Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP]Quatrième Règle: Croire en ses Rêves... Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Imala Terrin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 21 Oct 2012 - 14:47 Répondre en citantRevenir en haut

Deuxième jour, Première Semaine, Iolyaku 918


Imala était enfin sortie de sa torpeur. Non pas que l’expérience soit moins douloureuse ou désagréable maintenant, mais elle parvenait à refouler cette impression, à en laisser le souvenir dans le royaume des ombres et du sommeil. Car qui pourrait se vanter avoir oublié la première fois où sa confiance a été abusée, ou qu’il a pris la vie, la première fois qu’il a, de ses propres mains, fait couler le sang…

La jeune fille secoua la tête. Elle ne devait pas penser à cela, pas alors que le soleil frappait la mer, la faisait resplendir tout en l’éblouissant un peu, clapotant fortement contre la coque solide de bois comme une soupe bouillonnant dans un chaudron, seul élément qui lui rappelait les Pics aux Tigres. Cet horizon dégagé, teinté seulement d’un bleu mouvant, lui faisait un peu peur, comme s’il était possible qu’elle soit engloutie par ce camaïeu céruléen et qu’elle en oublie les chaudes nuances de son enfance, le vert aveuglant des feuilles, celui moins brillant de la mousse qui recouvrait le gris terne des ruines, le marron riche de la terre fertile, les polychromes aveuglants des fleurs et des fruits, la subtile nuance d’une fourrure entre les branches, et parfois, le blanc lumineux, tranchant dans la multitude par sa pureté et sa rareté.

Cependant, elle aimait le contact lisse du pont sous ses pieds nus, le doux balancement du roulis, l’air salin qui lui nettoyait les poumons, et le ciel, dégagé, accessible, ouvert, qu’elle contemplait pendant des heures depuis le nid-de-pie ou la proue. Bien sûr, parfois, elle était mise à contribution sur le navire. Pour porter un cordage par exemple. Parce qu’elle ne s’en plaignait pas et qu’elle avait l’air d’un mousse, l’équipage lui parlait comme à l’une des leurs. Et plus souvent qu’à son tour, elle se retrouvait dans l’antre du Coq à éplucher et couper le futur repas des marins, ou à laver les chaudrons et autres ustensiles de cuisine.

Mais la nuit était toujours difficile. La cale surpeuplée, les ronflements, la proximité, les cauchemars, Etar… Alors, bien souvent, elle partait s’enrouler dans une couverture rêche sur le pont, contemplant les feux qui s’allumaient dans le ciel, et les deux disques brillants qu’elle n’avait jamais vus aussi clairement auparavant. Que pouvaient bien être ces torches plantées dans le velours du ciel ? D’où venaient-elles ? Où était le ciel ? Avait-il une limite? Telles étaient les questions qui tournaient dans son esprit alors qu’elle luttait pour s’endormir.

Peu de temps avant qu’ils n’arrivent à destination, plus de deux semaines après leur départ, ils essuyèrent une violente tempête durant laquelle elle faillit passer par-dessus bord. Le lendemain, avec respect, elle remercia la mer de ne pas l’avoir prise, s’excusant d’avoir oublié que si la nature était belle, elle savait aussi se défendre et exprimer sa colère. Elle terminait cette petite prière à des Dieux qu’elle ne connaissait pas lorsqu’elle entendit la vigie annoncer la terre. Avec l’assurance de la jeunesse, elle se précipita vers la direction indiquée pour essayer d’apercevoir le continent. Elle l’ignorait, mais ils approchaient d’Ys, archipel d’îles diverses et variées sur lesquelles le Capitaine faisait de nombreuses affaires plus ou moins légales.

Peu à peu se dessinait, devant ses iris parme écarquillés, un port creusé, entouré de collines, en forme de chaudron, couvert des grands arbres sans branche et sans feuillage, d’une taille telle qu’elle n’aurait même pas su comment définir ce qu’elle voyait. Plus ils se rapprochaient, plus ces étranges arbres lui apparaissaient clairement, et un rapide coup d’œil à leur propre navire confirma qu’il s’agissait de mâts et non de troncs nus.

Mais bientôt, ce ne furent plus l’admiration et l’ébahissement, mais une angoisse sourde qui prit le pas sur tous les autres sentiments qu’elle pouvait ressentir. Partout où son regard portait, elle ne voyait que des bateaux ou des maisons. Cela signifiait des gens, beaucoup de gens, plus qu’elle n’en avait jamais vu à la fois. Puis des souvenirs de son enfance prirent le dessus et elle redressa fièrement la tête. Elle ne savait pas ce qui l’attendait, mais elle avait survécu et le ferait encore. Ses règles avaient été mises à mal mais elle était toujours là, vivante et fière, presque elle-même malgré les épreuves, sur un nouveau continent inconnu dont elle avait tout à apprendre.

Ils mirent des heures, lui sembla-t-il, pour enfin accoster à proximité de Brirenheau. Ils mouillèrent dans une crique un peu au Nord, du côté le moins habité, celui des pêcheurs, sentant le salin, et le poisson, une pourriture bien différente de celle qu’elle avait pu sentir dans la jungle. Une odeur prégnante, écœurante, animale, qui ne fit que se renforcer à mesure que leurs barques approchaient du ponton. Elle fut alors débarquée, comme les autres, sans explication, une petite bourse à la main, sur le ponton qui lui donnait l’impression de tanguer furieusement sous ses pieds.

Faisant un large tour sur elle-même, elle observa les alentours. Elle voyait, à environ une heure de marche, la ville, ses hautes maisons et ses mâts tranchant sur le ciel d’un bleu pâle parfait, sans nuage. Et autour d’elle, des paysages plats et vides. Même sur la terre ferme, elle ne voyait pas les grandes forêts avec lesquelles elle avait grandi, juste de grandes plaines rases et des pierres. Celles-ci n’étaient pas recouvertes de mousse mais semblaient érodées, battues par le vent marin froid soufflant ave force.

Imala frissonna sous son souffle alors que s’emmêlaient ses longs cheveux de jais, elle qui n’avait été habituée qu’à la chaleur moite de Qahra, et regarda avec envie le navire qu’elle avait fini par apprécier, avant de s’en détourner et de contempler la ville à nouveau. Le tremblement qui la parcourut alors n’était plus dû au froid mais à l’appréhension, jusqu’à ce qu’elle fixe à nouveau ses yeux plissés sur les pierres qu’elle apercevait au loin. Décidée, au moins pour l’instant, elle se dirigea vers cet horizon plat et vide qui la perturbait intensément.

Moins d’une heure plus tard, elle se rendit compte que l’absence d’obstacles au sol rendait la progression plus facile et qu’elle avait retrouvé son sens de l’équilibre habituel, et elle atteignit les rochers. Ils étaient plus petits qu’elle ne l’avait anticipé, mais suffisants pour qu’elle s’y protège du vent qui déferlait sans discontinuer sur la plaine. Son mince pantalon de cuir élimé, coupé aux genoux et le haut de cuir également, mal coupé, qui ne lui couvrait que les avant-bras en laissant son dos et son affreuse cicatrice à la vue de tous, de même que ses pieds nus ne jouaient pas vraiment en sa faveur dans ce climat inhabituel. Elle décréta donc qu’elle n’aimait pas le vent s’il n’y avait pas d’arbres, puis s’accroupit pour réfléchir, les mains posées à plat sur les genoux, appuyée contre une grosse pierre, la tête levée au ciel, les yeux fermés.
Publicité





MessagePosté le: Dim 21 Oct 2012 - 14:47 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 731
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 474
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 23 Oct 2012 - 09:20 Répondre en citantRevenir en haut

°Je me demande pourquoi on perd notre temps ici !°
°Pour accomplir ce que nous avons toujours fait ma belle°
°Même dans ce que nous subissons à l'heure oui ? °
°Mais oui. Notre Kaerl connait un passage difficile ; comme les autres à ce que j'ai cru comprendre, mais ce n'est pas pour autant que nous devons nous dérober à notre devoir. Les empreintes ne peuvent pas se passer de sang neuf°
°Bah nous avons toujours les enfants né des chevaliers et des maîtres°
°Tu sais très bien que plus nous avons d'aspirants à présenter et mieux c'est. Cela se voit que tu n'as pas pondu une seule fois°


Belareth se rembrunit, gardant le silence quelques instants.

°Ce n'est pas mon objectif premier de toute façon. Mais je dis que c'est quand même une perte de temps... Déjà qu'il faut voler longtemps dans cette région avant de trouver un coin où se poser et pouvoir manger. Et d'ailleurs, je proteste encore ! °
°C'est toi qui a voulu rester en dehors de ce coin habité°
°Deux jeunes femmes dans un taudis à marin... Non c'est vrai, on serait en si grande sécurité...°


La verte parlait sur le ton de l'ironie. Elle n'aimait pas vraiment Ys pour la bande de soulard qu'on pouvait croiser. Mais dans leur quête de trouver quelques aspirants, il fallait bien faire quelques sacrifices... sacrifices difficiles à encaisser quand on volait sans pouvoir accéder à l'interstice... Car à l'heure actuelle, l'ennemi commun à tous les Kaerls venaient de se révéler et par une magie absolue, empêchaient les Enfants de Flarmya de prendre la voie de l'interstice. Bon nombre de dragons en avaient poussé une clameur apeurée, effrayée.... Qu'il était difficile de se retrouver du jour au lendemain avec une capacité presque vitale bloquée...

Avec Alkhytis, elle avait volé jusqu'à la côté sud d'Undomé avant d'obliquer sur les îles d'Ys... La verte avait l'impression que cela fait des semaines qu'elle volait, se découvrant avec un certain plaisir l'étendue de son endurance. Mais les contraintes du climat marin la mettait à contribution dans ses vols, s'obligeant à faire des pauses régulières ; aussi pour sa cavalière. Ce genre de vol était tout nouveau et épuisant au final.

Et aujourd'hui Alkhytis était passé dans ce petit village miteux aux yeux de sa liée, pour se ravitailler. Belareth elle s'était installée dans les environs, se roulant d'abord sur le sol pour donner une apparence de grosse pierre recouverte de mousse et de terre. Il n'y avait pas de forêts dans les alentours pour se camoufler. Elle avait dû improviser. Rien que de songer qu'elle pourrait pas se laver de suite, tant que sa liée n'était pas revenue... Elle en avait profité pour piquer un somme, pour retrouver des forces nécessaires à leur prochaine étape. Toujours pour rechercher un aspirant. Dire qu'il resterait le voyage de retour.

Puis quelque chose vint à la réveiller. Une présence proche accompagnée de l'odeur d'une bipède. Toujours enroulée sur elle-même, elle n'ouvrit qu'un oeil... Un bipède trainait dans le coin avec le Don ! Si ca ce n'était pas de la chance. Mais avant d'en informer Alkhytis, elle devait savoir si cette dernière ne serait pas comme tous ces bipèdes à courir dès qu'ils entendaient une voie dans leur tête... Elle tendit son esprit vers cette jeune créature, assise derrière un grosse rocher. Comment ne l'avait-elle pas entendu plus tôt... A croire qu'elle était plus fatiguée qu'elle ne le croyait... Toujours sans bouger pour rester camouflée en forme de rocher, elle parla donc à cette être venue d'ailleurs... Enfin sans doute du coin quoi.

°Bonjour... Tu sembles bien loin de chez toi... N'aie crainte à entendre ma voix, je ne suis pas un vil esprit des plaines. Et non tu n'es pas folle. C'est pour moi une forme de communication pour parler à des gens comme toi. Je suis Belareth... °



Imala Terrin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 23 Oct 2012 - 09:53 Répondre en citantRevenir en haut

Imala réfléchissait depuis maintenant un temps indéterminé, lorsque retentit une voix dans son esprit, bien plus claire qu'elle l'avait jamais été, formant de véritables phrases. Les sourcils froncés, la jeune Torhile tenta de comprendre ce qui semblait être un dialogue dont elle n'entendait que la moitié. Une question d'inutilité et de pénibilité de "leur" présence ici, où qu'ici puisse bien être d'ailleurs...

Baissant la tête, la jeune fille se laissa cette fois complètement tomber à terre, perdue dans ses pensées. C'était désormais la quatrième fois qu'elle entendait une voix dans sa tête. Une voix étrangère et qui, de toute évidence, ne lui était pas destinée. Elle avait déjà rencontré des fous dans sa vie, car les Pics-aux-Tigres, notamment ses quartiers les plus pauvres, n'en étaient pas dépourvus, et s'ils ne survivaient guère longtemps, ils n'étaient jamais avares de paroles. Cela semblait d'ailleurs être une de leurs caractéristiques principales, ce qui rassurait quelque peu Imala sur son propre état. La parole n'avait jamais été son moyen d'expression préféré. Si tant était qu'elle en ait un. A une époque, elle avait beaucoup parlé, elle s'en souvenait avec une nostalgie mélancolique. Une époque où son souci principal n'était que de trouver de quoi se nourrir ou sur qui balancer la prochaine boule de glaise avec une précision mortelle. Une époque où la forêt l'appelait de ses vibrantes couleurs. Une époque où elle n'était pas seule...

Se prenant la tête dans les mains pour contenir sa peine, la jeune fille rencontra la masse sale et hirsute de sa longue chevelure brune, imaginant d'instinct son état général. Elle n'avait jamais été particulièrement à cheval sur son apparence, mais elle avait toujours aimé cette masse ondulante, car elle pouvait aisément l'imaginer sur sa mère, dans la représentation mentale qu'elle s'en faisait, à tout le moins. Se relevant sans effort et d'un mouvement montrant une grâce surprenante pour un être aussi grand, elle se dirigea vers le cours d'eau qu'elle avait entendu un peu plus tôt et enregistré dans un coin de son esprit.

C'est en y plongeant la tête qu'elle se rendit compte que toutes les rivières n'étaient pas aussi chaudes que celles de sa jungle natale. Cependant, mouillée pour mouillée, autant qu'elle en finisse... Elle achevait donc de se rincer les cheveux et de se laver rapidement, se demandant comment elle allait bien pouvoir se sécher dans ce pays venteux et froid, se rhabillant en frissonnant, lorsque la voix retentit dans sa tête pour la cinquième fois. Avec une différence notable, malgré tout, car elle crut reconnaître la voix de celle qui avait parlé d'un voyage inutile, et lui semblait adressée tout particulièrement...

Pendant que la Voix s'exprimait, elle se dirigea vers l'endroit où elle semblait être la plus forte, devenant presque envahissante, et observa son environnement. La Torhile marchait toujours d'un pas silencieux, sa peau dorée et ses vêtements de cuir fin trop courts se fondant dans le paysage désolé, alors que la masse humide de ses cheveux y formait un sillon plus foncé, la laissant tremblotante sous le froid. Mais il n'y avait rien, à part de la lande, de la plaine plate et déprimante, et des rochers... D'ailleurs, il y avait un rocher particulièrement énorme qu'elle n'avait pas vu auparavant.

*Surprenant...*

En effet, elle pensait avoir bien regardé lorsqu'elle avait quitté le navire, et ce rocher n'était pas là... Mais la Voix semblait proche et disait s'appeler Belareth. Elle disait aussi qu'elle n'était pas un esprit des plaines... Imala manqua s'exclamer qu'elle s'en doutait, quel genre d'esprit pourrait bien vouloir vivre dans un endroit aussi désolé! Cependant, lorsqu'elle lui affirma que cette incursion dans son esprit était un mode de communication "normal" pour elle, la jeune fille commença à se poser des questions. Quel genre de personne pouvait bien ne parler que dans sa tête?

Puis, plus insidieux, un autre doute s'insinua en elle. Cette Voix était bien gentille, bien prévenante, et cela ne lui disait rien qui vaille. Les légendes sur le Bah'Lir ne disaient-elles pas qu'il attirait les naïfs de cette façon? Indécise, elle se figea donc, prête à repartir d'où elle était venue, observant son entourage avec une acuité accrue, cherchant le danger de ses yeux d'un violet rendu presque lavande sous l'effet de la peur.
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 731
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 474
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 25 Oct 2012 - 17:15 Répondre en citantRevenir en haut

Comme si des fantômes existaient réellement dans ce coin paumé au milieu de l'Archipel. Il n'y avait que les marins pour croire à de pareilles sornettes. Et encore à condition qu'ils se retrouvent dans des zones réputées naufrageuses, là où les audacieux restaient coincés pour hanter les vivants. Balivernes que tout cela. Pourtant La Verte ne négligeait pas certains faits. De la bouche de certains aspirants, des êtres immatériels rôderaient encore du côté des ruines du Kaerl Maudit. Là il pourrait s'agit de vrais fantômes. Des spectres torturés de leurs méfaits passés, se perdant et perdant les promeneurs imprudents dans la Lande d'Eru.

La dragonne pensa à autre chose, se concentrant sur la jeune aspirante. Elle avait perçu la réplique de la petite bipède. Et en même temps, elle comprit rapidement que cette dernière allait rapidement se sauver, guettant le dernier signe qui l'inviterait à sauver sa vie. Belareth eut envie de rire... Dès qu'on parlait dans la tête de certains jeunes gens, on passait pour un animal surnaturel. Puis doucement, elle perçut des émotions de peur. Bon Allez finit de jouer, pensa la saurienne.

°Je ne sais pas quelles sont les légendes du coin sur les trucs inexplicables, mais je ne suis pas une bête qui dévore les hommes ; des femmes. Et je suis encore moins un fantôme si tu songeais à cela. Si tu m'accordes quelques petites minutes, tu vas voir que je suis bien reélle. Evite seulement de courir en hurlant si tu décidais de te sauver à toutes jambes. °

Doucement la liée d'Alkhytis se déroula de sa position. De simple rocheux mousseux, cela commençait à prendre une forme plus longue, plus reptilienne. Une queue se déploya derrière un corps massif qui se redressait sur quatre membres puissants. Une tête tringumaire se leva vers les cieux, pendant que deux grandes ailes de chauve-souris s'ouvrirent pour se détendre.

°Oh que je suis raide... Ce n'est pas une bonne position pour se cacher je dois le reconnaître... °

Elle se secoua à la manière d'un cheval, de la tête jusqu'à l'extrémité de sa queue, pour retirer le maximum de boue et de mousse qui collaient à ses écailles. Après s'être contemplé d'un regard dégoûtée, la saurienne posa ses yeux verts de sérénité sur la jeune femme.

°Désolé de ce subterfuge. Ai-je toujours l'air d'un fantôme désormais ? °

Elle regarda une fois son corps écailleux tout sale.

°Ouh que je suis laide à faire peur... La prochaine fois, je me cacherai dans l'eau, au moins je resterai propre. °

Elle gloussa un tout petit peu.

°Pardonne moi ce petit moment d'égarement. Donc comme tu peux le voir, je ne suis pas un fantôme mais un dragon. Sans doute as-tu entendu parler de mon espèce dans les contes. Si tu peux m'entendre dans tes pensées, c'est que tu possèdes un pouvoir qui me permet de te parler et inversement. Ce que nous appelons le Don. Peu de gens dans le monde le possède. Et toi jeune bipède, comment te nommes-tu ? °



Imala Terrin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 25 Oct 2012 - 18:40 Répondre en citantRevenir en haut

La Voix retentit à nouveau, figeant à nouveau une Imala frissonnante dans le vent froid de l'Archipel. Elle ne savait toujours pas où elle était, mais il y faisait malgré tout très froid. Cela dit, elle n'était pas particulièrement couverte et en plus, ses cheveux mouillés n'aidaient pas véritablement. Cependant, ce que lui dit la Voix lui fit hausser un sourcil. Elle ne croyait pas non plus aux fantômes et trouvait cette hypothèse assez amusante, bien que cela ne se voit pas sur son visage. Sans rien, dire, les yeux écarquillés, elle regarda l'énorme rocher s'étirer, encore et encore, jusqu'à devenir un lézard géant et ailé, recouvert de poussière de roche et de morceaux d'arbrisseaux.

La tête triangulaire du saurien d'un vert sale sous le soleil timide se leva vers l'astre du jour alors que le grand corps écailleux se secouait en faisant voler un grand nuage de poussière et que ses ailes membraneuses s'étiraient, montrant une envergure impressionnante. L'être pensant qui était de toute évidence à l'origine de la Voix avoua de lui-même être une créature laide, ce à quoi la jeune fille répondit d'un léger hochement de tête. Effectivement, elle n'avait pas vraiment une beauté évidente, malgré son intelligence et sa vanité évidentes. Elle lui rappelait un peu les femmes qui évoluaient autour d'elle pendant ses premières années, centrées sur leur personne et leur apparence. Elle ne pouvait cependant pas les juger, elles vivaient grâce à ce corps.

Elle s'identifia ensuite comme un dragon, créature dont elle aurait dû entendre parler. Elle repassa dans sa tête ce dont elle avait entendu parlé, légendes et autres, de la part des mendiants de sa ville, ou même des pilleurs de tombes avec qui elle avait vécu pendant quelques années. Arrivée au bout de sa réflexion et d'un long silence, elle secoua la tête. Non, vraiment, ça ne lui disait rien... Quant à l'idée qu'elle puisse avoir un don, elle était tellement ridicule qu'elle faillit exploser de rire. Si elle avait eu un don, elle n'aurait pas eu à vivre dans des taudis ou avec... Frissonnant à nouveau, mais plus uniquement sous le coup de la fraîcheur, elle finit par se dire qu'il lui faudrait répondre à la créature... Belareth... Elle ouvrit donc la bouche et parla de sa voix monocorde un peu sourde:

"J'connais pas non plus les légendes locales, j'sais même pas où j'suis... Et pis les fantômes... Ben j'en ai jamais vu, alors bon, j'sais pas quoi ça r'ssemble. Pis chez moi y'a pas d'contes sur les... "Dragons" là... Vous pourriez êt' un ch'val j'vous dirais ok, pa'sque j'en ai jamais vu non plus. Par cont', j'pense que vous cherchez quelqu'un d'aut'. Z'êt' pas la première Voix qu'j'entends alors j'ai un eu d'mal à vous croire. D'un aut' côté, z'avez dit qu'vous voyez pas l'intérêt d'êt' là, et qu'vous perdez vot'temps, donc j'vais pas rester plus longtemps... Faites gaffe à pas vous mett' un bout d'bois sous les ongles, ça fait mal... Au r'voir, hein..."

Sur ces mots, Imala fit un vague geste de la main et commença à repartir de son pas silencieux pour une silhouette aussi grande, sans toutefois tourner le dos au saurien. Il fallait faire attention, ces animaux-là attaquaient souvent en traître...
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 731
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 474
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 30 Oct 2012 - 09:14 Répondre en citantRevenir en haut

Ca c'était la meilleure. Belareth leva même un sourcil écailleux. Si elle avait dit qu'elle était un saleté de cheval, la jeune fille l'aurait cru aussi ? C'était la meilleure et elle manque de le prendre mal. Mais elle sut retenir un commentaire en se secouant une nouvelle fois la tête et son encolure de reptile, pour rejeter un peu plus de boue et de mousse en dehors de ses écailles. Elle dirait pas non pour aller prendre un bain maintenant. Puis ses yeux de saurien volant se posèrent sur une jeune dotée du Don... Elle disait entendre d'autres voix que la sienne ? Elle plissa ses yeux d'un air circonspect.

°Tu dis que ce n'est pas la première voix que tu entends ? Qu'entendais-tu d'autres si ce n'est pas indiscret ? °

Elle avait déjà entendu parler de jeunes aspirants qui étaient capables d'entendre la voix de d'autres dragons, alors que la conversation ne leur était pas adressée. Cela démontrait d'un don puissant mais aussi handicapant. Alkhytis allait avoir du travail pour lui apprendre à maîtriser un tel pouvoir de Don. D'ailleurs, elle prévient sa liée.

°Bon, j'ai pas l'impression qu'elle soit très motivée par ma présence. Elle m'aurait pris pour un sale canasson si j'avais dit que j'en étais un !°
°Du calme mon amie voyons... Tu sais très bien que des gens qui n'ont jamais vu de dragons sont toujours apeurés ou incrédules... Là on dirait que c'est le cas ? °
°Je ne sais pas, elle me parait étrange cette jeune bipède. °
°De toute façon, je suis en train de te rejoindre. Je ne devrai pas en avoir pour long. °
°Ca tombe bien, elle semble redescendre vers la ville°
°Bien alors. Nous allons nous croiser. Ce sera plus facile pour converser avec elle°
°Hum, insinues-tu que je ne suis pas d'une bonne conversation ? Faut-il que je prenne ma forme °? °
°Pour manquer de l'effrayer non merci. Comme tu l'as dit, si elle entends des voix, elle a sans doute du capter sans le savoir d'autres dragons qui passaient en Ys°
°Si elle ne souhaite pas venir après que nous lui aurons tout révélé, je te préviens, moi je ne chercherai pas à la convaincre. °
°Toi tu es en train de devenir ronchon...°
°Non... C'est juste que je me suis camouflée salement. J'aime pas quand il n'y a pas de forêt. Quand nous repartirons, je prendrai un bain avant. Il est hors de question de voler longtemps comme cela.... J'espère qu'un jour l'interstice reviendra....°


Alkhytis perçut à ce moment là l'inquiétude et un reste de frayeur dans les pensées de sa dragonne. Quand elle avait senti qu'elle ne pouvait plus le franchir, elle s'était sentie désorientée à en pousser un rugissement d'une peur sans nom...Un drame, mais qui heureusement, elle prenait avec courage... Alkhytis chassa ces pensées.

Belareth avait commencé à marcher dans le sillage de la jeune fille.

°Cela te dérange pas si je te suis ? Comme cela nous pourrons encore discuter entre personnes sensées...Mon amie arrivera de la ville et tu verras que c'est une personne normale, comme toi, qui elle aussi entends ma voix dans sa tête. D'ailleurs, elle s'appelle Alkhytis, et c'est ma liée...°

Elle grinça un peu des dents. L'entrée en matière n'était pas très bon mais bon... Autant commencer quelque part non ?



Imala Terrin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 30 Oct 2012 - 11:48 Répondre en citantRevenir en haut

Imala se crispa légèrement lorsqu'elle eut l'impression que la saurien s'énervait. Elle se demandait un peu ce qu'elle avait bien pu dire pour donner ce résultat. Probablement parce qu'elle n'avait jamais entendu parler d'eux. Ça avait dû heurter cette vanité qu'elle avait cru entendre dans ses paroles... enfin pensées... enfin bref, dans sa tête. En parlant de tête, d'ailleurs, celle qui disait s'appelait Belareth tourna la sienne vers la jeune fille et la fixa de ses yeux de serpent avant de lui demander quels gens de voix elle avait entendu. La Torhile haussa les épaules avant de plonger ses prunelles violettes dans celles de la créature et d'articuler lentement de sa voix basse:

"Juste des morceaux d'conversation, v'savez. Des gens qui s'dépêchent, qui s'plaignent, qui s'encouragent, c'genre de trucs..."

C'était même très exactement cela, d'ailleurs... Toujours frissonnante, ses long cheveux mouillés, elle observa distraitement la poussière qui dévalait les écailles d'un vert boueux de la dragonne, tout en continuant à reculer, un pas après l'autre. La voix était vraiment trop forte quand elle retentissait d'aussi près, et elle se demanda quelques secondes comment elle pouvait faire pour ne plus l'entendre, lorsqu'elle intercepta un morceau de conversation qui ne lui était de toute évidence pas destinée. De toute évidence, Belareth avait été vexée d'avoir été confondue avec un... canasson? Imala secoua légèrement la tête, elle n'avait bel et bien aucune idée de ce que ça pouvait être, mais en déduisit que cela avait un rapport avec le cheval. Guère gênée d'écouter aux portes, elle ouvrit grand ses oreilles... Enfin, elle ne pouvait pas vraiment les fermer, donc elle poursuivit son écoute attentive, reculant toujours doucement, de cette conversation unilatérale. D'être appelée une créature étrange ne la choqua pas outre-mesure, car elle avait toujours été différente dans son village, plus grande, plus forte, moins noire... Cependant, elle changea subtilement la direction de ses pas lorsqu'il lui fut confirmé qu'elle se dirigeait vers la ville.

Le dragon présumé confirma ensuite sa vanité, utilisant un grand nombre de mots qu'Imala ne connaissait et ne comprenait pas, continuant son rapide recul, aidée par ses longues jambes. D'un geste futile, elle essaya d'essorer ses cheveux qui menaçaient très probablement de geler à en croire par ce vent froid qui soufflait en permanence. C'est alors que Belareth commença à la suivre. Pendant quelques secondes, la jeune fille hésita sur la conduite à tenir, puis s'immobilisa finalement lorsque la Voix retentit à nouveau dans sa tête, portant une main à sa tempe droite et commençant à la masser. Elle s'était rarement sentie aussi mal, mais si elle n'avait pas reçu une éducation exemplaire, elle savait qu'il fallait répondre aux questions, sous peine d'être battue. Dans une nonchalance de façade, elle haussa les épaules à nouveau, reprenant la parole avec une pointe de l'ironie qui la caractérisait pendant ses premières années:


"S'pas comme si j'pouvais vous empêcher d'faire quoiqu'ce soit... Mais j'vois pas pourquoi vous v'lez discuter 'vec moi alors qu'vous m'trouvez "bizarre" avant de dire qu'l'aut' qui va v'nir est "normale comme moi". J'aime pas les menteries, moi... Pis d'quoi vous devriez m'convaincre d'abord? Et s'quoi un "lié"? J'crois qu'vous d'vriez faire comme z'avez dit, pas faire d'efforts et prend' un bain si v'z'aimez pas la poussière."

Imala avait vaguement conscience que ce n'était pas forcément une bonne idée de poser toutes ces questions, même si son ton restait neutre, mais elle avait une preuve flagrante de mensonges et la gentillesse affichée la mettait maintenant très mal à l'aise. Elle savait qu'on attendait quelque chose d'elle et cette partie de "la convaincre" la gênait. D'ailleurs, ce grincement de dents ne lui disait rien vaille. D'un rapide regard vers l'arrière, elle vérifia que le terrain était dégagé et recommença à reculer, les yeux en alerte, les muscles crispés, sachant que si ce monstre décidait de faire quoi que ce soit, elle ne pourrait rien faire pour se défendre...
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 731
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 474
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 30 Oct 2012 - 14:22 Répondre en citantRevenir en haut

La dragonne soupira et se retint de hocher de la tête devant cette jeune fille qui commençait à un peu la lasser. Bah, elle n'en serait pas à sa première aspirante aussi butée qu'elle. Enfin, il fallait l'espérer. En tout cas, il paraissait claire que la gamine devait avoir un don télépathique, ce qui expliquerait qu'elle entendrait un peu de tout, dans le style les gens qui râlent et qui se plaignent. Cela ne devait pas être drôle tous les jours. Sur le coup, elle évitait alors de parler à sa liée. Vu la réaction d'Imala, elle ne doutait pas que sa conversation avec Alkhytis avait été capté sans vraiment le vouloir. Il suffit de l'entendre d'aller suivre son idée première : d'aller prendre un bain. Donc elle avait entendu la conversation... Belareth se retint de claquer ses crêtes maxillaires.

°Hum je ne mentais pas tu sais et désolé si je t'ai froissée, ce n'était pas dans mon attention. Après tout, moi je suis bizarre à tes yeux non ? °

La verte prenait bien soin de tenir une bonne distance avec la jeune fille, pour éviter qu'elle ne se méprenne sur ses intentions.

°Te convaincre ? Oui ce n'était pa lebon mot je dois l'admettre... En fait ce serait plus de te parler d'une vie passablement plus adaptée à ce que tu aies. Car si tu entends ma voix, cela signifie que tu peux entendre la voix d'un dragon, qui serait tien. Le terme lié en fait, c'est un nom qu'on donne pour un dragon et son autre moitié. En fait, tu as le pouvoir de te lier à un dragon, un autre membre de mon espèce... Avec ton âme soeur avec toi. °

Pourquoi la dragonne éprouvait des difficultés à expliquer tout d'un coup ? Elle l'avait fait des dizaines de fois ?

°Si tu préfères, tu peux à la naissance t'associer avec un dragon pour le restant de ta vie. Il sera plus qu'un frère pour toi... C'est comme si tu trouvais la partie de ton âme qui te manquait....°
''Et qui pourrait sans doute te permettre de t'aider à entendre moins de voix....''

Une nouvelle personne venait d'arriver : Alkhytis Doréhor. Elle était sobrement vêtue pour être assez discrète dans la faune locale des villes qu'on pouvait trouver ici dans l'Archipel des tempêtes. En fait pour le sobre, elle avait juste revêtu une robe ambre et solide de couleur verte foncé et une cape noire couvrait son dos et le haut de ses épaules frêles. D'un sourire avenant, elle adressa un salut de la main à Imala.

'je suis Alkhytis, la liée de cette grosse bête verte. Enfin un dragon en somme. Si elle est un peu ronchon j'en suis désolée. Notre but n'était pas de te faire peur. J'admets que l'approche de Belareth était un peu impoli. ''

La dragonne se contenta de gronder et fit une tête boudeuse.

''Et toi jeune fille, as-tu un nom ? ''



Imala Terrin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 30 Oct 2012 - 20:51 Répondre en citantRevenir en haut

Imala regarda la dragonne soupirer avec un sourire intérieur. De toute évidence, elle savait encore exaspérer les gens quand il le fallait. Cela pourrait lui apporter des ennuis à nouveau, certes, mais c'était parfois plus fort qu'elle. Cependant, quand elle l'entendit s'excuser, elle ne put s'empêcher de froncer les sourcils. Ça, c'était véritablement une nouveauté. Normalement, on lui hurlait dessus, la frappait à la rigueur, mais jamais on ne soupirait en détournant les yeux, comme s'il fallait simplement faire avec cette enfant énervante. Et ce n'était pas particulièrement pour la rassurer. Avait-elle semblé gênée qu'elle ait découvert le pot aux roses? La jeune Torhile hésitait véritablement sur la conduite à tenir.

A la question lui demandant si elle trouvait ce saurien bizarre, la jeune fille haussa les épaules. Tellement de choses lui paraissaient bizarres depuis qu'elle avait quitté les Pics aux Tigres... Cela dit, elle approuvait le fait que Belareth n'essaie pas de s'approcher plus que nécessaire. Cependant, dès qu'elle rouvrit, métaphoriquement parlant, la bouche, cela alla de mal en pis. Elle ne comprenait pas l'idée exprimée par le saurien. Elle pouvait entendre parler des dragons, donc il y en aurait un, un qui lui serait destiné, une "âme-soeur". Elle comprenait les mots, séparément, bien entendu, mais le seul exemple qu'elle aurait pu en avoir était l'histoire vécue par ses parents, dont elle n'avait eu que des échos. Un frère, elle n'en avait jamais eu, et une partie d'âme en moins... Cela éveillait quelque chose en elle, une réminiscence d'un moment particulier, d'une petite mort vécue quelques années auparavant. Une vague impression d'une présence l'amenant sur la voie de retrouvailles attendues, d'un espoir ténu. Elle sentait qu'elle approchait de quelque chose, d'une réponse peut-être, d'un souvenir, lorsqu'une nouvelle voix fit son entrée.

Il s'agissait d'une voix véritable, qui retentissait à ses oreilles et non dans sa tête. Elle observa les étoffes riches qui l'habillaient, regardant rapidement sa propre tenue dépenaillée, avant d'observer plus avant la femme. Elles faisaient plus ou moins la même taille, mais quelque chose en elle lui donnait une certaine prestance qui la faisait paraître plus grande, plus imposante. Elle se présenta rapidement, avant de s'excuser pour celle qui l'accompagnait. Imala ne l'avait pas trouvée particulièrement malpolie, mais leurs références devaient être tellement différentes que cela semblait normale qu'elles ne puissent véritablement se comprendre. Cependant, un nom demandait un nom, aussi la jeune fille salua-t-elle de la tête la femme, Alkhytis, avant de se présenter à son tour:

"Imala, M'dame. Et z'inquiétez pas, vot' euh... liée, l'a pas été malpolie, l'a juste dit c'qu'elle voulait, mais c'normal. Par cont' j'comprends pas trop c'que vous voulez. Une aut' vie c'bien gentil, mais la dernière fois qu'on m'a fait l'coup des gens tous mignons, là, ç'a mal fini, genre très mal fini, voyez... M'enfin bon... Du coup, comprenez que j'sois pas... voyez."

Semblant toute entière concentrée sur ce qu'elle disait, elle en profita pour reculer encore de quelques pas, s'éloignant de l'étrange duo. Comme si elle allait se laisser avoir une deuxième fois...
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 731
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 474
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 31 Oct 2012 - 12:45 Répondre en citantRevenir en haut

Belareth continua de faire la moue, mi-tentée de parler encore mentalement à sa liée, pour évoquer cette étrange ressenti de pas réussir à comprendre un peu cette bipède. D'ordinaire, elle n'avait pas de soucis, mais là... Elle garda donc le silence, se contentant de garder les oreilles grandes ouvertes pour étudier ce qui avait pu coincée avec la jeune étrangère.

Alkhytis de son côté observait la potentielle aspirante. Ce n'était pas la première fois qu'elle croisant des gens de basse extraction et cela ne lui posait jamais de soucis. Son apparence laissait toutefois suscité du respect ou alors de la frayeur. La haute société était toujours sa réputation de mépriser les gens plus bas qu'eux, quelques soient les pays. Elle songea alors à prévoir une tenue plus adaptée encore pour ce genre de rencontre.

''Je ne m'inquiète pas, ne t'inquiète pas. Elle ne sera pas réprimandée. Un dragon pense un peu d'une autre façon.''

Belareth se contenta de vibrer ses narines dans un souffle rapide, pour marquer son approbation quand à cette remarque. Mais confiante en sa liée, elle la laissa parler. Puis la jeune dame verte essaya de faire un sourire rassurant envers une jeune adolescente qui avait déjà du se faire berner une bonne paire de fois.

''Je peux comprendre ta méfiance. Une fois qu'on se fait piéger, on a pas envie de l'autre une seconde fois. De connaître à nouveau la tristesse...Et la colère. ''

Alkhytis essaya de prendre des mots simples pour sa petite conversation. A l'accent de la jeune femme quand elle s'était présentée, elle avait compris qu'elle ne devait pas avoir un langage riche. Là aussi elle avait l'habitude.

''Chose que je ne chercherai pas à te mentir. En fait, là où je vis, je suis avec ma dragonne, Belarett que tu vois. La magie m'a unie à elle. Vois cela comme un animal de compagnie, mais un animal de compagnie qui serait un peu comme un membre de ta famille, qui ne t'abandonnera jamais. Tu as comme moi le pouvoir magique d'avoir un dragon. Il faudra juste qu'on t'apprenne des choses importantes qui t'aideront à en avoir un. Je suis prête à t'aider. Car avoir un dragon... C'est une joie unique. ''

La dragonne se demandait comment sa liée arrivait à être aussi... simple dans sa description. Elle continua malgré tout de garder le silence.

''Nous vivons dans un continent où vivent d'autres dragons et leur ami. Là-bas, d'autres personnes comme toi apprennent à devenir ce que nous appelons des chevaliers-dragons. Ce n'est pas comme ces gros bonhommes dans leur grosse armure je te rassure. Là-bas, tout le monde a une autre vie que celle de leur vie passé... C'est différent. Imagine toi sur le dos de ton ami dragon, apprenant à voler dans les cieux. Tu seras mieux respecté que ce que tu es maintenant. Bien entendu, il faut bosser durement et ce n'est pas sans risque, comme dans tout boulot.... ''

Evidemment, Alkhytis ne pouvait pas tout dévoiler maintenant. D'une parce que la jeune femme ne posait pas de questions encore, mais il ne fallait pas l'effaroucher avec les dangers qui résidaient à vivre dans les Kaerls.



Imala Terrin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 31 Oct 2012 - 14:16 Répondre en citantRevenir en haut

Imala avait eu la vague impression que les deux "liés" avaient échangé un regard consterné avant que la femme prenne la parole. D'ailleurs, elle commença plutôt bien, lui expliquant qu'effectivement le système de référence d'un cheval à écailles était très différent de celui d'un "bipède" comme Belareth l'avait appelée. Puis, à nouveau, la conversation s'embourba. La trahison de confiance n'avait pas éveillé de tristesse en Imala. Simplement un sentiment de fatalité, et d'horreur. Quoique l'horreur fut plutôt liée à ce qu'elle avait elle-même fait... Chassant cette pensée sur laquelle elle ne voulait pas s'attarder d'un haussement d'épaules, elle continua à écouter ce que lui disait cette Alkhytis. Elle eut alors l'impression qu'on la prenait véritablement pour une imbécile. Certes, elle ne savait pas beaucoup de choses, et certainement pas lire, ni écrire, mais ça ne l'empêchait pas de réfléchir. Elle avait beau ne pas toujours comprendre tous les mots, leur sens était souvent clair. Et ce sentiment était... désagréable.

Cependant, lorsque la femme évoqua un membre de la famille, qui ne l'abandonnerait jamais, elle ne put s'empêcher d'éclater d'un rire amer, qui dévoila ses dents blanches parfaites à part une canine cassée, auquel elle ne donna pas d'explication. Alors comme ça, dans une vraie famille, les gens ne s'abandonnaient pas? Ils ne se trahissaient pas et tout le monde y était beau et gentil? Soit sa vis-à-vis était vraiment naïve, soit elle la prenait pour une mangue. De la même façon, elle doutait fortement qu'un dragon soit comme un animal de compagnie, sauf si ceux-ci pouvaient vous dévorer sans même y penser et parler dans votre tête. Non, véritablement, cette conversation allait dans une direction de plus en plus incompréhensible.

L'évocation d'un autre continent lui rappela Quahra pendant quelques instants, ses forêts touffues et moites, ses horizons bouchés, ses ruines moussues, et la nostalgie la poignarda en plein cœur. Tout du moins jusqu'à ce qu'on lui parle d'hommes et d'armures, lui faisant lever un sourcil. Elle se sentait complètement perdue dans cette discussion dont elle semblait ne pas avoir les clefs. Cependant, voler était attirant... Et travailler ne lui avait jamais fait peur. Reculant toujours lentement, elle reprit la parole:

"Hmmh, v'savez... j'ai beau pas savoir d'quoi vous parlez, j'suis pas une fougère. Les risques et l'boulot, j'connais, plus qu'toutes vos histoires de ch'valier ou j'sais pas quoi. Mais pourquoi v's'allez ailleurs pour chercher des gens? Vot'"animal de compagnie" a dit qu'vous avez des enfants n'dans vos maisons. Y vous suffisent pas? Pis pourquoi qu'un bestiau qui peut vous croquer d'un coup d'un seul prendrait la peine de s'lier ou j'sais pas quoi? Y peut vivre tout seul sans un "bipède" pou l'aider. Sauf p't'êt' pour laver ent' les écailles, là. Pis vous dites qu'y faut bosser, mais vous donnez sûr'ment pas un copain à tout l'pat'lin qui passe, mêm'si z'entendent c'qui s'dit dans leurs têtes, si? Ca m'paraît quand même pas clair vot'truc..."

Les sourcils froncés, perdue dans son explication, la jeune Torhile avait arrêté de reculer, complètement absorbée par ces questions. Elle en avait d'autres, des centaines d'autres même, mais elles étaient toutes beaucoup plus passionnées. Une partie d'elle avait été convaincue par la possibilité miroitante de parcourir le ciel bleu et peut-être répondre à tout ce qu'elle s'était déjà demandé. Et elle avait appris que, pour marchander, il ne fallait pas avoir l'air intéressé. Or négocier était peut-être tout ce qu'elle pouvait faire pour rester en vie...
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 731
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 474
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 5 Nov 2012 - 12:44 Répondre en citantRevenir en haut

Alkhytis leva un sourcil tout en arborant un rictus de plus en plus intéressée à l'égard de la jeune fille... La tâche se montrait désormais comme un défi. Elle sentit le rembrunissement de sa liée quand cette dernière entendait le mot ''bestiau''. Même si elle avait entendu pire, elle avait toujours sa dignité. Mais au moins Belareth ne fit aucun commentaire. Elle comprenait que la position était délicate encore entre Alkhytis et la jeune potentielle aspirante. Imala était très difficile à convaincre. Est-ce que cela soulignait de la dureté de son début d'existence ? Sa vie n'avait pas dû être drôle tous les jours visiblement.

Face aux interrogations d'Imala, ce fut Belareth qui reprit la conversation. Elle tenait à montrer qu'elle avait un rôle à jouer là-dedans.

°Un dragon ne mangera jamais un bipède. Les bipèdes et les dragons sont tous deux des espèces intelligentes. Suffisamment pour ne pas à devoir se manger entre eux. Et personnellement, je préfère un bon cerf ou un bon gros thon bien gras. °

D'ailleurs, la dragonne verte étendit son regard dans les environs de la plaine. Mise à part des mulots ou des lapins sauvages, elle ne voyait pas comment elle pourrait se rassasier dans ce coin. Heureusement qu'elle n'avait pas encore faim. Alkhytis entama les réponses suivantes :

''Les dragons ne peuvent pas vivre sans nous. Il y a bien longtemps, une grave maladie les atteignit. Pour les sauver, Flarmya, la Mère des Dragons, usa de sa magie pour permettre aux dragons de se lier à des gens comme toi ou moi pour survivre. C'est le seul remède qui existe aujourd'hui pour que les dragons venant au monde puisse vivre. S'ils ne trouvent pas de gens possédant la capacité de les entendre dans leur tête, ils meurent.... Belareth a dit que les maisons de chez nous pourraient suffire. Mais le seul problème est qu'ils ne sont pas assez nombreux quand vient le moment de l'éclosion des dragons. Nous voyageons alors à travers le monde pour trouver des jeunes gens comme toi, qui a ce pouvoir magique. Et en même temps, c'est une chance pour eux s'ils acceptent de repartir dans une nouvelle vie, de recommencer à zéro. ''

Pendant que la dragonne se gratta un instant le poitrail avec une griffe d'antérieur, Alkhytis étudia la jeune femme. Combien de fois elle avait pu qu'imaginer la vie hors de la Terre de l'Aube, elle qui était née dans le Kaerl Englouti. Imala devait avoir des expériences inédites dans sa vie... Peut-être qu'elle pourrait le lui raconter plus tard, si elle acceptait de venir.

''Tu as raison sur un point. Nous ne prenons pas tous les gens qui disent entendre quelque chose dans leur tête. Un dragon sait qui peut les entendre. Il peut le sentir. Si une personne prétend entendre des voix, mais qu'il n'entend pas un dragon, c'est qu'il est réellement fou. Toi, tu n'es pas comme ces gens là. ''

Alkhytis espéra sur le coup qu'Imala comprendrait ce dernier dire.

''En tout cas, je sens dans ta voix que tu es une vraie travailleuse. Il y a de la conviction dans cette voix. Tu ne seras pas toute seule à travailler pour apprendre. Quand une personne comme moi découvre une personne comme toi, elle peut la prendre en formation. Un maître et son apprenti si tu préfères. Je puis devenir devenir ton maître si tu le souhaites....''

Elle n'avait encore jamais découvert de potentiels aspirants qui refusaient de venir. Elle croisait les doigts pour le moment, car sa liée détestait devoir pénétrer l'esprit d'un bipède pour effacer le souvenir de leur passage....



Imala Terrin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 5 Nov 2012 - 13:41 Répondre en citantRevenir en haut

Le visage fermé, Imala réfléchissait. Elle n'avait pas vraiment compris cette histoire de "Mère des Dragons" ou de magie. Ces histoires lui paraissaient d'autant moins crédible qu'elle avait du mal à imaginer qu'une femelle seule ait engendré toute une race. Non vraiment, elle avait beau être une sauvage comparée à la plupart des gens, elle savait qu'il fallait être deux pour ça... Et pour ça elle faisait confiance aux prostituées qu'elle avait côtoyées. Cela dit, elle avait décidé d'écouter tout ce qui lui serait dit et de ne poser ses questions que quand le silence s'éterniserait pour de bon. Elle remarqua d'ailleurs que si le cheval à écailles avait dit que les bipèdes et les siens étaient des créatures intelligentes, elle n'avait pas dit qu'ils l'étaient autant... Cela donnait une bonne idée de l'opinion positive qu'elle pouvait avoir de ceux à qui sa race devait se lier.

Silencieusement, la jeune Torhile écouta la blonde qui lui faisait face. Elle savait où appuyer, avec son petit discours attendrissant sur le fait que des Dragons devaient éclore et mourir parce qu'il n'y avait personne pour se lier à eux. Ah oui, pour sûr, elle savait y faire en négociation. L'idée qu'un être qui aurait pu vivre grâce à elle ne le fasse pas titillait sa conscience déjà mise à mal par un assassinat récent. Elle ne put d'ailleurs retenir une légère grimace qui déforma ses lèvres un peu trop pleines et dévoila ses dents blanches en un éclair. Pensive, elle laissa s'échapper un soupir avant de regarder à nouveau Belareth qui se grattait le poitrail. C'était une belle bête, qui semblait taillée pour la vitesse, toute en longueur, comme certains oiseaux. Mais les écailles devaient lui permettre d'aller aussi dans l'eau sans risque de voir ses capacités diminuées. Par contre cette couleur... Non, vraiment, ça n'allait pas du tout. Elle avait pourtant vu, toute sa vie, des centaines de nuances de vert, mais celle-ci n'était décidément pas la plus flatteuse. Imala la plaignait peu. Haussant un sourcil, elle secoua la tête, offrant ses cheveux détrempés et son dos mouillé au vent environnant. Le froid était une horreur sans nom, et cela la pousserait sans doute à accepter son offre juste pour s'y soustraire. Le terrain ne lui était certainement pas favorable pour des négociations...

A nouveau, elle se concentra sur le discours d'Alkhytis. Ainsi donc il y aurait de la conviction dans sa voix... Amusée, la jeune femme réprima un sourire, les lèvres frémissantes de cette hilarité contenue. Puis elle se décida enfin à ouvrir la bouche pour répondre et poser ses questions tout à la fois. Décidément, elle avait l'impression de n'avoir jamais autant parlé qu'avec cette femme:

"V'dites qu'Flarmya est la mère des dragons, là, c'ça? C'est qui l'père des dragons alors? Pa'ce que bon, j'sais quand même comment ça marche et j'imagine qu'c'est pareil que'qe soit la taille qu'on fait. Par cont'... Un Maît', hein? Tout' façon, à moins qu'cette fois on m'tue, on m'f'ra guère pire qu'la fois d'avant, si c'n'est qu'j'aurais eu l'choix... Et n'dans vot' maison y en a beaucoup des gens comm'vous?"

Son discours n'avait pas été particulièrement clair, mais si les prochaines réponses de cette femme étrange lui plaisaient, elle la suivrait peut-être, avec des réserves bien sûr. Il y a toujours un moyen de s'enfuir de partout, après tout...

[HRP] Comme tu l'as compris, c'est presque bon \o/ Par contre, tu voudras qu'on jour l'arrivée au Kaerl à la suite de ça, ou ouvrir un autre topic?[/HRP]
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 731
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 474
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 10 Nov 2012 - 09:51 Répondre en citantRevenir en haut

La maîtresse Verte se plut à faire un sourire évident. Cette jeune femme malgré son langage haché n'était pas bête. Mais il serait difficile d'expliquer que les dieux avaient des pouvoirs tels qu'ils pouvaient dépasser le contexte même du chemin de la vie. Les dragons n'avaient pas de père, au sens parlé du mot. La magie était la base même de leur création, en plus de la volonté de Flarmya.

''C'est vrai les premiers dragons ont dû avoir un père pour les faire naître avec Flarmya, mais c'est une question guère facile à répondre. Les Dieux aiment garder bien des mystères autour d'eux. Mais aujourd'hui, les dragons ont comme nous besoin d'un père et d'une mère pour avoir des enfants, comme tu le dis si bien. ''

Elle entendit de la part de sa liée un léger raclement de gorge. Belareth avait cherché à tousser.

°C'est rien, je dois avoir un morceau d'os encore de coincé dans une de mes molaires. C'est parti maintenant. °


Alkhytis la fixa avec un regard amusé. Puis elle reporta son attention sur la jeune fille.

"Dans le lieu où je vis, où il y a des gens comme moi, avec des dragons qui sont de couleurs différentes. Tu y verras des bleues, des noirs, des blancs, des bronzes, ou bien des bruns. Et tu feras aussi des gens de ton âge sillonner les rues de ce lieu, car en fait, ce n'est pas vraiment une maison. C'est carrément une petite cité... Mais une cité comme tu n'en auras jamais vu. ''

Elle fut tentée de demander à sa dragonne de lui montrer des images mentales du Kaerl Neutre mais s'en abstint. C'était un coup à l'effrayer plus encore et à la perdre définitivement.

''S'il y a bien une chose que j'ai apprise depuis que je suis liée à Belareth la Dragonne Verte, c'est que le monde n'a pas fini de nous émerveiller. Je découvre encore des choses stupéfiantes et magnifiques à la fois. Tu verras quand tu poseras le pied au Màr Luimé, là où nous vivons... Bien maintenant je pense qu'il est temps. ''

La saurienne couleur vert d'eau s'allongea d'elle-même sur le sol herbeux.

°Faudra pas vous plaindre si je vous salis, puisque je n'aurai pas eu le temps d'aller me laver°
''Pour les quelques jours de vol que nous aurons à faire, tu auras bien le temps de te laver. Bien jeune fille... Quelle est ta décision ? Si tu as des gens, des amis à prévenir, il faudra le faire avant que nous partions. Tu ne pourras pas les revoir avant plusieurs mois malheureusement... Si tu as aussi des affaires personnelles à prendre, prends les, nous pourrons les emporter avec nous''

C'est vrai que le départ apparaissait brutalement. La jeune femme pourrait penser qu'on la brusquait sur le choix à faire. Mais pour démarrer une nouvelle vie, souvent, il fallait prendre le virage très sèchement.

''Je sais que c'est un peu rapide comme choix, mais notre voyage de retour est long. Et plus vite nous partirons, plus vite nous éviterons de croiser les tempêtes des environs. ''

Ys et ses tempêtes... L'interstice permettait de les esquiver d'une seule pensée... Mais comme cette capacité était interdite pour les dragons pour le moment...

[HRP : on va le jouer ici dans ce topic, ce sera plus facile]



Imala Terrin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 11 Nov 2012 - 13:52 Répondre en citantRevenir en haut

Le sourire de la femme lui fit serrer les dents. Cette impression de triomphe, comme si elle avait enfin réussi à atteindre son but, comme si elle avait enfin ferré le poisson... Un mauvais pressentiment, voilà ce que ça lui donnait. La décision n'avait pas été complètement prise encore, certaines questions restaient en suspens. D'un autre côté... La perspective de toucher cette étendue bleutée du doigt, en tester la texture, comprendre pourquoi cette couleur, savoir s'il était le même partout dans le monde. Répondre à ces questions qu'elle se posait depuis si longtemps. Elle voulait savoir pourquoi il y avait ce dôme bleu au-dessus de la terre, pourquoi les mers. Trop de questions, pas assez de réponses, personne pour lui faire part de ce savoir...

Puis Alkhytis recommença à parler, évoquant la naissance des dragons, parlant de Flarmya à nouveau, puis de Dieux. Brusquement, la tête d'Imala se releva, fixant ses prunelles violettes sur Belareth. Les chevaux à écailles avaient un rapport avec les Dieux? Mais quels Dieux? Qu'avaient-ils à voir dans tout cela? Les seuls divinités dont on lui avait parlé étaient la Nature, et ces entités que l'on maudit à voix basse lorsque la vie devient trop dure. Pendant plusieurs secondes, elle réfléchit à la phrase de la blonde, fronçant les sourcils. Cette Flarmya, cette Mère des Dragons serait une Déesse? Donc les dragons des descendants directs des Dieux? Pensive, elle essuya ses paumes pourtant sèches sur ses cuisses, avant de rapidement tresser ses cheveux humides qui dansaient dans le vent, l'aveuglant. Lorsqu'elle entendit le toussotement du grand saurien et l'entendit parler, elle eut une impression de gêne? Par rapport à la reproduction?

La femme reprit la parole et elle reporta son attention sur elle. Des chevaux aux écailles de couleurs différentes? Avec un vague hochement de tête, elle pensa qu'il valait mieux, car sinon un vol groupé ne devait pas être bien joli. Puis elle évoqua des gens de son âge. Son interlocuteur savait-il seulement quel âge elle pouvait bien avoir? Elle savait faire plus vieille que ses quinze années à cause de sa haute taille, puisqu'elle dépassait même celle qui deviendrait très probablement son Maître. Et même si elle ne savait pas ce qu'était une cité, elle comprit qu'il s'agissait de plusieurs maisons réunies, comme là où elle avait grandi, mais probablement gigantesque, si les dragons vivaient avec les gens. Cela s'appelait le Màr Luimé. Elle n'arrivait même pas à le prononcer mentalement, bien qu'elle essaya de tourner les sonorités dans sa bouche, de les goûter en quelque sorte.

Elle vit alors Belareth s'allonger sur l'herbe, étalant ses écailles, se plaignant de sa saleté, une fois encore. Et un éclat de rire amer, irrépressible, surgit d'entre ses lèvres quand Alkhytis évoqua une famille ou des amis à prévenir, ou même des affaires à prendre. Un sourcil levé, elle regarda le pauvre sac vide qu'elle traînait avec elle avant de regarder son Maître, un demi-sourire ironique toujours aux lèvres. Haussant les épaules, elle prit enfin la parole, expliquant son accès soudain d'hilarité:

"Aucun risque. J'ai jamais eu d'famille et j'viens d'loin d'façon donc y s'raient pas là. Et les amis, j'sais pas c'que c'est. Pour les affaires y a que c'que j'ai avec moi. J'descends juste du bateau. Alors si faut y aller, autant y aller maint'nant dans la grande maison des ch... dragons."

Elle laissa passer quelques secondes avant de hocher la tête en direction des deux femelles et de reprendre:

"C'pratique les gens comme ça. Peut leur arriver n'impot' quoi, tout l'monde s'en moque. Pourraient même êt' jetés à l'eau qu'ça f'rait ni chaud ni froid à personne. Enfin, c'pas pour vous donner des idées, j'pense que z'en avez pas b'soin."

Rejetant sa tresse par-dessus son épaule, elle ramassa son sac en cuir puis s'avança vers le cheval à écailles, mi-résignée, mi-enthousiaste.
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 731
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 474
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 12 Nov 2012 - 10:59 Répondre en citantRevenir en haut

Alkhytis monta avec agilité sur le dos de sa liée, posant mains et pieds à des lieux précis. Elle conseilla à la jeune fille de faire pareille, et l'assura de ce fait que la dragonne ne sentirait rien. Un être humain ne pesait rien pour un dragon et vu l'épaisseur des écailles, la pression d'un pied n'aurait aucun dommage. Par contre, avec un sourire rasséréné, elle lui dit :

''Nous ne jetterons pas à l'eau. Par contre, le voyage va être long de quelques jours. Nous nous arrêterons régulièrement pour manger et surtout pour te trouver de quoi ne pas trop avoir froid durant le temps que nous passerons dans les cieux. Si tu as la moindre question, n'hésite pas à les poser, même si le vent souffle à tes oreilles. Belareth pourra y répondre si tu le souhaites''

Elle tendit une main à l'aspirante pour l'aider au besoin à monter et lui proposa de se mettre devant elle, ainsi, Imala pourra savourer de tout son soûl l'immensité du ciel qui s'ouvrirait devant ses yeux de terrestres. Une fois ses passagères en place, la verte se releva en douceur, étendit ses ailes et commença à les battre avec puissance pour soustraire son corps à la gravité du sol. Les muscles roulant sous sa cuirasse dévoilait toute sa force pour prendre son envol, puis elle redressa son corps pour monter vers les nuages, poussant un court rugissement de plaisir à sentir l'air courir le long de son corps reptilien.

°J'espère que tu sais où t'arrêter...°
°Bien entendu. Au petit village de Brey°
°Quoi mais y a rien là-bas pour manger !°
°Pas pour toi en effet. Tu iras pêcher du thon, comme cela tu prendras ton bain en même temps. °


La dragonne grommela mais approuva l'idée de toute façon. Puis elle vola horizontalement quand elle atteignit une petite altitude pour voler tranquillement. Les nuages passaient de temps en temps à portée de bras des bipèdes. Sous eux, la terre laissa sa place à la mer. Le voyage de retour ne faisait que commencer.

"Les cieux est notre royaume le temps du vol. Rien ici ne peut nous atteindre. Quand nous arriverons par contre, ne sois pas effrayée si je te bande les yeux. Il y a un endroit qui doit pour l'instant à ton niveau demeurer secret. Rassure-toi, une fois que tu connaîtras mieux notre monde, je te le dévoilerai, tu as ma parole. ''
°Et la mienne°

Bon à moins que la jeune refuse à cela de devenir une aspirante, elle ne pouvait plus faire marche arrière, à moins de sauter d'elle-même ; chose qu'elle ne ferait pas estimait Alkhythis.

Durant les deux jours de vol, le voyage se fit principalement aérien, mais les pauses pour les deux bipèdes n'étaient pas oubliés. Ils stoppèrent à Brey, là où la dragonne les attendit loin du village. Alkhytis prit quelques provisions pour recompléter les siennes, acheta ce que la jeune fille désira prendre, l'invitant à ne pas s'en faire pour l'argent dépensé. Après tout, un maître devait subvenir aux premiers besoins de son aspirant, que ce soit de quelques vêtements, quelques affaires utiles ou de la nourriture. Ainsi si Imala rêvait d'un certain objet depuis longtemps et que si le village en proposait... elle pourrait l'avoir.

Les villageois ne se posèrent pas de questions quand à la venue de deux étrangères. Ils avaient l'habitude de voir des gens passer et venir...

Le vol put reprendre et bientôt, ils arrivèrent en vue de la Terre de l'Aube. La dragonne verte veilla à ne pas trop s'approcher d'une zone qui semblait volcanique vu la couleur des terres. Puis son ombre se profila sur une forêt d'un vert émeraude à vous enchanter les yeux... et bientôt la mer fut de nouveau en vue. Là Belareth vira doucement sur l'aile, en vue de se poser sur une plage qui composait la Baie d'Eau Claire... Et une fois les bipèdes à terre...

°Enfin à la maison... Si cela te dérange pas, je vais profiter un peu du soleil pour siester...°
Pourquoi je ne suis pas étonnée... A tout à l'heure alors ma liée. Bien Imala.... Nous allons rejoindre le passage que je t'avais parlé il y a quelques jours. Comme tu peux le voir, il y a pas de traces de ville ou autre... Parce que c'est... oh, si je te dis tout, tu rateras le plaisir de découvrir la merveille que c'est. Es-tu prête à y aller ? ''

[HRP : Si tu veux poster les questions de ton perso dans ta réponse, je jouerai les réponses de ma dragonne ou d'Alkhy. Là tu vas avoir les yeux bandés et je te laisse donc faire ton entrée dans le Kaerl neutre à l'issue de cette descente d'escaliers secret. Enfin si ut le souhaites xD]



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:13 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu