Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP]Une mission comme les autres Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 19 Sep 2013 - 20:40 Répondre en citantRevenir en haut

Solyaeku 914


Le hongre bai brûlé leva le nez pour souffler fortement dans l'air encore frais de cette fin de nuit. Une fine brume se formait à la sortie de ses naseaux vrombissants. Son cavalier le fit pivoter en direction de la caravane qui avançait à son rythme. Un rythme lent et régulier, qui avait duré toute la nuit. Sourcillant sous l'ombre de son turban, il constata que sa monture n'était pas la seule à protester à sa manière de la fatigue de cette marche nocturne. La dizaine d'animaux qui composaient à eux seuls la caravane montraient des signes de fatigue évidents. Même les quatre autres escorteurs qui les accompagnaient, comme notre cavalier.

C'était un peu sous la contrainte qu'ils avaient du marcher sous le couvert des étoiles et le contact de l'air glacial de la nuit. En deux jours, ils avaient été poursuivis par une petite bande de brigands des sables. et pour contrarier leurs plans, le chef de la Caravane avait opté pour une avancée supplémentaire durant la nuit, pour les distancer et essayer de les perdre en cours de route. Mais qui connaissait le désert savait où une caravane normale pouvait se rendre... Les Oasis ne manquaient pas dans le coin. Sauf quand le choix se porte sur une autre direction que celles des voies habituelles.

De son regard acier, notre cavalier tendit son attention vers l'aube qui apparaissait enfin. Non pas que le froid le gênait, mais il préférait plus la rigueur du soleil que la morsure froide de la nuit. Il n'aimait pas avoir les doigts engourdies, détail gênant pour tenir une épée correctement et se battre.

*Vivement qu'on s'arrête, je prendrai bien un bon thé chaud avant de dormir*

D'un simple mouvement du corps, il ordonna à sa monture le petit trot pour rejoindre le chef du convoi.

''Ton village est encore loin Rat'chek ? Je ne sais pas si tu as remarqué mais tes animaux et tes hommes commencent à montrer plus que des signes de fatigue''
''Je sais ce que j'ai à faire Escorteur. Mais merci de veiller. Attends que le soleil soit levé et nous y serons. Ce n'est qu'un village, mais nous aurons de quoi nous reposer. ''
''Et pour les brigands ? ''
''Ils n'auront pas l'audace de nous attaquer. Déjà qu'à leur seconde tentative, ils ont vite compris que nos escorteurs étaient trop bons à l'arme qu'eux.

Rat'chek ricana et sa bedaine tressautait en même temps qu'il riait. Cela laissait le cavalier sceptique.

''Allons Thel, détends toi. Tu t'affoles trop. Tu prends tes tâches trop à coeur. Bientôt tu prendras du repos, comme nous tous. Après ut y penseras plus. ''
''Peut être que tu as raison. Je retourne en tête....''


Il lança sa monture dans un petit galop pour mettre un peu de distance avec la caravane. Un escorteur qui se mettait devant servait autant d'éclaireur que de dissuasion ; les pillards et autres brigands n'étaient guère courageux en en voyant un de cette façon. Ca ne marchait pas toujours évidemment, mais quand ca marchait, autant en profiter.

Thel mit sa monture au pas quand il estima être suffisamment éloigné de la dite caravane pour reprendre son rôle. Des cinq escorteurs et des huit caravaniers, il était la seule personne à ne pas être un habitant réel de Ssyl'Shar. Ses yeux bleus et sa peau, bien que hâlée par des années à vivre dans le désert, trahissaient une origine plus nordique. Malgré ce détail, il maitrisait quelques dialectes nomades et les coutumes. cela aidait pour travailler dans une caravane et tout ce qu'il demandait en tarif était le gîte et le couvert ; et de quoi nourrir sa monture. Donc des tarifs très bas qui
intéressaient toujours les chefs avares des caravanes.

Quand le soleil fut bien levé, le village était en vue, avec une chaleur qui se faisait bien sentir. Thel fut le premier à pénétrer dans ce village déjà fort en activité. Il s'arrêta au puits, pour permettre à son hongre de boire un peu d'eau fraîche



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Publicité





MessagePosté le: Jeu 19 Sep 2013 - 20:40 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 21 Sep 2013 - 00:50 Répondre en citantRevenir en haut

La nuit avait été fraiche, pas glaciale comme certaines, mais fraiche. Si bien que le jeune Torhil de 20 ans qu’il était avait mis une petite peau. Il était plutôt frileux finalement, à force de rester en plein soleil toute la journée, ou d’avoir grandi dans une forge. Malgré ça, il avait bien dormi. Et surtout, aujourd’hui était un jour particulier. Il était en permission. Alors il avait fait une petite grasse matinée et pour une fois, ne c’était pas levé avec le soleil, mais c’était prélassé sur son lit avec un livre qu’il avait déjà regardé plein de fois, mais qu’il trouvait toujours aussi beau. Le livre qu’il avait sauvé des flammes quelques années plus tôt. Il y avait plein de belles images de plein de créatures qu’il ne connaissait pas, de terre qu’il n’avait jamais vue et ne verrait probablement jamais en vrai. C’était quelque chose qui le désolait un peu…. Comme le fait de ne pas savoir lire.

Lorsque le soleil assez haut pour que la chaleur soit agréable, il se décida à sortir du lit, reposant le précieux ouvrage sur ce qui faisait office de table de nuit ; Une pile de livres. Cela lui fit d’ailleurs penser que normalement une caravane devait arriver demain. Avec un peu de chance, ils auraient quelques choses qu’il n’a jamais vues. Malheureusement, il allait être de permanence et ne pourrait que les voir passer. Car il serait surement au poste de garde de l’entrée. Cela faisait quelques années déjà qu’il s’était enrôlé, dès qu’il était en âge de le faire. Mais il écopait toujours du sale boulot… Du moins, pour les autres. Lui était bien, assis dehors, tranquille, un ou deux livres dans la poche.

S’étirant, il se leva, fit un brin de toilette et sortit courir un peu, faire quelques abdos et pompes, bref, s’entrainer. C’était quelques choses de quotidien chez lui, et il n’était pas rare de le voir se casser la figure ou casser quelques choses alors qu’il se rendait un peu à l’extérieur du village, pour justement, ne pas faire plus de dégâts.

Après un bon moment à s’entretenir, il décida de faire une pause et se dirigea vers le cœur du village.

- Rangez tout, Asulil arrive
, crièrent certains marchands qui mirent à l’abri les objets fragiles. Il ne s’en offusqua pas, il avait l’habitude… Depuis aussi loin qu’il s’en souvienne, c’était comme ça.

S’approchant du puits, il se stoppa pour regarder l’homme qui y était. Ce n’était pas un membre du village. Il pouvait même affirmer que c’était un escorteur de caravane. Il en voyait souvent, et se souvenait de chacun d’eux. Mais normalement, qui disait escorteur disait escorté. Et là, il n’y avait personne. Avait-il perdu la caravane ? Le jeune garde avait eu vent de beaucoup de processions attaqué ses derniers temps. Les pilleurs devaient avoir faim. Fort heureusement, le village, bien que modeste, possédait une bonne armée du fait de la présence à proximité des Dragons des Sables. Et aucun pirate des sables n’oserait s’en prendre à cet endroit.

Mais qui disait absence de caravane, disait absence de livre… Et ça l’embêtait beaucoup. La précédente n’en avait aucun qu’il ne connaissait déjà par cœur. Seulement… C’était sans compter sur sa maladresse et malgré les précautions prises par les vendeurs, il se prit les pieds dans un vase qui avait été oublié. Essayant de se réceptionner pour ne pas tomber, il s’accrocha à un portant de bois qui céda sous son poids, le faisant reculer contre les parois d’une tente qui s’affaissa aussi sous son poids, tombant dans un nuage de poussière et de vent.

Le Torhil se redressa comme il put et regarda autour de lui le… Désastre. Déjà autour de lui les protestations se faisaient entendre. Il les ignora pour le moment, se penchant pour ramasser son livre qu’il dépoussiéra. Tant pis pour l’éclaireur, il était plus que temps de se cacher. Mais il lui fallait quand même un peu d’eau, il n’en avait plus… Prenant la grosse gourde, il s’approcha du puits…

Qui était entouré de cordage pour la réparation (qui était dû à une de ses catastrophes). Il se prit les pieds dedans avant même d’arriver à destination et trébucha vers l’avant, faisant voler le récipient dans le puits et lui sur le côté, s’agrippant à l’humain qui était à côté et s’étalant de tout son long dans le réservoir d’eau pour les animaux.

Confus et désolé, il essaya de se dégager, mais il était un peu coincé.

- Je suis désolé, veuillez me pardonner, je n’ai pas fait exprès…
Dit-il en arrêtant de se débattre, mettant un peu plus d’eau partout.



Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 21 Sep 2013 - 10:15 Répondre en citantRevenir en haut

Le hongre fit un bond sur le côté en poussant un hennissement surpris et effrayé. Thel fut quand à lui trempé, aux chausses par la chute inattendue du jeune homme dans l'abreuvoir et sur sa tunique quand il avait voulu boire à l'aide sa gourde nouvellement rempli. D'un regard ahuri, il regarda ses habits trempés avant de fixer l'inconnu, qui s'excusait tout en cessant de se débattre dans l'eau et l'entremêlement des cordes. La monture de Thel commençait déjà à renifler la chose qui était tombée dans son eau, vrombissant ses naseaux une fois sa surprise passée.

Heureusement que ce n'était que de l'eau et avec la chaleur de la journée en devenir, la tenue de l'Escorteur séchera vite. Et au lieu d'une moquerie ou d'un sarcasme, ce fut une main qui attrapa celle d'Asulil pour l'aider à se relever de l'abreuvoir. Le jeune garde pourra entendre le fort accent de l'Escorteur.

''Ce n'est qu'un accident mon garçon. Pas de mal j'espère ? ''
''Fais attention à toi l'escorteur, c'est la Catastrophe que tu as en face de toi ! ''


Thel ignora complètement la réplique d'un des marchands. Il connaissant trop ce genre de personnage pour ne pas donner crédit à ses paroles. Et dans bon nombre de village, il n'était pas rare de croiser des jeunes gens malmenés par les railleries et autres moqueries. Il ramassa la gourde d'Asulil et la lui tendit.

''C'est à toi me semble-t-il. ''

Quelques canidés aboyèrent pour annoncer la venue de nouveaux arrivants. La Caravane de Thel arrivait enfin. Les caravaniers et les escorteurs avaient le visage enjoué d'être enfin arrivés.

''Prend vite ton eau mon garçon. Cette caravane arrive et va vouloir abreuver ses montures. ''

L'Escorteur leva ensuite le bras pour signaler sa présence. Puis il attrapa les rênes de son cheval pour rejoindre les abors du village, là où la caravane se mettrait sans doute pour son étape. Au moment de partir, son pied buta dans quelque chose. Se baissant pour le ramasser, il découvrit que ce n'était qu'un livre. Il s'écarta de quelques pas encore et se tourna vers le jeune garçon, regardant brièvement le livre.

''Cet objet est à toi aussi ?''

Il sourcilla un instant en fixant le livre que les grains de sables recouvraient par endroit. Dans le désert, peu de Nomades savaient lire, sauf les chefs de Caravanes, pour discuter affaire et mener à bien leurs contrats. Mais un banal villageois... La curiosité le piquait un peu. La caravane arrivait autour du puits, ce qui obligera Asulil à s'écarter soit vers le village, soit vers l'escorteur. Si le garçon venait à lui pour récupérer l'ouvrage, peut être qu'il en saurait un peu plus...



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 21 Sep 2013 - 17:00 Répondre en citantRevenir en haut

Trempé… Il était trempé jusqu’à l’os… voir plus… Au moins, ça avait eu le mérite de le refroidir après son entrainement…. Même s’il avait préféré ne pas atterrir à l’horizontale dans l’abreuvoir. Tournant la tête, il tomba nez à naseaux avec le hongre qu’il avait dérangé dans son étanchement.

- Désolé, je vais sortir de là. Dit-il à l’animal en essayant une nouvelle fois de s’extirper du bac. Mais ce n’était pas chose aisée, surtout qu’il s’y était bien enfoncé, manquant presque de le briser. Soupirant de nouveau, il leva les yeux vers l’escorteur qu’il avait plus que généreusement, s’attendant à se faire rabrouer, insulter ou n’importe quoi d’autre.

Il fut donc assez surpris lorsqu’il vit et sentit la main de l’homme attraper la sienne pour l’aider à se relever. Marquant une légère pause de stupeur, il réalisa qu’il fallait bouger et s’aida donc de ce coup de main pour se remettre sur ses deux pieds.

- Merci. Ça va… J’ai l’habitude, ne vous inquiétez pas. Il ignora superbement le marchand qui mit en garde son aide pour essorer un peu ses vêtements et ses cheveux. Que de gaspillage d’eau… En parlant d’eau… Il regarda autour de lui pour chercher sa gourde, puis dans le bac avant de se faire interpeller par l’Humain.

- Ah oui ! Merci une nouvelle fois ! La récupérant, il tourna la tête en entendant les chiens aboyer et les enfants se précipiter à la rencontre de la caravane. La caravane ! Elle était donc bien en avance ! Il pourrait donc en profiter pour regarder les livres s’il y en avait. Maintenant qu’il travaillait, il ne les piquait plus, mais les payait avec l’argent qui lui restait lorsqu’il déduisait les coûts de réparation de ce qu’il cassait.

- Mon eau ? Demanda-t-il en entendant le barbu parler. Ah oui, mon eau ! Il remplit la large gourde rapidement et l’accrocha à sa ceinture, alors qu’un marchand vint vers lui.

- Allez, disparais de là, tu vas encore faire fuir les vendeurs. Il accompagna le geste à la parole et tentant de la pousser. Mais le jeune Torhil ne broncha pas sous la, faible, force du Fëalocë.

- Oui, je pars, je pars, je remplissais juste ma gourde…

- Et encore détruit un quart de la place. Va-t’en ! Il le poussa un peu plus fort et le soldat décida de bouger à ce moment-là, laissant le marchand glisser dans le sable tête la première. Il alla rentrer chez lui quand l’escorteur l’interpella une nouvelle fois. Il se stoppa et fouilla frénétiquement ses poches. Oui, c’était son livre, enfin un de ses livres, qu’il avait pris avant de partir courir. Et il comptait bien le récupérer, plutôt deux fois qu’une. Surtout que les bêtes de la caravane venaient droit sur lui et qu’il était plus que temps de bouger pour ne pas se faire écraser. Aussi, il se dirigea d’un pas rapide vers l’homme qui avait récupéré son livre, manquant une nouvelle fois de se prendre les pieds dans ses propres pieds. Il arriva cependant presque sans chutes.

- Oui, c’est mon livre. Il tendit la main pour le récupérer. Je l’avais presque oublié, heureusement qu’il n’est pas tombé dans l’eau. Je n’en ai qu’un seul comme ça. On pouvait voir qu’il était à la fois assez récent, mais aussi usé malgré le grand soin qu’il pouvait y apporter. Outre le sable, il regardait ses ouvrages plusieurs fois par semaine, les ouvrants et fermant au rythme des arrivées près de l’entré.

Son regard se posa sur la caravane. Ils étaient entourés d’enfants, mais aussi d’autres personnes qui étaient venues pour les aider. C’était toujours un petit évènement lorsqu’elles venaient. Ça permettait d’échanger des marchandises contre ce qu’ils n’avaient pas, mais aussi de connaitre un peu ce qu’il se passait ailleurs. Dans le reste du désert principalement, mais aussi sur les autres continents.

- Vous êtes en avance… C’est rare. Fit-il simplement remarquer en regardant une tente se monter assez rapidement par habitude. Mais les convois étaient en général en retard, subissant des casses, des attaques, des malades… L’inverse était plus que rare.



Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 21 Sep 2013 - 17:32 Répondre en citantRevenir en haut

Rat'chek, le chef de la Caravane souriait quand il arriva enfin. Il laissa quelqu'un de ses hommes s'occuper de faire abreuver les premiers animaux de bâts, pendant que le reste allait se placer là où se trouvait l'Escorteur. Les autres escorteurs s'occupaient de fixer les badauds qui approchaient et d'un signe de la main, les invitaient à reculer. La venue d'une caravane était toujours un moment inattendu, surtout que c'était une des rares animations du moment sur l'espace d'un mois entier. Dans le désert, il ne se passait guère de choses palpitantes si on retirait les soucis d'eau, de chaleur, et des brigands.

Thel fit signe de l'emplacement. Il connaissait suffisamment Rat'chek pour n'avoir qu'à faire un signe de la main. Après que le jeune homme eut récupérer son livre, il l'étudia. Asulil, bien qu'un peu étourdi à ce qu'il avait compris et vu surtout, ne paraissait pas être un demeuré. Il avait parfaitement accepté le geste d'aide de Thel et tenait absolument à ce livre quand il le récupéra de ses mains. Un habitant du désert qui accordait de l'importance à un tel objet, qu'il nommait parfaitement bien, n'était pas courant. C'était même la première fois que Thel croisait un natif en son genre.

''Hé Thel, cesse de bâiller aux vautours et ramène toi ''

Rat'chek avait donné des ordres pour qu'on monte déjà les premières tentes. Il ne perdait pas le nord lui, tout en veillant à la rotation des autres animaux qui ne s'étaient pas encore désaltérer.

''Laisse moi respirer veux-tu ? Tu peux largement m'accorder une pause ''
''Bon... pas longtemps alors. Plus vite nous serons installer et mieux ce sera. "


Rat'chek avait bien assez de mains pour faire les tâches. Pour une fois que l'Escorteur pourra se reposer et se détendre dans son coin...D'un soupir satisfait, Thel regarda le garçon, qui marmonnait dans sa barbe. Il paraissait surpris de leur arrivée.

''Ca t'étonne donc à ce point ? ''

Il se permit un petit sourire et tira doucement sur les rênes de son hongre pour éviter qu'il soit attiré par le futur campement des caravaniers qui se montait doucement mais avec efficacité.

''Les brigands n'aiment pas voyager de nuit. Ils sont trop paresseux pour y songer. Alors nous en avons profiter. D'ailleurs en parlant de cette nuit, comme elle fut blanche...''

Il retint un peut bâillement. Rien que de penser à cela, il eut envie de faire une sieste.

''Tu connaîtrais pas un coin tranquille où je pourrai me reposer un peu ? Et j'aurai besoin de quelqu'un pour m'occuper de mon cheval le temps de ce repos. ''

Il regarda le jeune Asulil d'un air déjà décidé. D'Asulil, il voyait qu'un jeune homme qui avait un manque cruel de confiance en lui. Peut être qu'à cause de cela, il en arrivait à en être maladroit, et qu'on l'en convainquait tous les jours. Puis il regarda l'ouvrage si précieux que tenait Asulil dans sa main. A sa manière d'en prendre soin, Thel jugea bon de le motiver par ce biais là. Après tout, ça lui fera que du bien. Et si par malchance son hongre venait à se sauver, l'animal rejoindrait directement les Caravaniers.

''Pour tes services mon garçon, je pourrai t'offrir un livre, que j'ai dans mes maigres possessions. Tu sais lire n'est ce pas ? ''

Sans doute que oui, songea Thel. Mais que celle du Désert, écrite et parlée.

Bien que Thel ait passé ces dernières années dans le Désert, il ne pouvait perdre les vieilles habitudes, comme celle de voir la valeur d'un être. Asulil lui parut être un jeune homme plein de ressources, mais qui avait encore besoin de les découvrir par lui-même et de les exploiter. Mais pour ce faire, il fallait l'intéresser d'abord à la petite tâche qu'il venait de lui offrir. Pour encourager le garçon dans sa décision, il ouvrit la besace de selle et en sortit un objet enveloppé dans un simple lin clair. D'une main, il le dégagea suffisamment pour dévoiler la nature du dit objet : un petit livre.

''Il est un peu vieux, mais la géographie de Ssyl'Shar ne change pas tous les ans. Et je connais assez cette terre maintenant pour connaître les lieux les plus vitaux. Il est à toi si tu acceptes d'accomplir le petit boulot que je t'ai offert. La décision te revient''

L'ouvrage ne traitait pas de toute la géographie du continent désertique, juste de l'essentiel que les érudits avaient pu retranscrire, car il y avait le Désert Profond qui n'était pas cartographié et les points d'eau connus des nomades seuls.

''Es-tu intéressé de cette petite proposition ?



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 22 Sep 2013 - 14:00 Répondre en citantRevenir en haut

Non, il ne se passait pas grand-chose dans le désert, mais ce n’était pas plus mal non plus. Il fallait déjà lutter contre l’environnement hostile, alors si en plus d’autres soucis s’y ajoutaient, la terre deviendrait des plus inhospitalières. Enfin… Cette Oasis précisément avec d’autres soucis. La présence non négligeable de beaucoup de bestioles indésirables. Mais la forte présence militaire contre balançait ce petit… Désagrément.

Gardant précieusement son livre dans sa main, il leva les yeux lorsque le chef caravanier cria dans leur direction. L’homme qui l’avait aidé se prénommait donc Thel… Du moins, se faisait appeler comme ça. Un prénom peu commun pour le désert, mais cela n’étonna qu’à moitié le Torhil. Au vu de l’allure et de l’accent, l’escorteur n’était pas natif du coin.

Légèrement perdu dans ses pensées, il sursauta légèrement lorsqu’il s’adressa de nouveau à lui. C’était bien rare qu’on lui parle aussi longtemps… Sauf pour lui dire de déguerpir ou se lamenter des catastrophes qu’il avait faites…


- Euh oui… il est assez rare de voir une caravane arriver en avance… Elles sont en retard en général… Voir n’arrive pas du tout…
Il s’écarta aussi un peu. Plus il était loin des choses, mieux les autres se portaient. Il posa son regard sur le barbu lorsqu'il signifia être fatigué. L’hospitalité était courante dans les peuples du désert, et cela ne manquait pas au jeune homme.


- Ma maison se trouve un peu à l’écart,
il désigna une direction, si vous voulez vous y reposer et manger un peu, vous pouvez venir. Il y a aussi un peu d’ombre pour y mettre le cheval. Je ne suis qu’un simple soldat, mais si vous voulez, je pourrais m’en occuper un peu. En parlant du cheval. Il ne savait pas forcement bien s’en occuper, mais il connaissait la base, comme tout bon soldat qui se respecte.

Il alla ajouter aussi qu’il n’avait pas besoin d’être payé pour ça, de quelques manières que ce soit, mais son futur invité sembla chercher dans son sac pour en sortir un ouvrage. Ouvrage qu’il n’avait encore jamais vu d’ailleurs, ce qui l’intéressa au plus haut point.


- Je ne sais pas lire non… Mais je veux bien vous aider en échange du livre. Je ne l’ai pas celui-là.
Il faut dire que les gens qui avaient les cartes du désert ne les vendaient pas à des gens du désert…


- Venez, c’est par là.
Il s’approcha pour prendre les rênes du hongre et se dirigea vers son petit chez lui qu’il avait quitté quelques heures plus tôt. Elle se trouvait donc à l’écart, près d’un petit groupement de palmiers qui lui offrait une ombre salutaire.

Il l’avait fait faire avec la porte suffisamment grande pour qu’il n’ait pas à se baisser lorsqu’il entrait chez lui.

Accrochant le cheval à un arbre le temps d’entrer dans son chez lui pour faire un très rapide tour du propriétaire.

L’intérieur était plutôt sobre. Un lit, un coffre, quelques étagères… Et des livres, partout, occupant beaucoup de l’espace présent. Seuls le couchage ainsi que le centre étaient épargnés, mais une pile assez haute à côté semblait prête à s’effondrer si l'on rajoutait ne serait-ce qu’une plume.

- Voilà… J’ai quelques gâteaux et des dattes… Je peux faire du thé si vous voulez…
Il désigna les tapis et coussins au milieu de la pièce pour qu’il puisse s’asseoir s’il le souhaitait. Il en profita pour ranger l’eau qu’il était allé chercher et posa le livre sur un tas d’autre.

Puis il prit une théière qu’il remplit de feuilles de menthe et d’eau qu’il alla mettre à chauffer dehors avant de rerentrer en attendant.



Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 22 Sep 2013 - 16:28 Répondre en citantRevenir en haut

Thel avait suivi de quelques pas en arrière Asulil, pour découvrir son lieu de vie, qui s'avérait être une petite demeure un tout petit peu à l'écart du village. L'isolement avait ses avantages pour avoir le repos méritée et surtout pour rechercher la tranquillité. Thel penchait plus pour ce second point, quand on observait l'attitude des gens du village à l'égard du jeune homme. Mais au moins, outre l'écart du petit habitat vis à vis du village, il y a à côté une petite palmerais bien utile pour avoir un peu de nourriture et d'ombre au cours de la journée.

Quand l'Escorteur entra, il ne fut guère surpris de la hauteur de la porte. Vu que son occupant dépassait d'une bonne tête Thel, il était logique que l'entrée de l'habitation corresponde aux normes de son propriétaire. Il resongea au métier que faisait son hôte. Un simple garde qu'il avait affirmé... mais qui avait une certaine passion pour les livres sans savoir lire pourtant. Étrange comportement. La solitude poussait parfois à des recherches de réconfort étranges. Asulil, pour lui, c'était dans les livres. Et il y en avait en quantité.

*Il doit y mettre toutes ses économies. Je comprends un peu pourquoi les autres le déconsidèrent. Pourtant, y a pas de mal à aimer les livres*

Il était facile pour Thel de penser de la sorte, lui qui venait d'un autre continent. Il se rembrunit un peu, quand le peu de souvenirs qui lui restaient revenaient le hanter. Il les chassa en retirant son turban et s'assit entre deux coussins le temps que le garde prépare le thé. Il soupira d'aise de pouvoir avoir son séant posé sur autre chose qu'une selle. Toute la nuit à chevaucher de lui réussissait guère en ce moment.

Quand Asulil revint, Thel lui accorda un bref sourire.

''Je te remercie pour ton accueil mon garçon. Cela me parait une éternité maintenant que je n'ai pas eu un vrai toit au dessus de la tête. Je te remercie pour les dattes ou les gâteaux, mais un bon thé suffira amplement. ""

Il n'était pas certain que les dattes ou les pâtisseries fassent un bon ménage dans son estomac, qui digère encore la viande séchée de la veille. Tout ce qu'il désirait était réellement le bon thé chaud. Il y songea depuis tout à l'heure et il sera heureux quand il pourra le savourer du bout des lèvres. Puis tout en laissant le temps à Asulil de prendre place, le temps que l'eau du thé chauffe, Thel resongea aux Brigands et à leurs vaines tentatives d'attaque. En général, ils ne se frottaient qu'une fois à une Caravane et si leur attaque échouait, il ne la retentait pas. Soit ces pauvres bougres étaient stupides, soient ils avaient plsu rien à perdre au vue de leur situation précaire. Poussés par la faim ou l'avidité, ils pouvaient devenir très téméraires. A moins que Rat'chek transporte des marchandises plus précieuses que ce qu'il avait bien voulu dévoiler. Ce ne serait pas la première fois qu'un chef Caravanier reste discret sur certains types de produits... Mais si c'était le cas... le chef entendrait causer du pays par la bouche de Thel. L'escorteur aimait bien connaître les risques liés aux transports de certaines denrées prisées...

''Tu habites dans un petit endroit agréable... Mais cela ne dérange pas d'être un peu à l'écart comme cela du village ? Je parle en raison des dangers possibles que crachent le Désert à ses heures... Je sais que tu es garde, mais même un gaillard comme toi peut difficilement y faire face''

En plus, souvent les gardes dans les villages n'étaient que des gens portant simplement le nom de cette profession. Qui sait même s'il savait manier une épée ou un bâton...



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 22 Sep 2013 - 22:01 Répondre en citantRevenir en haut

Asulil ne prit pas le temps de s’assoir, préférant s’occuper chez lui, rangeant soigneusement les livres qui étaient par terre. Car même s’ils étaient par pile et semblaient être disposé n’importe comment, aucun ne touchait directement le sol. Et puis… Il n’avait jamais reçu personne chez lui… Alors il ne savait pas trop quoi faire. Aussi, s’occuper les mains lui parut une bonne chose.

- Vous ne faites que les caravanes ? Vous ne vous posez jamais réellement ? Lui qui n’avait voyagé, il ne pouvait comprendre cet état d’esprit. Il avait toujours connu un toit, que ce soit le sien ou celui de ses parents, avait toujours mangé à sa faim et ce qu’il voulait.

Se tournant pour se diriger vers la sortie, il se prit les pieds dans le tapis et manqua de s’écraser sur son invité. Heureusement, il se rattrapa comme il put à une pile de livres qui s’écrasa au sol. Confus, il se mit rapidement à genoux pour ramasser chacun des ouvrages délicatement, vérifiant qu’il n’y est aucun accroc.

- Désolé. Dit-il simplement en recréant exactement dans le même ordre, le monceau d’ouvrage. Je vais chercher le thé. Il se leva, vérifia que la pile ne bougeait pas et ressortit pour rerentrer aussi tôt, prenant deux verres. Il s’assit en face de l’escorteur et commença à aérer le thé.

- Les brigands n’attaquent en général pas ce village. Nous sommes assez bien défendus. Quant aux vers des sables, les nids sont un peu plus loin, à l’ouest. S’ils devaient attaquer, ils le feraient par l’autre côté du village… Il tendit son verre au barbu une fois son mélange fini.

- Je suis bien ici. Je suis loin du centre du village, donc je ne peux rien détruire. Et personne ne vient me voir. Je suis tranquille. Il porta le breuvage à ses lèvres, buvant doucement, prenant quelques dattes pour sa part.

- J’aime bien lorsque les caravanes arrivent. Je peux en profiter pour prendre de nouveau livre, quand il y en a. Et lorsqu’il y en avait, il n’était pas officiellement à vendre, mais appartenait à des gens. Certains savaient qu’Asulil venait pour les récupérer, alors ils les gardaient pour lui. D’autres trouvaient là un bon moyen de gagner un peu plus d’argent en vendant quelque chose qui n’était pas prévu.

- Bon, je vais m’occuper de votre cheval et vous laissez vous reposer. N’hésitez pas à reprendre du thé. Dit-il après avoir fini le sien, sortant pour aller desseller le pauvre cheval qui devait aussi en avoir plein les sabots.

Il commença doucement ensuite à le brosser lorsque des cris se firent entendre à l’entrée du village. Il leva la tête pour voir un petit vent de panique se créer alors que des pillards venez de pénétrer dans l’enceinte de l’oasis. Ni une ni deux il entra dans la maison et prit son arme qui était accrochée au mur.

- Vous devriez rester ici, ils ne viendront pas jusque-là. Je ne comprends pas, ils n’ont jamais attaqué… Marmonna-t-il sortant de sa maison pour se diriger vers l’entrée du village.

Le chaos régnait presque déjà. Pas parce qu’ils avaient fait beaucoup de dégât, mais parce que les gens étaient partis en courant, renversant tout sur leur passage. Étonnamment, les brigands ne s’en prenaient pas à la population. Ils semblaient chercher quelque chose de précis, tournant et retournant entre les maisons.

Malgré qu’il ne soit pas de garde, il alla directement vers les attaquants, bien décidé à ne pas les laisser aller trop loin et tout détruire. Malheureusement, il se prit les pieds dans une butte de sable et tomba sur un des voleurs, le faisant tomber de son cheval sur un muret.



Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 23 Sep 2013 - 10:13 Répondre en citantRevenir en haut

Thel n'avait répondu qu’évasivement. Quand on apportait des questions sur sa vie au quotidien, il restait toujours vague. A juste titre qu'il n'aimait pas parler de son passé.

''Vivre dans le désert me convient. Je n'aime guère le remue-ménage d'une ville sur le long terme. A la longue, c’est épuisant. Et puis j'aime bien bouger''

Là aussi, il avait ses raisons de pas vouloir s'établir. A quoi bon le faire, quand on est dévoré par des angoisses liées à un passé inconnu ? Il remercia d'un hochement de tête Asulil pour le thé servi et n'avait fait aucune remarque quand au petit incident. Une pile de livre qui manque de dégringoler n'est pas surprenant quand on voit la quantité de livres qui la composent. Puis quand le jeune homme finti enfin par sortir, Thel en profita pour s'allonger sur le grand tapis, posant sa tête sur un coussin. Enfin il allait se reposer un peu. Mais le repos allait être de courte durée.

Un étrange vacarme le tira subitement de sa torpeur. Instinctivement, il se leva, entourant la garde de son épée de sa main, prête à la dégainer. Asulil entra aussi vite qu'il en ressortit, prenant son arme et suggérant à Thel de rester ici. L'escorteur n'eut qu'a tendre la tête par la fenêtre pour voir que des brigands étaient là. Des brigands qui avaient l'audace d'attaquer une oasis ? Attendre, il attrapa son turban pour le dérouler complètement et s'en entourer la tête comme avec une simple chèche. Dans les tempêtes de sable, cela aidait pour se protéger des projections de grains soufflés par le vent. Une fois cette opération terminée, il sortit et évalua la situation

Les habitants couraient partout et les brigands pénétraient dans les maisons pour en ressortir aussitôt, mettant à peine à sac leur intérieur. Plus loin, vers la Caravane, les Escorteurs défendaient les marchandises comme ils pouvaient. Mais ce n'était pas du butin qu'ils cherchaient. Les voleurs cherchaient quelqu'un, Thel en mettrait sa main à couper. Mais qui ? Ses yeux se plissèrent dans la fente du tissu qui enveloppait l'intégralité de sa tête.

Ne se posant pas plus la question, il courut pour rejoindre une des maisons et se plaqua contre elle, ayant repéré un brigand à cheval qui passait juste à ce moment là. D'un coup du plat de son épée, il frappa l'adversaire quand il fut à sa hauteur, provoquant sa chute et il sauta sur le dos de sa monture, qui piaffait dans le feu de l'action. Il la talonna pour rejoindre la Caravane. Un pillard arriva à sa hauteur, pensant avoir affaire à un de ses camarades. Il en fut quitte pour une chute fatale à bas de son cheval. Thel n'appréciait pas vraiment tuer de sang-froid, lui rappelant trop dans son peu de mémoire restante ce qu'il avait été dans son autre vie. Mais dans le désert, la loi du plus fort primait. Soit on tuait, soit on était tué. Et Thel ne tenait pas à mourir aujourd'hui. Il arrivait en trombe à la caravane, manquant de se faire tirer à vue par Rat'chek

''C'est moi Rat'chek ! Ne tire pas !
''Thel ? Mais que fais tu accoutré comme cela ? ''
''Ne pose pas de question et file loin d'ici. Les brigands n'en ont pas après les marchandises de caravanes, mais ils cherchent quelqu'un. ''
''C'est hors de question ! Je...''
''Escorteurs ! Forcez les Caravaniers à lever le camps. Tant pis pour les marchandises et les tentes. Ce sont les animaux et leurs propriétaires qui importent le plus. Rat'chek, tu m'as payé pour sauver la peau de ton derrière, alors fais ce que je te dis bon sang ! ''
''Et toi ? ''
''Tu me connais... J'aime savoir le fond des choses. ''
''Un jour tu vas le regretter, de jouer les trop curieux. Allez on dégage ''


Sans attendre, Thel força son cheval à rejoindre là où le gros des brigands trainaient. De loin, il reconnut Asulil, qui était tombé sur un voleur et qui terminait de lui régler son compte. Deux autres allaient lui tomber dessus. Un court instant, Thel crut entendre quelqu'un hurler qu'il devait trouver un jeune lettré. Il pensa soudain à Asulil. Même s'il ne savait pas lire, il avait plus de livre que n'importe qui ici. Et ils cherchait quelqu'un possédait des ouvrages à foison.

Sans plus réfléchir, il lança son cheval au galop, sortant une dague de sa botte pour la lancer sur le premier brigand. Ce derneir tomba, laissant la place au second de se jeter sur Asulil



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 28 Sep 2013 - 23:45 Répondre en citantRevenir en haut

C’était la débandade. Jamais du souvenir d’Asulil une telle chose c’était produit ici. Même les soldats les plus anciens et les plus expérimentés ne se souvenaient pas que des brigands aient osé attaquer le village. Il faut dire qu’il y avait plus de gardes qu’ailleurs ici en raison de la présence des nids de vers du désert non loin.

C’est pour ça que c’était autant le bazar. Ils avaient bien un ‘plan’ d’évacuation en cas d’attaque de bestiole, mais dans le cas d’attaque humaine… Chacun était dépourvu et le chef de la garde essayait de faire évacuer tout le monde en évitant un effet de foule qui ferait des victimes.

Asulil venait de rouler dans le sable avec un homme sur lui qui tentait de lui assener un coup plus ou moins fatal, essayant de l’avoir sur les parties les plus sensibles de son anatomie. Le Torhil réussit à prendre le dessus et lui assena un coup suffisamment fort pour lui briser la mâchoire avant d’enchainer avec un deuxième coup bien sentit, le mettant complètement chaos.

Un éclat au-dessus de lui attira son œil alors qu’un corps sans vie lui tomba dessus alors qu’un bien vivant se précipita, lame à la main, visant la gorge. Il roula sur le côté pour éviter de finir la carotide à l’air. Il eut cependant le désagréable gout du sable avec son croustillant hors du commun. Il roula encore pour se retrouver sur le dos, se redressant comme il put, poignard en main, sautant sur le méchant qui c’était tourné vers lui, envoyant le bras pour tenter de toucher ce qui pouvait dépasser.

Asulil para du bras, mais se retrouva avec une bonne entaille en guise de remerciement. Il en profita pour lui sauter dessus de tout son poids, profitant de l’effet de surprise d’une telle chose pour l’écraser et lui enfoncer le poignard entre les côtes.

Récupérant l’arme, il se redressa en l’essuyant, profitant du très léger calme qui était autour pour évaluer la situation. Les brigands étaient en train de fouiller les maisons. Heureusement, la population la plus à risque était déjà parti et à part des dégâts matériels, ils ne faisaient plus de victime. Du moins, dans les civils. Car les soldats se battaient avec acharnement. Mais les rebelles avaient pour eux l’effet de surprise que leur attaque avait causée.

Alors qu’il allait se diriger vers un groupe se battant un peu plus loin, il vit une poignée d’homme se diriger vers chez lui et pénétrer dans sa maison. Son sang ne fit qu’un tour et lui-même fit demi-tour pour retourner dans la maison qu’il avait quittée un peu plus tôt, et ce, pour deux raisons. Tout d’abord, il n’avait pas vu que son invité était sorti. Dans la confusion et la cohue, ce n’était pas simple. Ensuite, chez lui, il y avait ses livres. Ses précieux livres qu’il avait récupérés depuis des années. Et il était hors de question que quiconque de mal intentionné mette la main dessus.

Ne prétends plus attention autour de lui, il se mit à courir en direction de son chez lui lorsqu’un cavalier venu par derrière le faucha à l’épaule, le faisant tomber sur un bon gros rocher à fleurs de sol, lui arrachant un cri de douleur et faisant apparaitre une bosse assez conséquente. Il ignora la douleur en se redressant pour éviter un coup de sabot qui lui aurait probablement était fatal, ou à défaut, lui enfoncer le crâne sur un bon centimètre.

Il en profita pour sectionner les tendons du cheval se trouvant à portée de couteau, le faisant chuter avec le cavalier. Il se releva et acheva le cheval avec un ‘désolé’, il n’ôtait jamais la vie des animaux en temps normal, et poignarda l’homme qui était resté coincé dessous.

Serrant les dents, il se remit en direction de chez lui en courant, manquant de tomber encore une ou deux fois.

- Ne touchez pas à ça !! Hurla-t-il en pénétrant dans la maison, arme au poing. Comme prévu, ils avaient tout mis par terre. Mais il s’était retourné en entendant le jeune homme crier. Un ordre rapide fut donné et on se précipita sur lui pour tenter de l’immobiliser. Il esquiva un premier coup aux jambes, un deuxième qui lui en aurait valu un dans le ventre, mais ne vit pas venir le troisième qui lui frappa l’épaule avec le pommeau d’une épée, le faisant crier de douleur en mettant un genou à terre.

Il tenta de se redresser, mais un coup de genou lui fendit ou brisa probablement le nez, alors qu’un troisième lui enfonça surement légèrement une vertèbre, le faisant s’écraser au sol.

De nouveaux ordres furent donnés et on l’attrapa par les bras, lui arrachant un nouveau cri de douleur, le tirant comme ils purent à l’extérieur de la maison, le jetant au sol. Il essaya de se redresser, mais on lui attrapa les cheveux pour lui tirer la tête en arrière alors qu’une lame qui avait l’air d’être assez tranchante vint caresser la chair tendre de sa gorge.

- Que voulez-vous. Articula-t-il difficilement, du sable plein la bouche et la douleur irradiant son corps.



Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 6 Oct 2013 - 12:58 Répondre en citantRevenir en haut

''Silence ! '' Cracha celui qui le menaçait de sa dague tranchante.

Derrière le jeune garde, on entendait les bandits fouiller dans les ouvrages, les jetant derrière eux sans ménagement, sans aucun respect pour l'importance qu'ils revêtaient aux yeux d'Asulil.

''Dépêche-toi de trouver ce qu'il nous faut''
''Tu en as des bonnes toi ! ''
''Alors prenez tout ceux qui ressemblent à ce que nous cherchons, avec ou sans des images. Notre ami ici présent se montrera coopératif une fois que nous serons arrivés à notre camp. oh oui mon petit, j'espère pour toi que tu nous aideras après tout le monde qu'on a eu à te trouver ! ''


Au moment où il allait cracher autre chose, on hurla à côté de la maison. Un cavalier qui n'était pas de la bande des brigands arriva au galop, tendant son poing droit en direction des adversaires les plus proches. Les trois qui se trouvèrent sur son chemin tombèrent, foudroyés à la poitrine par un carreau. Aussitôt la monture fut dirigée vers l'agresseur d'Asulil. Celui-ci obligé le garde blessé et à se relever, s'en servant de bouclier humain au moment où l'arrivant surprise tendit à nouveau son poignet armé.

Thel avait vu Asulil se diriger en trombe vers sa maison quand il avait aperçu des brigands pénétrer. Dans la crainte de perdre ses biens les plus précieux à ses yeux, il n'avait pas eu le temps de voir que l'Escorteur avait été non loin de lui. Thel avait du se confronter à deux autres brigands avant d'arriver pour secourir le jeune garde ; qui se trouvait désormais en mauvaise posture.

L'escorteur avait toujours le poignet tendu en direction du bandit qui retenait Asulil, la lame sous la gorge.

''Approche encore d'un pas, et je l'égorge.
''Après tout le mal que tu t'ai donné, tu vas tuer le seul lien entre ce que tu recherches et ces livres ? ''
''Comment tu... peu importe ! Si tu approches, ou fais mine de vouloir m'abattre, je l'égorge. C'est pas les lettrés qui manquent. ''
''En effet... dans les Oasis seulement et tu perdras un temps précieux. ''


Le bandit grimaça. Deux hommes sortaient de la maison, avec deux sacs de toile bien remplis. Ils stoppèrent, stupéfaits, à l'entrée en voyant leur ''chef'' face à face avec ce cavalier.

''Tu perds ton temps. Ce garçon ne sait pas lire....''
'' Quoi ? ''
''Mais si tu lui laisses la vie sauve, je lirai les livres pour toi''
''Tu sais lire toi ? Tu mens !''


Thel n'avait toujours pas baissé son bras d'où était accrochée sa petite arbalète. Il savait qu'il jouait avec la vie d'Asulil mais il n'avait pas vraiment le choix.

''Je laisserai la vie du garçon sauve, que si tu remballes ton arme. Et il restera dans mes mains comme otage... car je ne suis pas un imbécile et...''

''TCHAC''

Un carreau se planta en plein dans son front. L'imbécile a force de causer n'avait pas compris que Thel attendait le bon moment pour le tuer. Le brigand tomba en arrière, aussi mou qu'une marionnette, se détachant d'Asulil sans l'emporter avec lui. Sans attendre la réaction des deux autres bandits, Thel talonna sa monture, tout en attrapant Asulil comme il put pour le faire monter en selle devant lui.

''Accroche toi !''

On entendit des cris derrière eux. Le cheval tenta une ruade en raison du point supplémentaire qu'on lui imposa mais un coup de talon dans les flancs le rappela à l'ordre. Il galopa droit vers l'Est, vers l'horizon emplis de dune, laissant les brigands terminer leur sale besogne....

Après le galop, la monture était passée au trot et de ce trot peu enthousiasme elle marchait dans un pas fatigué. De l'écume coulait au niveau des morts et soufflait son début d'épuisement. En plus du train d'enfer qui lui imposé Thel, le soleil commençait à chauffer sur ses jambes. Même une heure dans le désert suffisait pour se déshydrater.

Pendant tout ce temps, Thel n'avait pas soufflé mot, jetant régulièrement un regard derrière son épaule pour s'assurer qu'on les suivait pas... Arrivé en haut d'une dune, il stoppa sa monture. Une très petite oasis s'étendait devant eux, à trois cents mètres.

''Tiens bon mon garçon. On va faire une pause là...''

Thel n'était pas sûr qu'Asulil soit encore conscient. Il avait vu durant la cavalcade son épaule démise. Pour la petite oasis, il y avait à peine deux palmiers ombragés et une petite mare. Les bandits devaient sans doute la connaître mais après tout.... Ils avaient une heure au moins sur eux. Se plaçant à l'ombre, Thel descendit le premier et aida Asulil à descendre de selle. Il l'assit contre le tronc rugueux d'un des palmiers et évalua les dégats. Une folle course à dos de cheval n'avait sans doute pas arrangé les choses...

''Ca va être douloureux. Ne songe à rien, laisse toi mollir.... ''

Il avait déjà pris le bras blessé et posé une main démise sur l'épaule pendant qu'il parlait et sans prévenir, d'un coup, imposa une traction au membre. On entendit un craquement écoeurant.



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 14 Oct 2013 - 22:45 Répondre en citantRevenir en haut

Asulil ne dit plus rien. De toute façon, il avait bien l’impression que s’il disait un mot de trop, la dague qui avait l’air plutôt tranchante allait gentiment chatouiller sa jugulaire. Il se serait bien retourné aussi, pour crier de faire attention aux livres. Car de là où il était, il entendait le bruit des pages froissé, des couvertures qui se tordent et des ouvrages qui s’écrasent dans le sable. Ne savaient-ils pas que ça les abimés… ?

Il allait quand même dire qu’il ne voyait absolument pas de quoi il parlait. Pourquoi le cherchait-il ? Il n’était jamais sorti d’ici, il n’avait jamais vu la tête de ce brigand, sinon il s’en serait souvenu, et surtout, il n’avait jamais cherché les ennuis. Pas volontairement en tout cas… Et rien qui ne concerne l’extérieur du village.

Il n’eut cependant pas la joie d’exprimer le fond de sa pensée lorsque trois vilains tombèrent subitement alors qu’un cavalier se dirigeait vers eux. Il reconnut aisément l’escorteur qu’il avait invité chez lui. Escorteur qui avait l’air d’air plutôt à l’aise avec une arbalète. Après tout, c’était son rôle dans une caravane, mais certains ne faisaient que semblant de pouvoir gérer une attaque. De toute évidence, pas lui.

Le brigand obligea Asulil à se redresser dans une position des plus inconfortables. Déjà que son bras le faisait souffrir, ainsi qu’un peu tout son corps, il se retrouvait tordu dans une position mi-genoux mi-debout, pour rester à hauteur de lame. Autant dire que la fatigue allait vite se faire sentir.

Il écouta d’une oreille plus qu’attentive la discussion entre les deux. Il parlait encore de ses livres.

- Lettrés, mais je… Il ne put continuer sa phrase, deux hommes sortaient de chez lui avec deux gros sacs de ses précieux ouvrages. Hé c’est à moi !! La survie de ses livres lui importait plus que la sienne actuellement… Une légère coupure sur sa gorge alors qu’il allait bien se redressait le ramena à la réalité et il acquiesça doucement au fait qu’il ne savait pas lire. C’était vrai, il aurait été bien incapable de raconter de quoi parlaient ses livres. Hormis les images… Il alla dire quelque chose encore lorsqu’un carreau d’arbalète siffle au-dessus de sa tête. Il ne sut pas où est-ce qu’il se planta, mais une chose et sûr, il avait senti son assaillant le lâcher. Il ne lui en fallut pas plus pour se redresser et regarder autour de lui.

Il retint une plainte lorsque le cavalier le saisit par l’épaule pour le faire grimper sur le cheval. Il se hissa comme il put, se tenant à son sauveur, le laissant mener la monture. La chaleur et la douleur le firent un peu vaciller. Luttant pour rester conscient, il posa son front contre l’épaule du barbu, se tenant fermement au début, mais lâche petit à petit.

Une fois à l’oasis, il se laissa presque tomber sur la terre ferme, chancelant, se laissant glisser contre l’arbre, un petit peu à l’ouest. Il n’avait pas besoin de faire beaucoup d’effort pour être ‘moue’ il était fatigué et avait mal…

Et ce n’était pas fini. Il ne put retenir un léger cri de douleur lorsqu’on remit son épaule en place. Il dut perdre conscience quelque seconde aussi. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il n’avait presque plus mal. La souffrance était encore un peu présente, mais plus sourde.

Il tenta doucement de se redresser, regardant autour de lui, cherchant des yeux Peddyr. S’approchant de la petite marre, il garda son bras contre lui.

- Merci… Pourquoi avoir fait ça ? Vous auriez pu partir avec les autres… Vous mettre à l’abri. Pourquoi m’avoir aidé ? Il but une gorgée, regardant l’entaille sur son bras.

- Qu’est ce qu’ils voulaient… Ils m’ont pris mes livres…

Il décida de se rasseoir, des vertiges le prenant un peu. Il repensa à la scène qui s’était déroulée.

- Vous le connaissiez… ? Vous savez ce qu’ils cherchaient… Et j’aimerai bien récupérer mes livres.. J’ai mis du temps à les avoir…

Il marqua une nouvelle pause. Il aurait bien grignoté un truc, histoire de se remettre d’aplomb.

- Je n’ai jamais cherché des problèmes à personnes et j’ai récupéré mes livres au fur et à mesure… Je ne vois pas pourquoi ils intéresseraient quelqu’un. Il s'appuya contre le tronc, fatigué.



Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 17 Oct 2013 - 22:37 Répondre en citantRevenir en haut

Thel ne répondit pas de suite, laissant le jeune homme s'appuyer sur le tronc. Le voyage, son épaule déboîtée et l'attaque des brigands avaient beaucoup malmené Asulil. Thel était tout aussi préoccupé par son épuisement que par leur fuite. Pendant qu'il déchirait un morceau de sa tenue d'escorteur, il songea à la suite de leur petite cavalcade. Ils n'avaient qu'un seul cheval, pas de provisions et pas de quoi tenir plus de deux jours sous le soleil implacable. Sans eau, leur monture dépérirait vite. A moins d'aller d'oasis en oasis. Mais avec des brigands à leurs trousses, les chances de leur échapper étaient minces. Thel comprit qu'il avait peut être commis une énorme erreur en s'enfuyant avec Asulil. Mais qui sait ce que les brigands lui auraient fait subir.

Toujours en gardant le silence, il s'approcha d'Asulil, l'incitant à s'asseoir à l'ombre du palmier. Puis il usa de son bout de tissu pour improviser une écharpe.

''Mets y le bras. Cela te soulagera''

Il alla ensuite vers le second palmier, leva le nez en l'air et sans prévenir, frappa le tronc de l'arbre. Une branche de dattes manqua de lui tomber dessus. Il revint vers le convalescent et lui tendit les fruits, avant de s'asseoir en face de lui.

''Je ne connaissais pas ces bougres. Et je me voyais mal partir alors qu'ils t'auraient sans doute charcuter pour te forcer à lire. Et je suis pas un homme à laisser tomber des gens derrière moi face au danger.
*Que de belles paroles pour un individu tel que moi....*
''Ce qu'ils venaient chercher...''

Il regarda par dessus son épaule. Leur monture s'abreuvait tranquillement à la petite mare.

''Bien des légendes courent parmi les Nomades et les habitants du Désert. Une est redevenue plus vivace quand le vent a mis au jour des anciennes ruines, sans doute à l'emplacement d'une oasis asséchée. Et suite à la découverte d'un petit bijou banal en or, la nouvelle s'est accrue au point qu'on pense que les ruines d'une cité des temps anciens seraient dans les environs dans cette région. Ils savent que l'HIstoire se retracent dans les livres et comme parmi les tiens, il y en avait quelques d'assez vieux... Je pense que c'est cela qui les attire. Ils ont du entendre parler de ta petite collection et ils sont venus. ''

Il finit par soupirer.

"J'aurai du prévoir le coup pour notre fuite. Je crains que nous n'irons pas bien loin. et surtout si tu veux récupérer tes livres... Soit on tente une petite traversée du désert pour faire le grand tour et revenir à ton village, avec des chances de périr assoiffé, soit on se fait attraper par les brigands avant qu'on ait réussi à les semer. Mais chose certaine, tu seras pas l'abri bien longtemps... ''

Asulil semblait tenir absolument à ses livres. Il arqua un sourcil devant la possibilité que le jeune homme pourrait avoir de les récupérer absolument.

''Tu tiens réellement à retrouver tes livres n'est ce pas ? Qu'est ce qui te pousses à vouloir les récupérer absolument ? Car je doute que tu puisses y arriver tout seul.

Il pria presque les cieux qu'Asulil n'est pas cette folle idée en tête. Il ne pourrait pas le laisser aller tout seul en quête de ses précieux ouvrages, pas avec des brigands avide d'un trésor sans doute purement et simplement fictif, qu'on lisait qu'à travers des mots d'un vieux manuscrit...



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 20 Oct 2013 - 19:00 Répondre en citantRevenir en haut

Oui, il était fatigué. Il n’aspirait qu’à une chose. Son chez lui, du thé, un livre. Rien de plus. Il n’était pas vraiment un guerrier dans l’âme. Il avait été formé pour, savait à peu près se battre, mais ce n’est pas pour autant qu’il aimait ça. Il était plutôt du genre calme et solitaire.

Il s’assit donc dans un léger soupire de contentement, satisfait de poser ses fesses sur quelque chose de plus mou qu’un cheval. Il enfila l’écharpe qu’il lui avait faite, déplorant mentalement le fait que Peddyr ait du déchirer une partie de sa tunique. Mais là aussi, ça le soulagea plutôt efficacement. Il détacha une datte de la branche pour la manger. Ils avaient de la chance qu’elles soient mûres, car ça représentait quand même une bonne source d’énergie. Il lui en tendit une lorsqu’il s’assit en face, écoutant ce qu’il disait tout en mangeant un peu.

- Je connais cette légende… Beaucoup de personnes sont allées chercher les ruines… Ils sont soit revenus bredouilles soit… pas revenus. Même les Gens d’Ailleurs ne savent pas ce que c’est, et disent que ce ne sont que des légendes de vieilles femmes.

Il parlait bien sur des quelques marchands, venu du désert faire des provisions et qui repartait dans la journée. Mais personne ne savait d’où ils venaient et n’était dans aucun campement connu de tous. Il regarda un peu mieux autour de lui. Il connaissait cette oasis. Il y venait lorsqu’il cherchait à se cacher. C’était assez loin de son Oasis, vers l’Est-Sud-Est, mais il était déjà venu.

- J’ai des livres qui sont peut-être vieux… Je ne sais pas. Le sable les abîmes vite… Il réfléchit un instant. Nous n’arriverons pas à faire le tour… Les tempêtes arrivent bientôt, nous n’aurons pas le temps…

Et puis, pourquoi ils me chercheraient encore… Vous avez dit que je ne savais pas lire… Ce qui est vrai… Ils ont mes livres, ils n’ont plus besoin de moi. Mais par contre, du barbu si. Donc maintenant, au final, c’était l’escorteur qui était le plus en danger.

Asulil glissa ses doigts dans le sable en réfléchissant pourquoi il voulait tant récupérer ses livres… Peut-être parce que c’était plus ou moins la seule chose qu’il avait… Il s’était réfugié dans les images colorées alors que chacun lui jetait la pierre, au sens littéral du terme parfois. Il avait accepté son sort sans rien dire, laissant les autres médire et pester sur lui. Il savait qu’en rentrant, il pourrait s’allonger et re-re-regarder les images qu’ils connaissaient déjà par cœur et qui lui permettait de rêver d’endroit et de créature qu’il ne verrait surement jamais en vrai.

- C’est la seule chose que je possède et que personne ne m’a jamais prise, jusqu’à présent. Et ça allait changer, parce que oui, il était bien décidé à récupérer ses précieux ouvrages.

Je les ai trouvés ou achetés personnellement, et je ne laisserai personne me les prendre.

Avalant une dernière datte, son regard semblait avoir changé. Il était déterminé et prêt à partir, la fatigue envolée. Il se leva et regarda en direction du village, qu’ils ne voyaient pas.

- Vous avez tué leur chef… Ils vont soit en élire un de suite, soit se battre pour savoir qui va l’être… Ils doivent donc être dans leur… repère…. Il enveloppa son chèche autour de sa tête pour se protéger du soleil, bien décidé à partir.

- Restez ici… Car c’est après vous qu’ils en auront. En plus, seul, vous allez pouvoir rejoindre un autre village plus facilement.

Il avait vraiment changé. Il n’était plus le Torhil qui se laissait faire sans rien dire. Non, il allait agir et aller récupérer son trésor. Quitte à faire couler le sang…. Non en fait, il allait quand même éviter… Il ne fallait pas exagérer. Il serra la livre qu'il gardait dans sa poche. Celui-là, ils ne l'avaient pas eu...



Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 3 Nov 2013 - 14:55 Répondre en citantRevenir en haut

Peddyr sourcilla devant la détermination retrouvée d'Asulil. Il était prêt à tous pour retrouver ses livres, qui n'étaient que de simples objets. Un autre homme aurait pensé que le garde avait pris un coup sur la tête devant une telle absurdité de pensées. risquer sa vie pour des pages reliées entre elles par une reliure de cuir, quelle idée !

L'escorteur ne soufflait aucun mot pendant que le jeune homme se préparait. Bien que ce dernier possédait un désir cher de récupérer ses biens, il n'aurait qu'aucune chance face à une bande de bandits. Avec la maladresse dont il avait fait preuve lors de la venue de la caravane. Mais était-ce réellement le problème de Peddyr ? Il avait appris douloureusement que de vouloir changer les choses n'apportaient que son lot d'ennui. Il l'avait appris chèrement, pour le peu qu'il s'en rappelait. Il ne s'était pas exilé au Ssyl'Shar par simple désir de faire de la découverte dans les dunes de sables. Il fuyait ce qu'il avait été avant.

*Autant le laisser aller, après tout ce ne sont pas mes affaires.*

Malgré cette pensée, il sentit ses tripes se serrer. Ce n'était pas lui de fuir ainsi. Il n'était pas un lâche. et ce jeune garçon s'était retrouvé le nez dans les soucis depuis qu'il l'avait croisé. cela se trouve, si la caravane avait pris un autre chemin, son village aurait été épargné.

Asulil était près au départ. L'escorteur poussa un soupir et mit la sienne, la serrant comme à son habitude pour ne laisser passer que ses yeux bleu acier, durci par la volonté de suivre le jeune homme.

''Bien que ce soit de la folie, je vais pas te laisser te faire écharper tout seul. Même avec ou sans chef, les brigands restent dangereux et tu seras qu'un hors d'oeuvre pour eux. Pour leur repère, chaque chose en son temps. Si tu souhaites retourner au village, il faudra qu'on fasse le grand tour pour y arriver à la tombée de la nuit. On sera moins repérable. ''
*Quelle folie suis-je en train de commettre là. *
''De plus, tu as une épaule qui a été démise. Elle mettra quelques jours à être guérie maintenant. C'est de repos dont tu aurais besoin, plutôt que de rêver bataille pour récupérer tes biens. Donc ma décision est prise, tu partiras pas tout seul. ''

Le cheval qui paisait le peu d'herbacées présentes autour de la petite étendue d'eau leva brusquement la tête, les oreilles tendues en direction d'une des dunes proche. Peddyr la remarqua et n'eut qu'à se retourner pour voir quelques bandits braillards qui galopaient dans leur direction

''C'est pas vrai ! Ils nous ont déjà retrouvés !''

Il allait prendre son épée quand un lasso passa par-dessus lui pour se serrer autour des bras. Il fut tiré violemment au sol, à moitié trainé par un des brigands qui poussait sa monture à trotter dans le sable mou. Un autre faisait tournoyer le sien, dans le but d'attraper Asulil comme un vulgaire bovin.



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 13 Déc 2013 - 00:28 Répondre en citantRevenir en haut

C’était peut-être de simples objets pour la plupart des gens, mais pour Asulil, ç’était plus que ça. C’était son seul véritable bien. Il avait une maison, oui, mais ce n’était que de la pierre, du sable… Rien de bien intéressant, tout le monde avait ce genre de chose. Lui il avait un truc en plus. Son précieux trésor, que chacun lui moquait, mais il s’en fichait. Un jour il leur fera voir, il lirait les livres, raconteraient les histoires qui sont écrites dedans. Un jour peut-être… Bien qu’au fond de lui, il en doutait quand même. Il allait sûrement finir sa vie dans le désert, à garder les portes contre les vers des sables ou les bandits.

Mais pour le moment, tout ça était loin. Il voulait récupérer son trésor, et il allait le faire. Que l’escorteur le veuille ou non et qu’il vienne ou pas. D’ailleurs, Asulil aurait préféré qu’il ne vienne pas. Il en avait assez fait comme ça. Il l’avait aidé, mais il ne voulait pas qu’il se mette plus en danger, surtout pour récupérer ses affaires. C’était dangereux, oui, il le savait, alors autant prendre les risques seul.

Il finit de faire ses affaires et se redressa, regardant l’humain.

À deux nous serions encore plus repérables… Et la nuit promet d’être glaciale, on ne tiendra pas avec ce qu’on a sur nous. C’est-à-dire aucune couverture, rien qui pourrait les couvrir un minimum. Autant dire qu’ils n’iraient pas loin… La lune allait être haute et brillante cette nuit. Autant dire que pour l’obscurité, c’était loupé.

Vous l’avez dit… C’est une folie. Vous n’avez pas à vous mettre plus en danger pour ma folie… Il porta la main sur son épaule. Elle le lançait, c’était vrai. Et il avait mal à pas mal d’autres endroits aussi, mais il ferait avec. Il voulait récupérer ses biens comme il disait… Et il allait le faire, quoi qu’on lui dise. Comment vous convaincre de ne pas venir ? Je ne voudrai pas devoir vous assommer. Il se permit un très léger sourire qu’il perdit bien rapidement en voyant le cheval réagir aussi.

Il ne se retourna même pas et couru directement vers le cheval, plus proche, pour se saisir de l’épée qui y pendait. Les ennuis recommençaient. Son acolyte du moment se fit saucissonner par un des brigands qui se mit en tête de le remplir de sable par tous les orifices en le trainant derrière lui.

Se prenant les pieds dans une bosse, il se baissa à temps pour éviter la corde qui lui était destinée. Il en profita pour attraper le lasso et tirer dessus d’un coup, faisant perdre l’équilibre au cavalier qui gouta au pâté de sable.

Avisant le premier cavalier, il courut vers lui et se jeta sur la corde, tirant dessus de nouveau, de toutes ses forces, plantant ses pieds dans le sable. Le cordage étant accroché au cheval, celui-ci tomba lourdement, roulant dans le sable.

Malheureusement, alors qu’il allait aider son ‘ami’ à se sortir de sa prison, un cavalier lui fonça dessus, bousculant le Torhil en le frappant dans son épaule blessée avec une lame, le projetant en avant, lâchant l’épée qu’il avait récupéré.

La situation était quand même mal partie. Ils avaient été pris par surprise alors que c’est l’inverse qui aurait dû se produire, et ils étaient clairement en sous nombre… Mais il ne se laisserait pas faire pour autant. Il se redressa une nouvelle fois et fit face à un bandit qui lui fonçait dessus. Demandant pardon mentalement, il sortit son poignard au dernier moment et se pencha, taillant dans les jambes du cheval qui bascula en avant, envoyant valser son cavalier plus loin.

Il jeta un coup d’œil sur le côté, essayant de voir si l’escorteur c’était relevé et comment il s’en sortait. Et surtout, s’il avait une idée. Asulil sentait le sang couler dans son dos. On ne l’avait encore pas loupé. Mais il avisa surtout un des chevaux qui portait un sac avec ses livres. Sans attendre, il se jeta vers lui, prêt à récupérer tout ça.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:32 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu