Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [Concours - Sciences Naturelles] Bestiaire 2 : Animaux Marins Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Auteur Message
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 661
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 610
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Sam 20 Oct 2012 - 12:35 Répondre en citantRevenir en haut


Myredith Viel
Magister des arts de la magie et sciences naturelles
 



Myredith Viel était entrée dans sa salle au matin, comme à son habitude. Elle aimait bien préparer sa classe en avance les jours de grand concours Inter Kaerls. Elle avait organisé les tables, les espaçant de quelques pouces pour éviter les tricheries, même si jusque là, l'Académie n'avait pas été confrontée à ce problème.
Chaque candidat venant avec son matériel d'écriture, voire de dessin, elle retira les encriers.

Le premier concours de la rentrée 918! Elle était fière que sa matière ait été retenue! A dire vrai, le sujet retenu par les magisters était un "classique", mais légèrement revisité, au cas où les plus assidus des candidats reconnaissent le sujet d'ouverture de l'Académie.

Elle s'approcha du tableau noir, choisi une craie épaisse, et traça en grandes lettres au tableau:


Bestiaire marin: les animaux, créatures ou esprits qui peuplent les étendues aquatiques du Rhaëg 


Elle s'éloigna de quelques pas, vérifia que son texte était bien écrit à l'horizontal, puis nota quelques tirets sous le titre:

    - Appellation officielle, noms éventuels donnés par les peuplades locales.
    - Habitat: mer, lac ou rivière d'origine, environnement.
    - Mode de vie
    - Régime alimentaire
    - Dangerosité (points forts ou faibles au combat)
    - Apparition dans une légende locale.


Un croquis agrémenterai votre copie



Satisfaite, elle s'assit à son bureau avec un livre pour attendre les premiers participants.

A leur arrivée, elle hochait la tête, notait leur nom sur un registre, saluait de quelques mots supplémentaires ceux qu'elle reconnaissait pour leur assiduité, puis leur indiquait un bureau où il pouvait s'installer.

Lorsque la salle fut remplie, à l'heure dite du début de l'épreuve, elle remercia chacun d'être venu, et marqua le début de la rédaction en retournant le lourd sablier qui chronométrerait les trois heures de composition.




[HRP] Nouveau concours de l'Académie, oyez oyez, venez nombreux!
Il est demandé de renseigner toutes les rubriques demandées dans l'ordre. Vous pouvez en ajouter une supplémentaire à la fin si vous en voyez l'intérêt!

Le concours est ouvert jusqu'au 1er décembre! Les non-participants pourront être tirés au sort pour faire partie du jury.

Toutes les bêtes décrites entrerons ensuite dans le bestiaire officiel! Venez ajouter la votre!



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Publicité





MessagePosté le: Sam 20 Oct 2012 - 12:35 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 263
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 22 Nov 2012 - 11:47 Répondre en citantRevenir en haut

Peddyr sécha un peu sur sa copie... C'est là qu'il se rendait compte qu'il ne connaissait pas autant la faune comme il le pensait. Et puis trouver une créature marine qu'elle soit d'eau douce ou de la mer...Il y en avait tellement aussi... Laquelle choisir ?

*Rhâ, pourquoi une chose aussi simple peut-être difficile à appliquer... Je vais trouver, je vais trouver. Je vais... TROUVER*

Il se creusa la tête pendant une bonne demi-heure, avant de se rappeler une petite conversation qu'il avait eu avec son lié, sur ses capacités de nage rapides. C'est là qu'il avait dit à son Brun que jamais il ne pourrait être aussi rapide qu'un Vif-Mer.

*Bien voila, suffisait de s'en rappeler*

Aussitôt, il commença à écrire avec précision sur son parchemin. Il avait perdu assez de temps à réfléchir. Maintenant, il fallait écrire dans le temps qui lui restait.


Citation:




Le Vif-Mer, ou le ''Coureur sur l'eau''


Habitat
Le Vif-Mer est un poisson qu'on retrouvera dans les eaux qui sont entre Orën, Vaendark et l'Archipel d'Ys. Il privilégiera toujours la haute mer, car vu son mode de vie, se retrouver près des côtés ou des embouchures des fleuves s'avère être un danger pour lui. Là où on aura plus de chance de le croiser sera dans le haut de ces mers précités ci-dessus, dans le Nord Glacé. C'est là qu'il trouve la majorité de ses proies.


Mode de vie
Le Vif-Argent est à peine plus gros qu'un thon et est tout aussi carnassier que ce dernier. Au contraire de ce poisson plus commun et bein entendu plus pêché, le Vif-Argent ne vit pas en bande pour échapper aux prédateurs avide des chairs bien grasses comme les requins ou l'épaulard. C'est un animal solitaire qui migre en fonction des saisons. La majorité des proies qu'il chasse suivent le mouvement des courants pour se nourrir du riche plancton, qu'on retrouvera en quantité dans le nord quand les courants se montrent propices à leur accroissement, vital pour la base même de la chaîne alimentaire marine.

La reproduction reste assez mystérieuse pour ce poisson. Certains savants pensent qu'il s'enfonce dans les profondeurs de la mer pour retrouver les siens et accomplir le cycle de la vie. Cette supposition pourrait se tenir, car on n'a jamais pêché ou vu de jeunes Vifs-Mers. Les rares spécimens possibles sont trouvés sur les bords de mer, mais souvent à moitié dévorés par les carnivores opportunistes.

Pendant tout un temps, on a cru que cet animal respirait à l'air libre à cause de ses quatre excroissances creuses. Plus tard on découvrir l'importance de ses quatre ''tubes'', qui lui sont utile pour fuir ou encore chasser.

Pour chasser ses proies qui sont toujours en banc épais et pour les avaler en nombre, il imite le comportement des baleines : en créant un filet de bulles autour de sa nourriture vive pour les encercler et fondre dessus pour les engloutir. Il peut créer ce ''filet'' en libérant des bulles par ses tubes. Ces tubes sont reliés à des petites poches qui permettent de les emmagasiner en vue de cette stratégie de chasse. Pour une proie isolée qui veut prétendre à échapper à la course à son rapide prédateur, le Vif-Argent nage avec ses deux longues nageoires caudales, et pour fondre sur sa proie, il use d'une ingénieuse création de la nature : il dispose d'une forme de propulsion. Il dispose de deux larges évents sur chacun de ses flancs, juste à l'arrière de ses nageoires latérales. Il n'a plus qu'à contracter son arrière pour provoquer une éjection de cette eau et ainsi gagner de la vitesse sur sa cible.


Régime alimentaire
Il se nourrit comme le thon de sardines ou de harengs. A cause de la forme de sa bouche, qui ressemble étrangement à un bec, il ne peut pas se nourrir de grosses proies. Quand il en a l'occasion, il se nourrit aussi de petites sèches, de petits poulpes ou de calamars quand il les croise sur sa route dans les eaux profondes ou en surface. Jamais il ne se nourrira de cadavres flottants. Vu son métabolisme, il lui fait de la nourriture fraîche, pas carnée.


Dangerosité
Sur le plan dangerosité, ce n'est pas un poisson agressif envers les bipèdes ou les dragons. En clair, il est aussi inoffensif que peut l'être un thon.
Son plus grand point fort est sa vitesse. Son corps est taillé pour. Ajoutez cela à sa capacité de propulsion naturelle, il se montre bien plus rapide qu'un dauphin, qui s'avère aussi utile à la chasse qu'à la fuite. Pour fuir un prédateur, il remontera à la surface et fera la "course" à la surface. L'inconvénient d'une telle stratégie est qu'il ne faut pas qu'il y ait le moindre obstacle, le Vif-Mer n'ayant aucun moyen de se diriger dans cette phase de fuite.
L'un de ses points faibles est sa fragilité. Si un de ses ''tubes" où une de ses nageoires se retrouvent entaillée, ou très abîmés, c'est la mort assuré. Ce genre d'animal n'a pas droit à l'erreur pour sa survie. Un seul coup de dent d'un prédateur ou un coup de harpon et c'est fini pour son existence. Même un filet fait de gros dégâts sur son corps, vu la puissance qu'il donnera pour s'en dépêtrer.
Son autre point faible est la présence de ses ouïes sur le sommet de la tête. Avec l'évolution, elles se sont placées là pour être le plus efficace possible quand le Vif-Mer nage. Pour le réduire à l'impuissance quand des pêcheurs réussissent à le piéger est de lui maintenir le sommet de la tête hors de l'eau.


Apparition dans une légende locale
Des pêcheurs d'Orën racontent que le Vif-Argent était un homme autrefois, qui à la naissance de ce monde cherchait à montrer à ses pairs qu'on pouvait gagner la vitesse des animaux des mers, pour voyager d'un bout à l'autre du monde en peu de temps. Pour cela, il avait tenté de construire maints navires et bateaux, aussi fins qu'un oiseau et avec des voiles agiles pour s'accrocher à la vitesse du vent... Mais jamais il ne réussit à dépasser le plus fier des coursiers de la mer... C'est là qu'il décida d'atteler à son dernier navire des dauphins. Pour cela, il les berna contre promesse et cajolerie pour les transformer en simple bêtes de somme.... Telle chose était presque une insulte pour les créatures des mers. Les dauphins sauvaient les hommes de la noyade, jouaient avec eux devant leur bateau de pêche et les aidait à trouver les meilleurs bancs de poissons... Etait-ce ainsi que les Hommes récompensaient leur amitié ? Les dauphins en appelèrent aux Dieux de la mer pour les sauver de la folie de cet homme. Les divins les entendirent, libérèrent les dauphins et transforma le prétentieux pécheur en un Vif-Mer. Il voulait la vitesse au détriment de la liberté des habitants marins... Soit, il allait l'avoir, mais en partageant leur existence... Ainsi naquit le Vif-Argent, qui dut désormais lutter pour son existence comme tout être vivant dans la mer.





L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Ruri Ravin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 15 Déc 2012 - 13:21 Répondre en citantRevenir en haut

C'était la première fois que Ruri participait à un tel concours. Elle était tout à la fois excitée par ce nouveau challenge et par le fait qu'elle en tirerait de la fierté. Le sujet était assez difficile en soit car la neishaane n'avait pas vraiment de connaissance sur le sujet: les animaux, créatures ou esprits qui peuplent les étendues aquatiques de Rhaëg.

° Ai-je déjà vu une telle créature ? °

Puis elle se rappela une sortie avec Lyssa et Shenesda où elle avait pu observer un monstre d'une taille gigantesque à ses yeux.



« L’Occipide des Mers Australes » aussi connu sous le nom de « Mangeur de navires »


Citation:
Habitat
L’Occipide des Mers Australes aime nager dans les eaux froides, loin au sud du continent de Ssyl’Shar. On peut l’apercevoir dans les crevasses sombres au fond de l’Océan, proche des volcans sous-marins.

Mode de vie
L’Occipide des Mers Australes est une véritable terreur des océans. S’il passe son temps au plus profond des eaux, il n’hésite pas à se hisser à la surface pour y trouver des proies à la chair tendre. C’est une créature solitaire qui vit sur un territoire d’environ un kilomètre carré. Lorsqu’un autre Occipide traverse son territoire, une bataille s’ensuit généralement jusqu’à la mort. Le vainqueur dévore le cadavre de son adversaire. Il préfère toutefois la chair des poissons les plus petits et des crustacées qui s’aventure non loin de son territoire.

Son mode de reproduction est des plus étranges. En effet, ses tentacules sont pourvus d’un organe reproducteur invisible à l’œil nu qui à pour fonction de l’inséminer lui-même. L’Occipide des mers est en réalité hermaphrodite. Sa future progéniture grandit en son sein pendant près de quatorze mois. Etrangement, il naît en sortant du crâne de son géniteur qui meurt alors. C’est pourquoi il existe peu de ces créatures car il est rare que plus d’un Occipide naisse par insémination. Généralement, cette créature s’insémine à la fin de sa vie, lorsqu’elle atteint les cent vingt ans.

L’Occipide étant un mammifère, il respire à l’air libre grâce à l’orifice de son crâne qu’il peut ouvrir. Il emmagasine ensuite l’oxygène dans une poche prévu à cet effet qu’il consommera avec prudence pendant près de deux semaines.

Pour chasser ses proies, il fait appel à l’une de ses capacités extraordinaires : il se fond dans le décor en changeant de couleur. Il propulse ensuite ses tentacules à une vitesse folle pour attraper les poissons et les crustacées. Ses sept tentacules sont pourvus de mâchoires et chacune d’elle est l’extrémité d’un organe digestif. Son huitième tentacule lui permet d’attraper les créatures par bancs et de l’es enfermer à la manière d’une huitre. C’est également ce qui lui permet de s’accrocher aux coques des navires en raison de ses ventouses qui en constituent l’intérieur. Il se servira ensuite de ses autres appendices pour dévorer les malheureux marins.

Régime alimentaire
L’Occipide se nourrit de crustacés, de poissons à chair tendre et d’êtres humains. Ses tentacules d’une taille plus que respectable (une longue de huit mètres chacun pour une circonférence d’un mètre), le Dévoreur de navires peut manger n’importe quoi. Il ne se nourrit aussi bien de créatures vivantes que mortes.

Dangerosité
Le Dévoreur de navires est une créature des plus dangereuses pour celles qui s’aventurent sur son territoire. De part la longueur de ses tentacules, il présente un danger aussi bien pour les dragons que leurs liés. Toutefois, il est très sensible aux flammes et ne résistera pas longtemps à un souffle bien placé.
Avec son tentacule pourvu de ventouse, il peut exercer une pression de sorte à fissurer et à briser la coque d’un navire. Son corps étant quelque peu flasque, il ne craint que peu les armes de jet. Ses points faibles sont ses yeux qui sont à découvert lorsqu’il atteint la surface. La fine protection qui empêche l’eau salée de les abimer est très fragile. Egalement, ses tentacules, si elles sont tranchées, produisent du sang en grande quantité. Un sang noir et contenant de la bile, donc de l’acide qui pourra provoquer des brûlures allant jusqu’au troisième degré. Si ses yeux sont touchés, le Dévoreur de navires s’enfuira au fond des eaux. Si un tentacule est tranché, elle mourra en se vidant de son liquide vital.

Apparition dans une légende locale
A Ssyl’Shar, on raconte qu’un groupe de pêcheurs aurait formé un clan spécifiquement dédié à la chasse à cette créature. Ils en auraient tué des centaines, voire plus. Cependant, il ne s’agit là que d’une légende, au moins pour le nombre de victime. En réalité, si ce groupe a bel et bien existé sous le nom des « Tueurs d’Occipide », leurs victimes se sont établies à moins d’une dizaine.
Une légende raconte que ce groupe aurait pris la mer tôt un matin d’hiver et ce serait rendu loin dans l’Océan austral, là où les eaux se déversent dans une cascade infinie. Ils auraient rencontrés un Occipide géant doté du double de tentacules. L’affrontement aurait duré une semaine entière. Ni l’un ni l’autre ne furent vainqueur. L’Occipide, en mourrant, déversa son sang sur le navire tout en le broyant avec ses appendices.

Ulfgar Haraldson
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 8 Jan 2013 - 20:38 Répondre en citantRevenir en haut

Il se demandait pourquoi ses pas l'avaient mené en ces lieux, lui qui n'était qu'un simple marin sans famille ni attaches, en fait il ne connaissait encore rien du monde mais pourtant un rêve lui revenait sans cesse; un personnage de grande taille aux cheveux et à la barbe de feu, le corps couvert de tatouages le tout juché sur le dos d'un dragon de bronze, ses yeux oscillants entre un état de mort et le fait de s'accrocher à la vie l'avaient hanté mais pourtant il revenait sans cesse lorsqu'il fermait les yeux; lui offrant des connaissances bien souvent inutiles.

Il n'en avait jamais parlé et n'en parlerait sans doutes jamais, mais pourtant il s'était senti attiré par l'académie pour y déposer un peu de ce savoir qui lui avait été partagé. De là à savoir si c'était vrai ou un pur produit de son imagination ne lui avait pas traversé l'esprit, il voulait simplement coucher sur papier ces quelques lignes avant de retourner en mer. Ses yeux enfoncés sous les poches de fatigues qui zébraient son visage juvénile s'étaient attardés un instant dans la salle avant qu'il ne la traverse vers un des bancs du fond sans mots dire. Il devait le faire, pour quelle raison c'était un mystère mais son coeur le poussait à le faire...

Citation:

Le Requin-vipère ou Croc des mers


- Habitat:
Il fut aperçu pour la première fois dans les eaux près du sud du Vaendark, l'on suppose que cette espèce y réside bien que son faciès laisse à penser qu'il sagit plutôt d'un habitant des fonds marins.

- Mode de vie :

Le peu qui fut observé de cet animal par un marin qui en a rapidement fait l'esquisse; le requin-vipère chasse seul, se glissant parmi les flots et utilisant la couleur sombre du haut de son corps pour ne pas être vu, son ventre quant-à lui est d'une couleur plus claire, lui permettant de ne pas être vu lorsqu'il nage au dessus d'une proie. Plutôt grand ( plus ou moins 3 mètres de long et un de large du moins selon l'observation faite et le témoignage du marin ), il semble s'en prendre aux poissons de plus grande taille en utilisant son corps fin et rapide et ses dents tranchantes pour s'arrimer à sa proie.

L'on en sait pas plus de cette créature observée quelques fois, les rares témoignages devant être débarassés des affabulations classiques et autres rumeurs de soulards.
- Régime alimentaire:

Le Requin-vipère est en toute logique un prédateur, cependant il ne s'en prend qu'aux proies plus grandes que lui au vu des observations. Certains disent qu'ils chassent les baleines mais ce témoignage venant d'un alcoolique dans une taverne n'est pas à prendre au sérieux, les autres parlent plutôt de dauphins ou même de petits requins.
- Dangerosité :

Sa tête et sa taille n'a jamais tenté un bipède de tenter l'expérience d'une rencontre avec un requin-vipère, l'on ne connait donc pas son degré d'agressivité envers l'humanoïde. Les dragons de mémoire ancestrale parlent d'un animal plutôt curieux mais craintif qui n'attaquera que si il se sent menacé.
Son corps souple et fin se meut dans les eaux sans grande difficultés comme ceux des requins, lui offrant une bonne vitesse ainsi qu'une bonne agilité, ses dents tranchantes et longues sont faites pour s'aggriper à la proie, cependant celles-ci sont aussi son point faibles; il pourrait rester accroché à une proie sans pouvoir se détacher de celle-ci.

- Apparition dans une légende locale :

Allez dans une auberge ou une taverne de pêcheurs au Vaendark et vous entendrez certainement des histoires plus folles les unes que les autres quant-à cet animal. Malgré sa rareté certainement dûe au fait qu'il vit dans les profondeurs, les quelques yeux à l'avoir vu ont tôt fait de raconter aux autres des histoires quant-au requin-vipère, ou crocs des mers, en voici un résumé:

Norri, pêcheur de 54 ans situé à Port-noir, dans l'auberge du rat qui siffle:
- Et il est sorti de l'eau en sautant, sa bouche grande ouverte, c'était le plus gros poisson que j'aie jamais vu, j'vous l'dit ! Aussi grand qu'le rafiot mais mince comme une lame de razoir, il s'est jeté sur un calmar gigantesque et s'est arrimé à son oeil avec ses crocs avant de l'entraîner, en le poussant, vers les abysses !

Gunnar, Marin de 38 ans, situé à Merkatekryk, taverne du dauphin d'or:
-D'abord il y avait un p'tit que j'vous dit, un minus comparé à la bête qu'est sortie après des flots ! Le p'tit était là, il nageait au dessus sans rien faire et s'est frotté à'l'coque avant qu'le gros sorte de l'eau en tenant dans sa gueule une baleine ! Il la tenait par le vent' pour vous dire l'envergure du bazar ! Et quand il a r'plongé le p'tit a sauté su'l'bête pour la manger !

Bjorn, Capitaine de 56 ans, situé à Hjornport, taverne du crabe manchot:
-Tout ça c'est des histoires, je n'en ai vu qu'un seul et le peu qu'il a fait m'a vite désintéressé de la chose; il flottait au dessus des eaux ce qui a attiré mon regard sur lui et dans sa gueule se tenait un thon de bonne taille qu'il avait transpercé de ses chicots. Il est resté quelques minutes au dessus de l'eau en nageant en cercles tandis que la bête gigotait dans sa gueule et il a replongé sous les flots. Un simple prédateur des mers rien d'autre à en dire.

Prund, Marin de 16 ans, situé à Krykir, auberge de la langouste bleue:
-Yep j'en ai vu un, belle bête mais ça n'donnait pas envie de ramener ça à bord. j'en ai d'ailleurs fait un croquis pour le montrer aux gars, le peu que j'ai pu en voir, il suivait une seiche en se tenant juste au dessus d'elle, elle pouvait pas le voir comme ça et puis il a foncé dessus et a disparu sous les eaux.
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 8 Jan 2013 - 23:37 Répondre en citantRevenir en haut

Dinjelaï adressa quelques sourires de droite et de gauche. Le Conseil avait osé lui dire dernièrement qu'elle s'était trop isolée du peuple ces derniers temps! Un comble! Comme si elle n'avait que cela à faire! Elle avait hésité entre une visite à l'orphelinat de Lomëanor - trop cucul - et une soirée à la taverne "Belle Brune" - un peu risqué, quand était parvenu au Màr Luimë l'annonce d'un nouveau concours à l'Académie! Idéal pour se voir proche du peuple, échanger quelques poignées de mains et commentaires banals avec la plèbe.

Avec un sourire un peu forcé, pas franchement enchantée tant son orgueil avait été entaillé par les rebuffades successives, Dinjelaï était donc arrivée à pied à l'Académie, quelques crayons de couleur dans sa besace, décidée à saluer quiconque elle croiserait sur son chemin.
En vérité la pêche fut maigre. Après quelques mots glissés à Myredith elle compris que l'invitation n'avait visiblement pas été reçue chez les Ardents puisque pas un n'avait pour le moment répondu à son appel. Dinjelaï se renfrogna en l'apprenant. A quoi bon s'exposer à un endroit où personne ne vient? C'était même l'idéal pour passer pour une looseuse... Mais Myredith avait l'air tellement contente de la voir qu'elle ne pouvait se décider à s'en aller, et elle pénétra dans la salle. Quelques engloutis, quelques célestes qu'elle salua avec un entrain un peu forcé, et choisi une place bien au centre de la pièce. Elle échangea quelques mots avec son voisin, jusqu'à ce que la Magister la foudroie du regard.

Un animal marin... Peuh... Décidément, cette journée s'annonçait de plus en plus mal... un souvenir lui sauta à l’esprit, celui de sa première composition pour le bestiaire terrestre, quelques mois plus tôt. La Guélyquette… Elle se passa la main dans les cheveux, puis se pencha sur sa copie en mordillant sa plume:


Citation:



Hermintus Spiridum, l'envouteur des flaques



    - Appellation officielle:
Hermintus Spiridum. Son nom en Yssien est plus facile à retenir : le Zlatan, fréquemment nommé l’envouteur des flaques par les apothicaires désireux de faire gonfler les prix de ses pinces.


    - Habitat:
Le Zlatan est un animal rare, que l’observateur patient et discret pourra observer du côté des falaises des îles Nord et Est du continent d’Ys, plus sauvages, ou ils ont migré dernièrement avec la légère modification du courant. Ils sont originaires d’Undòmë et notamment de l’Isthme des Brumes.
Aujourd’hui, on trouve les plus grandes colonies sur ce continent, et particulièrement à l’embouchure des rivières et des ruisseaux, là où l’eau douce vient se mêler à l’eau salée.

Le Zlatan vit sur les plages de galets et dans les falaises rocheuses.

    - Mode de vie
Le Zlatan niche dans les trous à quelques distances de la ligne de marée haute, c’est un animal qui alterne un mode de vie très solitaire la plupart de l’année, mais qui se réunit en colonies impressionnantes, de nuit, notamment à la saison des amours.

Le symposium de ces colonies est proprement impressionnant. Il se déroule souvent à la faveur de la pleine lune, lorsque les oiseaux marins dorment mais que la lumière est suffisante car les Zlatans possèdent une très mauvaise vision nocturne. Les mâles vont alors tenter de retrouver leur âme sœur parmi la foule en émettant une mélodie télépathique unique. Les femelles vont alors se diriger vers la musique la plus séduisante, symbole du meilleur reproducteur. Quelques heures après les ébats passionnés, chacun retourne dans son trou, avec de futurs petits Zlatans bien à l’abri dans les carapaces de mesdames.

Lorsque la maturité des œufs l’exigera, madame Zlatan va pondre une cinquantaine d’œufs d’un blanc d’ivoire. La naissance des petits dépendra de l’intelligence de madame pour les cacher, car les oiseaux en sont friands, et les œufs sont un met de choix pour les petits seigneurs locaux, qui envoient bien souvent des enfants à la recherche du précieux met.
Lorsqu’un Zlatan nait, il se trouve dépourvu de coquille, d’où la nécessité pour lui de s’en procurer une rapidement, quitte à déloger le propriétaire réel. Un jeune Zlatan se trouvera une maisonnette sans intérêt, délaissé par escargot ou une huitre, mais sa croissance continue va l’obliger à déménager régulièrement pour une coquille de plus en plus grande. Les Zlatans d’Ys présentent la plus grande diversité de coquille du fait des échouages sporadiques de cargaisons. On peut donc observer là-bas des lampes à huile mouvantes, et méfiez-vous des bottes à pinces, les Zlatan qui sont hébergés là-dedans sont particulièrement gros !
Lors du symposium de l’espèce, la taille et le matériau de la coquille du mâle joue un rôle déterminant de caisse de résonance pour la mélodie mentale, et les coquilles originales sont souvent couronnées de succès auprès des femelles.


    - Régime alimentaire
Cette bête étrange se nourrit de coquillages et de crevettes prisonnières des rochers lorsque la mer descend.


    - Dangerosité
: Le Zlatan moyen se trouve tout en bas de la chaîne alimentaire, puisqu’il est la cible de tous les oiseaux marins. Ses œufs sont appréciés par tous les omnivores et carnivores des parages.
Néanmoins, il existe quelques cas où il faut se méfier grandement des Zlatans :

- Tout d’abord, lors d’un symposium, l’extraordinaire regroupement les rend très dangereux. On retrouve parfois les squelettes d’enfants qui se sont approchés trop près pour les observer. Les mélodies télépathiques exacerbent leur agressivité, et un apport de viande à ce moment rend les œufs plus vigoureux.
- Il faut également être prudent face à un spécimen de grande taille, et plus encore s’il est équipé d’une coquille voyante. Les Zlatans croissent tout au long de leur vie. Et plus longue est leur vie, plus pointue est leur intelligence et plus grand leur nombre d’ennemis morts. Un Zlatan ne doit pas être pris à la légère.

Il est à noter que lors des rassemblements, ou lorsque le Zlatan est particulièrement vieux, les mélodies télépathiques peuvent créer de véritables hallucinations.


    - Apparition dans une légende locale.

Il existe de nombreuses légendes sur les capacités magiques des Zlatans. Diverses parties de leurs corps apparaissent dans des manuels de simples et de potions. Ses pinces réduites en poudre sont censées être puissamment aphrodisiaques, tandis que certains artistes aux mœurs étranges sont prêts à dépenser des fortunes pour un pinceau fait d’antennes de Zlatans.

Nombreuses sont les histoires d’apothicaires ou de marins qui ont pour animal domestique un Zlatan apprivoisé, et ils seront sans nul doute les mieux placés pour vous conter une histoire sur leur chouchou. La fin en sera très probablement cocasse, et plus sûrement encore imaginaire.
Mais la légende que je voulais vous dévoiler aujourd’hui n’a rien de drôle. Elle raconte l’origine même de l’espèce…

Il était une fois, il y a fort, fort longtemps, un magicien solitaire. Il vivait sur la côte de l’Isthme des Brumes, dans une maisonnette. Sans parent, sans femme, sans enfant, et encore moins d’amis ou de voisins. Il n’était entouré que par ses livres, et par la mer.
Il ne travaillait qu’à une seule chose, il n’avait qu’une seule certitude : le seul être vivant capable de le tirer de sa solitude serait une nymphe des eaux, ou à la limite une sirène.
Une année, lors d’une pleine lune de printemps, une mélodie le tira de son lit. Un chant si doux qu’il semblait la voix de Néhara elle-même. Il bondit, et à moitié nu rejoignit la plage en courant ! Là-bas, impossible de s’y tromper : un être, au buste généreux de femme et à la queue écailleuse l’attendait en ouvrant les bras. Sa main gauche tenait un crâne tatoué qui n’avait rien d’inquiétant sur elle. Ses lèvres ne bougeaient pas, pourtant le chant continuait d’emplir le magicien de félicité… Il tomba à genou dans le sable, et baisa les lèvres bleutées de la sirène.
Au moment où leurs bouches se frôlèrent, il sursauta, et se retrouva, dans son lit, couvert de sueur. Le rêve était tellement vrai qu’il failli s’en arracher tous les cheveux, mais il s’habilla à la hâte et fonça vers la plage… Déserte.
Comme dans son rêve, il tomba à genou devant l’immense océan. Il se cogna durement à quelque chose sous le sable, laquelle chose se mit à bouger… Et de la plage émergea un crâne tatoué... Duquel émergea ensuite deux pinces furieuses du premier des Zlatans… Le magicien découvrit dans la bête le fils qu’il avait eu de son unique baiser avec la sirène, la preuve que s’il était peut-être doué en magie, il ne l’était ni en reproduction, ni en génétique, et l’adopta.
The End.
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 26 Jan 2013 - 17:23 Répondre en citantRevenir en haut


Myredith Viel
Magister des arts de la magie et sciences naturelles
 



Myredith Viel tapota sa baguette sur le bureau de bois. Quelques soupirs et gémissements de desespoir s'élevèrent dans la salle, mais aucune tête ne se leva. La Magister sourit. Elle voulait annoncer la fin du temps réglementaire, mais voyant que nombreux étaient ceux qui n'avaient pas fini de rédiger leurs copies, elle annonça de sa voix forte:

L'examen est prolongé de quinze minutes pour vous permettre d'écrire lisiblement la fin de votre rédaction. Appliquez-vous, je ne veux pas avoir a déchiffrer les bas de pages!

Un ouf de soulagement se répandit parmi les élèves, et la Magister retourna s'assoir.



[HRP] Clôture du concours au 31 janvier au soir! Ceux qui ont une préparation de texte en cours, n'hésitez pas à la poster!
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:38 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu