Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Discussion sous la bulle. Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Tristan Orloff
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 29 Nov 2012 - 14:17 Répondre en citantRevenir en haut

Ce jour-là, Tristan avait rendez-vous avec la Dame Al-Ysiria au lieu-dit des allées des idôles. Un endroit charmant et apaisant où l’orënien avait pris l’habitude d’arpenter les allées pour méditer. Depuis son arrivée, son état physique c’était considérablement amélioré. Seul persistait un gênant mal de dos, sans doute le suivrait-il jusqu’à sa fin. Ayant repris une alimentation normale, son corps avait repris un peu de consistance et n’avait plus rien à voir avec le condamné famélique qu’il avait été à son arrivée. Cette récupération lui permis de ne plus trop songer à sa mésaventure ganadéenne. Cependant, sa famille occupait toujours une bonne partie de ses pensées : Où était Allyssandre et les enfants ? Etaient-ils en bonne santé ? En sécurité ? Avait-elle refait sa vie ? Car l’Orënien n’excluait pas le fait que sa famille le croit mort. Cette dernière question le taraudait parmi d’autres.

L’humain avait laissé ses quartiers d’aspirant aux Tours Joyaux pour rejoindre le lieu du rendez-vous. Constatant qu’il était arrivé avant la Dame blanche, il allait patienter sur l’un des bancs qui bordait les allées et poursuivre sa lecture du moment : une vieille chanson de geste racontant les aventures et les exploits d’un héros nord-Orënien nommé Schilpérick et dont Tristan avait déjà entendus le récit dans son enfance. L’Evanescent ne s’attendait pas vraiment à retrouver pareille littérature à l’autre bout de Rhaëgh et il se l’était procuré dé qu’il le pût.

Bien que ne se rappelant plus les actions exactes du héros, il savait que l’aventure de Schilpérick le menait dans des contrées lointaines. Songeant au parallélisme entre cette histoire et sa propre existence, le ganadéen avait alors décidé de se replonger dans cette lecture fantastique. Il avait relus les passages où le héros rencontrait des créatures magiques dont les dragons que Tristan côtoyait quotidiennement à présent. Cette relecture fit rejaillir des souvenirs, oubliés depuis, de son enfance où, avec ses frères, Folkhert et Yvan, ils jouaient avec Sargarth dans le rôle du dragon de l’histoire.

L’ironie de cette anecdote, à la lumière de ce qu’il avait appris depuis le fit éclater de rire. A présent, Tristan savait pourquoi Sargarth était aussi bon dans ce rôle, même sous forme humaine ! Son éclat incontrôlé avait brisé le calme des lieux et des promeneurs qui passaient par-là lui lancèrent un regard emplis de contrariété auquel l’orënien s’excusait, contenant difficilement ce fou rire qui s’était emparé de lui.

    « Sacré Sargarth…»


Concluait alors Tristan, avant de poursuivre sa lecture. Quelques lignes plus loin, l’ombre d’un dragon qui volait à basse altitude le détournait de ses pages. La créature était passée suffisamment bas pour que l’orënien sente le déplacement d’air généré par le battement des ailes. Profitant de cette interruption pour embrasser les jardins du regard, Tristan aperçus la Dame Al’Ysiria. Se relevant pour aller la rejoindre, le ganadéen émit un léger grognement contre ce dos récalcitrant, mais sans perde de sa bonne humeur pour autant. Arborant un visage plutôt souriant, il allait la saluer.

    « Bonjour Dinjelaï, comment allez vous aujourd’hui ?»


Le ton était au diapason de se qu’il ressentait à ce moment-là : emprunt de cordialité et d’amitié. Cependant, malgré les nombreuses remarques de son maître, le juriste avait gardé cette distance courtoise qui se justifiait, chez Tristan, par le rang de celle qui avait fait le choix de le guider. Parfois même au risque qu’il ne se fasse taper sur les doigts!
Publicité





MessagePosté le: Jeu 29 Nov 2012 - 14:17 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 2 Déc 2012 - 16:52 Répondre en citantRevenir en haut

Dinjelaï leva les yeux de ses papiers, et voyant la pendule qu'elle avait ramené d'Ys, elle s'écria:

Mince, Tristan!

Déclenchant un éclat de rire draconique au bout de la pièce. Heureusement qu'aucune préparation n'était requise, le programme de la journée étant essentiellement un petit exposé de la géostratégie du Kaerl, elle attrapa une simple veste au dos d'une chaise, et s'élança dans les escaliers des Tours Joyaux pour rejoindre l'Allée des Idoles.

Heureusement qu'elle était quasiment au pied des Tours, Din y fut en moins de trois minutes, et elle repéra aussitôt Tristan, le nez plongé dans un épais volume, que le regard fixe des statues ne gênait pas le moins du monde. Il leva les yeux et l'aperçu aussitôt, la saluant au passage chaleureusement.

Je t'ai déjà dit que tu pouvais me tutoyer Tristan!

Régulièrement, elle réitérait sa proposition, que l'Aspirant repoussait toujours aimablement. Avec un sourire amusé, elle détailla l'apparence du jeune homme et fut contente de constater que la silhouette du condamné disparaissait petit à petit sous le costume remplumé du juriste. Elle captait souvent quelques grimaces provoquées par des mouvements inconsidérés, preuve que sa chaire souffrait toujours des stigmates de la torture.

Ca va bien merci! D'ailleurs en général, mieux ça va et moins je suis ponctuelle, j'espère que tu me pardonneras!

Ils se tenaient au centre de l'Allée, sous la voûte de verdure et exposés au regard inquisiteur des nombreux bustes. Les statues mettaient souvent Dinjelaï mal à l'aise, elle leur décocha un regard en coin:

Je ne sais pas comment tu fais pour lire dans l'Allée, je déteste avoir l'impression d'être épiée et plus encore je hais qu'on lise derrière mon épaule!

Ayant parfaitement conscience de l'absurdité de ses paroles, elle rit, puis entraîna Tristan un peu à l'écart, dans l'une des nombreuses alcôves végétales qui bordaient l'allée centrale. Ils avancèrent dans l'herbe, s'enfoncèrent derrière les haies, pour découvrir une petite clairière à l'écart, dans laquelle se tenait un vieux banc de granit patiné et moussu, et une table basse de la même roche. Cette alcôve discrète était la préférée de Dinjelaï, elle imaginait aussi bien des comploteurs penchés sur la table que des amoureux enlacés sur le banc.

On sera plus tranquilles ici pour la leçon d'aujourd'hui! Leçon de quoi au fait?

Elle marqua une petite pause puis tendit le menton vers l'ouvrage que tenait Tristan:

Je vois que tu as trouvé le chemin de la Flèche du Cadastre! As-tu emprunté beaucoup d'ouvrages?
Tristan Orloff
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 6 Déc 2012 - 12:30 Répondre en citantRevenir en haut

Le ganadéen se mit à rire, se penchant légèrement en arrière, au risque de relancer ses maux de dos, à la remarque de l’elfe. Mais son geste, cependant, n’avait rien de bien moqueur. C’était sa façon à lui de juguler cette gêne qu’il avait vis-à-vis d’une personne qui voulait absolument resserrez les liens bien que ceux-ci fussent déjà très cordiaux.

    « Ne vous inquiétez pas pour çà Dinjelaï. C’est un lieu que j’ai appris à apprécier. Vous êtes largement pardonnée.»


Avait-il répondus bienveillant, le sourire aux lèvres. Cependant, il constatait que la jeune femme en face de lui ne semblait pas partager le même attrait pour ce paisible lieu. Faisant même une remarque que le ganadéen pris un petit temps à comprendre lorsqu’elle parlait des statues qui bordaient l’allée. Leur jetant un bref regard, la froideur de celles-ci, ou cette impression de froideur, n’atteignait pas l’humain qui, des années durant, avait travaillé dans un lieu peuplé par des représentations similaire mais à l’effigie des anciens représentants de son ancienne ville.

Dinjelaï les emmenaient alors vers l’un des petits jardins annexes pour plus d’intimité et la discussion qu’ils avaient prévus. Après quelques détours, ils débouchèrent sur un petit écrin de verdure où se trouvait un banc de granit où ils s’installèrent.

    « hé bien...»


Tristan marquait alors une hésitation, ne sachant trop comment aborder le sujet qu’il voulais mettre sur la table. Mais la Dame le mit à profit pour lui poser une question au sujet de la flèche du Cadastre, endroit que l’orennien avait commencé à fréquenter et dont l’importance ne lui échappât pas, surtout pour approfondir ses connaissances sur ce nouveau monde. Laissant de côté ce qu’il avait eut l’intention de dire, il répondait alors au maître dragon :

    « J’ai effectivement eut l’occasion de m’y rendre. L’importante littérature qui s’y trouve m’a beaucoup aidé à mieux comprendre comment cette partie du Rhaëgh fonctionne, mais également d’où nous venons.»


Le ganadéen parlait indirectement des Valhérus. Soulevant alors légèrement son livre de façon à attirer l’attention sur cet objet, Tristan poursuivait :

    « Cependant, j’ai acheté ce livre à un vendeur sur l’agora. Il relate l’aventure d’un héros Orënien du nom de Schilperick. On m’a raconté ses aventures lors de mon enfance. Relire ces pages fait remonter de vieux souvenirs que j’avais enfuis. Vous savez, il est possible que l’on nous ai tout de même donné quelques indices sur notre véritable nature lors de notre existence en Orën...

    A certains égards, je commence à penser que mon parcours à Ganadiel n’est pas étranger à cet éloignement : ‘Etroit est le chemin qui te mènera à la Lumière, mais large est celui de la perdition’ peut-on lire dans ce livre. C’est une chose en laquelle je crois sans pour autant avoir le sentiment de m’être égaré à Ganadiel. Au fond, sans doute est-ce la conséquence logique de ce don qui m’habite et qui nous pousse, inexorablement à aller là où l’on doit être.»


Tristan avait alors baissé les yeux sur son livre où ses pouces jouaient avec la couverture, l’air songeur. La discussion avait pris un tournant infiniment plus sérieux et le ganadéen en profitait pour lancer le sujet, très sérieux lui aussi, sur lequel il voulait discuter avec Dinjlaï :

    « Je pense que, vous aussi, vous avez vécus un changement important. Anareinth m’a dis que vous n’avez pas toujours été résidente de ce Mär. D’après les éléments que j’ai pu grappiller, ce n’est pas une chose facile. J’aimerai avoir votre récit de cette expérience. Si vous me le permettez. »
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 12 Déc 2012 - 14:10 Répondre en citantRevenir en haut

Dinjelaï hocha la tête en entendant le nom de l'ouvrage de son Aspirant. Les mésaventures de Schilperick étaient rédigées par un ancien Maître Dragon qui avait dû laisser sa progéniture ignorante de son véritable statut puisqu'elle ne possédait pas le Don. De sa frustration était née une véritable oeuvre de la littérature enfantine et son ami le libraire Yssois Friagrïn lui avait révélé que nombreux étaient les petits enfants de grandes familles qui apprenait à lire avec Schilperick. Elle hocha la tête lorsque Tristan évoqua à demi-mot une ancienne conversation qu'il avait eu avec Anareinth sur le rôle de son père...

Des indices, hum oui... Mais difficile de croire aux récits de nos enfances n'est-ce pas? Enfin...

Elle médita en silence la citation que lui offrait Tristan, elle croyait surtout en la multiplicité des chemins, des dangers potentiels qu'ils recelaient, mais leur issue lui paraissait toujours étrange... Lumière ou perdition? Elle n'avait jamais vu quelqu'un mourir dans la lumière, cela signifiait-il que tous les morts qu'elle avait eu sous les yeux avaient choisi le chemin le plus large? Elle ne jugea pas utile de faire part de son doute à Tristan, ces questions métaphysiques ne relevaient pas de son apprentissage, ils auraient tout le loisir d'en débattre plus tard...
La question qu'il lui posa, tout de go, eut le mérite de la surprendre. Elle écarquilla les yeux puis se frotta le menton:

Hum, j'imagine que c'est Anareinth qui t'a parlé de cela?! Hé bien... Pourquoi ne pas se servir de cette expérience comme introduction de notre leçon d'aujourd"hui?

Elle lui offrit un sourire amusé:

Ce n'est pas tout à fait aussi palpitant que les aventures de Schilperick! Mais ça a l'avantage d'être vrai. Voyons... Elle marqua une petite pause, ne sachant trop par où commencer... Hé bien, contrairement à toi, je suis née parmi les dragons. Mes parents étaient tous deux Chevaliers, mais pas au Màr Luimë. Je suis née au-dessus des nuages, sur le Rocher Flottant de l'Ordre des Céleste. Ah, c'est bien joli dit comme cela n'est-ce pas? Elle rit gentiment. J'ai donc pu suivre l'enseignement que l'on dispense classiquement aux enfants des Kaerls, et comme je possédais le Don, on m'a conduit sur les Sables d'Eclosion...

Un demi-sourire béat se dessina sur les lèvres de l'elfe. Penser à ce jour lui donnait toujours des frissons, il était plus important encore que le jour de son premier baiser...

Tu as du les voir ici: nos Reines pondeuses sont d'Argent ou d'acier. Là-haut, elles sont d'or, tout comme les Sables qui accueillent leurs oeufs. Depuis plusieurs mois, j'étais... hum, en conflit avec mes parents, mes enseignants... Pour des peccadilles souvent, la "crise d'adolescence" disaient les Maîtres avec un petit sourire indulgent. Anareinth a effacé tout cela. Du jour où je me suis liée à lui, tout a été différent. Les Blancs sont souvent... très fragiles à la naissance, et ce sont souvent eux qui meurent avant d'avoir pu s'extraire de leurs coquilles. Ils mangent peu et l'intégralité des mes jours et de mes nuits étaient passées à m'occuper de lui. Je vivais dans la peur à l'époque.

Elle adressa un regard franc et sérieux à Tristan, elle avait envie de lui dire "tu verras", mais n'était pas sûre que le jeune homme ne l'entende de cette oreille, aussi elle poursuivit:

Je t'ai dit que je me disputais souvent avec les miens. Je ne pouvais supporter leurs angoisses et leur vision de l'avenir. Ils étaient intransigeants, et à la fois ridicules avec leurs grands discours sur l'inhumanité des bipèdes et leur penchant à faire le mal. Ils se voyaient en sauveurs du Raëgh tout entier! Quand Anareinth est arrivé, toutes ces questions se sont mises en suspends, mais après son premier vol, j'ai commencé à être malade. D'abord des migraines, puis des nausée, l'impression de marcher sur le pont d'un bateau qui tangue...

Le jour où Anareinth devait m'emmener voler pour la première fois, Maeglin Del Cirth, le Gardien Céleste est venu me voir pour me signifier que ma place n'était plus sur le Rocher Flottant. Ma famille était Céleste, mais moi non. Il m'a enjoint de trouver ma place, ailleurs dans le monde. On pourrait trouver cela dur de sa part, mais pour moi ç'a été une libération. J'ai empaqueté quelques affaires, et je suis partie.


Un large sourire fleurissait sur son visage.

Je ne suis pas arrivée au Màr Luimë tout de suite! Comme beaucoup de mes pairs Chevaliers, ou du moins, comme c'est la tradition ici, j'ai vécu pendant onze années sur les sentiers du Raëgh... Et les plus étroits, je peux te le garantir! Et au lieu de lumière, voilà ce que j'ai gagné: Elle écarta les mains, désignant tout autour l'alcôve de verdure, mais plus largement la Bulle du Màr Luimë. Elle rit, puis s'interrompit et dévisagea Tristan d'un air serein: A ton avis, qu'y a-t-il a tirer de ce récit de mon expérience?

L'exercice n'était pas simple, elle aurait pu enchainer aussitôt pour ne faire de cette question qu'une simple figure de rhétorique, mais elle continua de darder sur Tristan un regard perçant. De sa réponse viendrait sans doute la leçon du jour.
Tristan Orloff
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 24 Déc 2012 - 13:56 Répondre en citantRevenir en haut

    « Vous avez raison. Cependant, Cela reste comme des pièces de puzzle. Elles prennent du sens bien plus tard, quand la conscience de ce qui nous entoure s'affine et se précise...»


Avait répondus l'humain à la question du maître dragon sur les récits pour enfants, un léger sourire aux lèvres tandis qu'il fixait la couverture en cuir repoussée du livre. Cette édition était de belle facture, le repoussage du cuir laissait apparaître un relief représentant le héros de l'histoire.

Lorsque le ganadéen s'était détourné de l'ouvrage pour poser sa question à Dinjelaï, la réaction de cette dernière ne lui échappât pas. Procurant, l'espace d'un instant, une petite gêne chez l'humain qui, il le savait, prenait un risque en évoquant le passé de son guide. Cependant, même si le doute s'était brièvement emparé de lui, il gardait le regard fixé sur l'elfe à côté de lui, sa main ayant cessé de voyager sur la couverture en relief de son livre dé que celui-ci entrepris le récit de son expérience.

    « Pourquoi pas! J'aimerai en savoir d'avantage sur les autres acteurs de ce continent. J'ai justement rencontré l'un de vos collaborateurs, un fealoce du nom de Lancaster. Un homme intéressant qui m'a introduit à cet aspect des relations continentales.»


Observant le sourire amusé de son vis-à-vis, il suivait attentivement les paroles de la jeune femme, en apprenant d'avantage sur son passé. Jusque-là, Tristan n'avait pu amassé que des élément épars à son sujet et récolté dans l'entourage de la jeune femme. Certes, rien ne lui aurait permis de croire qu'Anareinth l'aurait dupé sur le parcours de sa liée mais Tristan étaient de ces gens qui ne pouvaient satisfaire leur curiosité qu'en questionnant les sources des évènements qu'on lui relatait, chacun ayant sa perception des évènements.

Tout au long de son discours, l'attention que portait Tristan à la Dame se manifestait également par des gestes plus ou moins discrets: des signes de la tête en guise d'approbation ou de compréhension, d'un léger rictus lorsque le récit devenait plus léger, son regard, parfois, se détournait quelque part dans la clairière comme pour mieux se concentrer sur les paroles de la jeune femme, essentiellement sur la fin de son discours.

L'homme ramenait ensuite son attention sur Dinjelaï alors que celle-ci lui demandait son avis sur ce parcours. Ce fût au tour de Tristan d'être surpris cette fois. Pour lui, il n'était pas vraiment digne d'émettre un quelconque avis ou jugement sur ce parcours manifestement atypique. Cependant il ne pouvait s'empêcher d'y trouver un échos au évènements récents de sa propre existence.

    « Nous ne menons pas la même existence, Dinjelaï. Cependant, nous avons quelque chose en commun: Celui de devoir nous adapter à un monde différent.»


Constatait alors le ganadéen avant de répondre à sa question. Bienqu'il ne poussait pas son raisonnement plus loin, il l'interprétait comme un autre signe de son dieu. Certes les circonstances étaient différentes, mais cela n'avait pour Tristan qu'une valeur de détails. Pour lui désormais, plus que les qualités humaines et elfiques de son guide, l'humain était convaincus d'avoir rencontré la meilleure personne pour s'ouvrir à cette nouvelle vie. Cela ne pouvait pas être le simple fait du hasard, il en était certain et c'est ce qui motivât sa réponse:

    « Si je devais l'interpréter à ma façon... C'est que, rien de ce que nous pensons définitif ou acquis ne l'est tant qu'il n'en a pas été ainsi décidé par Ouranos...»


Tristan fit alors une courte pause et au cours de laquelle il songeât à ce qu'il venait de dire. Fermant les yeux dans un geste d'embarras avant de poursuivre.

    « Excusez-moi de m'en référer à Lui. Mais ce dont nous parlons sont des évènements importants, qui influencent, et pour longtemps, une vie. Que ce soit Ouranos pour moi, ou Flarmya pour d'autres, je pense que nous pouvons être d'accord sur une chose: Il y a une force, une énergie, qui nous dépasse, qui nous transcende et qui agit néanmoins sur nos vies.»


Manifestement, l'image d'Ouranos était toujours très présente chez le ganadéen et son visage c'était légèrement fermé. Son coeur avait prit pour habitude de se serrer lorsqu'il abordait ce sujet délicat de la même façon qu'il se serrait lorsqu'il parlait à d'autres Evanescent lorsqu'il était à Ganadiel. Laissant réagir Dinjelaï, il décidait d'éviter de tomber dans une discussion qu'il ne souhaitait pas, encore, aborder. Bienque mal à l'aise, sa voix restait calme et d'une relative douceur. Il tentait alors de lui prendre la main comme pour mieux souligner les paroles qui allaient suivre:

    « Nous auront l"occasion d'en discuter plus tard. Je pense qu'il sera nécessaire de le faire. Mais le moment ne s'y prête pas, nous ne sommes pas là pour çà... »


Tristan lâchait alors la main pâle de l'elfe dont la douceur lui évoquait celle de ses enfants resté en Orën. Lorsqu'il l'avait tenu, l'Evanescent avait légèrement serré son étreinte sans pour autant devenir oppressante. Il s'avait qu'a un moment où l'autre, viendrait cette discussion de fond qui le confronterait à sa propre foi. Tristan s'y préparait petit à petit.

    « Je souhaite ici, surtout m'entretenir avec vous des affaires de ce monde. Comme je vous l'ai dis, je souhaite en savoir d'avantage sur les voisins du Mâr Luimë, de ces célestes, par exemple, que vous avez dû quitter. Quels relation entretenons-nous avec eux? Votre expérience pèse-t-elle sur celles-ci? Si oui, comment? »


L'homme avait repris le sourire qu'il avait arboré à l'arrivée de l'elfe, la main qu'il avait retirée a présent, était posée sur le bord froid du banc de granit entre elle et lui. Le livre posé sur ses genoux.
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 29 Déc 2012 - 19:09 Répondre en citantRevenir en haut

Dinjelaï écouta Tristan révéler la substantielle moelle du récit qu'elle venait de lui livrer, celui de sa propre vie, de ses propres pas. Elle hocha lentement la tête, assez d'accord avec sa conclusion. Quant à son interprétation par contre... Elle resta silencieuse mais ne pu s'empêcher de gonfler les joues et de laisser échapper un soupir. Ouranos, encore des Dieux, encore des Forces supérieures... Fière, sans doute même orgueilleuse, elle n'aimait pas cette idée d'être sous-contrôle. Elle laissa néanmoins Tristan finir son explication, puis lui offrit un sourire:

Je préfère me croire actrice de ma propre vie. Et chacun de mes actes aura ses conséquences sur le monde et les gens. Le battement d'aile d'un lézard de feu sur la Baie d'Eau-Claire faisant naître l'un de nombreux ouragans qui s'écrasent sur les côtes d'Ys... Elle changea de ton, plus conciliante: Mais peut-être il a-t-il quelqu'un pour surveiller ce grand bazar que nous créons tous les jours...

Au ton et au regard de Tristan, elle avait compris qu'il ne voulait pas rentrer dans ce débat aujourd'hui, et puisqu'elle souhaitait aussi aborder des sujets plus concrets, elle laissa la parenthèse se refermer. Comme pour confirmer ce qu'elle ressentait, son Aspirant la surpris en lui prenant la main, reportant cette discussion métaphysique à plus tard. Elle cru voir un voile de nostalgie passer dans son regard, mais il se ressaisi vite, et lança l'une de ses nombreuses interrogations, que Din attrapa au vol, trop contente de changer de sujet:

Tu as pris le temps de visiter, et maintenant tu commences à t'intéresser à ce qui se passe au-dehors. Tant mieux, certains Aspirants mettent un temps fou à franchir cette étape. Elle marqua une pause, s'adossa et chercha la position la plus confortable. Une fois assise en tailleur, légèrement affaissée sur le côté pour s'appuyer contre les accoudoirs de pierre du siège qui faisait face au banc, elle repris le fil de la question: Plutôt que de te décrire d'abord les Céleste, je crois qu'il serait bon d'avoir une vision d'ensemble: il existe trois Ordres sur Tol Orëa aujourd'hui. Tous sont issus de la même race, les Valherus dont tu as déjà entendu parlé, mais chacun a pris un chemin très différent.

Elle changea légèrement de position avant de poursuivre:

L'Ordre Céleste obéit à des valeurs rigides de moralité, de probité et de défense des faibles. Ils se posent en protecteurs de la veuve et de l'orphelin, en somme. Ils résident sur le Rocher Flottant, le Màr Menel, que l'on peut apercevoir au dessus des cascades de Nightfall lorsque le ciel est dégagé. Leurs Reines sont d'or. On les surnomme facilement les "Bons", mais ne va pas croire que leur société est idéale et juste, sous couvert de bonnes manières, les lames brillent pour se planter dans le dos lors de leurs manoeuvres politiques...

Elle soupira, et afficha une drôle de mimique qu'on aurait dit amusée.

L'Ordre Ardent est l'exact opposé! Le fort est le seul apte à survivre afin de renforcer l'espèce. Tous les moyens sont bons pour écraser les voisins et arriver à la domination. Eux sont les habitants d'un Volcan Embrasé, niché au coeur des Pics de Cendre. Les Pondeuses sont dites Ecarlates, ou Rubis, et sont réputées pour leur tempérament fougueux et colérique, méfie toi d'elles! Les Ardents sont un Ordre qui me fascine: anarchiques, mais lorsque l'un d'entre eux sort du lot, ils entrent dans un culte du chef... J'ai de bons amis chez les Ardents.

Elle plongea dans une réflexion profonde, dont elle émergea avec un air surpris:

Que voulais-tu savoir déjà? Ah oui, nos relations! Hé bien... A chaque Englouti de se forger sa propre opinion, de forger les amitiés qu'il désire et qu'il mérite. D'un point de vue diplomatique... Les relations sont compliquées... Il y a une vingtaine d'années, la Grande Guerre des Ordres a fait de nombreux morts dans tous les camps... Dragon contre Dragon... Elle frémit... C'est contre-nature. Cela a mis Flarmya très en colère. Mais pour ma part, j'étais loin pendant cette Guerre, et je n'y ai pas participé... Aujourd'hui les Anciens nous mettent en garde, mais nos divergences nous poussent à de nombreuses embrouilles... Elle marqua une pause, la diplomatie était un sujet ardu... Les Kaerls se chargent de faire respecter les traités de non-agression, mais c'est souvent compliqué à mettre en oeuvre...

Elle se réinstalla dans son siège:

Pour ma part, à titre très personnel, j'entretiens de meilleures relations avec les Ardents, paradoxalement. Les derniers gouvernements Célestes sont particulièrement fermés, rigides et protectionnistes, je ne tiens guère à m'y frotter. D'autre part, les Seigneurs Célestes semblent se faire une joie d'entrer dans la bataille avec de petits affronts réguliers. Humiliant mais trop léger pour déclencher une guerre...

Elle s'abima encore dans sa réflexion...
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:06 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu