Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP Officiel] Échappée, une lueur dans la nuit... Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 661
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 610
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Dim 14 Oct 2012 - 12:02 Répondre en citantRevenir en haut

Néharaku 917


Meemaw avait à peine serre ses petites serres quand le procès avait débuté. Petit lézard de bronze qu’il était, tout cela le dépassait. Bien au-delà de ses petites capacités de compréhension. Tout ce qu’il avait ressenti avait été une profonde inquiétude pour sa maîtresse qu’il adorait tant. Elle avait eu mal, si mal. Il avait senti sa douleur au plus profond de son cœur et il n’aimait pas la sentir comme cela. Sa colère et son envie de la protéger avait bouillonné dans ses petites veines. Durant l’annonce des accusations adressées contre Heryn Amlung, ses ailes avaient frémi de se déployer et de bondir vers le responsable de tout cela : cet homme qui avait tout provoqué cette nuit là, qui et qui s’était tenu devant lui, le visage serré de sérieux, mais ave un regard si froid, si provocateur… Le petit saurien l’avait presque pris pour une insulte envers sa maîtresse. S’il n’était pas perché sur son épaule gracile et à la chaleur réconfortante, il aurait sans doute laissé des marques de griffes à son perchoir.

L’attachement qu’il éprouvait pour sa maîtresse était bien là. Elle lui avait demandé de ne pas bouger de son épaule : chose qu’il avait respectée. Même si les émotions de sa liée pulsait en lui comme si c’étaient les siennes. Par moment, il avait senti sa présence, l’apaisant d’une simple pensée. A son tour, il avait marqué son désir de la rassurer en frottant sa petite tête contre son cou. Même si cela ne suffirait pas, son instinct le lui avait soufflé.

Puis le procès avait continué son cours, pendant que le petit lézard de feu bronze avait jeté son regard rouge orangé sur les gens qui avaient fixé la Dame Déchue. Il avait malgré la tension présente trillé quelques sons aigus, quand Heryn avait énoncé les faits dont elle était accusée. Bien que le petit saurien ne comprenait pas ce qu’elle avait raconté, il avait perçu une plus profonde douleur encore… une telle chute de douleur qu’il avait manqué d’en piailler de désespoir. « « Cela avait fait encore plus mal encore à la Dame Dorée quand Seldryn, le lié de son époux assassiné, eut corroboré cette vérité, dans une voix de souffrance. Le petit reptile volant avait eu là aussi du mal à comprendre ce que le dragon ressentait. Le lié disparu, en tant normal, le dragon se suicidait dans l’interstice. Sans doute que le Dragon, si proche de la Grande Rintrah, réussissait à résister à sa propre peine pour aider la Grande Dorée à supporter ce passage difficile que vivait Heryn. » »

Mais comme Heryn, Meemaw avait retenu ses petites émotions. Sa maîtresse avait eu mal en son esprit et son cœur de parler devant tous ces bipèdes, seule contre tous. Même Rintrah avait gardé le silence et il ne comprenait toujours pas pourquoi… Il avait tellement voulu faire quelque chose à ce moment là.

La sentence avait fini par tomber. Même si ce ne fut que l’emprisonnement qui fut annoncé pour la Dame accusée de meurtre sur son jeune époux, Meemaw avait, à travers le lien qu’il partageait avec Heryn, discerné que quelque chose clochait. Sa maîtresse souffrait alors que tout cela n’était pas la vérité. Lui savait tout ! Mais devant toute cette assemblée de bipèdes. Même leurs dragons ne pourraient pas écouter le petit lézard de feu ! Qui était-il pour eux ? rien qu’un petit dragon miniature qui avait ses frasques malicieuses et qui confondait sérieux et amusement. Ils étaient tous contre elle. Et il ne voulait plus la sentir triste et perdue. Oui car à la fin de son procès, quand on emmena Heryn vers des appartements cloîtrés, l’abattement avait vibré à travers leur lien. A tel point que si sa maîtresse ne l’avait pas sommé de rester perché sur son épaule, Meemaw aurait griffé et mordu tout individu qui se serait approché d’elle.

Et maintenant… Que faire ? Maintenant que sa maîtresse avait été menée dans cette prison dorée ; comment définir autrement ces lieux résidentiels où elle était maintenu ? Dans le lit confortable où elle s’était allongée, elle n’avait soufflé aucun murmure, aucune pensée, se prostrant dans ses propres émotions, comme brisée. Cela choquait presque Meemaw, qui n’avait vu qu’en elle une force impressionnante. Sinon elle n’aurait pas marqué Rintrah, une puissante dragonne d’or. Mais même la saurienne était comme apitoyée, ne sachant que faire, repoussée dans les frontières du lien qu’elle ne pouvait pas franchir pour parler avec l’esprit de la liée. Qu’est-ce qu’un petit lézard de feu comme lui pourrait faire ? Il n’était pas un dragon. Et comme la plupart des membres de son espèce, quand certains besoins primaires s’éveillèrent, il fallait les suivre. Pourtant Meemaw ne voulait pas partir, même pour quelques instants. Mais son estomac grondait. Oui voilà ce qu’il allait faire, il allait manger vivement et revenir. Ayant repris des forces, il trouverait peut-être la solution pour aider sa maîtresse, à ne plus se sentir aussi « perdue »

D’un vol qu’il tenta silencieux, il se dirigea vers la fenêtre. Les nouveaux appartements d’Heryn se trouvaient dans l’une des plus hautes tours des Spires, d’où il n’eut qu’à se laisser tomber en planant pour rejoindre la Grande Place. Là il commença tout en voletant à humer les airs en quête de nourriture. Mais en plein milieu de la nuit, il risquait d’être bredouille. Pourtant même à une heure aussi tardive, des ombres se faufilaient le long des murs. Une d’elle avait vu la venue du petit lézard de bronze et s’était arrêtée, cherchant l’unique petite bonne idée pour attirer son attention. Un lézard de Feu était facétieux et aimait à faire des petits farces quand on tentait de les approcher, plus encore quand il avait lié leur esprit à un autre bipède. Mais Meemaw avait encore le ressenti de sa liée et ses propres pensées quand à tout ce qu’il avait assisté et l’avait grandement perturbée. Pourtant, cette ombre là, aux courbes féminines et avec quelques mèches blanches ne semblait pas vouloir attenter quoique ce soit de malveillant envers le petit être. Même devant cela, Meemaw commençait à s’éloigner, préoccupé de trouver de la nourriture et de retourner auprès de sa maîtresse si peinée.

Pourtant, une douce odeur sucrée vint lui chatouiller les narines. Il tourna la tête vers cette ombre de bipède, qui fut rejointe par une autre. Il sut que cette seconde arrivante était une jeune dragonne. Il se méfia doublement. Tous étaient contre sa maîtresse. Tous ! Dragons et liés ! Ils lui avaient fait mal ! Son estomac grogna de son vide intérieur. Ce qui ressemblait à un petit gâteau paraissait si tentant.

’’Allons petit dragon… Je ne te veux aucun mal. Je sais que tu meurs de faim. Viens et après tu pourras repartir’’

La douceur de Daala et ses pensées sincères, en plus d’une petite gourmandise commençait vraiment à attirer le petit lézard, qui pourtant, tournait la tête anxieusement en sa direction. Il tentait de se rappeler si cette jeune bipède là était présente durant le procès. Il ne se rappelait pas de la présence draconique de sa liée, qui de ses yeux étranges cherchait elle aussi à se montrer rassurante.

Meemaw finit par céder et se posa sur le bras tendu de la jeune femme, grignotant avidement cette gourmandise. Le plaisir de déguster pareille merveille le chamboula plus encore. Un petit bonheur comme cela perturba quelque peu ses petites émotions. Il en trembla presque. La liée noire de Daala perçut son trouble. Pauvre petit lézard de feu. Son espèce n’était pas faite pour subir autant d’émotions contradictoires en si peu de temps. Pandora tissa un lien imagé avec Meemaw, pour l’encourager à se confier. Le petit lézard de feu fut au début réticent car il ne connaissait pas la petite dragonne noire. Mais devant l’arrivée d’une autre petite douceur dans la main généreuse, il accepta sans vraiment le vouloir à libérer ce qui lui pesait. Ce fut alors une vague puissante d’émotions et d’émotions qui assaillirent l’esprit de la dragonne noire. Après tout, n’était-il pas comme Draveÿn ? Noire d’écailles et avec cette étincelle de loyauté au fond du cœur ?

Pandora serra les dents devant cet afflux soudain et étouffa même un gémissement de douleur. Si intense, si douloureux. Puis quand elle réussit à faire le tri, les yeux écarquillés, elle prévint sa liée. Daala sut quoi faire. Il fallait retrouver Sveargith.

’’Merci de ton aide, mon petit ami. Tu nous a été plus précieux que tu ne pourras le croire. ‘’

Meemaw lâcha un petit piaillement interrogatif, avant de tendre son regard vers la main vide. Plus de gourmandise ? Puis la liée de la jeune chevalière lui envoya quelques images, accentuant sur l’espoir que cela apporterait à sa maîtresse ; plus la joie que la douleur qui était sienne actuellement. C’était là l’image d’un dragon brun, qui s’envolait loin des Spires, avec un homme inconnu et sa maîtresse dans les airs, avant de franchir l’interstice. Ce dragon brun avait une allure qui lui était familière. Meemaw lâcha un petit cri de compréhension. Oui il avait déjà vu ce dragon. C’était le frère de couvée de Svarog, le lié de l’homme aux yeux gris. Tous n’étaient pas contre sa maîtresse alors !

Devant l’excitation qui montait chez Meemaw, Daala dut tenter de le convaincre de se taire et de ne rien dire. Mais essayer de convaincre le lézard de feu de ce sens vital… Autant tenter de vider la mer avec un seau. Pourtant, d’un petit sourire, la jeune femme aux chevaux blancs vida dans sa main un petit sachet de bonbons. Là, c’était prendre Meemaw par les sentiments. Il oublia tout pour se jeter sur les petits cadeaux délicieux. Il les engloutit si vite qu’on aurait cru qu’il allait s’en étouffer.

Après avoir lâché un petit rot satisfait, Meemaw quitta les deux êtres et reprit lourdement la direction de la « prison » d’Heryn

Qui sait combien de temps se passa depuis cette étrange petite rencontre entre le Lézard de Feu et la jeune chevalière. Quelques heures ? Quelques jours ? En tout cas le temps s’était écoulé dans son sablier, le temps que les informations recueillies précieusement par un simple contact avec Meemaw permettent la mise en place de ce qui allait suivre à cette nuit là

Une nuit avec un peu de brume et quelques nuages zébraient le ciel étoilé. Une silhouette reptilienne jaillit de l’interstice, juste en face des Spires. Le temps commençait déjà à s’écouler. Ce dragon brun savait que son retour bref exposait sa présence à ses autres congénères, plus ou moins au courant de ce qui s’était tramé entre son lié et Zackheim.
Il fallait agir vite. Le brun se rapprocha de la tour où on retenait la Dame Déchue.

Meemaw le sentit et il rappela ces visions transmises par la petite liée noire, qui annonçait la venue de ce grand saurien. Il décolla de son perchoir pour les accueillir, se préparant à pousser quelques couinements de bienvenue, quand il vit une silhouette inconnue sauter sur la balustrade ; le Brun s’était posé au plus près du vide qu’offrait le large balcon, près à repartir en urgence. Le petit dragon de feu manqua de sortir les griffes. Il n’eut qu’à se moment là le désir de défendre Heryn contre toute présente inconnu. En effet sa maîtresse n’avait jamais pu quitter l’accablement de tristesse qui était sien. Même les pensées enjouées de son petit familier n’y avaient rien changé.

Le dragon brun gronda en captant l’attitude de ce petit cousin d’espèce et lui envoya immédiatement quelques images sur ses intentions. Cela fut suffisant pour garder l’attention de Meemaw sur lui pendant que le bipède étranger se dirigeait promptement vers la Dame. A peine avait-il posé une main sur l’épaule délicate d’Heryn qu’il la sentit se tendre.

’’Ne vous inquiétez pas Noble Dame, je suis Yshandir. Je suis un ami d’Istvan et de Peddyr, deux de vos plus loyaux chevaliers. Avec le Brun Sveargith, je suis venu à votre aide, pour vous mener loin de toute cette folie qui vous ébranle, ainsi que votre Kaerl. ‘’

Le brun n’avait pas songé à la réaction vive d’une Dragonne ; Rintrah en personne. Percevant que quelque chose perturbait les émotions d’Heryn, elle avait subitement quitté sa sa position pour apparaître au-dessus du large balcon et se posa avec force entre l’entrée des appartements et le Brun. Sveargith retint de pousser un rugissement de surprise. La colère était si intense chez la Dragonne Dorée qu’il manqua de se ratatiner devant une telle fureur. Il manqua même de prendre son envol pour fuir, mû par un vieil instinct qui se rappelait à l’instant qu’il ne fallait jamais contrarier une Dorée en furie. Surtout quand cette dernière attendait une couvée à venir. De son côté, Heryn avait du mal à croire à la parole d’Yshandir. Malgré son épuisement émotionnelle et la rage de sa liée qui la bouleversait encore plus, elle réussit à affirmer que sa place était ici, au Kaerl. Pour la sécurité de Kieran. Il était en vie et si elle partait, elle risquait de provoquer sa mort. D’ailleurs, une forte présence mentale se rajouta : celle de Seldryn. Malgré le désespoir qui se ressentait dans sa présence, sa colère était elle aussi palpable. Sans doute se retenait-il de venir lui aussi, pour venir aider Rintrah contre les intrus. Le grand dragon s’était terré au Valarea, n’étant encore présent selon les dires de certains maîtres que parce la Grande Dorée d’Heryn attendait ses dragonneaux. D’ordre général, les dragons n’avaient guère d’attraits paternels, mais vu les circonstances... Il était près à prendre son envol pour barrer le passage au Dragon Brun si besoin s’en ressentait. Pour aider sa compagne d’or

Svear’ prit la parole, s’annonçant à tous.

°Noble Dame Céleste. Nous ne sommes pas venus pour vous donner du tort et rajouter à votre malheur. Si nous sommes là, c’est pour réparer l’affront que vous subissez : celui de vous accuser de meurtrière. Grâce à Meemaw, votre petit compagnon, nous avons ‘’vu’’ ce qui s’est passé. Nous savons pourquoi vous avez caché la vérité…. °

Le Brun fit une courte pause et chercha à joindre Seldryn.

’’Frère, ton lié est en vie. Il est sans doute trop loin pour que tu puisses le sentir. Aie courage.’’

Puis il reprit pour tous :

° Si Seldryn reste, si Rintrah disparaît avec vous, un doute s’installera sur la raison de la présence vivante de Seldryn. S’il reste ici, seul… Cela mettra le doute sur la mort de Kieran. Zackheim ne pourra alors rien attenter car ce fait sera bien là. Il ne pourra alors rien attenté et surtout pas sans que nous le sachions par la suite. Nous le prenons ainsi à la gorge. Je sais que c’est un jeu dangereux à prendre, mais il faut quand même le faire. Pour votre bien à tous… ce souci aurait pu être évité si Peddyr avait réussi… à tuer Zachkeim. °

Le dragon brun n’épilogua pas plus et croisa le regard rougeoyant d’une Reine d’Or prête à suivre son instinct pour protéger sa liée, à tout prix. Dans environnement aérien du Kaerl, on commençait à entendre des rumeurs. Des dragons s’agitaient. Il semblait qu’on commençait à courir dans les couloirs des Spires.

°Je vous en pris, c’est la seule possibilité que nous ayons !°

Sans doute Sveargith réussit-il à se montrer convaincant. Et bien qu’il ne puisse entendre la conversation de Seldryn et de Rintrah, il fut soulagé de s’écarter Rintrah pour laisser Yshandir passé. Le pauvre humain n’arrivait pas à comprendre ce qui se passait réellement, mais voyait la ‘’sortie’’ permise. La Fealocé elle ne parut guère convaincue. Elle tenait à la survie de Kieran

°Dame Heryn… Ecoutez nous….°

Le Brun perçut les sentiments de la liée d’Heryn, pris dans une tenaille si oppressante, que le dragon se demandait d’où elle tirait sa force pour surmonter telles épreuves. Il loua sa force et son courage pour les affronter. Puis Heryn ferma les yeux, acceptant de partir

Yshandir l’aida à se lever de son lit et entoura ses épaules d’une bonne cape. Elle paraissait si perdue, si abattue.

’’Là où nous vous menons, vous serez en sécurité et nous pourrons vous aider à mener une lutte pour que cette gangrène cesse au sein de votre Màr’’
°Et nous retrouverons Kieran, je vous le jure !°

De son côté, Sveargith, avait posé ses griffes sur la balustrade, près à partir cette fois, faisant craquer de supplice les pierres qui les composaient Avec Rintrah ils allaient pouvoir partir avant qu’on ne tente de les arrêter, par l’interstice. Ainsi, la véritable Dame du Kaerl céleste et sa liée dorée seraient à l’abri, le temps de trouver une solution pour repousser la tempête qui ébranlait leur Màr.



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Publicité





MessagePosté le: Dim 14 Oct 2012 - 12:02 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu