Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [Rp] L'urgence semble de mise Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mer 12 Déc 2012 - 11:53 Répondre en citantRevenir en haut

Iolyaku 918

Cette missive présente sera confiée en main propre à chaque Sang, membre éminent du Concile, apporté par un rapide messager, qui n'a eu que cette tâche. Cachetée du sceau ardent, il est aisé de comprendre qu'elle n'est destinée qu'au membre visé. Mais chaque membre du Concile a reçu la même :

Citation:
Membre du Concile, Votre présence est requise de toute urgence.

Quelque soit l'affaire, l'ordre politique ou vos hobbies, même si vous jugez que cela est plus important à vos yeux que cette ordre de présence, votre présence est requise et extrêmement requise, effaçant tout autre sujet en cours.

Votre absence est vivement déconseillé. Dans les temps actuels, votre non-présence sera très mal apprécié. Comprenez que c'est un ordre absolu de ma part

Trêve de discours, et trêve de pensées dans votre esprit Membre Sang. Venez sous peu, à l'heure et à la date que vous trouverez si bas dans cette missive.

Le Seigneur Alauwyr Iskuvar


Voila, membres du Concile, vous avez chacun votre missive qui est plus une injonction de la part de votre Seigneur qu'un conseil.

Et quand chacun des Sangs arrivera dans le Concile, ce sera pour déjà déjà Alauwyr et le Gardien Seregon présent dans l'immense salle du Conseil. Alauwyr n'était pas du genre à se référer au Concile d'ordinaire. Les réunions de tous les membres étaient donc rares. Là quelque chose se passait mal pour que le Seigneur en arrive à cette extrémité là.

Pour chacun des Sangs qui se présentera, Alauwyr leur accordera un regard noir et pénétrant.



Publicité





MessagePosté le: Mer 12 Déc 2012 - 11:53 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 22 Déc 2012 - 18:34 Répondre en citantRevenir en haut

Lilwen était dans son Weyr, accoudée au balcon tout en méditant sur les changements qui advenaient ces derniers temps. Les termes avaient été fermés peu de temps après qu’elle se soit rendu compte que le chevalier Amarock possédait la même tache qu’elle, les dragons ne pouvaient plus passer par l’Interstice, des morts qui marchent avaient été aperçus en différents endroits sur Tol Orëa, tout ceci était plus qu’inquiétant. Elle soupira tout en contemplant le Val devant elle, ses inquiétudes la rongeaient et ses recherches ne la menaient à rien. Mais brusquement, son sourire lui revint lorsqu’elle aperçut une Incarnate voler dans sa direction. Elle se recula pour lui laisser la place d’atterrir sur le balcon qui la contenait maintenant tout juste. Dans peu de temps, Sethyl ne pourrait plus avoir accès à ses appartements, sa taille avoisinant maintenant celle d’une Bleue.

° Tes inquiétudes sont comme un voile noir sur chacune de mes pensées… °
° Je n’arrive pas à m’en défaire pour autant. °
° De quoi as-tu peur ? °


Lilwen fronça les sourcils jetant un regard noir à sa liée qui déploya ses ailes pour se stabiliser sur la corniche de pierre qui semblait bien petite par rapport à la dragonne.

°Je ne sais pas. ° avoua-t-elle.

C’était tout à fait cela, elle ne savait pas de quoi elle avait peur et cela l’effrayait plus que tout. Rarement auparavant elle n’avait ressenti cela, si ce n’était jamais. Mais quoi que fut cet Ombre, ils n’allaient pas le laisser faire ce qu’il voulait impunément. C’est alors qu’elle entendit frapper à sa porte. Jetant un regard interrogateur à sa liée, elle de dirigea néanmoins vers le battant et l’ouvrit pour y découvrir un serviteur dont la poitrine se soulevait rapidement, il avait dû courir. Sans un mot, il s’inclina avant de lui tendre un pli cacheté du sceau du Màr. Intriguée, la jeune femme le saisi et referma la porte sur le page sans plus de formalités. Rejoignant sa liée, la jeune femme retournait la lettre entre ses doigts, se demandant ce que ça pouvait être.
Décachetant le pli, elle le lut à haute voix, permettant ainsi à sa liée d’apprendre la nouvelle en même temps qu’elle. Lorsqu’elle eut terminé sa lecture, Lilwen s’adressa à sa liée.

Ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne nous convoque…


° Tu penses que c’est à cause de tout ça ? °
° J’en suis presque certaine, pour quelle autre raison sinon ? Le Concile ne se réunit que très rarement. °


La dragonne n’avait que faire de la politique bipède mais elle savait que cela importait à sa liée, donc elle ne dit rien. Lilwen perçut son scepticisme et sourit.

° Tu penses que nous ne pourrons rien y faire ? °
° Je pense que les crocs et les griffe sont plus efficaces que de simples paroles de bipèdes… °


L’incarnate gronda avant de demander :

° Vas-tu leur parler de ta marque ? °


Le regard de la jeune femme se voila légèrement. Sa voix ne fut qu’un chuchotement :

Je ne sais pas.


~°~

Traversant la porte menant au Concile, Lilwen se demanda si tous seraient présents ou non. Elle arriva devant l’immense table, siège de toutes les discussions et ne trouva que le gardien et le Seigneur. Les saluant tous deux, elle répondit au regard d’Alauwyr de la même manière avant de s’assoir à la place qui était la sienne. Sethyl l'avait suivit d'un pas silencieux et contemplait de ses yeux inquisiteurs les personnes présentes. Le débat promettait d'être intéressant...


Dernière édition par Lilwen Izil le Jeu 3 Jan 2013 - 19:24; édité 1 fois
Lyssa Ciniver
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 3 Jan 2013 - 18:37 Répondre en citantRevenir en haut

Lyssa était dans son Weyr elle aussi mais elle n’était pas seule. Ruri son aspirante était là pour une leçon improvisée suite à une heureuse découverte lors d’une sortie sur les flancs du volcan. Les deux femmes accompagnées ou plutôt accompagnant Shenesda avaient trouvé un buisson gorgée de baies intéressantes. Lyssa avait montré à Ruri comment les cueillir sans faire sortir le moindre jus de cette sorte de petits fruits, puis la Maîtresse bleue avait mis fin à la sortie pour revenir rapidement dans ses quartiers où elle pourrait faire découvrir les propriétés à son aspirante en toute sécurité. En toute sécurité ne voulant pas dire sans douleur dans le langage Ciniverien…

La brune venait de retirer de l’âtre une sorte de bol en fonte dans lequel de l’eau était en ébullition, elle versa dans deux coupes le liquide brulant et se mit à écraser une demi-douzaine de baies dans un mortier qui produisirent un jus que la Valherienne mélangea à l’eau. Elle prit une petiote fiole sur une étagère dans une main et se saisit d’une coupe qu’elle allait donner à Ruri une fois le contenu un peu refroidit.

Bois bien tout, et tu auras un aperçu de ce que peut faire une infusion faite à base de Perles granuleuses. Après ça je suis certaine que tu trouveras quel est le bon moment pour utiliser ses baies

Alors que Lyssa tendait la coupe à la Neishaane, on frappa à sa porte avec insistance. Ce qui contraria fortement la brune qui n’aimait pas être dérangé lorsqu’elle enseignait ; elle intimida d’un doigt à son aspirante d’attendre avant de boire, puis alla ouvrir.

La porte en bois laissa place à un jeune humain visiblement essoufflé qui lui remit une missive scellée, Lyssa pu sans mal deviner qui en était l’auteur avant même d’en briser le sceau et de la lire. Prenant connaissance du pli, elle allait congédier l’humain sans ménagement mais il lui vint une petite idée qui allait assouvir quelque peu son mécontentement généré par l’arrivée impromptue d’une part mais surtout par le ton employé contenant une sorte de menace mal déguisée ; elle fit entrer le jeune homme avec un sourire enjôleur et fit signe à Ruri d’approcher.

– Nous allions mon aspirante et moi déguster cette infusion, je t’en prie joins toi à nous. Après toute cette course tu dois avoir soif.

Elle prit des mains la coupe et la tendit au serviteur qui ne demanda pas son reste et en bu la moitié d’un trait. Il était surpris et ravi de voir que la Maîtresse bleue n’était pas l’arrogante personne qu’on lui avait dépeinte mais elle était aussi belle qu’on le lui avait dit, tout comme son aspirante d’ailleurs qu’il ne lâchait pas des yeux. Malheureusement pour lui son ravissement fut de courte durée, si le gout de l’infusion était doux, il n’avait pas pensé un seul instant à l’effet produit.

– Il ne peut plus respirer, sa langue à gonfler et elle bloque l’arrivée d’air et comme il n’en a plus le contrôle il va rapidement manquer d’air. La petite fiole que tu vois contient le remède mais c’est un produit qui nécessite une longue préparation et un male serviteur tel que lui ne mérite pas que l’on gaspille ce contrepoison. Il te reste deux solutions Ruri, le regarder mourir ou bien lui couper la langue avec une lame. Je te laisse décider de son sort et une fois ce divertissement terminé il nous faudra nous préparer et rejoindre la salle de réunion du concile.

Lyssa regardait le jeune homme paniquée et se contenta de fermer la porte pour couper court à toute idée de fuite. Son seul salut était désormais la jeune Neishaane.

Une fois l’intermède passée, Lyssa expliqua ce qu’elle attendait de son aspirante.

– Nous irons ensemble au concile, je veux que tu connaisses les membres qui compose le conseil et que tu saches les reconnaître. Ne leur adresse pas la parole ce n’est pas le but.

Je te laisserai devant la porte, tu m’y attendras et quand nous serons tous rentrés dans la salle, trouve un moyen de nous écouter sans te faire prendre. Cela sera très instructif. Je te laisse libre champ sur la façon de procéder Ruri


° Shen laisse ta chasse et vient me retrouver, nous sommes convié au concile °

° Entendu ° pesta tout de même la bleue

Une fois arrivée devant la salle du concile dont les portes étaient grandement ouvertes pour le moment, Lyssa fit quelques présentations, Shenesda elle, resta silencieux et attendit sa liée pour rentrer dans la salle sous sa forme naturelle.

– Tu connais déjà notre Seigneur, Alauwyr Iskuvar, il est accompagné du gardien du Kaerl Seregon, la demi-elfe que tu aperçois là bas c’est Lilwen Izil la grande Légate.

Au fur et à mesure des arrivées Lyssa fit les présentations

– Yuma Amarok est l’Archonte Brûlant, Anaviel Indalwë tient le rôle de conservateur, Annah Innd'velynh représente le clan des Introvertis comme je représente celui des Valheriens, Eléderkan Garaldhorf est notre inquisiteur suprême.

Il ne manque que Martel Dehlekna le représentant du Clan Dominant, Marek d'Ardiénor le prêtre de Flarmya, Brendart Fawkes l’intendant Général ainsi que Ioana Cyallaïd le Maître d'Armes et Mora del Caelan qui occupe la fonction de Shaman.

Bien je te laisse je vais prendre place avec Shenesda, tu sais ce que tu as à faire…
Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 3 Jan 2013 - 23:11 Répondre en citantRevenir en haut

Il était des journées qui étaient des préférées de Ruri. Les entraînements pratiques à l’empoisonnement en faisaient partie, même si pour cela elle devait parfois ingérer des contenus étranges, parfois très amer. Mais sa confiance absolue en Lyssa la poussait à boire ces breuvages car l’antidote l’attendait toujours au bout du tunnel, aussi difficile à franchir soit-il. Après s’être promenées pour ramasser des baies en essayant d’en conserver le jus – exercice difficile – Ruri et Lyssa se retrouvèrent au Weyr. La valhérienne en faisait une boisson que devrait bientôt ingurgiter l’aspirante.

- Bois bien tout, et tu auras un aperçu de ce que peut faire une infusion faite à base de Perles granuleuses. Après ça je suis certaine que tu trouveras quel est le bon moment pour utiliser ses baies.

Un exercice classique en soi mais qui demandait énormément de volonté. Alors que l’adolescente allait porter le breuvage à ses lèvres, sa maîtresse l’arrêta. Quelqu’un venait de frapper à la porte. Un humain, peu âgé et essoufflé, tenait une missive dans ses mains qu’il donna à la maîtresse bleue. Après en avoir brisé le sceau et lu le contenu, l’humaine invita le coursier à boire la coupe.

– Nous allions mon aspirante et moi déguster cette infusion, je t’en prie joins toi à nous. Après toute cette course tu dois avoir soif.

Ruri était amusée de cette réaction et elle posa sa coupe sur la table. Ce ne serait pas elle qui en boirait le contenu aujourd’hui. L’humain but une grande partie de ladite infusion.

– Il ne peut plus respirer, sa langue à gonfler et elle bloque l’arrivée d’air et comme il n’en a plus le contrôle il va rapidement manquer d’air. La petite fiole que tu vois contient le remède mais c’est un produit qui nécessite une longue préparation et un male serviteur tel que lui ne mérite pas que l’on gaspille ce contrepoison. Il te reste deux solutions Ruri, le regarder mourir ou bien lui couper la langue avec une lame. Je te laisse décider de son sort et une fois ce divertissement terminé il nous faudra nous préparer et rejoindre la salle de réunion du concile.

Deux solutions. Soit laisser l’homme mourir de suffocation soit abréger ses souffrances. Que méritait-il de mieux ? Ruri resta pensive quelques secondes avant de sortir une dague et de s’avancer vers le pauvre coursier qui fixait de ses yeux exorbités les deux femmes. Il ne pouvait pas être tombé plus mal. L’humaine ferma la porte tandis que Ruri s’avança vers le coursier. Il recula d’un pas et percuta le mur. Il avait beau essayer d’ouvrir la bouche pour respirer, il ne pouvait rien faire. La neishanne plongea une main entre les lèvres du coursier sans ménagement et tira la langue visqueuse. Il bavait, incapable de retenir ses sécrétions. Elle tira sa dague et trancha le membre. Un râle guttural s’échappa de la gorge de l’homme. Ruri le prit dans ses bras et l’allongea, gardant sa tête droite d’une main pour forcer l’humain à se noyer dans son propre sang. Il perdit connaissance et plus jamais il ne se réveillerait. Des gouttes de sang avaient giclées sur le visage de la neishaane. Elle se dirigea vers la vasque et y plongea ses mains et sa dague. Elle les nettoya avant de s'imprégner le visage et de se sécher.

– Nous irons ensemble au concile, je veux que tu connaisses les membres qui compose le conseil et que tu saches les reconnaître. Ne leur adresse pas la parole ce n’est pas le but.
Je te laisserai devant la porte, tu m’y attendras et quand nous serons tous rentrés dans la salle, trouve un moyen de nous écouter sans te faire prendre. Cela sera très instructif. Je te laisse libre champ sur la façon de procéder Ruri.


Ruri avait fourré un linge dans la bouche de l’homme de sorte à ce qu’aucune tâche de sang ne vienne salir les appartements de sa maîtresse. Etrangement, elle avait ressentir une certaine satisfaction à voire l’homme perdre la vie de son fait. Un sentiment étrange qui resterait gravé à jamais dans sa mémoire. Elle acquiesça au propos de Lyssa. Retenir les visages des membres du Concile ainsi que leurs fonctions. Ce ne serait pas forcément aisé mais elle y parviendrait.
Quelques minutes plus tard, Ruri était placé à côté de sa maîtresse, regardant les arrivants au fur et à mesure de leurs apparitions.

– Tu connais déjà notre Seigneur, Alauwyr Iskuvar, il est accompagné du gardien du Kaerl Seregon, la demi-elfe que tu aperçois là-bas c’est Lilwen Izil la grande Légate.

Ruri observait tranquillement, sans mot dire.

– Yuma Amarok est l’Archonte Brûlant, Anaviel Indalwë tient le rôle de conservateur, Annah Innd'velynh représente le clan des Introvertis comme je représente celui des Valheriens, Eléderkan Garaldhorf est notre inquisiteur suprême.
Il ne manque que Martel Dehlekna le représentant du Clan Dominant, Marek d'Ardiénor le prêtre de Flarmya, Brendart Fawkes l’intendant Général ainsi que Ioana Cyallaïd le Maître d'Armes et Mora del Caelan qui occupe la fonction de Shaman.
Bien je te laisse je vais prendre place avec Shenesda, tu sais ce que tu as à faire…


Tant de noms à retenir et pourtant, tout semblait s’incruster dans sa tête sans difficultés. Elle laissa partir Lyssa et Shenesda avec regrets avant d’attendre patiemment que tous les membres soient entrés.
Yuma Amarok
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 4 Jan 2013 - 16:32 Répondre en citantRevenir en haut

Une convocation au Concile ? Pour une première s'en était une ! Considérant la missive sous les regards curieux du messager et de sa dragonne, le jeune homme fit les cent pas dans ses appartements. Cela ne ressemblait guère au Seigneur Noir de se montrer si pressant. Quelle situation avait donc pu le pousser à faire parvenir pareil avertissement ? Suivi des yeux par ses deux interlocuteurs, il finit par éconduire le porteur du message, hochant la tête pour le remercier et tournant le morceau de parchemin dans la direction de Nemuri. Peut-être en saurait-elle plus, elle qui fréquentait les pensées des autres dragons.

*Un grand trouble habite l'esprit des miens, Yuma, et m'est avis que tu devrais te rendre au Concile sans plus tarder.*

L'affaire était bigrement ennuyante, mais, il ne devait pas trainer pour rejoindre les autres. Oubliant corps et bien l'idée de se changer, il conserva donc la tenue d'entraînement qu'il avait revêtu pour s'exercer, ajustant simplement sa ceinture autour de sa taille. Déjà qu'il n'était pas vraiment pris au sérieux à cause de son jeune âge, si en plus sa tunique débraillée renforçait cette idée... Le mieux était encore de ne pas s'occuper de cela et de s'enquérir directement de ce qui allait leur poser problème. Tant pis pour les regards dédaigneux de certains, il n'avait pas le temps d'y prêter attention quoi qu'il en fût.
Suivi de Nemuri, Yuma sortit donc, traversant les couloirs à grandes enjambées, un air sûr et sérieux ancré sur le visage. Tant et si bien d'ailleurs que personne n'osa l'aborder, se demandant quelle mouche l'avait piqué. Seul un pauvre aspirant fut interpelé sur le passage de l'Archonte Brûlant, inquiet de savoir ce qu'on allait lui demander d'aussi grave. Le visage du demi-sang était alors passé directement à une expression amusée, tandis que la question fatidique, et murmurée, franchissait le seuil de ses lèvres :

- Où se trouve le Concile ?

La réponse tarda à venir, malheureusement : peu savaient lui décrire le chemin avec précision. Tapotant sur l'épaule des jeunots, Yuma finit toutefois par avoir des indications suffisantes pour lui permettre de ne pas arriver trop tard. Maintenant qu'il y pensait, on lui avait déjà montré ledit bâtiment, lors de ses débuts en tant qu'aspirant. Le fait était toutefois, que l'information lui était entré par une oreille, pour sortir par la seconde. Bah, ce n'était pas si important après tout, l'essentiel était qu'il sût désormais où se rendre. Secouant la tête avec lassitude, Nemuri l'avait regardé faire sans un mot, jugeant qu'elle aurait peut-être dû consulter les siens avant toute chose. Ses yeux rembrunis reprirent un peu d'enthousiasme lorsque son lié passa une main amicale sur son museau, la poussant à afficher l'un de ces sourires reptiliens énigmatiques : au fond, elle ne pouvait guère lui en vouloir.

Une seule chose continuait de l'inquiéter, toutefois. La Bleue n'avait guère l'expérience des réunions de ce genre, mais, un élément la préoccupait beaucoup : la Marque Noire, inscrite sur la nuque de son âme-soeur, était peut-être l'un des éléments qui avaient déclenché cette panique dans le coeur d'Alauwyr Iskuvar. Le cadavre qui avait entonné le futur sort des marqués, au sein du Val, n'avait cessé de parcourir les pensées de son lié, sans relâche. Tant et si bien que le jeune homme ne trouvait plus vraiment le sommeil. Quand le sommeil le frappait, c'était pour être parcouru d'horribles cauchemars où les morts le poursuivaient...

*Crois-tu qu'Iskuvar ait enfin décidé de prendre cette menace au sérieux ?*
Avança la dragonne, alors qu'ils parvenaient jusqu'à la porte du Concile. *Je sais quelle colère gronde en toi.*

*Je ne leur parlerai pas de cette Marque.*
Répondit-il en fronçant les sourcils. *Ce que je veux savoir, c'est comment faire la peau au salaud qui croit pouvoir tenir ma vie entre ses mains.*

N'ajoutant rien de plus, Yuma poussa sans ménagement les portes du bâtiment, avant d'y pénétrer. Ses iris mauves se plantèrent dans les prunelles noires d'Alauwyr, le poussant à hocher la tête pour saluer le Seigneur des lieux, avant de prendre place à son tour -non sans avoir préalablement eu à s'assurer que c'était bien son siège.
C'était grave : il suffisait de voir l'expression du Gardien et de son complice pour le deviner. Inquiète, Nemuri s'installa aux côtés de son lié, sondant la salle tranquillement, de son regard d'un gris perlé, avant de demeurer concentrer sur les alentours. Cette habitude de surveiller lui était venue tout naturellement, avec le temps. Aujourd'hui plus qu'un autre jour, elle se devrait d'être attentive, afin que le demi-sang n'eût pas à subir de regards accusateurs, du fait du stigmate qui s'était ancré sur sa peau. A ce jour, seule Lilwen, liée de sa soeur Incarnate, était au courant de cela et devait le demeurer... si tout se passait bien.
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 653
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 602
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Dim 6 Jan 2013 - 13:57 Répondre en citantRevenir en haut


Eléderkan Garaldhorf & Thémos


Des rêves de mort étaient revenus hanter Eléderkan Garaldhorf cette nuit-là. Ismira, sa tendre Ismira, hurlait sous ses coups. Il tuait de ses mains son seul amour, rougissant son épée de son précieux ichor. Comme les six mois qui avaient suivis le plus grand désastre de sa vie, il la tuait encore, chaque nuit, dans ses rêves. Et il mourait à son tour. Quelque chose mourait dans son cœur. A chaque blessure de son âme, il mourait. Bientôt, il ne resterait de lui qu’une enveloppe vide et dénuée de sentiments. Il se maudissait, se prenait à haïr les dieux, se surprenait à mépriser la seule trace vivante de son amour, qui subsistait en leur fille. Persée vivait libre, elle était sauvée. Ses parents l’avaient sauvés en se meurtrissant eux-mêmes, sans que la petite sache pourquoi. Ismira s’était sacrifiée. Mais qui allait sauver Eléderkan maintenant ?

° Les rêves sont revenus. C’est de mauvais augure. °

Thémos venait d’entrer dans le Weyr de son Lié d’un pas étonnamment silencieux. Sa longue tête cornue aux yeux brillant dans le noir n’indiquait pas son état d’âme. Cela n’empêchait pas l’Elfe de ressentir sa profonde inquiétude. Elle était un parfait reflet de la sienne. Eléderkan n’aurait jamais dû vivre aussi longtemps. Trop de mauvais sorts avaient jalonné sa vie. Et quand les cauchemars, les souvenirs de ses erreurs passées, revenaient la nuit troubler son esprit, c’est que le monde allait bientôt changer.

La convocation au Concile ne s’était pas faite attendre, ce qui acheva d’entériner la certitude de grands changements en le cœur de l’Elfe de glace. Des changements qui s’étaient déjà fait annoncer. Après la disparition – meurtre, fuite ou enlèvement – de l’Aspirante Aranel, la grande nouvelle du zombie sur le Val et la révélation devoir la fameuse Marque Noire orner les reins de l’un de ses anciens Aspirants, le Chevalier Vert Kerlec, des éclaircissements ne seraient pas de refus. Depuis le temps qu’il résidait au Kaerl Ardent et se mêlait de sa politique, il n’ignorait pas que les débats du Concile pouvaient s’embourber facilement dans des querelles stériles. Pourtant, il fallait agir.

Eléderkan appréciait la ponctualité. Il salua ses pairs, maudissant l’absence de certains retards et prit place à sa place habituelle, la broche signifiant son rang d’Inquisiteur Suprême brillant sur sa veste, l’ombre gigantesque de son Bronze s’asseyant derrière son siège. L’ordre du jour, il le connaissait déjà d’instinct. Lui aussi avait des choses à dire. Mora Del Caelan, en entrant dans la pièce, lui jeta un regard circonspect. La peur suintait par tous ses pores, même si elle se refusait à le montrer par orgueil. Le jeune Yuma Amarok, qui ne devait attendre qu’une bonne opportunité de faire ses preuves, faisait preuve d’un calme exemplaire en vertu des rumeurs sur son caractère rebelle en tant qu’Aspirant. C’était tout à son honneur. Le regard de l’Elfe glissa sur Lyssa Ciniver, venue avec sa toute fraîche - et blanche – Aspirante. Ce constat lui fit hausser un sourcil puis il s’en désintéressa. Deux dames d’Incarnates se partageaient la salle, une légère tension de phéromones de Reine emplissait l’air. Quant à savoir si celle-ci provenait en premier lieu de la Chevalière Izil ou de la Maîtresse Innd’velyn… Les autres manquaient encore à l’appel. Eléderkan surveillait attentivement les faits et gestes de son ancien ami Martel ; et il se rappelait qu’il devait une audience au Chevalier Fawkes ainsi qu’un interrogatoire au Conservateur Ïndalwë…

Côte à côte, le Gardien et le Seigneur ne masquaient pas leur mine sombre.


Désolée, je suis un poil rouillée x__X



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Alecto de Sigvald
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 30 Jan 2013 - 08:31 Répondre en citantRevenir en haut

Une longue jonque de nuages, teinte d'un violet épais et sanguin, amarrée au ras de l'horizon, retardait seule le premier feu de l'aurore. Puis le soleil allumait sur les fleurs, les arbres, les herbes, un étincellement de rosée brillante. Un spectacle dont ne se lasserait résolument jamais l'héritier de la maison des Sigvald, qui contemplait inlassablement la beauté de l’aube, toujours empli du même sentiment de béatitude. Il surplombait le bassin du haut de la terrasse de ses luxueux quartiers, la lumière émanant de l’astre céleste se reflétant sur l’eau et luisant à sa surface. Une légère brise, vint effleurer son visage, faisant par là-même virevolter ses cheveux dansant au gré du vent.

"Ce spectacle n'est-il pas admirable ?"

"Assurément, Maître de Sigvald."

Le nouveau Second du Kaerl Ardent se tenait de dos à son interlocuteur. Il s’agissait d’un émissaire du Seigneur Iskuvar, qui avait effectué le déplacement afin de lui délivrer en mains propres une importante missive, vraisemblablement au contenu sensible ou relativement urgent. Pour autant, Alecto ne semblait guère accorder véritablement d’attention à son visiteur, qui n’obtint pour seule réaction qu'un silence significatif. Il demeurait ainsi impassible, poursuivant d’embrasser toute la splendeur de ce levé du jour avec un flegme troublant. Il attendait toutefois que l’émissaire s’exécute, ce dernier redoutant probablement d'interrompre le maître des lieux et de s'exposer à d'éventuelles sanctions...

"Et bien qu'attends-tu, messager ?"

Le messager lui remit ainsi la lettre, le saluant en penchant gracieusement la tête, puis se retira posément en reculant, jusqu’à disparaître par la porte coulissante, façonnée dans un magnifique bois laqué, par laquelle il était arrivé. Le noble Elfe décacheta subséquemment l’enveloppe et en libéra le contenu, en lisant avec attention les instructions, ponctuées par le sceau du Seigneur. Ainsi était-il immédiatement convoqué afin de participer à une session exceptionnelle du Concile, sans que plus de détails ne soient donnés. Esquissant un sourire, le jeune Valherien allait enfin officier pour la première fois en tant que Second du Màr Tàralöm, retournant à l'intérieur de son Weyr avec satisfaction.

"Que voulait-il ?"

"Nous sommes immédiatement convoqués pour assister à une réunion spéciale du Concile."

"Intéressant."

Ne perdant guère de temps supplémentaire afin de ne point être en retard, le tandem se mit immédiatement en route vers le Concile. En effet, il s'avérait quelque peu inenvisageable pour le nouveau Second de faire mauvaise impression dès la toute première session du Conseil, sous peine de voir sa légitimité, voire sa crédibilité, en prendre un coup. C'est donc relativement rapidement que le duo arriva à destination, atteignant les glorieux locaux du Concile en temps et en heure. Ces derniers n'avaient d'ailleurs rien à envier au Mahalma en terme de luxe et d'espace, et nul doute que les tout nouveaux allaient peut-être devoir demander leur chemin afin de parvenir jusqu'à la salle principale.

De toutes évidences, il n'était ni le premier, ni le dernier arrivé. Saluant respectueusement Alauwyr et Seregon en s'inclinant légèrement, il se dirigea avec une satisfaction dissimulée vers sa toute nouvelle place, celle située à l'autre bout de la table, à l'opposée du Seigneur. Savourant la courte marche qui le séparait de son tout nouveau fauteuil de Second, il s'installa avec sobriété, et salua alors les autres Sangs d'un hochement de tête gracieux mais contenu, jouissant intérieurement de son nouveau statut. Gardant le silence, il ne put s'empêcher de sourire lors de l'arrivée de Mora, et remarquait que Lyssa avait faite venir son Aspirante, ce qui décrocha un semblant de réaction chez Elederkan.

"Tu as beaucoup de chance d'avoir Lyssa comme Maîtresse ! Les Aspirants n'ont normalement pas leur place au sein d'un lieu de pouvoir aussi prestigieux que le Concile, quand bien même resteraient-ils au seuil de la porte."

Affichant un regard complice et furtif en direction de son initiatrice aux Arts Valheriens, son attention se focalisa alors sur l'étrange atmosphère résultant de la présence des deux Incarnates, reconnaissant bien là Sethyl et Veovis, tandis que celles des deux Empereurs Noirs père et fils apparaissaient bien plus contenues et maîtrisées.

°Il semble que femelles Dragons et femelles humaines partagent au moins un point commun...°
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 18 Fév 2013 - 20:57 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr avait gardé un bien étrange silence le temps que les Sangs convoqués viennent à se présenter comme il l'ordonnait dans sa missive. Certains venaient avec leur lié. Quelques uns des Sangs saluèrent le Seigneur, d'autres non ; comme à l'habitude, certains ''rescapés'' du précéden concile, qui avait perduré si longtemps avant la venue d'Alauwyr agissaient comme à leur accoutumé, mais de les voir ici montrait bien qu'ils avaient perçu le sérieux de l'urgence qui leur avait été adressés. Et chose encore plus extraordinaire fut que le Seigneur ne balança aucune remarques déplacée. Aucune. Il se contenta seulement d'adresser un regard au Gardien, ce derneir hochant de la tête comme pour approuver ce qu'il allait dire devant tous les Sangs.

Tous ?

°Non, il manque Anaviel°

Alauwyr sourcilla. Il allait devoir attendre que cet elfe se ramène. Malgré tout, il ne pouvait faire languir les Sangs. Même pour son cas... particulier, Alauwyr ne pouvait faire une exception. D'ailleurs... Oh et tant pis pour lui ! Par contre, il avait relevé la largesse de Lyssa quand à la présence de son aspirante... Il préféra taire ce scandale pour l'instant. L'heure n'était pas à régler ces comptes là maintenant. Chaque chose en son temps....

''Chers Sangs. Vous vous demandez sans doute pourquoi je vous ai ''demandé'' de participer à cette session.''

Anaviel se présenta donc comme il se devait, dans toute sa dignité elfique et ténébreuse, avec un regard éloquent, adressé à Alauwyr, avant qu'il n'ait rejoint sa place. Le Seogneur se contenta de sourciller, avant de poursuivre.

''Vous n'êtes pas sans savoir des rumeurs qui circulent à l'heure actuelle. Certaines ont malheureusement leur part de vérité. A l'heure où je vous parle, un être qui se fait Le Maître de l'Ombre a usé désire en tout haut point à asservir Notre Kaerl et les deux autres...''

Seregon, qui d'ordinaire préférait garder le silence, entra dans la conversation pour illustrer plus en avant les paroles du Seigneur. Il tenait visiblement à énoncer les choses au plus précis

''Tels furent les mots de son messager malheureux, avant qu'on comprenne qu'il n'était qu'un mort ramené à la vie... par cette marque. Voila ce qu'il dit : Mon Maître m’envoie vous délivrer ce message. Que ceux et celles qui portent sa Marque sachent que désormais leurs jours sont comptés. La Marque du Maître des Ombres est le signe qu’il arrivera bientôt, pour prendre ce qui lui revient de droit et ce que personne n’a osé jusqu’à présent s’emparer. Les Dieux sont de faux dieux, qui ont essayés d’asservir les Valherus, les seuls véritables maîtres des univers. Vous, insignifiants descendants de cet odieux esclavage, devrez tous ployer le genou devant l’Ombre. Car mon Maître vient pour Tol Orëa, dernier bastion de la puissance des Valherus. Pour son retour sur la terre de ses ancêtres, il vous offre la possibilité de rejoindre ses rangs. Apportez-lui les Clefs d’Ouranos ! Ou bientôt, tous ceux qui arborent sa Marque mourront.''

Puis le Gardien croisa les bras et ferma son regard millénaire, comme se plongeant dans la mémoire ancestrale des siens. Alauwyr n'eut pas besoin de lui adresser un coup d'oeil pour savoir que rien d'autre ne sortirait de sa bouche.

''Une marque noire marquait ce malheureux messager.... et il semble donc qu'elle soit imprégnée dans la peau des cibles de ce nouvel ennemi. Qui ? Nous ne le savons point encore. ''

Les yeux noirs d'Alauwyr se durcirent.

''Si vous êtes au Concile aujourd'hui c'est que vous faites partie des plus éminents Maîtres-dragons du Kaerl, donc tous les Sangs ont besoin de savoir ce que chacun d'entre nous a pu apprendre, voir ou entendre sur cette marque noire et surtout si on sait quelque chose sur les clés d'Ouranos. Car il est hors de question de laisser une marge de manoeuvres à nos confrères neutres et Célestes. Je ne tiens pas à ce que nous venions à ramper devant eux pour obtenir des connaissances. ''

Il posa son regard sur chacun des sangs présents.

''Le Màr Taralom va devoir affronter une nouvelle épreuve et nous devons l'aider à la surmonter. S'il y a des marqués dans nos rangs, j'ai besoin de le savoir. Non pas pour les éradiquer, mais pour voir s'il n'y a pas un moyen par eu et leur marque de les aider avant qu'il ne soit trop tard....''

[HRP : m'envoyer un mp si jamais j'ai omis un truc ou si je me suis ratée sur un élément du scénario. Je ferai répondre les sangs PNJ à ma prochaine réponse, sauf si certains souhaitent les faire parler avant, c'est pas un soucis Clin d'Oeil]



Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 21 Fév 2013 - 22:05 Répondre en citantRevenir en haut

°Pas envie de venir !°

°Zaknafein ! Ne fais pas l'enfant !°


L'elfe observait son lié avec un certain détachement, cette missive lui demandant de venir au Concile de toute urgence l'intriguait beaucoup.
De son côté, Zaknafein était étendu sur son gros coussin rutilant de diamants et d'émeraudes. Un goût chic qui était contraire à l'éthique de l'elfe, celui-ci préférant d'avantage la sobriété.

°Je ne veux pas être dans la même pièce que des dindons rouges et ces... Bronzes ! Eurk ! Rien qu'à imaginer leurs gros popotins de raclures, j'ai envie de vomir.°

C'était là le problème : Zaknafein et les Bronzes sans compter les Incarnates... Anaviel avait du mal à imaginer les raisons de cette mésentente et pourtant elle avait bel et bien lieu.

°Soit, je comprends. Mais si tu ne viens pas, ces Bronzes et ces Incarnates pourraient croire que tu as peur d'eux.°

°Et alors ? Grand bien leur fasse, ils ne peuvent pas plus se complaire de leur grandeur de toutes façons. Et si je viens, je vais encore devoir supporter leurs roucoulements pendant des heures. Je risque de les cogner, de les bouffer... Non, pas de les bouffer, je pourrai être malade.°

°Zak, ça suffit ! Tu viens !°

°Dans tes rêves, le brouteur ! Vas-y tout seul !°

°Il y aura un buffet rien que pour toi là-bas...°


Le Brun leva la tête et observa intensément Anaviel.

°Sérieux ?°

°Si je te le dis...°

°C'est justement ça le problème ! C'est toi qui me le dit !°

°J'avoue... Bon... En ce cas, je ne vois pas d'autres solutions... Je te laisse là et je choisis notre prochain aspirant en te désignant comme sa baby sitter.°

°T'oserais pas !°

°Tu veux parier ?°

°Bordel ! C'est bon, j'arrive... Mais le prochain aspirant, c'est moi qui le choisis.°

°Si tu veux.°


~~~~~~


Le duo arriva enfin à l'entrée du Concile. Leur petite dispute avait pris bien trop de temps et ils étaient définitivement en retard à présent.

°Fais bonne impression tu veux ?°

°Parle pour toi, crevette !°


L'elfe lâcha un soupir tandis qu'il poussa la porte du Concile. Déjà tous les yeux étaient braqués sur lui et leurs regards ne faisaient que conforter l'elfe dans son impression d'être en retard et qu'on le lui reprochait.

Anaviel s’avança alors sans un mort vers sa place, jetant un regard à Alauwyr avant de faire mine de pouffer de rire en arrivant à sa hauteur.

Puis vint enfin le discours de Seregon. Anaviel l'avait déjà entendu. Ainsi c'était donc de ça qu'il s'agissait ? Et alors ? Il suffisait de refuser. Après tout ces marqués ne devaient pas être bien malins pour avoir été bernés par un homme qui manipule des cadavres.

Enfin ce fut au tour d'Alauwyr de continuer à parler.
Anaviel se mit à bailler et posa sa tête sur sa main pour montrer son ennui, réaction provocante mais qui ne l'empêchait cependant pas d'écouter les dires de l'autre crétin.

Une fois qu'il eut fini, Anaviel prit la parole.

Euh... Quand vous dîtes que nous faisons partie des plus éminents Maîtres et Chevaliers Dragon, vous me comptez aussi ? Je dis ça parce que c'est la première fois que vous me faîtes un compliment. C'est un évènement à marquer.

L'elfe se mit à sourire avant de reprendre.

Bref, résumons la situation... D'après ce messager, nous n'avons que deux choix, offrir les clefs d'Ouranos à son Maître ou voir mourir des gens marqués ? Déjà, qui est-ce maître à proprement parler ? Et puis qui nous dit que nous devrions agir ? D'un point de vue personnel, je ne compte même plus mes ennemis dans le Màr Taralöm alors une poignée de moins... Quelle différence ?
Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 21 Fév 2013 - 23:45 Répondre en citantRevenir en haut


Mora Del Caelan & Nymelith

La hache du destin s’abattait sur les Sangs du Màr. Les paroles du vénérable Gardien ne surprenaient pas l’Inquisiteur Suprême. Il savait déjà tout cela. Le Chevalier Vert Kerlec lui avait tout dit, ses agents avaient tout vu et le Màr Menel se trouvaient dans les mêmes ennuis jusqu’au cou. Il fallait parier que cela était de même chez les Engloutis. Un parfum de peur régnait sur l’Ile des Dragons. Des fragrances de complot moisi, de machinations brumeuses et de magie noire sous la forme d’une innocente petite fleur bleue retrouvée dans la gorge de morts-qui-marchent. Cette épée de Damoclès qui planait sur les Marqués le confortait davantage dans l’idée qu’il n’était jamais bon d’invoquer les puissances de ce monde. Quel qu’était son nom et sa légitimité sur Tol Orëa, ce mystérieux Maître des Ombres jouait avec des pouvoirs bien trop grands pour être en la possession d’un seul homme. Même un dragon ne pouvait prétendre à pareille sorcellerie. Et pourtant, les Dieux savaient seuls à quel point, de toutes les créatures magiques qui avaient vécu et vivaient encore, semées aux quatre coins du globe, que les dragons étaient les plus sages et les plus fortes d’entre elles. Alors un homme, ou ce qui s’en rapprochait, Eléderkan Garaldhorf se permettait de douter…

Il comprenait à demi-mot tout ce que devait taire leur Seigneur. Avec sa mine sombre, encadrée de cheveux d’argent, celui que l’on appelait auparavant de part Rhaëg le Fléau Noir redoutait sans doute une vague de panique sur le Kaerl, alors que celui-ci grimpait les échelons d’une puissance nouvelle à la fois sur l’île et que les continents extérieurs. Ignorer les paroles de ce rat d’égout en putréfaction qui servait son obscur Maître, et la faillite du Màr Tàralöm pourrait bien lui retomber dessus sans crier gare. Il n’avait pas le choix s’il sohaitait conserver sa place et son honneur. Cependant, il y avait plus grave encore que des troubles sociaux et politiques au sein de Tol Orëa. Il y avait tout à craindre de pareille engeance. La Conjonction des Deux Lunes et la vendetta de la secte des Vertueux restaient encore frais dans les mémoires, particulièrement chez les dragons. Les hommes aimaient le pouvoir ; les Enfants de Flarmya prônaient la pérennité. Ils étaient la Voix de l’Eternité. Si les dragons s’agitaient autant pour « si peu », il y avait tout à craindre, oh oui…

Eléderkan, jusqu’alors revêtu de son masque impénétrable, décroisa ses mains gantées et se redressa dans son siège. Dans l’ombre du dossier, le surplombant de toute sa masse, Thémos le Bronze roulait des yeux vigilants, comme un avertissement. Le temps et le destin leur avaient fait comprendre à tous le danger comme le salut que pouvaient représenter les puissances anciennes de Rhaëg. Il ne fallait négliger aucun enjeu autour de cette table, pas même le plus mystique – même si l’idée de complaire à la mystificatrice Maîtresse Del Caelan le répugnait. Ses prunelles glacées se portèrent sur le Conservateur.

- Nous ne devrions pas sous-estimer pareil message, Maître Ïndalwë. En plus d’un siècle passé sur cette terre, j’ai vu bon nombre de choses extraordinaires, et dont je ne me vante pas de connaître tous les ressorts. Les Màr Menel et Luimë ont eux aussi reçu cet avertissement. Pour une fois, votre clair jugement vous fait défaut.

Courte pause. Oh Dieux du Rhaëg, qu’avait-il fait pour vivre en des temps aussi troublés ? L’Elfe n’avait pour habitude de s’apitoyer sur son sort. La peur et l’esprit de revanche minait toute concentration et empêchait généralement les gens de voir la vérité qui s’étalait sous leurs yeux. Eléderkan n’était pas de ceux-là. Cette fois, il s’adressait à tout le Concile, conscient des regards fixés sur lui.

- La différence que vous soulignez, Conservateur, est que ces Marqués sont des chevaliers-dragons du Màr. A ce titre, s’ils meurent et que vous avez le bonheur d’y voir de vos rivaux parmi eux, le Màr Tàralöm ne perdra pas seulement des hommes et des femmes affiliés mais aussi des dragons. Laissons de côté la religion et nos divinités, si chères à notre cœur soient-elles et regardons la vérité en face : la mort de dragons Ardents, comme de tout autre Kaerl, serait une tragédie. C’est une vingtaine de chevaliers-dragons, de tous âges et de toutes conditions, qui sont touchés. Ce serait perdre une stabilité et une puissance nouvellement acquises et appauvrir le sang du Màr.
- Une fois n’est pas coutume, mon avis rejoint celui de mon confrère Maître Garaldhorf.

Mora Del Caelan écarta une mèche noire de son visage, dans un geste étudié et presque trop parfait pour être honnête. Il se trouvait qu’en tant que Shaman et naturellement passionnée par les sciences occultes, la Maîtresse Bleue avait eu vent de certaines sectes et légendes. La raideur anormale de sa posture - et de celle de la dragonne Nymelith qui trônait dans son dos – trahissait l’irritante angoisse qui la tenaillait.

- Dans une vieille légende relative à la Terre de l’Aube, dans un bref passage, il est fait mention de ces Clefs d’Ouranos, sans préciser ce que c’est. Il est juste dit… Que chaque Cité de Flarmya – les Kaerls – en possède une et saura la préserver de tout Mal. J’ignore ce que cela signifie…

Travailler avec les Célestes et les Neutres allaient être essentiels.





Dernière édition par Eléderkan Garaldhorf le Dim 24 Fév 2013 - 20:59; édité 1 fois
Yuma Amarok
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 22 Fév 2013 - 05:37 Répondre en citantRevenir en haut

Et voilà. Yuma tapait déjà des doigts sur la table qui se trouvait devant lui, promenant son regard mauve de l'un à l'autre des interlocuteurs. La patience n'était déjà pas son fort, entendre de nouveau les menaces émises par le messager de leur mystérieux ennemi, suffisait à lui arracher une expression contrariée au possible. Il n'avait pas eu vent des fameuses Clés d'Ouranos et ne savait donc pas à quoi les autres faisaient allusions. A dire vrai, ça ne l'intéressait pas outre-mesure, bien que ces artefacts ne fussent essentiels dans la réussite de leurs négociations.
L'intervention d'Anaviel, acheva de faire grimper l'impatience à son maximum. Non qu'il ne fût pas amusé par les petites remarques visant à rabaisser le Seigneur Noir au-dessous du niveau terrestre, mais, ils avaient bien d'autres chats à fouetter en cet instant précis. Ce n'était pas le moment de jouer à cela et encore bien moins de faire valoir le plus grand nombre d'ennemis que l'on pouvait avoir au sein du Kaerl. Le demi-sang avait beau être un petit nouveau dans cette assemblée singulière, il n'entendait guère parlementer et perdre un temps précieux.

- Que les choses soient claires,
articula-t-il enfin, personne ne va mourir. Je ne compte pas rester les bras ballants à écouter vos petits traits d'humour, en attendant que cela se passe.

Intriguée de le voir intervenir aussi tôt, Nemuri ne parut pas insatisfaite qu'il mesurât ses propos vis-à-vis de la situation. Il s'évertuait à le faire, malgré toute la colère qui menaçait d'éclater dans le ton de sa voix. Les murmures dissimulés de la Bleue, dans son esprit, visait à lui fournir tout l'appui dont elle fût capable. Pour un jeune chevalier, demi-sang par dessus le marché, les choses ne seraient pas simples. Toute intervention pouvait s'avérer fatale à son lié, quand bien même mettait-il du coeur à l'ouvrage qui était sien. A dire vrai, d'ailleurs, le jeune homme parlait en offrant son propre avis et non celui de l'Archonte Brûlant. Ce grade était, certes, très important, mais, il ne désirait en aucun cas porter un jugement grâce à cela.

- Concernant les Clés d'Ouranos, poursuivit-il alors, plus assuré, nous avons ici une personne qui pourrait nous en dire davantage.

Son index se pointa directement dans la direction du Gardien, que Yuma ne portait guère dans son coeur, mais, ce n'était pas le sujet de cette affaire, qui les préoccupaient tous. Suivant son geste, somme toute cavalier, le jeune homme fixa alors le concerné avec un sérieux que l'on ne lui connaissait guère.

- Qui mieux que le Gardien saurait nous expliquer de quoi il en retourne ? Nous gagnerions ainsi un temps précieux. J'ai cru comprendre que d'autres Gardiens s'occupaient des Kaerls Céleste et Englouti : ne serait-il pas judicieux pour eux de négocier ce genre de choses entre eux ? Entre nous, s'étendre en vains bavardages serait une catastrophe, à la vue du dynamisme qui est vôtre quant à simplement vous réunir sans vous faire prier. Je n'ose imaginer ce que donnerait un travail pareil avec les autres Kaerls, sans un petit coup de pouce de leurs aînés.

Prenant une inspiration, Yuma fit alors de son mieux pour rediriger son attention vers la petite assemblée :

- Ne le prenez pas mal, mais, je ne tournerai pas autour du pot durant des heures. Vous serez peut-être de mon avis : ce "Maître des Ombres", nous tient et entend mettre la vie des nôtres et de tous les liés en jeux dans son petit pari. Nous devons agir, le trouver et nous montrer plus malins. Cette histoire sent mauvais à plein nez et nous attirera probablement dans un piège, mais, nous savons comment être certains de retrouver ce tas de fiente. Il veut les Clés d'Ouranos ? Armons-nous de ce que nous savons pour nous protéger d'un éventuel retour de flammes, apportons-les-lui sur un plateau et débusquons-le du même coup. Nous pourrions même nous aider des témoignages de ces apparitions de morts-vivants pour nous tracer un chemin jusqu'à leur "grand chef" : des indices doivent forcément coïncider entre eux.


L'effort dramatique n'étant pas son fort bien longtemps, le demi-sang s'adossa alors à son siège, annonçant presque tout de suite ce qu'il avait en tête :

- Je ne compte pas laisser les "Marqués", ou les autres, mourir entre les mains de ce salaud. Je veux lui faire la peau, avant qu'il n'ait le temps de lever ses doigts crochus au-dessus de Tol Orëa.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 24 Fév 2013 - 18:33 Répondre en citantRevenir en haut

Brendart se permit un petit plissement à l'égard d'Anaviel. cet Elfe semblait se soucier plus de ses arrières personnels que par la menace qui les mettait dans une certaine posture dangereuse. Car comme venait de le souligner Elédarkan, si des chevaliers-dragons venaient à être marqués et périssaient, cela allait être la fin du kaerl ; et les deux autres. Pour autant qu'on accédait pas à la demande de ce fameux et dangereux maître des ombres. D'un coup d'oeil rapide, il fit le tour des autres sangs, qui préférèrent garder le silence pour le moment, montrant que la situation était inédite en plus d'être inquiétante. Il garda le silence pour le moment, comme certains Sangs présents.

Quand Yuma prit carrément la parole, dans un air passionné et surtout enflammé, il conseilla presque de retrouver ces clés, puisqu'on savait désormais par Mora que chaque kaerl en possédait une, pour ensuite les donner au maître de l'ombre, puisque telles étaient ses exigences. Ainsi, il comptait le débusquer et de ce fait le piéger ! Bonne idée....Il avait même pointé du doigt le Gardien, qui lui seul savait parfaitement où elle se trouvait. Mais Seregon garda un silence quasi mortel, se contentant de battre une fois les paupières. Qui sait ce que put penser sur l'instant le Gardien. Déjà que les dieux avaient décidé de plus intervenir dans le monde..

Puis Yuma fut clair....Il ne voulait pas que les marqués meurent. Marek alors se permit d'intervenir.

''Il faudrait savoir qui sont ces marqués pour que nous puissions les protéger et voir pour les aider. Et pour les clés d'Ouranos... ''

Il se retint de dire son point de vue sur ce sujet là. L'idée de Yuma était intéressante, à condition de savoir réellement à quel adversaire on avait affaire.Hors Là était le problème : qui était-il réellement et surtout, de quoi était-il capable ? sa magie avait affecté l'interstice, un des pouvoirs naturelles des dragons ! L'idée était à éclaircir, mais les connaissances manquaient encore pour affronter ce nouvel ennemi.

''Si chaque Kaerl la possède... Sans doute est ce dans le but de pas les réunir. Et si chaque kaerl en possède une à sa garde, qu'est-il advenu de celle du Kaerl Maudit ? Et surtout à quoi ressemblent ces Clés....''

[HRP : juste une courte intervention intermédiaire, continuez je vous prie, nobles Sangs x)]



Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 24 Fév 2013 - 23:22 Répondre en citantRevenir en haut


Ioana Cyallaïd - Cèlt’har & K’Jenriath

Jeunesse fougueuse est parfois plus sage que le sage lui-même ! Le jeune Archonte Brûlant avait encore beaucoup à apprendre sur les subtilités de la politique – si tant est qu’il veuille les apprendre – mais sa force de jugement et sa volonté pesaient de tout leur poids face à un Concile indécis et depuis trop d’années préoccupés par son seul nombril encrassé de querelles stériles. Dans ses jeunes années, Eléderkan lui avait ressemblé. Et jusqu’à ce qu’il perdit par un malheureux tour du destin sa place de Sang, il ne s’était rendu compte qu’avec peine à quel point les débats furieux du Concile lui avaient paru confortables. Mais les temps changent. Depuis quelques années, le Màr Tàralöm n’avait jamais été en une telle ébullition. Les catastrophes semblaient pleuvoir sur le monde et le dernier bastion de la puissance des Valherus se retrouvait face à des choix douloureux.

° Maître Ïndalwë s’est montré bravache mais il n’est pas idiot. Tout le monde autour de cette table s’attend presque à ce que les réponses tombent du ciel. Il fallait faire réagir nos confrères.
Ah ! Donc, tu crois qu’il ne pensait pas ce qu’il disait ?
Je n’ai rien affirmé de tel. °


Thémos, qui savait se jouer en toutes circonstances des hommes comme de toutes choses, ricana silencieusement pour son seul Lié. Sans compter l’Empreinte et tous ces ans de vie commune, un humour particulier les liait.

A l’inverse, le silence du Gardien était éloquent. D’une éloquence rare, qui pétrifiait le cœur et faisait douter. D’ailleurs, beaucoup d’autres se taisaient. Le Second, les Hauts-Représentants des Clans, l’Intendant Général… Chacun de leur silence laissait présager le doute. Cette mascarade était-elle vraie ? Qui pouvait être aussi fort que le prétendu Maître des Ombres ? Qu’est-ce qu’on risquait à ne rien faire ou profiter de la situation ?...

° Il n’y a pas de petits profits. °

Pensée torpillée par un Bronze narquois. Parole de voleur et de mendiant, à une époque où Eléderkan s’était vendu comme mercenaire au plus offrant en échange d’une paillasse et d’une pitance, dans n’importe quel port d’Ys. Ce fut l’instant que choisis le Prêtre d’Ardiénor pour accuser, lui aussi, à demi-mot le silence de Seregon Del Cirth. Cette histoire de clefs en inquiétait plus d’un autour de cette table. La Shaman avait mentionné les Cités de Flarmya, sans en préciser le nombre et la localisation. Le Màr de ses ancêtres en faisait-il parti ? Après tout, ce fragment de légende pouvait dater de très longtemps…

- Nous ne devons pas nous disperser.

Tous les regards convergèrent vers le Maître d’Armes et Maîtresse Verte. L’Elfe, connue pour sa sévérité, son élitisme et sa passion pour la Nature, imposait respect dès qu’elle ouvrait la bouche. Peu loquace, elle savait ce qu’elle voulait et comment y parvenir. L’Inquisiteur Suprême l’appréciait particulièrement, aussi salua-t-il silencieusement son intervention. Ioana Cyallaïd poursuivit, un peu emportée :

- Chacun d’entre nous a une tâche à accomplir en ce monde. A l’heure actuelle, nous devons songer au Sang du Màr. Nous devons protéger la vie qui nous a été donnée. Proclamons un édit pour recenser tous les porteurs de cette Marque Noire et les envoyer à l’Infirmerie. Qu’importe pour l’heure ces bouts de papier évoquant un obscur mythe dont nous ne savons rien !
- Si ce Maître des Ombres est si puissant, pourquoi s’attaque-t-il directement à nous ?
renchérit aussitôt Eléderkan, sautant sur l’occasion. Pourquoi ne s’empare-t-il pas lui-même des Clefs d’Ouranos puisqu’il semble avoir une longueur d’avance sur nous en connaissant leur existence ? Il n’est peut-être pas si invincible qu’il le paraît. Il nous craint, nous les descendants des Valherus. Nous avons là un pouvoir à portée de mains. Mettons de côté notre amour-propre et profitons d’une alliance, même temporaire avec nos homologues Célestes et Engloutis.

Thémos le Bronze avait soif de combats et de revanche. Il communiquait sa fureur latente et sa passion à son Lié, un peu malgré lui. Quand bien même l'heure était à la discussion.


Je rappelle que le RP du Manoir où se réunissent les Seigneurs des Kaerls se passent quelques jours après ces événements et que toutes les quêtes en rapport avec l'intrigue principale seront lancées après celui-ci ^^



Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 26 Fév 2013 - 23:20 Répondre en citantRevenir en haut

Les portes du Concile s’étaient fermées, laissant les grands entre eux. Sa maîtresse l’avait laissé sur le pas de la porte. Sa mission était d’écouter sans se faire repérer. Rien de plus difficile pour une nouvelle arrivante. Elle ne connaissait que peu les environs. Elle se retourna et chercha à faire le tour des lieux. Elle parcourait des couloirs qui lui semblaient interminables, tous s’éloignant peu à peu du Concile. Ecouter serait donc une tâche difficile. Mais il n’était pas non plus question de poser l’oreille contre la porte. Rien que l’idée de tomber comme une sotte au milieu de la réunion lui semblait une hypothèse inenvisageable. Mais rien ne lui convenait. Elle prit donc la décision de monter à l’étage. Elle remarqua que les couloirs qu’elle arpentait formaient un carré et que des ouvertures, surveillées, permettraient d’assister à la réunion sans être vue. Des galeries creuses contre le flanc de la salle et suffisamment en hauteur pour voir sans être vue. C’est du moins ce qu’elle imaginait.

Les ouvertures étaient réellement surveillées. Des gardes, armés, en empêchaient l’accès. Plusieurs options s’offraient à elle : se faufiler pendant la relève où bien détourner l’attention des gardes pour les tromper. Le temps de réfléchir, la relève avait sonné. Ruri s’était plaquée contre un mur au croisement de deux couloirs et observaient discrètement l’arrivée de la relève. Celle-ci tardait et le garde commençait à grommeler dans son coin. Puis, par perte de patience, il passa devant la neishaane sans même la remarquer.

« Fichu nouveau. Toujours en r’tard celui-là. Il sait pas c’qu’il va prendre quand j’en avertirai not’ supérieur » marmonnait-il dans son casque.

C’était le moment que Ruri choisi pour se faufiler discrètement mais néanmoins rapidement dans la galerie surplombant la salle du Conseil. Accroupie, elle observait la réunion du Concile dans l’ombre par les interstices du garde-fou. Si elle n’arrivait pas à distinguer les visages et ne pouvaient savoir qui était qui, elle se fondait sur son écoute pour en apprendre plus.

° Le maître de l’ombre ? J’ai l’impression qu’il se passe quelque chose de grave pour qu’une telle réunion se passe sans aucun public °

Elle écouta l’intervention de Seregon qu’elle n’avait jusqu’alors jamais rencontré.

° La marque du maître des ombres ? Les Clefs d’Ouranos ? J’ai du mal à comprendre °

La neishaane jeta rapidement un regard en arrière afin de s’assurer qu’elle n’était pas dans le champ de vision du garde. Celui-ci était apparemment arrivé après s’être fait grondé. Il tournait le dos à la galerie, laissant Ruri tranquille pour observer la réunion.

° Il est donc question de morts ? De dragons et de chevaliers qui vont mourir ? Mais pourquoi ? °

Les différentes interventions la laissaient pantoise. Autant le maître Indalwë semblait désinvolte, autant une autre personne qui lui était inconnue semblait prendre le problème à bras le corps. Le seigneur Iskuvar, fidèle à lui-même, cherchait à rendre le calme à la réunion dont le ton semblait monter.
Lilwen Izil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 27 Fév 2013 - 21:09 Répondre en citantRevenir en haut

Lilwen écouta Alauwyr et le gardien d’une oreille attentive. Puis d’autres Sangs prirent la parole, avec plus ou moins de lucidité. Cette fois-ci, elle n’adhérait pas au point de vue de son ancien maître et pour cause, elle n’avait aucune envie de mourir par la main ou la magie de cet inconnu qui se prenait pour le maître de Tol Orëa. En ce sens, elle rejoignait le point de vue de Yuma mais elle restait toutefois plus mesurée. Il ne servait à rien de foncer dans le tas pour l’anéantir par la simple force. Ou si c’était le cas, ils devaient être plus que préparé à cet assaut. Ce qui était loin d’être évident. Mais il ne servait à rien de tergiverser, ils devaient dans tous les cas trouver ces clés d’Ouranos.

Il est peut-être puissant, mais je pense que les trois Kaerls lui sont interdits, que ce soit par une magie plus puissante que la sienne ou plus simplement parce qu’il a peur d’une si grande concentration de chevaliers et maîtres dragon. Si ces clés lui sont tellement importantes, il n’a aucune raison de laisser un simple mort-qui-marche allé les lui chercher… Ou alors il ne sait pas où elles se trouvent...

Les yeux de glace de la chevalière balayèrent la table sans pour autant se fixer sur l’un des Sangs. Pour ce qui était des marqués, elle avait sa propre opinion, et en connaissance de cause.

Je ne pense pas qu’il soit judicieux de recenser les marqués et de envoyer à l’infirmerie. On ne peut savoir ce qu’il va advenir si nous les rassemblons ainsi. Qui plus est, peut-être est-ce tout simplement ce qu’attend cet homme… Nous devrions plutôt le prendre de vitesse. Il doit très certainement à s’attendre à une certaine lenteur des politiciens. Mettons-nous dès à présent à la recherche de ces clés, tous les archivistes du Màr devraient déjà être en train de chercher la moindre parcelle d’information. Une fois qu’elles seront en notre possession, il sera toujours temps de le faire venir à nous…

Elle s’interrompit quelques instants avant de conclure.

Dans tous les cas, nous ne devons en aucun cas le sous-estimer. Cette magie qu’il utilise pour relever les morts est très puissante et pas à la portée de n’importe quel magicien. Mais je suis aussi certaine que nous trouverons son point faible et que nous l’anéantiront.


Il ne pouvait en être autrement, il fallait qu’ils réussissent. Et si pour ce faire, ils devaient s’allier à leurs homologues neutres et célestes, qu’il en soit ainsi.

°Je préférerais l’avoir en face de moi et lui arracher la tête à coup de griffes et de dents.°

Lilwen sourit intérieurement à la remarque de sa liée. Si elle le pouvait, elle en ferait autant, et il n’était pas exclu qu’elle le fasse le moment venu.

°On nous épie…°
°Cela n’a rien d’étonnant ici°
°Disons qu’elle est moins discrète que d’autres…°
°Je ne doute pas que les autres dragons s’en soient rendu compte, c’est à Alauwyr de s’en charger.°


Elle put presque entendre le ricanement de l’Incarnate.
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 4 Mar 2013 - 21:27 Répondre en citantRevenir en haut

Anaviel se mit à rire. Même s'il suggérait de ne pas se mêler de cette affaire à tous ses confrères, il semblait qu'aucun d'entre eux n'avaient souhaité l'écouter. C'était à prévoir en même temps : qui aurait voulu être du même avis que le Conservateur ?

L'elfe jeta un regard amusé en direction de l'Inquisiteur, l'écoutant parler avec attention. Ses arguments étaient valables mais rien dans ses propos pouvait justifier de se mêler de ce genre de chose.

Le plus surprenant avait été le nouvel Archonte. Même si celui-ci respirait la fougue de la jeunesse, ce dernier semblait prendre son rôle très à cœur, peut-être même un peu trop en fait. Ainsi, il voulait carrément botter le train du maître de ces poupées de chair lui-même ? Anaviel avait l'impression que le Sang semblait prendre la situation comme une affaire personnelle mais il ne le connaissait cependant pas assez pour émettre une telle hypothèse à voix haute.

Les autres membres ne tardèrent pas à, enfin, rejoindre la conversation. Etrange de voir qu'un Kaërl aussi anarchique pouvait aussi facilement s'unir face à l'adversité.

L'elfe sourit de nouveau, les discussions ne faisaient que commencer.

"Une chose importante que tout le monde semble oublier... C'est que nous ne savons pas quel genre de pouvoir les clefs d'Ouranos détiennent. Je suppose que si elles sont nommées clefs, c'est qu'elles doivent ouvrir une ou plusieurs portes. Qu'arrivera-t-il si les portes sont ouvertes ? Qui nous dit que la menace ne sera pas encore plus vive si le pouvoir convoité par le Maître de ces cadavres ambulants arrive en possession de cet ennemi ? Personnellement, je compte bien rechercher en quoi consiste l'utilité de ces clefs avant de décider s'il ne serait pas mieux de sacrifier quelques personnes marquées pour empêcher cet adversaire d'arriver à son but."

Le sourire d'Anaviel s'élargit un peu plus avant de continuer.

"Il y a aussi d'autres questions que je me pose. Comment pourrait-on reconnaître ces marqués ? Certes, celle-ci pourrait être visible comme la mienne."

Le Sang désigna la marque placée sous son œil droit.

"Mais elle pourrait aussi être une métaphore... A une époque, on pouvait parler de marque noire ou de marque maudite lors qu'un homme ou une femme changeait de caractère du tout au tout pour devenir des monstres assoiffés de sang. Mais ce n'est là qu'un exemple, il y a tant de métaphores possibles qu'il me serait impossible de toutes les énumérer. Quoiqu'il en soit, je me demande comment cette marque peut apparaître..."

Le conservateur soupira avant de reprendre.

"Il faut que nous l'admettions. Nous manquons d'informations pour le moment. De mon côté, je pourrais regarder ce que je peux trouver concernant les clefs d'Ouranos, les légendes qui y sont associées et toutes les informations qui pourraient nous offrir un véritable ordre d'idée pour la suite."

~~~~~~


Tandis que les bipèdes parlaient chiffon, Zaknafein s'impatientait. Son Lié avait parlé de buffet gratuit dans la salle mais il n'y avait rien du tout, l'enflure l'avait trompé.

Mais le pire dans tout ça, c'était son voisin Thémos : une sale Bronze. Et arrogant avec ça ! Zaknafein aurait aimé le cogner, lui éclater la tête contre un mur et lui arracher ses ailes pour lui enlever cet air supérieur et condescendant mais il n'en fit rien.

Le temps semblait s'écouler lentement voir même s'arrêter tout simplement et le Brun s'ennuyait ferme.

Puis il sentit une présence quelque part autour de lui, le Brun leva les yeux et aperçut dans un coin la gamine Neishaane, qui était auparavant sur le pas de la porte du Concile, épier la scène avec une discrétion de pachyderme.

°Eh le mammouth blanc ! T'en penses quoi de ce qu'ils disent ? On s'en fiche un peu, non ?°
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:46 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu