Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP]Quelque part sur un bout de terre... Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 14 Juil 2012 - 14:48 Répondre en citantRevenir en haut

Fin Haskèlku 918



Ce fut une mouette criarde qui réveilla Alauwyr. Grognant, il ouvrit les yeux pour entrevoir en premier lieu du sable. Du sable qui était chaud sous ses mains. Il referma les yeux et se concentra pour se redresser. Perclus de douleur, il avait l’impression de s’être fait passé à tabac. Un tiraillement au genou gauche lui arracha un autre grognement. Quand il rouvrit ses paupières, il put mieux découvrir l’endroit où il se trouvait : une plage… et à voir la couleur du ciel, c’était le matin, avec un soleil qui cognait déjà fort. Où était-il tombé.

Il chercha à se rappeler ce qu’il s’était passé, tout en réussissant à s’asseoir sur le sable et étendant doucement sa jambe blessée. Il volait de nuit avec son dragon, cherchant un lieu où attendre le passage d’un navire pirate… Ils étaient à ce moment au Nord d’Ys même, vers des petites îles qui offraient bon nombre de crique pour dissimuler des navires. Alauwyr en recherchait un pour retrouver un de ses anciens contacts qui l’avait trahi par le passé, voulant régler ses comptes une bonne fois pour toute… Et après…

Posant une main sur son genou pour estimer la gravité de la douleur, il étouffa un cri, se crispant. Ca devait être fracturé ! Il lâcha une injure. Tout se qu’il arrivait à se rappeler était un violent choc dans les airs. Estenir avait poussé un rugissement d’avertissement, ne pouvant pas esquiver à tant la masse sombre qui était subitement apparu devant eux. Et puis après plus rien. Et où était Estenir ?

°Estenir ! Réponds-moi ! °

Le vieux mercenaire était un être froid et imperturbable… Mais le lien qu’il entretenait avec son dragon le poussa à l’instant à une forte inquiétude, qu’il n’exprimerait jamais pour des êtres de sa race. Il redoubla l’appel mental, redoutant le pire. Non, son dragon n’avait pas pu périr, il l’aurait senti !

Quand une sensation familière envahit son esprit, il fut si soulagé qu’il se laissa tomber dos sur le sable.

°Alauwyr…Je suis là°
°Mon ami, que c’est bon de t’entendre… Je craignais un instant que tu n’étais plus°
°On ne peut pas se débarrassé de moi comme cela…. Mais tu souffres mon lié ! °
°C’est peut-être cassé… j’en sais rien. Où es-tu ?°
°Si tu vois des palmiers, je suis là-dedans… Empêtrés dans les lianes et les troncs… je n’ose bouger, car j’ai une aile de coincée. Elle est peut-être froissée…°


Alauwyr sentir l’angoisse du dragon centrée dans cette dernière hypothèse. Un dragon qui perdait sa capacité de voler devenait un dragon mélancolique et désespéré. En tournant la tête, il aperçut la palmeraie. On voyait facilement des troncs brisés. Le dragon noir avait dû faire un atterrissage violent.

°J’ai tout tenté pour redresser…°
°Du calme mon ami. Tu as réussi à nous garder en vie. Reste maintenant à nous sortir de là… Je ne vois pas sur quelle île nous nous trouvons et surtout ce qui a bien pu se passer. °
°Nous avons percuté un autre dragon. °
°Comment cela ? °
°Quelques secondes avant que nous nous percutions, il a surgi de nulle part, tout droit de l’interstice. °
°Qu’il soit maudit…°
°Un coup de malchance je dirai plutôt. Par contre, je ne sais pas ce qu’il est devenu après. Vu la violence de notre rencontre, il ne doit pas être bien loin… sans doute à l’opposé de notre position.°


Un tel accident n’arrivait jamais en tant normal. Mais rien ne permettait à un dragon en sortant de l’interstice de prévoir qu’un autre de ses congénères allait croiser sa route. La pure coïncidence s’en était mêlée.

°Je vais venir te rejoindre Estenir et t’aider comme je pourrai.°

Et ainsi, le dragon sera plus efficace en cas de danger. Oui car Alauwyr ne perdait pas sa méfiance. Qui était cet autre dragon ? Etait-il seul ? Allait-il prendre acte d’agression le choc violent de cette nuit ? Il retira sa vieille cape de ses épaules et la déchira en longs morceaux. Quelques vieilles branches longues et arrondies par l’eau de mer allaient lui être utiles pour en faire des attelles. Quand elles furent en place le long de sa jambe blessée, il disposa les bandes de tissus sur la cuisse, sur le mollet et en dessous du genou. Quand il serra à serrer cette toute dernière, il hurla :

’’Par les Enfers !

La douleur était intenable. Serrant les dents, il maudissait à nouveau cette situation. Il avait déjà eu des fractures dans le passé, mais au genou… Il ne pourrait accepter un tel handicap. Usant de son épée comme d’un appui, il réussit à se redresser et rejoignit la palmeraie comme il le pouvait, pour retrouver son dragon.



Publicité





MessagePosté le: Sam 14 Juil 2012 - 14:48 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2010
Messages: 462
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 194
Race: Humain
Âme Soeur: Hanelvig
Fonction: Escadron d'Elite
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 2 Aoû 2012 - 23:07 Répondre en citantRevenir en haut

Comme toujours avant le bref instant où il allait franchir l'interstice, Lordan se dit qu'il n'aurait jamais dû suivre le grand dragon noir Draveyn qui l'avait conduit dans une vie où il devait affronter une telle horreur. Il n'était pas atteint physiquement mais, aux tréfonds de son âme, une angoisse mortelle le saisissait et ce bref instant lui semblait durer une éternité.
Il s'était fixé comme but de retourner aux Ruines de Zé Kemel, sur une île perdue au nord de l'Archipel d'Ys .Un récit découverte dans un manuscrit des Archives affirmait que le site grandiose était celui d'une ville du début des temps, quand des peuples étranges construisaient des cités de merveilles. Peuples et cités s'étaient perdus dans le flot incessant des siècles et seuls quelques esprits curieux ou rêveurs cherchaient encore dans les vieux livres les traces de ces vies disparues. Zé Kemel avait été une cité de Nains et une légende affirmait que le dernier Roi Nain, Grodbarghr Aux Pieds Velus, y aurait été enterré avec la Couronne d'Emeraude, l'épée des Mille Diamants, le Sceptre d'Or Bleu et le Couteau Sacré aux cent lames, item intriguant tout particulièrement Lordan qui se demandait comment on pouvait faire entrer cent lames dans un couteau même sacré. Or il avait trouvé dans un manuscrit très ancien, un fragment de 650 pentamètres iambiques, plutôt ennuyeux , mais comportant ce distique mystérieux :

le roi fut mis en terre au noir rocher
Dessus la côte aux deux cœurs accolés

   
et comme le tumulus de Grodbarghr n'avait jamais été découvert, l'indice était de taille, à condition de comprendre ce que signifiait cette histoire de cœurs.
Lordan avait consulté un vieil archiviste spécialiste des textes Nains et des pentamètres. L'érudit avait haussé les épaules et dit que c'était une image poétique. Le Roi Nain était réputé pour, ayant perdu sa fiancée morte noyée, lui être resté fidèle pendant les cent-vingt ans de son règne, ce que l'archiviste jugeait impossible, vu le tempérament très vigoureux des Nains de ce temps, leur multipolygamie traditionnelle et obligatoire et le fait qu'ils plaçaient le siège des sentiments amoureux non dans le coeur mais beaucoup plus bas. Et le savant homme de conclure que le poète, d'ailleurs né trois cents ans après les faits, racontait des histoires. Cela n'avait pas découragé Lordan qui profita d'un jour de congé pour retourner à Zé Kemel. Vu du ciel, il verrait bien si un détail de la côte coïncidait avec le texte.

Comme d'habitude, Hanelvig ne le prévint qu'il passait l'interstice qu'au tout dernier moment, afin d'abréger son appréhension. L'horreur glaciale le happa, chassant l'image de Grodbarghr Aux Pieds Velus.
Lordan ferma les yeux ; la chaleur revient d'un coup et il allait soupirer de soulagement quand Hanelvig eut une sorte de jappement bref et se cabra d'un violent coup de rein, les ailes brusquement arquées en arrière. On entendit un cri, de grands flappements d'ailes, des bruits d'air sifflant en tourbillon. Lordan s'était cramponné d'instinct au harnais qu'il tenait toujours pendant l'interstice. Le dragon glissa sur l'aile et s'ébroua pour reprendre un vol horizontal. Son esprit était rempli de surprise et d'émotion incrédule. Lordan parla pour le calmer après avoir jeté un coup d'oeil vers le sol. Beau temps, clair matin, vent frais et des îles, semées comme des feuilles sur la mer ourlée de blanche écume. Vers l'ouest on distinguait les masses montagneuses de l'île plus vaste, but du voyage.


*Qu'est-ce que c'était ? On a raté notre sortie ? Pourtant je reconnais Zé Kemel.*

*On a raté un dragon, oui ! Je n'en reviens pas ..Cela ne se produit que rarissimement, une fois par siècle ! Parfois, on sort à quelques envergures mais là, je l'ai vu, droit devant. Il a viré juste mais je l'ai heurté ..pas beaucoup mais suffisamment pour qu'il descende en spirale pas très nette .Un Noir, très grand...

*Et toi, tu n'as rien ? *

*Heu non ... un peu mal au poitrail, j'ai pris son aile en coup de faux. Et je n'arrive pas à le capter ; ce n'est pas un de chez nous …

 Et son chevalier ? Descends, Hanelvig ! Il faut voir s'ils sont blessés. Va à l'île la plus proche et essaie de les contacter . Par Flarmya, en voilà une histoire … Tu es sûr de ne pas être blessé gravement ? Descends doucement .. tes ailes ?

*Très bien .. j'ai fait le Grand Aérofreinage recommandé par les Anciens en cas d'obstacles et risque de collision ...je vois une plage..il y a un bipède par terre et pas de dragon .
*

Lordan se pencha, le coeur serré d'appréhension :

*Oui, je vois aussi ; ah, le chevalier a bougé ..il a dû être éjecté à l'atterrissage … Je vois le Dragon ; c'est un Grand Noir … il bouge ! Il a l'air d'être coincé... Merci Flarmya, ils ne sont pas morts!*

*Allons voir le dragon en premier, c'est lui qui a l'air le plus handicapé. Il faut le sortir de là . veux-tu que je te  pose au passage, près du bipède ?*

*Il s'est assis et semble capable de bouger les bras et même de se soulever. Ne perds pas de temps et allons voir le Dragon qui doit être en contact avec lui et le préviendra.*


Hanelvig descendit d'une seule spirale et se posa derrière le bois où s'était abattu un dragon de très grande taille. On apercevait le haut de son dos pris dans des arbres du genre palmier, qui s'étaient couchés sous le choc et le poids, certains se brisant nets ; d'autres, faisant ressort, s'étaient à demi-redressés, créant un inextricable fouillis végétal. Et soudain, Hanelvig, très excité :

*Je le capte !...Il s'appelle Estenir, c'est le dragon de messire Alauwyr. Il est blessé, mais surtout il est coincé. Il demande que nous l'aidions .. Son lié est aussi blessé, mais il arrive.*

Lordan fut suffoqué et se mit à bégayer, blêmissant à ces révélations :

*A..a.;alau.. alaulauwyr .. Messire... Messire Iskuvar ! *

Oui,
dit modestement Hanelvig en tendant ses postérieurs pour se poser,   on a descendu le Seigneur du Màr Taralom et son dragon.

Il toucha le sol et souffla au choc puis ajouta, vexé :

*Et je me suis cassé un ongle ! *





Dernière édition par Lordan Ventaren le Sam 11 Aoû 2012 - 09:26; édité 1 fois
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mar 7 Aoû 2012 - 20:48 Répondre en citantRevenir en haut

°Quoi !°

Alauwyr bouillonnait de rage. Déjà qu'il avait du mal à digérer qu'il était blessé, sans doute grièvement au genou, mais de là de savoir que le dragon qui les avait percuté était indemne... Et que c'était un dragon céleste avec son lié !

°Au vue de la situation, je pense que nous n'avons guère le choix. J'ai estimé la nécessité de nous présenter et je leur ai demandé de l'aide.... °
°Tes inquiétudes sont touchantes, Estenir, mais tu aurais pu m'en parler !°
°Ton refus aurait été catégorique si j'avais procédé ainsi. Tu es en train de souffrir le martyre et cela m'est insupportable. Tu mets toutes les volontés du monde à vouloir agir seul, mais dans notre situation actuel, je suis désolé de l'annoncer comme cela, il va falloir mettre ta fierté de côté°


Alauwyr se tenait contre un des palmiers qui avait échappé au passage de la chute de l'Empereur Noir. En sueur et serrant les dents face à l'effort qu'il fournissait pour rejoindre son lié, il s'appuyait contre ce soutien végétal pour ne pas se laisser choir. Sa jambe était un tel calvaire grandissant de douleur qu'il doutait à chaque minute d'être capable de rester debout. Atteindre son lié était sa priorité et quand il avait vu la silhouette du dragon faire son apparition, sa rage n'avait fait que croître... Lui était à terre avec son dragon, alors qu'ils n'avaient rien demandé à personne et celui-là voletait tranquillement, comme pour afficher avec une petite fierté de ne rien avoir subi comme dommage, même pas l'arrachage d'une écaille ou une égratignure sur le cuir de ses ailes. Rien ! Il se retenait de lever le point vers le dragon de bronze qui se posait non loin d'eux, pour les injurier de cette chance insolente ! Mine de rien, la faute leur incombait, puisqu'ils étaient sorti de l'instertice.

Le jeune dragon, car sa taille n'était pas encore celle d'un dragon adulte, se permit une petit réplique... Une griffe cassée ? C'était la meilleure ! Presque la goutte qui fit déborder le vase pour le Seigneur Ardent.

''Tu te plains vraiment d'un rien, jeune lézard. Ta griffe repoussera ! ''

La douleur fut intenable, il se laisse tomber à terre, pour laisser sa jambe blessée moins de tension. Grimaçant, il regarda un instant son dragon noir...

°Je sais que tu veux m'aider à sortir de là. Cela se fera, mais le mieux serait que tu ne forces plus. Peut-être que d'être venu jusqu'à moi n'a fait qu'empirer les choses°
''Peut-être, mais en attendant, je serai en droit de demander des comptes envers ce dragon et son lié ! ''
°Messire Lordan et son dragon Hanelvig°
°Peu m'importe !°


La douleur le rendait vraiment irritable. Au moins cela lui épargna de tourner de l'oeil.

''J'espère, Nobles Sires que vous avez quelques parchemins avec vous pour noter les circonstances de cette collision, pour que nous puissions déterminer les torts ! ''
°Cesse un peu Alauwyr. Là tu commences à subir les conséquences du choc. Donc tiens toi tranquille. Ils sont prêts à nous aider. Après nous verrons pour tes histoires de papiers.... D'ailleurs, pourquoi les écrire sur parchemin ? Tu veux démontrer que ce n'était pas accidentel c'est cela ? °

Alauwyr se retint de lâcher un injure. Une fois encore son dragon avait raison. La douleur aveuglait son jugement. Là il le reconnaissait. Il jeta son épée un peu plus loin de lui, à moitié vaincu.

''J'espère qu'ils auront au moins la décence de reconnaître l'accrochage et de payer les dommages....''



Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2010
Messages: 462
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 194
Race: Humain
Âme Soeur: Hanelvig
Fonction: Escadron d'Elite
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 11 Aoû 2012 - 09:25 Répondre en citantRevenir en haut

''Tu te plains vraiment d'un rien, jeune lézard. Ta griffe repoussera ! ''

La voix gronda , que la douleur et la colère étranglaient. Lordan, en descendant de son dragon, le cœur rempli d'anxiété, vit en un éclair le Seigneur Ardent mortellement touché, le scandale inouï secouant les Kaerls, les funérailles solennelles, les guerriers du Màr Tàralöm frappant leurs boucliers pour scander l'appel à la vengeance, l'attaque en piqué sur le Màr Menel, la riposte affolée des Célestes, les Engloutis quittant leur neutralité pour participer au massacre, les chevaliers s'entretuant, les dragons agonisant, les Spires qui flambaient, et pour finir, son capitaine lui signifiant avec sévérité, « Ventaren, vous êtes un imbécile ! ».
Cette idée moins apocalyptique le ramena à la réalité. Il jeta un coup d'oeil à Hanelvig qui louchait sur sa griffe droite en hérissant ses écailles surorbitales, ce qui correspondait à un froncement de sourcil vexé et suspicieux.

*Haelvig ! Occupe-toi de délivrer Sire Estenir. Et c'est un dragon de Seigneur. Du respect !*

*Tu me prends pour un chiot ? Mais son lié m'a traité de jeune lézard et ce n'est pas un vrai Noir, et pas un Empereur et j'avais la priorité..*

Sans plus l'écouter, la gorge serrée, le Céleste s'avança vers Alauwyr Iskuvar qui, la jambe mal ficelée dans une attelle improvisée, tentait de rester debout, s'appuyant, le visage crispé, contre un tronc de palmier, avant de se laisser soudain glisser à terre, fusillant du regard le jeune chevalier qui s'approchait. Il passa en même temps à l'attaque en présentant la situation sous un jour  officiel et paperassier des plus imprévus. Lordan en fut sur le moment totalement déstabilisé. En effet, voyant la souffrance du blessé, son âme de soignant n'avait plus pensé qu'à soulager la douleur. Il la sentait irradiant toutes les fibres du corps afhlétique d'Alauwyr malgré la volonté de ce dernier de n'en rien laisser paraître. Lordan avait déjà fait glisser sa musette d'épaule où il transportait son habituel assortiment de premier secours et tout son petit bazar de coureur des grèves et des bois. C'était pour lui un objet rassurant , lui donnant l'impression d'être utile et capable. Et voilà que cet affreux parlait de déterminer les torts ?
Ce n'était pas tant la hargne mise dans le ton qui le surprenait. Certains accidentés étaient si choqués qu'ils poussaient leurs réactions à l'extrême. De vigoureux gaillards pleuraient comme des enfants, d'autres rendus furieux se retournaient contre celui-là même qui les soignait . Mais personne souffrant le martyre n'avait jamais eu l'idée de faire passer la paperasse d'abord et les soins ensuite. Et il n'aima pas non plus le geste de l'Ardent jetant son épée comme s'il renonçait à se défendre. Cet esprit mal embouché avait-il cru que Lordan voulait l'attaquer...? Lordan frissonna en pensant qu'il aurait pu être conduit  comme aspirant au Màr Tàralöm ..Le jeune chevalier avait déjà rencontré Alauwyr et le savait irascible et cultivant sa mauvaise humeur comme d'autres cultivent des cactus, content qu'on vienne s'y piquer les doigts. Mais Lordan n'était plus l'aspirant sans répartie dont l'Ardent se souvenait peut-être.
La seconde remarque, aussi acidement tracassière que la première, aborda le sujet des dommages à payer et déplut tout autant au Céleste. Alauwyr pensait-il qu'il allait lui présenter une note de frais pour la prise en charge et un devis pour les médicaments et les actes chirurgicaux ?  fallait-il discuter au préalable : L'incision, avec ou sans laudanum ? Et c'est tant par point de suture ! On s'arrête à combien ?
Cependant son irritation avait permis à Lordan de reprendre le contrôle de soi et il se pencha sur le grand corps étendu en rengainant néanmoins les civilités et excuses qu'il s'apprêtait à présenter au blessé . Excuses de pure courtoisie car en y réfléchissant, son dragon n'était pas plus coupable que le noir qui, un peu plus loin, dans ses branches emmêlées, soufflait et grognait tandis que Hanelvig s'arcboutait pour soulever les troncs abattus.
Lordan n'eut donc aucun mal à prendre un ton froid et professionnel :

-Payer les dommages ? Nous parlerons de cette intéressante question plus tard . Je vais défaire votre attelle et regarder votre blessure. J'ai reçu une formation d'apothicaire et de guérisseur et acquis un peu d'expérience.


Il posa son sac tout en parlant et, d'une main preste, découpa aux ciseaux le tissu enroulé. Il aurait pu le dérouler en soulevant la jambe à chaque tour, s'il avait été méchant... puis il écarta les attelles improvisées. Il ne prononça aucune des paroles rassurantes que les médecins prodiguent pour distraire le patient de son état de choc et n'avertit pas non plus selon l'usage « que cela allait faire un peu mal ». Alauwyr voulait jouer les durs et les gros bras ? Et bien, Lordan serait son partenaire très empressé à lui renvoyer la balle. Il marqua le premier point quand il découvrit le genou enflé et déjà d'un rouge intense, les chairs tendues et luisantes de l'hématome ressortant sur la musculature sèche et noueuse du guerrier : Alauwyr blêmit à la première palpation. Lordan proposa aimablement

-Vous pouvez crier, cela détend un peu les nerfs
.


Mais il commençait à s'apitoyer sur cet œdème spectaculaire. Le Seigneur Ardent devait se croire déjà dans l'enfer réservé aux âmes noires à qui Isashani la bienveillante n'accorde pas le bienheureux oubli du repos éternel. On pouvait redouter une fracture du haut du tibia...et l'imprudent avait osé marcher avec une pareille blessure ! Mais tibia et fémur semblaient intacts. Lordan fit encore quelques palpations . Alauwyr gronda sourdement mais on pouvait penser que c'était d'exaspération devant l'injure faite à sa personne plus que de la douleur à lui infligée. Après tout, un refus de priorité peut être assimilé à un manque de respect envers un supérieur, et que ce misérable petit chevalier céleste se permît de surcroît de lui tripoter le genou ne pouvait qu'être très mal reçu par l'orgueilleux maître du Màr Tàralöm.
Lordan se releva, C'était assez agréable d'être grand et de voir étalé sur le sol, tout en bas à ses pieds, celui qui l'aurait écrasé comme un insecte s'il avait été en pleine possession de ses moyens. Mais il se sentit aussitôt un peu honteux d'un sentiment aussi mesquin et il adoucit le regard et le ton. Et puis, un médecin est toujours content d'annoncer une bonne nouvelle :

-Vous avez échappé à la fracture, et il faut en remercier Flarmya. Les fractures au genou nécessitent des mois de soins et la jambe est souvent déformée et infirme pour la vie. Vous avez une entorse, assez grave cependant, d'autant que vous l'avez accentuée en plaçant les attelles un peu en biais. Ce qui n'a fait qu'augmenter la douleur déjà fort cruelle. Il se peut aussi que vous ayez une rotule fissurée. Elle se remettra seule mais restera douloureuse et à ménager un certain temps. Je vais vous immobiliser le genou. J'ai des bandes plus faciles à mettre en place que ces lambeaux de tissu . Et je vais vous mettre une embrocation à base d'huiles et de camphre qui devrait vous soulager un peu, le temps que Hanelvig aille prévenir ses frères Ardents que vous avez été blessé. Il faudra rester sans bouger tant que vous n'aurez pas de béquilles. Il ne faut pas poser le pied à terre.

Lordan roula sa veste et la mit sous la nuque du guerrier allongé, puis il s'accroupit de nouveau, son sac à disposition près de lui. Il avait du camphre et même un peu de liqueur de pavot pour la suite, mais il doutait que le méfiant Alauwyr consente à accepter un somnifère.
A ce moment, Hanelvig poussa un petit rugissement de satisfaction, accompagné d'un grand bruit de branches cassées.. Estenir venait de se dégager totalement et il marcha aussitôt vers son lié, l'aile un peu pendante. Lordan en fut relativement soulagé, l'aile froissée était un accident fréquent chez les dragons, le plus souvent bénin. Quelques heures de repos et au besoin une petite manipulation sur l'articulation et Estenir pourrait repasser l'interstice.
Mais en relevant la tête, Lordan avait aperçu une barre noire menaçante au bas du ciel . Un orage se préparait. Cependant, on en voyait mal l'amplitude car les îles masquaient toute une part de l'horizon marin. Soucieux,il interpella son dragon :

-Hanelvig, veux-tu monter suffisamment haut pour nous dire ce qui se prépare là-bas ?


Puis il se tourna vers Alauwyr tandis que le bronze se ramassait pour l'envol.

-Je crains qu'il ne faille remettre la rédaction de nos constats à plus tard et trouver un endroit où nous abriter ; un orage se prépare et cette couleur noir bleutée du ciel ne me dit rien de bon . Ce n'est pas la saison, mais cela ressemble fort à ces cyclones qui tourbillonnent autour de l'Archipel ou viennent se disperser sur les îles. Il nous faut trouver un abri.

Il se hâta de terminer le pansement ; il faudrait aussi examiner l'aile d'Estenir, si celui-ci le jugeait bon. Mais si l'ouragan s'installait sur leur île, ils risquaient fort d'y être coincés pour un certain temps. Déjà le vent forcissait de façon notable. Mais de là-haut, Hanelvig lui annonçait, très excité :

*Hoho ! On est sur le revers d'une île plus grande que ce que je croyais avoir vu à l'arrivée ! Et derrière la colline, il y a une côte de rochers noirs très découpée, avec deux petites criques séparées par un isthme étroit. Et de haut, je dirais qu'elles sont cordiformes et accolées.*

*Cordiformes ?

Lordan allait s'impatienter. Qu'avait-il à faire des considérations géographiques de cet étourdi de dragon ? Mais soudain, le sens des mots le frappa. Des criques en forme de coeur et accolées ?? Hanelvig redescendait déjà et concluait :

*Eh oui ! Je crois bien que nous sommes chez Grodbarghr Aux Pieds Velus. Il y a d'ailleurs de petites ruines au pied de la colline. Elles vont être utiles car il nous arrive dessus une vraie tempête d'Archipel !. Tout l'horizon est exactement de la couleur d'Estenir !*





Dernière édition par Lordan Ventaren le Mar 11 Déc 2012 - 11:20; édité 1 fois
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Ven 17 Aoû 2012 - 20:36 Répondre en citantRevenir en haut

Le Seigneur demeura silencieux durant tout le diagnostic effectué par Lordan, grognant et manquant d’injurier les cieux de cette souffrance, même si le Céleste palpait le genou. Cela faisait un mal de chien comme pas possible. Lordan lui avait même permis de crier. Comme s’il allait s’exécuter pour le simple plaisir de hurler à l’agonie…Quand le médecin improvisé se redressa, Alauwyr percevait l’effort de son lié pour aider à dégager les troncs des palmiers en poussant sur ses pattes comme il le pouvait. Le jeune bronze retirait petit à petit les entraves végétales.

Lordan arracha Alauwyr à l’attention qu’il portait à son lié en donnant son verdict. Le vieux guerrier aurait pu se détendre sur le pronostic qui s’avéré favorable à une rémission totale, mais là où cela coupa cette détente fut l’idée du jeune homme d’aller quérir un des ardents… Là il grinça des dents. Déjà qu’il allait se montrer boiteux durant des semaines, chose qu’il aurait du mal à avaler, mais en plus, il allait se mettre en position de faiblesse. Qu’il détestait cela… Quelle idée avait eu ce céleste de sortir de l’interstice justement quand il passait ! Par le Sang qu’il mériterait de…

Un fracas de bois coupa court à ses sentiments assassins. Estenir venait de se libérer et n’attendit pas de reprendre son souffle qu’il se dirigea vers son lié.

°Merci de ton aide, jeune Bronze°

Ses yeux se posèrent aussitôt sur l’ardent à terre.

°Tu vas éviter d’avoir des pensées de ce genre mon lié. C’est déjà une chance qu’on ait eu leurs aides. Il suffit de voir le ciel qui devient menaçant… °

Il ne fallut pas longtemps à Lordan pour demander l’aide de son lié pour évaluer la force de la tempête qui s’annonçait. Vraiment, cette journée était plus que désastreuse : une aile de froissée pour Estenir, une jambe invalide et maintenant le ciel qui enrageait….Le Céleste termina son pansement, pendant qu’Alauwyr se redressait tant bien que mal pour se mettre sur ses coudes. Lui aussi avait remarqué la couleur du ciel et sourcilla.

’’Alors il faut trouver l’abri et rapidement. Rien que la couleur des nuages et la force du vent qui nous tombe dessus… la tempête sera plus que cyclonique. ‘’

Ys était réputée pour avoir parfois des fortes tempêtes de ce genre. Le mercenaire blêmit brusquement. Malgré la collision, si le Céleste avait continué son chemin, la tempête serait venue les achever, lui et Estenir.

°Je suis dégagé maintenant et nous allons tous nous mettre à couvert… Hanelvig, si les vents forcissent encore, je te déconseille de redécoller. Tes ailes risqueront de se briser comme des fétus de paille. °

Sans attendre quelques avis que ce soit, le dragon noir prit sa forme humaine, gardant un bras ballant collé le long de son torse.

’’Estenir, ce n’est pas prudent !’’
°Je ne serai pas de trop pour t’aider à te porter avec le jeune céleste. Et puis j’ai toujours un côté valide et sans vouloir te vexer, tu pèses ton poids. Et comme ta jambe ne doit pas être sollicité… Jeune céleste, je vais vous aider à porter mon lié, moi d’un côté, mon valide et vous de l’autre. Nous limiterons ainsi toute aggravation de la blessure de mon lié. Même sous ma forme secondaire, je suis bien plus fort qu’un bipède normal. Ne perdons pas de temps à trouver l’abri°

Alauwyr ravala le commentaire qu’il allait cracher, se rappelant que Lordan lui avait fait presque le reprocher de marcher avec son entorse. N’avait-il pas eu conscience ce satané céleste qu’il s’était soucié d’abord de son lié ? Estenir ramassa son épée à la lame sombre pour la passer dans sa ceinture, sur son côté. Autant ne rien laisser. Et la tempête allait être une bonne chose : elle allait effacer les traces de leur accident. Ainsi Alauwyr se ferait moins de soucis quand à l’arrivée de potentiels ennemis. D’ailleurs, il préféra garder ce détail pour lui ; Alauwyr ruminait bien assez comme cela.

Il se rapprocha d’ailleurs de lui.

°On va s’y prendre en même temps, ce sera plus adéquate et moins douloureux pour lui°
’Faites ce que vous avez à faire au lieu de vous soucier des conséquences’’



Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2010
Messages: 462
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 194
Race: Humain
Âme Soeur: Hanelvig
Fonction: Escadron d'Elite
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 21 Aoû 2012 - 10:55 Répondre en citantRevenir en haut

Approcher du seigneur Ardent équivalait à tenter de traverser un roncier en espérant, à force de prudence, ne pas se faire écorcher une seule fois. Lordan connaissait ce caractère arrogant et agressif et il se sentait à peine enclin à plus de patience envers Alauwyr parce que celui-ci souffrait. La douleur ne devait qu'augmenter sa rage de se trouver en état d'infériorité devant un Céleste, et qui plus est, un jeune Céleste de rien du tout. L'insistance mise à l'appeler jeune avait vexé le chevalier. Il avait vingt-trois ans et menait une vie indépendante d'adulte depuis plus de six ans. Il n'était pas jeune au sens où l'entendait ce vieux croûton hargneux, jeune, c'est à dire nul, sans expérience, blanc-bec tout juste bon à débouler de l'interstice pour envoyer le noble, le puissant, le terrifique Alauwyr, s'aplatir sur le sable. Pfftt, ce sont les vieux qui ne devraient plus avoir le droit de voler sur leur dragon, avec leur mauvaise vue et leurs rhumatismes. Des dangers publics ! Et râleurs avec ça...Lordan apprécia la hauteur des cocotiers d'Ys et se dit que certains usages tribaux avaient du bon.

Quand le jeune chevalier évoqua la nécessité d'aller prévenir le Màr Taralòm, il comprit qu'il avait gaffé. Alauwyr lui montra littéralement les dents. Lordan envisagea les raisons possibles d'un tel refus - coutumes ancestrales de ces tordus d'Ardents, implications politiques qui nécessitaient le secret absolu sur ce déplacement en solitaire, méfiance devant un possible piège, simple mouvement d'humeur à l'idée de devoir un service à un Céleste, jeune de surcroît ? Un mélange de toutes ces raisons ?
Mais de toutes façons les bourrasques se levaient déjà, annonçant des conditions qui rendraient vite impossible un passage correct d'interstice, encore moins un retour, surtout pour un jeune Bronze, comme l'interpella Estenir. Cependant la remarque sonna courtoisement. Au moins Estenir savait dire merci ! Hanelvig inclina le cou en signe de respect et rabaissa sa collerette. Lordan se sentit fier; son lié était toujours d'une politesse accomplie ; du moins avec les dragons.
Le respect de la hiérarchie des âges était d'ailleurs inné chez les sauriens de Flarmya, lesquels tiraient leur savoir d'une mémoire collective les formant peu à peu. Lordan eut un peu honte de sa propre réaction offensée. Oui, il n'était qu'un blanc-bec à côté du seigneur Alauwyr, guerrier impressionnant et qui avait su, lors de la Quête des Vertueux, montré suffisamment de maîtrise de soi pour surmonter les rivalités de kaerl . Si le bouclier magique. Athank ornait maintenant l'autel de Flarmya au Màr Menel, c'était bien grâce à Alauwyr qui le lui avait remis. Radouci, Lordan entendit les conseils de prudence donnés par le dragon noir et le vit se transformer en humain avec le plaisir étonné qu'il ressentait toujours au spectacle de la magie draconique. Il n'osa pas demander à Estenir s'il voulait être examiné. La morphologie d'un métamorphe n'a rien à voir avec celle du modèle de sa transformation et se place sur un autre plan, dans une autre dimension de la réalité. Lordan s'inclina légèrement pour montrer qu'il se mettait aux ordres d'Estenir en ce qui concernait le transport du blessé ; il proposa seulement :

-On peut fabriquer un brancard avec des bâtons enfilés dans les manches retournées d'une veste qu'on reboutonne entre les montants. Mais peut-être faut-il mieux partir d'ici au plus vite. Hanelvig, peux-tu nous casser et ronger deux perches d'environ cinq pieds ? Tu nous les apporteras ensuite mais on aura déjà fait un bout de chemin . Il faudra au moins vingt minutes pour contourner cette hauteur et les nuages gagnent à une vitesse inquiétante.

*Entendu, mais je ne ronge pas ! Tu me prends pour un lapin géant ? Je peux utiliser ma dentition acérée pour rendre tes perches opérationnelles, c'est tout. Je me suis déjà casséun ongle, je ne vais pas m'ébrécher un croc. Je pourrais peut-être transporter le Seigneur Alauwyr en le tenant dans ma gueule comme les mammifères font avec leurs pe..*

Lordan, effrayé à l'idée qu'on ait pu l'entendre, lui coupa la pensée :

*Non, non. Il ne faut pas secouer le blessé ; fais comme je te dis !et n'oublie pas de prendre ma veste.
Et ne vole pas si le vent devient trop fort. Ou alors en rase-mottes. Le terrain est assez dégagé.*

*En rase-mottes ? Moi ? ...Très bien , je rasemotterai ! Mais..*

Lordan foudroya l'éternel contestataire d'un regard qu'il s'efforça de rendre impérieux, mais Hanelvig rejoignait déjà les arbres en roulant des épaules et balançant sa queue d'une façon imperceptiblement insolente.
Estenir était en effet même sous sa forme humaine d'une vigueur peu commune et Alauwyr, installé selon la technique dite « de la petite chaise » eut à peine le temps de grogner, qu'il était déjà soulevé dans les airs et passait de mauvaise grâce ses bras autour du cou de ses deux porteurs. On s'éloigna aussitôt tandis que les éclairs commençaient à zébrer tout l'horizon et que les roulement de tonnerre formaient un fond sonore menaçant sur lequel éclataient de brusques rafales, ébranlant les frondaisons et ployant la ligne souple des palmiers.
Alauwyr avait beau donner l'impression d'être tout en muscles taillés à la serpe, sans un soupçon de graisse inutile, il pesait lourd sur les bras de Lordan qui devait compenser le déséquilibre dû au bras pendant d'Estenir . La sueur commença à lui perler aux tempes avant même d'arriver au pied de la colline et et il vit arriver Hanelvig avec soulagement. Il prévint Estenir et celui-ci s'arrêtant aussitôt soutint habilement son lié qui prit appui sur sa jambe valide tandis que Lordan enfilait la veste sur les perches. C'était presque un manteau, long, en étoffe solide, et il se félicita de toujours porter des vêtements un peu larges. Alauwyr fut déposé sur le siège improvisé, Lordan se mettant en tête et Estenir parvenant à coincer un des montants sous son bras invalide, ce qui confirmait aux yeux expérimentés de Lordan qu'il n'avait rien de cassé, peut-être même un simple traumatisme qui commençait à se résorber. L'idée du constat réclamé par Alauwyr lui revint en mémoire et il en éprouva son habituelle détestation de tout ce qui relevait de la paperasse officielle. Faudrait-il qu'il demande à son capitaine de lui servir de garant, de caution, de répondant, de justificatif, enfin, il ne savait pas très bien de quoi ..et s'il était convoqué par l'Ancalikon elle-même ? Lordan paniquait encore un peu devant les femmes investies d'une haute autorité. Il préfèrerait que ce soit le Seigneur Zackheim qui le reçoive et lui débite ses phrases coupantes et froides comme des lames de glace. Il prendrait son air idiot et resterait figé, au garde-à-vous, en pensant qu'un jour, il rejoindrait la Résistance, serment ou non.

La pluie commençait à écraser de lourdes gouttes tièdes sur les rochers noirs qu'ils avaient enfin atteints et on aperçut le bâtiment à demi ruiné signalé par Hanelvig. C'était un édifice assez petit, accolé contre un abrupt de granit  dominant la mer. Une rampe y montait, l'entrée béait sur un rectangle d'obscurité car, si la colonnade de façade s'était plus qu'à demi écroulée, contribuant à fondre l'édifice dans la paroi rocheuse, le toit en terrasse avait heureusement résisté.
Hanelvig fut le premier à passer le triangle fureteur de sa tête dans la large ouverture et après quelques secondes, il signala avec cette expression en ancien dialecte Kokalo que Lordan trouvait vulgaire :

*Hok ! hey ! Y a personne, enfin je crois.*



Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 25 Aoû 2012 - 10:27 Répondre en citantRevenir en haut

°Un brancard… j’y aurai pas besoin, mais comme nous sommes pris par le temps°

Malgré son bras douloureux, Estenir taisait sa propre douleur, sentant déjà celle de son lié, qui même n’avait pas soufflé un seul mot depuis, le faisait souffrir. Mise à part de grogner quand il dut passer ses bras autour des épaules de ses deux bienfaiteurs.

Il fallait faire vite, avant que la tempête ne leur tombe dessus. Cette dernière se déplaçait rapidement, comme si elle n’avait qu’une hâte : se jeter sur les fuyards qui cherchaient un abri pour s’abriter de sa fureur. En même temps, il y avait de quoi. Une tempête tropicale, bien qu’elle portait un nom qui rappelait la chaleur des mers au bord de superbes plages de sable blanc, était synonyme de vents forts et de pluie intense, mordante et froide. Ses dangers n’étaient pas à ignorer.

Hanelvig revient avec des montants improvisés pour fabriquer le brancard avisé par Lordan. Il ne fallut guère de temps à le monter, avec une veste solide du jeune céleste et de faire grimper l’Ardent dessus. La progression put être plus rapide, mais elle fut surtout plus acrobatique pour Estenir et Lordan. En effet, le dragon ne pouvait tenir qu’un seul montant. Le jeune homme dut compenser l’équilibre comme il put.

La pluie commença d’ailleurs à goutter quand enfin, ils atteignirent les ruines. La structure parut étrange aux eux d’Alauwyr, mais il se contenta d’apprécier son emplacement. Sans doute un ancien avant-poste, avec une vue imprenable sur la mer et les alentours de l’île.

°Je pensais connaître les abords de la plupart des îles.°
°Visiblement non. Rien n’aurait laissé deviner qu’il y avait eu d’anciennes constructions ici. Cela ne ressemble pas à de l’architecture Valherue°
°On le saura plus tard. Ce n’est guère ma priorité vois-tu.°


Le Bronze passa la tête dans l’ouverture pour confirmer la présence ou non d’habitants locaux. Il confirma ceci : personne, avec une pointe de doute.

°Personne ou pas personne, rentrons. Nous allons être trempés et nous aurons du mal à nous sécher. Espérons qu’il y a du bois sec dedans
°


Sans attendre davantage, notre équipée pénétra dans cette vieille bâtisse après avoir gravi une rampe devenant un peu glissante avec les premières gouttes ruisselantes dessus.

L’intérieur était sombre avec une odeur de moisissure. On ne voyait guère la profondeur de la salle plongée dans les ténèbres, mais le dragon noir confirma un point intéressant et soulageant :

°Je ne m’attendais pas à ce que ce soit si immense. Notre petite abri s’étend plus en avant encore, comme si on avait cherché à creuser dans le sol même pour trouver de la place à l’espace de vie. Il y a de quoi là mettre trois fois ma masse…. Ah plus loin à une cinquantaine de mètres, je vois une vielle porte en pierre on dirait. Il doit y avoir encore d’autres pièces. Concept intéressant pour un tel lieu. Ainsi l’ennemi ne peut pas évaluer les forces présentes… Vu que c’est sous terre. °
’Tu t’extasieras plus tard Estenir. Est-ce que tu vois de quoi faire du feu ? ‘’
°Oui. °

Estenir demanda à Hanelvig, qui avait dû rentrer depuis, d’allumer deux torches qui se dressaient sur le mur latéral qui partait de l’entrée principal, pendant qui lui et Lordan posèrent Alauwyr sur le sol dallé et poussière.

Dès qu’un peu de lumière vacillante brisa les ténèbres, on put voir que les murs étaient taillés dans de solides blocs de granites, comme s’ils devaient résister à des attaques d’une puissante surprenante. Alors que c’était sous terre ?

L’heure n’était pas à l’exploration et les ‘’invités’’ de ces ruines se préoccupèrent de faire un feu avec quelques restes de poutres moisies. Heureusement leur épaisseur allait permettre le maintien du feu. Car dehors, le vent rugissait sa colère de pas les atteindre et la pluie martelaient lourdement les marches de la rampe extérieure.

Les deux hommes étaient autour du feu, les dragons justement derrière eux. Alauwyr s’était emmitouflé dans ce qui lui restait de sa cape, gardant un regard rivé sur le feu qui délivrait généreusement sa chaleur, malgré la puanteur provoquée par les champignons de bois. Il haïssait sa situation actuelle et un rien suffirait à déverser sa fureur sur le pauvre céleste au moins mot de travers.

°Alauwyr, je sais que tu pestes intérieurement, mais rager ne servira à rien. Lordan et Hanlevig nous ont aidés et là nous sommes à l’abri et surtout au sec. Pour une fois dans ta vie, ravale ta fierté. °
°Chercherais-tu à me donner des ordres Estenir ? °
°Prends cela comme des conseils plutôt. Là je sais que tu as encore froid, un effet post-traumatique de notre accident et de ta blessure. Qui passera rapidement je puis te l’assurer. Mais ce n’est pas en t’énervant que tu amélioras ta condition. Si tu détendais un peu, tu verras, cela te soulagera plus que tu ne l’imagines. Vois Lordan comme un homme loyal à ta mission, que tu as engagé pour avoir une plus grande force d’attaque. °


Alauwyr se contenta de grommeler dans sa langue, avant de relâcher les épaules et de chercher quelque chose à sa ceinture. Ce fut un peu de mauvaises grâce qu'il agissait. Il écarta sa cape pour dévoiler une longue bourse ouverte, qu’il tendit à Lordan.

"La tempête va être longue. Servez-vous. C’est de la viande séchée. Il y en a pas beaucoup, mais elle tient bien au corps"

Estenir afficha un petit sourire satisfait dans son coin, avant de lever la tête et de contempler cette vieille porte qui les narguait presque, là-bas au fond de la salle qu’ils occupaient.

°Je me demande ce qu’il y a derrière et surtout, qui a construit tout ça….°



Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2010
Messages: 462
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 194
Race: Humain
Âme Soeur: Hanelvig
Fonction: Escadron d'Elite
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 26 Aoû 2012 - 11:58 Répondre en citantRevenir en haut

Les échos de la salle où ils pénétrèrent révélaient un édifice souterrain plus vaste que le péristyle d'entrée à demi effondré ne l'avait laissé supposer et Lordan ne put s'empêcher de penser que c'était peut-être l'accès au tombeau du Roi Nain. Mais d'un autre côté, ç'aurait été trop beau qu'Hanelvig soit sorti de l'interstice juste au dessus de l'île que son lié recherchait, sans avoir aucune hypothèse de départ. Pour passer l'interstice, le dragon n'avait utilisé qu'une image mentale assez floue que Lordan gardait d'un voyage d'entraînement effectué quand il était assistant. A moins que l'instinct interstitiel d'Hanelvig n'ait été influencé par la vision que l'imaginatif Chevalier n'avait pas manqué de construire sur la description poétique du manuscrit :

Le roi fut mis en terre au noir rocher
Dessus la côte aux deux cœurs accolés.



La manière dont fonctionnait la perception spatio-temporelle des dragons demeurait un mystère total.. et s'ajoutait à ce mystère le fait que, par une seconde coïncidence, certes moins heureuse, la sortie s'était produite juste au moment où passait le Seigneur des Ardents, provoquant une collision si exceptionnelle qu'elle n'était même pas systématiquement abordée dans les procédures d'urgence enseignées par les Maîtres. En y ajoutant le déchaînement imprévu d'une aussi violent tempête, on pouvait voir dans tous ces évènements le doigt des Dieux, la décision du destin, le décret du Fatum originel, le ...Lordan s'arrêta net. Il ferait mieux de veiller à déposer le brancard avec douceur plutôt que de se prendre pour l'élu des dieux. Néanmoins il se sentait tout excité. Tous ses projets d'aventure se concrétisaient. Même si l'accès, somme toute aisé, laissait supposer que le mausolée - si c'en était un – avait dû être visité et pillé au cours des âges, il n'en restait pas moins intéressant pour la connaissance des antiquités rhaëgiennes. Si Lordan ne découvrait pas ce qu'était le fameux couteau sacré à cent lames, il pourrait au moins écrire un mémoire qu'il déposerait aux Archives. Les pillards n'avaient peut-âtre pas saccagé les vestiges, sans valeur à leurs yeux, comme des inscriptions ou des bas-reliefs.
L'ouragan, qui rugissait derrière eux, se transforma en un simple grondement étouffé quand ils contournèrent la claustra qui isolait la première salle, laissant deux larges passages à droite et à gauche, et ils avancèrent précautionneusement dans l'ombre grandissante, un peu abasourdi par le brusque changement d'atmosphère.. Le silence des lieux abandonnés les enveloppa tandis qu'une forte odeur de champignon chargeait l'air confiné. Lordan reconnut l'odeur caractéristiques du Polypode Argenté, ce qui signifiait qu'il y avait des boiseries dans les environs, peut-être des poutres ou d'anciens mobiliers. D'ailleurs, dans la pénombre, la pâle lueur devenait perceptible et révélait bien la présence de ce fongus par ailleurs plutôt pestilentiel.
Alauwyr se laissa déposer sans mot dire mais chez cet homme, même le mutisme était lourd de mécontentement. Lordan se demanda si Alauwyr riait parfois de bon cœur. Pourquoi n'y aurait-il pas des histoires drôles, des jeux de mots amusants chez les Ardents et non pas seulement de l'humour noir et des remarques faites pour blesser ? Se sentir de bonne humeur et plaisanter joyeusement, s'esclaffer à une remarque comique, se laisser emporter par une histoire désopilante jusqu'au fou rire, n'était-ce pas inné chez tout être conscient ? Lordan, tout sérieux qu'il fût de nature, appréciait sans complexe la franche gaieté, comme une agréable pause dans le courant maussade ou agité des jours. La réputation sinistre des Ardents devait être exagérée. Qu'ils n'aient pas les mêmes notions morales était un fait, mais ils ne pouvaient ignorer le rire heureux, les larmes, le désir d'être une compagnie appréciée, le sentiment camarade qu'il est toujours un moment où la vie semble un peu plus indulgente, ou l'autre n'est plus un ennemi potentiel. Et puisqu'ils connaissaient la souffrance, ils appréciaient forcément d'en être soulagés, ne serait-ce que brièvement. Lordan était convaincu que la bonne humeur avait des vertus thérapeutiques..Arriverait-il à faire sourire Alauwyr, et d'un sourire qui ne soit pas sarcastique ou méprisant ? Pour l'instant,  lui aussi savait besoin de bonne humeur. Il ne sentait plus ses épaules et il avait les paumes en feu. Et deux blessés à surveiller . Sans compter la griffe d'Hanelvig qu'il n'avait même pas eu le temps de regarder. Il avait laissé sa pensée s'échapper et son lié y répondit aussitôt :


*Ne t'inquiète pas. Ce n'est que du bris de carrosserie ; je suis défiguré de la griffe mais je n'ai pas mal. Et comme l'a dit si aimablement messire Iskuvar, ça repoussera !*


Estenir venait de repérer des torches signe que le lieu servait encore au moins d'abri temporaire ; mais elles étaient anciennes. La résine qui en avait coulé était durcie et il fallut que Hanelvig soufflât un peu de feu à plusieurs reprise pour qu'elles s'enflamment. Hanelvig aimait beaucoup exercer ce talent si particulier de sa race et savait parfaitement doser son souffle embrasé, tout comme diriger ses jets de vapeurs Il lui arrivait même de souffler des ronds de fumée par le nez, ceci pour se faire remarquer des jeunes dragonnes, et sans se soucier de l'avis de son lié qui jugeait cette pratique très vulgaire.


Quelques minutes plus tard, un bon feu brûlait et l'aération très bien agencée de la salle hypogée évacuait parfaitement les fumées. Les quatre rescapés se réchauffaient peu à peu et restèrent quelques minutes à se remettre de la pénible arrivée en ce lieu providentiel. Il fallait espérer qu'il le restât, car d'étranges échos se faisaient parfois entendre à travers les parois de granit ou de basalte qui devaient répercuter le moindre son. Ce pouvait être les échos de la tempête ou des eaux souterraines ou simplement les soupirs de ces murs ancestraux s'effritant dans la poussière du temps.
Quand Alauwyr tira Lordan de sa rêverie en lui proposant de la viande séchée sortie de son escarcelle, le chevalier fut très spontanément content. D'abord, l'odeur du fumage aux herbes était très apéritive et lui révéla une faim de jeune loup. Ensuite, c'était le premier geste, sinon amical, du moins n'exprimant pas la méfiance, que le terrible Alauwyr se permettait à son égard. Il prit la nourriture, tout heureux de cette marque qu'on ne le considérait plus seulement comme un danger public et un céleste jeune crétin. Hanelvig, accroupi derrière lui et qui rognait son ongle cassé pour qu'il n'accroche pas, lui souffla d'un ton ambigu :



*Les Ardents empoisonnent tout le monde et s'empoisonnent même entre eux. Tu ne devrais pas accepter. Tu veux que je goûte d'abord ?*


*Hanelvig ! Ce soupçon est indigne du seigneur Alauwyr et aussi de nous. Nous sommes des chevaliers-dragons !...les humains ne sont pas tous des monstres. J'ai ton pastrama favori dans ma sacoche et aussi des croquettes Super Drakinou, si tu as faim.*



*Le « si »est superflu. Je n'ai rien mangé ce matin en prévision de l'interstice. Et inutile de parler de croquettes. Ça fait chien. Entre jeunes dragons, on dit des Superdrakes. Tu veux qu'Estenir se moque de moi ?*


Lordan se dit qu'il devrait cesser d'acheter les produits que les astucieux bouchers de Lòmëanor vendaient aux récents chevaliers tout préoccupés de leur dragon à nourrir. Il fallait changer d'attitude. Hanelvig chassait très peu pour son compte, sachant que son lié n'aimait pas qu'on tue des animaux, sinon dans la nécessité. Ce n'était pas normal. Il faudrait cesser de  traiter son dragon comme un bébé.
Il sut qu'il avait, une fois de plus, laissé à son lié la libre communication de son esprit en entendant :


*Tout à fait d'accord, je suis un jeune adulte et je sais rôtir mes proies . Mais ce n'est pas une raison pour me priver de ces amuse-gueules inventés par les humains pour nous plaire.


Lordan sortit donc lui aussi de sa besace de quoi nourrir dragons et aussi humains, car il avait des fruits secs qui seraient les bienvenus après les efforts supportés.
Il remercia sobrement Alauwyr , comme il sied aux voyageurs que l'orage réunit dans une auberge de hasard. Sa part terminée, il sortit de son sac un petit équipement, qu'il avait prévu pour son escapade, en bon coureur des bois qu'il aimait être. Hanelvig fut envoyé chercher de l'eau à l'une des gargouilles du péristyle qui devaient cracher des trombes sous la pluie de l'ouragan. Et la petite bouilloire sifflotant près des braises et un thé bien noir achevèrent de rendre l'atmosphère aussi conviviale qu'on pouvait l'espérer entre un accidenté et celui que ce dernier tenait pour être, au mieux, un abruti responsable de l'accident et au pis, un sinistre comploteur coupable de tentative d'assassinat.
Il se doutait que Alauwyr n'aimait pas trop les discours et encore moins les discoureurs, mais le partage d'un repas autour d'un feu commun suppose un début d'entente et le Céleste attaqua bravement :


-Je vais vous fabriquer des béquilles avec les perches. Je pense que dès demain, vous pourrez les utiliser, avec prudence et modération, mais si c'est une tempête de quatre ou six jours comme on rencontre autour de l'Archipel, nous allons être coincés ici et il ne faut pas rester sans bouger sur ce sol très dur. Pour la nourriture, j'ai des réserves pour quatre, non,deux jours, mais on peut faire de la soupe de polypore. C'est assez désagréable, et même franchement révoltant, mais c'est nourrissant, et peut remplace légumes et viande, du moins un certain temps . Je crois qu'il n'y a d'effets secondaires que si on en mange trop longtemps ou en buvant de l'alcool. Et on devrait aller voir ce qui se cache derrière cette porte là-bas au fond . Outre qu'il faut mieux surveiller nos arrières, je voudrais vérifier une théorie.


Tout en resservant du thé, il expliqua le motif de son arrivée sur l'île, s'enthousiasmant peu à peu au récit de la vie et mort du Roi Nain Grodbarghr, malgré Hanelvig qui murmura :


*Ce n'est pas malin de tout lui dire ! Il va te souffler le couteau à cent lames.*


Ce qui laissa le chevalier la bouche ouverte de surprise choquée.



Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 3 Sep 2012 - 15:04 Répondre en citantRevenir en haut

Si Hanelvig avait entendu parler d’Alauwyr, il aurait appris que le Seigneur avait été avant tout un authentique mercenaire avant de venir poser le pied dans le Kaerl Ardent. Il privilégiait toujours l’emploi des armes tranchantes et non du poison comme certains ardents. Depuis son plus jeune âge, le maître noir avait appris à se battre, usant de ses compétences martiales pour gagner sa vie en tuant d’autres des siens. Etre lié à Estenir par un ardent déchu qui n’avait jamais eu le courage d’aller voir les Célestes à l’époque pour demander une nouvelle terre d’asile, lui a été même profitable pour s’assurer une sale réputation : le Chevaucheur de Démon. Sans vergogne, le dragon cendreux l’aidait dans ses entreprises de mercenariat. L’humain évoquait peu son mentor, qui avait su voir en lui quelques capacité digne des plus grands maîtres-dragons, mais pas comme il l’avait espéré.

L’Ardent mâchonna un morceau de sa viande séchée, pendant qu’il fixait Lordan déballer ses affaires. Oh, il en avait pas des tonnes, mais voir qu’il avait juste ce qu’il fallait pour faire un bivouac de quelques jours. Au moins le Céleste avait beau être jeune et aventureux, il jouait dans la prévoyance. Et pendant que le thé chauffait, Lordan précisa qu’avec ses propres provisions, ils pourraient tenir plus longtemps.

°Heureusement que je ne suis pas difficile et que je peux me passer de manger durant quelques jours°
°Néanmoins, cela ne t’empêchera pas de prendre quelque chose de temps en temps sous ta forme humaine. Je te rappelle que tu as une aile abimée. °
°Je serai guéri bien avant toi et je souffre moins que toi mon lié. Ce serait à toi de faire attention et de suivre les indications de ce jeune céleste. Je ne doute pas un seul instant de ses petites compétences de guérisseur. C’est une chance pour toi°
°Parle pour toi ! °


Rien que le mot béquille avait suffi à le faire grimacer. L’idée d’être réduit à se déplacer avec ce genre d’aide au kaerl le répugnait. Mai sil ne pourrait pas rester alité durant tout ce temps. La plupart de ses ennemis ne pourraient qu’en profiter. Même si l’immobilisme d’un convalescent était ce qu’il y avait de plus contrindiqué, Alauwyr ne se voyait pas du tout attendre dans le fond de son lit des jours entiers que son genou guérisse. Déjà qu’il sera sans nul doute une proie facile pour les opposants les plus mordants…

°Cesse de penser à tout cela. Même avec une béquille, tes ennemis resteront sur leurs gardes. Après tout, tu restes le Seigneur Ardent.°
°Estenir, je me demande parfois si tu mesures les conséquences que cela peut apporter… °
°Que tu restes un homme malgré tout ? Que même toi, tu peux être atteint par les déboires de la vie ? Pourtant, tu es encore là, en vie. Certes, avec l’aide d’un céleste, mais vois les côtés bénéfiques de la chose°


Alauwyr se contenta de grommeler. S’il se lançait dans ce débat avec le saurien cendreux, les arguments seraient difficiles à contrer. Estenir était moins épuisé que lui de ses propres douleurs.

Il gardait toujours le silence quand Lordan lui resservit du thé. Il n’était pas un adepte de ces boissons là, mais au moins, celle-ci le réchauffa, ce qui le détendit un peu. Au point qu’il se rende vraiment compte de la portée de son épuisement. Tout cela à cause d’une collision draconique !

Sous le jeu des flammes, l’ombre de ses cicatrices creusait un peu plus la dureté de son visage et l’éclat enflammé ne semblait pas réussir à faire briller les yeux sombres du vieux mercenaire, qui écoutait Lordan, lui dévoilant les raisons de sa présence dans les environs de cette ïle, jusqu’à ce qu’il reste la bouche ouverte, comme estomaqué de ce qu’il venait de raconter devant l’Ardent. Si son aventure devait être secrète, et bien c’était raté. Au moins, cela arracha un rictus amusé sur le faciès balafré d’Alauwyr.

’’Donc cette structure pourrait être une partie de la cité naine que vous recherchez ? Cela se tient. Cette structure a pu appartenir à une petite forteresse ou à un simple avant-poste. Mais je vois mal des nains s’être installé ici… D’une paire qu’ils préféraient les montagnes, et ensuite… Cette île ne semble pas être d’une position très stratégique. ‘’

Là il se permit un petit rire.

’’Tout comme jeune homme avide d’aventure, vous vous bercez dans les récits légendaires des rois et des héros du passé. Mais bon nombre ne sont que des fables embellis par les conteurs pour donner du contenu presque fantastiques à de simples êtres. Cela se trouve, nous somme peut-être sur les derniers vestiges de votre cité, tenu par un simple officier nain qui fut banni de ses terres… Ou alors d’un homme atteint de petite taille. ’’

Là il en profita pour terminer sa tasse de thé. Derrière lui, il ne remarqua pas le sourire ravi de son dragon, toujours sous sa forme humaine pour le moment. L’Ardent participait à la conversation, donc il ne songeait plus à ses préoccupations de Seigneur. Tant mieux, il avait besoin d’être sur une autre ligne de pensée.

’’Peut-être qu’il y a quelque chose derrière cette porte. Avec de la chance, vous ramenez quelques reliques classiques naines… Où d’une autre vieille peuplade locale qui a occupée les lieux jadis. ‘’

Au moins Lordan pourra se rassurer de voir qu’Alauwyr ne croyait pas vraiment à l’existence réel du Roi Nain. Ses recherches n’auraient donc pas une portée intéressante pour Alauwyr. Mais le Seigneur ne s’intéressait que très rarement à ce qui touchait à l’Histoire Passée… Quand il s’agissait de Valherus. Mais là des nains…. Non ce n’était pas sa tasse de thé là.

’’Demain sera un bon point de départ pour faire vos investigations. Et que cela vous plaise où nous, je ne serai pas en arrière. Béquille ou pas, vous n’irez pas seul. ‘’



Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2010
Messages: 462
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 194
Race: Humain
Âme Soeur: Hanelvig
Fonction: Escadron d'Elite
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 7 Sep 2012 - 22:07 Répondre en citantRevenir en haut

Que le taciturne Seigneur ait prononcé plus de dix mots de suite pouvait paraître comme une petite victoire pour Lordan. S'ils devaient rester cloîtrés ensemble pour quelques jours, il voulait espérer que ce ne serait pas en échangeant des remarques acides ou des regards soupçonneux. La situation était gênante car le seigneur Ardent risquait de se sentir humilié par le fait qu'il était obligé de subir les soins de celui qu'apparemment il jugeait responsable de l'accident et qui, de toutes façons, était un Céleste. De son côté, Lordan ne se sentait pas disposé à devoir constamment se tenir sur ses gardes . Lui aussi finirait par se hérisser et n'adresserait plus la parole à ce vieux mal embouché. Mais, par ailleurs, Alauwyr avait un rang dans son kaerl,rang exigeant un minimum de respect de la part d'un simple chevalier, fût-il du Màr Menel. Lordan comptait beaucoup sur la présence des dragons car Hanelvig semblait trouver Estenir plus sage que Messire Iskuvar, mais en cas de conflit ouvert, le dragon noir serait immanquablement du côté de son lié.
Lordan se félicita que les proportions cyclopéennes de la salle et des entrées aient permis le passage de son dragon et que, lorsque le Noir déciderait de reprendre sa forme draconienne, il pourrait effectuer la métamorphose sans difficulté. C'était d'ailleurs fort étrange qu'un roi Nain ait placé son tombeau dans un monument aux proportions aussi vastes.
Malgré la remarque railleuse d'Hanelvig, il était plutôt content d'avoir révélé le but de son voyage au seigneur Alauwyr. C'était la quête qui l'intéressait et non l'éventuel profit. L'Ardent n'avait pas réagi en le traitant immédiatement d'illuminé et de fou. Plus tard, en tant que chef politique, il ne manquerait pas de voir l'intérêt de participer à une exploration pouvant peut-être enrichir le savoir des kaerls sur ces périodes des premiers temps de Rhaëg. Alauwyr n'avait pas la réputation d'être particulièrement porté à l'érudition mais on le disait soucieux de gloire et un Seigneur se doit de ne négliger aucun des moyens susceptibles de rehausser l'éclat de sa nation. Lordan écouta donc avec attention la réplique du Maître Noir et ne s'offusqua pas de son air plutôt moqueur. Il y était d'ailleurs habitué de la part des guerriers. La plupart n'étaient pas toujours très portés à prendre en considération les hommes d'étude et de savoir. Aussi admirait-il beaucoup ceux qui parvenaient à réunir les deux façons d'être, comme Nalesean de Dalneÿs, mais l'exemple était rare. Malgré son goût de l'aventure et de l'exploration, Lordan savait qu'il ne serait jamais un vrai guerrier, même de moyenne envergure. Il savait tenir une arme mais il n'éprouvait aucun plaisir à se battre, pas même à l'entraînement qu'il accomplissait avec sérieux, mais par devoir et discipline. Recourir à la force brutale pour que triomphe ce qu'il pensait être juste ou pour sauver sa vie, lui apparaissait toujours comme regrettable, une défaite de l'intelligence et de la raison.
Il répondit donc, en prenant soin de ne rien dire qui pourrait énerver ou contrarier le blessé :.

-En fait, ce n'est pas vraiment une cité que je recherche, mais seulement le tombeau d'un Roi Nain souvent cité dans les sagas des plus anciennes civilisations . La saga de Grodberghr est des plus connues. Reyob Siger, un archiviste du Màr Menel, dit que toutes ces histoires reposent sur un fond de vérité. Mais comme vous l'avez justement remarqué, les conteurs qui transmettent ces histoires les embellissent et les orientent pour nous plaire et cela, parfois, depuis des générations..
.

Lordan regarda la fumerolle s'échapper de sa tasse-fétiche à anse en forme de dragon. On aurait dit que la vapeur sortait de la petite tête argentée posée sur le bord . Il ne se lassait pas de l'effet, qu'il trouvait aussi calmant que tous les gestes accomplis pour faire du thé. Que certains pays en ait fait une cérémonie lui semblait parfaitement justifié. Il poursuivit, autant pour lui-même et fixer sa pensée que pour Alauwyr :

-Cependant, on peut recouper plusieurs récits entre eux. Les Nains apparaissent souvent en liaison avec cette région de l'Archipel. Les îles que nous connaissons ont été parfois réduites au cours des âges, rongées par les tempêtes, séparées les unes des autres. Celle-ci présente cependant le détail côtier indiqué dans le manuscrit. Elle pouvait être plus grande autrefois, l'autre côté est tout aplati . La colline de granit noir a dû protéger ce temple. Et les Nains ne sont pas tous liés aux régions de hautes montagnes. Les pygmées de Qahra sont peut-être les descendants des Nains de la Jungle, bien que certains disent que ces derniers n'étaient que de grands singes. Cependant, on a trouvé des corps fossilisés dans les marais tourbeux d'Oren. Des hommes d'environ cinq pieds, soit une tête de moins que la moyenne humaine, avec une carrure impressionnante et des haches de bronze pesant plus de trente livres !

Craignant un peu de fatiguer le blessé et de l'ennuyer avec des détails historiques qui ne devaient pas l'intéresser, Lordan se tut un instant mais repris par son sujet, il poursuivit :

-Mais même s'il ne s'agit pas du Temple-Tombeau de Grodbarghr Pieds-Velus, c'est en tous cas un endroit non marqué sur les cartes, par ailleurs très incomplètes, de l'Archipel. Et ce qui peut présenter un intérêt contemporain, c'est que ce lieu n'est pas oublié de tous. Ces torches en sont la preuve. Et aussi ces morceaux de bois. Aucun bois d'origine ne pourrait avoir duré depuis tant de siècles. C'est du bois flotté apporté de la côte par les mêmes qui ont laissé ces torches . Vu l'endroit, il peut s'agir de pêcheurs pris dans une tempête, comme nous. Ou bien de contrebandiers ou de pirates qui se servent de cet endroit comme repaire. La quantité de combustible laisse supposer plus qu'une visite de hasard. Ou bien encore ce pourrait-être des naufrageurs, car une voie, surtout fréquentée au printemps, passe au nord de cette île. Un feu sur la falaise serait vu de très loin. Vous avez remarqué les récifs à l'entrée des plages ? J'ai navigué et je déteste particulièrement les naufrageurs. Je serais très satisfait de pouvoir contribuer à en éliminer un groupe.

Lordan rangea son matériel puis activa le feu, bâilla ostensiblement afin de montrer qu'il était le premier fatigué et déclara :

-Maintenant, il serait sage de dormir.  Je me sens plutôt vanné. Si vous avez besoin d'un calmant, n'hésitez pas à me le demander. Pour demain, j'apprécierai beaucoup que  vous veniez explorer avec moi. Une seule béquille pourra suffire si votre genou n'a pas enflé davantage. Et puis, si le reste du bâtiment est aussi vaste, Messire Estenir pourra vous porter, puisqu'il ne s'agit pas de voler.

Le chevalier hésita un instant .Il ne voulait pas jouer les nounous, d'autant qu'il se doutait que le Seigneur Alauwyr n'aimait pas particulièrement tenir le rôle du bébé à dorloter. Il s'installa donc sans mot dire dans le repli des pattes d'Hanelvig qui lui fit un creux confortable en lui soufflant :

*Dors, mon lié. Estenir va s'occuper du coucher de son grognasson en prenant modèle sur nous.*

*Il ne faut pas qu'il risque de trop bouger en dormant. Qu'Estenir le soutienne sur les côtés et qu'il se rapproche du feu.* Lordan se mit en boule en repoussant un peu le membre antérieur rugueux qui le gênait. * Quel dommage que vous soyez du genre écailleux et ne dégagiez pas de chaleur endogène....Un dragon tout chaud et plein de poils, ce serait d'un confortable...*

*Tu veux que je te les roussisse, tes poils ? tu verras ce que c'est que ma chaleur endogène! Ingrat ! Un dragon ne lui suffit pas, il voudrait un mammouth !*



Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 17 Sep 2012 - 15:34 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr sourcilla quand il entendit que le céleste était à la recherche d'un tombeau de Roi Nain. Allons bon... ce céleste semblait être tombé sur la tête. Tout en l'écoutant pourtant, il posa sa tasse à côté de lui. Il restait un tiers de la boisson faite à base de thé.

°Tu devrais la terminer°
°Hors de question.°
°Pourtant, cela t'aidera à dormir°
°Je n'ai pas besoin de plantes diluées dans de l'eau chaude pour boire°
°Non en effet, mais tes expériences t'ont suffisamment apprises qu'un corps blessé avait besoin d'être hydraté régulièrement face au traumatisme subi°


Estenir reçut un grondement mental de la part de son lié. Ce qui le fit sourire.

°Tu es pire qu'un gamin vexé°
°Et toi, une abominable nourrice !°


devant la fureur de son lié, le dragon noir se retenait presque de rire? Au moins, malgré son sale caractère, il arrivait à bien encaisser ce qui lui arrivait. Être là avec un céleste qui l'avait même soigné, il aurait été plus en rage que cela. C'était un bon signe que le vieux mercenaire acceptait cette situation qui d'ordinaire lui aurait été plus déplaisante. Satisfait, le dragon garda son attention en direction de la porte, pendant que Lordan continuait de narrer les découvertes qui l'avaient mené jusqu'ici.

Quand le Céleste eut terminé son récit, Alauwyr se frotta nonchalamment le menton, tout en réfléchissant à tout ce qu'il venait d'apprendre. Lui-même était bien placé pour savoir que les légendes naissaient d'un bout de vérité. N'était-il pas devenu le Chevaucheur de Démons dans ces îles ? Même s'il n'était plus aussi présent dans l'Archipel comme autrefois, son nom perdurait et il allait sans doute devenir un vrai monstre dans les racontars des ménestrels, déformant tellement les descriptions du vieux mercenaire et d'Estenir qu'il n'aurait plus rien d'humain. cette perspective le fit doucement sourire. Mais par contre, en entendant les dires de Lordan, on pourrait croire que les Nains avaient dominé le Rhaeg bien avant les Valherus. C'était difficile à gober... sans doute cette race avait eu son heure de gloire sur un continent où deux, mais de là à remonter dans les Premiers Temps du monde... L'Histoire du Monde était ainsi faite et Alauwyr devait bien s'avouer que le passé ne l'intéressait guère. Seul le présent et l'avenir comptait; pour aller de l'avant. Ce n'était pas des fossiles de Nains qui forgeront l'avenir des Ardents.

''Vous verrez bien si ces petits leçons historiques donneront raison quand à cette vielle structure. Une tombe ici ? Ah, ce serait plus qu'improbable, à moins que ces Nains aient eu une autre logique... Mais passons. Pour le calmant, j'en ai guère besoin. ''
°Tu devrais pourtant. °

L'ardent ne répliqua pas à la réponse de son lié et s'allongea sur le dos, position qu'il prenait de toute façon pour dormir. Au moins sa jambe ne sera pas sollicitée. Il posa sa tête sur un bras replié et ferma déjà les yeux. Estenir revient près de lui, sous sa forme de dragon et tendit son aile valide au dessus du Seigneur, pour lui offrir une couverture. Même s'il ne s'était pas rapproché du feu, Alauwyr arriva à s'endormir, oubliant complètement la douleur palpitante au genou.

Au petit matin, le feu de camp rendait ses dernières fumerolles. Les braises encore chaudes reposaient sous les cendres. Quand Estenir se réveilla, ce fut pour voir qu'Alauwyr se retenait contre lui, debout et en équilibre sur sa jambe encore valide.

°Alauwyr, tu n'es vraiment pas raisonnable...°
°Comment va ton aile ? °
°Et ne détournes pas le sujet... Mon aile va bien, ca tire moins, mais il faudra je pense encore quelques jours avant de prétendre à essayer un vol... et toi ? Tu aurais dû attendre que le jeune céleste te fasse une béquille ;°
°Il dort encore et j'en avais assez d'être allongé. Tu ne sais pas ce que c'est d'avoir des fourmis dans les jambes toi. Et n'en ris pas !°


Pourtant le dragon cendreux en rit mentalement, éviter de rire réellement, pour ne pas réveiller les deux célestes assoupis. Appuyant son épaule contre les flancs de son lié, Alauwyr termina de boucler la ceinture qui portait son épée. Il accepterait sans trop rager cette béquille, mais il ne pouvait pas aller en "exploration'' sans être armé...



Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2010
Messages: 462
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 194
Race: Humain
Âme Soeur: Hanelvig
Fonction: Escadron d'Elite
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 6 Oct 2012 - 12:29 Répondre en citantRevenir en haut

*Humhum!*


La pensée amicale de son lié s'insinua dans le rêve de Lordan. Il y courait avec un grand chien hirsute et noir qui lui tenait des propos pleins de bon sens sur la meilleure façon d'attaquer une côtelette, grillée ou non. Dans le rêve, ce sujet semblait de la plus haute importance. Lordan, rêveur très actif, gardait presque toujours une part semi-consciente de lui-même dans ses rêves, ce qui la plupart du temps, lui permettait d'éloigner les cauchemars sitôt qu'ils pointaient leurs mufles au dessus de la ligne paisible du songe. Mais là, il n avait rien à craindre. Au contraire, il courait comme transporté vers une découverte extraordinaire réservée à lui seul.
Sa demi-conscience se disait qu' au réveil, il faudrait absolument retenir cette certitude quasi métaphysique. Tous les mystères de l'existence y étaient contenus. Mais la révélation semblait se dissoudre au fur et à mesure qu'elle se produisait. Il était certain, mais de quoi ? Le chien noir changea brusquement de sujet tout en se transformant en Hanelvig.


*Alauwyr est réveillé et s'est levé. Réveille-toi ! Il a repris son épée. Je n'aime pas le voir se préparer à je ne sais quoi et Estenir parle avec lui. Je n'ose rien lui demander.*


Lordan tenta de rattraper les bribes de son rêve qui s'effilochaient mais il était déjà trop réveillé:


*J'ai rêvé d'un chien..un chien philosophe . Il savait des choses étonnantes sur les..les...*


Il allait prononcer le mot côtelettes mais il s'arrêta, frappé par l'absurdité de son souvenir ; ce que venait de lui communiquer le dragon prit soudain du sens et se levant, il y répondit :


*C'est un Ardent et il est toujours furieux contre nous : enfin, pas spécialement contre nous, simples vermisseaux qu'il n'aurait même pas remarqués si nous ne nous étions pas étourdiment fourrés sur son seigneurial chemin. En fait, il doit rager d'être handicapé. Messire Thelrand a eu la même réaction quand il a été blessé, en Undomë. mais en plus gentil et je n'étais pas responsable. Ce doit être la réaction des guerriers, des âmes fortes qui ne tolèrent pas de se sentir impuissants. Moi, je me sentirais simplement très consterné et idiot.
Ne t'en fais pas. Alauwyr n'est pas une brute et s'il n'a pas dit à son dragon de me réduire en cendres, c'est qu'il tolère ma présence, ne serait-ce que pour l'aide que nous pouvons apporter.*


*Pas une brute ? Si tu le dis...*


Lordan alla saluer Estenir et le seigneur Iskuvar, puis s'enquit de la façon dont l'Ardent percevait la douleur maintenant qu'il se tenait debout. En cas d'élancements, il faudrait regarder s'il n'y avait pas infection interne, suite à un épanchement des liquides vitaux.
La tempête se faisait toujours entendre, comme un sourd grondement au delà des parois rocheuses. Malgré l'excellente isolation de ces entrées en chicane, des courants d'air filtraient jusque dans la vaste salle. Suivi de son dragon, le chevalier alla sous le porche chercher de l'eau, et reçut de plein fouet, malgré la profondeur du péristyle, un grand paquet d'embruns et une bourrasque qui lui coupa le souffle. Néanmoins, la bouilloire fut remplie à la gargouille qui crachait à pleine gueule de vraies cataractes.


Le déjeuner fut bref, thé et demi-biscuit de mer, dur comme du bois, mais qui pourrait faire taire les estomacs jusqu'à ce que Lordan tente, à la pause de mi-journée, de concocter un brouet de champignons. Il était très désireux d'aller explorer les salles plus avant et de rassembler des indices sur la nature du lieu où ils se trouvaient. Cependant il prépara avec soin une béquille, réussissant à lier assez solidement un support pour reposer l'aisselle. Son expérience lui avait appris qu'avec un briquet, un couteau et de la ficelle solide, la vie du coureur des bois est grandement facilitée. Lordan se dit avec une satisfaction amusée que le briquet était devenu moins nécessaire depuis que Hanelvig savait faire du feu.
Lordan ne se hasarda pas à proposer de l'aide à Alauwyr quandcelui-ci se hissa sur Estenir. La résistance à la douleur que manifestait le Maître ardent était impressionnante ainsi que sa faculté de récupération. Il posa même sa jambe blessée sur le sol pour assurer les prises de ses mains et ne sembla pas réagir à la pression exercée sur le genou. Lordan se dit qu'il avait peut-être exagéré la gravité de l'entorse. Mais il n'était pas possible de l'évaluer exactement avec l'enflure qui rendait toute palpation incertaine.
Pour l'instant, les dragons pouvaient circuler sans peine dans l'énorme structure. Le plafond était taillé dans la roche même et on pouvait penser que le peuple qui avait construit l'édifice avait utilisé l'espace offert par de vastes cavernes. Hanelvig n'avait pas encore sa taille adulte mais il dépassait largement celle d'un grand cheval et, si les salles ne présentaient plus d'aussi majestueuses proportions, il pourrait essayer de se transformer, bien qu'il ne maîtrisât pas encore parfaitement le processus métamorphe.


Le groupe traversa la salle et entra dans une autre, tout aussi grande. De nombreuses traces de feux montraient, avec les torches abandonnées, que ces lieux étaient encore souvent, mais temporairement, occupés. On accédait à la seconde salle par le même dispositif de cloisonnage en décalé, permettant l'accès à droite et à gauche du mur, sans porte véritable, à moins qu'il n'y ait eu autrefois des panneaux coulissants de bois, détruits par le temps ou démontés par les visiteurs. En tout cas, ces ouvertures atteignaient presque le plafond dont elles n'étaient séparées que par une corniche fort endommagée. Les débris au sol, que Lordan alla examiner de près, portaient quelques traces de sculptures érodées où les motifs utilisés étaient prioritairement la spirale et la volute, ce qui rendit perplexe l'archéologue amateur. Les Nains de Rhaëg, dans la légende, favorisaient le triangle, l'étoile et le losange imbriqué. Il fit part de ses réflexions à son compagnon, pour rompre un peu le silence qui s'était installé entre eux et aussi parce que Lordan, trouvant tout cela passionnant, ne s'imaginait pas qu'on puisse rester indifférent à de semblables découvertes :



-Ce ne sont peut-être pas des ruines naines, après tout. Mais nous ne pourrons en avoir la certitude que si nous trouvons un objet pouvant servir d'échelle de grandeur. Je verrais plutôt des géants occuper ces lieux . Le plafond est au moins à soixante pieds !


Comme Alauwyr ne semblait pas croire aux Nains, Lordan se dit qu'il avait gaffé en évoquant des géants et chercha à montrer qu'il n'était pas puéril d'en admettre l'hypothèse .


-Tout semble prouver sur Rhaëg l'existence ancienne de nombreuses espèces conscientes, dont certaines se sont éteintes. A part les dragons, indiscutablement conscients et même hyperconscients, il n'y aurait plus actuellement que l'espèce dont les sept races sont les versions différenciées. Mais ces races demeurent capables de se reproduire entre elles , ce qui conforte l'idée d'une origine commune, alors que ce n'est pas le cas des Espèces. Les Nains, s'ils ont existé, étaient-ils une race comme les Elfes ou une espèce ?  Tant d'espèces animales ont disparu...et aussi des races humaines. Les Valherus...


Le sujet risquait de devenir politique et Lordan l'abandonna prudemment .
En s'approchant du fond de la salle, percées des ouvertures habituelles, Lordan sentit comme une légère odeur de résine et il vit que les dragons élargissaient leurs narines en humant l'air jusqu'ici surchargé de la senteur douceâtre et désagréable des champignons luisants.
Presque aussitôt, on entendit un rire dont les éclats étaient curieusement déformés par la distance et les échos de ces salles souterraines. Etait-ce même un rire ou un cri saccadé ? Lordan l'avait spontanément identifié comme humain, mais qui pouvait l'affirmer dans ce lieu qui, soudain, s'emplit de dangers inconnus et d'inquiétants mystères.



Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mer 17 Oct 2012 - 17:45 Répondre en citantRevenir en haut

Le petit déjeuner aux cris extérieurs de la tempête se fit presque en silence, dans l’immensité de cette antique salle. Sauf si on tenait compte du craquement du bois qui brûlait et le sifflement de la théière qui bouillonnait. Pour prendre ce maigre mais toutefois nourrissant repas, Alauwyr s’était assis sur l’antérieur de son lié toujours allongé. Vu sa taille, cela faisait une bonne assise.

Même si le repas du matin était fringale, Alauwyr le trouva tout à fait appréciable. Combien de fois avait-il mangé quand il n’était qu’un mercenaire, avide d’en découdre avec tous ceux qu’ils croisaient. Un sourire s’étira quelques secondes sur son visage à ces souvenirs. Mais il ne pouvait pas le regretter. Le passé était au passé et maintenant qu’il était Seigneur, il fallait aller de l’avant. Autant pour lui que pour le Kaerl qu’il dirigeait et à qui il appartenait. D’ailleurs, il eut un rire mental quand il songea à bon nombres de gens qui pensaient que le Kaerl était à lui.

Son regard se porta par la suite sur le jeune céleste, pendant que ce dernier terminait de préparer sa béquille, une fois le petite déjeuner terminé. Une sensation qu’il jugea désagréable parcourut son dos. Il en grimaça. Il n’était pas le genre d’homme à accepter ce genre de ressenti.

°Tu sais, elle a un nom cette sensation. °
°Je ne veux pas la connaître. °
°Oh mais tu la connais mon lié°
°Il suffit…°


Quand vint le moment de partir en exploration, Alauwyr se retenait à son dragon qui se tenait accroupi sur ses pattes, voyant comment il allait monter sur lui. Sa jambe blessée était posée sur le sol et il sentait déjà la douleur lui remonter jusqu’à la hanche. Lordan se rapprocha de lui et d’un grognement d’acceptation, le vieux mercenaire lui permit de l’aider. Le tout bien entendu en encaissant les douleurs. Même s’il n’en souffla aucun gémissement où grondement, il l’endurait. Il en blêmissait encore quand il passa la jambe. Puis une fois sur le dos de son dragon, ils se mirent en route pour leur expédition ; où de comment s’occuper intelligemment pendant que la tempête sévissait à l’extérieur.

Quand le dragon noir pénétra dans la seconde pièce à son tour, il siffla presque d’intérêt. Un si grand espace ne pouvait pas appartenir à un simple avant-poste. Du moins ce fut là l’idée que se fit Alauwyr, en sourcillant, tout en écoutant les dires du jeune Lordan. Tour en explorant du regard les lieux, à la portée qu’il pouvait voir, il marmonna malgré tout…

’’Cela a sans doute été Nain, mais les Valherus ont pu très bien s’en emparer. Bien des espèces quel qu’elles soient ont disparu certes… Les valherus ont provoqué avant leur chute, la disparation de quelques genres humanoïdes….’’

Estenir précisa à son lié, le coupant dans son élan d’explication, qu’il sentait de la résine. De la résine ici ? La pierre n’avait pas besoin de ce genre de matériau en tant normal… Puis soudainement, un cri ; ou un rire, brisa le silence ténébreux. Lointain vu les échos qui résonnèrent encore quand la source elle-même se tarit. Alauwyr posa instinctivement une main sur son épée, pendant qu’Estenir hérissa ses crêtes maxillaires.

°On dirait que nous sommes pas seuls ici°

La présence ne semblait pas se manifester à nouveau.

’’Je n’aime pas ça…’’

Alauwyr ne croyait pas aux fantômes, mais toute manifestation étrange était en droit de le rendre méfiant. La manifestation de la magie sous toutes ses formes ne lui plaisait guère de toute façon. Puis son dragon tendit son coup en avant.

°Si on veut savoir de quoi ou qui il s’agit, il faudra bien avancer.
’’Si c’est un plaisantin, nous allons lui faire comprendre que son humour est malvenue…’’

Estenir fit à peine un pas en avant qu’une vive lumière auréola l’entrée qui semblait mener dans une autre salle, plus lointaine encore de l’entrée de ce petit ‘’fortin’’. Une scène semnbla apparaître dans cette lumière… Où on vit des hommes courtauds et trapus qui semblaient rentrer dans ce couloir… Un clignotement laissa apparaître un autre spectacle… Celle d’hommes courant un peu partout. Une immense silhouette écailleuse laissa apparaître sa tête pour cracher un jet de flammes… Puis la lumière s’étiola…

°Hum… Intéressant comme emploi de magie… On dirait que j’ai activé un vieux sortilège qui retransmet des images du passé. °
’De quel passé ? ‘’
°Je ne sais pas mais je n’ai pas reconnu cette race courte sur pattes…. Ce n’était pas des halfelins… Plus costauds. °

Une vague silhouette apparut devant eux, avant de passer dans le couloir, s’effaçant dans les ténèbres.

’’Ca ne me plait pas du tout…’’
° Hanelvig… Ne sens-tu pas comme un appel ? On cherche à nous inviter à entrer là-dedans….°



Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2010
Messages: 462
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 194
Race: Humain
Âme Soeur: Hanelvig
Fonction: Escadron d'Elite
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 22 Oct 2012 - 01:17 Répondre en citantRevenir en haut

Le bruit de ce rire répercuté de voûte en voûte avait profondément troublé Lordan. On l'entendit vibrer un long moment ,comme un simple chaudron frappé d'un pilon de métal prend parfois des résonances de gong gigantesque.
Juste auparavant, en évoquant les races anciennes disparues, Lordan avait fait preuve de grande prudence. Bien des érudits du Màr Menel en niaient l'existence, s'en tenant à la seule évidence de la présence actuelle des Sept Races, toutes reconnues comme participant d'un même fonds humain issu des Einors. Les partisans de la protopolyspécie (plusieurs espèces non humaines précédant les races actuelles) ou PPS, se heurtaient aux tenants de la Cosmogonie Rhaëgienne, le catéchisme officiel étudié dans les écoles. Selon ces esprits intransigeants, puisque la Cosmogonie n'abordait pas le problème, c'est qu'il n'y avait aucune raison de le poser. Ils ne reconnaissaient que les Tarasques, les Licornes et les Phénix, cités nommément dans la Cosmogonie , êtres d'une grande intelligence mais qui n'étaient absolument pas humanoïdes
Mais Lordan était un PPS convaincu. Et voilà que le seigneur Alauwyr avait admis l'existence de races disparues, toutes sorties, à l'aube des Temps, du grand Chaudron Originel touillé par Gaïa elle-même, assistée de ses divins enfants. Alauwyr était donc, sinon un PPS, du moins un esprit ouvert à la remise en cause des connaissances établies. En l'entendant, Lordan, avec son enthousiasme habituel, lui aurait bien sauté au cou. Mentalement seulement, car il savait bien que cela ne se faisait pas. D'abord, le partisan des Races disparues n'était rien moins que l'impressionnant et terrible Alauwyr Iskuvar, seigneur du Màr Taralöm, lequel n'avait rien d'encourageant la familiarité. Ensuite, lui-même avait passé l'âge d'embrasser les messieurs quand ils partageaient ses idées. Enfin parce que, tout chevalier qu'il soit devenu, il était de toutes façons resté très timide. Il n'avait pu cependant s'empêcher de marquer son contentement en hochant la tête d'un air entendu quand Alauwyr avait rappelé le rôle néfaste des Valherus quant à la conservation des espèces, sans compter leur total mépris pour le respect dû aux Dieux, leurs ambitions démesurées et leur manque désastreux de sage prudence. Les Valherus avaient vraiment été le plus grand raté du grand Chaudron Originel..

Hanelvig connaissait les opinions de son lié et les partageait seulement en partie, car si la mémoire ancestrale lui fournissait quelques arguments, les Dragons avaient été assez tardivement créés par Flarmya et donc une partie de la cosmogonie leur échappait. De surcroît, il fallait faire attention avec les humains qui avaient tendance à tout déformer des faits parvenant à leur connaissance. Leur imagination les conduisait presque toujours à broder, enjoliver, déformer les faits, et comme l'imagination humaine était strictement personnelle au lieu d'être collective comme la mémoire des Dragons, il en résultait invariablement une multitude d'interprétations contradictoires, la constitution de thèses et de théories inconciliables qui pouvaient aller jusqu'aux hostilités déclarées. Et bien que, trouvant l'image amusante, le Bronze jurât volontiers par le Grand Chaudron originel, il savait bien que Flarmya n'avait rien d'une touilleuse de chaudron, fût-il cosmique.Il saisit les idées plus ou moins exaltées de son lié avec la ferme intention de le rappeler à la raison. Le Seigneur Alauwyr n'était certainement pas un amateur de contes de fées.
Lordan se préparait néanmoins à discuter Nains, Géants des trois sortes (les Cyclopes, les Ogres et les Géants Verts), Trolls (des Neiges ou des forêts), Gobelins, Hommes-Rats, Hommes-Lézards, Hommes-Léopards, Yétis ou Migous, Sasquatch ou Bigfoot, Lilliputiens, Hommes-Oiseaux, Aegipans, Minotaures, Sirènes, Centaures...

°Ah! les Centaures ! Comment ne pas rêver au spectacle fabuleux de centaures caracolant dans les clairières et les plaines brumeuses des premiers jours du monde! Combats épiques contre les Amazones ! galopades effrénées pour échapper aux laves ruisselantes des volcans cosmogoniques, et les soirs de pleines lunes, fracas des sabots frappant en cadence le granit encore frais de la création du Monde ! °

*Le granit encore frais ? En voilà une idée bizarre .. Gaïa l'a-t-elle aussi concocté dans son chaudron ?* Le ton d'Hanelvig avait eu une nuance ironique que Lordan avait reconnu être justifiée. Et voilà que ce rire ébranlait le silence ancestral qui régnait en ces lieux, certes oubliés des hommes, mais qui peut-être n'avaient pas été oubliés par toutes les entités rôdant sous le ciel de Rhaëg et dans ses profondeurs secrètes.

Alauwyr exprima sommairement son mécontentement devant ce bruit mystérieux et Lordan ne put s'empêcher de penser que, ce fut par un esprit ou par un mortel, son compagnon n'aimait vraiment pas qu'on le dérange. Si le fantôme de Grodbarghr Pieds Velus survenait, il se ferait fraîchement recevoir par le peu convivial et difficilement impressionnable Seigneur des Ardents. Lui-même n'avait pas ce calme bougon face au mystère et il ne faisait pas trop de différence entre Magie et Surnaturel. L'un et l'autre le laissaient aussi démuni. A tout prendre, il préfèrait les fantômes devant lesquels on peut toujours se dire qu'on est victime d'une hallucination....Mais un enchanteur qui vous lance un sort de bégaiement ou fait disparaître la serrure de votre clé (oui, cela est possible !), des sorcières qui connaissent des philtres à donner des pustules et qui remuent d'infâmes breuvages dans des chaudrons crasseux, il y en avait partout sur Rhaëg. Quant aux magiciens du style de celui qu'il avait rencontré en Undomë aux côtés de Peddyr Thelrand... rien que d'y penser lui donnait des sueurs froides.

*Tu as entendu, Hanelvig ? Ce rire..*

* Il faudrait être sourd pour ne pas avoir entendu. Mais ce n'est peut-être pas un rire. Il peut s'agir d'un effet acoustique. Un objet qui est tombé, en rebondissant sur au moins cinq niveaux de moins en moins élevés HA Ha Ha Ha Ha . Il y a eu un effet d'écho, lié à l'endroit et un petit gargouillement un peu humide. Moi, j'ai pensé aux boites à rire que le marchand de Farces et Attrapes de Lömeanor vend aux gamins facétieux. La boîte à meuh, ce n'est pas mal non plus.*

Comme Estenir sans doute d'accord avec son lié fit un pas en avant, Lordan, peu convaincu, objecta :

*Estenir est d'accord avec toi ?*

*Estenir est en lien avec son lié. De toutes façons, c'est un dragon adulte et lié à un Ardent. Je ne pense pas qu'il fréquente "Le Gai Luron" et se préoccupe de boîte à meuh. De toutes façons, il y a quelqu'un ici.*

C'était indéniable et quand l'entrée de la salle suivante s'illumina, se transformant pour quelques secondes en théâtre de fantasmagories, le caractère magique de la scène devint évident. Lordan mit immédiatenant un nom sur les silhouettes épaisses , aux membres courts qui apparurent, suivis de guerriers humains en armures et enfin d'un dragon crachant le feu.

Des Nains ! Ce sont des Nains, souffla Lordan, les Valherus les combattent. Ils existent encore!

*Mais non, tu raisonnes, ou devrais-je dire : tu résonnes ? - comme un vieux chaudron percé. C'est une vue rétrospective, coincée ici par une magie ancienne.*

Alauwyr exprima encore sa totale désapprobation de l'évènement qui n'avait duré que deux ou trois secondes. Lordan sentit l'excitation le gagner:

*Ce sont des Nains et tiens.. tu as vu ? Un Valherus !*

*Comment sais-tu que c'est un Valherus ? Un fantôme de Valherus, je te rappelle..ils sont tous morts depuis longtemps.*

*Tous ceux qui ont le don ont un ancêtre Valherus . J'ai déjà rêvé de mon ancêtre. Une femme magnifique avec des katanas et des yeux couleur de lune... Ce n'était pas elle, mais cest unValherus . Il nous fait signe. Il faut y aller.*

Il se tourna vers Alauwyr :

-Messire Alauwyr ! Nous y allons ? Soit, tout ceque nous avons vu n'a pas plus de consistance qu'un souffle d'air. Mais il s'est passé des choses graves ici et nous en trouverons peut-être la trace. Soit un fragment du passé est coincé ici et il nous faut y aller pour aider...enfin pour le décoincer, car entre les Nains et les Valherus, je ne sais qui a besoin d'aide. Rhaëg est rempli de trous interstitiels et pas seulement dans l'étoffe de l'espace, dans celui du temps, tout aussi bien; J'ai déjà vu un portail spatio-temporel..Nous devrions entrer.

*Lordan, tu as tort. C'est très dangereux ! Il s'agit peut-être d'un tour d'illusionniste pour nous attirer dans un traquenard, ici, dans le présent. Et s'il s'agit de sorcellerie, tu sais bien que tu es psychoasthénique face à la magie .Tu raisonnes...*

*Oui, je sais... comme un vieux chaudron percé ! Tu m'énerves . Et en plus je suis psychoasthénique ? Tu sais ce qu'il te dit, le chaudron psychoasthénique ?*


*Bon, bon, si tu le prends comme ça...Et à propos de chaudron, au lieu d'emporter une bouilloire, tu aurais mieux fait d'en emporter un, de chaudron ! Les murs sont couverts de Fongus deliciosus et on en fait des soupes excellentes.*


    Flarmya touillant le chaudron originel.

dessin contestataire de Lordan Ventaren effectué pendant un cours de magie curative et laissé étourdiment dans sa copie remise au Maître Nalesean. Celui-ci le conserve pour le cas où un jour, Lordan se prendrait trop au sérieux.



Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mar 30 Oct 2012 - 14:41 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr regardait avec circonspection le couloir qui s’enfonçait dans les ténèbres. Il revoyait encore la courte scène qui se terminait par la présence d’une silhouette assez familière : celle d’un dragon. Et là-dessus, il n’avait aucun doute. Il fut tiré de ses songes par la voix de Lordan, qui était presque excité comme une puce, à l’idée de voir ses recherches se mener à bien ; du moins ses hypothèses sur l’ancienne présence des Nains en ces lieux. Il rêvait dans sans doute de se recueillir sur la tombe de son petit roi avant de se faire hanter par son fantôme. Cela arracha au moins un bref sourire à l’Ardent. Il tourna son regard noir sur Lordan.

’’Es-tu conscient que si nous franchissons réellement un de ses fameux portails, nous avons des chances de ne pas y revenir. Je te jure mon cher et jeune céleste que si nous traversons un chemin sans retour, il n’y a qu’un de nous deux qui survivra, même si ce lieu où ces êtres là semblent coincés est un vértiable enfer… ‘’

La menace semblait bien réellement. Estenir sentit lui qu’en fait, c’était pour dissimuler une forme de ressenti effrayé que son lié était en train d’avoir. Cette magie là le dépassait. Se retrouver pris au piège dans le Temps ne l’enchantait pas vraiment. D’ailleurs l’Empereur noir se fit un devoir de mettre un peu de sécurité dans l’air entre les deux bipèdes.

°C’est fini oui ? Nous allons rester ensemble quoiqu’il arrive. Ensemble nous y pénétrons, nous voyons de quoi il en retourne et c’est ensemble que nous en repartirons. Je ne sais pas pas dans quoi ou où que nous y allons, mais nous allons nous y rendre. °

Puis vivement, à l’insu de son lié, Estenir envoya cette courte parole à son frère de race :

°je veillerai à ce que mon lié ne tienne pas sa parole. Je puis te jurer qu’il n’arrivera rien à ton lié. °

Puis d’un pas sûr, le dragon s’enfonça dans un couloir qui devenait de plus en plus ténébreux et de plus en plus oppressant, avant de sentir qu’il s’enfonçait dans quelque chose qui l’attrapait contre son gré. Il eut la sensation de franchir un portail…. Comme l’interstice, mais les impressions étaient différentes. Il sentit son lié sur son dos s’accrocher à ses épines dorsales tout en crispant. Ils franchissaient quelque chose c’était certain… Puis ce fut le noir…

Un noir qui ne dura sans doute quelques minutes. Quand Estenir rouvrit les yeux, il fut étonné d’être debout sur ses pattes, dans le couloir qu’il avait commencé à parcourir, mais cette fois entièrement allumée dans sa totalité par des dizaines et des dizaines de lampions, sans doute à base de champignons luminescents… Sur le haut de ses épaules, il sentit son lié reprendre conscience en grognant, jurant dans sa langue natale.

°Et bien… Je ne sais pas QUAND nous sommes, mais nous y sommes…°

Une silhouette courte sur patte fut visible au bout du couloir, qui donnait sur une autre salle… On la vit partit en courant en hurlant ceci :

’’Thorelath-Aisk… l’Arracheur de vie ! Il est revenu pour nous tourmenter à nouveau ! ‘’

Alauwyr se frotta passablement la nuque.

’’Voila autre chose maintenant….Et était-ce réellement un nain. ’’
°Chose qui est certaine et qui va te paraître étrange est que j’ai l’impression d’être déjà venu ici… La lumière ces odeurs… Hanelvig, est-ce que cela te fait la même sensation ?

Alauwyr plissa du regard, pour voir ce qui se passait plus loin d'eux. La pièce suivante semblait vide de toute présence ''nanesque".

''Je ne sais pas qui au final aura réellement besoin d'aide... Si ce sont les gens de cette épaisse de temps perdu, ou si c'est nous....''

Il serra dents, tout en portant sa main sur le haut de son genou.

°Ca va ? °
°Je ne sais pas ce que nous avons franchi, mais en tout cas, cela ne doit pas être bon pour des blessés. Par les enfers, c'est vraiment à la limite du supportable... Et je me demande pourquoi on nous a appelé comme cela... un nom étrange. °
°Un nom Valheru°
°Qu'est ce qui te fait dire cela ? °


La dessus, Estenir garda le silence.

Est-ce que notre esprit aurait déjà peur de notre venue ? Mwahahaha
[img:de313740d5]http://[url=http://www.halloween2012.fr//HLIC/541190307aa0a14c629c83cb63b78d85.jpg%5Dhttp://www.halloween2012.fr//HLIC/541190307aa0a14c629c83cb63b78d85.jpg%5B/url%5D[/img:de313740d5]
Si jamais tu as besoin que je mette plus d'éléments, n'hésite pas à me le dire ;-)



Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2010
Messages: 462
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 194
Race: Humain
Âme Soeur: Hanelvig
Fonction: Escadron d'Elite
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 10 Nov 2012 - 21:11 Répondre en citantRevenir en haut

Lordan sentait bien que les réticences du Seigneur Ardent étaient parfaitement justifiées et que lui-même aurait dit la même chose à un jeune impatient prêt d'aller en découdre avec des ennemis valherus ou désireux de vérifier si les Nains étaient aussi forts qu'on le prétendait. Mais enfin, on n'avait pas tous les jours l'occasion d'assister à des manifestations surnaturelles et même si ce n'étaient que des illusions, il devait se cacher quelque part un fameux illusionniste. En plus, si des intentions hostiles se dissimulaient derrière ces effets spectaculaires, aucune n'avait eu d'effets sur eux. L'aventure participait de la recherche archéologique, historique, non de l'aventure guerrière. Il fallait être prudent, c'était tout. Il ne releva donc pas la phrase d'Alauwyr menaçant de l'abandonner de l'autre côté du portail. Tout en tapotant nerveusement l'antérieur écailleux d'Hanelvig pour dissimuler son envie fébrile d'avancer tout de suite dans la salle d'où étaient sorties les surprenantes visions, il voulut convaincre Alauwyr que tout cela était parfaitement étudié, connu et sans danger et de plus en plus excité en abordant un sujet aussi passionnant, il répondit :


-Un portail spatio-temporel n'est pas vraiment magique. N'importe qui peut le franchir une fois qu'il est créé. Et s'il se ferme, on est prévenu par une sensation pénible derrière la nuque . C'est ce qu'affirme le physicologue Zyzophème. Cela viendrait du fait que bien qu'apparemment nous passions en entier dans le plan parallèle, une partie de notre psychisme reste ancrée dans notre plan d'origine et crée une sorte d'arc entre ce plan et celui d'arrivée, un arc qui s'allonge un peu comme de la guimauve étirée. Alors, quand le portail se contracte, car la fermeture se fait comme celle d'un sphincter, par rétrécissement et non par...-


Hanaelvig sifflota mentalement ; Lordan se dit qu'il avait encore une fois trop parlé, qu'Alauwyr devait le prendre pour un illuminé et termina hâtivement :


-Enfin, on est recraché comme un pépin de pastèque...


*Garde ta pastèque pour le dessert et ne recommence pas avec cette histoire de psychisme étiré. C'est très désagréable à imaginer. De toutes façons, Estenir est décidé à entrer. Alors, on y va ! Et ne me parle plus de guimauve.*


Hanelvig secoua sa tête comme pour s'assurer de l'intégrité de son psychisme et de l'absence de guimauve sur sa nuque.

En effet le Dragon noir pénétrait déjà dans la galerie d'accès et Alauwyr ne sembla pas protester.
La main de Lordan toujours posée sur son bronze pour garder le contact, car finalement, le chevalier trouvait aussi assez peu rassurante l'image de son Moi étiré en pâte molle et blanchâtre, les deux liés suivirent leurs aînés.
Le passage se fit en douceur avec une sensation d'obscurité mais sans la chute dans le vide dont il se souvenait lors du passage dans le monde du Magicien de la Cascade, à Nightfall . Mais les circonstances étaient différente . Le Magicien les avait honteusement trompés alors qu'ici, ils entraient de leur plein gré dans le portail. Nul besoin de les catapulter pour les y précipiter. Le bref sentiment de sombrer dans le néant ne fut pas accompagné de l'horrible angoisse qui étreignait Lordan au passage de l'interstice. L'obscurité s'enchaînant sur l'obscurité, à peine fut-il conscient de ne plus l'être. Il reprit sa marche derrière Estenir qui se dirigeait d'un pas ferme vers la lumière au bout du couloir
Une silhouette apparut dans la partie éclairée au bout du couloir et remplit Lordan d'anticipation excitée. On avait réussi ! On allait découvrir de faramineux mystères, des énigmes seraient résolues!
Résolues ? La première se posait déjà. la forme trapue qui s'encadra dans l'embrasure ne laissa aucun doute à Lordan : c'était un Nain. La créature s'était arrêtée pour voir qui arrivait par le vaste corridor et il dut n'apercevoir d'abord que la masse sombre d'Estenir et son fier cavalier. Aussitôt, le Nain eut un brusque sursaut d'épouvante et repartit en courant, hurlant sa peur à des auditeurs invisibles.
Thorelath-Aisk ?? Lordan s'adressa à Hanelvig, la consonance valherue ne faisait aucun doute, mais le reste des paroles était incompréhensible, une forme très archaïque du langage commun


*Tu comprends ce qu'il dit ? Tu connais ça, toi, Thorelath-Aisk ?*


Hanelvig hésita puis dit:


*Je peux comprendre. Les Anciens comprennent. Je vais vite apprendre. Thorelath-Aisk est un nom Valheru. Ils ont peur. Très peur. De nous, les crache-feu, et aussi de ce Thorelath-Aisk.*


*Je m 'en doutais, mais encore?*


Le silence qui suivit ne le surprit pas; les dragons devaient échanger des informations. Et comme souvent lorsqu'ils puisaient dans leur mémoire ancestrale, ils n'étaient pas désireux que la curiosité bipède vienne s'en mêler. Le chevalier se tourna vers Alauwyr qui exprimait un doute quant à la tournure paisible des évènements qui les attendaient.


Lordan rassembla rapidement les informations dont ils disposaient. Dans une autre dimension (spatiale ? temporelle ? les deux ?) des chevaliers-dragons combattaient des Nains. C'était le sens de la première vision, sans doute perçue accidentellement, une brève séquence liée à une conjonction imprévue, peut-être déclenchée par la proximité du point de passage. Alauwyr chevauchant un dragon pouvait avoir été pris pour un Valheru. Lordan se rapprocha d'Alauwyr :


-On vous prend certainement pour un ennemi. Rappelez-vous : le dragon qui crachait des flammes sur des Nains. Que pensez-vous faire ? On aide les Nains ? Ils disparaîtront de toutes façons,car le passé ne peut être changé, sinon très ponctuellement et pour des évènements sans conséquence sur la marche du temps. Mais ce serait intéressant d'apprendre qui étaient les Nains, comment ils vivaient, et pourquoi les Valherus les terrorisent et ce qu'ils font tous dans ces immenses structures souterraines.


Estenir continuait sa progression vers la salle, Lordan l'avait suivi par respect bien qu'il eût aimé passer devant pour voir ce qui les attendait. Mais Alauwyr avait pris la tête et il était suffisamment susceptible pour ne pas apprécier de se faire doubler par un Céleste sans envergure. Néanmoins, sitôt que le dragon noir pénétra dans l'espace éclairé, le chevalier se prépara à se porter sa hauteur. Comme il était encore avec Hanelvig, à une dizaine de pas du seuil, il entendit un curieux craquement dans le plafond, bruit qui s'amplifia presque instantanément. Lordan s'arrêta, surpris. Mais à ce moment le Bronze, d'une poussée brusque, l'envoya sans ménagement s'étaler dans la salle, tout en se précipitant lui-même hors du corridor. Dans les secondes qui suivirent, une herse s'abattait avec fracas, fermant le passage derrière eux.
Lordan ramassa sa grande carcasse et son amour-propre, tous deux très froissés, et reprit souffle, un peu étourdi car le coup de patte l'avait malencontreusement fait heurter l'anneau que Estenir portait à la queue. Tout en se relevant et frottant sa pommette douloureuse, le chevalier regarda autour de lui. La voix contrite de son dragon lui parvint :


*Excuse-moi, je ne pensais pas t'envoyer aussi loin. Tu ne pèses vraiment pas lourd, malgré le bazar dont tu lestes tes poches.*


Alauwyr, retourné sur sa selle, observa un instant la grille et les montants de bronze, puis haussa les épaules et porta son regard vers le centre de la salle que le Céleste regardait avec admiration.
Les murs étaient splendidement ornés de fresques gigantesques, montrant des scènes de batailles entre des guerriers nains, aux casques à cornes, aux boucliers ronds cloutés de métal, et luttant contre des monstres hideux, hydres convulsées, minotaures aux yeux sauvages et au mufle écumant, cyclopes à quatre bras, armés de marteaux menaçants. Des faisceaux d'armes accrochés sur des piliers entre les fresques accentuaient le caractère guerrier de la salle qui se terminait sur la gauche par une vaste estrade ou s'alignaient des cathèdres ornées et de plus modestes sièges sans dossiers. En face d'eux, les deux hommes pouvaient voir l'ouverture d'une galerie et un bruit rythmé  s'en échappait, de plus en plus proche, accompagné de cliquetis de métal et d'une sorte de chant grondé, grave, obsédant. Les visiteurs n'eurent guère le temps d'échanger leurs impressions.  Alignés par cinq, sur une douzaine de rangs de profondeur, des guerriers Nains avançaient vers eux, haches et épées en main. Ils marchaient calmement, en se balançant lourdement sur leurs jambes courtes mais puissantes, tout harnachés de cuir et de métal. Leur chant n'était pas un appel à la fureur guerrière mais une sorte d'hymne solennel, comme en chante le dernier carré des braves marchant dans l'honneur vers une mort certaine.
Lordan, très impressionné, murmura :


-Il faut leur parler . Nous devons discuter.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:47 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu