Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Acier et Parchemins Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 362
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 240
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 23 Avr 2013 - 09:08 Répondre en citantRevenir en haut

Iolyaku 918


La cinquième mezzanine était ma préférée. Ballades et épopées me rappelaient les contes de la veillée au coin du feu au village. Les souvenirs se faisaient moins douloureux, il me devenait plus facile d’évoquer mon ancienne vie tranquille de garçon de ferme. La Flèche du Cadastre ressemblait à une conteuse élancée au toit pointu, qui n’attendait que d’engloutir ou de vomir connaissances, savants et curieux. En modeste Chevalier à demi étranger, la bibliothèque attirait ma méfiance et un brin de curiosité. Moi qui savais encore si peu de choses sur mon nouveau Màr, je devais sauter sur toutes les occasions d’en découvrir plus pour ne pas passer pour un malappris débarquant du trou-du-cul du monde – ce qui n’était pas forcément faux.

Après cette rocambolesque rencontre diplomatique au Manoir, l’attaque des morts-qui-marchent et sans compter cette drôle de tâche noire sur ma paume qui ne partait pas au lavage, j’errais comme une âme en peine dans les couloirs du Màr Luimë. Sacrebleu, je vivais ici ! Et je ne connaissais toujours rien aux coutumes, au prix d’une chemise neuve et je me perdais volontiers dans les rues ! Si je ne faisais pas très bientôt des efforts, j’allais rester un étranger pour les années à venir. Je ne me sentais pas encore à ma place ici. En sécurité oui mais cela ne faisait pas tout. Je ne voulais plus être utilisé, balloté ou surprotéger comme ce fut le cas au Màr Tàralöm, d’un lieu à un autre, sous l’égide d’un Maître froid. Maître Garaldhof m’avait appris à survivre, à me méfier de tout ce qui rampe, vole, nage et court sur cette terre. S’il m’avait redonné foi en la vie et permit de me reconstruire après le désastre en Vaendark, le Màr Luimë devait favoriser mon épanouissement et me faire grandir. C’était du moins ce qu’avait dit Elérion un jour. Mon Bronze profitait du soleil printanier, en chauffant ses ailes, dans la Baie d’Eau Claire. J’errais seul dans la Flèche du Cadastre, ma main caressant le dos des livres et des rouleaux au fil de mes pas.

Quand une présence se fit discrètement entendre à quelques pas derrière moi. Mon ouïe fine de Neishaan sut qu’il y avait quelqu’un pas loin. La bibliothèque ne saurait être vide à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Mais j’avais espéré être seul, pour ruminer tranquillement dans mon coin. Je jetai un rapide coup d’œil par-dessus mon épaule, vaguement intéressé, presque morose et me figeai.

- Dame ?...



Visiter le site web du posteurMSN
Publicité





MessagePosté le: Mar 23 Avr 2013 - 09:08 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Lalwendë Valendil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 24 Avr 2013 - 16:07 Répondre en citantRevenir en haut

La Flèche du Cadastre. L'ancienne Dame du Màr Luimë s'y rendait quotidiennement. Son amour des livres, connu de tous, était son alibi officielle pour ces visites. Plus officieusement, la vieille elfe s'y rendait pour visiter un ami. Un ami tombé en disgrâce, un ami qui, s'il s'était montré à visage découvert à l'Agora aurait sans doute été lapidé par ses anciens administrés... Folken n'était plus que l'ombre de lui-même. Depuis le coup d'Etat il vivait reclus dans l'une des cellules qui se nichait à l'intérieur des murs épais du troisième étage de la Flèche. Il restait la plupart du temps allongé sur une natte, se levant parfois pour griffonner furieusement des textes qui n'avaient guère de sens...

Malgré la folie de l'ancien despote, Lalwendë continuait à le visiter quotidiennement. Parce qu'il était son ami avant tout, et que les valeurs de la vieille elfe l'obligeait à respecter les serments d'amitié jusqu'au delà de la mort. Parce qu'elle l'avait toujours soutenu, dans ces choix et dans ses erreurs. Et enfin parce qu'elle se sentait vaguement coupable de son opprobre: ne l'avait-elle pas nommé comme son successeur au trône du Kaerl Englouti? Folken, malgré sa folie, était resté comme un point de repère dans sa vie qui s'écroulait par pans entiers depuis quelques années.

En remontant la première volée de marches qui montait au quatrième étage, marche par marche, d'un pas empesé par l'arthrose de ses genoux, Lalwendë songeait à cette lente descente. Autrefois, elle s'était toujours élevée, parfois de son propre chef, parfois porté par l'enthousiasme d'autres. Lorsqu'elle avait laissé le pouvoir à Folken, elle continuait, en petite partie, à exercer le pouvoir, via des conseils avisés qui ne tombaient pas toujours dans l'oreille d'un sourd. A dire vrai, le passage au second plan, après sa démission, n'avait pas été un douloureux renoncement. Elle l'avait volontairement décidé, et ne s'était pas retirée pour autant. Nombreux étaient ceux qui venaient la solliciter, nombreux étaient les ordres qu'elle continuait à donner.
En vérité, dans un Conseil sans Chef charismatique, et sans Second, elle gardait la place clef qu'elle avait toujours aimé avoir: décider, influencer, pour mieux exercer le pouvoir...

Et puis... Et puis, "la démocratie s'était exprimée". Comme si l'ordre n'était pas plus important que la démocratie! Les appétits engloutis aiguisés par quelques fauteurs de troubles avaient porté sur le trône Dinjelaï Al'Ysiria...
Lalwendë poussa un léger soupir. Elle était parvenu au quatrième balcon. Mais l'objectif de son ascension se trouvait au cinquième, elle le savait. Elle s'octroya une pause pour reprendre son souffle, puis reprit sa difficile ascension.

Dinjelaï, Dinjelaï... Oh bien sûr, la Chevalière Blanche était une personne agréable, que Lalwendë avait particulièrement apprécié autrefois. Elle était capable de travail et de dévouement, ça elle l'avait prouvé quand elle avait accédé au poste de Maître des Rumeurs. Au passage, poste qui lui avait été accordé par... Lalwendë, ne l'oublions pas! Le fait que son Lié soit un dragon mâle, et blanc de surcroit, passe encore. Qu'elle soit originaire du Màr Menel était déjà plus dur à avaler, mais la politique de la vieille elfe était de donner leur chance aux jeunes. Donner leur chance, oui. Se laisser surpasser, il ne fallait pas exagérer !
Dinjelaï avait montré son vrai visage lorsqu'elle avait sournoisement abandonné le Conseil, pire encore, elle avait fait le choix déshonorant de trahir son Seigneur !

Lalwendë marqua une nouvelle pause, à la moitié des marches. Ses sourcils froncés faisaient naître de petites ridules aux coins de ses yeux. Ah ça! Maintenant elle était coincée: son honneur l'obligeait à servir le Kaerl, et sa Dame. Son orgueil s'offusquait d'être véritablement passée au second plan à fortiori derrière une femme plus jeune, qui ne lui devait rien. Enfin son coeur lui soufflait que la tradition n'était pas respectée. En tant que Dame, elle avait souffert d'être enfermée, par mesure de protection, au sein de son Kaerl. Presque quatre années pendant lesquelles elle n'avait pu voir la lueur directe du soleil qu'en de très rares, et très officielles, occasions! Et voilà que maintenant la nouvelle Dame se permettait des excursions tous les quatre matins, déléguant son noble pouvoir, ses respectables responsabilités, à toute la piétaille de nouveaux Conseillers qu'elle avait ramenée avec elle... Une Dame par intérim, oui!

Arrivée au cinquième étage, Lalwendë sentit son ressentiment fondre comme neige au soleil: et voilà, avec la vieillesse elle devenait de plus en plus lunatique! A moins que ce ne soit l'humeur toujours massacrante de Rakauth qui ne déteignait sur elle. Elle passa ses mains sur son visage, tentant vaguement d'effacer les rides qui la dérangeaient, se força à sourire, et s'avança tranquillement vers une silhouette à la chevelure de neige qui l'intéressait tout particulièrement pour aujourd'hui...
Galaad perçu son arrivée et se retourna, avant de manifester son étonnement:

Le bon jour Chevalier Galaad.

Son escalade l'avait essoufflée et fatiguée, elle désigna la chaise qui faisait face au jeune homme:

Ouf, vous permettez que je m'assoie?

Sans attendre sa réponse, elle tira la chaise et s'y reposa. Le dos bien droit, elle passa ses doigts dans sa chevelure argentée et offrit un sourire au Chevalier:

Comment allez-vous jeune homme? Votre tache s'est elle effacée?
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 362
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 240
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 25 Avr 2013 - 09:43 Répondre en citantRevenir en haut

L’ancienne Dame du Kaerl se dressait derrière moi, dans toute sa majesté. Malgré son grand âge, elle demeurait impressionnante. De plus, c’était une Maîtresse Argentée et les Reines, quelles que soient leur robe d’écailles, me terrifiaient autant qu’elles me fascinaient. Et je soupçonnais fortement mon Lié d’y être pour quelque chose, que ses satanées hormones de Bronze m’influencent d’une manière ou d’une autre. Depuis mon retour en grâce au Màr Luimë, j’avais dû soigneusement engranger jusqu’à la saturation tous les bouleversements qui s’y étaient produis durant mon absence. Défection de la sage Elfe au profit de son vieil ami, crise économique et sociale, coup d’état populaire : une réaction en chaîne qui avait propulsée Dame Al’Ysiria à la tête de la cité engloutie. Si je respectais la doyenne du Màr, j’éprouvais plus encore d’admiration et de reconnaissance pour celle qui nous avait sauvés, Elérion et moi. Je devais pratiquement tout à Dinjelaï Al’Ysiria, n’en déplaise à la grande dame Lalwendë Valendil.

- Bonjour, Dame Valendil, fis-je en m’étranglant à moitié avec ma salive.

J’étais facilement impressionnable, avouons-le. Ses paroles suivantes me firent balbutier tel un idiot du village. Je regardais ma paume tachée comme si c’était la première fois que je la voyais puis la cachais aussitôt dans mon dos dans un réflexe.

- Je euh… Non, elle ne part pas. Je dois avoir attrapé une allergie.

Oui, c’était sûrement ça. Cette petite tache noire incrustée dans sous ma peau me faisait longuement réfléchir depuis que je l’avais découverte, après l’attaque des morts-qui-marchent. J’avais osé questionner un peu autour de moi mais personne n’avait su me dire ce que cela signifiait. Ma méfiance se réveilla soudain. Que me voulait Dame Valendil ? Rusée mais bienveillante en dépit du fait d’être liée à un Reine Argentée au caractère soi-disant irascible – je n’étais pas allé vérifier -, l’Elfe ne devait pas venir faire la conversation à tous les chevaliers-dragons du coin sans une bonne raison. Quoique, je ne devais pas être un Chevalier ordinaire, à ses yeux. Je m’étais lié sur les sables volcaniques du Màr Tàralöm : ce n’était pas rien. Allais-je encore être un jouet politique ? Oh, rien que d’y penser, cela me donnait la migraine. La politique et moi ne faisions pas bon ménage.

- Je peux vous aider ? Vous cherchez un livre, M’dame ?



Le RP se passe quelques jours avant celui à l'infirmerie.



Visiter le site web du posteurMSN
Lalwendë Valendil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 30 Avr 2013 - 10:14 Répondre en citantRevenir en haut

Le malaise du Chevalier était palpable. Elle en était à la fois désolée et vaguement rassurée. Ainsi, malgré la déchéance de son pouvoir, que Rakauth n'arrêtait pas de lui reprocher, elle continuait à impressionner les jeunes âmes du Màr Luimë... A l'évocation de la tache noire qui ornait sa main, Galaad l'avait vivement dissimulée derrière son dos, geste trop singulier pour une banale allergie. Mais Lalwendë ne venait pas pour cela, et elle ne voulait pas être désobligeante en mettant en doute la parole du Neishaan. Elle se contenta d'un haussement d'épaule et suggéra:

Vous devriez peut-être consulter Nealyan, elle aura certainement un remède contre cette... allergie.

Maintenant qu'ils en avaient fini avec les échanges polis et parfaitement banals, elle remarqua que son interlocuteur se tortillait d'une fesse sur l'autre... Inutile de faire durer le suspens, autant aller droit au but pour ne pas torturer Galaad inutilement:

Merci mais je ne suis pas à la recherche d'un livre Galaad, c'est gentil. Je suis à la recherche d'une solution. A un problème qui se pose...

Sur ces mots étranges, l'ancienne Dame s'absorba dans ses pensées. C'était délicat... Comment aborder le sujet... ?

Cela fait quelques temps que vous vivez parmi nous maintenant... Vous vous plaisez au Màr Luimë Galaad? Vous trouvez des occupations? Vous vous êtes fait des amis?

La vieille elfe marqua une petite pause dans le flot de ses questions, puis, avant que le Neishaan n'ai pu prendre la parole, elle continua:

La dernière mission que vous avez effectuée pour notre Dame... Vous a-t-elle plu?
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 362
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 240
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 2 Mai 2013 - 08:57 Répondre en citantRevenir en haut

Quelle grande dame ! Sa dignité de doyenne et de Maîtresse Argentée ne l’empêchaient pas de s’assoir face à un banal Chevalier en plus d’être issu d’un Kaerl étranger. Je l’écoutais d’une oreille distraite, incapable de me tenir tranquille. J’attendais la chute. Me retrouver en face des puissants ne me plaisait déjà pas chez les Ardents. Alors ici, dans mon nouveau chez moi, encore moins. Même la mention de faire une visite à la Guérisseuse ne réveillait pas le colosse qui se faisait dorer au soleil. Le sommeil d’Elérion était aussi profond qu’un abyme. Ce fut face à l’hésitation – étudiée ou non – que ma méfiance se raviva brutalement, comme un feu dormant qu’on attise avec vigueur. Je me raidis. On arrivait au cœur du problème. Je déglutis avec peine. Allait-on encore m’utiliser et me forcer à agir contre mon gré ?

Les questions de Dame Valendil me déroutèrent. J’hésitai à lui répondre tout de suite. Ma langue se délia d’elle-même. Quels risques prenaient-je à montrer que je m’intégrais au Màr ?

- J’aime bien mes nouveaux appartements ! Il y fait moins chaud que… euh… avant. Il m’arrive encore de me perdre dans les rues du Kaerl mais ça va. Je trouve ça plutôt inquiétant quand même d’avoir tant d’eau au-dessus de la tête… Mais on s’y fait ! Elérion passe le plus clair de son temps en compagnie des autres dragons, il chasse avec eux. Et j’ai fait la connaissance de quelques chevaliers-dragons. Nolan, je veux dire le Chevalier Lancaster, il me donne des leçons sur la vie du Kaerl et son histoire. Et il y a Amaélis ! Je ne l’ai pas vue depuis un certain temps mais je sûr qu’elle va bien : sa redoutable Liée y veille.

Comment résumer le bien-être qu’on ressent face à ce sentiment de sécurité et de liberté ? Le Màr Luimë avait bouleversé mes perspectives d’avenir. Si la rencontre avec l’Aspirante Lilwen Izil m’avait permis d’alléger ma haine envers les Ardents, je ne pouvais pas encore pardonner à certains d’entre eux de m’avoir maltraité et façonné à l’envie pendant presque trois ans. Ma rancœur n’avait certes pas disparu : elle était simplement moins douloureuse. Aujourd’hui, je pouvais choisir qui je voulais être, n’est-ce pas ?

- Je me sens bien ici.

Puis je me rappelai la dernière question…

- … Je suis vraiment obligé de répondre ? Que voulez-vous de moi, m’Dame ?

Oui, j'étais fier d'avoir servi le Màr et Dame Al'Ysiria. J'étais heureux d'avoir enfin servi à quelque chose, d'avoir contribué à protéger ce que je voulais être ma nouvelle maison et ma nouvelle famille. Je l'étais plus encore de l'avoir fait de mon propre chef. je m'aimais pas qu'on me force la main. Mais ce n'était pas pour autant que je me sentais prêt à recommencer. J'avais faillis mourir, face à une vieille légende du Vaendark prenant corps et je portais encore la marque de cette attaque de "morts-qui-marchent". Et revoir des membres du Màr Tàralöm, même inconnus, avaient remué de déplaisant souvenirs en moi. Et, soyons honnête,s il allait vraiment falloir que j'ajoute des leçons de pugilat et d'escrime à celles d'apprentissage de la lecture et de l'écriture !

Malgré moi, la défiance perça dans ma voix comme une forme de résistance, me rendant un peu brusque. Je fronçai imperceptiblement les sourcils. La Maîtresse Argentée avait une idée derrière la tête, c’était évident. Les inflexions de sa voix la trahissaient. Je lui faisais confiance. Elle aussi avait participé à mon sauvetage et à mon intégration. Elle avait en sorte que le Conseil ne divulgue rien de mon passif d’Ardent et je lui en étais extrêmement reconnaissant. Mais ne pouvait-on pas me laisser tranquille ?!



Visiter le site web du posteurMSN
Lalwendë Valendil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 22 Mai 2013 - 15:55 Répondre en citantRevenir en haut

Lalwendë avait posé sa main dans son menton en écoutant Galaad exposer ses satisfactions. Les petites ridules qui contournaient sa bouche creusaient d'infimes sillons qui ne la dérangeaient plus. Lorsque le nom du Chevalier Lancaster sorti de la bouche du neishaan, elle dû se contrôler pour ne pas froncer les sourcils. En voilà un bel opportuniste qui n'avait pas été élevé avec le goût du travail. L'exemple même du copinage qui sévissait au Kaerl, jusqu'au Conseil du Màr!
La vieille elfe s'abstint du moindre commentaire, mais elle dû pour cela se faire violence. Lancaster, donner des leçons de vie? Quelle blague! Elle se contenta de hausser les épaules et de passer au sujet suivant.

L'évocation de la dernière mission de Galaad n'était visiblement pas agréable au Chevalier Bronze. Pourtant, Lalwendë elle même avait regardé partir l'escorte de Bronzes de Dinjelaï avec un sourire, le coeur gonflé de fierté. Bizarrement, le jeune homme n'en avait pas gardé la même image...

Oh, je ne veux rien Galaad! Du moins, je n'exige rien! marmotta la vieille femme, dans l'espoir de paraître plus faible, plus inoffensive.

La vérité, c'est que je me soucie de la sécurité de notre Dame, puisque personne ne semble le faire dans ce Màr! Enfin, personne a part vous Galaad, puisque vous n'étiez pas obligé de vous y rendre à cette, heu, réunion...
La vérité tout à faite exacte, c'était surtout que Lalwendë aurait donné cher pour savoir ce qui pouvait bien se tramer lors de cette rencontre... Avec qui d'ailleurs? Dinjelaï avait dit au Conseil qu'elle se chargerait de remettre les pendules à l'heure avec les Ardents pour clore l'histoire d'Amÿlio le traitre, mais était-ce sa seule mission? Et puis pourquoi avoir eu un tel incident à la sortie? Pourquoi avoir choisi une heure nocturne pour une telle rencontre?

Bref, toutes ces questions, Lalwendë n'y avait trouvé aucune réponse en lisant le maigre rapport qui avait été donné au Conseil par Lancaster, encore lui! Il fallait donc à l'ancienne Dame une source fiable...

Vous vous êtes porté volontaire pour cette mission, je crois? Dans quel but Galaad? Volonté de servir le Màr? Envie de sortir d'un quotidien monotone? A moins que la personne de notre Dame soit aussi agréable à protéger qu'à regarder?

Lalwendë avait baissé la voix, et un sourire un peu mesquin avait étiré ses lèvres lors de la dernière question. Si Galaad était amouraché de Dinjelaï, alors cela remettait en cause son potentiel d'être une source objective...
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 362
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 240
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 26 Mai 2013 - 22:06 Répondre en citantRevenir en haut

- Je… Je euh…

Mince alors. Je me retrouvais aussi démuni qu’un Aspirant de base après avoir bouché les toilettes de son dortoir. Etre lié à une Reine Argentée n’était pas sans risques. Cette vieille Elfe devait forcément avoir des idées tordues derrière la tête. On ne méritait pas l’âme d’une dragonne aussi puissante sur un joli minois. Je ne voulais pas redevenir un instrument entre les mains des puissants. »Croyez-vous que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes au dehors de nos murs ? Vous ne pouvez pas restés éloignés des troubles du Kaerl, personne ne le pourra plus bientôt. » avait dit la Maîtresse Blanche Kim Garean ce jour-là au Havre d’Argent. C’était sans doute vrai mais j’avais espéré y échapper un peu plus longtemps.

- Je ne pense pas… Mais c’est le devoir de tout membre de l’Ordre, non ?...

Je pouvais difficilement en placer une. Encore aurait-il fallu que j’articule et parle un peu plus fort, ceci dit. Nolan avait oublié les leçons d’étiquette dans son paquetage de la semaine dernière. Je ne savais pas du tout comment parler en respectant le protocole à une doyenne du Màr. J’allais encore passer pour un idiot. Au moins, je n’étais pas dépaysé depuis le Kaerl Ardent !

- Je suis un Chevalier du Màr Luimë, désormais. Je sers le Kaerl du mieux que je peux, dis-je plus fermement en bombant le torse. Ma Dame, rajoutai-je ensuite précipitamment.

Qu’est-ce que c’était que ce sous-entendu ? Une question piège ? Une épreuve à passer ?

- Dame Al’Ysiria nous a sauvés la vie, à Elérion et moi. Elle nous a ouvert les portes du Kaerl, sans nous juger pour notre Empreinte sur des sables étrangers. Pour tout cela, pour nous permettre de vivre ici et de recommencer une nouvelle vie, je… Je l’admire et la respecte profondément.

Je me sentais inexplicablement redevable envers la Dame Dinjelaï et la chance de pouvoir vivre dans la Cité Engloutie. Mais cela n’allait pas plus loin, je préfère les Ondines et les Neishaanes aux Elfes si vous me pardonnez. Fuir ne faisait plus partie de mes options, maintenant. Il fallait bien que je serve à quelque chose, non ?

- Je ne demande qu’à servir le Màr Luimë.



Visiter le site web du posteurMSN
Lalwendë Valendil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 7 Juin 2013 - 20:35 Répondre en citantRevenir en haut

Les longs doigts de Lalwendë, à peine déformés par l'arthrose, pianotaient doucement les uns contre les autres sur un rythme tranquille. L'ancienne Dame avait posé ses coudes sur la table et écoutait attentivement les balbutiements déstabilisés du Chevalier Bronze.
Etait-ce de part sa liaison avec une Reine? La Maîtresse Argentée avait un respect tout particulier pour les liés de Bronzes. Et plus encore quand le Bronze faisait preuve de puissance et de vivacité. Elle ressenti brièvement l'amertume de Rakauth à travers leur Lien: la dragonne n'aurait pas dédaigné d'être rattrapée par Elérion lors d'un de ses vols nuptiaux. Et au vu du fiasco de la précédente Empreinte, l'Argentée ne prendrait sans doute plus jamais son envol portée par les chants des Dragons Engloutis... Mais ce n'était pas le sujet du jour. Une fois de plus, Lalwendë repoussa les pulsions charnelles de sa Liée, se recentrant sur les paroles de Galaad.

Le Neishaan n'avait pas sourcillé à sa perfide remarque sur d'éventuels sentiments que pourrait lui inspirer Dinjelaï. Bonne nouvelle. Il était porté par l'ambition de servir son Kaerl. Très bonne nouvelle. Petit à petit, il avait cessé de se recroqueviller sur sa chaise, jusqu'à bomber le torse fièrement. Lalwendë lui offrit un sourire respectueux. Elle préférait les hommes droits, accordait plus d'estime à ceux qui se battent pour leurs convictions. Il lui semblait que Galaad était encore à la moitié du chemin qui l'amènerait vers l'homme accompli qu'elle voyait en lui. Comme un chien battu pendant sa jeunesse, ne sentant pas le prochain coup venir, il relevait prudemment le museau.
La vieille femme croisa ses doigts noueux, et posa ses mains jointes à plat sur la table:

Servir le Màr Luimë. La plus respectable et la plus essentielle de nos missions. Elle inspira profondément, et poursuivit, avec tous les accents de modestie: Pendant les moments de sérénité que m'accordent mes vieux jours, j'aime à penser que servir le Màr Luimë a été le moteur de la moindre de mes actions.

Elle aurait eu envie de s'étaler d'avantage sur toutes les mesures qu'elle avait prises, discuter pendant des heures de tous ces choix, bons et moins bons, comme aiment à le faire les vieilles personnes afin de mieux réinventer leur passé. Mais face à elle se tortillait un jeune homme qui désirait ardemment en arriver au but même de cette rencontre.

Servir le Màr Luimë cela peut se faire de multiples façons... A mon niveau, ce peut être de guider par son expérience la Dame en exercice, afin d'orienter au mieux ses décisions. C'est ce que j'essaie de faire au quotidien, c'est le rôle des Conseillers. Elle voyait à son regard que Galaad semblait un peu perdu. Elle avait tellement envie de parler d'elle qu'elle en venait à brouiller les pistes. Elle se repris aussitôt: Mais lorsque la Dame en exercice est aussi... hum, dynamique, que Dinjelaï, servir son Màr, cela peut-être simplement de... la protéger.

Elle se gratta la gorge et essaya de déchiffrer l'expression du Chevalier, n'y parvenant pas, elle poursuivi:

La protéger des autres, bien sûr. Mais parfois aussi... La protéger d'elle-même.

Elle jaugea Galaad du regard:

Je trouve que votre profil correspond parfaitement à cette mission, qu'en dîtes vous? Désirez vous toujours servir votre Màr Galaad?
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 362
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 240
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 16 Aoû 2013 - 18:29 Répondre en citantRevenir en haut

J’en avais des sueurs froides. La proximité d’une aussi grande dame ne me laissait pas indifférent. Pourquoi souhaitait-elle tant m’entretenir de l’avenir du Màr ? Est-ce que j’y avais une place ? Ou voulait-elle seulement se servir de moi, et mieux me tenir à l’œil au vu de mon passé rocambolesque ? Je frôlais la paranoïa, j’en étais parfaitement conscient mais c’était plus fort que moi. Je décidai de me focaliser sur les paroles de la Dame Argentée pour ne pas perdre le fil, histoire de ne pas paniquer pour rien. Je commençais à avoir du mal à suivre. Sous mon crâne, tout s’emmêlait. La vieille Elfe semblait se retenir de ne pas trop parler d’elle et tenter de ne pas dériver du sujet principal. Sujet qui me paraissait d’ailleurs très nébuleux. Presque aussi clair que du jus de chaussettes !

Puis, lentement, le sens de toutes ces questions émergea. Servir le Màr. Protéger Dame Dinjelaï. D’elle-même s’il le fallait. D’accord. Mais ça consistait en quoi, au juste ?

- Je ne suis pas sûr de bien vous suivre…

Elérion choisit cet instant pour émerger de sa sieste et s’inviter dans mon esprit. Le dragon semblait avoir déjà son opinion sur la question. Peut-être nous avait-il espionnés depuis le début, en fait ! Cela n’aurait rien d’étonnant, il avait toujours eu le sommeil léger.

° Elle veut t’offrir un poste à responsabilités, Galaad. Te sens-tu prêt à réellement œuvrer pour ce Kaerl ?
Je crois que oui… Qu’ai-je à y perdre ? Personne ne me connait vraiment, ici. Je n’ai pas de réputation à ruiner !
Je ne parlais pas de ça, petit homme. Tu t’engages à servir autrui, pas seulement nous. °


Je me redressai un peu plus sur mon siège, au lieu de me laisser aller et de m’aplatir. Pas question de paraître ridicule devant Lalwendë Valendil ! Est-ce que je voulais vraiment servir le Màr Luimë et ses habitants ? Pas vraiment. Je m’étais toujours plus préoccupé de ma personne – ou même d’Elérion. Servir et protéger Dame Al’Ysiria ? Oui ! Elle nous avait sauvés, mon Bronze et moi et je ne savais toujours pas comment la remercier. C’était impensable. Je me sentais éternellement redevable envers elle. J’avais faillis mourir, séparé de mon Âme Sœur, après avoir enfin eut le courage de fuir le Màr Tàralöm. Ma nouvelle vie avait débuté grâce à Dinjelaï et Anareinth. Les décevoir, leur faire honte était totalement exclu !

Je m’éclaircis la gorge tandis qu’Elérion enroulait sa conscience autour de la mienne pour me communiquer sa force.

- Dame, si Dame Al’Ysiria n’y voit pas d’inconvénients, ce serait un honneur que d’être son chevalier servant ! Le Màr Luimë est ma nouvelle famille. Si peux le servir, j’en serais heureux. Que dois-je faire ?



Visiter le site web du posteurMSN
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:20 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu