Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [Dragonne Airain] Ithildin, liée à Amaélis Yodera Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 487
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 275
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 27 Déc 2012 - 15:29 Répondre en citantRevenir en haut



Nom : Ithildin (« étoile-lune »)

Lié(e) : Amaélis Yodera, Maîtresse Dragon du Màr Luimë

Couleur : Airain

Ascendance : Inconnue

Age : Deux ans. Naissance en Hiver 916/917.

Description physique : Sa croissance achevée, Ithildin est maintenant une Dragonne d'une taille supérieure à celle des Dragonnes Bleues, et son ego, qui doublait déjà son importance quand elle n'excédait pas la taille d'un chien, a également suivi son développement physique, si bien qu'elle n'a aucun mal à se prendre pour une Reine. Ses écailles sont d'un beige pâle, frotté de bronze et d'argent ternis, plus claires au niveau du ventre et dont l'éclat cuivré devient de plus en plus prononcé aux extrémités de ses membres. Si la lumière du soleil affadit la teinte de ses écailles, celle des Lunes (et en particulier celle de la Lune Rousse) révèle toute la brillance et la beauté de leur éclat. La Dragonne se pare de couleurs défiant l'imagination, subtil alliage de cuivre et d'argent, semblable au billon par sa couleur. Son corps est fin et souple, plus taillé pour la vitesse que pour le combat, et une rangée de piquants acérés court le long de sa colonne vertébrale. Sa tête mince est ornée de deux longues cornes légèrement courbées, ses ailes sont faites d'une membrane épaisse et plutôt opaque, et sa queue, même si elle ne se termine pas par des pointes meurtrières, claque comme le fouet.

Description caractérielle : Fière. Fière d'être une Dragonne et consciente d'être unique. Trop fière et trop consciente. Quand Amaélis souffre de ne se retrouver en personne, Ithildin en jouit. Elle aime qu'on l'observe, qu'on l'admire et qu'on s'étonne de sa coloration si spéciale. Elle aime que les gens chuchotent à son passage, et que son entrée dans une salle interrompe pour un temps les conversations et suscite l'intérêt. Chose qui, évidemment, ne plaît guère à Amaélis, cette dernière faisant tout son possible pour inculquer à sa Liée quelque principe de discrétion. Car Ithildin cultive un certain m'as-tu-vu, elle se donne plus souvent qu'elle ne le devrait en spectacle, allant même jusqu'à défier l'autorité. Qui a dit que tous les Dragons étaient des êtres sages et réfléchis ? Elle méprise les bipèdes, sauf lorsqu'il s'agit de personnes qu'Amaélis apprécient vraiment. L'Airain est provocatrice, insolente, et séductrice... Exactement le contraire de sa Liée, qu'elle trouve trop ''coincée" à son goût, et qu'elle ne peut s'empêcher de titiller toute la journée par des moqueries, railleries et autres joyeusetés lourdes de sous-entendus. Elle l'aime, bien entendu, aussi fort que l'on peut aimer son Âme Sœur, et veille sur elle comme une mère sur son enfant, sans rien en laisser paraître. Possessive à outrance, elle tente de rendre Amaélis entièrement dépendante en la brisant et en lui rappelant régulièrement que sa vie n'a aucune valeur sans elle.

Néanmoins, depuis les nombreux écarts d'Amaélis, la vision qu'Ithildin avait d'elle a changé. Trahie, bafouée, dénigrée, la Dragonne ne voit désormais le Lien qui l'unit à la Neishaane que comme une chaîne cruelle et injuste. Elle en est venue à détester Amaélis, et attend patiemment son heure pour pouvoir se venger.

Forme humanoïde choisie :


Lors des rares fois où elle revêt une apparence humaine, Ithildin opte pour celle d'une jeune fille aux formes discrètes, à la chevelure soyeuse aile-de-corbeau (si l'on excepte les étranges mèches pâles qui encadrent son visage), aux yeux d'ardoise et à la bouche rose et charnue, mais avec un visage à l'air hautain malgré sa rondeur juvénile. Sous ses riches habits de velours bleu, son allure est quasiment militaire.

*****


Regard de Flarmya : Depuis que le Regard de Flarmya s'est posé sur le couple, le pouvoir de confusion d'Amaélis se trouve renforcé par le Lien, Ithildin se révélant une alliée puissante et précieuse. L'effet de distorsion du temps créé dans l'esprit de la victime permet désormais à Amaélis de fuir avant que celle-ci ne sorte de transe, un certain laps de temps après que la Neishaane ait cessé de chanter. Le nombre de personnes pouvant être affectées subit également une augmentation (bien évidemment, plus ce nombre sera élevé, moins l'emprise d'Amaélis sera forte).





Dernière édition par Amaélis Yodera le Jeu 7 Sep 2017 - 22:16; édité 3 fois
Publicité





MessagePosté le: Jeu 27 Déc 2012 - 15:29 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 487
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 275
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 24 Aoû 2016 - 16:27 Répondre en citantRevenir en haut

Ithildin, Dragonne des Deux Lunes


Parce que ma façon d'écrire est bien souvent sibylline et que cette Dragonne est toujours un peu complexe à cerner, je présente ici une version approfondie de la description de son caractère.
(Pour les curieux et ceux qui sont intéressés. Et pour moi, aussi.)

~°~


Un tempérament d'apocalypse dans un monde en paix.

Il me semblait obligatoire que le principal mot d'ordre serait : frustration. Ithildin est l'enfant du chaos, mais celui-ci ne peut pas s'épanouir car il n'a pas sa place dans l'ordre des choses. Cela se ressent dans le caractère de la Dragonne. Elle pense qu'elle n'a pas sa place dans le monde, que celui-ci ne pourra jamais lui offrir de quoi donner libre cours à ses aspirations. Son existence même lui paraît comme une anomalie, et elle peut bien se cacher derrière son mépris et sa fierté, elle souffre énormément de cela. Pas au sens où elle ressent une douleur, mais elle sait qu'il y a un gouffre entre ce qu'elle est et ce que le reste du monde voit. Tout ce qu'elle est, tout ce qu'elle représente... les trois Kaerls se sont alliés pour en empêcher l'existence. Elle ne se voit pas comme une récompense, comme le symbole d'une prophétie déjouée. Ithildin a en elle tout ce qu'il y a de plus sauvage, de plus indomptable, de plus chaotique – pas nécessairement mauvais, mais tellement différent de ce qui est communément admis qu'on ne peut que le qualifier de la sorte. Il en ressort énormément de haine, de rage, de jalousie, de solitude. Ithildin est constamment en train de lutter pour se faire une place dans un monde qu'elle déteste – et qui, pense-t-elle, la déteste en retour.

Il y a quelque chose d'injuste, d'incompréhensible, qui touche profondément Ithildin : si l'imminence de l'apocalypse lui a donnée naissance, et que cette même apocalypse a été combattue à tout prix... quelle est la légitimité de son existence ? Quel bien peut-elle amener à Rhaëg, à n'importe qui ?

Une relation immature (évènements inRP et évolution).

Dès l'Empreinte, Ithildin se jette complètement et entièrement dans sa relation avec Amaélis – qui représente, pour elle, la seule explication sensée à son existence si absurde. Sa dévotion est sans égale, de même que son implication. Son seul but, sa seule raison de vivre est de combler la Neishaane. Remplir les vides, faire cicatriser les blessures, détruire sa solitude et la rendre, tout simplement, heureuse d'être là. Elle le fait, cependant, avec cette outrance qui est caractéristique de la Dragonne. Ithildin est tellement désespérée de trouver du sens à son existence, et elle est tellement violente dans ses sentiments, qu'elle le fait sans aucun regard en arrière, sans aucune crainte, sans même prendre le temps de découvrir Amaélis.
Ce fut sa première erreur. Trop empressée, la Dragonne voit ses espoirs et ses attentes brisées, à mesure que les années passent. Amaélis est faible, encline à la mélancolie, confortable dans son malheur. Elle vit mal l'amour d'Ithildin : jaloux, possessif, brutal – tout le contraire de ce qu'elle est. Cela rend les bases de leur relation instables, et une sorte de méfiance s'installe : sont-elles aptes à s'aimer comme l'autre le désire ? Sont-elles capables de remplir les attentes de l'autre ? Sont-elles même capables de se comprendre ? Ithildin ne s'investit que plus dans leur relation, tandis qu'Amaélis commence à s'éloigner.

Le basculement s'effectue, bien entendu, après la disparition de Galaad. Pendant qu'Ithildin est poussée dans ses retranchements afin de montrer à Amaélis qu'elle n'a pas besoin d'une autre personne qu'elle, Amaélis se laisse envelopper par le désespoir et abandonne tout. Ithildin subit une suite de déceptions et de blessures.
Ithildin a toujours vécu et exprimé son amour d'une certaine façon. Chez elle, c'est un sentiment viscéral, où le besoin de posséder l'autre est aveuglant, à tel point qu'aucune barrière ne lui résiste, créant ainsi une relation loin d'être saine (d'un point de vue humain). La Dragonne est intrusive, brutale, féroce, incapable de nuancer son amour. Personne ne peut toucher Amaélis, personne ne peut lui faire du mal, personne ne peut exister à ses yeux à part elle. Aussi, voir Amaélis dans un tel état après la perte d'un proche met Ithildin en rage car elle estime que ce n'est pas normal. Leur Lien devrait être tout ce dont elles ont besoin. Ithildin y voit un premier échec : celui de ne pas avoir réussi à être assez importante pour Amaélis, celui de constater que leur relation n'est pas vécue de la même façon pour elle.
Quand Amaélis se laisse dépérir en Lande d'Eru, Ithildin abandonne pour la première fois l'espoir de réussir, un jour, à réaliser son but de rendre la Neishaane heureuse. C'est un choc immense, un traumatisme. Amaélis, sa seule raison de vivre, la seule personne capable de donner un sens à son existence, l'a reniée et l'a abandonnée. Pour la première fois, Ithildin se sent impuissante et résignée – à cause, pense-t-elle, du Lien et de son amour excessif pour la Neishaane.

Suite à cela, deux actes vont se jouer. Passé le soulagement, en Iolyaku 918, d'assister à la résurrection d'Amaélis, Ithildin va vite réaliser la gravité des évènements – et cette réalisation accompagne un changement radical dans l'état d'esprit de la Dragonne. Les blessures qu'Amaélis lui a infligées sont bien réelles, et douloureuses. La haine, seule réponse envisageable pour une créature du tempérament d'Ithildin, s'installe doucement. Trahie, bafouée, abandonnée, la Dragonne se défait de toute compassion envers sa Liée. À ses yeux (et c'est bien le cas), Amaélis agit comme une gamine égoïste et immature. Elle prend tout l'amour d'Ithildin et ne donne jamais rien en retour. Elle quémande sa protection, son réconfort – et, dès qu'elle n'en ressent plus le manque, s'enferme dans son monde et dénigre avoir jamais eu besoin d'Ithildin.
Au-delà de ça, l'Airain comprend l'importance de cet écart entre leurs caractères respectifs – qui, s'il lui semblait surmontable au début, prend maintenant tout son sens. Amaélis était prête à se laisser mourir, sans montrer le moindre remords, plutôt que de se battre. Un comportement inenvisageable pour Ithildin, et qui fait naître chez elle une peur panique : celle de la dépendance. Avoir été aux premières loges de la déchéance d'Amaélis a grandement traumatisé Ithildin, et celle-ci est maintenant persuadée qu'elle ne doit plus jamais laisser à la Neishaane le loisir de réfléchir seule, par crainte des décisions qu'elle pourrait prendre, encore une fois sans intégrer sa Liée à l'équation. Elle va donc s'évertuer à briser Amaélis, à la rendre complètement dépendante, à lui ôter toute volonté. Ithildin est effrayée par le Lien et par Amaélis, et, bien évidemment, cela se traduit toujours par colère et violence (qui sont les piliers d'Ithildin, on l'aura compris).

De la légitimité de leur Lien.

Qu'ont-elles donc, après tout ça, qui puisse justifier leur Empreinte ? Conflictuelle à outrance, loin d'être saine, leur relation peut intriguer. Et pourtant, leur Lien est profond et c'est sans doute l'incapacité d'un côté comme de l'autre à trouver comment se situer vis-à-vis de ce Lien qui lui donne un aspect extérieur très étrange.

Ithildin et Amaélis partagent le même sentiment de ne pas avoir leur place dans le monde. Toutes deux sont égoïstes, attachées à leur liberté et leur indépendance, relativement méprisantes vis-à-vis du reste du monde – tout en l'exprimant de manière très différente. Mais là où Amaélis représente la stagnation, Ithildin est le mouvement perpétuel. La violence et la haine de la Dragonne font écho à des sentiments qui sont enfouis et étouffés chez la Neishaane, et les voir concrétisés en la personne d'Ithildin lui permet de garder un caractère réservé et peu enclin au conflit. A contrario, Ithildin admire la capacité d'Amaélis à ne pas ressentir la colère, ou, en tous cas, à la vivre comme une fatalité et à ne pas y prêter attention, sans jamais laisser libre cours à sa rancœur envers le monde entier.
Chacune représente ce que l'autre ne peut pas exprimer, à cause de leur tempérament respectif. C'est ce que je voulais montrer avec leur Lien. Amaélis est la passivité, Ithildin est la réactivité. L'une subit, l'autre lutte. Prises individuellement, elles sont excessives, mais, ensemble, elles s'empêchent de tomber dans l'absence totale d'émotion pour l'une, et dans la rage aveugle pour l'autre.

~°~


Actuellement, amour et haine se mélangent parce qu'elles n'ont pas encore véritablement appris à accepter leur part d'ombre (qui est donc représentée par Ithildin pour Amaélis, et inversement) et que les épreuves extérieures semblent jalonner leur destin. Prendre conscience de ce qu'elles signifiaient l'une pour l'autre a peut-être attiré le Regard de Flarmya sur le couple de Liées, mais il leur reste encore bien du chemin à parcourir avant de trouver l'harmonie.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:24 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu