Si tout les habitants du kaerl avaient reçus une éducation leurs permettant de se défendre, alors peut être aurions nous pus éviter tant de morts inutiles. Mais ce qui est fait ne peut plus se muer, le passé n'est plus qu'ombres. Si il y a une chose que j'ai appris au cours de mon existence, c'est que nous ne pouvons que tirer les leçons des événements. »


Sur cette réflexion, Asshai constata avec effroi qu'elle avait abandonné sa dague dans le Weyr de son maître. La fatigue et le trouble qui l'habitaient avaient eux raison de ces leçons du passé. Comment avait elle put être aussi négligente ? Depuis qu'elle l'avait arraché au garde pendant l'attaque, sa dague ne la quittait plus. Le jour elle la portait sous ses corsages contre elle, et la nuit, elle la gardait à porté de main, sur le guéridon tout proche de son lit. Si une nouvelle vague de non-morts survenaient à ce moment, elle serait vulnérable.
Mais ses pensées se reportèrent sur la légate. Au fond que pouvait elle craindre en sa présence. Toute ardente qu'elle était, Asshai doutait qu'elle puisse délaisser une aspirante, surtout quand celle ci était de surcroît l'aspirante de son ancien maître. Tant qu'elle était en compagnie de Lilwen, elle ne risquait rien.

Il suffisait de voir ses yeux voilés par l'ombre de la haine et de la colère pour comprendre tout le ressentiment que la maîtresse éprouvait à l'égard des morts qui avaient souillé le sol de son Kaerl. Ce ressentiment Asshai pouvait elle aussi le sentir au fond de son cœur. Cette rage mêlé de peur. Non pas qu'elle soit réellement attachée de quelques manières que ce soit à l'honneur de l'inviolabilité du Màr, mais elle refusait de voir la peur la tenaillait chaque jour, l'empêchait de dormir, lui dictait sa vie et de voir l'engendrement de tels monstres, de telles erreurs de la nature se perpétuer.
Si les ardents devaient contre-attaquer se joindrait elle à eux ? Pour elle la question ne se posait pas.

« Non... Pas SI nous devons contre-attaquer... Car nous contre-attaquerons. Il en va de soi. Pansons nos blessures, reposons nous. Et quand le moment viendra, alors tous ensemble nous frapperons. »

Car si elle avait survécu par trois fois, si elle était arrivée au Kaerl peu avant l'attaque des morts qui marchent, c'est que tout cela répondait à une logique plus globale. Elle avait été envoyée ici pour accomplir de grandes choses... Elle se devait de châtier ces horreurs qui allaient contre l'ordre du monde.
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 30 Oct 2013 - 21:05 Répondre en citantRevenir en haut

Lilwen sourit en constatant l’engouement de l’aspirante. Evidement qu’ils allaient contre-attaquer ? Asshai ne le savait pas encore mais déjà les Kaerls avaient décidés de se retrouver et une attaque massive allait très certainement avoir lieu. Toutefois, avant d’attaquer qui que ce soit, elle devait dénicher ce fils de chienne et le faire sortir de son trou. Car c’était une chose que de tenter de pénétrer un Màr en utilisant que des troupes d’hommes morts ou de tenter de posséder les puissants de ce Màr mais il en était une autre de se battre avec ses propres armes. Drazahir était un lâche et même si Lilwen était tenaillée par une peur sans nom qui était née dès lors qu’elle avait vu de quoi le Maître des Ombres avait été capable de faire faire à l’Archonte, elle ne désirait qu’une chose, c’était se mettre en chasse.

Car c’était ce qu’elle était, une chasseuse. Une tueuse sans scrupules qui connaissait des dizaines de façons de donner la mort sans laisser la moindre trace. Mais aujourd’hui, elle voulait laisser des traces, elle voulait que tous puisse voir à quel point il allait souffrir, à quel point il allait regretter d’avoir tenté de se mettre en travers de la route du Màr Tàralöm.

Mais il ne s’était pas seulement contenté de les attaquer au cœur des pics de cendre, il avait osé lancer des attaques simultanées sur le Kaerl céleste et le Kaerl engloutis. Cet homme n’avait pour elle aucune conscience de ce qu’il avait amorcé. Les ordres allaient se soulever et le traquer.

Bien entendu que nous allons contre-attaquer et plus rudement et froidement que lui-même n’aurait osé s’attaquer à nous. D’ailleurs…

Brusquement, un bruit sourd la fit sursauter. Lilwen se retourna vivement pour voir d’où provenait un bruit si incongru dans un tel lieu mais elle n’eut pas le loisir de songer plus avant à l’origine de ce bruit car une douleur fulgurante lui vrilla le dos. Lorsqu’elle s’était retournée, elle avait effleuré la main de l’aspirante et maintenant, elle pouvait sentir sa magie lui picoter la peau. Ce picotement lui était devenu presque familier, signe qu’elle ne se contrôlait plus et qu’elle allait changer si elle ne parvenait pas à endiguer le flot de magie qui cherchait désespérément à s’échapper d’elle.

Lilwen haletait et se laissa tomber à genoux, ses mains partant à la rencontre de pierres pour tenter de la soutenir.

Tu… Tu es marquée !

Ce n’était pas une question. La colère la dévorait. Cette marque allait encore une fois décider pour elle de son sort. Et en effet, quelques secondes plus tard, ce n’était plus sous sa forme humanoïde, mais bien sus sa forme de louve. Elle gronda et contempla avec effarement l’aspirante qui ne semblait pas en reste.
Asshai Anara
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 31 Oct 2013 - 01:49 Répondre en citantRevenir en haut

C'était arrivé soudainement, sans crier garde. Un craquement sourd, et elle avait sentit son corps s'embraser. Son sang était devenu feux, son regard s'était mit à luire d'une lueur de braise ardente, et tout en elle exaltait la puissance. La nuit avait avalé les murs du sanctuaire, tout avait disparut, même la légate s'était fondue au néant.
Et alors surgit le visage de la mort, implacable et furieuse, qui l'accablait de tout son poids ! Mais plus forte que Flarmya elle même, elle avait consumé le spectre de son ennemie dans l'orage et la tempête de sa fureur ! Les flammes l'avaient dévoré de toute part, avait tenu la vieillesse elle même en respect ! Et elle s'était révélée plus grande que tout ceux qui tronaient sur cette terre, plus terrible que tout les maux du monde, et adorée comme en étant la créatrice ! Elle ne craignait plus ni dieu, ni sorcier ! Le sang coulait dans ce ciel emplit du feu de son être. De ce feu qu'elle n'avait sut retenir, qui s'échappait par tout les pore de son corps, telle son énergie vitale qui brûlait à son tour elle aussi ! Tous l'adoraient, tous ne voulaient qu'elle ! Elle le savait ! Elle se lèverai, splendeur sur le monde, et les rois mourraient pour elle !

Et puis... Tout s'était effondré. A nouveau ses pieds nus rencontrèrent le dallage glacé du sanctuaire, les murs revinrent l'entourer, et la lumière qu'elle avait un instant à peine rependu sur le monde s'était de nouveau éteinte. Sa folie hallucinatoire n'avait duré qu'un instant, et maintenant elle se sentait vide de toute énergie.
S'écroulant à quatre pattes sur le sol, et tentant de reprendre son souffle, elle essaya de se raccrocher à Lilwen, mais Lilwen n'était plus. Se recroquevillant comme une enfant battue dans un coin auprès du mur, elle chercha à contrôler les tremblements qui la secouaient : Elle avait froid, terriblement froid.
Peu à peu son champs de vision s'éclaircissait, elle voyait au loin réapparaître les faibles lueurs du sanctuaire, et devant elle la forme d'un loup d'un noire de jais. Terrifiée, croyant à un nouveau maléfice du maître des ombres elle tenta de s'y soustraire en se traînant le plus loin possible de la bête, mais ses membres ne la portaient plus. Elle ferma alors les yeux, se préparant à une mort … qui ne venait pas.
A nouveau elle se risqua à ouvrir un œil, puis l'autre. Le loup semblait … l'observer, comme si il attendait quelque chose d'elle. Resserrant les pans de son peignoir autour d'elle, elle resta un moment à le regarder bouche bée. Sans comprendre vraiment pourquoi, elle tendit en sa direction une main, toujours soumise à des tremblements irrépréhensibles. Mais alors qu'elle approchait la tête de l'animal, elle crut ressentir un frisson plus fort que les autres lui parcourir le bras. Le loup semblait lui aussi l'avoir sentit puisque dans un grognement, il fit quelques pas en arrière.

Elle avait l'impression de se réveiller au sortir d'un mauvais rêve. Comme lorsque après un orage, on ne pouvait plus imaginer que le monde puisse être silencieux.Pourquoi Lilwen avait disparue ? Avait elle perdue conscience un moment ?
Pendant un instant, la désagréable idée qu'elle puisse avoir été abandonnée là, dans l’indifférence générale lui traversa l'esprit. Il n'y avait plus personne dans le sanctuaire hormis elle et l'animal. Et si elle était désormais seule au Kaerl ? Et si Taralöm s'était fait attaqué alors qu'elle était inconsciente ?
Dans un ultime acte de bravoure, elle tenta de se relever, mais peine perdu, elle n'y arrivait pas. Elle ne pouvait pas bouger de là sans l'aide de quelqu'un. Dans le désespoir de sa position, elle finit par s'adresser à la seule chose qui était présente :

« On dit que les tiens sont intelligents et capables de comprendre beaucoup. Va chercher... Quelqu'un, n'importe qui. Lilwen... Quelqu'un... »

A nouveau elle se sentit partir. Elle ferma les yeux un instant et sentit les murs du sanctuaire tournaient autour d'elle. Elle ne devait pas vaciller de nouveau, se laisser aller à la perte de connaissance... Mais la lutte serait difficile.

J'espère que ma chute ne t'handicape pas trop pour rebondir, sinon tu peux me Mp sans soucis Clin d'Oeil


Dernière édition par Asshai Anara le Sam 11 Jan 2014 - 17:36; édité 1 fois
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 2 Nov 2013 - 15:15 Répondre en citantRevenir en haut

La douleur… En temps normal, sa transformation ne lui occasionnait qu’une certaine gêne mais là, c’était autre choses, comme la dernière fois avec Yuma dans les bassins. Et dans le cas présent, elle avait souffert et elle savait que ce serait pire encore si elle touchait de nouveau Asshai. Elle avait pu sentir la vague de pouvoir se dégager d’elle. Elle possédait un pouvoir autre que le Don, elle en était maintenant certaine. Pendant quelques dizaines de secondes, elle avait vu l’aspirante d’une manière totalement différente, belle, auréolée de gloire et de pouvoir. La fascination qu’elle éprouva pour cette jeune femme ne dura pas et ce fut comme s’échapper d’un rêve. Elle s’éboua comme pour chasser des insectes particulièrement agaçant.

Lilwen contempla l’aspirante qui éprouvait visiblement des problèmes à rester consciente. Elle connaissait ce contrecoup. Mais son esprit était pour le moment accaparé. Le pouvoir que détenait cette aspirante était immense. Elle ne devait pas en user pas en permanence car cela devrait visiblement l’épuiser. Lilwen voyait l’aspirante sous un nouveau jour néanmoins. Le pouvoir qu’elle détenait pouvoir être dévastateur si elle l’utilisait sciemment pour comploter. Lilwen n’osait imaginer ce qu’elle pourrait faire avec un tel pouvoir. Mais elle n’osait imaginer non plus ce que cette femme serait capable de faire une fois liée à une dragonne. Les crocs dévoilés la louve hésitait…

L’aspirante ne l’effrayait pas, pas encore et elle ne savait si elle ne devrait la tuer, là, au Sanctuaire pour éviter qu’un jour, elle ne se mette en travers de sa propre route. Peut-être y avait-il une chance pour qu’elle arrive à s’en faire une alliée, mais elle en doutait. Que n’aurait-elle pas donné pour avoir les conseils de Sethyl. Sethyl ! A n’en pas douter, la dragonne était déjà en route vers le Sanctuaire dans une rage brûlante. Par deux fois, Lilwen était entrée en contact avec des marqués, par deux fois la magie avait explosé. Elle ne savait si cela venait d’elle ou que cela arrivait à tous ceux marqué par le sceau maudit.

C’est alors que la Fëalocë prit la parole, l’envoyant chercher de l’aide. La louve gronda, la prenait-elle pour un chien ? C’est alors qu’elle se rendit compte qu’elle n’avait pas compris que la louve et Lilwen ne faisait qu’une. Elle en aurait presque rit. De nouveau elle hésita. Elle aurait pu partir et laisser l’aspirante là, elle n’aurait qu’à regagner ses appartements sans se soucier de ce qui pouvait lui advenir. A dire vrai Lilwen n’était pas même certaine qu’Asshai risque quelque chose ici. Néanmoins quelque chose la poussait à rester. Peut-être le simple fait de savoir qu’elle était marquée tout comme elle.

Au lieu de fuir, la louve ferma les yeux, ne sachant si elle allait réussir en si peu de temps. Quelques secondes après, la forme humaine de Lilwen se tenait là, pantelante, les mains au sol.

Je ne peux pas t’aider sans te toucher. Relèves-toi !

Sa voix n’était presque qu’un grondement, semblable à celui de la louve qui était présente peu de temps auparavant. Elle-même se redressa tant bien que mal. Elle aurait voulu s’appuyer sur une colonne mais s’abstint. Sa vision était floue et elle pouvait sentir la migraine pulser comme rarement auparavant. La voix de Sethyl résonnait dans son esprit. Elle serait là rapidement.

Tu as été touchée durant l’attaque.

La marque brûlait encore sur sa peau et ce n’était pas vraiment une question.
Asshai Anara
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 2 Nov 2013 - 22:01 Répondre en citantRevenir en haut

Elle était restée un instant les yeux clos, mais la tentation de se laisser partir était trop forte. Elle les ouvrit à nouveau mais le loup se tenait toujours devant elle.

*Et tu croyais vraiment qu'il allait te comprendre, pauvre fille...*


Se laisser partir... C'était une sensation tellement grisante que de s'échapper aussi loin du froid, loin de la douleur. Elle ressentait de moins en moins la dureté du sol sous elle. Après tout qu'importait de lutter ? Tout serait tellement mieux une fois endormie, tout serait tellement plus calme...

« Je ne peux pas t’aider sans te toucher. Relèves-toi !  »


Comme un brusque retour à la réalité, la voix de Lilwen raisonna à ses oreilles. Car c'était bien elle qui se tenait là, face au sol, à quelques centimètres à peine. Mais Asshai ne comprenait pas. Elle n'arrivait pas à distinguer le vrai du faux ? Qui était réel, le loup ou la légate ?

*Les deux peut être...*


Billevesée que cela. Elle avait rêvé sans doute. Et pourtant...
Elle n'avait pas voulut croire non plus aux morts qui marchent lorsque l'attaque avait commencé. Elle s'était alors rappelée qu'elle ne croyait pas non plus aux dragons avant. Elle aurait dut s'y faire après tout ce temps passé sur Tol orëa, là ou les rêves coutoyaient chaque jour le quotidien. Mais chaque fois, ses yeux voyaient une chose que son esprit s'empressait de contredire. On lui avait apprit les sciences rationnelles tout au long de sa jeunesse, on lui avait enseigné à se comporter comme une adulte, comme un esprit pragmatique. Pourtant ne croyait elle pas aux dieux ? A l'existence des Valherus et à leurs pouvoirs ? Evidemment ! Mais ô combien il était difficile de voir toutes ces choses de par soi même, plutôt que de par les livres. Toujours la même histoire...
Elle devait se rendre à l'évidence, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, Lilwen et la louve était une seule et même personne.

« C'est une malédiction ? Le maître des ombres ? Cela vient de la marque, je la sens qui brûle moi aussi. »

Jusque là endormie par sa somnolence, la douleur s'était réveillée depuis qu'elle même reprenait pied. A présent elle pouvait la sentir brûlait tout au long de son bras.
Tirant sur sa manche, elle dévoila la marque qui s'étendait maintenant jusqu'au bord de sa main.

« Elle a encore gagné du terrain. murmura-t-elle comme pour elle même tout en l’effleurant du bout des doigts.

S'arrachant à son obscure contemplation, elle observa lilwen se redresser. Elle était affectée elle aussi,c'était évident, toutefois elle semblait le vivre avec amplement moins de difficulté.
Serrant les dents une bonne fois pour toute, à la fois humiliée et galvanisée par le mépris qu'elle avait crut poindre à travers l'injonction de la légate, l'aspirante s'agrippa tant bien que mal à l'autel tout proche, et réussit à mettre un genoux à terre. L'esprit échaudé à l'idée de se retrouver ainsi dans une telle position de faiblesse, elle réussit à se redresser dans un cri de douleur et un soupire de soulagement, tremblant de tout ses membres.
Une fois son souffle reprit, elle enchaîna dans un murmure gutturale :

« J'ai bien était marquée pendant l'attaque. Je tentais de conduire les civiles au Mahalma quand je fus isolée. J'ai tenté de m'échapper et depuis...

Elle tendit brièvement son bras pour désigner à la légate la marque qui y courrait.

Nul ne le sait, pas même Anaviel. J'ignore tout de cette marque, et du sort que l'avenir me réserve si d'aventure on apprenait que j'en suis dotée. Je me contente de la voir coloniser ma peau de jour en jour.  »

Cela lui faisait mal de l'admettre mais à face à cette marque, elle était impuissante. Aucun livre ne pouvait la renseigner, et elle craignait d'en parler à qui que ce soit. Une chose cependant venait de s'éclairer :

« Je sais seulement maintenant que c'est à cause d'elle que vous vous être transformé, illusion ou pas. Cela veut donc dire...

Elle s'interrompit un instant, découvrant toute l'horreur de la situation qu'elle venait de dévoiler.

Qu'il peut agir sur nous à travers elle. »
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 3 Nov 2013 - 20:11 Répondre en citantRevenir en haut

L’esprit de Lilwen vacillait comme une flamme face à une brise légère, menaçant de s’éteindre à tout instant. Elle percevait sa liée comme si elle trouvait à des dizaines de kilomètres, comme un murmure étouffée. Sa vision se troublait dès qu’elle tentait de fixer son regard. Si elle savait qu’elle renvoyait une image peu flatteuse, elle savait qu’elle était en bien pire état que ce qu’elle laissait voir. Elle ferma les yeux quelques secondes et inspira doucement, tentant de calmer la chamade de son cœur et de recouvrir un semblant de maîtrise d’elle-même mais c’était peine perdue.

Les paroles de l’aspirante ne venaient que confirmer ce qu’elle savait déjà. Combien étaient-ils à s’être ainsi fait marquer par la horde de morts qui avaient envahi leur Màr ? Elle n’osait pas y penser. Et comme Asshai, la plupart s’était très certainement tu sur cette apparition qui pouvait paraitre comme un message du destin.

Elle focalisa son attention sur l’aspirante qui s’était finalement relevée avec un effort visible. Lilwen dut reconnaitre qu’elle possédait une force de caractère certaine.

Elle ne va pas s’arrêter, la marque s’étendra de plus en plus et qui sait ce qui arrivera lorsqu’elle aura rempli son sombre dessein…

Lilwen déglutit avec difficultés. Elle aurait presque rit aux dernières paroles de l’aspirante. Il ne pouvait pas seulement agir sur eux à travers elle, mais bien plus encore. Toutefois, elle lui expliqua ses propres conclusions :

Je ne sais pas si cela agit toujours lorsque deux marqués se touchent ou si cela ne vient que de moi. Ça m’est déjà arrivé par le passé avec une autre personne mais je n’ai eu aucun vent que cela s’était produit pour d’autres personne.

Elle n’allait certainement pas la contredire lorsqu’elle parlait d’une illusion et préféra de pas aborder le sujet de nouveau. Bien trop de personne était déjà au courant de son pouvoir à son goût. Mais rien que de penser à ce que le Maître des Ombres était capable de faire à travers cette marque. La bile lui remonta presque dans la gorge lorsqu’elle songea à l’Archonte. Devait-elle mettre au courant l’aspirante, elle n’en savait rien. Peut-être l’était-elle déjà.

Cette marque lui sert à nous posséder s’il le souhaite. C’est du moins ce que je pense. Fais bien attention à toi, il n’en a pas terminé avec nous…


Dans un froissement d’étoffe, Sethyl apparut sous la forme d’une rousse sulfureuse, elle semblait en colère mais surtout inquiète.

Lilwen !

Elle lui attrapa les épaules, voulant la supporter sentant sa faiblesse. Lilwen aurait tout donné pour se laisser aller dans les bras de sa liée, mais elle résista.

Je vais bien. L’aspirante Anara est marquée elle aussi. Il ne s’est rien passé de plus que la dernière fois.

Sethyl darda sur l’aspirante ses yeux de braises comme si elle la considérait comme responsable des maux de sa liée, ce que Lilwen ne tarda pas à rectifier.

° Ce n’est pas sa faute…°
° Pourquoi faut-il qu’il t’arrive toujours les pires choses lorsque je ne suis pas présente demi-sang ? °


Lilwen soupira. Elle n’avait pas de réponse à donner à la dragonne. Elle s’adressa à Asshai.

Nous allons vous ramener au dortoir. Il faut vous reposer.

Elle était bien entendu à mille lieux de penser que ce n’était pas au dortoir que l’aspirante passait ses nuits.
Asshai Anara
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 16 Nov 2013 - 19:19 Répondre en citantRevenir en haut

A peine Sethyl fut elle arrivée, aussi incarnate de cheveux que de robe, qu'Asshai comprit qu'il s'agissait de la liée de la légate. Connaissant la réputation du caractère des reines ardentes, elle riva aussi tôt les yeux au sol, tachant de se concentrer en silence sur un moyen de se tenir malgré les courbatures qui la lançaient de toute part. Malheureusement, de par sa proposition, Lilwen ne lui laissa qu'un court répit, et l'aspirante n'eut pas d'autres choix que de l’interrompre :

« C'est malheureusement impossible... Je ne réside plus au dortoir. »


Elle aurait put mentir, mais l'aurait elle dut ?
En apprenant qu'Asshai était elle aussi marquée, il devenait de plus en plus évident que Lilwen en toucherai un mot à Anaviel dès son retour.
Elle savait que quitter son Weyr à la nuit tombé en les temps qui courraient, était un acte d'une impardonnable inconscience.Mieux valait ne pas ajouter à ces griefs un nouveau mensonge aussi grossier qu'inutile.

Pourtant en lui révélant le lieu de sa résidence la fëalocë savait déjà à quels quolibets elle exposait sa réputation. Asshai la parvenue, la putain d'Anaviel. Mais n'était ce pas la ce qu'elle était après tout, une putain ? Pour elle, ce titre valait encore mieux qu'une réputation de femme suffisamment sotte pour mentir à une sang.

« Il y a de cela un mois, Anaviel m'a ordonné de transférer mes effets, des dortoirs à son Weyr où une chambré m'était réservé. »

Bien qu'un large sourire se serait volontiers étalé sur le visage d'Asshai, il n'en était rien. Mue dans une expression de doux respect, elle savait pourtant qu'il devait en coûter à la légate de découvrir qu'en un mois Asshai l'avait déjà supplanté auprès de son ancien maître.
Mais elle ne souhaitait pas s'attirer l'ire de la maîtresse incarnate, ni même éveiller sa méfiance en lui dévoilant ses dents déjà trop longues. Elle avait prit soin de se présenter comme une aspirante respectueuse, se pliant simplement aux ordres de son maître comme l'exigeait son statut de novice. C'était une chose que d'accepter de résider dans le Weyr de son maître, c'en était une autre que de le revendiquer et de s'en réjouir.
Bien sur il n'était pas question de la provoquer, ni même de s'en faire une rivale, mais Asshai devait se l'avouer, elle prit un malin plaisir à rebondir sur sa proposition :

« Si vous souhaitez toujours m'y accompagner, j'accepterai avec reconnaissance Maîtresse Izil. C'est un honneur que vous me faites en tant que sang. »

Inclinant doucement la tête, les mains jointes, le visage tout auréolé de sa flamboyante chevelure c'était un véritable ange tombait dans les flammes de l'enfer qui se tenait là.


Dernière édition par Asshai Anara le Sam 11 Jan 2014 - 17:50; édité 1 fois
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 19 Nov 2013 - 19:16 Répondre en citantRevenir en haut

Lilwen contempla l’aspirante avec étonnement avant de se reprendre et d’afficher une mine plus froide. Elle jaugea l’aspirante du regard. Elle ne manquait sans conteste pas de charmes et elle pouvait tout à fait comprendre qu’Anaviel ait souhaité la mettre dans son lit. Toutefois, elle ne pouvait que s’interroger sur les motivations de la Fëalocë. L’aspirante apparaissait comme totalement servile mais elle se méfiait de ce type de personne qui montrait le plus souvent un caractère bien plus fort qu’il n’y paraissait. Elle ne doutait pas un instant qu’Anaviel put prendre une femme totalement asservie comme aspirante. Enfin, c’était du moins ce qu’elle pensait mais elle aurait été bien en peine de savoir si elle avait raison ou non. Lilwen songea alors au pouvoir de l’aspirante et se demanda si elle avait pu mettre Anaviel sous son influence. Non, décidément, elle n’en savait rien…
Lorsque La dragonne fut certaine que la jeune femme puisse tenir debout sans l’aider, elle s’écarta légèrement tout en restant assez près pour lui venir en aide. Mais si la fierté d’une Incarnate est légendaire, elle savait pertinemment que sa liée n’était pas en reste en ne tolèrerait pas de se montrer la moindre faiblesse.

Sethyl observait l’aspirante, la jaugeant du regard.

°Pourquoi faut-il toujours que tu te mettes dans des situations impossibles demi-sang ? Je ne peux sans cesse veiller sur toi !°

La colère de Lilwen dit écho à celle de l’Incarnate. Si celle-ci réagissait ce cette manière seulement parce qu’elle avait eu peur, Lilwen était trop têtue et en colère pour le voir. Elle contempla la dragonne d’un air mauvais.

° Et je ne te le demande pas !°


L’incarnate lui adressa un regard flamboyant mais ne dis mot, préférant passer ses nerfs sur l’aspirante :

Je ne savais pas qu’Anaviel faisait maintenant de ses aspirantes ses catins ?

Lilwen leva les yeux au ciel devant les paroles de la dragonne et voulu couper court à la conservation qui allait inévitablement déraper.

Toutes les femmes le sont, il n'y a que des femmes suffisamment innocentes pour croire qu'elles ne le sont pas.

L’aspirante n’avait pu s’empêcher de répondre avec un grand sourire, feignant une innocence que Lilwen était de plus en plus convaincu qu’elle ne possédait pas. Elle inspira un grand coup, tentant de calmer la colère inexplicable qu’elle ressentait. Mais Sethyl ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin, elle susurra d’un ton doucereux.

S’il te plait à te considérer comme telle…


Lilwen avait un sourire mauvais aux lèvres, presque moqueur.

Allons-y.

Les deux jeunes femmes et la dragonne quittèrent le Sanctuaire pour se diriger vers les Weyr. Lilwen se sentait de mieux en mieux, mais était tout à fait épuisée. Elles arrivèrent bientôt devant le Weyr d’Anaviel où la jeune femme observa l’aspirante et se félicita de n’être pas tombé aussi bas, son ton doux masquait visiblement quelque chose lorsqu’elle voulut la saluer.

Aspirante…


La colère sous-jacente ne s’était toujours pas effacée et la jeune femme n’avait qu’une envie, aller la passer sur quelque chose. Mais alors que celle-ci tendait la main vers la porte, celle-ci s’ouvrit d’elle-même, faisant place à Anaviel lui-même.
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:23 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu