Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP Officiel] A l'Auberge de la Tarasque Ivre Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 678
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 627
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Lun 27 Aoû 2012 - 14:37 Répondre en citantRevenir en haut



Bienvenue à la Taverne de la Tarasque Ivre !!! Mais viendez, ne restez pas planté là sur le palier. Entrez donc, v'nez vous réchauffer, notre âtre ronfle exprès pour vous. Sauf si vous aimez vraiment rester dans cette nuit noire et froide. Voilà, on est pas mieux là ? On est en train de faire griller un cochon rien que pour les invités de ce soir. Quoi ? Vous n'êtes pas au courant ? A votre trombine, on dirait que non. Vous n'êtes pas le seul à avoir été convié ici. Cela vous étonne ? Bah, vous faites ce que vous voulez hein.

Au fait... je vous ai pas déjà vu quelque part ? Votre tête me dit quelque chose. Mais si vous venez de ce Kaerl truc, je sais plus quoi. Non ? Ah.... Bon, j'ai dû me planter alors... Pourtant.. Bon oui oui, parlons de cette auberge plutôt. Alors elle est bien, elle est belle, elle est grande. mais non c'est pas tout, laissez-moi donc finir. Vous avez donc la pièce centrale. Oui vous le voyez. Vous trouvez au fond à droite une bibliothèque très riche de euuuh... Livres quoi et en annexe un fumoir, et deux salon privés. Bon j'en reviens à la salle commune. Des tables et des chaises. Mon comptoir est là-bas à droite. D'ailleurs, je vous laisse, j'ai des verres à nettoyer. Oui nous avons aussi une estrade pour qui veut se donner en spectacle. Vous voulez chanter ? Moi ça me dérange pas. Oh, et je vois que vous avez des cartes, bien sûr vous pouvez jouer, mais en cas de bagarre, c'est dehors ! Hein, vous avez soif ? Pas de problème, nos serveurs et serveuses sont là pour vous !

''Scroui scroui scroui'', chantent les verres au passage du vieux torchon de l'aubergiste.


HRP : Voici donc ouvert le rp qui va vous permettre de mettre en scène vos personnages opposés, ceux que vous nous avez si gentiment concoctés. Après les avoir imaginés, faites les jouer désormais. A vos plumes o/.




L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Publicité





MessagePosté le: Lun 27 Aoû 2012 - 14:37 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Narcisse d'Istelsten
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 28 Aoû 2012 - 12:40 Répondre en citantRevenir en haut



Ici, on se fichait pas mal de l’identité de celui qui payait bien et consommait beaucoup. Fort mal nommée « la Tarasque Ivre », l’auberge offrait du mauvais vin et des filles peu farouches qui acceptaient, pour quelques sous, de partager la couche des plus débauchés. Ici, il n’y avait pas d’histoire, pas de passé, pas d’amis. Ici on pouvait être assassin, escroc, marchand, soldat, ou paysan, cela n’avait pas d’importance. Ici, c’était le lieu de débauche et d’oubli que des hommes, nobles ou non, recherchaient pour fuir ce qui les hantaient. Ici, on passait des soirées à pleurer ensemble sur l’infidélité des femmes, sur la perte d’argent ou de biens ; on se battait et on tuait parfois. Un cygne blanc n’y a pas sa place.

Narcisse commanda à boire et alla s’asseoir dans un coin, à une table sale, dont le bois mal équarri portait encore le sillon des lames qui avaient tracé des noms que le temps avait oubliés. Elle avala son jus d’un trait et en commandant un autre, non sans avoir, au préalable, jeté quelques piécettes à l’aubergiste. Elle but ainsi pendant un long moment, inconsciente du bruit autour d’elle, des rires gras et des insultes grossières ; indifférente au tumulte des nouvelles de naissance, d’augmentations de salaire ou de mariage. La peur martelait ses tempes et rien ne semblait pouvoir la calmer. Elle éprouvait une vague nausée mais continuait de boire. Pourquoi était-elle venue ici, déjà ? Ah oui…elle avait toutes les raisons de se demander encore comment elle avait pu se laisser entraîner jusqu’ici.

- Eh ma p’tite damoiselle ! Pourquoi ne pas venir boire un verre en notre agréable compagnie ?
- Ah ah ah ! Un jus de fruit hein ? Allons, allons ! Si c’est d’argent dont vous manquez, nous vous offrons de suite la bière !


Narcisse se mit à rougir avec violence, puis tenta d’ignorer les deux bougres. Ils avaient les muscles et la bedaine de bagarreurs. Elle les avait remarqués depuis son arrivée, à lever leurs chopines en beuglant comme des porcs, émus et ivres surtout. Une main grasse et huilée se posa sur son épaule. Son moignon allait s’abattre sur le nez de l’impertinent, mais il n’atteignit pas sa cible, car son bras fut brutalement bloqué par la poigne du gros barbu. A peine avait-elle tourné la tête pour ignorer les deux hommes que l’un d’eux s’était empressé de venir l’aborder plus ardemment. Quelle veine !

- Oh oh ! Doucement jolie colombe !

Ses joues s’empourprèrent, elle crut chuter. Elle n’allait quand même pas tomber dans les pommes à cause d’un homme trop aventureux ? Elle imaginait déjà les gros titres dans les journaux demain, avec des textes sur elle, la petite chose, étendue de tout son long dans une auberge malfamée ; Non, elle ne lui donnerait pas cette satisfaction.

- Monsieur…je vous prie, laissez-moi tranquille, où j’en informe …mon père !
- AHAHAHAHAHAH !


Et l’assemblée se mit à rire aussi. Quelle humiliation. Narcisse se mit à sangloter.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 535
Présentation: URL
RPs: 1 115
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 2 Sep 2012 - 16:20 Répondre en citantRevenir en haut



Quel taudis cet endroit. En même temps, le vieux musicien n'avait guère le choix. S'il voulait jouer pour gagner un peu sa pitance. Oui car depuis deux bons jours, il n'avait eu qu'à se mettre dans le ventre qu'un gruau diluée dans ce qui ressemblait à jus de légumes. ce n'est guère consistant pour un homme de sa carrure. Large d'épaules et de haute stature, il était un homme qui avait un corps nécessitant l'apport d'une certaine quantité de nourriture. Whitewyr regrettait par moment de ne pas être né Elfe. Ces gens là mangeaient que le nécessaire pour vivre et encore des légumes.

Ignorant un peu la cohue de la salle commune, il se dirigea vers l'estrade. Il n'y avait aucun musicien qui le squattait - tant mieux - et il put y prendre place. Retirant le luth de son dos, il vérifia que les cordes étaient toujours bien tendues, jouant quelques accords harmonieux pour tester leur sonorité. Il sourit. L'instrument était prêt. Bien entendu, il avait demandé l'accord du tavernier de jouer. Ce dernier l'avait d'abord étudié de la tête au pied, avant de finaliser lui donner la permission en un vague soupir. Tant qu'il ne provoquait pas la foule, ce serait bon qu'il avait dit. Sinon le musicien paiera les pots cassés.

Whitewyr regarda brièvement la salle, avant de voir qu'une jeune donzelle était en prise avec des soudards... Les choses étaient ainsi. Il n'allait pas s'en mêler directement. Mais bien par la musique : il allait calmer un peur leurs ardeurs masculines - surtout qu'ils étaient moches ces deux-là !

Il entama d'abord une petite introduction mélancolique, qui appelait déjà un petit sortilège d'apaisement. Oui, il allait détendre toute cette lie présente dans cette taverne miteuse....



Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 690
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 346
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 13 Sep 2012 - 08:50 Répondre en citantRevenir en haut


Dark-Persée & Vraël des Ténèbres


La bicoque voyait son toit saillir dangereusement, ses murs pencher d'un côté ou de l'autre et ses vitres graisseuses éclairées de l'intérieur reflétaient une ambiance accueillante. Au moins la taverne tint le coup lorsque l'ouragan se posa non loin. Mélange de grâce et de puissance, de cruauté et de tendresse, Vraël replia ses vastes ailes et roula des muscles au soleil couchant. Ses yeux aussi grands que des boucliers avaient la teinte bleu-vert des fleurs de printemps. Ses écailles, aussi larges qu'une main d'enfant sur son dos et aussi menues qu'une goutte d'eau sur son ventre, renvoyaient une myriade de nuances de violet, de la pourpre des rois au sanglant d'un crépuscule. La Reine Améthyste attendit que son Âme Sœur glissa de son flanc pour s'ébrouer. La créature qui la chevauchait aurait pu être belle mais, comme sa dragonne, paraissait trop surnaturelle pour ne pas susciter le malaise en même temps que crainte et fascination. La cuirasse de Persée Garaldhorf, finement ouvragée de gemmes turquoises et d'écailles de mue, portait des plates sur la poitrine et le bras droit, celui qui doit tenir l'épée. Le reste était constitué d'une cotte de mailles de mithril, métal argenté délicat, coûteux mais extrêmement résistant. Une œuvre d'art et de mort. L'épée qui battait sa hanche était celle transmise dans sa famille depuis des générations. Sa famille avait hanté chacun des Kaerls, son père était Ardent, son oncle un ancien Englouti, son cousin un Céleste. Persée n'enviait pas ses ancêtres ni sa famille. Eux avaient eu un chemin tout tracé. Elle avait la liberté de décider.

Avec un sourire de lionne, la Chevalière solitaire que le Rhaëg craignait sous divers noms et divers visages entra dans la Taverne de la Tarasque Ivre d'un pas de conquérante. Les plus proches clients se turent et la regardèrent passer le seuil comme si elle pénétrait en terre assujettie. Si Persée ne se réclamait d'aucune allégeance si ce n'était à elle-même, elle prenait ce qu'elle voulait et ne donnait rien sans combattre. Il lui arrivait de former quelques Aspirants jamais trouvés par un Kaerl, souvent des Porteurs du Don assez malins pour la satisfaire et assez fous pour la suivre. Elle les formait à la guerre, à toujours chercher la vérité, à accroître leurs connaissances dans tous les domaines, à survivre et à avoir de l'ambition. Peu avaient survécu assez longtemps pour espérer se lier à un fils ou une fille de Vraël. En fait, ils n'étaient que trois. Et les rares couvées de la jeune Reine, entrées en dormance pour des jours meilleurs, reposaient dans une salle secrète des ruines du Màr Dìnen, à l'abri des prédateurs et des curieux. L'hybride avait bien essayé un jour de travailler contre rémunérations diverses pour les Kaerls mais cela finissait toujours mal. Apparemment, le fait de mettre la main d'un élève dans un mixeur est un comportement un peu déviant. Vraiment aucune imagination, ces gens-là ! Quant aux chers œufs de sa moitié d'âme, il était hors de question de les gaspiller.

Une mélodie s'échappait d'un coin de la salle. Persée distingua dans l'ombre un homme aux cheveux clairs. Il n'avait rien d'exceptionnel mais son ombre, projetée par les flammes de l'âtre, brandissait une épée et un dragon immense rugissait dans son dos. La jeune femme sourcilla, croyant être la victime d'une illusion d'optique et continua sa route. Depuis une récente mésaventure au Ssyl'Shar avec des prêtres-coureurs des sables, elle commençait à penser que les rêves possédaient quelque pouvoir. Vraël elle-même lui avait avoué quelques temps auparavant qu'elle avait rêvé dans son œuf qu'elle serait une Bleue d'un turquoise éblouissant. Persée ne savait quoi en conclure mais elle ne pouvait nier que tous ces mystères l'intriguaient. Néanmoins, elle repéra sans mal la petite demoiselle en détresse, humiliée et agressée par une bande d'ivrognes.

° Pas de folie, chérie °, lui glissa malicieusement sa Liée.

Le sourire de Persée s'effilocha en redoutable rictus. Vite et proprement, elle lança sa dague – volée à un obscur seigneur de Qhara – sur le soudard le plus proche. Un hurlement lui répondit, réjouissant son cœur noircis. La Sans-Destin se rapprocha de la scène. Le constat l'amusa. L'homme avait sa main clouée sur le comptoir par la dague. Ses compagnons commençaient à reculer. Le sang coulait abondamment. Dans un mouvement souple de cuir grinçant, Persée se planta face à l'homme gémissant près de s'évanouir. Elle posa une main gantée presque apaisante sur son épaule puis serra à lui broyer les os, ce qui le fit crier de douleur. Elle tira d'un coup sec la dague, non sans lui avoir fait effectuer une rotation rapide. Puis elle libéra le malheureux qui s'écroula à ses pieds, geignant comme une bête blessée, sa main déchiquetée serrée contre son torse. Il leva sur son bourreau des yeux pitoyables.

- La prochaine fois que tu violenteras un porteur du Don, je clouerais ta main sur ton corps. Mais ça n'arrivera plus, n'est-ce pas ?

Les yeux de ténèbres, dans le visage clair aux tatouages dorés sous la chevelure blond argenté, se posèrent ensuite sur la petite écervelée. Son ton se fit moins sarcastique mais pas plus doux.

- Quant à toi, petite, apprend à te battre.

Sur ces belles paroles, la Chevalière alla s'assoir au comptoir à quelque distance de la scène, pour ne pas être éclaboussée de sang, et commanda au patron éberlué une chope d'hydromel.



Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:35 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu