Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP Officiel] La Marque Noire : Premiers doutes... Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 28 Oct 2012 - 19:23 Répondre en citantRevenir en haut

¤7 Gaïaku 918 ¤
En parallèle des attaques des Kaerls.


Citation:
Seigneurs,

Nous vivons une époque troublée, j'en ai conscience aujourd'hui plus qu'hier. J'ai entendu parler de récents troubles dans vos Kaerls respectifs, et je vous certifie par la présente missive que les Engloutis se sont senti eux-aussi menacés par les élucubrations d'un mort dernièrement.
Je ne sais si le discours qui vous a été rapporté répétait les mêmes mots que ceux entendus au Conseil du Màr Luimë, mais des tâches sombres sont apparues sur le corps de nombreux Chevaliers Engloutis. La Marque est même apposée sur certains Aspirants, et cela inquiète le Kaerl tout entier.

Je vous propose de nous rencontrer, au plus vite, au Manoir d'Ael Alfirin afin de faire le point sur les informations dont nous disposons.

Dinjelaï Al'Ysiria, du Màr Luimë.



La missive avait été promptement cachetée, sous l'oeil d'une Niennor qui se frottait nerveusement les mains. Depuis la menace, la Gardienne était plus blafarde que jamais, elle paraissait presque transparente et ne disait quasiment plus un mot. Dinjelaï s'inquiétait d'ailleurs plus de son état que de tous les autres signes apparus depuis l'apparition des Marques sur les mains de ses Chevaliers et Aspirants.

Le Conseil avait hésité, s'était divisé, et finalement Dinjelaï avait tranché: elle oeuvrait à ressouder les trois Kaerls pour éloigner l'hypothèse d'une nouvelle guerre des Ordres, elle devait donc rencontrer les deux Seigneurs. Tout devait se poser sur la table, ils seraient plus forts face à un danger qui les menaçaient tous.

Le rendez-vous avait été pris rapidement.





[HRP] A Persée peut-être de développer le contexte??
Publicité





MessagePosté le: Dim 28 Oct 2012 - 19:23 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 1 Nov 2012 - 10:08 Répondre en citantRevenir en haut

Le soleil se levait timidement au dessus d'une brume matinale épaisse et froide... Telle une citrouille cherchant à fuir ce froid pour mieux virer à l'orangé. Non mais quelle comparaison idiote. On sentait là les images subtils d'un dragon brun toujours dans son humour particulier. Même si en ce jour, ce n'était pas à l'heure de plaisanter. Le Maître Brun fixa une dernière fois le soleil continuer son ascension avant de s'asseoir dans un fauteuil confortable.

Bien que le manoir semblait vide de toute autre présence pour le moment, on y sentait pourtant une atmosphère douce et sécurisante. Bien des choses s'étaient passées ici et qui avaient permis de se battre contre des dangers qui avaient appelés les trois Kaerls à se réunir pour agir de concert. Comme la quête des Deux Lunes. Et aujourd'hui, les trois Kaerls allaient uen fois encore se rencontrer ici, pour ravaler leurs différents et pour s'unir en une seule force et se battre contre la nouvelle menace qui dévoilait peu à peu son visage.

Une menace qui pour le moment semblait obscure, irréelle, mais néanmoins puissante et avide. Au début Peddyr, loin dans son exil n'avait pas eu vent de ce qui s'était passé. Puis doucement, quelque chose avait commencé à apparaître, à s'entendre dans le vent des rumeurs sur la Terre de l'Aube. Même s'il n'était qu'un parjure, le céleste avait toujours veillé à passer de façon inopinée sur ces terres pour suivre le flots des évènements. Et là quand cela avait commencé à apparaître sur son poignet droit...

Sous un bandeau en tissu qui entourait ce même poignet était dissimulée une sombre marque... noire et qui dès qu'on la regardait, laissait deviner qu'un funeste destin s'annonçait. Peddyr n'eut pas de mal à faire le lien entre ce qui se trama par la suite avec les évènements dans les trois Kaerls. Mais il n'avait que des brides ; il ne connaissait pas tous les faits. C'était une des raisons pour laquelle il se trouvait ici.

Comment d'ailleurs avait-il pu l'apprendre ? Tout ce qu'il se rappelait venait d'un songe, d'un rêve qui était désormais plus qu'un brouillard perdu dans son esprit. Il n'avait pas si ni qui ni quoi mais il avait su qu'il devait venir au Kaerl... Là où les trois dirigeants Kaerliques allaient se rencontrer. Rien que ça, au plus de ce qu'il avait au poignet suffisait à le mettre mal à l'aise, voir l'angoisser.

La présence du Seigneur Ardent Iskuvar... Cet homme qu'il savait dangereux. Puis l'homme qu'il avait tenté de tuer : Zackheim. Lui aussi serait des leurs. Sveargith avait fini par lui dire ce qui s'était réellement tramé cette nuit là, quand il avait été gravement blessé dans sa tentative avant de réussir à prendre la fuite. Le brun en lui ayant révélé cette vérité avait permis de soupçonner un lien possible entre sa marque ténébreuse et ce qui se tramait désormais. Mais là, le Maître brun ne préférait pas s'avancer. Seuls les Seigneurs et Dames connaissaient le fin mot de tout cela.... Pour terminer, il y aura aussi la présence de Dame Al'Ysiria. Pour Peddyr elle sera la clé de voûte à cette réunion. Elle comprendrait mieux la présence du Céleste ici.

Oui, car il était aussi ici pour protéger le refuge qui l'avait accueilli : le Màr Litsé, terre des Libres. Il ne voulait pas que le mal qui commençait à frapper les Kaerls s'étendent là-bas. Pour le moment, aux dernières nouvelles, il n'avait que le seul atteint ; ce qui le rassurait grandement. Du moins il l'espérait.

Il soupira et s'enfonça un peu plus dans le fond de son fauteuil. Vêtue sobrement, il commençait à regretter de pas avoir pris des vêtements plus adaptés à la circonstance.

°Et si tu arrêtais de te faire des noeuds dans ton esprit. Cela me perturbe. Déjà que tu l'es déjà suffisamment, tu finis par me donner mal à la tête °
°Désolé mon vieux... °
°Je comprends que tout cela soit effrayant et affolant. Mais nous allons découvrir ce qui se passe, trouver la solution et veiller à la sécurité du Màr Litsé. Et je peux comprendre que tout ce que je t'ai révélé te travailler encore°
°A bien y regarder, cela se trouve....°
°Je t'arrête de suite Peddyr. Personne n'aurait pu prévoir ce qui allait se passer. Personne. Seul le Destin connait les vraies raisons°


Peddyr retint un court soupir et se redressa de son fauteuil. Autant prendre quelque chose de chaud pour penser à autre chose. Un bon verre d'uen tisane d'églantier... C'était une bonne idée.... en attendant.






EDIT Din: je me suis permise de corriger une faute de frappe: les 30 premières lignes du début de ton texte apparaissait en deux exemplaires, calés entre le "Dame" et le "Al'Ysiria", grillé en train d'essayer de gonfler la taille de ses posts!!! :p



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 533
Présentation: URL
RPs: 1 114
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 10 Nov 2012 - 11:27 Répondre en citantRevenir en haut

Le Seigneur Ardent pensait être présent en premier. Pour cette occasion exceptionnelle, il avait revêtu les atours d'un Seigneur Ardent, qui se rapprochait du noir avec des motifs argentés qui se dessinaient sur les pans de sa tunique. Un léger diadème d'argent entourait son front et un rubis taillé en étoile dominait le milieu de son front. Autant être présentable comme il se devait non ?

Quel n'avait pas été son étonnement quand en posant un pas sûr et presque orgueilleux dans le Manoir, en croisant la silhouette d'un autre homme, assis au fond de la salle qui allait être officialisée par la présence des trois dirigeants en personne des Kaerls. Un instant, il avait cru qu'il s'agissait du Valheru, Meilan-Lavok, qui avait déjà agi dans un passé tout récent ; quand la Terre de l'Aube avait connu la menace des deux Lunes. Cet épisode là, Alauwyr l'avait vécu de loin. D'autres avaient agi au nom du Kaerl à ces instants dangereux et avaient réussi en s'unissant aux autres Màrs à contrer la prophétie... Mais revenons au présent, à cet instant où son regard s'était tendu vers cet homme, qui à son tour avait levé la tête pour croiser leurs regards...

Quand le Maître Noir avait reçu la missive écrite de Dinjelaï en personne, il n'avait pas attendu pour prendre les mesures nécessaires pour qu'il puisse être là en personne. Enfin en personne. Il n'avait pu partir seul pour ces lieux... En tant que Seigneur et même dans cet endroit dit neutre, il devait avoir un minimum de garde, même s'il savait parfaitement se défendre. D'ailleurs, sa bonne vieille lame était toujours présente, à sa ceinture. Ce jeune garde, un jeune homme d'une vingtaine d'année, était entrée que depuis dans la garde. Se retrouver avec le Seigneur Ardent en personne lui avait vite fait comprendre qu'il devrait tenir sa langue. Alauwyr s'était permis de rajouter points d'ailleurs. Les troubles que connaissaient actuellement le Kaerl Ardent perturbaient assez ses habitants pour que des rumeurs se rajoutent suite à cette réunion. et un simple garde comme lui, risquait moins d'aller piailler dans les recoins des sangs... Un aspirant voir un maître-dragon aurait pu apporter des informations vitales à ses adversaires... Là aussi le Màr Taraloù n'avait pas besoin de subir un revers ''politique'', bien que cela se saura bien assez tôt. Ce qu'il apprendrait ici, il ne pourra pas le garder au secret, il devra tenir une séance extraordinaire avec les autres Sangs et le Gardien... Mais pour l'instant. Il sentit l'envol de son lié. Le dragon cendré ne tenait pas à jeter un froid auprès de ses bipèdes. Même s'il n'était qu'un empereur noir, il pouvait facilement tenir tête à une Dragonne Argentée. Par ce geste, les Ardents montraient moins d'attention belliqueuse. Les kaerls ne venaient pas pour se disputer de toute façon ; mais bien pour parer à une nouvelle menace qui les mettaient tous dans des situations à la limite du désespéré.

Le regard bleu acier de l'inconnu ne quitta pas un seul instant les yeux ténébreux du Seigneur. Ce regard, Alauwyr l'avait déjà rencontré. Un sourire fendit son visage balafré.

''Je crois que vous vous êtes trompé d'endroit Peddyr Thelrand... Qui aurait cru qu'on se recroiserait d'ailleurs dans de telles circonstances... ''
''J'ai autant de raisons que vous d'être là. Et je ne vous donnerai pas le plaisir d'en discuter maintenant. Tant que les autres dirigeants ne sont pas encore présents. Et ne venez pas à penser que je suis ici pour chercher querelle... et je vous invite d'ailleurs à ne pas y songer''


Le regard du céleste s'était posée d'ailleurs sur la main ardente qui avait cherché instinctivement la garde de l'épée. Le jeune garde voulut faire taire le présomptueux. Alauwyr barra son désir en plaçant son bras devant lui. Il manqua de ricaner.

''Alors n'oubliez pas votre place, Maître-dragon. Et attendons de voir ce qu'en penserons les autres Dirigeants Neutre et Céleste. ''



Zackheim de Galastden
Chevalier Exilé
Chevalier Exilé

Hors ligne

Inscrit le: 21 Fév 2010
Messages: 89
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 66
Race: Humain
Âme Soeur: Sarevok
Fonction: Seigneur Déchu
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 16 Nov 2012 - 22:54 Répondre en citantRevenir en haut

Le Seigneur du Kaerl céleste fixait d'un air absent la missive posée sur le bureau, son index en arrêt sur le mot "mort".La lampe brûlait encore mais une mince barre claire au dessus des remparts annonçait l'aube.


Oui, la mort rôdait, comme toujours,d'ailleurs, et il en avait fait l'expérience, voici quelques temps, avec la tentative d'assassinat que Peddyr Thelrand avait ourdie contre lui. C'était un geste désespéré et Zackheim le comprenait assez bien. Peddyr était un homme fier et loyal à ce qu'il pensait être bon pour son kaerl. Mais aussi un piètre politique, bien étroit de jugement, aveugle aux nécessités de l'heure. Le kaerl pour lui, c'était Heryn et les Dalneÿs alors que la première s'était laissée endormir dans une sécurité trompeuse, entourée de conseillers sans envergure politique, de petits esprits prudents et satisfaits d'un statu quo qui les arrangeait.  Seule, l'ex-Seconde Maëvann Ker'wan aurait pu peut-être comprendre qu'il fallait ne pas fermer les yeux sur les signes avant-coureurs de la tempête. Mais elle avait renoncé à sa charge et, le fait que personne n'ait suggéré au nouveau seigneur de procéder à une nouvelle nomination, était bien une preuve de l'inertie des pouvoirs en place. Au fond, cela l'arrangeait de gouverner sans partage. Après la disparition du Maître Sarkanys, il ne restait plus d'esprit d'envergure au kaerl, sinon Nalesean, le Maître des soins, mais il était âgé, avait toujours soutenu Heryn Amlug et s'était retiré à l'Académie où il conduisait de mystérieuses recherches. Et, bien sûr, il y avait eu Peddyr Thelrand. Mais ce guerrier têtu avait refusé toute offre de coopération, cette fameuse nuit, quand, lui, Zackheim lui avait demandé de le seconder. Il fallait s'unir contre la menace que l'Ombre, l'Esprit maudit, faisait peser sur le Màr Menel d'abord, mais qui s'étendrait ensuite sur Tol Orëa et Rhaëg en entier. L'Ambassadeur avait dit non, obstinément, stupidement, sans voir même que Zackheim, pour obtenir son appui, acceptait de se mettre à la merci de celui qui était venu pour le tuer. Un Second voulant assassiner son Seigneur avait quand même plus d'opportunités qu'un Maître dragon en fuite on ne savait où. Et voilà que la lutte allait s'organiser sans lui. Zackheim repoussa la missive d'un geste sec. Il n'allait pas le regretter, non ?


Naturellement Zackheim avait aussitôt accepté l'invitation de la Dame du Màr Luimë et il devait partir dans quelques minutes. Il avait choisi de paraître seul au Manoir, son escorte de trois chevaliers le quitterait dès les anciennes murailles en vue. Il voulait insister sur le fait que le nouveau Seigneur Céleste n'avait rien à redouter, où qu'il soit, et que son autorité n'avait nul besoin d gardes et autre symbole de puissance. Il s'était interrogé  le soir même où l'Ombre, comprenant que son ex-protégé lui échappait totalement, avait tenté de tuer et Peddyr et lui-même. Serait-il le premier à réunir les trois kaerls , à révéler la nature du danger qui les menaçait tous ? Puis il avait décidé d'attendre. Qu'avait-il comme preuve de ses assertions ? Les dragons se réfugiaient dans un silence têtu dès qu'on abordait le sujet, comme s'ils jugeaient plus sages de ne pas livrer aux bipèdes les secrets que leur mémoire ancestrale leur révélait. Et le Gardien, Maeglin del Cirth était totalement replié sur lui-même. Il ne sortait plus de son logement, ne voyait personne. Zackheim avait cependant été reçu tout de suite après la venue du Messager de l'Ombre. Maeglin lui avait confié que les flux magiques, permettant au kaerl aérien de demeurer en suspension, devenaient erratiques, se déconnectaient de la trame même du monde. Le Gardien pouvait encore les contrôler mais il devait constamment rétablir l'équilibre pour compenser les distorsions et il n'avait plus aucune disponibilité d'esprit. Son frère et sa soeur rencontraient les mêmes difficultés dans leur kaerls respectifs. Zackheim s'était inquiété de voir s'amaigrir le vigoureux Gardien céleste et son regard qui, d'habitude, rayonnait de force vitale, paraissait soudain comme éteint, usé. Zackheim avait abordé la question des taches noires, espérant recevoir une explication. Certains commençaient à penser que c'était le signe que l'Ombre était en eux, qu'ils allaient devenir comme le Messager, des cadavres animés, puis se corrompre en d'abjectes horreurs. Zackheim avait plusieurs théories, ayant  eu des contacts avec le monstre, certes rendus flous par les procédés magiques utilisés pour endormir sa vigilance.


Un bruit d'ailes sur la terrasse le fit se lever aussitôt. C'était Sarevok qui venait le chercher  Trois autres dragons circlaient, déjà hauts au-dessus des Spires : son escorte. Il rangea la lettre de Dinjelaï Al'Ysiria dans un coffret à secret, bien qu'elle n'apportât rien de très essentiel à un éventuel indiscret, il n'aimait pas qu'on lise son courrier.
Curieux quand même, le style de la Dame, cette façon directe et prosaïque de présenter celui qui avait terrorisé trois kaerls, simplement comme un"mort" et de désigner les menaces et la mise en scène macabre de leur transmission, du mot méprisant d"élucubrations". Le Màr Luimë n'était vraiment pas enclin à l'emphase. Cela plaisait à l'esprit froid et calculateur dont Zackheim, par l'exercice de sa volonté, avait su se doter. Il avait pris en horreur sa sensibilité naturelle, sa tendance aux émotions violentes et sans contrôle, tout ce qu'il jugeait d'indignes faiblesses et dont il avait tant souffert dans son enfance. Entre les emportements belliqueux des Ardents et le pragmatisme réducteur des Engloutis, il pourrait tenir la balance, toujours maître de lui mais saisissant avec acuité les sentiments cachés de ses pairs.


0%%%%%%%%%%%%%0   

Sarevok venait de le déposer sur le haut perron d'arrivée de l'illustre Manoir. Le jour était levé mais le soleil n'avait pas encore chassé les brumes nocturnes montant de la Sylve. Zackheim resserra les plis de sa cape gris foncée. Il n'avait pas pris son habituel manteau noir pour ne pas paraître trop éternellement en deuil, le Seigneur d'Ebène comme l'appelaient entre eux ceux qui le respectaient, ce qui était acceptable, Zack Croque-mort, ou le Triste Sire comme le désignaient les autres, ce qui l'était moins... bien qu'une petite partie au fond de lui-même s'en amusât.

Un écuyer l'attendait et après l'avoir salué, le pria de le suivre. Le Seigneur Ardent était arrivé ainsi que messire Thelrand.
Zackheim retint un geste de surprise. Ainsi, l'ambassadeur en cavale s'était fait inviter ! Ce n'était certainement pas par Alauwyr Iskuvar. Tout le monde savait qu'ils se détestaient et qu'on ne pouvait trouver deux êtres plus dissemblables. Dinjelaï Al'Ysiria ? C'était faire fi du principe même de neutralité qu'elle incarnait en invitant un hors-la-loi, déclaré ennemi des Célestes. Alors, comment avait-il su ?
L'écuyer lui ouvrit la porte et s'effaça aussitôt. La réunion était informelle. A l'autre bout de la salle, Zackheim aperçut les deux Maîtres dragons face à face et lui parvinrent les derniers mots d'une réplique sèche de Peddyr Thelrand. Tiens tiens, ils en étaient déjà à se dire des amabilités...
Le Seigneur Céleste salua son égal, d'une brève inclinaison de tête.

-Je vous salue, Seigneur du Màr Taralòm, Maître- Dragon Alauwyr Iskuvar.

Et se tournant vers l'ex-Ambassadeur, sans même esquisser un signe de politesse :

-Mais qui vois-je ? Peddyr Thelrand ! Auriez-vous trouvé un emploi au Manoir ? On se demandait bien où vous étiez passé. Vous n'avez pas votre arbalète avec vous cette fois-ci ?

Zackheim fixa le poignet bandé du maître Brun avec insistance et prit un ton faussement apitoyé :

-Et vous vous êtes encore blessé...Tsst! Tsst!..vous ne changerez jamais ! A votre âge !



Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 18 Nov 2012 - 00:53 Répondre en citantRevenir en haut

Dinjelaï se tourna pour mieux voir le tombant de sa tunique courte dans son dos. Le vêtement était neuf, encore une fois imposé par sa conseillère vestimentaire, à savoir la vieille Lalwendë. Il fallait être aveugle pour ne pas voir l'envie qui brillait dans les yeux de l'ancienne Dame, au point même que Din avait pensé lui proposer de l'accompagner dans cette réunion des Seigneurs. Puis le souvenir du jour où le gouvernement Englouti avait changé lui était revenu en mémoire et elle avait définitivement écarté cette idée. Son ancienne mentor devait comprendre qu'elle ne pardonnerait pas si facilement sa prise de position en faveur de Folken. Elle était en disgrâce, et n'en sortirait pas de sitôt.
Un sourire mauvais étira les lèvres de Din, avait qu'elle ne réalise que son courroux était avant tout une manifestation d'inquiétude, et Lalwendë n'en était nullement la cause.

Depuis la signature du pacte d'amitié avec le Kaerl Ardent, elle n'avait eu aucun retour du Seigneur. Elle s'attendait pourtant à une réaction de sa part, bonne ou mauvaise, et elle commençait même à douter qu'Anaviel l'ait véritablement mis au courant. Elle ne savait pas encore sur quel pied danser face à Alauwyr, et ce n'était pas pour la rassurer. D'autre part, elle rencontrerait pour la première fois le Seigneur Zackheim, nouvel administrateur du Rocher, suite à une nomination pour le moins obscure, et d'après les rapports, contestée par le peuple. Les tenants et aboutissants du pouvoir Céleste avaient toujours laissé l'elfe perplexe, elle trouvait le système de Maison et de clans parfaitement anti-démocratique, et cela lui paraissait indigne d'un peuple qui proclamait des valeurs avec autant de force.

Elle soupira, et tira sur le bas de la tunique. Lalwendë lui avait recommandé de la porter avec un collant de laine qui épousait bien trop les formes de ses jambes à son goût. La vieille elfe avait proscrit l'habituel pantalon bouffant - bien pratique pour camoufler ses dagues - au prétexte qu'au Manoir elle n'avait nul besoin de la protection de bouts de métal. Din la soupçonnait de vouloir l'habiller de façon à convaincre plus facilement le sexe masculin... Typiquement une idée de vieille ça... Elle pinça les fentes qui cisaillaient la tunique jusqu'en haut des hanches. Heureusement que le collant était opaque. Au moins le haut était il plus décent: le col sage et les manches longues, quoiqu'encore trop moulantes à son goût. La couleur bleue était jolie, elle essaya de se concentrer là-dessus.

On toqua quelques coups à sa porte. Le visage de Nolan s'encadra dans l’entrebâillement et il poussa un sifflement admiratif aussitôt réprimé par un froncement de sourcil rageur.

Je suis prête, mais pas sûre que Lalwendë ait bien compris le sens de "réunion diplomatique de crise".

Ils sortirent ensemble, une dernière visite à faire, à l'infirmerie, à l'aube, avant de partir pour le Manoir. Il ne s'éternisèrent pas. Nealyan leur montra les questionnaires qu'elle avait fait remplir à chacun des Marqués. Dinjelaï surpris Nolan à loucher sur la rubrique "rapports intimes", et lui lança un coup de coude. D'après la guérisseuse, aucun lien autre que l'appartenance au Kaerl ne pouvait être fait entre les victimes. En dehors de cette Marque de sinistre présage, tous étaient d'ailleurs en bonne santé. Din s'inquiétait de voir Gabrielle, sa propre Aspirante, dans les rangs de ceux menacés, mais elle ne s'éternisa pas à l'Infirmerie.

Les premiers rayons de soleil annonçaient le début de journée sous la Bulle quand Nolan, Dinjelaï et leurs Liés respectifs apparurent au dessus de l'étendue verdoyante qui entourait le Manoir.


*****



A peine arrivés, Anareinth la prévint que des odeurs de dragons planaient dans l'air, apparemment, les autres Seigneurs étaient déjà présents! Elle mis pied à terre rapidement, et suivi le majordome qui les mena directement dans le grand salon où Alauwyr, Zackheim, et plus surprenant: Peddyr, se regardaient déjà en chiens de faïence... A peine la porte passée, Din sentit la pesanteur de l'atmosphère lui tomber sur les épaules. Elle inspira profondément, une fois de plus, il faudrait faire le grand écart pour maintenir une ambiance compatible avec le débat.

Elle afficha un sourire bien plus large que son véritable enthousiasme:

Seigneurs! Vous êtes déjà tous présents alors que l'invitation émanait du Màr Luimë! Quelle piètre hôte suis-je!

Elle vint serrer la main d'Alauwyr en premier, lui glissant rapidement un mot:

Seigneur Iskuvar, j'espère que les dérangements dont nous devons causer aujourd'hui ne retarderont nullement les projets que nous avons en commun...

Puis, sans vraiment lui laisser le temps de répondre, elle vola jusqu'à Zackheim et lui offrit son sourire le plus chaleureux, ainsi qu'une main tendue:

Seigneur Zackheim, les circonstances ne sont guère heureuses pour une première rencontre, mais j'ose espérer que le dénouement nous permettra de fêter dignement vos nouvelles responsabilités au sein de votre Màr!

Elle marqua un temps d'arrêt, puis jeta un coup d'oeil ennuyé vers Nolan qui la suivait. Les rapports de son service avaient indiqué, non seulement la désertion de Peddyr, mais un prétendue tentative d'assassinat à laquelle Dinjelaï ne parvenait pas à croire. Elle s'approcha de lui avec plus de circonspection, mais le salua néanmoins, sans lui toucher la main, mais en s'inclinant à la manière des Engloutis. De part son mariage, elle considéra l'Ambassadeur comme en partie Englouti, et bien que sans contact, son salut était sans doute le plus franc et le plus amical:

Peddyr, votre présence est, je dois l'avouer, une surprise. Mais une heureuse surprise, je vous le garanti.

Une fois le protocole de salutations respecté, le majordome toussota pour attirer l'attention de tous:

Nous avons fait préparer le Grand Salon, afin que vous puissiez discuter à vos aises.

Il mena le petit groupe à travers les couloirs du Manoir, puis poussa une double porte qui s'ouvrit sur une grande pièce, dont une partie était occupée par une longue table ovale, autour de laquelle se tenait une demi-douzaine de sièges confortables. Ils s'installèrent, et Din remarqua que malgré ses tentatives pour adoucir l'ambiance, les hommes présents se jaugeaient du regard sans aucune aménité...

** Aille... **

Bien, n'y allons pas par quatre chemins, Messieurs, je vous suis reconnaissante de vous êtes déplacés aujourd'hui, votre présence atteste, je pense, de notre inquiétude à tous quant aux menaces qui nous ont été déclarées jusque dans nos demeures respectives...
Quelqu'un a-t-il une quelconque idée de l'identité de notre ennemi?


Elle allait droit au but, elle qui d'ordinaire aimait mieux prendre son temps. Mais plus courte serait la réunion, et moins il y aurait de risque que ces trois là s'entre-tuent... Elle dévisagea tour à tour Zackheim, Alauwyr, et Peddyr.



HRP: je compte sur la participation de Nolan à ce RP, mais ne voulant pas lui forcer trop la main, s'il n'est pas dispo, j'éditerai mon post!
Nolan Lancaster
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 18 Nov 2012 - 02:54 Répondre en citantRevenir en haut

Nolan avait prit le temps de songer à ce qu'il devrait faire lors de cette réunion. Et au final... il n'en avait aucune idée. Mais il ne serait pas seul. Dinjelaï et lui avaient longuement parlés des évènements qui s'étaient déroulés. Il avait travaillé avec acharnement pour découvrir ce qui se cachait derrière tout cela. Surtout depuis qu'il avait découvert que Cendre faisait partie des personnes atteintes. Il était d'ailleurs encore un peu confus de cette mission passée aux cotés de la jeune femme. Ils avaient risqué leur vie et s'en était sortis indemnes. Mais il avait beaucoup trop baissé sa garde et ses sentiments envers l'aspirante avaient un peu trop dépassés ceux qu'il s'autorisait généralement avec les aspirants.

Il tourna son visage vers le soleil et craignit de ne se mettre en retard. Dinjelaï et lui devaient se rendre au Manoir. Il acheva sa préparation en remettant en place ses cheveux même s'il savait la tâche irréalisable. Mais c'est ce qu'il aimait après tout. Ce coté de lui, il ne pouvait le refréner. Et puis... il avait une réputation au Màr... il devait faire en sorte de l'entretenir même s'il continuait de s'entendre parfois appeler "gueule d'ange" ce qui avait le don de l'irriter. Il claqua la porte de ses appartements et avança en direction de ceux de Dinjelaï. Sa chambre n'était pas très éloignée de la sienne surtout depuis qu'il était ambassadeur et qu'il avait eu la chance d'obtenir des appartements à la hauteur de son statut. Il arriva devant la porte et ne prit pas la peine de frapper. Sa relation avec la Dame était telle que dans l'intimité il pouvait oublier tout ce qui avait attrait au protocole et se contenter d'agir comme le meilleur ami qu'il était.

Quand il l'aperçut, ses turquoises s'illuminèrent et il ne put retenir un sifflement admiratif. Sifflement qu'il arrêta tout aussi rapidement en voyant le regard que lui jetait son amie. Il comprit plus aisément ce regard furibond lorsqu'elle lui fit par de sa réflexion au sujet de Lalwendë.

- Peut-être que notre ancienne Dame avait l'habitude de se servir des chambres du Manoir plutôt que des salles de réunions.

Il pouffa par sa propre insolence mais il gardait une rancœur tenace envers Lalwendë qui l'avait maltraité devant l'ensemble du précédent Conseil. Aujourd'hui il était ambassadeur et ce rôle lui permettait bien souvent de remettre l'ancienne Dame à sa place. Malgré les regards appuyés de Dinjelaï il ne gênait pas pour continuer. Ils arrivèrent à l'infirmerie toujours en grande discussion sur le sujet de la réunion et prenant soin de ne pas gêner les malades ils adoptèrent une posture respectueuse avant de se retrouver devant Nealyan. La petite vieille lui offrit ce sourire qu'elle accordait à bien peu de personne et il le lui rendit avec joie. Une fois les rapports transmis, Nolan en profita pour glisser un coup d’œil vers le bas du parchemin. A peine ses yeux effleuraient-ils la partie intéressante qu'un coup de coude le fit revenir à la réalité. Souriant de toutes ses dents à Dinjelaï tel un enfant innocent il lui remit les documents avant de regarder autour de lui d'un air faussement intéressé.

Ils finirent de discuter avec Nealyan et rejoignirent leurs liés respectifs.



Une fois sur place, il savait qu'il ne devrait pas se mettre en avant et éviter de s'emporter même si les autres dirigeants semblaient s'en prendre à son amie. Cela serait probablement le plus difficile d'ailleurs. Qu'on cherche à lui nuire n'était pas un problème. Qu'on s'en prenne à Dinjelaï revenait à s'attirer irrémédiablement les foudres de l'homme lige qu'il se considérait être. Il se plaça à son coté et la laissa prendre les devants. elle se dirigea en premier lieu vers le Seigneur Ardent et échangea avec lui quelques mots. Il passa après elle se présentant auprès du chef du Màr Taralom comme le voulait la coutume. Puis ne s'attardant guère face à cet être des plus étrange il la rejoignit vers Zackheim. Il en savait très peu à son sujet mais le voir pour de vrai lui permit de se faire une idée. Il ne l'aimait pas. Il avait un air d'enfant pourri gâté et gonflé d'orgueil. Mais cela tenait peut-être au fait qu'il discutait avec l'ex ambassadeur du Màr. Celui-ci d'après les informations qu'il avait glané grâce à ses nombreux espions serait responsable d'une tentative d'assassinat à l'encontre de Zackheim. L'espace d'un bref instant Nolan regretta que cette tentative fut un échec. Mais il ne connaissait pas suffisamment la politique interne des Celestes pour porter un avis constructif sur la question. Et la mort d'un homme devait vraiment être méritée... était-ce le cas? Nolan sourit en voyant le regard ennuyé de Dinjelaï et se retrouva face au Seigneur Céleste. Celui-ci voyant le sourire de Nolan dû penser qu'il lui adressait et le lui rendit ainsi que son salut. Même ce sourire sonnait faux... Il poursuivit son avancée aux cotés de Dinjelaï qui à sa grande surprise effectua devant Peddyr le salut qui habituellement était réservé aux membres du Màr. La chaleur qui émanait à présent du sourire de Dinjelaï fit comprendre à nolan que cet homme devait soit être un am ide longue date soit une personne à qui elle vouait un profond respect. Il craignit un instant que le seigneur Céleste ne s'offusque de cette salutation mais il prit conscience que la tentative d'assassinat ne devait pas être connue. A son tour il se présenta devant l'ex ambassadeur.

- Messire Thelrand, c'est une joie pour moi de pouvoir rencontrer un... confrère tel que vous.

Il était mal à l'aise ne sachant trop comment présenter la chose.

- J'ose espérer qu'un jour vous accepterez de m'accorder un peu de votre temps. Cela pourrait être très instructif pour moi.

Mais il n'eut pas le temps d'achever sa phrase. Le majordome venait de signaler le début de la réunion et pria les invités de se rendre dans le Grand Salon. Nolan ne quitta pas Dinjelaï d'un pouce. Il n'avait cure de savoir que les armes étaient prohibées et qu'il s'agissait d'un terrain neutre. Il entra même avant elle s'assurant que personne ne l'attendrait dans la salle un poignard à la main.

Chacun prit place et Nolan s'assit. Il écouta Dinjelaï prendre la parole et savait que ce n'était pas à lui de commencer à prendre la parole. Il était certes ambassadeur mais en présence de dexu chefs de Kaerl. Hors la question de Dinjelaï ne s'adressait pas directement à lui puisqu'à ce sujet elle connaissait déjà sa réponse. Nolan regarda alors les trois hommes à tour de rôle attendant calmement de voir lequel commencerait à prendre la parole et s'interrogeant intérieurement sur le fait de savoir lequel commencerait les hostilités.

[HRP: Forcément mon rp reprend celui de Dinjelaï je tacherai de faire avancer les choses par la suite comme tout un chacun. Mais je ne pense pas que cela soit à moi de répondre comme je l'ai signifié.]
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 24 Nov 2012 - 18:34 Répondre en citantRevenir en haut

Peddyr ravala la rancoeur qu'il éprouvait sur l'instant pour le Seigneur Ardent. Il ne voyait qu'en lui un homme qui savourait la bataille, qui ne savourait que par elle. Il se demanda encore comment cet homme avait pu se retrouver au sommet du Mar Taralom...On avait bien eu vent de comment tout cela avait pu se passer, mais parfois, la vérité était tronquée.

A ce moment là, une personne vit son entrée : Zackheim. Peddyr tourna la tête à sa venue, sourcillant. Milles émotions l'assaillirent à ce moment là et il recula de quelques pas pour lui permettre de saluer le Seigneur Ardent. Par contre, il retint d'afficher une grimace face aux paroles narquoises du jeune homme. Dans son esprit, il sentit la présence de Sveargith, qui l'invitait à ne pas faire de mauvais choix. D'une parce que cela avait manqué de lui coûter très cher, et de deux... Ils se trouvaient tous dans le Manoir, l'unique lieu où la neutralité était dominante, quelques soient les instants. La briser serait un sacrilège.

Néanmoins Peddyr n'allait pas garder le silence devant les attaques verbales de ses deux "adversaires"

''Je doute que vous vous souciez réellement de ma santé, Sieur De Galastden, et encore moins d'où j'étais passé. Mais ce n'est pas l'ordre du jour. ''

Puisque Zackheim évoquait justement sa prétendue blessure au poignet.

''Vous saurez la raison de tout cela bien assez tôt''

Arriva ensuite Dinjelaï, qui s'excusa presque et avec une belle dignité d'arrivée la dernière. Une fois qu'elle eut salué les deux autres Seigneurs, elle vint se présenter devant le maître brun. Peddyr lui rendit son salut à la manière d'un Neutre, tout en lui adressant un doux sourire.

''Dame Al'Ysiria.Pardonnez moi si ma présence vous a troublé. Chose certaine est que votre présence est toujours un ravissement...''

Point de sarcasme, point d'ironie... juste des paroles véridiques. Il limitait les effets pour ne pas mettre la jeune Dame Neutre en mauvaise posture avec la présence des deux autres Seigneurs, elle n'avait pas besoin de les voir se liguer contre elle si les choses tournaient mal.

Ce fut au tour d'un autre venu de se présenter à lui : Nolan Lancaster. Quand il se présenta à lui, l'ancien ambassadeur ne peut s'empêcher un étrange sourire ; mélancolique.

''Messire Nolan....''

Peddyr n'eut pas le temps d'apporter sa réponse. Le majordome tousseta pour attirer l'attention et les invita à se rendre dans le Grand Salon. Là une fois que tous se furent installées, La dame Neutre présenta la situation....



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons


Dernière édition par Peddyr Thelrand le Sam 24 Nov 2012 - 19:08; édité 1 fois
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 533
Présentation: URL
RPs: 1 114
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 24 Nov 2012 - 19:01 Répondre en citantRevenir en haut

Le maître noir avait manqué de rire devant l'attitude du jeune souverain céleste à l'égard de l'ambassadeur déchu. Il était tellement plus intéressant de voir les personnes d'une même faction commencer à hausser le ton que contre d'autres adversaires plus redoutables... Comme bien d'autres maîtres-dragons tenant des postes d'importances, Alauwyr était au courant des histoires qui circulaient sur Peddyr Thelrand, sans qu'elles soient pour autant fondées. Les célestes commenceraient à prendre les mêmes habitudes que les ardents ? Ils risqueraient vite de tourner tout cela en crise interne.. Ce qui arrangerait bien les affaires ardentes.

Une fois les salutations faites, Alauwyr analaysa tout en se dirigeant avec les ''invités'' les dernières paroles de Dinjelaï. Oh oui, il savait de quelles affaires communes elle avait évoquées. Celles-là même qui avaient été conclu sans son accord véritable. La situation avait été à la faveur des neutres suite à une fatale erreur d'Orathor à ce moment là. Alauwyr en avait eu vent et avait du mal à croire qu'Estenir y était pour quelque chose... Le dragon cendré esquivait toujours la question quand son lié cherchait à savoir les raisons de son intervention. En tout cas, le mal était fait, les accords signés... Et là dessus, il ne pourrait pas les contourner. De toute manière tant que cela n'entravait pas ses projets.

Une fois tous installés, la dame neutre présenta donc la situation. Alauwyr écouta avec la plus grande attention quand Peddyr se leva pour dire :

''Est-ce que le nom de Drazahir vous évoque quelque chose ? ''

Le Seigneur Ardent tourna la tête vers le Céleste... Qu'est ce qu'il manigançait ? Il décida de prendre la parole à la suite de Peddyr.

''Est-ce seulement un nom que vous balancez maître brun ? Un nom seulement. Alors que les trois Kaerls sont touchés ? Il est certain qu'il doit s'agir d'un ennemi touchant à des arts bien supérieurs aux nôtres... En quoi votre simple nom peut prétendre à une telle puissance, capable d'interdire l'interstice à nos dragons, pour perturber le calme de nos Kaerls ? ''

Il toisa l'exilé d'un regard noir et presque provocateur.



Zackheim de Galastden
Chevalier Exilé
Chevalier Exilé

Hors ligne

Inscrit le: 21 Fév 2010
Messages: 89
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 66
Race: Humain
Âme Soeur: Sarevok
Fonction: Seigneur Déchu
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 18 Déc 2012 - 13:43 Répondre en citantRevenir en haut

Un majordome, déférent à souhait, vint mettre un peu d'apparat solennel dans l'entrevue quasi clandestine des autorités de Tol Orëa et tous se retrouvèrent assis à la même table.
Au moins, la Dame neutre avait pour elle d'être précise dans ses propos et directe dans sa manière d'aborder le sujet. Son ambassadeur avait jeté un regard peu amène à Zackheim quand il était passé près de lui ce qui ne gêna pas une seconde le seigneur céleste. Il fallait que Nolan Lancaster manquât singulièremen d'humour pour ne pas voir le piquant de la situation : un ex-assassin déçu et sa victime toujours en vie, contraints, par les nécessités politiques, de s'asseoir autour de la même table et d'échanger leurs points de vue diplomatiques ! Et dans ces circonstances, s'attendait-on à ce que lui , Zackheim de Galastden, toise de haut l'ex-ambassadeur et déclare qu'il ne participerait pas à la réunion sous prétexte qu'y était convié ce traître, banni par les autorités célestes ? Ou bien encore espérait-on qu'il ne dise rien, comme dépassé par cette étrange situation ? Il avait été clair que Dinjelaï Al'Ysiria avait été surprise en aoercevant Peddyr. Ce n'était donc pas elle qui l'avait invité, ce qui était aussi bien, car cela aurait signifié une véritable déclaration d'hostilité au Mar Menel, de la part d'un kaerl considéré comme neutre. Lancaster n'était pas plus au courant apparemment. Décidément, les ambassadeurs n'étaient plus ce qu'ils étaient.....
Finalement, Zackheim était assez content que Messire Thelrand soit là. Juste avant le mariage, le guerrier et l'Arpadien disparu avaient pu voir l'étrange attitude d'Ehsan. Le Maître Bronze avait été très proche de découvrir toute l'étendue du pouvoir sinistre qui terrorisait le vieil homme et semblait circonvenir aussi l'Héritier. Peddyr avait dû être mis au courant plus ou moins de ces soupçons. Et si Zackheim le considérait comme stupide d'avoir choisi le moyen hasardeux de l'attentat pour se débarrasser de lui, il savait aussi combien on appréciait sa valeur morale et le dévouement infatigable qu'il avait toujours déployé pour le Màr Menel. Lui-même aurait considéré comme un atout majeur s'il avait pu rallier le bras droit d'Heryn à sa cause, même si sa rancoeur grandissait contre l'hostilité irréductible du banni. En tout cas, après avoir subi de plein fouet la magie agressive de Drazahir, lors de la fameuse nuit de l'attentat, le Maître Thelrand ne pouvait pas ignorer la nature de l'ennemi, même s'il ne connaissait sans doute pas toutes les péripéties de l'alliance que le défunt Ehsan avait cru pouvoir contacter avec le mage maudit dont il n'avait pas su se défaire à temps.

La Dame du Mar Luimë, initiatrice de la réunion, prit donc la parole comme il se devait. Bien qu'il fût au fond très satisfait que cette réunion eût lieu, car Zackheim avait prévu cette recherche d'alliance dès qu'il avait compris la véritable nature des ambitions de l'Ombre, il.ressentait un peu de dépit d'avoir été devancé par la promptitude de Dinjelaï tout en se disant qu'il fallait peut-être mieux, en cas d'échec, être resté dans l'ombre. Mais il fallait d'une manière ou d'une autre former cette alliance, même avec l'abominable Alauwyr Iskuvar, l'antithèse noire de Peddyr Thelrand. L'avenir des Dragons et de leurs liés en dépendait et au delà, de tous les êtres vivants du Rhaëg. Persée en avait été convaincue, sa belle et brillante Persée, tout aussi attachée à Heryn, au kaerl que l'était ce vieil obtus de Peddyr !

La question posée fut directe et la réponse de Peddyr aussi catégorique. Zackheim ne laissa que deux ou trois secondes au seigneur Iskuvar pour se décider à parler plus en détail. On pouvait imaginer que son silence reflétait son absence de renseignements approfondis sur l'origine de cette mise en scène macabre, identiquement répétée dans les trois kaerls. Ou bien qu'il pensait rusé de voir ce que les autres en connaissaient avant de dévoiler ou de taire, ses propres informations. Apparemment, Dinjelaï en ignorait tout puiq qu'elle avait posé la question. Apparemment. Tout ce jeu de poker menteur, base même des alliances entre rivaux, le fatiguait au fond. Il avait cru bien naïvement instaurer avec sa prise du pouvoir politique une ère pure de tout compromis, de toute acceptation forcée contraire à ses principes, en finir enfin avec ces combats de l'ombre, avec ces mensonges tactiques, avec cette perpétuelle contrainte mise à son goût du décisif et du Tout ou Rien, goût qu'il étouffait en lui depuis le début de son plan. Or l'exercice du pouvoir n'était que cela : louvoiements, atermoiements, calculs et estimations, passe-moi la rhubarbe et je te passe le séné, donnant donnant, un pas en avant, un pas en arrière.la valse-hésitation au lieu de la marche en avant de la vérité. Le doute, le doute incessant, alors qu'il avait rêvé de certitudes...
Ces pensées le remplirent en un instant d'une bouffée où se mêlaient rage et lassitude. Mais l'intervention de Peddyr l'avait surpris. Il fallait réagir et posant sur la table ses longs doigts fins d'intellectuel, comme pour marquer sa prise de possession du moment, il déclara :

-Je pense en effet que Drazahir a organisé cette pantomine dramatique, évidemment conçue pour impressionner le peuple, déstabiliser les pouvoirs, imposer un état de terreur et désorganiser nos défenses. Je ne saurais trop remercier Dame Al'ysiria d'avoir décidé de cette réunion qui est notre premier acte pou répondre à cette menace. Maître Thelrand a vu cette force maléfique à l'oeuvre et en a subi les effets dévastateurs, heureusement contrés par le fait qu'elle a été exercée à l'intérieur du kaerl et par là-même affaiblie et écourtée par le Gardien.

Zackheim regarda Peddyr et réellement sans hostilité. Lui aussi serait utile à l'alliance. Il avait refusé Zackheim, il ne refuserait pas la survie du Kaerl. Zackheim poursuivit :

-Oui, Drazahir est revenu, le maître des Ombres, déjà inscrit dans notre passé commun. Sa trace est dans nos archives, dans la mémoire des Dragons qui l'ont senti revenir et en ont été récemment perturbés. Il a cru pouvoir s'introduire par l'intermédiaire de mon parrain défunt, Maître Ehsan, qui crut bien faire de s'allier avec lui pour assurer la sauvegarde de l'équilibre du Rhaëg mais fut finalement écarté par le monstre quand le malheureux vieillard fut jugé inutile. Mes paroles vous surprennent-elles ?



Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 29 Déc 2012 - 16:17 Répondre en citantRevenir en haut

Dinjelaï écouta avec une attention grave les premières explications officielles du nouveau Seigneur Ardent. Elle hocha doucement la tête à l'évocation de Drazahir, puis lorsque Zackheim les interrogea sur une éventuelle surprise, elle pris la parole, devançant Alauwyr Iskuvar:

Il y a des épisodes qui sont complètement inconnus du Màr Luimë dans l'histoire que vous évoquez. Les Engloutis n'ont jamais eu à faire avec le Mage Noir, individuellement, mais le nom de Drazahir apparaît à certains endroits de nos archives. il semble que notre ennemi ait à présent un nom.

Puisqu'elle était présente en personne, Din évoqua l'incident qui avait failli faire capoter le traité entre Ardents et Engloutis, sans toutefois indiquer le motif de la rencontre. Fondamentalement, elle n'appréciait guère les représentants Célestes depuis quelques temps, et se méfiait des valeurs qu'ils véhiculaient... D'abord Heryn, puis ce Zackheim qu'elle connaissait mal... Le temps n'était pas encore venu d'accorder pleine confiance au Rocher.

Je vais récapituler pour le compte du Màr Luimë: les premiers désordres ont eu lieu juste après le mariage d'Heryn Amlug. Son regard glissa jusqu'à Zackheim Une Chevalière Céleste Bleue, Persée Garaldhorf, a été dérouté de l'Interstice pour atterrir au beau milieu de notre Agora. L'enquête a révélé qu'il y avait eu une brusque dérobade de l'Interstice, que son dragon n'avait pu maîtriser. Puis plusieurs mois se sont écoulés, jusqu'à cette nuit d'Isashaniku, où des morts se sont levés pour agresser une délégation composée d'Ardents et d'Engloutis. Les corps ont été rapidement brûlés et c'est le point de départ de notre enquête au Kaerl Englouti.

Elle marqua une petite pause, dévisagea tour à tour les participants, et recommença:

Nous avons ouvert une grande relecture de nos Archives, afin d'établir une liste des Mages connus pour de tels talents de nécromancie. Le nom de Drazahir y figure. La dernière alerte est celle qui m'a poussé à vous réunir en ce lieu, le mort vivant venant menacer nos propres familles, au sein de nos Kaerls, et l'inquiétant stigmate qui couvre la main de plusieurs de nos chevaliers. Tout d'abord, pouvez-vous confirmer qu'une telle situation s'est présentée à vous très récemment?

Elle leva les yeux sur Alauwyr, tout en tapotant nerveusement la liasse de compte rendus médicaux anonymes que lui avait donné Nealyan Shamar. Elle avait essayé, en vain, de déterminer le point commun qui les reliait tous, poussant les questions jusqu'à des sphères très intimes. Elle laissa volontiers la parole au Seigneur Ardent.



[HRP] Désolée pour le retard!!!
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 21 Jan 2013 - 10:23 Répondre en citantRevenir en haut

Peddyr ne s'était pas attendu à ce le jeune usurpateur aille dans son sens pour apporter la réponse attendu par l'irrascible Ardent, tout en atténuant la nervosité générale et en remerciant Dinjelaï pour cette excellente idée de réunion, nécessaire pour réussir à contrer Drazahir. Ainsi Zackheim se liait indirectement avec Dinjelaï mais aussi avec Peddyr. D'où ce regard qui lui adressait pendant qu'il parlait du magicien maléfique.

Alauwyr nota cet échange muet, retenant un rictus à la fois mesquin et provocateur.

°L'heure n'est pas venu pour régler tes comptes avec les autres dirigeants Alauwyr. La situation est bien trop grave pour chercher des griefs envers eux. Même auprès de ce céleste, Peddyr Thelrand°

L'Ardent grimaça intérieurement. Estenir intervenait souvent sans prévenir pour agir et remettre son lié dans le ''droit chemin''. Mais de ce fait, son noir de lié agissait pour l'intérêt du kaerl et donc de tous les ardents. Il faisait bien de lui rappeler.

Profitant que la Dame Neutre lui demanda s'il avait eu à plaindre des marqués dans son Màr, il prit la parole.

''Le Màr Taralom est également touché. Je n'allais pas cacher ces faits. Nous avons aussi quelques chevaliers touchés, et j'ai veillé à prendre les précautions nécessaires. Nous ne connaissons pas encore comment les liés se font marquer de cette tâche noire. mais il est certain que plus le temps passera et plus nous aurons à déplorer de personnes touchées par cette chose. Drazahir apparait également dans nos vieilles archives, mais c'est très fragmentaire. Il semble que ses actes étaient connus d'avant l'apparition de nos Kaerls respectifs...''

Il se frotta le menton, tout en réfléchissant sur l'intérêt qu'un mage noir aussi puissant soit-il, avait de s'attaquer à trois kaerls. Il ne versait pas vraiment dans la magie même; donc il pouvait difficilement appréhender les pensées d'un pratiquant de cet art. Il était un combattant
avant tout, pas un lanceur de sortilège. Son esprit raisonnait tout autrement.

Peddyr profita de ce creux pour reprendre la parole. Il posa son regard bleu acier sur le "souverain" céleste.

''Quand on méconnait un ennemi, on croit à ses douces paroles, et comme Drazahir semble être un manipulateur doué, il a su profiter de la crédulité d'Eshan, qui pensait bien faire. Que de mieux que se référer à un être ancien pour espérer se servir de son expérience pour le bien de tous''
''Et on dirait que cela s'est avéré fatal et utile pour notre adversaire commun ! Si la méfiance avait été de mise, peut-être que nous en serions pas là et voir même, qu'il n'aurait pas eu cette liberté d'agir contre les nôtres. ''


Peddyr retint un soupir agacé. Iskuvar cherchait vraiment à tenir la conversation à flux tendue.

''Seigneur Iskuvar, ce qui est fait est fait, n'allez pas faire des reproches. Nous ne sommes pas réunis ici pour cela. ''
''Non en effet, et mise à part que vous ayez été confronté au Mage Noir, je ne vois pas l'intérêt de votre présence ici''


Le Céleste exilé perçut l'énervement de son brun. Sveargith était de nature assez vive quand on cherchait son lié. Peddyr l'appela à ne pas intervenir.

°Laisse moi faire Sveargith. Si tu interviens, ca va mettre de l'huile sur le feu.
°Il n'a pas à te parler comme cela !°
°Je sais et c'est navrant, surtout au vue de notre situation actuelle. Laisse moi faire°


''Quand on regarde bien, les actes de Drazahir ne sont pas surprenantes... Pour affaiblir un ennemi, il existe plusieurs manières. Avec Eshan, il a abusé de sa confiance pour mieux nous connaître, cerner nos faiblesses et par la suite frapper nos kaerls. De cette façon il nous rend impuissant contre lui en nous frappant d'un coup et ensemble. Ainsi, il sème la panique, jette des doutes entre nous. Diviser pour mieux régner. Voilà ce qu'il cherche à faire. Dans quel but, nous ne le savons pas encore. Ses projets sont obscurs et sa logique bien erratique. ''

Alauwyr eut un léger sourire d'ironie. Estenir venait de lui faire part d'une information très intéressante.

''Dites moi mon cher... N'avez vu pas une chose à nous montrer des fois ? Est-ce pour cela que vous êtes là ? Je pourrai penser que vous servez la cause de ce mage noir en nous le dévoilant pas. ''

Peddyr se rembrunit. En venant ici, il n'avait eu aucune intention de le dissimuler, préférant attendre le bon moment. Iskuvar brisait cette idée et risquait de le déclarer comme espion. Ce qui n'était pas la vérité !

°Son lié a dû le sentir°
°Alors pourquoi n'est ce que lui qui l'est perçu et pas les autres liés des dirigeants kaerliques ? °
°Estenir est un dragon bien âgé par rapport à nous et de plus un Empereur noir....°


Un dragon qui avait donc plus la capacité d'atteindre les souvenirs de ses Anciens. Alauwyr se retrouvait dans une petite position avantageuse si son lié connaissait quelques faits sur Drazahir

''Je n'ai rien à cacher et je préférerai disparaître dans l'interstice que de servir Drazahir. ''

Il retira alors le bandage de son poignet, dévoilant une marque noire : comme cela qui marquait les touchés dans les kaerls.

''Sachez que je ne sers pas Drazahir et que je ne cherche à nuire personne par cette marque. Le pouvoir de Drazahir m'a effectivement touché, qui fait sans doute de moi le premier des marqués. Mais je dois pas être un vecteur. Là où je demeure désormais, nous n'avons relevé aucun cas de contamination de cette marque noire. Ce qui laisse supposer que seuls les Màrs de la Terre de l'Aube sont concernées par ses desseins. Nous ne savons pas lesquels encore, mais je suis prêt à faire ce qu'il faut pour déjouer ses plans. Nous le voulons tous d'ailleurs ''

Pendant qu'il rebanda son poignet marqué, il adressa un regard déterminé à Dinjelaï, Nolan, s'attardant sur Alauwyr. Le Seigneur Iskuvar sourcilla devant ce regard. Peddyr voulait lui faire comprendre qu'il ne devait pas jouer dans son coin. L'unisson était vital. Puis Peddyr termina sur Zackheim. L'air qui lui adressa était tout autre. Il insista même en plongeant ses yeux dans ceux de l'usurpateur, tout en gardant le silence. Il tenait à lui faire comprendre qu'il était là pour se lier à lui dans cette même cause... Etonnant n'est ce pas ?


[HRP : ne pas hésiter à me dire si je loupe un tournant important et j'inclue Peddyr et Alauwyr dans le même post Clin d'Oeil]



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Zackheim de Galastden
Chevalier Exilé
Chevalier Exilé

Hors ligne

Inscrit le: 21 Fév 2010
Messages: 89
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 66
Race: Humain
Âme Soeur: Sarevok
Fonction: Seigneur Déchu
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 5 Fév 2013 - 14:09 Répondre en citantRevenir en haut

Dinjelaï avait, pour plaire à Zackheim, les qualités d'un esprit clair et le refus des discours protocolaires superflus. Ni les persiflages ou mots blessants à peine retenus qui émaillaient les remarques d'Alauwyr Iskuvar, ni la charge émotionnelle qui sous-tendait parfois les propos convaincus de Peddyr Thelrand. ne se retrouvaient dans son discours mesuré et pragmatique.
Elle semblait avoir été désireuse d'unir les kaerls par des traités équilibrant les forces . Mais elle n'avait pris aucun contact avec le Màr Menel à ce sujet et il avait fallu la menace soudain présente de Drazahir pour qu'elle envoie ce message. Aussi malgré son impression favorable, Zackheim restait-il méfiant. Une alliance avec l'un pouvait signifier une menace envers l'autre.
Elle rappela les événements récents, révélant que le temps n'était plus où la paix semblait acquise sur la Terre des dragons. Elle demandait à ses pairs d'exposer non des opinions, mais des faits.
Le seigneur Alauwyr confirma que son kaerl avait connu les mêmes problèmes que le Màr Luimë et n'avait guère à ajouter, sinon que Drazahir était aussi resté oublié au fond des archives de l'Observatoire et qu'il était lié à un passé très lointain
Une fois de plus, Zackheim s'interrogea sur l'origine du mal. En pensant s'appuyer sur un mage Noir venu du fond des âges, connu de tous les Anciens, en acceptant de le laisser réapparaître en secret au Màr Menel, alors que le Gardien ne réagissait pas clairement, Ehsan avait vraiment été d'une inconséquence rare. Seul l'âge pouvait expliquer cette faiblesse chez un esprit, certes parfois refermé sur ses propres certitudes, mais qui avait été puissant et respecté. Et on pouvait en dire tout autant du cadet Galastden,  que l'inexpérience de la jeunesse avait rendu trop confiant dans ses capacités à tromper un mage aussi redoutable.certes, il avait réagi, mais en perdant du temps à jouer au plus malin. Le démon n'est jamais tout à fait perdant.
Peddyr prit la parole aussitôt et Zackheim se retint de lever un sourcil désapprobateur. L'ex-ambassadeur n'était là à aucun titre. Avait-il la prétention de se poser en représentant d'Heryn, voulait-il ainsi insister sur le fait qu'il ne reconnaissait pas la légitimité du nouveau seigneur des Célestes ? Le nouveau seigneur avait pourtant été nommé, selon les règles et les usages, par toutes les institutions établies et nul n'était parvenu à trouver la moindre faille légale dans l'abdication de l'ancienne Dame. Le droit était de son côté.
 Cependant il ne devait pas montrer sa contrariété, n'ayant pas à défendre sa légitimité puisqu'elle n'était pas attaquable. Il fallait mieux savoir ce que Peddyr avait en tête, pour le contrer plus facilement, mais aussi parce que le vieux renard connaissait bien la situation diplomatique des Kaerls. L'entendre exposer les faits vus de son côté, c'était peut-être le premier pas vers cette collaboration qu'il lui avait offerte et qui lui avait d'abord été si nettement refusée.
Or ce que Peddyr avait à dire lui était adressé, à lui, le Galastden maudit, et sur un ton objectif de bon augure. L'erreur initiale était bien mise au compte d'Ehsan. Certes, le regard incisif du guerrier n'avait rien d'amical, mais enfin, c'était bien lui, le vilain usurpateur, l'affreux Zackheim, que le vertueux Peddyr voulait informer en priorité. Il fut frappé par la coïncidence de leurs pensées. Peddyr mettait en cause la "crédulité d'Ehsan" mais dans un esprit non vindicatif. Au contraire, Alauwyr releva vertement les propos du Céleste, cherchant visiblement à faire du Màr Menel la source du mal qui frappait les kaerls. S'il y avait conflit, ce serait  deux contre un et la Dame avait des liens anciens avec Messire Thelrand.
Zackheim sentit la satisfaction détendre ses traits qu'il aurait voulu indéchiffrables. L'analyse que fit ensuite l'ambassadeur montra combien celui-ci avait réfléchi au sujet et indubitablement, elle visait à atténuer ce que les répliques d'Iskuvar avaient eu d'agressif. Mais quand, pressé par l'Ardent, le Maître Brun défit son bandage et révéla sa marque, en répliquant dignement aux provocations dont il était l'objet, il devint évident qu'une telle situation pouvait à chaque instant déclencher des réactions déplaisantes et contraire à l'objectif de la réunion.
Une seconde fois, Zackheim vit le regard bleu métallique chercher le contact avec le sien et il sentit percer en lui ce sentiment qu'il détestait. Celui d'un petit garçon jugé sévèrement, contestant l'autorité de ceux qui se pensaient en droit d'exiger obéissance, alors que ses parents, les seuls êtres qui pouvaient exercer ce droit, n'étaient plus là pour le faire. En même temps, il ne se pardonnait pas la fascination admirative qu'il avait éprouvée pour certains de ces hommes, brillants et valeureux, et qui, pourtant, n'avaient même pas vu qu'il existait autrement que comme un insupportable et sournois gamin.
Mais il n'était plus cet esprit révolté, bouillant d'une rage d'autant plus grande qu'elle devait être tenue secrète afin qu'il puisse élaborer son plan d'universelle vengeance, oui, universelle, car tout le monde s'était ligué contre lui, en ne disant rien, en n'agissant pas, alors que l'injustice triomphait.

-Maître Thelrand a raison . Nous avons deux buts en commun et qui sont étroitement liés : la sauvegarde des kaerls, même si nous sommes en désaccord sur leurs principes de fonctionnement et la protection des Dragons, les deux évidemment indissociables.
Drazahir veut le pouvoir sur Tol Orea . Toutes ses actions ont tendu vers ce but en commençant par la prise du pouvoir sur le Màr Menel, à travers Ehsan . Mais par leur essence même, les kaerls forment un tout. Drazahir gouvernant les Célestes, c'est la guerre qui reprend avec les deux autres . Et si Drazahir est vainqueur, c'est la fin des Dragons et des liés, car qui, parmi les liés voudra obéir à un mage noir voulant détruire ce qui a pu être sauvé de la lumière des Ages anciens ?
Donc je souscris entièrement aux paroles de Maître Thelrand. L'heure est à l'union contre le mal et la mort de nos idéaux.


Il se tut un bref instant mais on sentait qu'il n'avait pas terminé et cette pause traduisait seulement la tension d'un esprit qui cherche à ne prendre en considération que les arguments recevables par tous, en laissant de côté rancœurs, mépris ou haines personnelles.

-Au Màr Menel, nous sommes en effet moins touchés par les deux symptômes de l'influence de l'Ombre . Mais nous avons nos Taches noires et nos dragons sont désorientés . Je propose une explication, autre que celle d'un favoritisme dû à notre compromission passée avec ce monstre et sur laquelle je suis prêt à vous donner toute explication nécessaire . Le fait que nous sommes une cité aérienne nous isole au sein même de Tol Orëa . La similitude de ces marques montre leur caractère acquis et transmis. Maître Nalesean a une théorie : la plupart des marqués le sont à des endroits habituellement exposés, mains, poignets, visage. Il pense à une contamination par le toucher et qui ne se fait pas entre les marqués car alors les Kaerls seraient envahis de porteurs de ce signe d'ombre. Donc, c'est à l'extérieur que doit se faire le plus facilement ce marquage et de façon quasi instantanée puisque personne de touché ne se souvient de rien. Or, j'ai, en tant que Seicneur désigné du Màr Menel et ce en une période de troubles, réduit considérablement les liens avec l'extérieur, soumis tous les vols interstitiels ou non à des autorisations, limité au maximum les descentes à terre dites de permissions. Nous avons dû  avoir moins l'occasion de rencontrer les agents du mal.
Mais nous perdons de l'altitude, le Gardien s'épuise à maintenir le flux porteur et c'est pour moi une preuve supplémentaire que cet isolement du Kaerl nuit aux projets de Drazahir, maintenant qu'il sait n'y avoir plus aucun appui.. Le temps presse. L'alliance est nécessaire dans les faits même si elle ne se fait pas dans les cœurs. Il nous faut un plan de défense et aussi d'extermination de cette calamité séculaire : Drazahir .
 Contre un ennemi commun, il nous faut une volonté commune.




Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 20 Fév 2013 - 16:14 Répondre en citantRevenir en haut

Dinjelaï écoutait l'affrontement entre Alauwyr et l'ancien ambassadeur Céleste avec un masque d'impassibilité peint sur le visage. C'était sa façon à elle d'exprimer son profond désaccord avec toute forme de provocation qu'elle jugeait à la fois inutile, pesante et même dangereuse en un tel moment de gravité. Néanmoins, lorsque Peddyr exhiba la Marque sombre qui lui tachait le poignet, son impassibilité fondit comme neige au soleil, et elle ne pu réprimer un bref mouvement de recul. Comme de nombreux elfes, Dinjelaï craignait la maladie d'autant plus qu'elle laissait des stigmates disgracieux...

La Dame Engloutie parvint néanmoins à contrôler son dégoût, mais elle fixait désormais Peddyr avec des sourcils froncés. Elle était particulièrement curieuse de savoir comment cette Marque était apparue sur le bras de l'exilé, mais garda le silence dans un premier temps, pour écouter la réaction de Zackheim, qui, une fois n'était pas coutume, semblait se ranger derrière les explications de son meilleur ennemi. Eshan était donc coupable de trahison, selon les deux Célestes...
Lorsque le nouveau Seigneur du Rocher Flottant annonça que la magie du Gardien semblait elle-aussi atteinte, elle se mordilla la lèvre. Ainsi, les Célestes pouvaient se satisfaire de voir leurs libertés restreintes par leur chef... Elle n'osait même pas imaginer la réaction du peuple Englouti si elle leur affirmait les contraindre à rester sous la Bulle!
Zackheim ayant fini sa diatribe sur un slogan digne d'un procédé électoral, tous les regards se tournèrent vers elle, l'instigatrice de la rencontre. Elle resta un moment silencieuse avant de prendre la parole, d'une voix haute et parfaitement intelligible:

L'heure est à l'union, personne ne met cela en doute, sans quoi nos trois Kaerls ne seraient pas présents en ce moment même. Elle tourna vers Alauwyr un regard appuyé, comme pour le mettre à défi de protester contre ce qu'elle venait de dire.

Concernant les Marques, la menace est trop grave pour que nous puissions nous permettre de la négliger pour le moment. Zackheim, permettez-moi de vous dire que les conclusions de notre guérisseuse Nealyan Shamar ne sont pas exactement les mêmes que celles du Maître Nalesean. Elle tapota la liasse d'examens médicaux que lui avait remis la vieille Maîtresse bleue, Elle a établi que 85% des Marqués n'étaient pas sortis du Màr depuis huit jours ou plus avant l'apparition des premiers symptômes. parmi ce groupe, 28% n'était pas sorti du Kaerl depuis trente jours consécutifs. Ce qui exclu presque complètement l'hypothèse que la contamination ait lieu exclusivement à l'extérieur. D'autre part, les Marqués n'ont pas de liens privilégiés entre eux.

Elle marqua une pause pour que chacun ait le temps de faire le même raisonnement, puis elle poursuivit:

Le récit le plus édifiant nous a été apporté par Galaad Lucis. Le Chevalier Bronze faisait parti, avec d'autres Engloutis et Ardents, de la délégation qui s'est rencontré il y a trois semaines au Manoir d'Ael Alfirin. L'escorte a été malmenée par une troupe de...morts-vivants. Des paysans du coin visiblement, qui étaient eux aussi marqués de stigmates. Sous les langues des cadavres, ils ont trouvé de petites fleurs bleues, et Nealyan m'a affirmé qu'il s'agissait là d'une des techniques les plus élaborées de magie noire... Elle soupira: Je ne sais si cette anecdote a un rapport avec la Marque, mais je trouve la coincidence un peu trop forte. Cependant, aujourd'hui Galaad est Marqué, mais il est le seul des délégations Englouties et Ardentes si mes informations sont exactes. Je pencherais à dire que le processus de contamination est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît...

Nouvelle pause, puis Dinjelaï pris une nouvelle inspiration:

Je propose, comme première mesure de coopération, que nos Guérisseurs se rencontrent dès à présent afin de mettre en commun leurs expériences et leurs connaissances. J'insiste messieurs, cette Marque, et la menace qu'elle fait courir sur nos Chevaliers Dragons, me préoccupe au plus haut point. Il s'agit de vies qui ont une épée de Damoclès au dessus de leurs têtes.

Elle se tourna vers Peddyr:

Néanmoins, j'aimerais beaucoup connaître votre propre récit concernant l'apparition de cette Marque Peddyr. Avez-vous vécu une histoire semblable de morts-vivants?

Avant qu'il ne puisse répondre, elle enchaîna avec une deuxième question, cette fois à l'attention des deux Célestes:

D'autre part, puisque vous semblez d'accord sur l'identité du coupable, pouvez-vous nous expliquer un peu plus précisément la nature des informations transmises à Drazahir? Je présume qu'il ne s'agit pas du nombre de miches de pain produites au Màr Menel quotidiennement? Que cherche à savoir le Mage? De cette façon nous pourront nous même nous montrer plus prudents et protéger certaines connaissances du Kaerl Englouti... et Ardent.

Elle chercha du regard un signe d'assentiment de la part d'Alauwyr.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 533
Présentation: URL
RPs: 1 114
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Ven 22 Mar 2013 - 12:17 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr ravala sa propre colère en croisant le regard autoritaire de la Dame.

°Alauwyr....°
°Oui je sais Estenir, pas la peine de me faire un sermon je te prie !°
°Je peux intervenir si c'est trop dur pour toi°


Le dragon noir sentit son lié se rembrunir à cette idée. L'humain était un homme indépendant et le dragon avait toujours respecté cette facette, sauf une ou deux fois où il était intervenu dans des histoires impliquant Alauwyr, sans demander son approbation bien entendu. Mais le saurien cendré jouait sur les ressentis du Maître-Dragon, le provoquant d'une certaine façon dans son amour propre. Il savait des choses vitales pour l'union nécessaires des trois Kaerls et le dragon estima qu'Alauwyr les avait assez gardé pour lui. Le temps leur manquait et le vieux mercenaire n'écoutait pas assez la voie de la raison, jouant sur son arrogance et sa position de souverain ardent. Au moins en agissant comme il l'avait fait, Estenir obtint ce qu'il avait visé : la collaboration de son lié pour arriver au fin de cette réunion. Il croisa les bras, gardant alors le silance tout en dardant un regard glacial à ses deux autres confrères
de gouvernances. Il se rappela les paroles de Zachkeim et écouta ensuite Dinjelaï qui s'intéressait déjà au cas de Peddyr Thelrand. N'était-il pas le seul marqué présent ? Quand le céleste allait pour ouvrir la bouche, Alauwyr prit la parole en premier.

"Mon guérisseur sera heureux d'apporter son aide auprès de ses confrères... Ensuite, j'espère que les Célestes ne sont pas en connivence avec ce Mage. Ce serait très malsain pour
vous.''

°Alauwyr, c'est pas le moment ! Ne sers pas à briser cette possible alliance !°
°Je prends mes précautions mon ami. Il serait malsain pour nous et plus pour les neutres encore que le Kaerl Céleste soit déjà de mèche avec ce maudit mage°
°Je pense que tu te trompes, sinon tu n'aurais pas le Seigneur Zackheim et encore Peddyr Thelrand ici même, en face de toi et aux côtés d'un Seigneur qu'il n'approuve. °
°Je me fiche que ma présence puisse gêner°
°Elle l'est pour Thelrand et il ne l'étale pas. Il aurait toutes les raisons pour lui s'il mettait ses apriori sur toi en avant et il ne le fait pas°
°Etonnant et veux tu me dire pourquoi ? Je trouve que tu sais beaucoup de choses....°
°Car il veut tout autant que les autres lutter contre ce mage noir. Et que nous perdons du temps à discuter ! °


Alauwyr grimaça sous l'impulsion impatiente de son lié. Il finit par capituler et poursuivit.

''ce que cherche à savoir Drazahir es où se trouve les clés d'Ouranos. Il veut les posséder et mener à bien son désir de faire connaître aux yeux du monde sa puissance. Les marqués ne sont qu'un moyen d'attirer notre pleine attention pour obtenir ces fameuses clés. Chaque Kaerl en possède une semblerait-il. Notre Gardien, Seregon, nous a révélé que le Kaerl Ardent se mourrait, que les Gardiens perdaient de leur puissance. Que nous courrions le risque de voir notre âge se terminer pour seul d'un nouveau au nom de l'Ombre. Si nous cherchons ces clés, nous perdons. Si nous nous unissons, il y a une chance de l'emporter...''

Il plissa son regard ténébreux et croisa celui d'acier de Peddyr.

''Drazahir use de magie noire, est capable de réveiller des morts-vivants, de marquer les nôtres. S'il ne vient pas à posséder ses clés, les marqués mourront. Mais visiblement, certains marqués n'ont pas eu besoinde rencontrer des morts-vivants pour arborer la marque. ''

Alauwyr attendit que Peddyr prenne à son tour la parole. Dinjelaï était curieuse d'apprendre comment il l'avait subi sur son poignet. zackheim lui aussi devait connaître l'histoire.

Peddyr, les sourcils froncés, avait entendu les paroles d'Alauwyr et méditait sur bien des choses désormais. Drazahir semblait avoir fermenté son plan depuis bien longtemps et maintenant, il s'attaquait à son apogée. Un instant, il regarda zackheim. Il ne pourrait pas fuir ses responsabilités dans ce qui avait pu se passer ce soir là. Il avait remarqué le regard de la jeune elfe et le mouvement de recul à son égard quand il avait dévoilé sa marque. Il perdrait sans doute son estime quand elle apprendrait ce qu'il avait tenté sur Zackheim. Il retint un soupir.

°Peddyr, les choses ne sont jamais facile, mais n'oublie pas que je suis là moi.°
°Merci mon gros. Oui heureusement, car bien des épreuves nous attendent encore...°


''Non, Dame Dinjlaï. Je n'ai pas eu affaire à des trépassés revenus d'outre-tombe par le biais de la magie noire, sans doute valheru même, d'une puissance inimaginable. J'ai été confronté indirectement à son pouvoir directement, lors d'une confrontation martiale avec le Seigneur Zackheim. ce soir là Drazahir devait veiller car il a tenté de me neutraliser. Le lié du Seigneur s'est interposé, que je remercie d'ailleurs, même si j'avais tenté d'attenter à la vie du Seigneur. S'il ne l'avait pas fait, je ne serai sans doute pas là''

Peddyr retint de baisser le regard. Il était prêt à tout assumer.

''Pour moi, il a besoin de pas se trouver bien loin pour agir pour ses marques noires. Sa magie se lie à elles, c'est indéniable. Et surtout, il est dans le sillage de notre Kaerl depuis un bon moment....''

Il fixa zackheim, sentant la présence approbatrice de Sveargith, comme pour être à ses côtés jusqu'au bout.

''Eshan en savait long sur l'Ombre, si je me trompe pas. Istvan et Maëvann semblaient eux aussi douté de ce qu'il savait n'est-ce pas ? Peut-être que ce soir là, j'ai agi contre vous Seigneur zackheim. Mais aujourd'hui, le destin de nos Kaerls repose sur une union totale. Drazahir voulait m'écarter de vous et n'y a pas totalement réussi. Que je sois marqué et en exil, acceptez ma présence ''

Zackheim le lui avait proposé pourtant de le faire, avant qu'il ne tente de le tuer. Curieux retournement que voilà que d'accepter cette proposition que maintenant. Peddyr tenait à sauver le Kaerl Céleste. Il s'inclina ensuite devant lui, pendant qu'Alauwyr rouvrit à nouveau la bouche.

''C'est à applaudir tellement c'est compatissant, mais cela n'apporte que la moitié de la réponse que vous détenez les célestes.... Et il serait intéressant de pas oublier que les clés d'Ouranos semblent être détenus par nos kaerls... Mais aussi par le Maudit...''



Zackheim de Galastden
Chevalier Exilé
Chevalier Exilé

Hors ligne

Inscrit le: 21 Fév 2010
Messages: 89
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 66
Race: Humain
Âme Soeur: Sarevok
Fonction: Seigneur Déchu
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 6 Mai 2013 - 11:56 Répondre en citantRevenir en haut

La dame du Màr Luimë était optimiste en croyant que parce que trois chefs d’état se réunissaient, l’heure était à l’union. Mais comme elle ne pouvait être naïve à ce point, ses paroles relevaient donc d’une manoeuvre pour placer les autres devant le fait accompli et les coincer en quelque sorte dans une situation qu’elle devait définir ainsi :
J’ai sonné. Vous êtes venus. Ce qui suppose que, sur ce point,vous êtes d’accord entre vous et surtout avec moi, donc on peut dire que l’heure est à l’union.
Celui qui objecterait à ses propositions se verrait ainsi obligatoirement désigné comme le mauvais coucheur, le trouble-fête et l’empêcheur de tourner en rond. Si l’entrevue tournait court ou si les décisions prises n’avaient aucun effet, on le désignerait comme le coupable, il serait le responsable, la mauvaise volonté qui avait fait capoter l’excellente initiative de la si conciliante Dinjelaï Al’Ysiria.
Manoeuvre habile mais trop tôt dévoilée et d’ailleurs, elle se tourna vers Iskuvar, le plus hostile à toute union avec les Célestes, comme pour lui faire comprendre que c’était trop tard, qu’il n’avait plus qu’à suivre ses conclusions et ses propositions. Zackheim préférait qu’on propose d’abord et qu’on conclue ensuite. Sauf bien entendu dans l’exercice de son propre pouvoir, où les réunions entre les représentants des différentes Maisons n’avaient pour but que l’annonce de décisions déjà prises par lui-même mais que la tradition exigeait de voir entérinée collégialement.

Il se garda de défendre la thèse de Nalesean, acquis à l’ancienne Dame Heryn, mais les circonstances de l’apparition des taches noires semblaient avoir changé au cours du temps ou présentaient des variantes selon les kaerls et les moments. Les paysans marqués et transformés en zombies rencontrés lors de la réunion des Ardents et des Engloutis semblaient induire que ces morts-vivants avaient bien été touchés hors kaerls.
Il intervint donc quand la Dame laissa planer un silence après qu’elle eût remarqué que, finalement, la conclusion était que"la contamination se faisait par des voies très complexes "

-Nul ne saurait mieux dire. L’isolement aérien du Màr Menel peut expliquer les différences. Tous nos marqués en sont sortis et plusieurs fois, en particulier à Lomëanor et dans la campagne environnante, laquelle, étant donné notre nature de cité céleste, sert en quelque sort de terrain de jeu aux amateurs de randonnées sur le sol ferme. Tous nos Màr sont protégés du monde extérieur, le nôtre l’est particulièrement. Zombies et contacts directs sont des indications précieuses.

Dinjelaï, qui semblait aimer les réunions, proposa aussitôt une rencontre des trois Guérisseurs. Pourquoi pas ? Il fallait faire sortir Nalesean de l’Université où il s’obstinait à demeurer au lieu de rentrer au Màr Menel. Il ne refuserait certainement pas une réunion avec ses pairs.
¨Il hocha donc affirmativement la tête pour montrer qu’il pensait bonne la suggestion de la Dame mais qu’il ne voulait pas l'interrompre car elle s’adressait maintenant à Peddyr.
Mais ce fut aussitôt pour les mettre dans le même sac, l’ancien ambassadeur et allié principal d’Heryn et lui, le Seigneur actuel. Inexplicablement, cet amalgame lui fit plaisir et il regarda vers maître Thelrand avec attention et sans le sourire narquois qu’il prenait habituellement en s’adressant à celui qu’il avait si souvent défié.
Alauwyr répondit cependant en premier et ses paroles ne firent que confirmer qu’il suivait la ligne de pensée des Engloutis. Et comme pour l’instant Zackheim se rangeait aussi à ce qu’elle venait de proposer, on peut dire qu’il était d’accord avec le Seigneur Ardent, ce qui lui donna envie à la fois de serrer les dents pour les empêcher de grincer et aussi de ricaner devant l’ironie de la situation. Lui, Zakheim de Galastden, d’accord avec Alauwyr Iskuvar ! Toute sa Maison deviendrait muette d’indignation si elle l’apprenait. Tiens.. les vieilles barbes et les jeunes excités brusquement sans paroles..héhé, l’idée était à creuser...

Peddyr semblait très soucieux et il ne cherchait pas à le dissimuler, au contraire d’Alauwyr qui tentait toujours de faire croire qu’il dominait le sujet et que l’avis des autres ne pouvait être que soit l’approbation niaise de faiblards bénis-oui-oui soit le refus d’imbéciles.
Les paroles du guerrier le prirent de court. Lors de la tentative d’assassinat, sa rancune contre le Maître Brun s’était exacerbée par ce refus de se joindre à lui pour lutter contre l’Ombre. Seule Persée était au courant de cette proposition et du refus. Et encore, il avait gardé pour lui l’intensité de la blessure qu’il en avait ressenti, blessure d’orgueil certes, mais aussi plus profondément la colère d’être encore une fois traité comme un malpropre, un être vil, indigne même d’être approché.
L’allusion à Istvan Sarkanys lui serra le cœur. Tous ceux qu’il avait voulu égaler parce qu’ils étaient grands et généreux l’avaient ignoré, repoussé, insulté. Et voilà que Peddyr rappelait calmement leurs conflits, sans haine et sans rancoeur et sans oubli, les rejetant ainsi dans un passé aboli mais accepté. Lui, Zackheim, n’oubliait jamais rien, revivait ses douleurs et ses pertes avec toujours la même intensité, la même rage, la même impuissance devant ce qui avait été accompli. Aucune atténuation par le temps prétendu consolateur, aucune résilience pour pouvoir trouver un matin que le ciel est moins sombre, la souffrance moins amère, que l’on peut vivre en laissant derrière soi cette part trop abîmée de soi-même et sortir régénéré de l’épreuve au lieu de voir, au fil des jours, grandir ce poids de malheurs jamais dépassés, toujours dévorant l’âme comme le supplice réservé à ceux qui ont défié les dieux.
Il savait depuis longtemps cacher ses émotions, mieux d'ailleurs que ses opinions et ses jugements. Il fallait répondre et il le fit de la voix froide et calme qu’il prenait pour statuer sur un fait indiscutable. Il ne regarda même pas le seigneur Ardent qui avait ironisé sur la compassion du Céleste et tenté de se faire passer pour le seul esprit positif de la réunion et il fit comme si l'autre n'avait rien dit : :

-Je vous remercie, Messire Thelrand, de passer sur nos différents personnels. Ce que vous avez refusé à Zackheim en qui vous n’aviez nulle confiance, vous pouvez l’accepter du Seigneur Céleste qui ne veut, comme tous ici présent, que sauver les Dragons et les kaerls. Un seul ne saura survivre. Tous trois seront détruits ou tous trois triompheront. Nous sommes Célestes et entre nous, c’est le seul point qui doit désormais compter jusqu’à ce que chaque kaerl retrouve sa marche indépendante, dispose de son propre destin et choisisse ses propres ennemis

Il regarda Dinjelaï sans changer de ton mais en y ajoutant une touche de gravité car Alauwyr avait quand même un peu raison. Il fallait revenir au sujet qui les intéressait tous.

-Oui, il va falloir trouver les clés avant Drazahir car reprendre celle qu’il détientme paraît impossible, du moins actuellement. Si Ehsan a révélé à Drazahir des secrets capables de lui faciliter l’entrée au Màr Menel ou ailleurs, je n’en sais rien. L'ancien Patriarche était très affaibli et délirant les dernières semaines de sa vie. Pour moi, il n’aurait pu me soutirer des renseignements que par le biais de l’hypnotisme qu’il a tenté sur moi. Mais à l’époque, il ne voulait que me manipuler pour mieux atteindre Ehsan, le faire disparaître et m’utiliser alors comme sa marionnette. Vous en savez autant que nous sur la nature et les pouvoirs de l’Ombre. Vos archives anciennes ne peuvent que recouper les nôtres et tous les Dragons partagent la même mémoire .
Je sais que son pouvoir magique est grand et dangereux; Peddyr Thelrand en a fait les frais et je pense que le rayon destructeur qu’il a envoyé portait aussi la malédiction de la tache noire, ce qui explique que vous l’ayez reçue alors que Sarevok détournait la trajectoire de l’énergie maléfique. Sarevok m’a toujours reproché de ne pas avoir su m’entendre avec vous et Sarevok est ma conscience Il sera heureux de vos paroles.


Il inclina légèrement la tête comme pour souligner le caractère apaisant de ses propos et ajouta en prenant soin d'appuyer sur le mot qu'il fallait :

-Nous sommes donc tous quatre d’accord pour nous unir dans une action dirigée contre Drazahir. Avez-vous déjà un plan, Dame Dinjelaï, pour avoir pris cette initiative de nous rassembler de corps avant de savoir si nous pouvions en faire de même de nos esprits ?

HRP:j'espère que vous me pardonnerez ce retard dû à des contre-temps accumulés.



Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 21 Mai 2013 - 20:19 Répondre en citantRevenir en haut

La Dame Engloutie avait plissé les paupières, et écoutait les propos des uns et des autres sagement, la main posée sur le menton comme une élève studieuse. La simple présence des uns et des autres dans une même pièce semblait échauffer les différents éléments plus surement que la réunion de composés chimiques antagonistes. Pour autant, chaque composé semblait faire un véritable effort pour tenter de maîtriser l'explosion...
Dinjelaï considéra cela d'un oeil extérieur pendant un bref moment, et son esprit s'étonna de la puissance de la volonté de la conscience des bipèdes. Quel formidable moteur que la peur...

Zackheim dû s'apercevoir du manque d'attention de l'elfe, qu'il rappela à l'ordre d'un ton doucereux qui déplu à l'intéressée. Dinjelaï répliqua avec un sourire tout aussi mielleux que la voix du Seigneur Céleste:

Seigneur Zackheim, je n'aurais pas la prétention de penser pouvoir décider à la place de mes homologues des autres Màr. Il me semblait important de nous rencontrer pour mettre à plat les faits, ceci étant fait, nous pouvons commencer à échafauder une solution...

Elle marqua une petite pause, puis se leva, et fit quelques pas en direction de Peddyr. Avec douceur, elle saisit la main pansée du Maître Céleste. La Marque Noire avait été recouverte à peine dévoilée...

Nous sommes d'accord qu'il s'agit là de magie. D'une magie apposée de force par notre ennemi, Drazahir, pour nous réduire à la peur. S'il s'agit de magie, autant dire qu'il s'agit d'un lien tissé entre le Mage Noir et plusieurs membres de chacun de nos Kaerls. Peddyr, avez-vous perçu le Mage? A-t-il essayé de vous parler, de vous persuader à faire quelque chose contre votre gré?

Din avait planté un regard grave dans les yeux de Peddyr. Elle tenait toujours délicatement sa main.

Considérons que cette Marque est un collier que vous a apposé à votre insu un homme qui vous veut du mal. La laisse a beau être invisible, elle n'en menace pas moins de vous étrangler...

Un frisson parcouru l'échine de l'elfe. Elle reposa la main du Céleste, et pour illustrer son propos elle fit couler le mana le long de ses doigts, un filet mauve s'échappa et serpenta jusqu'à un chandelier. Il s'enroula autour de l'étain et laissa un petit anneau coloré. Elle claqua des doigts et le lien disparu, seule la bague autour du chandelier continua à scintiller. Ce petit effet était purement décoratif, mais il était parlant.
Din se tourna vers Zackheim:

Nos esprits étaient rassemblés autour du même problème avant même que nos corps ne le soient. Il s'agirait maintenant de savoir si nos raisons acceptent que nos coeurs s'unissent. Voilà pour convaincre votre raison Seigneur Zackheim:
Le Mage Drazahir veut les clefs des Màr? A nous de découvrir comment les obtenir, avant lui. Bien sûr, il nous faudra oeuvrer avec des personnes d'absolue confiance...


Elle coula un regard sur Peddyr:

Dans un premier temps, je préconise que les Marqués soient écartés de ces Quêtes. Tant que nous ne savons pas plus précisément comment fonctionne ce lien nous ne pouvons pas risquer d'ébruiter les résultats de nos avancées... Bien sûr, si nous trouvons comment inverser le processus, les Marqués deviendront décisifs dans notre combat...

Dinjelaï pinça les lèvres, puis se tourna vers ses homologues Ardent et Céleste, attendant leur réaction...
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:38 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu