Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] L'apprentissage n'a pas de prix Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 17 Nov 2012 - 21:08 Répondre en citantRevenir en haut

Année 928
Isashaniku
9e jour




Cela faisait quelques temps que Ruri pensait à visiter l’observatoire. Après avoir convaincu – non sans mal – Lyssa de la laisser y aller seule, la neishaane se mit en quête de ce lieu. Elle avait erré quelques instants avant d’en trouver l’emplacement exact. L’observatoire semblait immensément haut vu d’en bas. L’adolescente ressentait une certaine crainte à la vue des pierres obsidiennes qui composaient l’ouvrage. Plusieurs tours entouraient une plus massive. Laquelle choisir ? Laquelle lui apprendrait qui elle était réellement ? Car malgré le fait que Lyssa lui ait demandé d’oublier son passé, elle s’était rendu compte depuis longtemps qu’elle ne pouvait pas n’être qu’un bout de chair vivant à un instant T sans ascendance. Un couple lui avait donné la vie. Celle de sa mère lui avait été reprise à la naissance. Son père était inconnu. Mais plus loin que cela. D’où tenait-elle ses pouvoirs tant attendus par ce maudit prêtre ? L’adolescente réprima un juron et s’avança silencieusement au sein de la plus grande des tours.

Vêtue d’une jolie robe blanche légèrement décolletée laissant entrevoir ses épaules et son dos nu, elle portait également des mitaines de soie blanche. Elle cassait littéralement avec l’ambiance du lieu, sombre, noire. Elle faisait l’objet de regard, parfois condescendant, parfois intéressé.

° On dirait que j’ai quelque chose au milieu de la figure. Tss, tous les mêmes. ° pesta intérieurement Ruri.

Elle monta les escaliers en colimaçon menant au premier étage. Celui-ci était réservé aux dragons. Certains étaient d’ailleurs en train de lire paisiblement, se remémorant certainement certains passages de leur vie passé. N’étaient-ils pas censé se remémorer leur histoire ainsi que celle de tout ceux de leur lignée ? La neishaane avait du mal à comprendre cela. C’était trop complexe pour l’instant. Elle traversa la pièce d’un pas rapide, esquivant en se baissant un mouvement d’aile d’un reptile ankylosé. Elle monta au deuxième étage. Des humains, des elfes, des neishaans. En réalité, toutes les races étaient représentées. Elles étaient unies sous la bannière du Màr Tàralöm, partageaient un seul et même objectif. Du moins, en apparence.

La neishaane s’attarda quelques instants sur les rayons. Elle ne trouverait pas à cet étage ce qui l’intéressait. Serait-elle seulement capable de le trouver ? Elle n’avait aucune piste, ne connaissait ni même le nom de sa mère ni même celui de son père. Il était donc encore plus improbable de savoir ceux de ses grands-parents. Jusqu’où remontait sa lignée ? Qui était celle qui avait conféré ce pouvoir, celui de voir l’avenir, à ses ancêtres ? Elle-même se croyait dépourvu de ce don. En réalité, elle avait soit perdu connaissance après l’utilisation de la prescience, soit elle en avait été horrifiée et avait perdu tous ses moyens. Il n’y avait qu’à se rappeler la mort du chef des esclavagistes pour le confirmer. Elle était si faible qu’elle n’avait pas pu résister aux évènements qui s’étaient déroulés après.

° Qu’est-ce que je cherche finalement ? Une réponse à quelle question ? Il y a-t-il même lieu de poser la question ? °

Elle soupira et décida de monter au plus haut de l’Observatoire. Elle avait entendu dans les couloirs du Kaërl qu’on y trouvait un objet permettant d’observer les étoiles. La neishaane ne savait qu’en penser. Aussi, lorsqu’elle eut atteint ce lieu, elle se sentit à la fois idiote et vide.

° Et maintenant ? Je fais quoi ? Je regarde les étoiles ? Et alors, qu’est-ce que ça m’apportera ? Aucune réponse, c’est certain. Qu’est-ce que je fiche ici, vraiment. °

Ruri n’avait pas vu que cet étage était occupé. Elle décida de flâner, d’observer. Elle s’arrêta près de l’une des fenêtres laissant passer la lumière de l’astre flamboyant. Puis elle se figea l’espace d’une seconde. Des images défilèrent dans sa tête. Un elfe, des cheveux sombres, une main qui se tendait vers elle. Elle se retourna brusquement, les yeux encore écarquillés, la bouche légèrement entrouverte, le souffle coupé.


Dernière édition par Ruri Ravin le Ven 1 Mar 2013 - 12:00; édité 2 fois
Publicité





MessagePosté le: Sam 17 Nov 2012 - 21:08 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 19 Nov 2012 - 18:10 Répondre en citantRevenir en haut

Depuis certains temps, les occupations d'Anaviel semblaient se multiplier. Il savait que son poste en demandait beaucoup mais jamais il n'aurait cru que les abrutis peuplant le Màr Taralöm débordaient d'idées. C'était bien entendu sans compter les beuveries à organiser, les idées d'amélioration des locaux, la gestion des plaintes quant aux services de restauration et d'entretien, les critiques à apporter quant aux recueils récemment écrits par des bourrus à la limite de l'analphabétisme et bien d'autres encore.

L'elfe avait pourtant cherché à avoir un assistant pour diminuer toute cette pile de -il fallait bien l'avouer- corvées. Peut-être Anaviel s'était-il permis de croire que le niveau intellectuel du Màr qu'il avait estimé était suffisamment bas pour penser que son travail serait à une hauteur mais dans ce cas, il avait eu tort : le niveau mental du Kaërl Ardent était encore bien pire qu'il avait imaginer.

Finalement, après avoir décortiqué, sans grande motivation, un ouvrage écrit par un Fëalocë sur la science de la séduction et de la drague, il en eut assez et jeta la proposition de l'auteur par la fenêtre avant de se lever pour effectuer une pause.

L'elfe descendit alors de quelques étages et constata qu'encore une fois, certains aspirants perturbateurs semblaient confondre la bibliothèque avec une taverne. Anaviel lâcha un soupir désabusé avant de les rejoindre pour clarifier les choses.

"Dîtes-moi mes braves, je comprends tout à fait le fait qu'une bibliothèque soit un lieu parfait pour faire des rencontres mais serait-il possible de faire un peu moins de bruit je vous prie ?"
"Hein ? Tu me cherches t..."

L'un des aspirants s'était retourné pour lancer un regard menaçant au Conservateur mais dès lors qu'il le reconnut, il troqua tout aussi vite son air menaçant avec celui de l'effroi.

"Oh ! Bordel !" lâcha-t-il du voix presque murmurante.

L'elfe se permit de lui envoyer un sourire énigmatique et constata dans le même temps que même les compères de l'insolent ne savaient plus vraiment quoi faire.

"Voyons Messire, je suppose qu'il est inutile de paniquer autant, je ne demande qu'à ce que vous fassiez moins de bruit rien de plus."

Anaviel s'avança tranquillement puis en vint à susurrer à l'oreille de l'imbécile qui lui avait manqué de respect d'une intonation plus que menaçante.

"Il serait mieux pour vous trois de vous en aller, vous n'avez pas idée de ce que les déchets tels que vous m'imposent comme travail ni même à quel point j'aimerais vous abattre ici et maintenant pour pouvoir me relâcher de toute cette pression qui m'envahit en vous voyant."

L'elfe se recula en arborant un sourire chaleureux puis lança au groupe d'une voix sarcastique et amicale.

"Je suppose qu'il est temps pour vous de prendre congé, qui sait ce qui pourrait arriver si trop de lecture en venait à vous faire souffrir les yeux au point de vous les arracher ?"

Aussitôt dit, aussitôt fait, les trois aspirants quittèrent les lieux sans demander leurs restes et le spectacle était tel que ce pouvait être risible.

Anaviel soupira de nouveau, peut-être aurait-il été plus simple de leur laisser un quelconque souvenir sur leurs corps. On dit souvent qu'un homme comprend beaucoup mieux la leçon quand il a un droit tranché. En tous les cas, cela avait finalement réussi à l'amuser et à lui faire oublier l'horreur décrite dans le torchon qu'il venait de terminer.

Reprenant alors sa promenade, il observa les aspirants assidus qui lisaient, sans grande surprise, des archives sur l'histoire du Màr. Puis au loin, il aperçut une Neishaane, du moins à la couleur de ses cheveux avait-il pu le penser, accolée à une fenêtre et observant le ciel. L'elfe sourit. Enfin une personne changeant de ces imbéciles heureux et violents.

L'elfe s'approcha lentement, ne voulant guère la surprendre, tout en faisant suffisamment de bruit avec ses pas pour qu'elle puisse entendre sa présence.

"Moi qui pensait que j'étais le seul à réellement admirer le paysage à sa juste valeur, je suis bien heureux de voir que j'ai eu tort."

Toutefois, la réaction de la jeune Neishaane ne fut pas des plus attendue. Celle-ci se retourna soudainement pour l'observer les yeux écarquillés. Du moins, était-elle réellemment en train d'observer quoi que ce soit ? Rien n'était moins sûr.

"Tout va bien ma chère ?"

Question stupide. Non, ça ne semblait guère aller mais si elle pouvait lui fournir confirmation, alors l'elfe pourrait en déduire que son état n'était pas si mauvais.
Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 21 Nov 2012 - 17:17 Répondre en citantRevenir en haut

Lorsque la neishaane reprit conscience, c’est-à-dire approximativement après une demi-seconde, ses yeux clignèrent. Elle recula et se cogna dans la fenêtre. Cet homme l’avait surprise, si bien qu’elle avait fui de deux pas, deux ridicules pas l’ayant mené dans un cul de sac. Elle n’avait saisi la première phrase que lorsque son esprit s’était apaisé. Elle reprit son souffle lentement, portant une main à sa poitrine. Son cœur battait la chamade, ses joues s’étaient empourprées au même titre que l’extrémité de ses oreilles.

« Je … oui, je vais bien. Excusez-moi, vous m’avez surprise »

Fuite en avant. C’était cela. Déjà, les images de la scène se diluaient dans son esprit. L’avait-elle vraiment vu avant qu’il n’arrive ? Elle n’en était plus vraiment sure. Elle secoua la tête pour reprendre ses esprits. Ses cheveux virevoltaient avant de reprendre leur place en pagaille autour de son visage. Ses yeux d’argents parcoururent rapidement l’elfe qui lui faisait face. Fort de sa personne, il était agréable au regard. Il s’agissait d’un être masculin. Cela suffisait à la mettre mal à l’aise. Pourtant, il lui faudrait forcément être capable de se tenir. Elle ne pouvait pas éternellement fuir le contact humain au prétexte qu’elle était incapable de tenir une conversation avec un mâle. Cette dernière réflexion l’amusa. Elle en esquissa un sourire qu’elle tenta de justifié par une toute autre explication, de peur d’être mal comprise.

« J’admirai le paysage, en effet. L’observatoire est un lieu véritablement … passionnant. J’étais venue à la recherche de quelque chose, mais je me suis statufiée ici il semblerait »

Ruri ponctua cette phrase d’un petit rire nerveux, rire qui commençait à devenir un tic plutôt embêtant, voire agaçant. Elle se sentit soudainement idiote et elle piqua un far. Elle détourna les yeux de ceux de l’elfe avec rapidité et, confuse, son regard se porta sur le sol. La neishaane ne savait plus où se mettre. Elle rêvait de devenir une minuscule souris pour s’échapper de cet endroit.

° Cet homme m’écraserait sûrement d’un coup de botte. J’ai l’air si bête que j’en ai honte °

Elle chassa rapidement cette pensée de son esprit et plongea ses perles grises dans ceux de son interlocuteur. Elle était perturbée mais tentait de ne rien laisser transparaître. Elle mordillait sa lèvre inférieure nerveusement, seul signe perceptible de son malaise. Elle ne savait pas vraiment comment s’y prendre pour exposer sa question mais elle y réfléchissait sérieusement. La neishaane serra ses doigts et osa tout de même la poser.

« Je suis à la recherche … hm … d’informations spécifiques. Mais ne connaissant pas ce lieu, je suis quelque peu perdue. »

Elle porta une main à sa bouche et étouffa un léger toussotement.

« De plus, je n’ai aucune idée de comment m’y prendre et cela me désole. Je ne sais pas non plus vraiment ce que je cherche … c’est d’autant plus … idiot »

La jeune adolescente posa son dos contre la fenêtre et croisa les bras. Elle était gênée et ne savait vraiment comment formuler sa demande.
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 22 Nov 2012 - 01:39 Répondre en citantRevenir en haut

L'elfe écouta la Neishaane avec attention et souriait pendant qu'elle était prise d'un rire nerveux à presque toutes les deux phrases.

Anaviel appréciait ce genre de jeunes filles, non pas comme un homme aimait une femme, non. Ce genre de chose, il les réservait aux femmes un peu plus matures et jamais sans leur consentement.
Celle-ci était fragile que ce soit physiquement ou mentalement. Physiquement car elle était quelque peu fluette et légère comme une Neishaane mais comparée aux autres de sa race, elle semblait... maigre comme si elle avait vécue des périodes de périodes extrêmement longues. Mentalement ensuite par sa première réaction de recul auprès de son interlocuteur qui, accompagné de tics nerveux, ne pouvaient tromper.
Oui, cette jeune était la même que Velshana quand Anaviel l'avait sauvée de sa pitoyable existence et c'était peut-être là, ce qui faisait que l'elfe ne pouvait qu'apprécier cette jeune femme.

Dans un sens, il enviait son Maître pour avoir la possibilité de faire de ce diamant brut une oeuvre d'art à l'état pur mais dans un autre, il était content que cette charge ne lui revienne pas : Velshana avait fait un effet de transfert envers lui et il ne voulait plus que cela arrive de nouveau, beaucoup d'erreurs ont été faites cette nuit là quand le maître et l'élève se sont unis par leurs corps.

"Je vous rassure, rien n'est jamais idiot. Il m'arrive moi-même de me demander ce que je fais au Màr Taralöm pour ainsi dire..."

L'elfe sourit doucement.

"Je suis désolé si je vous ai effrayé tout à l'heure. En tous les cas, du moment que vous ne ferez pas de grabuge à l'Observatoire, j'espère ne plus effrayer de nouveau."

Anaviel lui lança un clin d'oeil avant d'observer un instant les aspirants venus étudier. Comme ils étaient tranquilles, l'elfe revint à son interlocutrice du moment.

"Je ne pense pas vous avoir déjà vue. Êtes-vous une nouvelle aspirante ? Oh ! Suis-je bête, j'en oublie les bonnes manières. Je suis Anaviel ïndalwë, Maître Brun et accessoirement, celui qui gère les affaires liées à l'Observatoire et bien d'autres choses plus... modestes."

Le Conservateur arbora un sourire amical avant d'aller s'asseoir à une table vide et inviter la demoiselle à s'asseoir en face de lui.
Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 23 Nov 2012 - 17:37 Répondre en citantRevenir en haut

"Je vous rassure, rien n'est jamais idiot. Il m'arrive moi-même de me demander ce que je fais au Màr Taralöm pour ainsi dire..."

Ruri secoua la tête. Vraiment, elle n'était pas convaincue par les paroles de son interlocuteur elfique. Comment quelqu'un qui vivait ici depuis plus longtemps qu'elle pouvait être amenée à se poser une telle question ? Plus encore lorsque cette personne semblait avoir une quelconque influence ici.

° Je suis persuadée qu'il s'agit d'un maître dragon, il n'y a aucun doute à ce sujet. Il semble si calme, si serein et si familier avec ce lieu. Je n'en mettrai pas ma main à couper toutefois °

L'elfe arbora un sourire qui se voulait doux. La neishaane l'interpréta comme un sourire doucereux. Elle était méfiante, sans nul doute ne souhaitait-elle pas tomber dans un quelconque piège idiot. Mais comment l'elfe pourrait-il lui tendre un tel piège ? Il ne la connaissait ni de Flarmya, ni d'un quelconque être supérieur.

° Je deviens paranoïaque, ça ne va vraiment plus dans ma tête °

"Je suis désolé si je vous ai effrayé tout à l'heure. En tous les cas, du moment que vous ne ferez pas de grabuge à l'Observatoire, j'espère ne plus effrayer de nouveau."

Ruri lui adressa un léger sourire qui sonnait faux. Les commissures de ses lèvres étaient mues par de légers tics nerveux qui l'assaillaient. Mentir lui était extrêmement difficile.

« Je vous assure, vous ne m'avez pas effrayé, juste surprise. Je ferais également attention à ne pas commettre d'erreurs en ces lieux. »

L'adolescente ne souhaitait aucunement tester la capacité de son interlocuteur a effrayer. Nul doute qu'un seul de ses regards lui donneraient envie de se cacher sous l'une de ces bibliothèques massives. Il lui adressa un clin d'œil qui la fit tressaillir.

° J'ai l'impression d'être un jouet dans les mains de quelqu'un. Je suis sûre que ce n'est pas son intention, mais je n'arrive pas à m'ôter ces mauvaises idées de ma tête °


Il détourna son regard un instant, permettant à la neishaane de reprendre son souffle. Elle se rendit compte, qu'instinctivement, elle s'était arrêtée de respirer. Ses joues et ses oreilles s'étaient rosies par la honte et son teint cramoisi avait attiré quelques regards.

° Certains de ces aspirants imaginent peut-être des choses qui n'ont pas lieu d'être. Pourvu que cela n'arrive pas aux oreilles de Lyssa, sans quoi je suis bonne pour souffrir un bon moment °

Si Ruri avait une estime inégalée de l'humaine, elle la redoutait tout autant qu'elle la vénérait. Un étrange syndrôme dirait certains, de la folie argumenteront d'autres. Elle était convaincue que c'était normale, que c'était dû à l'influence qu'exercçait sa future maîtresse sur elle. Lorsqu'Anaviel reprit la parole, elle sursauta. Le regard de la neishaane était détourné, focalisé sur les aspirants qui travaillaient. Soudain, elle prit conscience que son attitude devait être irréprochable, sans quoi sa maîtresse en pâtirait nécessairement.

"Je ne pense pas vous avoir déjà vue. Êtes-vous une nouvelle aspirante ? Oh ! Suis-je bête, j'en oublie les bonnes manières. Je suis Anaviel ïndalwë, Maître Brun et accessoirement, celui qui gère les affaires liées à l'Observatoire et bien d'autres choses plus... modestes."


Ruri plongea ses yeux dans les prunelles de son interlocuteur. Il fallait dire que si les êtres masculins la répugnait, celui-ci était agréable, tant dans son esthétisme physique que dans ses paroles. Pour autant, elle restait sur le qui-vive.

«  Je m'appelle Ruri Ravin, aspirante de Lyssa Ciniver. C'est effectivement la première fois que nous nous rencontrons maître Ïndalwë. Ou dois-je peut-être vous appeler par votre fonction à l'Observatoire ? »


L'adolescente parlait à voix basse de peur de gêner les autres aspirants. Lorsque l'elfe lui proposa de s'asseoir à une table, elle hocha docilement de la tête. Elle n'avait pas remarqué le chevalier dragon qui, les bras emplis de livres, se dirigeait droit vers elle. Les ouvrages reliés tombèrent aux sols dans un fracas et, embarassée, la neishaane ne savait que dire.

«  Je suis véritablement désolée, je ne vous avais pas vu. Laissez-moi vous aider » dit-elle en se penchant.

Elle ne s'était pas attendu à une telle réaction mais le chevalier la toisa d'un regard mauvais et croisa les bras, l'observant remettre en ordre les livres et les réempiler soigneusement.

« Va les ranger, maudite neishaane. Tu me fais perdre mon temps. »

Penaude, Ruri exprima un regard de regret et, maladroitement, rangea les livres dans les rayons. Elle se sentait soumise et, quand bien même elle bouillonnait intérieurement, elle ne s'autorisait pas à le montrer. Elle dissimulait bien mieux sa colère que sa peur et sa craintivité. Lorsqu'elle eut terminé de reposer les grimoires – aussi lourds soient-ils – elle s'excusa une nouvelle fois sous le regard mauvais du chevalier. Elle ne le connaissait pas mais était désormais persuadée qu'il la haïrait longtemps.

° J'éviterai dorénavant de le croiser dans les couloirs ou bien je risque de prendre une sévère incartade ° pensa-t-elle.

Elle inclina le buste envers le chevalier, morfondu en excuses, et prit place face à Anaviel.

« Je suis si maladroite. Je ne pensais pas toutefois que cela m'arriverait. Je pensais être plus … moins ... »

Elle laissa échapper un soupir, incapable de terminer sa phrase. Son regard s'était durci, elle s'en voulait de perdre ses moyens à n'importe quelle occasion qui sortait de l'ordinaire.

« Je suppose de toute évidence que j'ai bien agi. C'était de ma faute, le pauvre ne pouvait rien voir avec cette pile de livre. »

La neishaane se mordillait la lèvre inférieure. Elle décida de revenir au sujet qui la préoccupait antérieurement.

« Vous avez dit être le gestionnaire de l'Observatoire. J'en déduis donc que vous en êtes la plus haute instance. C'est un honneur pour moi que de pouvoir m'entretenir avec vous »

L'adolescente avait reprit le contrôle sur elle et ses rougeurs avaient cédés la place à un ton plutôt protocolaire. Elle était inférieure à cet être pensait-elle.

« Je suis à la recherche de mes origines, mais je n'ai aucune idée de comment m'y prendre. Mes propos doivent vous paraître incongrus mais mon passé est bien spécifique. Je n'ai sûrement aucune originalité dans ma vie, d'autres ont certainement un parcours bien plus intéressant. Toujours est-il que je ne connais ni mon père, ni ma mère, ni même mes ascendants plus anciens. Je ne connais pas l'histoire de ma famille et je ne sais pas si mon nom correspond vraiment à celui de mes géniteurs. Toujours est-il que j'aimerai comprendre, ou tout du moins connaître, mon passé pour pouvoir évoluer. Je sais que je n'ai pas de capacité particulière, si ce n'est d'avoir l'impression de voir certaine scène deux fois. Mais je ne crache pas du feu, je ne créée pas de statut de glace. Je n'utilise pas les forces telluriques à mon avantage. »

Elle marqua une pause dans sa diatribe. Elle avait la gorge sèche et jamais elle n'avait autant parlé.

« Pensez-vous que connaître mon histoire m'aiderait en quelque chose ou, bien au contraire, que ce serait une perte de temps ? Je suis sûre que maîtresse Civiner pense que c'est perdre mon temps que de fouiller le passé. Elle me pousse à l'oublier pour me consacrer à mon futur. »


Ruri mettait peut être trop d'insouciance dans ses propos pour divulguer ainsi des informations qui n'étaient a priori inutiles de préciser. Peut-être mettait-elle également trop d'espoirs dans la réponse que lui apporterait Anaviel.

° Il existe certainement des artefacts magiques à cet effet. Ah, je me fais sûrement des idées pour rien. Il va me jeter pour me dire que je ne sers à rien et que je devrais retourner sous les jupons de Lyssa. Il est sûrement interdit de faire appel à d'autres maîtres que le sien pour obtenir de l'aide. °


Dernière édition par Ruri Ravin le Sam 24 Nov 2012 - 20:27; édité 1 fois
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 24 Nov 2012 - 18:05 Répondre en citantRevenir en haut

L'elfe connaissait enfin le nom de cette jeune aspirante et de l'identité de son Maître. Une pointe de déception surgit au fond de lui en découvrant que ce serait Lyssa Cinver qui en aurait la charge.
Oh bien sûr, Lyssa possédait une expérience au sein du Kaerl dont Ruri pourrait probablement profiter d'une très bonne manière mais au vu de la décadence illustrée par la représentante Valhérienne, Anaviel ne pouvait que craindre que cette Neishaane si prometteuse ne puisse devenir autre chose qu'une dévergondée à l'image de sa tutrice.

L'elfe allait lui répondre lorsqu'un Chevalier inattentif rentra dans l'aspirante et fit tomber tous les ouvrages qu'il portait dans les bras.

La suite surprit quelque peu l'elfe dans le sens où, généralement tout ardent nouvellement possédait en lui une confiance en soi si grande que c'en devenait risible, Ruri, de son côté semblait, chercher à s'écraser et se mettre immédiatement en position de soumission face à quelqu'un de visiblement plus fort qu'elle.
Ce fait amena l'elfe à apprécier un peu plus la jeune femme car au moins connaissait-elle le sens d'humilité bien que pouvoir lui donner un peu plus confiance en elle ne lui ferait pas de mal si elle voulait survivre dans un environnement quelque peu hostile.

Au vu de la réaction du Chevalier, Anaviel avait envie d'agir. Mais il se disait qu'au final, la sauver de ce genre de situation ne lui permettrait pas de se dépasser.

Cette scène terminée, la Neishaane vint enfin s'asseoir face à lui. D'entrée, elle montra une nouvelle fois une preuve de son manque de confiance en mettant en valeur sa maladresse. Pour Anaviel, qui avait vu la scène, ce n'était pas elle la responsable mais le chevalier et s'il se trouvait que ce dernier montrait de nouveau aussi peu de respect envers ses cadets, alors peut-être sera-t-il nécessaire de lui fournir une leçon indélébile sur les règles de bienséance.
Suite à cela, il écouta la jeune femme avec attention. Celle-ci semblait avoir à présent un peu plus confiance en lui au vu des flots de paroles qu'elle lui envoyait sans savoir comment s'arrêter. C'était flatteur dans un sens et plus elle en disait, plus Anaviel se sentait déçu de ne pas pouvoir la prendre sous son tutorat car en la regardant, il commençait à ressentir ce sentiment grandissant et familier qu'il avit pu ressentir pour Velshana, Lilwen et Asshaï : un sentiment paternel en quelque sorte.

Lorsqu’elle eut terminé, l'elfe lui sourit sans rien dire pendant quelques secondes, le temps qu'il puisse trouver des réponses convenables à la jeune femme.

"Je ne crois pas connaître de registres parlant d'un pouvoir comme le votre mais je dois avouer que j'ai quelque peu du mal à comprendre le fonctionnement de votre capacité. Peut-être qui si vous me donniez quelques détails supplémentaires ou ne serait-ce que quelques anecdotes qui pourraient me permettre d'avoir des indices, je serais plus à même de pouvoir vous aider."

L'elfe s'interrompit un instant, espérant que la demoiselle pourrait l'aider un peu plus et l'observant de manière à déchiffrer le fait de savoir si elle était capable de lui fournir ce qu'il lui demandait.
En tous les cas, Anaviel était intéressé par cette capacité dont elle parlait. Voir les choses deux fois... Etait-ce une capacité de déclenchement à répétition ? Possible... Peut-être était-ce aussi la capacité de voir un avenir suffisamment proche pour que le futur n'ait pas encore le temps de dévoiler d'autres possibilités. Hum... Même si cette seconde idée dérangeait quelque peu Anaviel, il ne pouvait prétendre que celle-ci soit impossible. En tous les cas, au vu du fait qu'elle ne semblait comprendre ce qui lui arrivait, ce pouvoir devait être inconscient et aléatoire pour l'instant.

"Enfin soit, nous y reviendrons plus tard."

Un sourire arbora le visage de l'elfe avant de lui répondre à sa seconde question.

"A vrai dire, je pense vous avoir déjà répondu tout à l'heure. Rien n'est jamais idiot. Si vous pensez que découvrir vos origines peut-être bon pour vous alors c'est qu'il l'est. Cependant, même si je pense que vous avez raison de chercher à découvrir vos origines, il serait préférable pour vous de d'abord faire face à d'autres priorités. Votre confiance en soi par exemple et malgré tous les défauts que l'on pourrait envoyer à Dame Ciniver, personne ne pourra me dire le contraire en si je vous avance que Dame Ciniver pourrait être la mieux placée pour vous enseigner cela."

Oui, il fallait l'avouer. Lyssa ne manquait pas de force de caractère même si au final elle avait peu de jugeote mais au moins son aspirante pourrait prendre exemple sur cette qualité.

"Bien entendu, je suis bien placé pour savoir que quand je veux connaître certaines choses, je souhaite les connaître au plus vite aussi je vous propose un marché : si vous me promettez de fournir les efforts nécessaires pour devenir une aspirante plus que prometteuse sans vous laisser détourner par des pensées autres que votre enseignement, je vous promets de mon côté de chercher pour vous vos origines et de vous rapporter au plus vite ce que j'aurais trouvé. Qu'en pensez-vous ma chère ?"
Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 25 Nov 2012 - 16:31 Répondre en citantRevenir en haut

Le temps qui s'était écoulé entre la fin de la diatribe de l'aspirante et le début de la réplique du maître de l'Observatoire paru interminable aux yeux de la neishaane. Elle était pendu aux lèvres de l'elfe. Mais elle tentait de ne rien montré. Ses mains étaient croisées sur la table, même si de légers tremblements étaient encore perceptibles.

"Je ne crois pas connaître de registres parlant d'un pouvoir comme le votre mais je dois avouer que j'ai quelque peu du mal à comprendre le fonctionnement de votre capacité. Peut-être qui si vous me donniez quelques détails supplémentaires ou ne serait-ce que quelques anecdotes qui pourraient me permettre d'avoir des indices, je serais plus à même de pouvoir vous aider."

Ruri réfléchissait. Elle écarta ses mains pour les poser sur le rebord de la table et ses doigts se muèrent d'un tics alors que son regard s'était machinalement dirigé vers le plafond. Elle réfléchissait intensément. Certains souvenirs étaient aussi clairs que de l'eau de roche tandis que d'autre lui semblait encore inaccessible. Elle chercha tout d'abord dans son enfance. Mais rien ne venait. Jamais son pouvoir ne s'était déclenché auparavant ou alors ne s'en rappelait-elle pas dans l'immédiat. Elle bascula sa chaise en arrière et semblait ne pas prendre conscience que son équilibre en était devenu plus précaire. Elle se rappela de son départ de la mine. Oui, elle avait vu l'homme approcher et mourir. Puis la scène s'était déroulée. Il y avait également l'autre scène, plus floue, pendant laquelle elle parlait à un tortionnaire qui décéderait le lendemain. Puis il y avait la mort du chef des esclavagistes. Mais elle n'en gardait aucun souvenir. Elle cherchait l'anecdote qui permettrait de l'aider au mieux. Elle laissa tomber sa chaise sur ses quatre pied dans un petit bruit sourd et baissa son regard vers l'elfe.

" Je n'arrive pas à faire mon choix sur l'anecdote. Je vais vous en raconter plusieurs. Cela vous aidera certainement plus que si je choisis la mauvaise." lança Ruri en accompagnant cette phrase d'un petit rire cristallin.

Elle toussota et reprit son sérieux. Ses joues qui s'étaient empourprées avec l'émotion reprirent leur teinte normales tout comme son regard se fit plus doux. Son air s'attrista quelque peu car les évènements qu'elle s'apprêtait à relater était difficile à surmonter. Son regard s'était abaissé sur ses propres mains et il s'était vidé de toute joie.

" La première qui me vient en tête est l'une des plus floue de toutes. C'était pendant ma période d'esclave. J'étais allongée et épuisée de devoir creuser à longueur de journée. La faim me tiraillait et j'étais incapable de faire quoi que ce soir. Lorsqu'un garde décida de me donner un manger, je lui ai apparemment dit - et je tiens cette information d'un compagnon de cage - que cet homme allait bientôt mourir. Le lendemain, il n'était plus là. Pour autant, je n'en garde aucun souvenir."

La neishaane déglutit. Ces souvenirs étaient difficiles à évacuer et en parler la mettait mal à l'aise. En parler à un inconnu étant pire, sa maîtresse n'en sachant pas autant sur elle que cet elfe.

" La deuxième est celle qui m'a permis de m'enfuir. Je m'en rappelle vaguement mais mes souvenirs sont moins flous. Chaque matin, on nous extirpait de notre cage pour attacher la chaine qui pendait à notre cou à une sorte d'anneau fixé dans la roche même. Nous étions constamment surveillés, si bien que s'échapper ne m'était jamais venu à l'idée. Je ne dis pas que j'avais accepté de vivre comme une esclave, mais je n'avais d'autre choix que de faire ainsi. Et j'ai eu comme une vision. J'ai vu mon camarde se saisir de sa pioche pour tuer le garde. L'instant d'après, Eor prenait effectivement sa pioche pour transpercer le crâne de ce pauvre homme. C'est ce qui a permis de … "

Une boule se noua dans sa gorge et elle fut incapable d'en dire plus. Elle essuyait les larmes qui coulaient de ses yeux. Elle se maudissait de ne pas pouvoir les arrêter, d'être aussi faible et de ne pas pouvoir effacer son passé comme on pourrait raturer des mots sur un parchemin ou bien brûler ce même parchemin en le jetant dans la cheminée. Elle posa son front sur la table et ses cheveux s'étalèrent autour de son crâne. Elle saisit sa tête entre ses mains et revivait intérieurement la douloureuse expérience. Sa respiration était chaotique et elle ressentait un mélange de haine pour elle-même autant que de pitié, pitié qu'elle détestait par dessus tout. Elle se reprit, lentement. Elle essuya d'un geste rageur ses dernières larmes sans pour autant regarder l'elfe qui semblait l'écouter patiemment.

"La dernière est l'une des plus … étrange. J'étais dehors, après m'être enfuie de la mine. J'étais poursuivie par le chef des esclavagistes. J'ai trébuché à de nombreuses reprises, les racines des arbres formant autant d'obstacles à éviter. J'ai bien sûr fini par tomber et le chef m'a rattrapé. Je l'ai alors vu se précipiter vers moi. J'étais pétrifiée. Lorsque j'avais repris conscience, il s'était empalé sur sa propre épée et j'étais allongée au sol. La suite n'a aucune importance."

Ruri préférait ne pas aborder ce dernier sujet, bien trop douloureux pour elle. Elle en serait d'ailleurs bien incapable aujourd'hui. Anaviel lui répondit ensuite son passé. Elle prit un air choqué lorsque son interlocuteur lui parla des défauts de sa maîtresse. Elle n'était personne pour contredire le maître dragon. Elle écouta toutefois avec attention, les yeux encore rougis par le chagrin passé, les propos de son interlocuteur elfique. Ainsi, en échange de suivre son enseignement de la manière la plus assidue possible, Anaviel s'engageait à chercher les racines de la famille de Ruri. Elle prit le temps de réfléchir, mais cela lui semblait convenable. Elle releva son regard sur celui du maître dragon et esquissa un faible sourire.

"Entendu, faisons comme cela. Mais comment saurons-nous que chacun de nous respecte son engagement ? "
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 26 Nov 2012 - 19:26 Répondre en citantRevenir en haut

L'elfe écouta l'histoire de Ruri en arborant un sourire attentif au début. Toutefois, son sourire disparut au fur et à mesure que la demoiselle dévoilait sa vie.
Vivre dans une cage, marchands d'esclaves, Anaviel n'avait jamais eu d'expérience similaire de son côté si ce n'était lorsqu'il avait été enfermé dans une geôle à cause de la trahison de son ancien ami Conrad mais il n'y était resté que deux jours.

Malgré tout, il comprenait à présent la réaction de Ruri quant à sa nervosité devant des inconnus. Quand il avait sauvé Velshana, destinée à ne devenir qu'une servante, il avait pu constater que son "propriétaire" ne la considérait pas mieux qu'un animal alors comment pouvait-il imaginer le sort réservé aux femmes esclaves comme cette jeune aspirante ? En prenant ce fait, il n'était guère difficile d'imaginer ce qui avait bien pu se passer après la mort du chef esclavagiste.
Pour le coup, il faillit presque en oublier l'essentiel : le pouvoir.

D'après ce qu'elle disait, Anaviel avait réduit ses hypothèses à deux possibilités.
La première était celle qu'Anaviel ne voulait absolument accorder aucun crédit car cela remettait en cause ses principes de vie en eux-même : la capacité de voir l'avenir.
La seconde était plus facile à admettre mais si tel était le cas, le pouvoir de Ruri pourrait alors s'avérer plus que dangereux. Ce pouvoir était de modifier tous les avenirs possibles afin de n'en créer qu'un seul : celui qu'elle voulait voir se réaliser.

Dans les deux cas, l'elfe avait toutefois pu limiter ses recherches à une quantité de documents beaucoup plus viable. L'identification des origines de cette aspirante était à portée de main.

Enfin, Ruri accepta le marché mais elle posa une question des plus pertinentes : comment savoir si l'un ou l'autre respecterait ses engagements ?
La réponse déconcerta quelque peu l'elfe malgré la simplicité de la réponse. Cette Neishaane qui semblait dès lors si naïve et innocente en apparence semblait cacher une vivacité d'esprit plus qu'intéressant.
Décidément, ce genre de chose ne pouvait qu'attiser le désir de l'elfe de la prendre sous sa tutelle d'une manière ou d'une autre tant cette aspirante semblait prometteuse.

Anaviel jaugea son interlocutrice avec une intensité dans le regard comme s'il cherchait à percer la coquille de la jeune femme pour voir qui elle était vraiment.

"Vous avez raison de le demander... Pour ma part, vous avez attiré mon attention et donc je compte bien étudier vos origines au plus vite. Pour savoir si je tiens ma promesse, venez donc me voir à intervalles régulier ici-même pour que je vous fournisse tous les renseignements que j'ai pu trouver. De votre côté, votre entraînement auprès de Dame Ciniver apporteront des changements en vous qu'il sera difficile à cacher pour moi. Ces entrevues nous permettront donc de vérifier réciproquement nos avancées respectives. Qu'en pensez-vous ?"
Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 26 Nov 2012 - 20:18 Répondre en citantRevenir en haut

Si l'elfe s'était voulu souriant au premier abord, son rictus s'effaça rapidement. Au fur et à mesure que la neishaane poursuivait son récit, tant bien que mal, Anaviel semblait de plongé dans une réflexion lointaine. C'était ce que Ruri en avait déduit de son regard. Peut-être cherchait-il à comprendre son pouvoir, peut-être s'était-il mis en tête de comprendre son passé. L'adolescente reprenait peu à peu le contrôle de sa respiration. Elle avait affiché un sourire qui sonnait faux mais son interlocuteur n'en avait fait cas. Elle déglutit difficilement lorsque le maître dragon la fixa intensément. Elle se sentit brusquement mal à l'aise, comme s'il farfouillait dans son âme même. Cela la surprit tant que son coeur manqua de battre. Elle posa la paume de sa main sur son front, haletante. Sa respiration était forte et saccadée. Comment un tel être pouvait-il lui faire un effet aussi intense ?

° C'est impossible. Ce regard …. °

" Vous avez raison de le demander... Pour ma part, vous avez attiré mon attention et donc je compte bien étudier vos origines au plus vite. Pour savoir si je tiens ma promesse, venez donc me voir à intervalles régulier ici-même pour que je vous fournisse tous les renseignements que j'ai pu trouver. De votre côté, votre entraînement auprès de Dame Ciniver apporteront des changements en vous qu'il sera difficile à cacher pour moi. Ces entrevues nous permettront donc de vérifier réciproquement nos avancées respectives. Qu'en pensez-vous ? "

Ce fut avec tout autant d'étonnement que Ruri écouta, la bouche entrouverte. Elle referma bien vite ses lèvres, repensant aux conseils de sa maîtresse. Elle ne lui ferait pas défaut, ça non. Elle prit le temps de se remettre de ses émotions. Son rythme cardiaque ralentissait, elle reprenait peu à peu son souffle. Elle passa une main dans ses cheveux et fixa son regard sur le torse de son interlocuteur. Elle remonta peu à peu jusqu'à son propre regard. Elle voulait l'affronter avec succès, ne pas partir sur une défaite. Mais avait-il vraiment désiré la mettre dans un tel état ?

° Non, son attitude était différente. Je dois être encore trop faible mentalement pour pouvoir supporter un regard aussi intense. Je dois suivre les enseignements de maîtresse Lyssa. Plus vite j'évoluerai, plus vite il le remarquera. Si je tiens ma promesse, j'aurai la clef de la vérité. Oui, je connaîtrai ma ascendance. °

" Entendu, faisons ainsi. Fixons l'intervalle à deux semaines. Je pense que c'est un délai juste me permettant de m'améliorer suffisamment pour que vous puissiez le remarquer. Ce devrait également être suffisant pour que vous puissiez mener des recherches de votre côté."


Il ne mit guère de temps à l'accepter. Sur ces mots, elle se leva, prenant appui sur la table. Elle était légèrement fiévreuse. Ruri se pencha en avant pour saluer l'elfe d'un ton solennel.

" Je vous remercie de m'avoir accordé un peu de votre temps, maître Indalwë. J'espère que cette entrevue nous sera aussi profitable à vous qu'à moi, même si je ne peux que m'interroger sur vos motivations personnelles et ce qui vous a amenez à accepter de faire ces recherches. Mais je ne souhaite pas en avoir la réponse. Merci encore. "

La neishaane tituba légèrement en arrière et se dirigea vers la sortie de l'Observatoire. Rien n'avait changé. Certains regards l'observaient avec insistance, d'autres l'ignoraient simplement. Elle préférait largement la seconde attitude, la première lui donnant envie de vomir. Elle n'hésita pas à lancer quelques regards noirs en passant. elle passa les lourdes portes du lieu des savoirs enfouis et se dirigea vers ses quartiers. Elle pourrait justifier son absence. Elle serait cependant incapable de mentir à Lyssa et elle comptait bien lui raconter l'entière vérité. Elle savait que cela lui serait impossible de lui mentir, pas à elle. Après tout, elle lui devait la vie, cette même vie que Zakeriel avait tenté de lui pourrir. Oui, si un dieu l'avait sauvé, alors l'humaine était une déesse personnifiée. La neishaane esquissa un sourire amusée à cette idée. Lyssa, une déesse. Elle l'imaginait plutôt dans le secteur du vice et de la souffrance que dans le secteur de la bonté et de la charité. Mais n'était-ce pas ce dont Ruri avait besoin ? Ainsi la petite brebis égarée retournait voir son berger.
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:22 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu