Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Grand soir au Baiser du Faucon Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 31 Déc 2012 - 16:09 Répondre en citantRevenir en haut

Dinjelaï leva les yeux sur l'enseigne de fer forgée fraîchement huilée qui se balançait tout doucement au gré des caresses du vent. Le faucon d'émail brun tenait dans son bec une rose dont le rouge avait été ravivé récemment. Un sourire apparu dans l'ombre de la capuche qui dissimulait son visage. D'habitude, un lampion s'allumait derrière le carreau, seul indice perceptible de l'extérieur pour indiquer que l'établissement était ouvert, de lourds rideaux de velours rouge masquant l'animation de la grande salle. Aujourd'hui, jour de fête, plusieurs dizaines de petites flammes brillaient alors même qu'elle arrivait plusieurs heures avant les premiers clients.
L'elfe poussa la porte, et la chaleur lui fit immédiatement repousser son capuchon lourd. Une agitation fébrile animait la grande salle. Les clients n'arriveraient que dans quelques heures, il s'agissait de faire les derniers préparatifs! Se repoudrer le nez (
), allumer les bougies sur chaque table(
), enfiler les costumes pailletés(
)... La tenancière reconnu aussitôt la nouvelle arrivante et se porta à sa rencontre, un large sourire aux lèvres:

Dame Al'Ysiria, c'est un grand honneur que votre venue!

L'intéressée haussa les épaules:

Vadielle, cela fait longtemps que je ne suis pas venue, c'est vrai, mais en dehors du statut, je n'ai pas changé!

Les joues de la femme rosirent, mais Din se garda bien de croire à cette spontanéité. Ce n'était pas pour rien que la tenancière était autrefois l'une des comédienne les plus en vue du continent! Elle lui tapota l'épaule:

J'espère que cela ne te dérange pas que je sois venue un peu en avance? Je tiens beaucoup au Baiser, même si je n'y suis plus venue depuis quelques temps, je lis tes rapports chaque semaine.

Vadielle était une connaissance de très longue date de Dinjelaï, l'humaine avait été d'une beauté stupéfiante, et même si on avait du mal à croire qu'elles avaient à peu près le même âge, il fut un temps où leurs vies se croisaient très régulièrement... Quelques années plus tôt, Vadielle avait évoqué ses projets de mettre à profit sa réputation pour bénéficier d'une confortable retraite, et Dinjelaï avait aussitôt apporté les fonds nécessaires au lancement de cette entreprise: un établissement de goût, extrêmement sélectif, proposant des relations avec de jeunes hommes dotés de nombreuses qualités... Depuis, Dinjelaï touchait chaque mois une rente qu'elle réinvestissait souvent dans les propositions de Vadielle.

Je t'en prie, fais moi visiter, j'ai l'impression que beaucoup de choses ont changé ici!

Vadielle maugréa un peu pour la forme, puis lui fit visiter la grande salle, éclairée par les bougies ainsi que les nombreux poêles importés de Vaendark en céramique incrustée de verre, qui projetaient des motifs floraux autour d'eux. Ce soir, les tables s'organisaient autour d'une estrade centrale sur laquelle un homme répétait une danse lascive qui fit hausser les sourcils fins de Din. Vadielle lui fit grimper ensuite les escaliers discrets au fond de la salle, qui s'ouvraient sur une mezzanine cosy, puis sur un couloir. Vadielle lui présenta les dernières améliorations de décorations dans les chambres: toutes dans des camaïeux de couleur différents, mais disposant toutes d'un lit dans lequel quatre personnes auraient pu dormir à l'aise, ainsi que d'une grande baignoire. L'elfe hocha la tête et un sourire étira ses lèvres, elle glissa un compliment à la maîtresse des lieux, puis elles revinrent sur la mezzanine, et Din découvrit alors les alcôves qu'elle n'avait même pas repéré au premier regard. Dissimulées derrières des rideaux de velours, les trois étaient vides pour l'heure. Une banquette en U, une table en bois de merisier, le tout presque sans fioriture.

Hé bien, si le repas est à la hauteur de la décoration, j'en ferais volontiers mon quartier général!

Vadielle éclata de rire, puis prétexta des milliers de choses à faire pour s'éclipser. Din la pria de mettre au frais une bouteille de vin pétillant des coteaux d'Orën, puis s'assit dans un profond fauteuil de la mezzanine, et suivi le déroulement des opérations depuis l'étage. La scène était disposée de manière à offrir le meilleur point de vu aux clients qui se tenaient près de la balustrade.
Din observa d'un oeil détaché les hommes au corps huilé et à la musculature exacerbée répéter leurs scènes ou leurs chants, elle reconnu le délicat
faire un surprenant numéro avec un chaton apprivoisé, puis plusieurs femmes de tous genres défilèrent sur le podium dans des tenues qui exposaient plus qu'elles ne dissimulaient les atours féminins avec force plumes, paillettes et dentelles.


Dinjelaï en oublia presque ce qu'elle venait faire dans ce lieu si particulier... Revenant à elle, elle surveilla l'horloge. Anaviel devait arriver sur les coups de vingt et une heure, pour le début du spectacle. Elle avait encore une heure d'avance, elle redescendit boire un verre au comptoir.
Finalement, la tenue qui lui avait valu un sifflet approbateur de Nolan semblait monacale à côté des artistes du soir, maintenant qu'elle avait ôté sa capeline, sa tunique courte et au décolleté plongeant dans les tons gris et bleus la faisaient presque passer pour une enfant sage. Elle croisa les jambes et vérifia une énième fois que le vol n'avait pas fait un accroc sur ses bas.

Vadielle chassa ses artistes vers les loges, les clients n'allaient plus tarder. Seuls les serveurs et serveuses, dans des tenues très légères, demeurèrent dans la grande salle. Dinjelaï adressa un regard complice à la tenancière, puis elle monta sur la mezzanine.

Le spectacle n'allait plus tarder à commencer.
Publicité





MessagePosté le: Lun 31 Déc 2012 - 16:09 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2013 - 01:49 Répondre en citantRevenir en haut

Comme à son habitude, Anaviel aimait à s'isoler en dehors du Kaërl Ardent.
Généralement, c'était au Pics Cendreux qu'il y trouvait son bonheur. Certes les paysages n'étaient pas spécialement agréables à voir mais au moins il était sûr de ne pas être dérangé par un quelconque visiteur inconvenant.

Parfois, il lui arrivait d'aller se promener un peu plus loin, ce qui le faisait disparaître du Màr Taralöm pendant des jours et c'était d'ailleurs à cette fois là qu'un évenement plus ou moins inattendu se produisit.

Alors qu'Anaviel arrivait en sortie du dédale montagneux des Pics de Cendre, il croisa un lézard de feu doré qui le fixait étrangement. Cette rencontre était en soi inattendue mais le plus surprenant était surtout la missive que le gros reptile tenait entre ses serres.

La créature semblait cependant pressée de quitter cet endroit. Visiblement, l'environnement alentour ne semblait guère être à son goût. Le saurien se hâta donc de lâcher le rouleau de parchemin avant de s'enfuir via l'interstice sous le regard perplexe de l'elfe sombre.

Ramassant le parchemin, Anaviel découvrit qu'il possédait le sceau de la Dame Neutre et qu'il était à son attention à lui et à lui seul. La curiosité l'envahit et il s'empressa dès lors d'en lire le contenu.

Citation:
Cher ami,
J'aimerais que nous nous rencontrions prochainement afin de discuter de l'accord passé entre nos Kaerls. Il serait bon, je crois, à quelques semaines de sa signature, que nous faisions le point sur l'avancée de sa mise en place, les éventuelles difficultés rencontrées, et les projets à venir qui viendraient concrètement annoncer aux Orëanniens notre rapprochement.
Il se trouve qu'un établissement discret mais prestigieux de Lomëanor donne un petit spectacle pour l'élite de sa clientèle. Ne serais-ce pas l'endroit idéal pour une entrevue? Le Màr Luimë y possède une alcôve privée que je me fais fort de réserver si le coeur vous en dit.

Dans l'attente de votre réponse, je vous prie d'agréer mes sentiments les plus cordiaux.
Dinjelaï.


PS: pour l'heure, je ne pense pas y convier Nolan Lancaster. Au vu de l'utilité de votre ami Orathor lors des négociations, je vous prie instamment de ne pas troubler ses activités quotidiennes, il paraît peu probable que son raffinement soit apprécié Au Baiser du Faucon.


Une rencontre entre la Dame Neutre et lui, seule à seul ? Voilà qui était intéressant. Cependant, Anaviel que connaissait pas très bien Lomëanor et l'établissement du Baiser du Faucon encore moins. Peut-être Zaknafein en saurait-il plus à ce sujet.

~~~~~~


Une fois rentré au Kaërl, Anaviel demanda au Brun s'il connaissait l'endroit indiqué.

°Pourquoi tu me poses cette question ? Qu'est-ce que je suis censé savoir de ce patelin, moi ?°

°Peut-être parce que je sais que tu n'hésites pas à prendre forme humaine pour aller boire en compagnie de jeunes aspirants pendant que j'ai le dos tourné... Tu pensais que je n'en savais rien ?°

°Tch ! Qui m'a vendu que j'le bouffe ?°

°A dire vrai, personne. Je t'ai juste piégé. Sinon j'attends toujours d'entendre ce que tu sais du Baiser du Faucon...°

°'Foiré ! J'en sais rien de ce coin-là mais de toutes façons, même si je savais quelque chose, je te dirai que dalle ! M'enfin tu devais te douter qu'au nom, tu vas devoir rouler des pelles à des dindes. Har har har !°

°Merci d'avoir apporté ta petite touche de poésie, je la trouve amusante, je dois l'avouer.°

°Pas de quoi. C'est pour quand ce rendez-vous ? Si j'ai soif, je pourrai toujours te déposer à l'entrée.°

~~~~~~


Enfin, le jour était venu. Anaviel se présenta au lieu de rendez-vous ou du moins devant l'entrée. En observant, le bâtiment, l'elfe comprit assez vite pourquoi son Lié ne semblait pas être intéressé... Trop de finesse en effet.

Poussant la porte, Anaviel comprit dès lors que cet endroit n'était guère singulier et que par dessus tout, cet endroit pourrait bien un jour causer sa perte.

En effet, entre les fumées d'encens brûlés et les magnifiques créatures composant le service, l'elfe sentait déjà ses sens lui échapper et le faire presque oublier ce pour quoi il était venu. L'Ardent se sentait déjà comme dans un rêve.

"Messire ?"

Un appel revint le ramener à la réalité.

"Vous devez être Messire Ïndalwë. Dame Al'Ysiria nous avait prévenus de votre présence, soyez le bienvenue. Je vais vous conduire à elle."

Anaviel sourit puis suivit la jeune femme en silence tentant de se modérer comme il le pouvait pour ne pas paraître trop stupide lorsque Dinjelaï le verrait.

"Elle est juste là, je vous laisse la rejoindre et je vous souhaite de passer une bonne soirée Messire."

L'elfe laissa la demoiselle partir non sans lui sourire et en la remerciant d'un signe de tête puis vint rejoindre son hôtesse en souriant timidement.

"Bonsoir très chère... Hum... Je vois que vous avez du goût pour les établissements de qualité."

Son visage se mit à prendre une teinte plus rouge tandis qu'il observait la Dame de la tête au pied.

"Vous... Vous êtes vraiment splendide..."
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 12 Jan 2013 - 21:02 Répondre en citantRevenir en haut

Du haut de la mezzanine à peine éclairée par les flammes des bougies dansant sous les cloches colorées des photophores, Dinjelaï jouissait toujours de sa vue plongeante sur l'estrade où les artistes avaient commencé à se produire. Un homme au corps huilé déclamait des vers dans une tenue tout à fait moulante, ses tirades enflammées décrivaient essentiellement les étapes de la passion et les métaphores sur le couple étaient parfaitement suggestives. L'elfe découvrit dans le public des femmes aux joues rosées, excès de boisson ou véritable engouement? En tout cas, elle observait le spectacle avec un petit sourire supérieur.

Raipun, l'ondine parée d'un mince costume qui rappelait la sirène, tira le rideau et dit d'une voix aimable:

Votre invité est arrivé, Dame. Voulez-vous que nous le fassions monter?

Din garda son regard un moment dans celui de Raipun, un sourire espiègle aux lèvres. Peut-être qu'elle pourrait demander à la jolie serveuse de lui proposer un cocktail de la maison et de lui faire un brin de causette sur l'origine des coquilles qui dissimulaient sa poitrine? Elle avait envie de mettre l'elfe noir à l'épreuve... Puis elle se ravisa, la soirée serait longue. Elle hocha la tête:

Merci Raipun, fait également monter deux coupes de votre cocktails du soir... Lequel est-ce aujourd'hui?
Nous avons à la carte, Plaisir ou Orgasme...

Les joues de l'elfe rosirent, elle imagina un instant la scène lorsque Raipun viendrait déposer deux Orgasmes sur la table...

Hum... Amène deux Plaisirs, ce sera parfait.

La serveuse s'inclina gracieusement, et disparu dans l'escalier. Dinjelaï éclata de rire toute seule, elle aurait dû venir avec Darshan, ça aurait été véritablement hilarant! Depuis son poste d'observation, l'elfe vit entrer son invité du soir. Raipun se dirigea vers lui avec sa démarche toute féline, puis le guida jusqu'à ce qu'il disparaisse de son champ de vision. Elle aurait donné cher pour savoir se qui se passait dans la tête de l'Ardent... Etait-il coutumier de ce genre d'établissement?

Il réapparu au sommet de l'escalier en colimaçon, et vint directement vers elle. Din se leva, lui offrit son sourire le plus aimable, et hocha la tête à son premier compliment. Quand au deuxième, il la fit rougir légèrement, et elle se tourna de côté pour dissimuler son visage. D'un geste de la main, elle l'invita à s'assoir autour de la table de marqueterie.

Bienvenue Anaviel, je suis très heureuse que vous ayez pu venir aujourd'hui. C'est un soir un peu particulier au Baiser du Faucon, les artistes vont défiler sur la scène.

Elle se poussa un peu pour lui faire de la place à côté d'elle, afin que lui aussi puisse avoir un point de vu sur ce qui se passait en bas.

Vanielle, la tenancière, est une grande amie à moi, et je dois avouer qu'elle a su mettre la qualité au service du goût. Mais peut-être êtes vous déjà un habitué du Baiser?

Raipun fit de nouveau irruption sur la mezzanine. Elle portait un grand plateau de cuivre ciselé, sur lequel se tenaient deux hautes coupes. Le liquide était rose au fond, et ambré sur le dessus, décoré de petits motifs de papier.

Les deux Plaisirs, ma Dame, messire.

Din la remercia d'un hochement de tête. Lorsque la serveuse se pencha, on distingua nettement que les coquilles qui dissimulaient sa poitrine n'étaient pas tellement bien attachées... Elle disparu ensuite rapidement avec le plateau. L'Engloutie saisit les coupes, en tendit une à Anaviel:

J'ai pris la liberté de commander pour vous. Généralement les cocktails sont très bons, quoiqu'un peu sucrés à mon goût, et peut-être un peu trop forts pour précéder une réunion officieuse, mais enfin, c'est un soir particulier!

Elle leva son verre et l'entrechoqua contre celui de l'Ardent, lui laissant la responsabilité de choisir les mots du toast...
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 13 Jan 2013 - 03:08 Répondre en citantRevenir en haut

Anaviel sourit timidement en voyant son second compliment faire mouche. Certes, il n'avait pas vu la Dame Neutre rougir mais sa manière de cacher son visage témoignait d'une pudeur non geinte qui ne faisait que révéler une certaine timidité sur le moment.
Cette réaction était plutôt flatteuse. L'elfine plaisait à l'Ardent et dans un sens, ce dernier espérait, même s'il pu percevoir quelques indices allant dans ce sens auparavant, que ce soit réciproque.

Puis elle l'invita à s'asseoir. Plus par respect que par jeu, même s'il y avait un peu de ça aussi, le Sang laissa une certaine distance entre son homologue Engloutie et lui pour entamer la discussion mais après avoir parlé, la Dame lui laissa une place à ses côtés permettant à l'elfe noir de réduire cette distance afin de mieux observer la scène.

"A vrai dire, je ne sors que rarement du Màr Taralöm aussi je ne connais que très peu ce qu'il y a à savoir de Lomëanor ou du moins, je n'ai jamais vraiment eu l'occasion de profiter d'endroits tels que celui-ci depuis mon arrivée. Mais je pense rectifier mon erreur et il se pourrait bien que je puisse devenir un client régulier de cet établissement au vu du décor et de l'ambiance qui y règne..."

L'elfe ne fit pas mention des pensées qu'il avait pu avoir en se faisant conduire par la jeune ondine qui s'était désignée comme son hôtesse ni même de ses regards baladeurs sur les artistes, masculins comme féminins.

Il prit une profonde inspiration et respira l'odeur de la Dame Blanche au passage. Odeur mêlant celui des fruits sauvages que l'on pourrait retrouver dans des clairières boisées ainsi que d'une petite touche espiègle de noisette. C'était là une saveur qui était plaisante pour l'odorat. Bien entendu, c'était sans compter sur l'encens brûlant qui ne faisant que rediriger certains sens afin d'en apaiser d'autres.

"Je ne vous cache pas que j'éprouve quelque nostalgie à revenir dans un monde d'artiste, j'ai moi-même fait mes débuts dans le monde du spectacle il y a longtemps."

Anaviel sourit alors rêveusement, que de souvenirs à cette époque... Les foules réunies sur les Grandes Places, acclamant et applaudissant ses prestations, avaient été les meilleurs souvenirs de sa vie en compagnie de Conrad.

Finalement, ce fut Raipun qui le sortit de ses pensées en apportant les boissons et il put au moins connaître le nom de ce cocktail vermeil en profondeur tout en virant sur l'ambre en remontant à la surface.

La description de Dinjelaï le fit rire doucement et il ne put s'empêcher de lui répondre avec une certaine malice.

"En même temps, si le sucre n'était pas présent, pourrait-on appeler cette boisson un Plaisir ?"

L'elfe adressa un clin d’œil amusé à sa congénère avant trinquer avec elle et de porter un toast.

"A notre rapprochement."

Anaviel ne mentionna pas plus ce qu'il voulait dire par là mais il espérait bien que la Dame comprenne que l'elfe espérait bien un rapprochement aussi bien entre eux deux qu'entre les deux Kaërls, peut-être même plus le premier que le second à dire vrai.

Puis il trempa ses lèvres dans cette mixture goûteuse. La boisson était sucrée en effet. En surface, il sentait ce petit goût de pomme mêlé à celui de l'hydromel sur lequel il semblait possible que l'on ait rajouté encore une touche supplémentaire de miel pour amener encore plus de douceur à ce breuvage. Anaviel sentait à peine l'alcool contenu dans sa coupe mais il était conscient que s'il se laissait aller à boire une seconde ration, son esprit pourrait alors perdre de sa clarté et trahir certaines de ses pensées soigneusement gardées en lui.

"Hmm... Je dois avouer que là encore, cet endroit me surprend... Un service excellent, des artistes qui me semblent prometteurs et des breuvages à la hauteur de l'ambiance régnante... Comment diable ai-je pu ne pas connaître cet établissement auparavant ?"
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 16 Jan 2013 - 18:08 Répondre en citantRevenir en haut

Dinjelaï ne dissimula pas son étonnement à l'évocation des débuts d'Anaviel. Elle haussa les sourcils, mais l'arrivée de Raipun la détourna son attention. Le ton de l'elfe était chantant, presque charmeur lorsqu'il lui adressa un clin d'oeil, et leva un toast à l'ambiguïté toute étudiée. Plongeant son regard améthyste dans les prunelles grenat de l'Ardent, elle hocha lentement la tête, un petit sourire complice accroché aux lèvres.
En portant la coupe à sa bouche, Dinjelaï perçu les effluves capiteuses de la boisson. La note fruitée de la pomme dissimulait au premier abord celle de l'alcool, qui devait être un hydromel vieilli en fût de chêne. Une gorgée du liquide ambré réchauffa agréablement son cou et elle sentit ses joues se colorer légèrement. La douce chaleur de l'endroit combinée au Plaisir, et à celui qu'elle prenait à l'idée de passer une joyeuse soirée, tous les éléments étaient réunis.

Dinjelaï gardait une parfaite maîtrise d'elle-même, mais le regard légèrement brillant de l'ambassadeur Ardent la comblait de joie. Pendant quelques secondes, elle se prit à analyser ses sentiments envers l'Ardent. Si ambivalents qu'elle avait du mal à comprendre ce qu'elle lui trouvait. Bien sûr il avait la beauté froide des elfes, mais cela ne comptait pas vraiment... Elle pouvait le détester profondément quand il lui était arrivé de la regarder sans la voir. Les quelques fois où cela s'était produit, elle avait dû enfoncer ses mains dans ses poches pour canaliser une terrible envie de le gifler. Mais quand il la dévisageait comme il le faisait à présent...

Elle reposa son verre, à peine trop vivement. Tourna la tête vers l'estrade, sans admirer vraiment le spectacle, et sourit:

Le Baiser du Faucon n'est pas si accessible que cela. Aujourd'hui est le soir de représentation, mais d'habitude, seuls les habitués ou les parrainés ont accès à l'établissement. Elle marqua une petite pause et considéra Anaviel comme si elle le jaugeait: Je ne pense pas me faire d'idée fausse en pensant que vos amis ne vous aient pas proposé de vous accompagner ici. Peu d'hommes aiment à savoir que leurs attirances sont mixtes... En tout cas, ils ne le crient pas sur tous les toits... J'ai entendu dire qu'il existait chez certains Ardents une véritable fermeture d'esprit sur les rapports entre hommes...

Elle l'interrogea du regard. Test.

Les femmes ne sont pas présentes depuis très longtemps. Il s'agit d'une ouverture de Vadielle qui ne souhaitait pas vendre uniquement du plaisir masculin aux hommes.

Elle haussa les épaules, comme pour mettre fin au débat et enchaîna d'un ton enthousiaste:

Mais vous disiez tout à l'heure être familier du monde des Arts! C'est une vraie surprise pour moi! Vous avez piqué ma curiosité, dîtes m'en plus!
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 21 Jan 2013 - 20:55 Répondre en citantRevenir en haut

L'elfe sourit. Les explications de la Dame Blanche firent comprendre pourquoi personne n'aurait cherché à le conduire en un tel endroit. Du moins... Il aurait déjà fallu que quelqu'un cherche réellement à l'inviter boire un verre ou passer du temps en sa compagnie.

Anaviel ne souffrait pas d'une telle solitude mais ce n'était pas le cas de Zaknafein qui aimait passer le plus clair de son temps avec des aspirants rebelles avec qui il pouvait se mêler à la masse sous forme bipède et boire de tout son saoul, jusqu’à ce que la bourse de l'aspirant soit allégée bien entendu.


L'elfe sourit à son homologue neutre avant de lui répondre avec un ton de plaisanterie.

"Je me disais aussi que quelque chose n'était pas logique pour que des Ardents ne veuillent guère fréquenter un tel établissement... En même temps, je doute qu'ils puissent réellement profiter d'un tel endroit à sa juste valeur. D'ailleurs, je ne tiens pas à ce qu'ils découvrent le Baiser du Faucon. Ce serait trop raffiné pour eux. Imaginez donc ce qu'Orathor ferait dans un tel endroit."

Le Sang Brun se mit à rire avant de reprendre.

"Le fait est qu'un établissement initialement prévu pour des relations entre hommes uniquement est une idée plutôt audacieuse. Je savais que de tels endroits existaient mais ce genre de choses est souvent considéré comme tabou à un point tel qu'il existe quelques peuples qui font la chasse aux hommes ayant ce genre de préférences. Enfin... Officieusement, ce genre de choses est bien plus répandu qu'il n'y parait, croyez-moi. D'ailleurs, je pense que cette mentalité n'a pas lieu d'être, pourquoi lancerions-nous la chasse à des hommes qui s'aiment comme cela ? Après tout, il y a bien pire dans la vie. Vous ne pensez pas ?"

L'elfe observa le spectacle un instant.
Les danseurs et danseuses étaient parfaitement synchronisés. Ceci témoignait d'un entraînement fastidieux et régulier ainsi que d'une confiance totale en leurs partenaires. Leurs mouvements étaient si souples que l'on pouvait croire qu'ils s'agissent de crétures surnaturelles vouées à l'art de la séduction.
Anaviel aurait aimé rester à les regarder danser encore et encore durant des heures. Il était presque hypnotisé par leurs mouvements lisses et légers.

Puis la question de Dinjelaï le rappela à la réalité et Anaviel se sentit si honteux de l'avoir oublié rien qu'un instant que son visage prit une légère teinte brune jurant avec sa peau mât et trahissant donc un rougissement flagrant.

"Hum... Que j'étais familier avec le monde du spectacle dîtes-vous ? Ah ! Euh... Oui ! Avrai dire..."

L'elfe prit une profonde inspiration avant de fixer son regard sur Dinjelaï, se jurant dès lors qu'il ne regarderait qu'elle et personne d'autre.

"Hum ! Navré... Leurs manières de se mouvoir m'ont rappelé le bon vieux temps où j'étais encore innocent."

L'elfe sourit tristement avant de reprendre avec entrain.

"Il se trouve qu'après avoir décidé de voyager pour découvrir le monde, j'ai rencontré un ménestrel itinérant avec qui je me suis plutôt bien entendu. De fil en aiguille, j'ai fini par l'accompagner durant ses représentations. Je dois avouer que je me débrouille plutôt bien en jonglage et quelques tours de magie. Enfin... C'était un assez bon souvenir, les spectateurs étaient contents et on nous applaudissait avec enthousiasme."

Anaviel sourit chaleureusement à la Dame, elle était la première personne depuis des décennies à savoir quoi que ce soit sur l'Ardent datant de cette époque lointaine et il en fut surpris lui-même. D'habitude, il se serait senti en danger après lui avoir révélé autant sur lui mais étrangement, il avait la certitude qu'elle ne l'ébruiterait pas et qu'il pouvait lui faire confiance sur ce point.
L'elfe se perdit à admirer le visage de la Maîtresse Blanche. Contemplant ses yeux mauves comme s'il s'agissait de quelque trésor ayant une valeur inestimable, ses cheveux d'or dont il se surprit à penser qu'il serait agréable de passer des doigts en eux et ses lèvres qui semblaient si douces et si goûteuses.

Au fur et à mesure de ces pensées, l'elfe se rendit compte qu'il s'égarait peut-être un peu trop et maudit quelque peu le contenu de son verre pour être aussi délicieux mais aussi si perturbant.
L'elfe détourna son regard de la Dame, non sans rougir, avant de prendre une nouvelle gorgée de ce cocktail qui causait sa perte.

"Mais je doute que mon histoire puisse vous intéresser... Il y a beaucoup de grandes lignes mais peu de détails intéressants à propos de moi. Parlez-moi donc de vous très chère, racontez-moi donc quelque chose sur vous que je ne sache pas."

L'elfe fit face à la Dame, plongeant son regard dans le sien et arborrant un sourire malicieux.
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 23 Jan 2013 - 12:49 Répondre en citantRevenir en haut

Tandis qu'Anaviel était absorbé par les gracieux mouvements des danseurs, en contrebas, Dinjelaï s'était accoudée à la banquette de velours rouge et contemplait le profil de l'Ardent. Elle remarqua ses yeux brillants, et un léger sourire étira ses lèvres. Elle avait l'habitude du masque froid de l'ambassadeur, de ses manières d'extrême politesse. Mais à cet instant, il semblait prendre du plaisir à se trouver à cet endroit, et l'elfe le prit comme une petite victoire.
Sans quitter des yeux le spectacle, il répondit à sa question sur les goûts à la mode au Volcan, ne contre-disant pas Dinjelaï quant à la fermeture d'esprit de certains Ardents. Lui-même s'excluait de ce groupe d'obtus, et son ton songeur la fit de nouveau sourire. Ainsi l'Ardent intransigeant qu'elle connaissait cachait un coeur tolérant... Elle murmura doucement:

Je ne puis qu'être d'accord avec vous sur ce point...

Au passage, elle pensa "si seulement on pouvait laisser tranquille n'importe qui, souhaitant avoir une relation, quel que soit son genre"... La conversation s'interrompit plusieurs secondes, pendant lesquelles Anaviel oublia complètement les interrogations sur son passé, tant il était absorbé par les mouvements envoutants des artistes. Quand il se rendit compte du silence qui planait entre eux, il se tourna vivement vers elle, retrouva toute sa politesse alors que ses joues se teintaient légèrement. D'un signe de tête et d'un sourire, Din lui fit comprendre qu'il était tout excusé, et écouta avec attention les quelques bribes lâchées sur son passé. Anaviel, un baladin?! Décidément la soirée était déjà riche en surprise!

Du jonglage et de la magie?! Mais Anaviel, un mot de votre part, et je prie Vadielle de vous laisser vous produire sur scène entre deux numéros?!

Elle rit devant l'air effaré de l'Ardent, et ajouta qu'il ne s'agissait là que d'une plaisanterie:

Mais à l'occasion, j'aimerais beaucoup voir de quoi vous êtes capable...

C'était dit d'une voix plus grave, où ne se nichait nulle blague, mais où l'on pouvait presque imaginer des sous-entendus. Consciente d'un ton inapproprié face à un collègue de travail, elle piqua du nez dans son verre et bu rapidement une nouvelle gorgée. Heureusement, il ne sembla pas relever, et la pria plutôt de lui conter une anecdote sur sa propre vie. Elle écarquilla les yeux une fraction de seconde, et se mordilla la lèvre pendant qu'elle réfléchissait.

Hé bien, sachez tout d'abord que je n'ai nul talent de jonglage! Si vous me voyez prendre plus de trois balles dans les mains, fuyez, car vous risqueriez bien de vous en prendre une sur la tête! En vérité vous vous trompez, votre histoire m'intéresse et elle me semble finalement proche de la mienne... Moi aussi j'ai été prise par le besoin du grand air, et sur les chemins de l'Itinérance j'ai rencontré une femme qui fut mon mentor. Elle haussa les épaules et s'interrompit un fragment de seconde, ayant mis le doigt sur l'anecdote qu'Anaviel devait ignorer de son passé: Après mon empreinte, j'ai été prise d'un besoin frénétique de m'évader du Rocher Flottant... Et oui, mes deux parents sont des maîtres du Màr Menel!

Elle rit, puis renvoya sa question à l'Ardent:

D'ailleurs, l'elfe Anaviel que je découvre ce soir me semble presque en inadéquation avec son Kaerl... Diplomate, je le savais, aimable aussi. Mais tolérant, artiste... Quelles sont les qualités que je n'ai pas encore vue et qui vous attachent au Màr Taràlom, éclairez moi!

Le regard de Dinjelaï était brillant, du fait de la boisson sans doute, mais aussi de l'immense amusement qu'elle prenait à cette conversation, et au piège amical qu'elle tendait à Anaviel. Les "qualités" ardentes, risquaient fort, selon elle, à ressembler à des défauts... Mais elle n'avait aucune envie d'entendre l'Ardent parler de ses mauvais penchants, allait-il réussir la pirouette qu'elle lui demandait?
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 23 Jan 2013 - 22:44 Répondre en citantRevenir en haut

L'elfe sourit encore plus en écoutant son homologue neutre. Ainsi, elle aussi avait été prise d'un envie d'aventures et de liberté.

Anaviel afficha un regard surpris lorsqu'elle lui annonça ses origines mais n'en dit mot. Après tout, il n'avait rien contre les Célestes personnellement. Cependant, il se disait que ses voyages avaient sûrement dû la changer pour qu'elle soit attirée par le Màr Lumië plutôt qu'auprès de la patrie de ses parents. Mais ça, c'était quelque chose que l'on ne pouvait guère expliquer aisément.

Le Sang Brun contempla les iris mauves de la Dame Blanche et remarqua qu'ils pétillaient d'une lueur joviale. Cela rassura l'Ardent car il souhaitait réellement qu'elle passe une bonne soirée en sa compagnie.

Puis vint la question qui le prit au dépourvu. Bien entendu, il se doutait bien que cette situation arriverait tôt ou tard mais dans son fond intérieur, Anaviel espérait que cette question ne soit jamais posée par Dinjelaï.

L'elfe arrêta de sourire, but une autre gorgée de Plaisir mais, alors que celui-ci semblait être un délice auparavant, le contenu de la coupe lui paraissait soudainement fade.

Anaviel posa son regard sur celui de la Dame puis sourit tristement. Son regard pétillant le rassura quelque peu même s'il ne savait pas quoi lui répondre.

Un rire nerveux lui échappa et, pour la première fois de sa vie, le Maître Brun se rendit compte qu'il avait le trac.

"Je dois avouer que je ne voulais pas avoir à répondre à cette question mais quitte à jouer sur la transparence, je peux vous donner mon opinion sur cette situation..."

L'elfe but une nouvelle gorgée pour réhydrater sa gorge. Décidément, l'elfine Engloutie l'avait mis pied au mur.

"Je suppose que lorsque vous pensez aux Ardents, vous auriez tendance à penser à quelqu'un comme Orathor ou encore Alauwyr. Brutaux, ambitieux et agressifs..."

L'elfe soupira.

"Il est vrai que beaucoup d'habitants du Màr Taralöm pourraient répondre à cette description mais les choses ne sont pas aussi simples..."

Anaviel sourit de nouveau à la Dame Engloutie.

"Pour tout vous dire, je n'ai aucune ambition de pouvoir et je ne ressens aucun plaisir à malmener les gens gratuitement. Si je pouvais ma présence chez eux, je dirais que tous ont une part d'ombre et une part de lumière en eux. Puis dans leur vie, différentes émotions peuvent entretenir la part de ténèbres en dépit de la lumière et inversement. Je pense d'ailleurs que c'est le cas pour beaucoup d'Ardents même s'ils ne vous le diront pas directement..."

Anaviel ferma les yeux un instant et expira lentement. Répondre à cela lui faisait repenser à des souvenirs qu'il préférait oublier : la trahison de son ami Conrad et la malveillance de ce noble égoïste qui l'avait enfermé dans ce cachot jusqu'à ce qu'il s'en évade.

"Si je devais expliquer ce qui a fait que ma part d'ombre ait été suffisamment importante pour que je sois accepté au sein du Kaërl Ardent, je pense que c'est parce que j'ai ressenti, suite des blessures, des émotions suffisamment néfastes pour me pousser à commettre des actions éthiquement peu avouables qui m'ont laissé une trace indélébile en mon âme. Je ne doute pas que l'on puisse guérir de ce genre de blessures mais cela prend du temps et tant que l'on n'est pas entièrement guéri, il y a toujours cette part de ténèbres qui vous consume quoi qu'il arrive..."

L'elfe posa son regard sur celui de la Dame, espérant qu'elle n'en demandera pas d'avantage et lui sourit timidement.

"Vous êtes la première personne à qui j'en dis autant. Enfin... Peut-être vaut-il mieux que nous parlions de sujets plus joyeux, nous serions bien ennuyés si mes histoires venaient à gâcher un moment si agréable."

L'elfe se permit un sourire amusé et rebut une gorgée qui d'un coup semblait avoir repris toute sa saveur.
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 7 Fév 2013 - 21:32 Répondre en citantRevenir en haut

Dinjelaï observait intensément le visage d'Anaviel. L'expression de sa part Ardente le mettait visiblement mal à l'aise, et Din cru déceler quelques tics de sourcils. Quand il lui avoua s'être mis à nu, elle n'eut aucun mal à le croire. Après ce discours, un éclat de timidité, de fragilité peut-être perçait sous l'armure hautaine et froide qu'il laissait voir au monde. L'Engloutie ressenti une certaine émotion d'être ainsi le réceptacle d'aveux francs.
Il aurait été malvenu, mesquin même, de chercher à pousser d'avantage l'Ardent dans ses retranchements, et de toute façon, elle ne voulait pas en savoir d'avantage. Kaerls différents, valeurs différentes, or pour l'heure, elle ne voulait voir que leurs points communs.

Heureusement que le Kaerl Ardent n'est pas uniquement constitué d'Alauwyr en puissance! Elle sourit... D'ailleurs, la plupart des vôtres que je côtoie sont des êtres tout à fait charmants. Enfin... "Charmant" n'est peut-être pas le terme exact... Ils font cependant d'excellents amis...

Le regard de l'elfe fut capté par le spectacle qui se déroulait en bas. Raipun se contorsionnait tout en douceur, au rythme d'une musique langoureuse, dissimulée derrière des voiles à peine opaques qui ne masquaient pas complètement son entière nudité. Dinjelaï sourit, ses joues s'empourprèrent légèrement.

Hum, qui va servir notre collation à présent?

La réplique n'était pas spécialement drôle, mais l'elfe rit doucement, le Plaisir faisant son effet.

Vous avez connu Limna je présume. Le sujet était plus grave, Din continuait d'éprouver une pointe de tristesse quand elle évoquait ce nom. Il ne se passe pas une semaine sans que je ne regrette sa disparition... Etrange n'est-ce pas?

Elle haussa les épaules:

Enfin assez de sujets moroses pour ce soir, vous allez croire que j'ai l'alcool triste, ce qui est loin d'être le cas!

Comme pour joindre le geste à la parole, elle leva son verre, et but d'une gorgée le dernier quart. Puis elle poussa du bout du pied le paravent qui dissimulait leur table et interpela d'un geste de la main la serveuse qui avait remplacé Raipun.

Yuriy, deux Plaisirs je te prie! Et fait nous porter un plateau d'amuse-bouches!

La belle à la peau mate éclata d'un rire entendu à la demande de l'elfe. Le regard de Din glissa sur son corps souple qui se déhanchait en descendant l'escalier, puis elle se retourna vers Anaviel.

Alors, que racontions-nous? Vous alliez me passionner d'une anecdote amusante sur vous!

Elle inclina légèrement la tête, ses longs cheveux blonds se répandant sur son épaule dénudée par une chute de sa légère manche. Sa mimique avait beau paraitre d'une parfaite candeur, elle était étudiée tout particulièrement pour interdire à son interlocuteur de lui refuser quoi que ce soit.
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 21 Fév 2013 - 15:53 Répondre en citantRevenir en haut

L'elfe sourit doucement. Dinjelaï ne semblait pas insister sur ce qui avait pu l'amener ici, sur le continent oublié au côté des Ardents, et c'était mieux ainsi.
Il avait craint sa question et encore plus que sa réponse n'amène à un autre sujet encore plus pointu et auxquelles l'alcool l'aurait sûrement obligé à répondre.

Puis Dinjelaï sembla faire une plaisanterie en demandant qui pourrait faire le nouveau service en voyant que les verres de Plaisir avaient été bien entamés. Anaviel ne comprit pas la blague dans un premier temps mais déjà, l'euphorie de la boisson et de la soirée l'amena à poussa un bref gloussement.
En y repensant, Anaviel regarda la scène et vit Raipun qui se déhanchait avec souplesse et élégance dans une tenue des plus osées pour le plus grand plaisir des spectateurs.

L'elfe aurait pu être hypnotisé par ces mouvements langoureux de ce corps désirable et dont la nudité n'était qu'à deux pas d'être révélée par des voiles transparents mais la voix de la Dame Neutre le rappela à l'ordre tandis qu'elle parlait de Limna.

Ah... Limna On'Niksé... Pour tout vous dire, je ne l'ai connue que très brièvement mais si je dois donner une raison à ma survie au milieu des Ardents, je dirais que c'est en grande partie grâce à elle. Je dois avouer que sa disparition m'a troublé moi aussi...

L'elfe sourit alors mais n'en dit pas plus. D'autant que son homologue neutre haussa les épaules en guise de conclusion comme pour dire "c'est la vie".

Puis elle se rattrapa par un geste qu'elle voulait désigner comme une manière bien à elle de profiter de quelques festivités. Anaviel l'accompagna par ailleurs avec plaisir tout en ne lâchant pas son regard des yeux.

Enfin la Dame reprit la discussion avec un nouvel enthousiasme et lui demanda une anecdote amusante sur lui. L'elfe sourit et réfléchit à ce qui pourrait être réellement amusant pour elle.
Hors de question de lui parler de ses anciennes activités où il ridiculisait les nobles pour leur voler des documents importants. Certes, pour lui, ça pouvait être amusant mais une déclaration de paix volée ne semblait guère faire rire tout le monde.
Pour tout dire, l'Ardent ne savait quoi raconter mais en voyant la Dame le regarder avec un air candide, il se sentit obligé de lui raconter quelque chose d'inavouable.

Hum... Eh bien quitte à rester dans le contexte de la soirée...

L'elfe se mit à rougir fortement.

Je ne tiens pas l'alcool... A vrai dire, je pourrais vous raconter des tas d'histoires sur mes péripéties d'ivrognes mais je pense que je vais me contenter de l'histoire de ma première véritable cuite.

Un gloussement s'échappa d'Anaviel qui devint encore plus rouge.

Je ne me souviens pas vraiment de l'histoire à vrai dire... Tout ce que je sais, c'est que je me suis réveillé au camp à côté de mon compagnon de voyage avec un mal de crâne qui ne semblait pas vouloir partir et même qui semblait empirer à chaque seconde...

Anaviel regarda son verre servi par la nouvelle serveuse et s'empressa d'en boire une gorgée. Raconter cette histoire risquait de le blesser dans son amour propre mais après tout, un peu d'auto-dérision ne pouvait pas faire de mal sans compter qu'il y avait de grandes chances à ce que la soirée soit encore plus amusante par la suite.

A vrai dire, Conrad m'avait raconté qu'il ne m'avait suffi que de deux chopes de bière pour commencer à me mettre debout sur la table et tenter de danser de façon étrange tout en me déshabillant.

L'Ardent regarda Dinjelaï afin de voir sa réaction. Son visage était rouge de timidité mais il y avait en plus de ça l'effet de l'alcool qui ne faisait que grandir.

L'histoire est déjà assez embarrassante, je pense. Mais ce n'est rien à côté de la suite.
Mon mal de crâne serait non seulement dû à une gueule de bois magistrale mais surtout d'une chute de la table sur laquelle je dansais alors que je tentais de retirer mon pantalon.
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 26 Fév 2013 - 22:29 Répondre en citantRevenir en haut

Dinjelaï dévorait l'Ardent du regard. Le Plaisir lui avait fait rosir les joues, et à présent échaudée elle était heureuse d'avoir misé sur une tenue de soirée qui avait couté cher en tailleur, mais pas du fait de la quantité de tissu employée. Lorsqu'elle était entrée au Baiser du Faucon au crépuscule elle frissonnait malgré sa capeline, mais la température avait grimpé d'heure en heure dans l'établissement, et à présent elle se sentait parfaitement à l'aise. D'ailleurs l'anecdote qu'était en train de conter Anaviel était tout à fait désopilante, et elle éclata d'un rire franc avant même la conclusion de l'histoire. Le simple fait d'imaginer le Sang ivre dansant sur une table déclenchait son hilarité!

Lorsqu'elle eut repris son souffle, elle leva de nouveau les yeux sur l'elfe dont les joues étaient empourprées et le sourire un peu confus. Il était tiraillé entre la drôlerie du moment et le goût amer que le souvenir devait laisser à son amour propre... Elle lui lança un clin d'oeil:

Ah, ça, l'alcool a ce don de pouvoir nous faire passer de joyeuses soirées... Qui se rappellent à nous plus par le biais de nos compagnons nocturnes que par notre mémoire défectueuse!

Dinjelaï rit encore doucement, les yeux baissés sur son verre, tentant de répondre à Anaviel par une anecdote au moins aussi drôle. La tache était ardue, car s'il convient parfaitement aux hommes de raconter leurs prouesses d'ivresse, il paraît inconvenant pour une femme de faire étalage de tels abus. Pour autant, si l'Ardent était si piètre buveur qu'il le disait, l'Engloutie pouvait presque apparaître comme alcoolique ou débauchée. Inutile de jouer à qui à la plus grosse... tolérance, dans ce genre de conversation.

Ma foi, j'espère que vous m'accorderez la délicatesse de garder pour moi mes propres exploits en la matière... Un sourire mi-figue, mi-raisin titillait les lèvres de l'elfe, elle leva presque timidement les yeux sur l'Ardent... D'un ton caressant, elle avoua: Mon caractère malheureusement n'est pas tout à fait compatible avec la raison et la prudence... Elle se rattrapa bien vite: Naturellement je parle de cela au passé! Depuis que j'occupe les fonctions qui sont les miennes au Màr Luimë, je suis devenue un peu trop raisonnable...

Un nouveau sourire enjôleur, et elle fit battre ses longs cils sombres...

Mais vous m'avez régalé d'une anecdote on ne peut plus drôle, je dois donc me confesser à mon tour n'est-ce pas? Elle écarta les bras pour désigner les tentures et l'établissement en lui-même... La toute première fois que je suis entrée au Baiser du Faucon, je dois l'avouer, une peine d'amour m'étreignait le coeur... Elle haussa les épaules. Ce sont des choses qui arrivent même aux plus endurcis n'est-ce pas? Une nouvelle fois elle leva à peine le regard sur Anaviel, un petit sourire aux lèvres, Ce soir là, je recherchais la compagnie d'une femme compréhensive... Je me dirige au comptoir, je discute avec la patronne pendant une heure ou deux... Au bout de quelques temps, une superbe femme se joint à nous... Avec cette force gracieuse que possède celles qui sont originaires d'Undomë vous voyez? Plantureuse, aimable, avec une belle voix grave qui donnait envie de se confier... Bref, pour épancher mon chagrin en toute intimité, je l'ai suivie dans ce couloir... Elle pointa du menton la porte qui menait sur les différentes chambres, et poursuivit son récit, cette fois sans oser lever les yeux sur Anaviel...

Après avoir bien écouté mon chagrin, elle s'est décidée à me consoler. Ses mains étaient fortes et fines, toutes empreintes de douceur féminine... Elle se mordilla la lèvre. Mais quand elle s'est déshabillée... Elle n'avait plus rien de féminin!!! Moi qui était persuadée de passer la nuit avec une femme... L'habit ne fait pas le moine, et depuis j'ai bien retenu l'adage!

Elle hésita un peu, honteuse de sa révélation dont Anaviel était le premier dépositaire, puis éclata de rire.
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 27 Fév 2013 - 00:47 Répondre en citantRevenir en haut

Bien que gêné, Anaviel se sentait heureux d'avoir pu faire rire la Dame avec son anecdote.

Il aimait bien ce rire. Et le Plaisir qui avait quelque peu entamé l'esprit de l'elfe ne faisait qu'intensifier le désir qu'il éprouvait pour son homologue Neutre. Peut-être même se sentait capable de se tourner en dérision toute la soirée s'il pouvait continuer à l'entendre rire ainsi.

Puis Dinjelaï parla de la différence de sa vie d'avant en la comparant avec sa vie d'à présent. L'elfe trouvait dommage qu'un tel changement ait pu avoir lieu car même s'il adorait la Dame en ce jour, il aurait aussi adoré la liberté de l'avant-Dame d'autrefois. Mais à cela, il ne fit aucun commentaire. Après tout, qui était-il pour critiquer le choix qu'elle avait fait pour montrer sur le trône des Abysses ? Plus que tout, il tenait à comprendre la Dinjelaï qu'il avait face à lui, celle qui était désirable et agréable à vivre.

Anaviel ne se rendit pas compte que ses émotions pourraient lui jouer des tours. L'effet de l'alcool sans doute. Sans ça, il serait sûrement resté de marbre et aurait fait du mieux possible pour se montrer indifférent à ce jeu dangereux, quoique... L'elfe aimait jouer avec le feu, c'était dans sa nature et Dinjelaï était comme une flamme vive qui ne semblait pourtant pas brûler peu importait à quel on pouvait en approcher sa main.

Vint ensuite l'anecdote de la Dame, Anaviel l'observa avec un sourire en coin, s'attendant à une chute toute autre. Mais la conclusion en fut si inattendue qu'il fallut un certain pour l'elfe de réaliser réellement ce qu'il s'était passé. Enfin, il se mit à pouffer de rire.

Je n'aurais jamais pensé que quelqu'un d'autre aurait eu ce genre d'aventures, au moins je découvre à présent que nous sommes au moins deux à en avoir fait l'expérience.

L'elfe se mit à rire avant de reprendre un gorgée de Plaisir. Le sens du goût était bien trop entamé pour qu'il puisse alors savourer comme il se devait cette saveur sucrée mais une sensation de bien-être ne cessait de grandir en lui à chacune des gorgée de ce nectar.

En tous les cas, je ne vous pensais pas non plus attirée par les deux sexes, j'avais bien entendu des rumeurs sur quelques hommes mais jamais de femmes. Mais je suis agréablement surpris de cette nouvelle. Nous nous trouvons donc encore des points communs;

L'elfe sourit doucement, plongeant son regard écarlate dans les prunelles mauves de la Dame avant de reprendre.

Vous savez quoi ? Rien que pour le plaisir de vous entendre rire d'avantage et de nous faire passer une excellente soirée, je me sens d'humeur à vous narrer d'autres histoires...

De nouveau, l'elfe saisit sa coupe et trempa ses lèvres dans le cocktail source de son euphorie.

Quelle anecdote aimeriez-vous entendre ? Ma première entrée sur scène ? La première tomate que j'aie reçu à la figure ? Ou peut-être ma première rencontre avec le Seigneur Ardent ?
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 2 Mar 2013 - 13:06 Répondre en citantRevenir en haut

Dinjelaï, après son anecdote, avait les joues rougies par l'amusement, rassurée qu'Anaviel n'émette aucun jugement négatif sur son comportement d'alors... Elle avait sagement posé son menton dans le creux de sa main, le coude appuyé sur le plateau de mosaïque de la table, il évoqua même une déconvenue semblable à la sienne, et son rire trouva un écho dans celui de l'Engloutie. Lorsqu'il évoqua des rumeurs cependant, un léger froncement de sourcil échappa à l'elfe. Des rumeurs sur ses relations parvenues jusqu'au Màr Taràlom? Elle n'aima pas beaucoup cela... Mais l'alcool avait eu raison de son orgueil temporairement, et elle garda le silence sur ce point. Anaviel avait plongé son regard dans le sien, comme attendant sa réaction, et elle s'efforça donc de se contenir et de se raisonner.

Elle voyait dans les pommettes rosées de l'Ardent les effets du vin, et estima qu'il ne pensait nullement à mal. Il embraya rapidement, semblant comprendre son léger malaise, proposant de narrer de nouvelles plaisanteries, ce que l'elfe accepta volontiers avec un sourire et un hochement de tête vigoureux. Bien évidemment, dans les propositions que lui faisait l'Ardent, l'une d'elle lui paraissait particulièrement attractive...

Oh oui, j'aimerais beaucoup savoir comment s'est passé votre premier échange avec cette face couturée d'Alauwyr! J'espère que vous ne l'avez pas croisé au détour d'un couloir sombre, il doit être tout à fait effrayant!

Dinjelaï rit, cette petite pique à l'encontre de l'actuel Seigneur Ardent reflétait tout à la fois un désaccord avec la politique qu'il voulait mener et même un ressentiment à l'égard du personnage en lui-même. Elle aurait pu faire preuve de d'avantage de prudence, mais elle croyait savoir qu'Anaviel partageait son point de vu... Et de toute façon, elle avait une envie profonde de lui faire confiance...
Il prenait son inspiration pour commencer à lui répondre, mais elle leva la main, et dit d'un ton plus boudeur:

Après vous me raconterez les rumeurs que vous avez entendues sur moi... Je suis persuadée que la plupart sont fausses, et je compte bien vous en convaincre!

A la suite de quoi, elle se recula dans le dossier de son fauteuil et croisa les bras, attentive à tout ce qui allait sortir de sa bouche...
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 18 Mar 2013 - 20:01 Répondre en citantRevenir en haut

A la demande de Dinjelaï, Anaviel ne put s'empêcher de sourire. La toute première rencontre avec Alauwyr avait été l'une des histoires les plus amusantes qu'il avait eu la chance de raconter et ce, sans qu'il soit amené à rabaisser sa fierté pour le faire.

Mais avant qu'il ne puisse dire un seul mot, la Dame Blanche le stoppa en ajoutant qu'elle aimerait aussi qu'il lui narre ce qu'il avait pu entendre sur elle et qui aurait pu lui donner une mauvaise image.
A cette demande, l'elfe parut soudainement gêné et pesta contre lui-même et son état alcoolisé pour en avoir beaucoup trop dit.

Mais là n'était pas l'heure de s'inquiéter de telles choses et l'elfe noir commença son anecdote avec un air qui se voulait détaché.

"Tout a commencé quand j'ai du me présenter à la Dame du Màr Taralöm. Vous devez vous douter qu'il s'agissait de Limna On'Niksé et que malgré toute affinité que vous ayez pu avoir avec elle, la jeune femme se devait de maintenir l'ordre au sein de son domaine avec une main de fer."

Anaviel sourit doucement, la pauvre Dame avait elle aussi eu quelques surprises à ce moment.

"Comme tout nouvel arrivant, je me devais de déclarer allégeance à la Dame et aux représentants du Kaërl et c'est ce que je fis non sans me montrer sarcastique."

L'elfe soupira et but une nouvelle gorgée de sa boisson.

"Le problème fut que Limna On'Niksé avait remarqué que je prenais le code d'allégeance en dérision et m'avait demandé de m'expliquer sur ce point. Bien entendu, je ne savais pas forcément à quoi m'attendre mais comme je n'aimais pas mentir, je me suis dépêché d'argumenter en disant qu'un tel serment était d'un ridicule mémorable et qu'il suffisait qu'un être soit suffisamment malhonnête pour répéter ce serment sans forcément vouloir le respecter.
"Apparemment, Limna semblait avoir apprécié mon honnêteté mais ce ne fut pas le cas de son Second, inutile de préciser qu'il s'agissait bien d'Alauwyr Iskuvar à cette époque."

Anaviel reprit une nouvelle gorgée de Plaisir avant de reprendre avec un sourire empli d'ironie.

"Dès notre première rencontre, j'ai tout de suite su qu'il n'était qu'un barbare dénué d'intelligence doublé d'une égocentrique ambitieux. Je l'ai donc provoqué en lui annonçant que même si je ne visais en aucun cas la place de Seigneur du Kaërl Ardent, lui n'était pas à l'abri d'un accident malencontreux qui me permettrait de lui faire ranger ce sourire auto-complaisant et hautain à mon égard lorsque je me retrouverais dans sa position."

Anaviel éclata de rire en revoyant la scène.

"Vous auriez du voir sa tête ! Il était devenu rouge comme une pivoine et il semblait se forcer de se retenir de me frapper devant celle qui le dominait alors et que je semblais amuser par mon audace.
"Bref, depuis ce jour là, il se trouve que le Seigneur Noir ne me porte pas dans son cœur et de mon côté, je me débrouille régulièrement pour le tourner en dérision."

L'elfe sourit puis espéra que ce serait tout mais au regard de la Dame Blanche, Anaviel comprit que c'était peine perdue d'espérer qu'elle aurait oublié ce qu'elle lui avait demandé.

Saisissant la coupe de Plaisir, Anaviel la but compulsivement d'une traite.

"Hum... Quant à ce qui est de ces rumeurs sur vous... Je vous rassure, ce n'est certainement pas avec ces histoires que je vous prendrai pour une débauchée... Je suis au courant d'une de vos histoires avec un dénommé Ulfgar Haraldson. Non pas que je le comptais dans mes amis, à dire vrai, je suis de ceux qui ne le pleureront certainement et j'espère vraiment qu'il repose sous terre et qu'il y reste."

L'elfe soupira et contempla sa coupe vide. Peut-être aurait-il du la boire moins vite.

"Il se trouve que ce barbu roux et moi-même sommes devenus Maîtres au même moment et que, par un soi-disant sentiment de culpabilité, cet imbécile s'est vanté de certains de ses exploits sexuels en votre compagnie. Personnellement, je m'en moque complètement, je sais que vous êtes suffisamment intelligente pour comprendre qu'il n'y a rien d'intéressant chez ce genre de personne et que même si vous aviez eu quelque relations charnelles avec cet énergumène, cela n'a pas du se passer comme il le prétendait ouvertement."
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 27 Mar 2013 - 14:30 Répondre en citantRevenir en haut

Dinjelaï buvait avec autant de plaisir le récit d'Anaviel sur son arrivée au Màr Luimë. Elle éclata de rire à deux reprises: à l'idée de la tête de Limna entendant railler son sacro-saint serment, mais également à la menace ironique qui avait du frapper de plein fouet l'ancien Second. A la fin du récit, relativement éméchée, elle applaudit en riant. Quelques regards se tournèrent vers yeux, visiblement mécontents du bruit qui émanait de leur alcôve et perturbait le spectacle. Dinjelaï rougit, et leur adressa un petit signe de tête qui se voulait désolé, mais comme elle n'arrivait pas à étouffer le sourire qui lui dévorait les lèvres, elle n'avait pas véritablement l'air contrit.

Raipun avait terminé son exhibition, elle était remonté servir la mezzanine à la place de Yuriy, qui était à son tour montée sur scène, pour une spectaculaire et sensuelle danse du ventre. La jolie brune, dont la poitrine n'était camouflée que par deux coquillages, déposa sur leur table un nouveau plateau, chargé de mets, liquides, solides, mais également aériens...
Elle désigna tour à tour en les nommant les pâtisseries orientales sucrées et salées, Dinjelaï oubliait les intitulés au fur et à mesure, puis la serveuse posa un index gracieux sur un pichet d'argent qui contenait une effarante quantité de plaisir, et enfin, une pipe à long fourreau, posée sur une blague de porcelaine:

Et de l'herbe bleue de l'Isthme des tempêtes.

Cette information, Dinjelaï n'eut pas de peine à la retenir. Après s'être élégamment inclinée, Raipun tira les lourds rideaux de velours qui fermaient l'alcôve, et Din capta une expression sur son visage, juste avant que le rideau de lui cache le reste de la pièce, qui s'adressait aux voisins de tables: "le problème est résolu, bon spectacle messires..."
Din éclata de rire, cette fois sans se gêner:

Je crois que les voisins se sont plaints de la mauvaise qualité de la clientèle !

Le rideau se fermant, ils étaient à présent coupés du reste du monde. Dinjelaï senti que ses joues rosissaient légèrement, et cru percevoir une légèrement augmentation de la température dans l'alcôve.
Faisant comme si de rien n'était, elle piqua une gourmandise du bout des doigts. Miel, amande, et feuille de riz croustillante...

Hum, un délice!

Elle but une petite gorgée de plaisir, puis, comme le sujet d'Ulfgar était encore sur la table, elle se remémora la soirée passée en sa compagnie...

Par Flarmya! Je dois dire que ce sauvage m'avais sorti d'une situation pour le moins épineuse... Il faut dire que, hum, par où commencer? En prenant sa respiration, elle sonda du regard Anaviel pour voir si le sujet l'intéressait, et cru lire dans ses yeux brillant une lueur de curiosité...

Les chagrins d'amour, c'est un peu comme ces pâtisseries, ils ont tous un goût différent n'est-ce pas? Celui qui m'animait à l'époque était d'une grande amertume, et un soir, pour passer ma déprime, je me suis rendue à la Fille Rouge, à Lomëanor... Vous connaissez? Un bouge pas très intéressant, mais où on y sert de l'Eau de Cactus et s'y trouve toujours des joueurs de dés! Et j'aime jouer aux dés!

Elle fouilla dans une poche de son élégante besace qui était déposée sur la banquette, et en tira une petite bourse en cuir de veau, relâcha les cordons, et fit rouler dans la paume de sa main une demi-douzaine de dés, tous différents, tant en matériaux qu'en nombre de faces. Pour illustrer ce qui s'était passé ce soir là, elle fit rouler les dés sur la cuisse d'Anaviel, ils glissèrent de chaque côté, seul un restait en équilibre sur le quadriceps de l'Ardent.

Normalement je joue aux dés de cette manière.

Elle plongea son regard d'améthyste dans celui, plus sombre, de l'Ardent, avec un demi-sourire qui semblait vouloir mettre à l'épreuve, puis, taquine, ramassa chaque dé, un par un, du bout des doigts.

Mais ce soir là, je jouais de cette façon:

Elle lança de nouveau les dés, mais cette fois, les accompagna d'un léger filet de mana. Comme une brise d'air, la magie poussait les petits cubes sur la face voulue. Ils roulèrent donc, sans glisser d'un côté ou de l'autre, du genou d'Anaviel quasiment jusqu'au pli de l'aine... Ils s'arrêtèrent tous sur la face six.
Elle fit claquer sa langue, ravie de son petit effet, mais poursuivi impitoyablement son histoire:

Bon, bien sûr, je ne gagnait pas à tous les coups, mais je plumais un par un chacun des gars de l'auberge... C'est vilain, je sais! Elle rit doucement, Mais la liqueur de cactus me donnait l'impression d'être beaucoup plus discrète que ce que j'étais en vérité... Les gars se sont énervés... Je sais me défendre, mais légèrement éméchée, à cinq contre un... Je ne vendais pas chèrement ma peau.
C'est à ce moment que ce "gentlemen" d'Ulfgar est apparu! Bon bref, il a mis une pâtée à tous ces gars, nous nous sommes enfuis, et...


Elle haussa les sourcils et soupira profondément.

J'imagine que pour lui, l'histoire s'arrêtait là! Bon, je n'aime pas cracher sur la tombe des défunts, mais ce gars là, Ulfgar... Un vrai sociopathe, non?!

A présent, elle dévisagea Anaviel pour obtenir une réponse.

Déjà, par rapport à sa corpulence très impressionnante... Il n'est pas du tout proportionné ce garçon !! Je crois que c'est de là que vient son apparente brutalité! Il a des choses à cacher le pauvre !

L'elfe éclata de rire. Après tout, depuis le début de la soirée, et avec l'absorbtion de Plaisir qu'ils avaient fait tous les deux, Anaviel avait confié des anecdotes et elle se sentait bien plus proche de lui. Pourquoi se gêner de tels aveux?

Ah, il aurait eu bien des choses à apprendre, et je ne suis pas du genre à me formaliser des handicaps de chacun, mais comme un cheval fait un refus d'obstacle et tourne bride, on peut dire qu'Ulfgar est parti en courant ! Hélas, les hommes sont promptes à embellir leurs aventures n'est-ce pas? J'aurais pu m'en douter, mais enfin, je peux peut-être le prendre comme un compliment... Par exemple moi, je ne me serais jamais vantée à quiconque de cette soirée là...

Elle piqua dans le plateau une autre pâtisserie imbibée de miel, se lécha les doigts pour éviter qu'ils ne collent, puis désigna les dés qui se trouvaient toujours en haut de la cuisse de l'Ardent:

Puis-je récupérer mes effets?

Elle avança la main pour reprendre ses dés, les fit glisser dans leur étui, puis se recula contre la banquette:

Et maintenant, quelle histoire vous paraît la plus probable? La version d'Ulfgar ou la mienne?
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 1 Avr 2013 - 22:40 Répondre en citantRevenir en haut

L'histoire d'Anaviel semblait avoir plu à la Dame Engloutie et une fois de plus, l'elfe ressentit ce sentiment de satisfaction en entendant le rire si honnête de son interlocutrice.

Apparemment, les exclamations de la Maîtresse Blanche semblaient déranger les tables voisines mais le Sang se fichait bien de tout cela. Ce soir, il était en excellente compagnie dans un endroit à son goût et quelque peu éméché. Si le bonheur pouvait être illustré, alors ce genre de tableau était parfait. En plus de cela, la femme à ses côtés riait de ses blagues que demander de mieux ?

Raipun revint ensuite et leur apporta une carafe de Plaisir ainsi que de quelques pâtisseries, provenant d'après leurs noms de Ssyl'Shar, et pour terminer d'une longue pipe d'herbe dont Anaviel avait déjà oublié le nom.

Puis vint ensuite l'histoire concernant Ulfgar, pour être réellement franc, Anaviel se fichait complètement de cet abruti mais il lui fallait la conter afin de pouvoir prouver à la Dame qu'il connaissait bien quelques rumeurs à son encontre lui valant une réputation de femme généreuse. D'ailleurs avec un homme aussi laid que le géant roux, il n'y avait bien que la générosité pour lui avoir permis de dire la vérité à ce sujet. Ou bien quelques substances hallucinogènes, allez savoir...
En tous les cas, Anaviel avait déclamé ce qu'il avait pu entendre sur leur relation charnelle et avait pu constater, avec une décevante surprise, qu'au visage de Dinjelaï, cette petite histoire comptait bien une part de vérité.
Même si en soi, la vérité ne changerait à leur soirée, l'Ardent ne put dissimuler quelque curiosité à l'égard de la version de Dinjelaï.

Cette histoire commençait plutôt bien : quelques dés tombés permettaient d'établir quelques contacts physiques qui, avec l'alcool, démarraient quelques stimulations supplémentaires à la situation. Heureusement d'ailleurs que ces dés ne se posèrent pas trop près d'un endroit anatomique trop intime car la Dame en allant chercher ces possessions auraient pu se rendre compte que le Conservateur Ardent avait quelques idées qui ne pouvaient seoir à l'attention d'une éminence.
Mais au-delà de ça, Anaviel découvrit une autre facette amusante de sa congénère. Ainsi la triche n'avait que peu de secrets pour elle concernant ce jeu ? Ils se ressemblaient bien plus qu'Anaviel le pensait.

Cette petite anecdote le fit rire puis, comme la Dame semblait ne pas avoir terminé son récit, il l'écouta en tentant de ne pas faire attention certains égarements de son esprit qui pourraient lui faire perdre sa concentration.

L'histoire d'Ulfgar en soi concordait avec celle de la Dame même si les termes avaient quelque peu changé bien entendu. Toutefois, il semblait que Dinjelaï était éméchée et quoi de plus normal de remercier son sauveur avec les moyens du bord quand on n'a pas l'esprit réellement clair ?

Mais suite à cette histoire, la Dame se permit quelques piques à l'égard du défunt auquel Anaviel ne put s'empêcher de rire. De nouveaux, des clients lancèrent au couple quelques regards désapprobateurs mais Anaviel se fichait bien de ces gens. A vrai dire, ces gens avaient cessé d'exister pour le moment. Même Raipun, avec son physique si affriolant, ne pouvait plus vraiment détourner l'attention de l'elfe dans son état.

Avant de répondre à la Dame, Anaviel éclaircit donc sa gorge d'une goulée de Plaisir avant de goûter une pâtisserie et d'en savourer le goût.

Excellent ces mets... Je serais bien incapable de retenir leurs noms mais j'aime.

Un sourire fut esquissé sur son visage avant que l'elfe ne reprenne la parole.

"A vrai dire, votre histoire concorde quelque peu avec la sienne sauf sur quelques points. Il vous a bien sorti d'ennuis mais il a apparemment oublié de mentionner que vous subissiez quelques effets de l'alcool. Ensuite, il parlait de s'être compromis charnellement avec vous comme vous saviez délibérément qu'il était ardent et qu'il pourrait détenir des informations sur la situation au Màr Taralöm. Etrange de demander ça à un aspirant, ne trouvez-vous pas ?"

L'elfe ferma les yeux un instant. Même s'il parlait sans trop de difficultés, sa tête commençait à tourner et il sentait bien que le prochain verre de Plaisir serait le dernier.

"Quant au fait que ce soit un sociopathe... Je ne dirai pas le contraire, j'ai entendu tant de choses étranges à son sujet dont je préfère me taire pour ne pas transformer cette soirée en horreur... Mais pour sa libido, je pense vous croire sur parole."

Anaviel se mit à rire doucement avant de demander avec une certaine timidité.

"Hum... Peut-être est-ce moi qui suis complètement à l'Ouest avec le peu que j'ai du boire mais ne trouvez-vous pas qu'il fait un peu chaud ?"

Ses mains se portèrent à son col et il déboutonna de manière peu précise quelques boutons de son col.
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:35 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu