Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [Mini-Quête] Intro - Une mission pour l'armée? Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 19 Sep 2012 - 21:39 Répondre en citantRevenir en haut

Premier jour d'Haskèlku 918


Dinjelaï frotta du bout du pouce le vélin posé sur le bureau de sa chambre. Elle avait reçu cette missive tard dans la soirée, et depuis, elle ne trouvait pas le sommeil. Elle parcouru une nouvelle fois le texte manuscrit, tracé en lettres malhabiles de celui qui n'a guère l'habitude de coucher des mots sur le papier. Il était signé de Saëph' Mohéar, le jeune bourgmestre du village nourricier de Lareikor. Un homme franc du collier, qui s'impliquait pour son village autant qu'elle même pour son Màr. Elle l'avait rencontré plusieurs fois, lorsqu'elle était encore à la tête du réseau d'espionnage du Kaerl et elle savait qu'il s'appliquait à écrire régulièrement un message personnel à l'attention de l'Intendant afin de raconter la vie quotidienne de Lareikor, l'état des cultures et l'avancée des travaux dans la manufacture de tissu, l'éducation des plus jeunes et les dégâts dans les troupeaux. Bref, les petites choses de la vie Orënnienne qui reliaient encore d'avantage le village et le Màr Luimë.

Aujourd'hui, rien d'aussi innocent.

Din reposa la lettre de Saëph' et repris celle de Ferson Von Wallenrod (Personnage adoptable ). Le Maître Bronze était actuellement en faction au village de Lareikor, sous la couverture de Précepteur d'Osmaël. Un professeur pour les enfants du village, voilà la première des exigences du jeune dirigeant lorsque le Kaerl l'avait contacté pour renouer les liens commerciaux entre le Màr Luimë et Lareikor. Ainsi, il y avait en permanence un Chevalier Dragon, chargé d'apprendre la lecture, l'écriture et le calcul à tous les gamins. Il s'occupait également d'organiser les convois de marchandises, en général une fois par lune, et veillait aux intérêts du Màr sur place. Dans sa missive, Ferson semblait légèrement alarmé, mais il se contentait d'énoncer des faits d'une façon neutre, moins inquiétante que celle de Saëph' pour narrer les disparitions...

La première avait eu lieu en Ouranosku, alors que l'automne s'était bien installé. Il s'agissait d'un enfant que nul ne connaissait bien au village, le dernier d'une fratrie arrivée l'hiver d'avant, menée jusqu'au village par leur aînée, qui comptait à peine douze printemps. Aucun adulte ne les accompagnait et ils avaient été pris en pitié par les villageois qui leur avaient fait une place dans leurs foyers. Mais à la vérité, aucun des trois n'était causant. Taciturnes, parfois agressifs avec ceux de leur âge. Quand le môme avait disparu, après une bagarre, on l'avait cherché pendant trois jours, pensant que le froid et la faim allait vite le faire revenir.

La deuxième disparition s'était soldée par la conclusion d'une mort accidentelle. Cette fois, il s'agissait d'une gamine originaire du village, partie crapahuter dans l'ancienne carrière avec d'autres de son âge. A un moment, ses compères de bêtise l'avaient perdu de vue... Cela avait provoqué un grand émoi, lorsqu'on avait découvert une grande quantité de sang sur les roches qui jouxtent la rivière. Son petit manteau avait été repêché, quelques lieux en aval.


Dinjelaï interrompit sa lecture et se mordilla la lèvre. La semaine passée, c'était un jeune adolescent du cours de Ferson qui n'était pas rentré chez lui. A priori, rien qu'une succession de malheurs dans tout cela, mais les habitants de Lareikor refusaient de croire aux coïncidences... Ne sachant trop que faire, Dinjelaï glissa les deux lettres dans la poche de son ample pantalon, enfila de nouveau ses bottines et sortit goûter l'air nocturne du Màr.

Elle devrait l'aborder au cours de la prochaine session, mais celle-ci ne se tenait que dans cinq jours, et à en croire la date sur la lettre de Saëph', celle-ci avait été rédigée trois jours plus tôt... Din ne voulait pas alarmer le Kaerl pour rien, mais pas non plus donner l'impression d'être froide et indifférente. Au fond d'elle, elle pensait que le dernier gamin avait dû faire le joli coeur au village voisin, et qu'il ne tarderait pas à reparaître, fier comme un coq. Mais si ce n'était pas le cas...

Les poings enfoncés dans les poches, Din s'aperçu que ses pas l'avaient mené devant les casernements de l'armée, au bout du Cirban. Malgré l'heure tardive, la lueur ondoyante d'une bougie se devinait derrière les volets fermés du bureau de la Griffe. L'elfe pensa à la bonne bouteille d'Eau de Feu millésimée, qu'elle avait offert à Darshan pour la longue nuit d'Isashaniku... Allons, voilà une bonne raison pour vérifier elle-même la qualité de son cadeau!
Elle toqua à la porte du baraquement et attendit qu'on l'invite à entrer.


Dernière édition par Dinjelaï Al'Ysiria le Sam 20 Oct 2012 - 12:43; édité 1 fois
Publicité





MessagePosté le: Mer 19 Sep 2012 - 21:39 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Darshan Kysumu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 21 Sep 2012 - 00:46 Répondre en citantRevenir en haut

-Dan' sérieux... regarde ce travail !
Calliadès Orilan jeta l'épée courte lourdement ouvragée vers la Griffe engloutie, qui s'en saisit avec une dextérité digne d'un chat. D'un regard attentif, il analysa sa lame, jaugea son tranchant et évalua sa souplesse. En quelques mouvements, il en détermina l'équilibre. En un seul coup d'oeil, il profita des magnifiques entrelacs d'or et d'argent qui ornaient la lame d'une facture moins excellente que ce que son forgeron voulait manifestement faire paraître.
Il tendit la lame à la maîtresse bleue Jillian, qui l'analysa elle aussi d'un œil sûr avant de la rendre à son propriétaire. Les trois membres de la garde -La Griffe, une capitaine et un lieutenant- n'avaient même pas besoin d'échanger un regard pour savoir ce qu'ils en pensaient. C'était un travail... de merde. De guerre las, Darshan se détourna vers la fenêtre de son grand bureau. L'endroit était sombre, à peine éclairé par quelques bougies aux flammes tremblotantes. Le vieux guerrier analysa son domaine d'un œil fatigué. Il avait gardé un certain nombre des vieux ouvrages guerriers de son prédécesseur, mais en avait remplacé une bonne partie par des effets plus personnels. Quelques cartes de Rhaeg, des croquis de l'anatomie d'un Dragon, un vieux cimeterre reposant dans un coin... l'endroit était spacieux, mais restait une vraie mine d'informations sur la guerre en général. Seuls son bureau, trônant dans le fond, une étagère, une commode , une table et quelques chaises venaient remplir l'endroit. Des escaliers menaient en haut, vers la chambre personnelle de la Griffe engloutie. C'était là son univers : pratique, austère et discipliné. Avec tout de même quelques jolies bouteilles trônant dans la commode et des feuilles d'une substance peu recommandable dans un tiroir...

Ce soir là, la maîtresse Jillian et le Lieutenant Calliadès Orilan étaient venus s'entretenir avec leur leader d'une défaillance dans l'armement du Kaerl. Si les forgerons engloutis étaient doués pour forger le Beskar, métal précieux qu'on ne trouve qu'au Mar Luime, ils se montraient bien moins efficaces lorsqu'il s'agissait de forger une véritable épée. Même l'acier le plus classique leur semblait difficile à travailler. Calliadès avait été le premier à parler de ce défaut. Le lieutenant, véritable dandy séducteur, avait été ramené par Darshan quelques mois plus tôt. Il possédait le don mais avait déjà vécu une longue vie de spadassin, due à son âge d'un peu plus de trente ans. Il avait rejoint le Kaerl en tant que Mercenaire pour en gravir rapidement les échelons et devenir l'un des proches de Darshan. Il était aussi l'un des rares capables de lui tenir tête l'épée à la main.
-On est sensés être une garde d'élite, et on doit se trimballer avec ces... ces coupe-coupe dignes du pire soûdard !
Il n'était pas non plus du genre à mâcher ses mots. Une qualité aux yeux du vieux Darshan.
-Je suis d'accord, intervint Jillian de sa voix suave.
Elle s'approcha du plastron de Darshan, qu'il laissait négligemment traîner dans un coin de son bureau. D'un coup de pied, elle le fit tomber.
-... grâce au Beskar on a peut-être bien les meilleures armures du monde. Mais elles sont inutiles sans les armes qui les accompagnent !

-Et donc... ? S'impatienta Darshan.
-Il faut importer des armes ! S'écria Calliadès.
Darshan garda le silence un moment. Ils avaient raison, bien entendu. Lui-même avait déjà noté ce problème comme l'un des premiers à régler. Mais bien sûr, tout cela demandait des moyens dont il ne disposait pas. Déjà que la garde était peu nombreuse, le fait qu'elle soit mal équipée n'était pas pour améliorer les choses. Sauf qu'ils avaient déjà à peine assez d'argent pour éviter que la caserne ne tombe en ruine. Alors importer de nouvelles épées...
-On a pas un rond, reprit finalement le vieux guerrier. Avec toutes ses conneries, Folken a préféré ponctionner le budget de sa garde en pensant que la position aquatique du Kaerl suffisait à le protéger ! Résultat des courses, les caisses sont vides. J'en ai discuté avec Dinjelaï, elle est d'accord pour nous débloquer des fonds, mais ça prendra du temps.
-Combien ? Demanda Jillian d'une voix pressante.
-Plusieurs mois. Le Kaerl est un gouffre financier. On a besoin d'argent, mais nos sources de revenus sont pas si nombreuses...
-Et donc pendant ce temps on se bat avec des armes pourries ?

Darshan s'enferma à nouveau dans son mutisme. Il avait pensé à une autre solution, mais n'avait pas encore eu le temps de vraiment y réfléchir. Peut-être était-il temps de s'y mettre.
-Le Kaerl a le Beskar, d'excellents stocks d'acier et même du fer météorique. Ce sont pas les ressources qui manquent, ce sont les gens capables de les exploiter.
-En effet, confirma Calliadès.
-Y a un gars à Lomeanor... il fait de superbes armes damassées. Si on arrivait à l'embaucher, on y gagnerait beaucoup... m'enfin, plus facile à dire qu'à faire.

-Pourquoi pas ?
-Il paraît qu'il a des soucis avec une guilde de marchands. Impossible de le faire quitter Lomeanor.

Jillian se permit quelques secondes de réflexion avant d'intervenir à son tour :
-Doryl doit être au courant de cette histoire. C'est le genre de choses qu'il sait toujours avant les autres.

-Bien. Dans ce cas...


Darshan ne put jamais terminer sa phrase. Des coups retentirent à sa porte. D'un regard, il intima à Calliadès d'aller ouvrir, ce que le lieutenant s'empressa de faire. Engoncé dans sa tenue soigneusement négligée (ou négligemment soignée, c'est selon), le demi-Elfe ouvrit grand la porte. Il laissa échapper une exclamation de plaisir suivie d'un léger sifflement. Se tournant vers Jillian et Darshan, il les gratifia d'un sourire mutin :
-Hé patron... t'as de la visite. T'aurais pu nous dire que tu te faisais venir des putains, petit cachottier...

S'écartant d'un pas, il laissa apparaître la tignasse auburn... de Dinjelaï, la maîtresse du Kaerl. Affichant un sourire indéchiffrable, le vieux guerrier intima à sa visiteuse d'entrer, avant de se tourner vers Jillian, qui souria elle aussi tout en s'inclinant devant sa Dame. Voyant ce geste, le lieutenant comprit qu'il venait de faire une bêtise. Darshan se fit un plaisir de lui expliquer.
-Salut ma Dame, ravi de te voir. Tu pardonneras Calliadès, il ne sait pas encore que tu es la maîtresse de ce Kaerl...
Baragouinant quelques mots, le pauvre lieutenant ne parvint pas à formuler des excuses suffisamment convaincantes pour être acceptables. Darshan les congédia, lui et Jillian, d'un seul geste. Alors que la maîtresse verte s'apprêtait à sortir de son bureau, il lança quelques directives :
-Voyez avec Doryl ce qu'il sait à ce sujet et faites le nécessaire. Vous avez carte blanche.

Calliadès et Jillian saluèrent, puis disparurent dans la nuit, échangeant quelques gloussements que personne ne pouvait comprendre à part eux.

Darshan se retourna finalement vers Dinjelaï.
Il invita sa Dame à s'asseoir sur une chaise, près de la table, avant de se précipiter presque machinalement vers son armoire à merveilles. Il en sortit une petite bouteille sans inscription, mais dont le liquide à l'intérieur luisait presque comme une bougie. Une boisson d'hommes. Ou de femmes comme Dinjelaï, c'est selon. Attrapant deux verres, il les remplit et en tendit un à sa Dame. Il reposa la bouteille sur la table, car il savait qu'il y avait de fortes chances pour qu'elle soit vide d'ici au matin.
S'asseyant à son tour avec un soupir de vieil homme, Darshan afficha une grimace de douleur. Son dos le faisant souffrir depuis l'entraînement de l'après-midi, mais il ne se permettait ce genre de relâchement que devant quelques proches amis. Si la liaison l'empêchait de veillir, elle ne pouvait le faire rajeunir et il ressentait de temps en temps le poids de sa cinquantaine d'années. A peu de choses près. Encore perdu dans ses réflexions, il en fit profiter la jolie Elfe :
-J'te jure... Folken était vraiment un imbécile. On a pas un radis Din', c'est quand même effrayant. Jillian et Calliadès -un garçon bien, il te plairait- sont venus me présenter une épée forgée au Mär. Travail de cochon. On a besoin de nouvelles armes ou de nouveaux forgerons. Et les deux coûtent plus d'argent que ce qu'on a disponible.
li se prit une bonne rasade d'alcool, comme pour faire passer la nouvelle.
-J'en suis réduit à chercher des solutions de... hé, mais dis-donc, s'interrompit la Griffe. Tu tires la gueule ou quoi ? Y a un truc qui va pas ?
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 21 Sep 2012 - 13:10 Répondre en citantRevenir en haut

Din fut relativement... surprise par l'accueil qui lui était réservé. Un homme, d'une trentaine d'années se tourna directement vers l'intérieur du bureau, sans lui adresser ne serait-ce qu'un bonsoir, et lança une remarque qui fit rougir les pointes effilées de ses oreilles. N'étant pas vraiment d'humeur, elle s'apprêtait à répondre du tac au tac puis se rappela que quelques mois auparavant, elle aurait laissé coulé sans plus de réaction qu'un sourire. Elle haussa donc les épaules et se contenta de fixer sur l'homme un regard moqueur. Elle ne le connaissait pas encore physiquement, mais Darshan lui avait parlé d'un nouvel adjoint et elle aurait mit sa main à couper qu'il s'agissait de celui qu'elle avait en face d'elle. Sa maladresse était du genre à plaire à a Griffe...

Elle profita qu'il soit retourné pour passer à côté de lui et s'adressa directement à Darshan:

Salut Darshan, je vois que tu ne choisis pas tes adjoints sur un critère de politesse. Elle jeta un regard en coin à Calliadès... Heureusement qu'il n'y a pas d'âge pour se corriger...

Sur quoi, la Griffe se fit un plaisir de faire les présentations... Le teint du lieutenant devint blême, ce qui lui allait relativement mal, et il tenta maladroitement de s'excuser et Dinjelaï savoura avec un grand sourire le malaise du jeune homme. D'un haussement d'épaule elle signifia qu'elle ne lui en tenait pas rigueur, et elle adressa un petit clin d'oeil à Jillian qui quittait la pièce. Ce petit intermède lui avait changé les idées, et en voyant Darshan remplir deux verres à liqueur, la perspective d'une bonne soirée entre amis se dessina, bien plus agréable que celle qu'elle avait imaginée.

Mais la réalité les rattrapa. Loin d'une petite soirée arrosée avec ses lieutenants, Darshan tenait plutôt une réunion de crise. Et il ne tarda pas à la mettre au courant du problème…

Les Engloutis n’ont jamais eu de forgeron digne de ce nom quand il s’agit de travailler de l’acier, le problème n’est pas nouveau, mais personne n’a eu l’idée de s’en préoccuper jusque-là.

Din soupira profondément, porta elle-aussi son verre à ses lèvres et tenta de réfléchir en sentant le liquide à la fois frais et brûlant couler le long de sa gorge. A côté d’un problème crucial au Màr Luimë, les inquiétudes d’un peuple d’Orën lui paraissaient lointaines et quelque peu dérisoires. L’argent, le nerf de la guerre…

Les échanges commerciaux avec le Kaerl Ardent devraient commencer. Je pense que ça sera un véritable plus pour notre trésorerie, on a pas mal de surplus à écouler qui pourrait intéresser nos partenaires… Tout le monde ne voit pas d’un très bonne œil cette décision que nous avons prise. Je sais qu’on murmure que nous aurions dû proposer la même chose aux Célestes. Din inspira profondément. Quand l’argent commencera à rentrer dans les caisses on pourra y réfléchir plus sereinement. Mais tu as raison Darshan, on doit veiller à améliorer la qualité de tous nos produits. Et les armes en font partie.

Din aurait bien aimé poursuivre sur le sujet, mais le partenariat avec Lareikor impliquait la responsabilité du Kaerl en matière de sécurité des villageois. Elle s’en ouvrit donc à Darshan :

Bof, j’ai reçu quelques mauvaises nouvelles… Enfin… Tu sais le village de Lareikor en Orën…

Elle fouilla dans sa poche et en sorti les deux feuillets froissés et les posa en face de Darshan avant de boire une nouvelle lampée, le laissant lire à son aise. Qu’il tire les conclusions par lui-même.
Darshan Kysumu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 7 Oct 2012 - 12:53 Répondre en citantRevenir en haut

Darshan tendit la main et saisit les eux morceaux de vélin sans prononcer un mot. Que Dinjelaï ait des soucis, cela ne l'alarmait pas plus que ça. On ne devient pas Dame engloutie sans avoir quelques sources d'ennui. Mais que ceux-ci soient capables de la tenir éveillée au beau milieu de la nuit, cela semblait exceptionnel aux yeux du vieux Mercenaire. Dinjelaï était du genre solide, de ces personnes qui considèrent qu'une nuit blanche passée à retourner un problème ne font que le rendre plus insoluble encore. Alors la voir s'inquiéter de la sorte, c'était bien une première pour Darshan. Plus encore lorsqu'elle lui dit qu'il s'agissait de Lareikor. De ce qu'en savait le guerrier, c'était l'un des quelques villages qui fournissaient au Kaerl ses matières premières. Pas vraiment le genre de sujets qui passionnaient la Griffe, l'armée se fournissant plutôt en armes et ressources auprès des marchands de Lomeanor. Il laissait la gestion des partenaires commerciaux à d'autres, se contentant d'affecter plusieurs membres des Crocs d'argent à la surveillance des échanges.
C'est donc avec curiosité qu'il s'installa plus profondément dans son fauteuil, lettres dans une main, verre dans l'autre. Son regard acéré parcourut rapidement la mission de Sapeh'. Rien de très extraordinaire, beaucoup de banalités, mais des commentaires sur de récentes disparitions. Même au travers de l'écriture du jeune homme, on ressentait comme un vif affolement, même si pour le moment, Darshan n'avait aucune raison de s'inquiéter.
La seconde lettre fut déjà plus intéressante. Déjà, son écriture était bien plus maîtrisée, même surtout la Griffe engloutie ne put retenir une exclamation de plaisir en voyant qui en était l'auteur :
-Ferson ! Sans rire, tu l'as affecté à Lomeanor ? Haha ! Sacré bon gars ! On a échangé quelques passes d'armes la dernière fois qu'il est passé au Kaerl, et ensuite on est allés boire un coup à Lomeanor. Figure-toi qu'on est tombés sur deux petites qui... euh...
Le regard que lui adressait Dinjelaï à cet instant suffit au vieux Mercenaire pour se reconcentrer. Il parcourut donc la lettre de Ferson avec une attention toute renouvelée.
Autre lettre, mêmes nouvelles. Ferson décrivait les disparitions avec un calme bien plus utile que l'affolement de Saeph. D'après lui, les habitants commençaient à douter du caractère hasardeux de ces malheurs. Il prit soin de préciser la nature de chacun des enfants disparus, mais à priori, ils ne semblaient partager aucun point commun notable.
La Griffe engloutie reposa les lettres sur la petite table, puis s'enfonça à nouveau dans son fauteuil. Plutôt que de réfléchir dans son coin, il préféra concentrer sa réfléxion en paroles. Ainsi, son cheminement de pensée serait plus clair pour sa Dame :
-Mouais... mouais mouais mouais...
commença-t-il, fort à propos. J'suis pas convaincu. C'est pas que j'veux pas être alarmant, hein ? J'peux comprendre les villageois. C'est jamais bien de perdre quelqu'un, mais bon...
Il but une gorgée d'alcool, et continua autant pour lui-même que pour Dinjelaï.
-Le soucis c'est que là, personne est neutre. C'est normal que les villageois s'inquiètent, et c'est normal que ça nous paraisse étrange au Kaerl. Ici les enfants sont protégés, les disparitions arrivent jamais. Dehors c'est pas la même histoire. Les enfants qui reviennent jamais, ça a rien d'exceptionnel.
Il reprit la lettre de Ferson et en parcourut les courts paragraphes.
-On pourrait dire que la gamine a été agressée, mais ça pourrait aussi être une rencontre avec une mauvaise bête. Quant au petit taciturne, il sera allé se perdre quelque part et aura fait une mauvaise chute. Quant on est seul, une jambe cassée suffit à provoquer la mort. Il réfléchit quelques secondes. Et ce gosse dont tu m'as parlé la semaine dernière, tu m'as dis que tu pensais qu'il s'était trouvé une petite dans un village voisin.
Quelques secondes de silence, où Darshan coula un regard indéchiffrable sur son amie et supérieure. Il voulait sincèrement l'aider, mais en l'absence de plus d'informations, il ne pouvait offrir plus que d'hasardeuses conjectures. Finalement, il sembla sortir de sa réflexion pour se concentrer d'avantage sur sa jolie interlocutrice. Il voulait manifestement conclure.
-J'peux rien te dire de plus. Saeph' a l'air de s'affoler, mais franchement... une succession de malchance me semble plus logique qu'un complot à grande échelle. Si tu veux en savoir plus, 'faudra envoyer quelqu'un, mais moi j'ai pas le temps et tous mes gars ont déjà du boulot. J'peux pas t'aider sur ce coup, Din'.
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 8 Oct 2012 - 18:20 Répondre en citantRevenir en haut

Din aimait regarder les gens lorsqu'ils lisaient. Leurs visages exprimaient des mimiques en fonction des émotions qui les traversaient, on pouvait facilement deviner la teneur de leurs réflexions. Et là, Darshan était dubitatif. Comme Din à sa première lecture d'ailleurs. Elle ne voyait rien de grave, mais se devait de réagir, au nom du Màr. Toute la difficulté était de choisir la bonne réaction...

Elle quitta Darshan des yeux et se concentra dans le liquide ambré qu'elle faisait machinalement tourner dans son verre. L'alcool liquoreux imprimait les bords de la coupe ciselée, mais elle n'y prêtait aucune attention. Darshan n'avait pas de guerriers dont il pouvait se séparer, forcément. Et de toute manière, aucun ne serait enchanté d'aller rejoindre Ferson. Ce n'était pas que ce dernier n'était pas un bon camarade, comme l'avait souligné le vieux briscard, mais aller enquêter sur des disparitions banales de gamins Orënniens, ça ne faisait rêver personne.

L'elfe soupira et haussa les épaules:

Tu as raison, ça n'a pas d'importance tout ça. Enfin, cent fois moins que notre façon de nous procurer du bon acier et d'apprendre à le forger. Mais Saeph' est pas un gars à baisser les bras comme ça... Oula non. Il serait capable de faire cesser paysans et manufacturières et lancer une grève. Il faut quand même montrer qu'on réagit promptement, sans quoi on manque à notre serment de protéger Lareikor.

Elle enfouit ses doigts dans sa tignasse et se frotta la tête:

En ce moment, tous ceux qui se trouvent au Màr n'ont pas vraiment envie de changer de coin... J'ai déjà dû batailler pour trouver deux assistants Chevaliers à notre Intendant pour une expédition. Qui donc se tourne les pouces au Màr et rêve d'Orën alors que l'automne s'annonce?

Din soupira à nouveau, un silence désolé plana quelques secondes, avant qu'un nouvel éclat, le premier depuis le début de la soirée ne vienne illuminer son regard...

Des Aspirants?! Tristan est là depuis quelques mois, mais il se languit de sa famille, peut-être pourra-t-il leur envoyer un signe de vie après sa mission, ça fait plusieurs semaines qu'il me tanne avec cette idée! Ce gars à la tête sur les épaules et un passé d'élu municipal... Il faudra faire preuve de diplomatie avec Saeph'!

Enchantée par l'idée, Din avala son verre d'une gorgée, puis se leva, un large sourire aux lèvres.

Comme ça, on envoie du monde, dont on peut se passer au Màr, tout en faisant plaisir à Saeph' qui voit qu'on le prends au sérieux, et à nos aspirants qui ont besoin de grand air!

Elle se leva, contourna le bureau de sa Griffe, et planta une grosse bise sur la joue piquante du Capitaine:

Aaah Darshan tu es une véritable muse pour moi!!
Darshan Kysumu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 9 Oct 2012 - 14:24 Répondre en citantRevenir en haut

Darshan observa la Dame de son Kaerl réfléchir. Il n'imaginait pas qu'il aurait pu avoir un effet aussi bénéfique sur l'Elfette, mais bon... après tout, elle était venue pour obtenir conseils et idées. Et même si la Griffe n'avait finalement pas dit grand chose de bien pertinent, au moins lui avait-il manifestement servi à quelque chose.
Il rougit comme une pivoine lorsque Dinjelaï écrasa ses lèvres contre sa joue, mais reprit contenance assez vite pour que cela ne se remarque pas. Les bonds de joie que faisait sa maîtresse avaient don de l'amuser, et il la trouva très jeune à cet instant précis. Certains auraient même dit trop, mais ç'aurait été mal connaître celle qui maîtrisait le Kaerl depuis plus longtemps qu'on ne voulait bien l'admettre. La Griffe se leva de son siège, un sourire satisfait sur les lèvres.
-Ravi de t'avoir aidé, ma douce. Je sais pas si envoyer des aspirants est une si bonne idée, mais au moins Ferson sera là pour les pouponner. Et puis avec un peu de bol, ça lui donnera envie de prendre un aspirant. Ou ça confirmera sa volonté de pas en prendre. 'faut voir.

Il s'approcha de la table et se resservit un verre de cet excellent alcool, dont la bouteille s'était curieusement vidée en si peu de temps. Il soupçonnait Dinjelaï de lui offrir ce genre de cadeaux juste parce qu'elle savait qu'il partagerait avec elle. Un excellent moyen pour la Dame engloutie de profiter de la vie sans s'attirer les foudres de ses opposants. La bouteille en main, il se retourna vers la maîtresse blanche :
-T'en reprends un, ou tu repars de suite ?
Quitte à ouvrir une bouteille, ce serait dommage de ne pas la finir...
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 10 Oct 2012 - 23:06 Répondre en citantRevenir en haut

Un sourire amusé et frondeur s'épanoui sur les lèvres de l'elfe. Ah, qu'il était bon de faire un cadeau qui serait pleinement apprécié à sa juste valeur. Autrefois, quand elle se cassait la tête pour offrir des présents qui collaient au plus proche de la psychologie de ses amis, elle tombait une fois sur deux à côté, ou alors se voyait contrainte d'emballer des choses hideuses... Maintenant, elle offrait avant tout ce qui lui ferait plaisir, à elle. Et avec Darshan, elle avait eu l'impression jusqu'ici de ne jamais être passée à côté. Un vrai bonheur que d'avoir des amis dont le palais était connaisseur, et surtout grand amateur de liqueur, elle avait moins l'impression d'être alcoolique... Quand Lalwendë venait la visiter dans sa chambre, les tisanes étaient de sortie!

Elle poussa son verre sur le dessus de table en cuir patiné, en direction de Darshan.

Maintenant que j'ai la solution du problème dont l'échéance est la plus brève, la soirée s'annonce merveilleuse!

L'alcool lui rosissait légèrement les joues, elle inspira profondément et l'air qui empli ses poumons lui paru passer jusque dans son crâne. Hummm, que c'était agréable!

Par Flarmya, Darshan, ça fait trop longtemps qu'on a pas tenu de réunion de travail toi et moi, cette bobèche me tourne la tête!

Elle rit doucement, mais ce n'était pas encore l'ivresse. Simplement la joie trop rare ces derniers temps de partager un moment simple. Dans la bouteille, le liquide ambré se balançait doucement, maintenant que Darshan l'avait reposée sur le bureau. Les yeux un peu brillants, elle leva son petit verre:

On pourrait peut-être se porter un toast? Si on ne se jette pas des fleurs mutuellement, personne ne le fera à notre place...

Il y avait peut-être un brin d'amertume dans la voix de l'elfe. Elle avait beau ne pas choisir les responsabilités pour la reconnaissance, son inconscient féminin recherchait un peu d'admiration... Malheureusement, elle détestait les flagorneries superficielles de ceux qui la connaissaient mal, et elle ne choisissait pas vraiment ses amis dans la catégorie des lèche-bottes...

A toi l'honneur!

Elle maintint son verre levé, et remarqua qu'elle avait du mal à maintenir le niveau du liquide à l'horizontale. Raah, plein à ras-bord, merci Darshan!
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:32 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu