Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Rencontre avec un inconnu ... pas si inconnu que cela Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 17 Nov 2012 - 13:31 Répondre en citantRevenir en haut

Année 928
Isashaniku
Nuit du 7 au 8e jour




Ruri voulait profiter des premières lueurs de la matinée pour bénéficier du calme du sanctuaire. Elle espérait pouvoir réfléchir seule et faire le point sur les évènements des derniers jours. Tout s’était déroulé si rapidement qu’elle n’avait pas pu méditer sur ses dernières aventures. Les derniers éclats des astres lunaires laissaient peu à peu leur place à l’éclat du jour naissant. L’adolescente n’avait pas vraiment fermé l’œil de la nuit. Son sommeil était trop agité et la neishaane n’avait pas arrêté de cogité. Les ronflements de ses voisines ne l’avaient pas aidé à trouver le repos. Elle avait écarté précautionneusement ses draps en silence. Ses pieds nus effleuraient le sol sans bruits. Ruri avait défait le lacet de son sac et sortit une tenue. Il s’agissait d’une robe noire lui arrivant au-dessus des genoux, légèrement décolletée, laissant ses épaules dénudées. L’adolescente portait également des mitaines de dentelles noires et des cuissardes de cuir. Ruri avait traversé la pièce lentement, manquant de trébucher à plusieurs reprises sur des sacs posés à même le sol. Elle essayait de demeurer la plus silencieuse possible. Elle souleva le loquet de la porte avec précaution et ouvrit la porte. Le grincement de la porte avait conduit la neishaane à jeter un dernier regard en arrière avant de la refermer.

Les couloirs du Màr Tàralöm étaient vides à cette heure-ci. L’adolescente était matinale et la plupart des habitants dormaient certainement encore à poings fermés. Ruri déambulait sans réellement savoir où elle allait. Ses doigts effleuraient le mur de pierre qu’elle longeait. Les flammes des torches fixéees au mur à distance égale dansaient sur la pierre rugueuse. Les ombres projetées faisaient penser à des visages menaçant et les crépitements des flammes à des rires malsains. La neishaane laissa dériver son regard un instant sur ces étranges chimères. Elle laissait vagabonder ses pensées. Les souvenirs d’Eorlund l’envahirent progressivement. Elle se souvenait à quel point vivre en cage était difficile. La nourriture n’y était guère abondante et le travail bien trop pénible pour une jeune fille comme elle. Elle réprima un hoquet et reprit ses errements.

Ses pas la menèrent aux sanctuaires, lieu de recueillement envers Flarmya mais aussi de punition pour les aspirants. Le silence n’était troublé que par les crépitements des torches et les bottes de la neishaane. Elle cherchait du regard un endroit où s’asseoir. Elle traversa le long couloir et pénétra au sein-même du sanctuaire. Elle ressentie une immense quiétude et ce fut comme une chaleur qui embrasa son cœur. Elle se dirigea vers un banc, non loin de la statue de la déesse. La tête basse, Ruri réfléchissait. Ses yeux fixaient ses mains croisées. Elle soupira longuement.

Du jour au lendemain, sa vie avait changé. Elle était en passe de devenir un membre à part entière du Kaërl, de devenir l’aspirante de Lyssa. Elle apprendrait à se tenir, à bien parler, à faire attention à elle. Elle voulait profiter du temps libre pour repenser aux évènements passés. Son départ de la mine, sa fuite, son échec, sa torture. Il s’agissait de passage de sa vie qu’elle souhaitait exclure à tout jamais. Ruri ne savait pas vraiment comment se comporter dans son nouvel environnement ni que penser de tout cela. Elle soupira une nouvelle fois. Que devait-elle penser de l’humaine ? Elle ne savait que trop peu de chose à son sujet et cela la dérangeait un peu. Pouvait-elle vraiment lui faire confiance aveuglément ?

° Je ne dois pas laisser ces pensées investir mon esprit. Elle est celle qui m’a sauvé la vie. °


Dernière édition par Ruri Ravin le Ven 1 Mar 2013 - 12:59; édité 1 fois
Publicité





MessagePosté le: Sam 17 Nov 2012 - 13:31 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 532
Présentation: URL
RPs: 1 114
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 19 Nov 2012 - 15:42 Répondre en citantRevenir en haut

La jeune Neishanne n'était pas la seule à être matinale. Il y avait les boulangers qui s'avèraient à leurs fourneaux pour cuire du pain frais et chaud, pour les papilles gourmandes de leurs premiers clients avide de sentir une croûte croquante et savoureuse en bouche. Il y avait bien entendu les gardes en faction dans bien des lieux dans le Kaerl, dont le Mahalma pour assurer une partie de la sécurité des Sangs ou du Seigneur en personne ; même si bon nombre de ses gardes se doutaient fort bien que le Dirigeant savait parfaitement se battre. N'était-il pas Seigneur après tout ? Hélas pour le Maître Noir, il n'était pas monté sur le trône par sa seule force, mais par concours de circonstances.... Il avait bien prétendu au trône, tout comme Limna, un aspirante qu'il avait formé. Par traîtrise, sa lutte pour la place de Seigneur avait été compromise...

D'un sourire presque ironique, il pénétra dans le Sanctuaire. Bien du temps était passé. De simple fil de nomade, il était devenu un jeune chevalier-dragon et aujourd'hui... Il menait la gouvernance d'un des Kaerls présents dans la Terre de l'Aube. A son passage dans les couloirs, son ombre tremblait le long des murs éclairés par les torches. Comme bien des fois, il se dirigeait vers le coeur même du Sanctuaire, profitant de la timidité de l'aube pour ne pas être surpris en ces lieux. Non pas qu'il cherchait à cacher sa venue en ces lieux... Il aimait y venir quand la solitude était maîtresse, avec le silence comme compagne. Alauwyr avait beau être un vieux mercenaire, d'être maintenant un Seigneur tout en étant un Maître-dragon, il appréciait quand il en avait besoin des périodes de calme, pour réfléchir à bien des points. Son lié trouvait que ces petits habitudes signifiaient quelque chose qui dérangeait l'esprit de l'humain. Mais jamais encore Estenir n'avait abordé le sujet. Le voulait-il d'ailleurs ?

Le souverain arriva dans la salle consacrée à Flarmya, Mère des Dragons et se place debout et devant elle, les bras croisés. Elle était la seule divinité qu'Alauwyr reconnaissait comme réelle. Les dragons n'étaient-il pas une preuve de sa puissance divine ? N'avait-elle pas conçu le Don pour les sauver ? N'était-ce pas à travers eux que la race des hommes et de bien autres races pouvaient prétendre à s'élever pour une vie plus trépignante et plus riche ? Pour le maître-dragon, les dragons avaient une place dans ce monde, sinon leur espèce aurait disparu depuis longtemps ; un rôle à jouer. Cerets, les Valherus n'avaient été qu'un accident de parcours... Cette race avide avait prétendu être l'égale des Dieux.

Devant la magnifique représentation de la Déesse, Alauwyr leva ses yeux sombres dans les siens de pierre, comme pour cerner une présence qui n'y était pas là. Il ne vit pas de suite qu'il n'était pas seul en ces lieux consacrés.

Plongé dans mille songes, Alauwyr donnait l'impression d'être un homme qui attendait une réponse de la part de la divinité de pierre. Mais ces possibles réponses qu'il cherchait, il était en train de les pister dans son esprit même... Pendant un instant, il ferma les yeux, ce qui brisa la raideur d'un visage marqué par le temps et le combat. Là aussi c'était une des raisons pour laquelle Alauwyr voulait être seule... Car dans le Sanctuaire même, il s'était passé une chose qui l'avait profondément marqué contre ses propres attentes, lui un homme qui tue d'ordinaire sans vergogne et qui n'aspire à aucune émotion pour éviter de se montrer faible...Quand il les rouvrit, ce fut pour tourner la tête en direction d'une petite présence... Une jeune femme était assise non loin de là, sur un banc. Là un nouveau sourire s"'étira sur son visage. L'aspect fragile de toute à l'heure avait aussitôt disparu.

''Je vois que je ne suis pas le seul à souffrir d'insomnie... Ou alors est-ce pour prier toi aussi ? ''



Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 21 Nov 2012 - 15:02 Répondre en citantRevenir en haut

« Je vois que je ne suis pas le seul à souffrir d'insomnie... Ou alors est-ce pour prier toi aussi ? »

Ruri leva les yeux envers son interlocuteur. Ses habits ternes contrastaient avec sa chevelure argentée qui retombait librement sur ses épaules. Ses yeux gris parcoururent l’humain de bas en haut. Il était grand et musclé, d’âge mûr. Ses yeux sombres l’impressionnaient. Son visage arborait un sourire qu’elle n’arrivait pas à qualifier. Elle repensait aux conseils de sa maîtresse et se redressa sur son siège.

« Je n’arrive pas à m’abandonner au sommeil, malheureusement. Prier est sûrement tout ce qu’il me reste aujourd’hui … mais je ne m’y adonne guère » répondit la neishaane d’une voix lasse et faible.

Ses traits étaient légèrement tirés. Ce n’était que sa deuxième nuit sans sommeil mais elle paraissait fatiguée. Seuls ses nerfs lui permettaient de rester debout. Elle se décala de quelques centimètres pour permettre à l’inconnu de s’asseoir non loin d’elle s’il le désirait. Ce n’était que simple politesse et elle ne semblait pas réellement rassurée. Même si elle arborait un léger sourire, ses yeux n’exprimaient qu’une profonde tristesse. Elle cherchait à se débarrasser du passé mais elle était incapable de l’oublier. Incapable d’oublier le visage de son compagnon de cage, incapable d’oublier le visage de celui qui l’avait sauvé. Elle détourna son regard vers la déesse dont elle ne connaissait rien.

« Je ne puis d’ailleurs prier une déesse que je ne connais pas. Cela paraît sûrement idiot dit comme cela, mais je ne suis arrivée ici que récemment. »

Ruri peinait à exprimer ses idées. Elle se sentait obligée de justifier sa méconnaissance ce qui la rendait d’autant plus pitoyable. Ruri saisit une mèche qui tombait sur son épaule droite et l’entoura autour de son index nerveusement. La présence de cet inconnu ne la rendait pas indifférente. Elle ressentait à la fois une sorte de terreur intérieure comme une sorte de confiance, comme si elle pouvait tout lui dire. Son esprit lui criait de se taire, Lyssa en aurait certainement fait de même.

« Êtes-vous un maître dragon en ces lieux ? J’avoue ne pas trop savoir comment distinguer les rangs à la seule vue de mes interlocuteurs. »

La neishaane ponctua cette phrase d’un petit rire nerveux qui trahissait son malaise. La vie en société n’était pas réellement sa spécialité, cela se voyait au premier coup d’œil. Pas qu’elle refuse le contact humain, bien au contraire, mais la méfiance se lisait dans son regard d’albâtre. La présence d’un homme lui provoquait des tremblements évoquant une grande nervosité. Mais la présence de l’humain la saisissait au plus profond de son âme, comme si sa simple présence lui permettait d’empêcher son cœur de battre. Elle déglutit difficilement, et serra l’assise du banc dans ses mains crispées. Son cerveau réfléchissait à toute allure sans pour autant savoir que dire réellement. Sa respiration hachée, elle commençait à avoir du mal à respirer. Elle était prise de vertige. C’était comme cette journée-là. Non, en réalité, c’était pire. Rien que la présence de cet homme la mettait dans un état incompréhensible.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 532
Présentation: URL
RPs: 1 114
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 3 Déc 2012 - 09:50 Répondre en citantRevenir en haut

Le Seigneur observa la jeune femme. Oui elle était nouvelle, il n'en doutait pas. D'ordinaire, il croisait les nouveaux aspirants dans le Mahalma, pour entendre leur motivation et ''officialiser'' le lien qu'ils entretiendraient tout le long de leur formation avec leur Maître. C'était là un moyen indirect pour le vieux mercenaire de voir qui formait qui et passablement se méfier d'un possible adversaire. Oh, jusqu'ici il n'avait eu qu'à se méfier de deux ou trois aspirants. Rien de plus. Même s'il donnait l'apparence devant eux d'être une antiquité, son regard noir et acéré suffisait à vite faire comprendre qu'il n'était pas à prendre à la légère. Les cicatrices sur son visage pouvait en attester. Mais revenons sur cette jeune aspirante en proie à un certain mal-être.

Elle semblait apeurée par la présence du maître noir. en même temps, l'allure et la carrure d'Alauwyr n'invitait pas à sourire. Comment ne pouvait-on pas avoir de la méfiance face à un homme que lui, qui dès le premier regard, vous met mal à l'aide ? Ses yeux ténébreux et sans âme donnait l'impression de sonder votre âme. Pourtant, là Alauwyr n'était qu'un homme, rien de plus, qui fixait une jeune Neishane venue chercher on ne sait quoi en ces lieux.

''Ce pas idiotie que de penser ainsi ma chère. Flarmya ne t'en voudra pas. Elle sait qu'il faut parfois accorder du temps aux futurs liés de ses Enfants. Comment peut-on reprocher aux personnes ne pas croire en elle alors qu'ils découvrent l'existence véritable des dragons ? ''

Cela lui rappelait vaguement ses premiers leçons en tant que nouveau chevalier, quand il vivait hors Kaerl.

''Qui veut croire ou pas, chacun son droit. Pour ma part, Flarmya, qu'elle ne se vexe pas en m'entendant, n'est qu'un être immortel avec des pouvoirs qui nous dépassent largement, ce que nous nommons divinité pour leur donner quelques matérialités... Libre à toi de penser autrement. La religion n'est pas un abject fanatique ici...''

Pas au point de voir des gens prêcher la bonne parole partout dans les couloirs c'était certain. Il en revint à la première préoccupation de l'aspirante, à savoir s'il était un maître-dragon. Son sourire s'étira un peu plus.

''Je suis un maître-dragon en effet. Tu apprendras vite à savoir qui est maître-dragon. Nous ne sommes pas nombreux et un jeune aspirant est souvent dans notre sillage. Des noms t'interpelleront, comme ceux des membres du Concile. Ton maître ou ta maîtresse t'apprendra tout cela. L'âge est un bon indicateur de rang. Rare sont les liés humanoïdes à rester que chevaliers-dragons. ''

Chaque chose en son temps...Puis son regard se fit plus perçant à l'encontre de la jeune femme, comme s'il percevait son trouble.

''Tu sembles un peu nerveuse. Est-ce ma présence qui te perturbe à ce point, chère Neishanne ? ''

Il sourit presque moqueusement.



Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 5 Déc 2012 - 19:06 Répondre en citantRevenir en haut

La neishaane n'avait guère l'habitude d'être fixée par un homme, d'autant plus que l'âge de son interlocuteur approchait celui de l'esclavagiste qui s'était empalé sur son épée. Oui, ce porc là qui l'a mené à la déchéance humaine. Bien que mal à l'aide, Ruri essayait de conserver son calme autant que possible. Le paysage tournait autour d'elle et son ventre semblait vouloir la broyer de l'intérieur. Comment un simple être humain pouvait-il faire un tel effet à l'adolescente ? Il émanait de lui une aura inqualifiable. Elle n'était pas habituée à coup sûr.

''Ce pas idiotie que de penser ainsi ma chère. Flarmya ne t'en voudra pas. Elle sait qu'il faut parfois accorder du temps aux futurs liés de ses Enfants. Comment peut-on reprocher aux personnes ne pas croire en elle alors qu'ils découvrent l'existence véritable des dragons ? ''

Ruri ne savait que répondre tant la réponse elle-même serait désuette. Celle du maître dragon suffisait amplement. Elle se suffisait à elle-même, oui. Comment aurait-elle pu oser dire le contraire, elle qui n'était arrivée que depuis peu ? Peut-être recouvrerait-elle une quelconque croyance un jour ou l'autre. Peut-être pas.

''Qui veut croire ou pas, chacun son droit. Pour ma part, Flarmya, qu'elle ne se vexe pas en m'entendant, n'est qu'un être immortel avec des pouvoirs qui nous dépassent largement, ce que nous nommons divinité pour leur donner quelques matérialités... Libre à toi de penser autrement. La religion n'est pas un abject fanatique ici...''

Ruri poussa un soupir de soulagement. Elle n'aurait pu tomber mieux. Après tout, croire en quelque chose que l'on ne connaissait pas était compliqué. Elle y était arrivé à force de travail lorsqu'elle vivait encore dans ce village reclu au fond d'Undomë. Elle y était parvenue grâce aux nombreuses prières et aux espoirs qui alourdissaient chaque jours un peu plus ses frêles épaules. Elle demeurait silencieuse, ne sachant que répondre. Elle hocha la tête même si cela semblait compliqué. Elle s'obligea à lever son regard vers l'inconnu. Elle ne connaissait pas son identité et ne chercherait pas à la connaître. Elle rendit son sourire à son interlocuteur tout en l'écoutant parler.

''Je suis un maître-dragon en effet. Tu apprendras vite à savoir qui est maître-dragon. Nous ne sommes pas nombreux et un jeune aspirant est souvent dans notre sillage. Des noms t'interpelleront, comme ceux des membres du Concile. Ton maître ou ta maîtresse t'apprendra tout cela. L'âge est un bon indicateur de rang. Rare sont les liés humanoïdes à rester que chevaliers-dragons. ''

La future aspirante emmagasinait les informations au fur et à mesure que l'humain les distillait.

° Peu de maître dragon. J'en connais désormais deux: cet homme et Lyssa. ° pensa Ruri.

Malgré le fait que son interlocuteur semblait au demeurant agréable à écouter, la neishaane n'arrivait pas à se départir de cette sensation de malêtre qui la rongeait. Être en présence d'un mâle était encore très compliqué pour elle.

''Tu sembles un peu nerveuse. Est-ce ma présence qui te perturbe à ce point, chère Neishanne ? ''

Et c'est avec un sourire qui semblait moqueur qu'il accompagna sa remarque. Le pourpre envahit ses joues et ses oreilles. Elle détourna le regard, gênée d'avoir été si vite démasquée et piquée au vif. Elle afficha une moue boudeuse mais se reprit rapidement. Ce n'était qu'une adolescente après tout et elle avait dû mal à se tenir hors de la présence de Lyssa. Les conventions sociales de ce lieux étaient difficilement applicable. L'idée lui vint de demander le nom de l'humain aux cheveux longs mais elle se ravisa. Elle n'était pas en posture de le faire. Et qu'est-ce que cette information lui rapporterait ? Non, jouer masquée était bien plus intéressant, plus excitant même.

" Être mal à l'aise ? Vous semblez lire dans les gens comme un livre ouvert, mais prenez garde à ne pas en abîmer, sans quoi vous risqueriez de vous y perdre."

C'était un façon de détourner la question. Pourquoi parlerait-elle de ses problèmes à un inconnu ? Lui dirait-elle qu'elle avait peur des hommes, que ceux-ci l'exécrait ? Non, jamais. Elle adopte une posture un peu plus droite avant de se relever. Elle passa devant l'homme et se rapprocha de la statue, levant le regard.

° Elle semble si seule. Est-ce donc la rançon de la gloire? Être seule ? Non, elle m'a promis. Je ne le serais jamais. °

La neishaane se retourna vers l'humain.

"Et vous, aimez vous perturber les gens ou bien est-ce là une de vos capacités inhérentes à votre personne ?"

C'était la première fois qu'elle usait de sa langue comme d'une lame. En réalité, elle avait été vexée de la phrase de l'inconnu qui l'avait piqué au vif. Son ton s'était voulu doux mais il s'était révélé plutôt sec. Non pas qu'elle avait cherché à blesser son interlocuteur mais plutôt qu'elle voulait montrer les limites de cette discussion. Il était hors de question qu'elle se dévoile maintenant.

" Après tout, je n'ai aucune obligation de vous répondre."

La neishaane accompagna cette phrase d'un retournement de talon vers la statue qui l'attirait. Son regard se perdait sur l'édifice de pierre sur qui le temps ne semblait avoir aucune influence.

" Nous ne sommes que des êtres temporaires. Pourquoi les dieux s'amuseraient-ils avec nous ? murmura Ruri tout bas."

Elle en voulait à Zakeriel de toute son âme. Celui qui devait lui assurer une vie idéale, une vie sans souci l'avait abandonné. Oui, c'était plus que de la colère à son égard, c'était de la haine. Le visage de l'adolescente s'était soudainement durci. Elle fixait le buste de la statue les sourcils froncés, les yeux arborant un regard mauvais et son sourire à son visage s'était effacé.

° Tout est de sa faute. °

Elle osait blasphémer. Oui, sa seule déesse était Lyssa, celle qui l'avait sauvé. Oui, Lyssa et Shenesda.

" Avez-vous déjà considéré quelqu'un comme étant au-dessus de Flarmya ? Pas dans son statut, mais parce que vous le considéreriez vraiment comme leur égal ou plus encore."

Le nom de l'humaine n'était pas évoquer. Peut-être même que l'humain ne ferait pas le rapprochement. Idéaliser quelqu'un, c'était la preuve qu'il y avait une soumissions complète, l'âme abandonnée au démon. Il était bien plus simple de se convaincre de la supériorité de sa maîtresse que d'une personne que l'on ne connaissait pas. Le visage de la neishaane se radoucit et un sourire réapparut sur son visage.

" Pour ma part, je pense qu'il y a des êtres qui valent moins que le plus minable des insectes. Mais il y en a d'autres dont la valeur dépasse bien les plus grandes richesses."
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 532
Présentation: URL
RPs: 1 114
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 9 Déc 2012 - 11:21 Répondre en citantRevenir en haut

Quand le maître Noir annonçait de but en blanc qu'il perturbait par sa simple présence, les personnes à qui ils parlaient réagissaient toujours, chose qui se produisit donc pour la jeune femme. Doucement l'aspirante reprenait du poil de la bête, cherchant à montrer qu'Alauwyr ne l'impressionnait pas plus que cela. Une petite combattante qu'il avait à ses côtés... Alauwyr garda son sourire sur son visage balafré, l'écoutant jusqu'au bout. De petite apeurée, elle passait à l'effrontée.

Il la suivit du regard, jusqu'à ce qu'elle se dirige vers la statue et qu'elle termine son petit discours par une petite touche philosophique. Pensait-elle à ce moment là que le vieux guerrier était une brute sans cervelle.

''La valeur des êtres dis-tu... Es-tu experte dans l'évaluation de cette valeur ma chère ? Je serai curieux de quelle manière tu me placerais sur cette petite échelle, dans la mesure où tu viens de me rencontrer, que tu ne sais encore rien de moi. A moins que tu sois douée naturellement pour évaluer les gens du premier regard, comme moi je sais les jauger.... L'expérience aide ma chère. ca aide beaucoup. Et le caractère aussi... Mais dans ton cas, pardonne moi ma franchise, tu risques de t'y brûler les ailes...''

En effet, si Ruri savait à qui elle avait affaire. Mais il lui laisserait la surprise. Sinon ce ne serait pas amusant.

''Pour perturber les personnes ma chère, des fois, je n'ai nul besoin de m'exprimer. Ma présence seule suffit. et je n'ai pas encore la malchance de me couper le doigt sur la page d'un de ces ''livres'' ouverts. Pour en revenir à ton affaire de dieux, qui est intéressante à étudier, je ne crois pas que je sois uqu'un vulgaire jouet dans leurs mains. Pas avec tout ce que j'ai traversé jusqu'ici. Car même les dieux dans leurs jeux se lassent.... Les dieux se contentent de nous regarder seulement. C'est nous seuls qui menons la barge de notre existence. Et bien entendu, ceux qui ne savent pas la manier s'échouent ou coulent, là où d'autres continueront de voguer....''

Il ne quitta pas un seul instant la jeune femme. Elle devait être intelligente pour son âge.

''S'il y a une seule chose que j'ai considéré au-dessus des divinités même, au dessus de Flarmya, même au-dessus de moi est la mort. Elle seule est souveraine dans ce monde et quand vient le moment, personne ne peut lui échapper.''

sauf lui ? Le nombre de fois qu'il lui avait échappée, qu'il l'avait frôlée. LA mort devenait presque comme une compagne dans certains dangers. Mais s'il était encore là, c'est que son temps n'était pas encore venu. Il avait encore temps à faire.

'' Et toi... dans ton échelle de valeur, où te situes-tu ? ''

Là il ricana.



Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 12 Déc 2012 - 17:42 Répondre en citantRevenir en haut

Décidément, Ruri allait de faux pas en faux pas et jouer la funambule n'était pas vraiment sa carte maîtresse. Loin de là même. Tout ce qu'elle faisait, c'était tester cet étrange individu. Elle s'efforçait de ne pas succomber à la peur, à l'envie de prendre ses jambes à son cou. La lutte était âpre contre cette tentation mais elle devait vaincre. Parler à un mâle était dur mais elle y arriverait.

''La valeur des êtres dis-tu... Es-tu experte dans l'évaluation de cette valeur ma chère ? Je serai curieux de quelle manière tu me placerais sur cette petite échelle, dans la mesure où tu viens de me rencontrer, que tu ne sais encore rien de moi. A moins que tu sois douée naturellement pour évaluer les gens du premier regard, comme moi je sais les jauger.... L'expérience aide ma chère. ca aide beaucoup. Et le caractère aussi... Mais dans ton cas, pardonne moi ma franchise, tu risques de t'y brûler les ailes...''

La neishaane baissa les yeux. Non pas en soumission, non pas parce qu'elle pensait qu'il avait raison. Mais parce que sa réponse déplairai forcément à son adversaire qui se ferait alors un malin plaisir à la torturer. Il n'en aurait aucun mal. Il n'était guère difficile, quand on connaissait son secret, de la plonger dans un mutisme d'un seul mot. En poussant la provocation, il se pourrait même qu'elle se recroqueville dans un coin sans bouger ni parler. Non, elle ne se laisserait pas prendre à ce jeu qui devenait malsain. La réponse la plus facile consistait à se soumettre. C'était une évidence. Son rang ne lui permettait pas de s'adresser ainsi à un supérieur.

''Je vous prie de bien vouloir m'excuser, mes paroles ont dépassées mes pensées. J'ai outrepassé mon rang par un débordement de confiance en moi. Veuillez accepter toutes mes excuses, et plus s'il le faut.''

Elle tentait de conserver sa maîtrise d'elle-même. Son instinct lui hurlait de courir, de s'enfuir sans demander son reste. Mais elle restait là, comme une esclave bien dressée, les bras le long du corps et la tête baissée. Son regard montrait un regret sincère. L'homme s'en fichait sûrement de cette sincérité. Elle repensait alors aux mots de Lyssa qui lui conseillait de ne pas se montrer faible afin que l'humaine n'en pâtisse pas. Elle attendit le feu vert de son interlocuteur pour se redresser et venir reprendre position sur le banc où elle était assise quelques minutes plus tôt.

''Pour perturber les personnes ma chère, des fois, je n'ai nul besoin de m'exprimer. Ma présence seule suffit. et je n'ai pas encore la malchance de me couper le doigt sur la page d'un de ces ''livres'' ouverts. Pour en revenir à ton affaire de dieux, qui est intéressante à étudier, je ne crois pas que je sois uqu'un vulgaire jouet dans leurs mains. Pas avec tout ce que j'ai traversé jusqu'ici. Car même les dieux dans leurs jeux se lassent.... Les dieux se contentent de nous regarder seulement. C'est nous seuls qui menons la barge de notre existence. Et bien entendu, ceux qui ne savent pas la manier s'échouent ou coulent, là où d'autres continueront de voguer....''

L'inconnu se prêtait à son jeu qu'elle s'en voulait d'avoir commencé. Mais il fallait avouer qu'il maniait le verbe avec une rare excellence, contrairement à elle. Elle avait toujours la tête baissée, penaude de s'être embarquée là où il ne le fallait pas. Être remise à sa place de cette façon la déstabilisait, même si elle voulait afficher le contraire. Elle continuait de l'écouter de manière attentive. Elle appréciait sa façon de parler et commençait à s'en vouloir amèrement de l'avoir ainsi provoqué.

''S'il y a une seule chose que j'ai considéré au-dessus des divinités même, au dessus de Flarmya, même au-dessus de moi est la mort. Elle seule est souveraine dans ce monde et quand vient le moment, personne ne peut lui échapper.''

Il avait prononcé cette phrase de telle façon qu'elle avait levé la tête. Le "Même au-dessus de moi est la mort" l'avait fait sourcillé. Se considérait-il chanceux d'être encore en vie ou bien l'expérience de la vie l'avait-il amener à prendre des risques inconsidérés et à la braver régulièrement ?

° Il doit avoir vécu des milliers d'aventures pour parler comme cela. °

'' Et toi... dans ton échelle de valeur, où te situes-tu ? ''

L'adolescente leva la tête. La testait-il à son tour ? Son ricanement la fit tressaillir et rapidement, elle piqua un far. Pas celui qui montrait une gêne d'ordre sentimentale. C'était plutôt ce rouge de honte de devoir réponde à une question qu'elle avait provoqué. Elle prit le temps de réfléchir, levant son regard pour détailler l'homme un peu plus sans toutefois l'expertiser réellement. Il ne fallait pas qu'il prenne mal ce regard implorant mêlé de curiosité. Elle balaya une mèche de cheveux qui était nonchalamment retombée devant son visage avec délicatesse, laissant ses doigts délicates glisser le long de sa joue pour venir se poser sur le banc.

'' Bien bas, maître dragon, bien bas. En-dessous de zéro, loin en deçà des enfers eux-mêmes. Mais peut-être est-ce encore bien prétentieux de ma part de vouloir accéder à un tel niveau. ''

Elle laissa s'écouler quelques secondes de silence, jaugeant le visage amusé de son interlocuteur. Il devait certainement percevoir l'ironie de ses paroles.

'' Je pourrais répondre à cette question quand j'aurai votre expérience. Dans l'immédiat, je ne peux me juger que par mon rapport à certains individus. Ma vision serait donc biaiser car je n'ai pas connu d'hommes de grande valeur. Les femmes n'étaient que des servantes, je n'ai donc pas d'échelle de valeur où me placer sans me considérer forcément plus haut. Je placerai maîtresse Lyssa Ciniver, là encore de manière totalement irrationnelle, tout en haut de l'échelle. Peut-être même au-dessus. ''

Ruri était bel et bien consciente qu'elle considérait l'humaine avec bien trop de révérence, de respect voir même de soumission à son égard. Que pouvait-elle bien faire d'autre ? Elle lui avait sauvé la vie, lui en avait proposé une autre et cela lui suffisait. L'homme aux cheveux longs lui paraissait un poil hautain mais peut-être était-ce dû à sa stature de maître dragon. Peut-être était-il un homme haut placé. Pour autant, ne pas le savoir réconfortait quelque peu la neishaane qui s'autorisait dès lors un peu plus de liberté de langage, au grand dam de Lyssa certainement.

° Pour autant, je dois surveiller mes paroles. Ses réponses sont parfois aussi aiguisées qu'une dague et je n'ai pas envie de me faire poignarder par cet homme maintenant. Je dois adoucir le jeu. °

L'adolescente n'était pas idiote, loin de là. Elle pouvait faire preuve de maturité lorsqu'elle le décidait. Le plus souvent, elle préférait afficher cette moue gamine qui la faisait passer pour plus bête qu'elle n'était réellement. Mais sa crainte dirigée contre cet inconnu était bel et bien réelle et non feinte. Elle afficha un visage plus serein, empreint de quiétude. Elle se forçait à se calmer.

'' Je suppose que j'ai pris bien trop de liberté avec les mots, plus que je n'étais autorisée à le faire." Elle déglutie avant de poursuivre. "Mais pour autant, je vais poursuivre ce que je disais auparavant. Peut-être que, de votre point de vue et il ne s'agit là que d'une supposition, ma façon de percevoir Lyssa est bien trop angélique. Ce terme n'est pas le plus adapté mais il correspond à mon idée. Découvrant ce monde depuis hier, je suis comme un nouveau né qui ouvre ses yeux pour la première fois mais dont l'esprit serait arrivé à maturité au bout de la grossesse de la génitrice. J'ai donc ouvert les yeux sur Lyssa, ce qui explique mon attitude. Cela aurait été différemment si elle se fut révélée un homme. Mais là n'est pas la question."

Elle ne voulait pas vraiment tendre une perche pour se faire réduire en morceau, aussi termina-t-elle rapidement ses propos en détournant son regard sur le sol.

"Etant donc un nouveau-né ici, je ne peux pas vraiment me situer sur une échelle de valeur, d'autant plus que cela dépend des moments que l'on a vécu. Je pourrais vous répondre d'ici quelques années, lorsque j'aurai suffisamment muri ici pour pouvoir avoir du recul."

Elle fuyait. Elle se réfutait elle-même. Ruri se sentait idiote de dire tout et son contraire, fut-ce aussi logique. Oser juger cet homme et admettre être incapable de le faire, quelle ironie. L'adolescente serra la mâchoire tant sa colère dirigée contre elle la malmenait. Dès qu'elle était confrontée à une impasse, elle se refermait comme une huitre pour ne plus s'ouvrir. Vexée ? Non, mais un sentiment de honte qui ne l'avait pas quitté depuis que l'homme lui avait répondu d'une manière qui avait percé Ruri en plein cœur.

"Je m'excuse si cette réponse ne vous plaît pas, mais en l'état, je ne peux guère faire mieux. J'ai commis une erreur en vous parlant de la sorte."
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 532
Présentation: URL
RPs: 1 114
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 15 Déc 2012 - 12:51 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr n'en serait pas à sa dernière rencontre avec un aspirant qui pensait mieux savoir que tout autre membre du Kaerl comment le monde tournait. La jeune femme avait rapidement compris que face à Alauwyr, elle rencontrait un fort parti. Rien que les paroles du maître noir avait suffi à lui faire comprendre qu'elle n'avait guère de chance de l'emporter sur lui et en plus qu'elle n'était qu'une aspirante face à un maître-dragon.

Mal à l'aise, voilà ce qu'elle était maintenant avant de reprendre la parole pour répondre au questionnement du Seigneur. Mal à l'aise et sans doute apeuré. Elle aurait eu une coquille, elle serait rentrée dedans pour fuir la présence d'Alauwyr et de son sinistre ricanement. Alauwyr fit tout de fois un sourire plus modéré. Qu'il savourait par petits plaisirs la réaction des plus faibles face à lui...

Malgré tout, même si elle était impressionnée par Alauwyr, elle tenait à montrer qu'elle aussi avait une certaine répartie ; à sa manière. Déjà elle sut répondre intelligemment sur la valeur qu'elle pourrait bien avoir, à la question d'Alauwyr. Le Seigneur se permit un rictus satisfait. Cette aspirante là n'était pas stupide. Cela commençait bien pour cette jeune femme. Un aspirant plus arrogant aurait commencé à avoir des jugements bien portés alors que comme elle, il débuterait sa nouvelle existence.

Recommencer de zéro, cela Ruri l'avait compris. Même si d'une certaine manière elle vouait une certaine ferveur à sa maîtresse-dragon. Sa vie précédente avait dû être difficile, ou alors un peu étrange pour considérer Lyssa de la sorte. Cette maîtresse-dragon n'avait rien d'exceptionnelle pourtant. Et de là à l'idylliser...

Alauwyr savait déjà sur quoi rebondir. Un petit point qu'l voulait approfondir, étudier..Mais avant.

Il se contenta de lever sa main comme pour apaiser le trouble de Ruri, qui croyait ne pas être restée à sa place.

''Détends-toi ma chère. Au contraire, ta réponse est plaisante. Il est rare qu'un aspirant me réponde comme cela, avec de tels arguments. En général, ceux que je croise et que je leur pose cette petite interrogation sont plus timides, ou alors trop sûr d'eux. Par contre, dis moi, car j'aime approfondir les arguments. Si Lyssa avait été différent, est ce que cela aurait été différent ? ''

Il ne cherchait pas à la coincer, ne connaissant rien de son passé. Mais le moindre détail pouvait avoir son importance. Tout. Et tout servait, un jour ou l'autre.



Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 16 Déc 2012 - 11:42 Répondre en citantRevenir en haut

Ruri s'était attendue à une toute autre réaction de la part du Maître dragon. Elle imaginait qu'il prendrait à main plaisir à la torturer avec ce rictus satisfait mais non. Il avait eu une réaction beaucoup plus modéré. Il avait levé la main. La neishaane avait suivi le mouvement et se sentait apaisée. Il avait un don, c'était certain. Il pouvait aussi bien rendre les gens mal à l'aise que leur redonner confiance en eux. Nul doute que l'inconnu savait manier sa langue comme il manierait un rasoir, prenant plaisir à détacher chaque morceau de chair, centimètre par centimètre, jusqu'à obtenir un être décharné parfait.

''Détends-toi ma chère. Au contraire, ta réponse est plaisante. Il est rare qu'un aspirant me réponde comme cela, avec de tels arguments. En général, ceux que je croise et que je leur pose cette petite interrogation sont plus timides, ou alors trop sûr d'eux. Par contre, dis moi, car j'aime approfondir les arguments. Si Lyssa avait été différent, est ce que cela aurait été différent ? ''

La question de l'humain l'avait surprise. En réalité, elle ne s'y attendait pas vraiment. Elle écoutait avec attention et sa respiration ralentissait. Elle accepta les compliments avec une certaine gêne. Mais être dans la rareté signifiait-il qu'elle avait gagné des points auprès de cet homme ? Elle se surprit à lever son regard vers le visage de l'humain et à plonger son regard dans le sien. Elle eut l'impression de s'enivrer mais détourner ses yeux étaient difficiles. Elle se força tout de même.

° Les hommes sont tous les mêmes, ne l'oublie pas Ruri. Ils te chercheront des problèmes à chaque occasion mais garde la maîtrise de toi-même. Pour l'instant, contente-toi de répondre à sa question du mieux que possible. Tout point gagné vaut peut-être une année de plus de vie ici. °

Une fois encore, la neishaane prit le temps de réfléchir. Elle n'était pas réellement habituée à répondre à un interrogatoire mais elle se pliait à l'exercice assez facilement. Quelques secondes passèrent pendant lesquelles l'adolescente aux cheveux d'argents avait réfléchi. Elle se redressa sur le banc, appuyant son dos sur le dossier du siège.

'' Je vous remercie de votre compliment, maître dragon'' commença Ruri.

° S'il s'agit bel et bien d'un compliment. ° ponctua-t-elle en son for intérieur.

'' Vous me demandez donc si les choses se seraient passées différemment si la maîtresse dragon Lyssa fut différente.'' Ruri marqua une pause, toussotant, avant de reprendre. ''Sûrement. J'imagine qu'à partir de chaque situation se dresse une infinité de chemin à l'image d'une toile d'araignée. Au fur et à mesure que nous avançons sur cette toile d'araignée, nous tissons notre destin et au bout du chemin, la mort nous attend inévitablement. ''

Elle laissa planer un silence lourd de conséquence. Elle avait juste expliqué que, selon elle, chacun d'eux étaient acteurs de son destin et que ses choix pouvaient les mener à des morts plus ou moins prématurées.

'' Donc, pour conclure, je dirais que si la maîtresse dragon Lyssa eut été différente, les choses se seraient nécessairement passées différemment. ''

Elle adoptait une certaine distance quant à Lyssa. Si elle voulait réellement que celle-ci devienne sa maîtresse, elle n'osait prétendre que cela soit déjà le cas. C'est pour cette raison qu'elle l'appelait par son titre et non par la familiarité que lui aurait concédé son titre d'aspirante officielle de Lyssa. Titre qu'elle obtiendrait sûrement dans la journée si le seigneur Iskuvar daignait le lui donner. Elle n'avait d'ailleurs pas cherché à approfondir la réponse plus que nécessaire. Elle souhaitait juste donner à l'inconnu assez d'éléments pour éveiller sa curiosité, sans pour autant être certaine que cela soit ainsi. Elle adressa un sourire à son interlocuteur, sourire qui montrait qu'elle se prêtait à son jeu avec un certain amusement. C'était une sorte de défi. Pas celui qui veut dire '' Je veux te battre à ton jeu '' mais celui qui signifie '' Je veux aller le plus loin possible dans ton jeu avant que tu ne décides d'y mettre fin ''. Elle n'espérait pas gagner, elle ne le pourrait pas. Mais elle aimait l'exercice. C'était comme marché sur une corde raide au dessus d'un champ de lave.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 532
Présentation: URL
RPs: 1 114
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mer 9 Jan 2013 - 12:40 Répondre en citantRevenir en haut

Une jeune femme avec un esprit vif. rajoutez-y un brin d'ambition et elle pourrait devenir une concurrente sérieuse avec Alauwyr dans plusieurs années. Mais elle ne faisait que débuter sa vie en sein du Kaerl, elle pourrait toujours rester à sa place comme de se brûler les ailes si elle faisait un pas de trop. Lyssa n'était pas une avide du pouvoir, mais elle s'amusait parfois à quelques petits jeux de son goûts. L'aspirante pourrait être un bon pion dans ses mains si Ruri l'idôlatrait autant. Mais de ça, Alauwyr devait encore l'observer. Rien n'était encore fait.

Il sourit à la comparaison du destin qui se dessinait comme une toile d'araignée, où tout se décidait et se terminait dans son centre.

"Le centre de la toile signifie la mort en effet pour la proie qui se retrouver piégé. Le destin a mille et un chemins, qu'on décide ou pas de prendre. Mais toutes les toiles ne se ressemblent pas. Si l'araignée qui la tisse est le maître du jeu de notre destinée, alors elle peut donner la forme qu'elle veut. N'as-tu jamais observé des toiles en forme de bol, très larges et très blanches tellement les fils sont serrés ? N'as-tu jamais observé une migale attendant dans son trou qu'une proie passe ? Le centre d'une toile n'est pas forcément la fin de tout. L'araignée, tisseuse de cette toile, peut être elle aussi devenir la proie...''

Mais la conclusion finale de Ruri était véridique de toute façon. Si on croisait une trame différente, les choses se déroulaient alors différemment.

''Nous ne pouvons prévoir l'avenir n'est-ce pas ? Sinon où serait le plaisir de la surprise au quotidien. ''

Il se permit un bref rire avant de sauter de sujet, percevant que la jeune femme entrait dans une phase de petit défi.

''Dis moi, être avec une femme est une chose, mais avec un homme...Comment aurais-tu perçu la chose si ton maître était un homme ? Parfois, il est gênant d'apprendre avec le sexe opposé...''

Au moins, il pourrait savoir si cette femme était une mante religieuse en devenir. Ou pas. Il aimait savoir des points très incongrus



Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 9 Jan 2013 - 13:45 Répondre en citantRevenir en haut

Jamais Ruri n’aurait cru tombé sur pire adversaire que celui-ci, du moins en ce qui concernait l’usage du verbe. Il filait les métaphores aisément et les complétait. Ce jeu était amusant même s’il lui paraissait dangereux. Jouer l’équilibriste n’était pas son fort. Elle désirait juste arriver au bout de la corde, indemne. Elle secoua négativement la tête lorsqu’il évoqua les araignées, créatures qu’elle ne portait pas franchement dans son cœur. Jamais elle n’avait vu de mygale mais elle frissonna en usant de son imagination. Elle haussa un sourcil lorsqu’il expliqua que l’araignée pouvait être une proie. Elle le questionna alors, soucieuse d’avoir confirmation de ce qu’elle pensait.

– Pensez-vous que nous pouvons défier notre destin ? Est-là ce que vous pensez ? Si le centre de la toile est bel et bien notre mort, je ne vois comment y pallier. D’autant plus si votre destin est en forme de bol, vous risquez de glisser bien plus vers le centre qu’une toile plate.

Elle esquissa un léger sourire. Il était évident que, quoiqu’elle dise, il arriverait à contrecarrer ses idées. C’était une évidence même. L’homme était intelligent et discuter avec lui se révélait plus agréable, même si la sensation désagréable que le moindre faux pas la mènerait vers la mort la triturait toujours.

– Prévoir l’avenir …

A ces mots, Ruri baissait la tête. Sa lignée était connue pour être des oracles. Ils expliquaient les messages de Zakeriel. Elle avait toujours douté de cela. Sa mère, sa grand-mère et plus avant encore avaient-elles usées du mensonge pour rester en vie ? Pour bénéficier d’un statut protecteur ? Elle sortit de sa torpeur lorsque l’homme lui posa une question qui la fit frémir de nouveau. Il était apparemment très joueur également.

– Si celui-ci qui était venu me chercher était un homme, je crois qu’il aurait eu fort à faire pour me convaincre de monter sur son dragon. Mais si il y était arrivé, j’avoue que c’est avec réticence que je serais venue ici, pleine de méfiance. Peut-être aurais-je cherché un moyen de m’enfuir ou aurais-je demandé à quelqu’un d’autre de m’enseigner.

Elle prit un temps pour respirer. Parler de cela lui était relativement difficile et pénible. Elle tentait de conserver son calme car évoquer l’autre sexe la mettait en ébullition. D’autant plus qu’elle se refusait d’être subordonnée à un homme. Mais de toute évidence, elle n’en aurait pas le choix, de par le fait que le maître de ces lieux était un homme nommé Alauwyr.

– Bien sûr, si je n’avais pas le choix, je ferais avec. Un jour, peut-être, apprendrais-je à nouveau à faire confiance à un mâle, mais je n’en suis pas là et ne le serais avant un bon bout de temps. Je ne compte que montrer le respect dû aux rangs et à la hiérarchie mais cela n’ira pas plus loin. Pourquoi une telle question ?

Elle dévisageait l’homme sans sourciller. Son expression plutôt enfantine arborait un fin sourire.

– Et vous, de qui avez-vous appris ? Pensez-vous que cela aurait changé votre statut actuel si ce fut quelqu’un d’autre ?

Elle s’était jetée dans les flammes d’elle-même. Non content de répondre à ses questions, elle désirait en savoir plus sur cet inconnu. Serait-il l’araignée au centre de sa toile ? Etait-ce Lyssa ? Elle n’en savait rien et écartait rapidement ces hypothèses qu’elle jugeait inopportune et inutile.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 532
Présentation: URL
RPs: 1 114
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Ven 11 Jan 2013 - 13:47 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr prit note des détails qu'elle lui offrait sur un plateau. Elle avait eu donc eu des soucis suffisamment conséquent pour ne pas accorder une certaine forme de confiance aux hommes. Intéressant. Il veilla à ne pas élargir son sourire actuel. Il avait maintenant une arme intéressante pour parer contre Ruri si jamais cette dernière venait avoir l'idée de lui faire de l'ombre ; bien plus tard bien entendu. Tout était utile un jour ou l'autre. Tout servait, même une information de ce genre-là.

''Un homme est-il si dérangeant que cela quand tu découvres devant toi l'existence d'une légende ? Que tu comprends que se présente à toi la possibilité de parcourir les cieux sur le dos d'une créature parfaite, qui te sera lié et ami à jamais ? Qu'une simple appréhension te priverait de cette existence unique ? ''

Combien de mortels étaient désabusés de leur morne vie... Combien ne rêvaient pas à une vie meilleure ? Aurait-elle été capable de fuir un maître-dragon et son lié pour ça ?

Il revint sur la métaphore du destin et de l'araignée.

''L'araignée peut marcher sur la toile d'une autre araignée. Si elle vint à tomber sur l'une de ces toiles, elle arriva à partir avant de se faire piquer. Plusieurs fois la mort est venue à moi. Et plusieurs fois j'ai su lui échapper. La mort est inéluctable, je te l'accorde, mais de tout temps, on cherche à la fuir pour s'allonger la vie. Lui échapper est un bon moyen pour pas qu'elle te prenne de suite. Il suffit de savoir la fuir avec intelligence. ''

ce serait là une question intéressante à étudier d'ailleurs... échapper à la mort une bonne fois pour toutes. Il avait lu quelques ouvrages à ce sujet... Mais ce n'était pas là le centre de la conversation.

''En effet, le Temps est capable de beaucoup de choses quand il fait passer bien des milliers de grains de sable dans son Sablier. ''

Puis elle chercha à retourner la petite jouter verbale contre lui, en apprenant de qui il avait appris durant son "aspiranat'' et si cela l'aurait changé. Là il ricana.

"J'ai appris auprès d'un paria ardent, qui connut finalement la mort de mes mains. Même si j'étais tombé sur une toute autre personne, la formation seule aurait été différente, ainsi que tout ce que j'ai vécu. Mais pas ce que je suis aujourd'hui. Avec ou sans lui, j'aurai décidé d'agi comme je l'ai fait et qui m'a mené à ce que je suis aujourd'hui. Là où je suis né, nous apprenons vite à comprendre que seuls les forts vivent et pas les faibles. Avec cette petite doctrine, je suis encore de ce monde.

Ses yeux noirs semblaient étinceler.

''Avec le temps, on change un peu, mais ce que nous avons au plus profond de soi, lui non. C'ets la base même de notre être, celle qui nous guidera le long du chemin de vie. ''

La pauvre si elle savait....

''D'ailleurs, connais-tu cela au plus profond de toi ? Est-ce qu'elle pourrait t'aider à ne plus craindre les hommes, les mâles comme tu les appelles...Car vu ta manière t'en parler, tu les redoutes n'est-ce pas ? Malgré ta belle capacité à rester digne et stoïque devant moi, avoue que tu trembles d'être en face de moi....''



Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 12 Jan 2013 - 16:46 Répondre en citantRevenir en haut

L'inconnu se révélait bien plus insidieux qu'elle ne l'eut pensé au premier abord. Il osait s'aventurer sur le terrain que Ruri détestait et elle payait sa franchise. Quelle idiote fut-elle d'avoir osé parlé sous la crainte. Cette crainte révérencielle la poussait à répondre, à se dévoiler comme si elle était acculée contre un mur, une dague à la gorge. Elle ne savait comment s'échapper. Elle ne voulait pas se faire saigner à blanc. Elle s'imaginait qu'il lui planter une aiguille dans son bras pour lui absorber tous ces éléments qui la gênaient, qu'elle refusait d'ordinaire de raconter. Elle s'était jurer de ne rien dire et elle se mettait à nu devant un inconnu. Sa question était pertinente. Elle s'accorda quelques secondes de réflexion. Il fallait rester prudente aux risques d'en payer le prix, et elle n'était pas certaine que ce serait de suite qu'elle aurait à le faire.

— C'est une question pertinente que vous posez et vous cherchez des réponses que je ne puis vous donner. Je n'en ai déjà que trop dit et cela vous fera certainement de quoi me faire rougir ou pâlir, de sorte que je regretterais alors notre conversation actuelle.

Elle se releva de son siège et se retourna pour lever les yeux vers le plafond. Un sourire amusé s'étirait de son visage quand elle le tourna vers son interlocuteur.

— Je ne vais tout de même pas tout vous révéler de moi alors que je ne sais presque rien de vous. Pour recevoir, il faut parfois donner, même s'il semble que vous aimiez prendre de votre chef certaines informations.

La neishaane accompagna sa phrase d'un doux rire cristallin. Elle prenait de l'assurance, du moins en façade. Car en réalité, elle était terrorisée de savoir qu'elle en avait trop dit. Elle n'était qu'une petite mouche prise dans la toile d'une araignée. La métaphore filée par excellence. Elle écouta néanmoins avec attention les propos de l'humain. Fil du destin et mort. Tout était entrelacé finement. Elle se permit toutefois de répondre.

— Je suis d'accord sur un point. Une autre araignée peut s'échapper. Cela suppose toutefois que cette araignée soit, ou plus agile que l'autre ou bien plus forte pour survivre plus longtemps. S'il ne fait aucun doute que vous êtes certainement une araignée redoutable, je n'aimerai pas être engluer dans votre toile.

° Même s'il semble que ce soit déjà le cas ° ajouta Ruri pour elle-même.

Il ajouta une phrase relative au temps. L'adolescente ne releva pas ayant peur de se méprendre. Puis il donna quelques clefs relatifs à son aspiranat. C'était pire que ce qu'elle imaginait. Jamais elle ne se voyer tuer Lyssa de ses propres mains et elle ne pu retenir un petit rictus dégoûté. Mais elle l'ôta bien vite, comprenant qu'il s'agissait là bien d'un prédateur en puissance. Il n'hésitait pas à tuer pour obtenir du pouvoir. Deviendrait-elle comme cela elle aussi ? Elle ne se posait pas la question à vrai dire et tout ce qu'elle désirait, c'était l'éluder. Elle était d'ailleurs bien incapable de s'imaginer tuer quelqu'un immédiatement. Rien que l'odeur du sang la retournerait et elle ferait certainement des cauchemars. L'adrénaline aiderai sûrement à passer à l'acte, mais jamais à l'oublier et à s'en vouloir. Elle se murmura pour elle-même la dernière phrase de son interlocuteur qui la marqua:

— Seul les forts vivent, pas les faibles.

Elle baissa son regard. Quelle idiote qu'elle était de ne pas l'avoir vraiment compris plus tôt. Elle n'était ni plus ni moins que dans une fosse aux requins. Ni sa gentillesse, ni sa condition de femme l'aiderait réellement. Il lui faudrait changer et elle n'y parviendrait que grâce à sa maîtresse. Elle détestait quand la réalité la rattrapait, comme si elle s'évertuait à lui échapper sans succès. Le regard étincelant de l'homme la fit tressaillir, quoique très légèrement perceptible.

— Moi je changerai la base de mon être. Je vous le prouverai, vous verrez !

La phrase était sortie toute seule de sa bouche. Jamais elle n'avait voulu la dire mais elle voulait prouver quelque chose. Elle poursuivit, fixant l'homme d'un regard sûr. Pourtant, elle se débattait contre elle-même, comme si son âme se scindait en deux.

° Mais qu'est-ce que je suis en train de dire ? °

— Vous verrez, je deviendrai impitoyable. Je suis peut-être faible pour l'instant, un vulgaire moucheron qui essaye d'éviter les toiles d'araignées autant qu'il le peut. Mais je changerai, je deviendrai une araignée; si grande et si forte qu'elle fera fuir les autres ou bien elle les avalera d'un geste. J'en fait le serment, peu importe ce qu'il m'en coûte.

° Pauvre idiote, tu ne sais même pas qui il est et tu fais déjà des promesses à tord et à travers. °

Son regard pétillait. Elle s'était laissée prendre par l'émotion qui bouillait en elle. Elle n'avait rien à lui prouver dans l'immédiat. Mais c'était une réaction instinctive dont elle ne se serait jamais crue capable. Ses derniers mots résonnèrent dans le Sanctuaire de Flarmya quelques instants avant que le silence ne retombe.

— Je changerai, je vous l'ai dit. Et oui, je tremble d'être en face de vous.

Elle resserra ses bras autour de son propre corps, tremblante. Elle le fixait avec un regard doux. Elle se mordillait la lèvre inférieure de nervosité et pourtant, sa voix ne trahissait rien. L'adrénaline prenait le dessus.

— Mais viendra un jour où je ne tremblerai plus. Même s'il est possible que je ne sois jamais votre égale d'un point de vue du rang car je doute que vous ne soyez qu'un simple maître dragon, peut-être me regarderez vous différemment. Pas avec ce rictus qui marque le plaisir avec lequel vous regardez une proie. Pas avec une expression de peur, je n'en ai pas l'impression. Mais peut-être que vous penserez "elle a changé, effectivement. Elle a tenu sa promesse."

Elle se sentait de plus en plus mal. A moitié honteuse d'être aussi sotte, elle avait le cœur au bord des lèvres. Se sentant vraiment mal, elle voulu mettre court à leur discussion. Elle s'en tirerai cette fois par la fuite de la toile.

— J'espère ne pas me montrer trop impolie, mais je ne me sens pas très bien pour être honnête. Je vais donc m'éclipser si je veux être en forme pour rencontrer le seigneur Iskuvar plus tard dans la journée. J'espère ne pas vous avoir laissé un goût amer dans la bouche en fuyant ainsi de votre toile, mais vous ne me mangerez pas encore aujourd'hui. Une autre fois sûrement serait un plaisir.

Elle toussota et s'éclipsa vers ses quartiers. Elle supporta à peine le trajet qu'elle vomit dans une urne en rentrant. Ses yeux la piquait et elle souffrait d'avoir survécu aux nombreuses attaques sournoises de l'inconnu. En réalité, elle espérait ne plus le revoir mais elle était encore bien loin de se douter qu'elle le reverrait plus tard.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 532
Présentation: URL
RPs: 1 114
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 14 Jan 2013 - 09:39 Répondre en citantRevenir en haut

Un sourire amusé se peignit sur le visage du Seigneur pendant qu'elle tendait de se sortir du pétrin où elle-même s'était emmêlé. Elle avait compris qu'elle n'aurait pas le dessus avec Alauwyr et tendait de montrer son caractère comme si elle le possédait déjà. Hélas, quand on se découvre un trait dont on a aucune habitude, il est difficile de le mettre en avant pour le faire s'affronter avec ceux d'Alauwyr. Iskuvar trouve presque enfantin la réplique l'aspirante dans le style : je vous montrerai un jour de quoi je suis capable. Que de douces illusions. Mais il fallait bien passer par un peu d'espoir pour rencontrer l'échec et se durcir à lui pour surmonter les prochaiens épreuves.

Sa promesse de montrer de quoi elle était capable, peu importait le prix à payer risquait un jour prochain de lui rester en travers de la bouche.

''On verra ma chère. Ce jour n'est pas encore arrivé. Le moucheron doit encore apprendre à voler avant de partir à la conquête des airs. ''

Son sourire se fit triomphant quand Ruri prit la poudre d'escampette ; façon de parler bien entendu, face à lui. Elle tremblait ? La pauvre si elle savait. Elle allait encore trembler devant lui quand elle viendra à se présenter devant lui, au Malhama. Car elle venait de faire déjà la rencontre avec le Seigneur Iskuvar. Se retenant de rire, Alauwyr quitta à son tour le Sanctuaire. Il était resté assez longtemps en ces lieux.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:31 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu