Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP]La tête comme une Citrouille Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Imala Terrin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 31 Oct 2012 - 19:09 Répondre en citantRevenir en haut

De ce qui s'était déroulé dans la Rotonde, Imala n'en gardait qu'un vague souvenir. Une vieille femme s'était agenouillée à côté d'elle, parlant d'un enseignement nécessaire, probablement. Celle-ci l'aida à se lever alors qu'une étrange sensation de chaleur l'enveloppait. C'était agréable, même si cela ne réglait pas le problème. Cependant, s'appuyant l'une sur l'autre, les deux femmes titubèrent jusqu'à l'infirmerie. Dès qu'elle avait dû se déplacer, elle avait perdu le peu de contrôle qu'elle avait pu vaguement avoir sur les Voix, et le flou de sa vision reprit de la force. Elle aurait été complètement incapable de refaire le chemin en sens inverse tant elle devait se concentrer pour mettre ne serait-ce qu'un pied devant l'autre.

Elle se sentait lentement basculer lorsqu'elles arrivèrent enfin à destination et qu'elle put s'écrouler littéralement sur un des petits lits. Elle eut à peine le temps de fixer une nouvelle fois ses yeux vitreux sur la vieille femme avant que le voile ne la rattrape et qu'elle ne sombre à nouveau dans l'inconscience, avec la dernière pensée que c'était une bonne chose que l'ancêtre n'ait pas eu à la porter sur la fin du trajet. Cette fois encore, elle avait eu l'impression d'une douce présence, comme si quelqu'un, ou quelque chose, de nécessaire à sa survie la rejoignait pendant un court instant.

Elle resta évanouie peut-être pendant une heure ou deux et, comme la dernière fois, les Voix avaient complètement disparu. Passer de l'un à l'autre lui donnait parfois l'impression d'être sourde. Il lui fallut donc quelques minutes pour réapprendre à entendre avant de finalement ouvrir les yeux sur la petite pièce. Elle avait été correctement allongée et la première vue qu'elle eut fut celle de ce plafond, profondément dérangeant, où elle pouvait voir la mer bouger, bouger encore, et une douce lumière bleutée traversant le dôme de verre, qui ne tenait que par un moyen inconnu de la jeune fille. A la vue de cette masse mouvante qu'elle ne comprenait pas, un sentiment d'oppression l'envahit, ainsi qu'une certaine nausée.

Roulant sur le côté pour ne plus voir l'objet de son malaise, elle put enfin observer l'endroit dans lequel elle avait été amenée, en attendant que les Voix finissent par revenir, en temps et en heure. Le lit un peu dur sur lequel elle était allongée lui paraissait plus confortable que celui du plus luxueux des palaces et la richesse apparente du lieu, qu'elle redécouvrait, l'impressionna. Elle était vraiment arrivée dans un nouveau lieu, complètement différent de ce qu'elle avait quitté... Elle sentait à nouveau poindre les Voix, et elle chercha rapidement des yeux la vieille femme, espérant que celle-ci pourrait l'aider avant qu'elle ne sombre une nouvelle fois...
Publicité





MessagePosté le: Mer 31 Oct 2012 - 19:09 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 1 Nov 2012 - 12:14 Répondre en citantRevenir en haut



Nealyan Shamar, Maîtresse Bleue, Guérisseuse du Màr Luimë



Nealyan vaquait à ses activités, reine dans son domaine, maîtresse incontestée et incontestable de l'infirmerie. Elle avait bordée la jeune aspirante tant bien que mal, infiniment soulagée que celle-ci n'ait pas perdu connaissance dans les couloirs, ce qui l'aurait obligé à appeler à l'aide, ce qu'elle n'aimait nullement...
Elle avait aidé la gamine à s'allonger, et avait aussitôt sentit sa conscience se retrancher dans l'endroit le plus sûr de son esprit, là où elle était protégée des intrusions permanentes quoique involontaires des dragons engloutis. Epuisée et tremblante à cause de l'effort physique tout à fait inhabituel et déconseillé pour quelqu'un de son âge, Nealyan avait d'abord pensé à sa patiente. Elle avait trempé un linge propre dans du lait frais agrémenté de miel et l'avait passé sur les lèvres d'Imala. Les jeunes filles avaient parfois tendance à faire des malaises hypoglycémiques, et bien qu'elle douta que ce soit le cas, elle préférait parer à toutes les éventualités! Une fois le sucre assimilé, elle se rendit clopin-clopant dans son petit laboratoire.


Son premier geste fut de mettre de l'eau à chauffer. Non pour le remède d'Imala, mais bien pour régénérer ses propres forces. Elle se fit une tisane qu'elle sucra abondamment, son petit péché mignon, et englouti une petite brioche. Le ventre plein et l'esprit plus serein, elle se dirigea enfin vers ses bocaux...

Maîtresse, le visage de l'Aspirante s'est détendu, je crois qu'elle dort à présent.



Nealyan se détourna de son ouvrage et pinça gentiment la joue de la petite Lullice qui lui servait d'assistante. Fille de Chevaliers du Kaerl, elle était arrivée très vite dans ses pattes, et maintenant la guérisseuse envisageait presque de lui confier un peu plus de responsabilités.

C'est bien Lullice, vient me quérir quand elle se réveillera, j'ai besoin de me reposer moi aussi. Tiens, mets ce breuvage sur sa table de chevet, il bloquera momentanément le Don qui la trouble tant.

La gamine jeta un regard effrayé sur le liquide transparent contenu dans le flacon et le porta du bout des doigts, comme si elle avait peur d'être atteinte elle aussi par ses effets:

Comment est-ce possible d'être malade à cause du Don? Il est un cadeau de Flarmya, pas une malédiction!

La vieille guérisseuse hocha la tête en souriant:

Tu as raison Lullice, mais il est avant tout un grand bouleversement pour un esprit non préparé. Nous en parlerons un autre jour, n'autorise personne à rentrer, mais viens me chercher quand elle se réveille, et fait lui boire sa potion.

La gamine hocha sagement la tête, et la mine très concentrée, elle porta le flacon comme l'avait demandé sa Maîtresse. Une fois posé sur la table de chevet, elle tira une chaise, et observa longuement la femme qui dormait, très concentrée, tâchant de lire sur son visage la moindre ombre d'anxieté. Elle s'appliquait à devenir une bonne guérisseuse, et Maîtresse Nealyan lui avait affirmé que cela passait par des années d'observation. Alors, elle observait, ses grands yeux bleus écarquillés.

Au bout de quelques temps, les paupières de la dame papillonnèrent, elle ouvrit les yeux et fixa le plafond quelque temps, avant de rouler sur le côté en lui tournant le dos. Lullice fronça les sourcils, ne sachant trop comment réagir. Elle devait aller quérir Nealyan, mais elle devait aussi vérifier que la malade prenne sa potion! Elle hésita quelques secondes, puis se pencha sur le bord du lit et tapota tout doucement l'épaule de la femme.

Madame, la Maîtresse Nealyan veut que vous buviez une potion en vous réveillant. Pour ne pas ressentir le même mal que tout à l'heure.

Lullice jeta un regard méfiant sur la potion, elle ne voulait pas toucher au liquide qui empoisonnait le Don, même si ça ne durait pas toujours.

Il faut boire ça madame.

Finit-elle, du ton candide d'une enfant de onze printemps.


HRP: fini!
Imala Terrin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 1 Nov 2012 - 16:33 Répondre en citantRevenir en haut

Chassant lentement la nausée qui l'avait envahie lorsqu'elle avait vu le dôme, roulée en chien de fusil, ses prunelles violettes un peu fixes, Imala se sentit pas tout de suite la présence d'une autre personne dans la pièce. Cependant, quand une petit main lui tapota l'épaule, elle se retourna d'un geste vif, s'asseyant dans le même mouvement en tailleur sur le lit, face à une très jeune enfant. Celle-ci semblait lui désigner d'un air un peu dégoûté une potion posée sur la table de chevet. D'après ses dires, elle devait la boire pour "ne pas ressentir le même mal que tout à l'heure".

La main à moitié tendue, Imala figea son mouvement. D'ordinaire, elle se fiait aux guérisseurs. Quoiqu'elle n'en avait jamais véritablement rencontré. Doucement, elle ramena la main dans son giron, fixant l'enfant d'un air sérieux et grave, légèrement méfiant. Les gens ici étaient beaucoup trop gentil, et même si elle était parvenue à croire Alkhytis sur certains points, il n'en restait pas moins que les offres les plus alléchantes avaient souvent un revers très lourd. Plus elle acceptait leurs attentions, plus ils en attendraient d'elle. Or elle avait beau vouloir faire des efforts pour être agréable avec sa Maîtresse et Belareth (notamment parce que le saurien pourrait la dévorer sans cligner des yeux), personne n'avait mentionné qu'il lui faudrait dire oui à n'importe quoi.

Bien entendu, elle avait conscience d'avoir déjà fait très mauvaise impression sur le Conseil. Elle ne savait pas vraiment à quoi elle avait pu ressembler debout dans cette Rotonde, baragouinant des mots interceptés de-ci de-là sans réelle suite dans les idées, avant de s'écrouler par terre. Elle espérait qu'Alkhytis les avait prévenus avant, leur relatant son arrivée.

Revenant à ce qui la préoccupait, elle étudia l'enfant plus avant. Celle-ci avait l'air sincère, mais elle aussi avait eu l'air innocent avant de lancer des boules de glaise sur les fils de commerçants dans les rues de sa ville. Les expressions d'un enfant ne reflétaient souvent que ce qu'il ressentait sur le moment-même, sans calcul. Lentement, les Voix commencèrent à envahir son esprit à nouveau. Ses pensées, à nouveau, commencèrent à s'effilocher. La concentration extrême avait eu l'air de fonctionner une fois, peut-être le pourrait-elle une seconde, même si cela allait à l'encontre de tous les principes de survie de base.

Le regard toujours planté dans celui de l'enfant, elle posa les mains à plat sur ses cuisses et commença à inspirer profondément, sa vision se focalisant de façon exclusive sur les prunelles de l'enfant, plongeant dans leurs tréfonds. Petit à petit, sa respiration se fit plus régulière, la plongeant dans une sorte de transe où les Voix étaient une terre où sa propre pensée serpentait comme une rivière. Sa conscience se jeta alors dans celle-ci, lui laissant l'opportunité d'articuler quelques phrases de sa voix basse, rendue pâteuse par la difficulté éprouvée à former des paroles cohérentes sans se laisser envahir:

"Imala, pas M'dame... Y a quoi dans c'te potion? E'f'ra quoi comme effet?"

Les questions étaient concises et claires, et la jeune fille en était à espérer que les réponses seraient semblables, car sa concentration branlante commençait à la lâcher, doucement mais sûrement...
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 13 Nov 2012 - 17:18 Répondre en citantRevenir en haut


Lullice, la petite assistante de Nealyan


La jeune fille dévorait littéralement des yeux la jolie dame qui s'était réveillée si vite. Alors elle venait d'ailleurs? Loin du Màr? Mais est-ce qu'il y avait des villes d'où elle venait?

Il paraît qu'il n'y a pas de dragons dehors. Maîtresse Nealyan dit que c'est pour cela que vous êtes malade madame Imala! C'est vrai qu'il n'y a pas de dragons d'où vous venez?

Quelle terrible et triste idée! Les yeux de l'enfant s'embuèrent de larmes. Elle se rappela que la dame lui avait posé une question, aussi, en bonne élève, elle essaya de lui répondre, sans laisser sa voix trembler. Pas de dragons? C'était peut-être pire que si la Dame avait dit qu'elle n'avait pas de papa ou de maman...

J'ai vu Maîtresse Nealyan y mettre de la racine de gentiane, c'est facile à reconnaître. Et puis, il y a de l'eau, du miel pour que ça pique moins la bouche, et autre chose je pense, mais je ne sais pas encore toutes les plantes.

Elle répondait du ton sage et un peu prétentieux d'une élève, persuadée que puisque la dame était une grande personne, elle savait forcément ce qu'il y avait dans le bocal. Quant aux effets... Qu'avait dit Maîtresse Nealyan déjà? Un pli de concentration barra le front de la blondinette:

C'est pour, heu pour... Puis victorieuse, sa mémoire lui étant revenu: pour ne plus entendre les dragons!

Aussitôt, saisie par l'énormité de ce qu'elle venait de dire, elle mit ses deux mains devant sa bouche et son menton se mit à trembler:

Maîtresse Nealyan dit que vous êtes malade à cause des voix des dragons! Mais ce n'est pas pour vous empoisonner... Elle dit que ça sera juste moins fort dans votre tête.

Elle hocha vigoureusement la tête. Il ne serait pas dit à Maîtresse Nealyan qu'elle avait mal fait son travail, non!
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:14 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu