Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Sombre avenir Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Ashen Rel Shugar
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 6 Aoû 2010 - 11:35 Répondre en citantRevenir en haut

Il faisait sombre dans la pièce. Les rideaux étaient tirés et dehors, régnait l’obscurité de la nuit. On ne distinguait pas le mobilier, caché qu’il était par les ombres. Il n’y avait pas de bruits, tout était silencieux, comme mort. Pas un mouvement, pas un bruit pour troubler ce silence pesant. La pièce donnait l’impression d’être vide, de n’être que ténèbres. Cependant, en s’attardant, en laissant aux yeux le temps de s’habituer à l’obscurité, on pouvait commencer à distinguer le contour d’une table, ainsi que d’une chaise, et au centre, un lit. Si l’on prêtait l’oreille, on s’apercevait alors que ce calme glacial n’en était pas un, et que la chambre était rempli de petits bruits : le bruit du rideau soulevé par le vent qui entrait de la fenêtre restée ouverte, le bois de l’armoire qui grinçait, le murmure étouffé qui filtrait du couloir. Si l’on était encore plus attentif, l’on se rendait compte que dans le lit, il y avait quelqu’un, un homme, et celui-ci dormait. Son visage était paisible, rêvait t-il de choses agréables ? Soudain, il se contracta, et son expression se fit songeuse. Était-il maintenant en proie au cauchemar ? Puis il se réveilla d’un coup, et se redresse lentement, arborant une mine intriguée. Ashen descendit de son lit et sortit sur le balcon. Nu, il contempla le ciel étoilé et repassa dans sa tête les évènements qui venaient de se produire. Il dormait tranquillement, faisant un rêve agréable. Il se trouvait au cours d’un bal, organisé en l’honneur de l’élection du Second. Il dansait avec des femmes ravissantes, et avaient des conversations passionnantes avec certains invités. Puis une figure familière lui était apparue, et le décor avait soudainement changé. La salle somptueusement décorée avait été remplacé par une banale salle de taverne. La pièce était vide, à l’exception d’un vieil homme qui sirotait un verre de vin, assis à une des tables. Il salua l’ondin d’un geste.

_ Salut gamin !


_ Arkuden… Vous venez me voir même dans mes rêves maintenant ? Que me voulez vous ?

_ Quel manque de chaleur !
Dit il, faisant mine qu’il était vexé. Et moi qui vient te voir, prendre de tes nouvelles, c’est comme ça que tu accueil celui à qui tu dois la vie ? Il insista sur ce dernier point.

_ Non, non, bien sûr, je suis heureux de vous voir, mais que me voulez vous ? Si c’est encore pour me parler de votre quête de connaissance, je vous ai déjà dit que je n’étais pas intéressé. Maintenant si vous voulez bien me renvoyer à mon rêve, j’étais sur le point de m’éclipser avec une charmante dame qui voulait absolument me donner un cours particulier.

_ Haha, je vois que tu reste un séducteur même dans tes rêves. Mais je t’en prie, assis toi. Ce dont je veux te parler est assez important, et cela te concerne directement.

La curiosité d’Ashen fut piqué au vif et il prit une place sur une des chaises présentent autours de la table. Ainsi Arkuden avait quelque chose à lui dire, et cela le concernait ?

_ J’ai besoin de ton aide pour … une opération, dirons-nous. Comme tu le sais, je suis à la recherche du savoir et du pouvoir. Dans cette quête, j’ai découvert de nombreux secrets, comme celui qui t’a sauvé quand tu étais petit. Il se trouve que j’ai découvert la localisation d’un puissant artefact caché sur Tol Orëa, et je veux le récupérer.

_ En quoi cela me concerne t-il ?

_ La rapière que tu as, tu sais qu’elle est magique n’est-ce pas ?

_ Oui je le sais, mais je n’ai jamais pu exploiter son pouvoir.


_ Hé bien moi je le pourrai. Pour tout te dire, elle constitue la clé qui me permettrait d’atteindre cet artefact.


_ Je ne vous la donnerais pour rien au monde Arkuden.

Ashen se leva de sa chaise.

_ Si c’est tout ce que vous avez à me dire, alors vous pouvez partir. Ramenez-moi à mon rêve.

_ Allons, ne fais pas le gamin et rassies toi s’il te plaît. Je me doute bien que tu ne me la donneras pas, c’est pourquoi je te demande de m’accompagner.

_ Quel intérêt aurais-je à vous accompagner ?

_ Le goût de l’aventure, cela ne te suffit pas ? Si tu veux, tu pourras prendre les trésors que nous découvrirons. Seul l’artefact m’intéresse. Le reste, tu peux e disposer comme tu l’entends.


_ Cela risque d’être dangereux ?

_ Plutôt oui.

_ Une aventure pour récupérer un objet perdu, une quête remplie de dangers.
Un sourire apparu sur le visage d’Ashen. Arkuden avait réussit à le convaincre. Très bien, je suis votre homme. Allons chercher cet objet !

_ Voilà ce que je voulais entendre mon garçon ! Très bien. Retrouve-moi dans trois jours dans la Lande d’Eru, non loin du Kaerl Sombre. Je vais utiliser un petit sort sur toi pour que l’image du lieu de rendez vous soit gravé dans ta mémoire. A présent je te laisse revenir à ton rêve.

Ashen disparu de la pièce. Arkuden resta un moment, sirotant son verre de vin d’un air étrangement satisfait, puis il disparu à son tour, et avec lui la pièce. C’est à ce moment là qu’Ashen se réveilla dans son lit. Il avait en tête l’image du lieu de rendez vous. Une terre aride, hostile, où rien ne poussait, voilà la destination de l’ondin. Il rentra dans la chambre et se coucha de nouveau. Cette fois ci, il ne fit pas de rêves et dormit d’un sommeil paisible.
Publicité





MessagePosté le: Ven 6 Aoû 2010 - 11:35 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Ashen Rel Shugar
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 6 Aoû 2010 - 11:45 Répondre en citantRevenir en haut

Trois jours plu tard, Ashen descendait du dragon blanc qui lui avait servi de monture et fit une gracieuse révérence à la femme qui le montait. Elle était brune et plutôt jolie.

_ Merci Sara, tu me rends un fier service en m’emmenant ici. Je ne sais pas ce qui a prit à mon vieil ami de fixer un point de rendez vous ici, mais bon, il est un peu excentrique. Quoi qu’il en soit tu peux repartir, je me débrouillerai pour rentrer.

_ Prends garde mon ondin adoré, ces terres sont maudites, et il y a des choses qui sommeillent en ces lieux et qu’il ne vaut mieux pas réveiller, dit elle d’un air sombre.

_ Ne t’inquiète pas mal belle, je serai de retour pour te faire goûter de nouveau au Paradis.

_ Tu as un intérêt !

Et sur cette dernière remarque, elle s’envola. Ashen les regarda monter dans le ciel avant de disparaître en un clin d’œil dans un interstice formé par le dragon.

* J’espère qu’elle n’est pas amoureuse de moi*
songea-t-il distraitement.

Il observa les environs. Tout n’était que désolation et ruine. Le sol était sombre, et pratiquement rien ne poussait, si ce n’est quelques touffes d’herbes à l’allure fragile et malade. A une centaine de mètres, on pouvait voir des grands geysers propulser du gaz toxique vers les cieux. Au loin, Ashen observa une forme. Il plissa les yeux et comprit qu’il regardait une construction. Il se souvint des nombreux livres et parchemins qu’il avait parcouru dans les Archives et un nom surgit de sa mémoire : Kaerl Sombre, ou encore Kaerl Oublié. Il était dit que c’était u lieu maudit, et que de sombres créatures y vivaient. Pourquoi Arkuden lui avait il demander de venir ici. Il avait beau porté son regard, à part le Kaerl, il ne distinguait aucune structure sur cette vas te pleine désolée. Penser au vieil homme lui fit prendre conscience qu’il n’était toujours pas arrivé.

* Que fait-il ? Après m’avoir parlé d’aventures, de dangers, voilà qu’il veut me faire mourir d’ennui !*

Il n’eut pas à attendre longtemps. Il était en train d’observer au loin quand il se rendit compte d’une présence derrière lui. Il se retourna en portant la main à sa rapière, pour se rendre compte qu’il ne s’agissait que d’Arkuden.

_ N’ai pas peur gamin, ce n’est que moi.

_ Comment êtes vous arrivé ici sans que je ne vous remarque ?


_ Les vieux gardent toujours leurs secrets, sinon quels avantages auraient-ils contre des jeunes comme toi hein ?


Ashen sourit.

_ J’ai comme l’impression que vous n’avez pas besoin de ça pour pouvoir rivaliser avec un jeune. Bref ! Que faisons-nous maintenant que je suis là. J’ai hâte de découvrir ce que nous réserver cette aventure.

_ Moi aussi mon garçon, moi aussi…

_ Où se trouve cet artefact ? Je n’ai rien vu dans les horizons, pas de bâtiments, rien.

_ Évidemment !
Dit-il d’un air faussement excéder. S’il se trouvait comme ça, je n’aurai pas besoin de toi. L’objet que nous recherchons est très ancien, et il est caché par une magie très ancienne que même moi ne peut pas défaire.

_ La modestie vous étouffe, prenez garde Arkuden !

_ Ne soit pas impertinent Ashen, mais il sourit à cette remarque. Je suis peut être orgueilleux, mais je sais aussi que je suis puissant, et si moi n’y arrive pas, alors peu de personnes le peuvent. Sais-tu comment s’appelle ta lame ?

_ Kel’Taloc.


_ Et tu sais ce que cela signifie ?

_ La défaiseuse… oh ! Je vois maintenant pourquoi vous aviez besoin de moi. Cette lame va vous servir à défaire la magie qui protège l’artefact c’est ça ?

_ Tu es plus vif que tu ne le montre aux premiers abords. Tu as raison. L’arme que tu possèdes est contemporaine à l’objet que nous recherchons. Elle fut forgée par de puissants mages. Comme son nom l’indique, elle est capable de briser les sorts les plus puissants.

_ Et vous savez l’utiliser ?

_ Bien entendu, quelle question stupide ! Dégaine ta rapière, et tiens là fermement. Je vais t’utiliser comme relai. Lorsque je te le dirai, tu donneras un grand coup dans le vide, comme si tu voulais trancher quelque chose. Le temple se trouve en ce moment même à l’endroit où nous sommes, mais un puissant sortilège le protège.

_ Très bien.

Ashen dégaina Kel’Taloc et la tint fermement dans sa main droite. Au début rien ne se passa, et il se sentit ridicule, puis il sentit quelque chose monter en lui. Il se retourna et vit qu’Arkuden était en train de psalmodier quelque chose. A mesure qu’il déclamait ces mots dans une langue étrangère, l’ondin sentait quelque chose croitre en lui. Il se sentait devenir de plus en plus fort. Il comprit que c’était l’œuvre de la magie du vieil homme. L’opération dura encore une minute puis Arkuden dit.

_ A présent, tends ton épée, et laisse la magie l’imprégner.

_ Et comment je suis censé faire ça ? Je ne suis pas magicien Arkuden. Ma seule magie est de charmer les femmes, qui me le rendent bien.

_ Pense simplement que cette force que tu viens de recevoir se déverse dans l’épée.


Ashen ferma les yeux et imagina la puissance comme un courant qu’il s’écoulerait de sa personne vers sa lame. Il l’imagina comme un contenant qui recevrait cette puissance magique. Cela fonctionna, et l’ondin sentit cette force disparaitre. Au même moment, Kel’Taloc devint plus brillante, jusqu’à en devenir aveuglante. Il la sentait vibrer dans sa main, et eu du mal à ne pas la faire tomber.

_ Maintenant donne un coup !

Ashen donna un violent coup, de haut en bas, et il eu un bruit de déchirement. L’air sembla se déchirer devant lui, comme lorsqu’un dragon crée un interstice, puis un pan entier de ce qu’il voyait s’effondra, comme du verre. En face de lui se trouvait maintenant l’entrée d’un temple, et il pouvait voir, de là où il était, qu’un escalier descendait dans les profondeurs de la terre. Il reste interdit devant cette apparition, puis il se sentit soudain très exciter.

*Un temple qui surgit de nulle part. J’aime la tournure que prennent les évènements ! *

Arkuden s’arrêta à côté de lui. Une grande satisfaction se lisait sur son visage.

_ Voilà Vrel’Tali, le temple perdu de la Vision,
dit il simplement.

Puis il s’engagea dans l’escalier. Ce nom ne disait rien à Ashen, qui suivit le vieil homme dans les profondeurs de la terre. Très vite, l’obscurité l’avala.


                                                                   
**********************************  



Les deux hommes s’engagèrent dans un escalier sombre et humide. Ils le descendirent sur une dizaines de mètres avant d’arriver à un couloir. Là, la lumière provenant de l’entrée ne suffisait plus à éclairer. Arkuden alluma une torche, prévue à cet effet. La lumière dévoila le passage. Une épaisse couche de poussière reposait sur le sol, comme un vieux tapis, preuve que personne n’avait arpenté cet endroit depuis des années. Sur les murs, des gravures représentaient des choses qu’Ashen n’arrivait pas à saisir. Il crut reconnaître un œil au dessus d’une sphère, mais il n’en était pas sûr. Ils marchèrent en silence. Le vieil homme semblait tendu, et l’ondin quand à lui vérifia que sa lame glissait bien dans son fourreau, au cas où il aurait à la dégainer rapidement. L’ambiance était tendue, et un sentiment de danger flottait dans l’air, se renforçant à mesure qu’ils avançaient. Ils marchèrent ainsi pendant de longues minutes, le couloir semblant être sans fin. Ashen allait faire une remarque dans ce sens quand ils débouchèrent sur une vaste salle circulaire. Elle était très haute, la torche d’Arkuden ne suffisait pas à éclairer le plafond, et le mur opposé était plongé dans les ténèbres. Cependant, une chose placée, à ce qui semblait être le centre de la pièce attira l’attention des deux hommes. Il s’agissait d’un autel, sur lequel reposait une sphère de cristal. Celle-ci pulsait une lumière rouge, à un rythme qui faisait penser aux battements d’un cœur humain.

L ‘aspirant fut parcouru de frissons lorsqu’il posa son regard ce globe. Son instinct lui souffla qu’une présence se trouvait en ce moment dans ce lieu, avec eux. Une présence qui n’était pas issue de notre monde. Il fit remarquer son trouble à Arkuden.

_ Alors tu l’as remarqué ? Tu es plus réceptif à la magie que je ne pensais. Tu as raison, cette pierre est gardée par un spectre. Il va falloir le vaincre.

_ Comment fait ton pour vaincre quelque chose d’intangible ?


_ Avec la magie. Cependant je vais devoir conserver toute la mienne pour pouvoir utiliser l’artefact. C’est donc toi qui va devoir vaincre ce spectre. Tant que nous n’approchons pas, il ne nous attaquera pas, mais sitôt que nous seront proche de l’autel, alors il faudra combattre.

_ Moi ? Comment suis-je me battre contre un fantôme ? Avec mon épée ?
dit-il en ricanant.

_ Tout juste ! Tu oublies que ton épée est capable de défaire les sorts ? Et bien cette créature est de nature magique, par conséquent tes coups l’atteindront.

_ Je vois, et lui, peut il me blesser ?

_ Bien évidemment. Vas-tu continuer à me poser des questions aussi stupides, gamin ?! Dégaine ton épée et vas-y maintenant ! Nous n’avons pas toute la journée devant nous non plus.


Ashen maugréa quelque chose puis défit sa cape qu’il posa sur le sol. Il dégaina ensuite Kel’Taloc et fit quelques étirements afin d’être prêt. Il s’avança ensuite lentement vers l’autel, les sens aux aguets, prêt à réagir à toute menace visible ou invisible qui se présenterai à lui. Alors qu’il n’était plus qu’à quelques pas de l’autel, et que rien ne s’était manifesté encore, les cheveux d’Ashen se dressèrent sur sa tête. Il eut la certitude à ce moment là que le spectre était là, juste devant lui, invisible, mais en même temps discernable de par les ondes négatives qui s’en dégageait.

* Un visiteur ? Cela fait bien longtemps que je n’ai pas vu quelqu’un. Je suis heureux d’avoir enfin un peu de compagnie*

La voix, comme il le remarqua très vite, était dans sa tête. Le spectre lui parlait par la pensée. Ashen lui répondit de la même manière.

* Dans ce cas tout le plaisir est pour moi mon ami le spectre. J’imagine que rester seul dans cet endroit ne doit pas être facile tout les jours.
*

Un rire résonna dans son esprit.

* Un plaisantin ! Ha ha, le dernier qui ait plaisanté et fanfaronné à beaucoup hurler par la suite, quand je me délectais de ses peurs et de ses souffrances. Et toi ? Crieras-tu beaucoup ?*


*Dieu je comprends, c’est cet environnement qui vous met de mauvaise humeur. Je peux comprendre, toute cette poussière, et ce globe qui donne cette affreuse couleur rouge. Vous devriez prendre des vacances mon ami, allez voir le monde. Vous vous trouverez peut être une spectre pour vous accompagner dans vos voyages.*


*Assez ! Tu m’as assez insulté mortel ! Il est temps maintenant pour toi de souffrir, et je vais y prendre un grand plaisir.*

Il eut un mouvement d’air devant Ashen, et une forme indéfinie apparue. Elle se précisa rapidement, jusqu’à prendre la forme d’un humain haut de deux mètres, dans une armure de plate aussi noire que la nuit, et portant une imposante épée à deux mains. Des cornes se dressaient au dessus du casque. Ashen jeta un rapide coup d’œil derrière lui pour demander de l’aide à Arkuden, mais celui-ci avait disparu.

*Bon et bien c’est à moi de jouer visiblement !*


L’ondin se mit en garde, l’épée pointé vers l’apparition, prêt à agir à tout moment. Le gardien fit le premier mouvement. Il se fendit sur la gauche et porta un violent coup de taille. Ashen para avec sa rapière, et un bruit de métal rencontrant le métal raisonna dans la salle.

* Je vois que tu possèdes une épée intéressante… c’est la première fois qu’un humain est capable de parer une de mes attaques.*

* Vous m’en voyez ravi, sincèrement*

Le combat reprit, et le spectre enchaîna une série d’attaques qui furent facilement parées.

*Il est bien moins fort que Rigor ou Istvan. Les siècles ont dû le ramollir. Je vais en finir rapidement.*

Après une nouvelle garde, Ashen contre attaqua et porta un violent coup. Lorsque l’épée toucha la poitrine de son adversaire, il eut de violents étincelles, et la créature poussa un puissant cri, inhumain, à vous glacer le sang.

* Cette épée ! C’est impossible. Comment peux-tu la posséder ?!*

Mais l’ondin ne répondit pas et porta un coup fatal au gardien. Il n’eut pas de sang, mais le spectre se consuma en un instant. Ashen resta sur ses gardes quelques instants, mais son instinct lui souffla qu’il n’y avait plus de danger. Il rengaina Kel’Taloc, et s’approcha de l’autel.

_ Bien joué gamin. Je savais que ce spectre ne serait pas un challenge pour toi. Il est ici depuis plusieurs siècles, et il s’est lentement affaiblit. Je n’aurais pas donné chers de ta peau si tu l’avais affronté il y a quatre sicles, quand il n’était pas encore trop affaiblit.

Arkuden était réapparut et se dirigeait maintenant vers l’autel.

_ Je vois que vous arrivez juste à temps ! Où étiez vous passez ? Remarque, ne me dites rien, je devine déjà la réponse. Quoi qu’il en soit vous avez votre objet maintenant. Tenez, prenez-le.

Ashen parcouru les quelques pas qui le séparaient de l’autel et tendit la main vers la sphère de cristal.

_ Non ! Ne touche pas à ça !


Mais c’était trop tard. Sa main se posa sur le verre, et aussitôt Ashen sentit une présence qui cherchait à l’atteindre. Au même moment une fulgurante douleur se manifesta dans tout son corps, et il s’écroula lentement au sol. Avant de plonger dans l’inconscience, il eut le temps de voir deux personnes entrer dans la salle au pas de course. Il crut les reconnaitre, mais il n’en était pas sûr. Après tout, que feraient ici, Maëvann et Istvan.

[HRP] C'est à vous de jouer, Maë, Istvan. [HRP]
Istvan Sarkanys
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 9 Aoû 2010 - 00:43 Répondre en citantRevenir en haut



Ce matin là était semblable à bien des matins depuis quelques mois sous le toit du grand chalet de la Sylve. Des babillements avait tiré Istvan du sommeil dès le lever du jour et son regard avait d'abord rencontré les yeux ensommeillés de son amour qui sortait doucement de la langueur de la nuit. Il effleura sa joue avec tendresse, leurs deux corps toujours lovés dans la chaleur du lit puis approchant son visage du sien, il prit ses lèvres avec douceur. S'en détachant à regret, il lui murmura dans un sourire:

- Je crois que ce petit sauvage a faim. Ne bouge pas mon ange, je vais le chercher.

Istvan se mordit soudain les lèvres ennuyé.

- A moins que tu ne préfères que j'aille lui faire chauffer une gourdille de lait de vache ?

Ces derniers temps, la jeune maman était vraiment fatiguée par tous ses engagements liés à sa charge et à une reprise de ses études concernant son Don de guérisseuse. Nalesean avait mit en garde sur le risque que la fatigue ne tarisse le lait de la jeune femme et expliqué que lors de grossesses gémellaire ou si la maman était trop faible on arrivait à donner du lait de jument ou de vache aux nourrissons qui le toléraient plutôt bien dès le quatrième mois . Il avait expliqué aux jeunes parents les manipulations nécessaires pour rendre le lait propre à la consommation de l'enfançon et Istvan était passé maître dans l'art de faire bouillir les gourdasses et de désinfecter les tétines. La demi-sang s'était pourtant montrée réfractaire à la pratique, affirmant qu'elle savait ce qui était le mieux pour son enfant et aborder à nouveau le sujet était toujours source de tension. Une fois encore le regard farouche de la jeune demi sang dissuada l'Arpadien d'insister et il allait chercher son fils au berceau. Lucjan pesait maintenant près de quatorze livre et affichait une mine replète et une belle vitalité. Lorsqu'il vit son père se pencher sur le berceau, il laissa échapper un petit rire gazouillant et lâcha ses pieds avec lesquels il était en train de jouer pour tendre ses petits bras dans la direction du visage aimé. Il gratifia Istvan d'une sorte de petite claque sur la joue et d'un bon tiraillage de barbe.

- Ouch! Petit sauvage! Laissa échapper le guerrier en bisouillant le ventre rebondi de son fils et en caressant le duvet noir qui s'épaississait de jour en jour. Tu vas être tendre avec maman, hein ! La force, c'est bon entre hommes !

- Qu'a-t-il encore fait ce petit coquin et que complotez-vous tous les deux ?

La voix de Maëavann s'élevait à présent impatiente et taquine, preuve qu'elle avait effacé sa mauvaise humeur rien qu' à l'idée de câliner son fils. L'Arpadien le prit dans ses bras et le souleva tout gigotant pour le poser contre le flanc de sa maman en riant. Il déposa un tendre baiser sur le front de chacun puis se releva du lit au bord duquel il s'était assis en disant:

- J'essaie juste d'apprendre les bonnes manières à ce petit barbare ! Je vous laisse, le temps d'aller préparer le petit déjeuner. Je te l'apporterais ici ma chérie.

Il se retourna sur le seuil de la porte pour contempler ce merveilleux spectacle qui réunissait les deux être les plus chers à son coeur. Sa famille ! Lorsqu'il revint les bras chargé d'un plateau bien garni, Maëvann avait déposé leur fils sur une petite peau de mouton avec quelques jouets à portée de main mais celui-ci semblait vouer une passion dévorante à ses orteils. Istvan s'installa à côté de son aimée, le plateau sur les genoux et ne put s'empêcher de l'embrasser à nouveau. Ils se détachèrent l'un de l'autre dans un tendre sourire.

- Ton fils avait très faim, mais il est repu à présent ! Et tout va bien ! Es-tu rassuré ?

- Je le serai davantage quand sa maman se sera nourrie elle-même. Répondit-il en tendant une tartine de pain complet à la confiture de framboises sous le nez de la chevalière.

La lumière s'intensifiait à travers le carreau entrant librement par la fenêtre dont elle avait ouvert le vantail de bois. Tous deux échangèrent un regard par dessus leur bols de lait chaud. Ces précieux instants de quiétude prendrait bientôt fin avec la journée bien remplie qui s'annonçait pour les deux Maîtres.

-Qu'as-tu de prévu aujourd'hui mon ange ?

- Hum, je devais passer aux archives pour trouver quelques recueils traitant de l'herboristerie de Ssyl'Shar mais finalement je pense aller entrainer Ashen au combat en vol .



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
 




Le front du guerrier se barra soudain d'un pli soucieux.

- Il faut que je te pose une question à son sujet.

Maëvann avait tout de suite remarqué l'embarras de son époux à l'évocation de son aspirant.

- Qu'a-t-il encore fait, celui-là ? Un souci avec une femme ? Il s'est battu ?

L'Arpadien leva la main pour objecter .

- Non mon ange, il ne s'agit pas de cela. Lui aurais-tu confié une mission à la Lande d'Eru ?

La Maîtresse Noire ouvrit des yeux ahuris.

- Certainement pas ! Ce serait signer son arrêt de mort ! Bien que parfois, il me donne l'envie de l'étrangler ... Marmonna-t-elle entre ses dents.

- C'est bien ce que je pensais ...

- Enfin Istvan ! Tu imagines bien que ... Me prendrais-tu pour une inconsciente ? Je sais bien que nous avons développé des entraînements très spécifiques pour aguerrir nos aspirants à toute éventualité , mais la Lande ...

- Il doit s'y rendre ce matin ...

Maëvann hoqueta.

- Il ne m'en a rien dit ! Et tu n'as rien fait pour le dissuader ? Pourquoi, Istvan ? Mais enfin !

- Hé ! Du calme mon ange. Je l'ai appris par Sara, cette jeune chevalière blanche qui s'est installée au même étage que nous aux Spires. Je l'ai croisée hier en fin d'après midi, en allant chercher quelques lames dans ma chambre pour les faire affuter par Jowl . Elle m'a abordé un peu gênée et m'a demandé ce que je pensais d'un rendez-vous dans la Lande pour un jeune aspirant. Je lui ai répondu que ce n'était pas un endroit indiqué pour un rendez-vous ou alors avec une personne pas très indiquée non plus. Je lui ai vivement déconseillé d'y aller elle-même.

Tout en écoutant le récit de son époux Maëvann avait bondit du lit et s'activait à se préparer, peignant avec rage sa tignasse ébourriffée et grommelant :

- C'est pas possible ! C'est pas possible! Qu'a-t-il encore été inventer ? Fixer un rendez-vous à une chevalière dans la Lande ! Et pourquoi pas un pique-nique dans les volcans du Mar Talarom pendant qu'il y est !

- Ahh ! Mais non! Il n'a pas rendez-vous avec Sara! Apparemment, il lui aurait juste demandé de le déposer. Ce matin même ... Elle était très ennuyée mais semblait lui devoir un service...

La demi-Torhil jeta la brosse qu'elle tenait dans la main plus qu'elle ne la posa sur la coiffeuse, brisant le manche en bois.

- De mieux en mieux! Il n'aura même pas l'échappatoire d'un Dragon pour se soustraire au danger ! Bon ! Je n'ai pas le choix ! Puisque ni toi, ni cette Sara n'avez pu de le dissuader, je vais devoir aller le chercher par la peau des fesses. S'il n'est pas déjà déchiqueté par un spectre!

- Maëvann ! Ne sois pas injuste ! Cette jeune femme était très ennuyée. A tel point qu'elle est venue m'en parler. Quant à moi, je suis passé voir Jowl et nous avons parcouru le Mar ensemble pour le trouver, en vain. Je n'ai rien dis à Jowl des raisons pour lesquelles je le cherchais. Je craignais qu'il essaie de partir lui aussi pour Eru. Un aspirant en danger, cela suffit !

- Oui ! oui! Tu as raison! Bah, il était encore sans doute dans les bras de ton aspirante, hein! Tu n'y as pas songé ?

- Bien sur ! Azïha ne l'avait pas vu de la journée ... D'ailleurs, elle n'est pas avec Ashen mais ...

- Bien ... Je vais y aller. Dit la chevalière en coupant cours à la phrase de son époux.

Elle avait déjà empoigné son bâton et revêtu sa cape légère.

- Maëvann ... Dit le guerrier, hésitant. Je ne te laisserai pas y aller seule !

- Je n'ai pas le temps d'attendre l'arrivée de Karla.

Karla était la nourrice qui venait garder Lucjan lorsque ni Sylence , ni aucun ami n'était disponible pour s'occuper de lui et que ses deux parents étaient absents. L'Arpadien emboîta le pas à sa femme tandis qu'elle sortait dans le jardin pour rejoindre son Lié. Ils virent la jeune femme rondelette arriver avec un jeune enfant aussi blond qu'elle dans les bras. Sa fille en l'occurrence. Istvan la salua et lui dit de vite aller rejoindre Lucjan qu'il avait recouché dans son berceau, pour plus de sécurité. Il se tourna ensuite vers sa femme et dit d'un ton résolu.

- Svarog et moi vous accompagnions!


* Où va-t-on Istvan ? * S'enquit le Bronze qui revenait d'une partie de chasse.

* A la Lande d'Eru ! * Lui répondit Draveÿn d'un air lugubre.

Les yeux du Bronze virèrent au gris orangé tandis que son frère lui exposait les raisons de l'expédition.

* Fichu bipède ! Mais Istvan , tu as une journée extrêmement chargée aujourd'hui ! Tu dois voir Nalesean !*

* Je préférerais que vous nous accompagniez mon frère, non que je sois lâche mais ... Je comprends l'inquiétude d'Istvan !*

* Il y a des choses que tu ignores, Dravy ! Crois-moi, il vaut mieux éviter à Istvan d'aller là-bas ... * Dit le Bronze à la seule intention de son frère. * Et si nous demandions à Rigor d'escorter Maëvann ? Après tout, il a aussi été le maître d'Ashen! * Ajout-a-t-il à l'intention de tous.

*Svarog, nous n'avons pas le temps de courir Tol Orëa à la recherche de Rigor ! Ashen est peut-être déjà mort à l'heure qu'il est !* Objecta Maëvann très surprise de la frilosité du Grand Bronze.

- Cela suffit ! Il est hors de question que je vous laisse y aller seuls ! Allons -y sans perdre plus de temps en conversations inutiles ! Trancha Istvan en se juchant sur son Lié.

*Istvan , je la sens vraiment très mal cette expédition! *

* Je sais que tu penses à mon ancienne blessure, Svarog, mais nous n'avons pas le choix !*

Les deux Dragons décollèrent et se jetèrent dans l'interstice. Svarog la peur au ventre et Draveÿn en plein questionnement au sujet des paroles d'avertissement de son frère Bronze.

La désolation de la Lande s'offrit à leurs yeux inquiets . Pas la moindre trace d'un bipède. Ils volèrent en altitude un long moment tandis qu'Istvan essayait de fermer son esprit aux entités qui venait effleurer la part de lui-même qui se terrait dans ses entrailles. Draveÿn fut le premier à repérer une palpitation en un point absolument désert de la Lande. Comme rien n'était visible du ciel, Maëvann donna le signal de la descente. Les deux dragons infléchirent le trajectoire pour se poser à quelques lieues d'une sorte de ... faille dans le paysage désertique.

* Il est la-dedans ! Je le sens ! Il n'est pas seul ! Un autre homme est à ses côtés ! Et aussi ... UNE FORCE ...*

* Je sens tout cela et cela ne me plait pas ! Mais alors pas du tout !* Maugréa Svarog.


Maëvann et Istvan avaient déjà sauté à bas de leurs liés et commençaient à s'avancer vers la déchirure étrange qui dévoilait une sorte de temple. Svarog prit sa forme humanoïde. Il étai hors de question qu'il lâche Istvan d'une semelle. Draveÿn ,quant à lui, hésitait. Ne serait-il pas plus judicieux de rester sous sa forme draconique pour permettre un envol plus rapide ?
Maëvann Kerr'wan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 12 Aoû 2010 - 16:19 Répondre en citantRevenir en haut



Maëvann fit quelques pas sur la lande maudite, un panache de poussière cendreuse s'élevant dans son sillage. Les sourcils froncés, elle observa l'étrange porte qui se dressait devant eux, comme si un fil tranchant avait fendu le dais du paysage pour l'ouvrir sur un environnement totalement différent.
Elle tendit le bras pour le passer entre les pans intangibles du tissu des mondes et sentit un air froid et humide frôler sa peau, amenant à ses narines une odeur de vieux souterrain. Ainsi, ce n'était pas une illusion...ou si s'en était une, elle était d'une dangereuse puissance...Mais dans le relief torturé des ses minéraux et rares végétaux, sous la terre cendres de ces étendues lugubres, Eru suintait une Magie aussi puissante et ancienne que celle d'Ombrelune. Elle était son pendant sombre...La Magie des Arcanes et la Magie des Limbes, le Hâvre des Esprits et celui des Spectres.

Maëvann serra les mains autour de son bâton dont elle avait dégainé les lames puis se tourna vers Istvan et leurs Liés. Son époux avait un peu pâli, phénomène qu’elle associa à l’air vicié de la Lande , mais ses traits lourds de concentration et de volonté le montraient prêt à la suivre au bout du monde. Svarog avait d’ores et déjà pris sa forme humaine, visiblement déterminé à les accompagner. La Maîtresse Noire eut du mal à contenir son étonnement…Après avoir développé des trésors d’arguments pour les convaincre de ne pas y aller, voila qu’il ne voulait plus les lâcher d’une griffe ? Qu’importe, elle n’avait pas le temps de s’en préoccuper.

- Je pense qu’il s’agit là d’un endroit sacré , du moins protégé par une puissante magie…Je suppose que vous le sentez, l’air en est lourd et crépitant. souffla-t-elle en regardant tout autour d’elle. Il nous faudra être d’une plus grande prudence, nos armes seront sans doute impuissantes si nous croisons des …apparitions. Mon ange, ton Don d’Empathie risque d’être sollicité par les Puissances ambiantes, tu vas t’épuiser vite. Elle glissa un regard préoccupé sur la légère sueur qui perlait déjà sur le front fier de l’Arpadien, puis fouilla dans sa besace pour en sortir une petite outre. J’ai mis la dedans une décoction de sauge et de cette algue bleue qu’on trouve en Ys…la Spirulae. La boisson est un peu salée mais redoutable contre la fatigue et les accès de fièvre. Si tu te sens mal, prends en une gorgée. Draveÿn , tu reste ici pour monter la garde ?

Le Grand Noir hocha gravement la tête.

- ° Soyez prudents. Beaucoup des flux magiques que je sens ici sont asséchés ou dormants…mais il y en a un tout proche qui semble s’être fraîchement réveillé…et il libère une énergie aussi puissante que négative. Restez sur vos gardes °

Sur ces dernières recommandations, le groupe alluma des torches et s’engagea dans l’escalier sombre. Depuis qu’elle avait repris sa formation à l’Académie pour perfectionner son Don de Guérison, ses sens magiques s’étaient affûtés. Alors qu’ils évoluaient dans cet interminable goulot dont la pénombre coriace semblait défier la lueur des flammes, elle sentait d’étranges courants froids la frôler, traverser son corps et son âme comme une onde furtive, laissant dans leur sillage des murmures et des visions aussi fugitifs qu’incompréhensibles…

La demi-sang avait toujours été terre à terre, invoquant le nom de Flarmya par coutume populaire plus que par réelle Foi. Elle éprouvait un amour sincère pour la Nature, s’émerveillant sans cesse de ses trésors et de son…Intelligence, mais la Magie et assimilé lui étaient alors inconnus. Son Don même n’était vécu que comme une aptitude un peu singulière qu’elle apprenait à comprendre et dompter par nécessité, tout comme elle l’avait fait de la force étonnante que lui prodiguait son sang Torhil.

Puis elle était entrée au Mar Menel et Istvan était arrivé dans sa vie… Maëvann avait alors assisté à des phénomènes, des mystères engendrés de Forces invisibles dont elle avait toujours soupçonné l’existence sans jamais vraiment y croire. Son époux était un étrange et fascinant calice ou se disputaient souvent rationalité et sensibilité, rigueur et foi. L’Arpadien avait partagé, inconsciemment ou non, beaucoup de ses croyances, de sa culture …de l’étrange énergie mystique qui l’habitait parfois avec son aimée, la poussant à s’interroger, à ressentir et voir les choses différemment.

Aujourd’hui, alors qu’elle frôlait des doigts les étranges écritures cabalistiques gravées sur les parois, elle songea qu’elle ne vivrait plus jamais la Magie comme avant, à l’image d’une présence qui palpite au fond de vous sans que vous n’en ayiez conscience ou cure…Non. Alors qu’elle sentait qu’ils approchaient quelque chose de puissant, irradiant la chaleur comme d’un foyer, Maëvann sut que les Forces lui étaient désormais familières …et que sa Destinée l’appellerait à resserrer encore ce lien entre l’Intangible et le Réel.

Il y eut un étrange soupir dans son dos et Istvan trébucha, n’évitant la chute que grâce à la poigne de Svarog sur son épaule.

- Mon amour ! Qu’as-tu ? s’enquit Maëvann en se précipitant à ses côtés. Par Flarmya, tu es incroyablement pâle et …

Elle plissa les yeux, cherchant à capter le regard de son époux dans l’obscurité…Il lui semblait que ses yeux gris s’étaient entièrement teintés de noir mais les paupières d’Istvan les voilèrent avant qu’elle n’ait pu s’assurer que la pénombre lui donnait la berlue. Il passa sa grande main sur son visage et inspira longuement avant de prendre une gorgée du breuvage vitalisant.

- Ce n’est rien, ma chérie…Une faiblesse passagère due a l’Empathie. expliqua-t-il, ouvrant de nouveau un regard brillant et vif. Nous approchons quelque chose de fort et de dangereux. Il va nous falloir être plus prudents que jamais.

Maëvann hocha la tête, pressant le bras de l’Arpadien avec douceur. Derrière lui, les yeux de Svarog chamarraient d’une inquiétude ambrée trop puissante pour être liée à une simple « faiblesse passagère ».


- Non ! Ne touche pas à ça !


Le cri emplit le couloir et les fit bondir. C’était une voix d’humain, masculine …et empreinte d’un profond effroi. Les Maîtres et le Bronze franchirent les dernières mètres du corridor au pas de course pour déboucher sur une petite salle ronde ou trônait un piédestal vide et…le corps inanimé d’Ashen, un globe de verre vide à la main.

- Oh non …

Maëvann se précipita vers l’Ondin et s’agenouilla, le saisissant par les épaules pour le retourner sur le dos. Mais lorsqu’elle voulu toucher son visage blême et inerte, elle poussa un cri et fit un bond en arrière, comme si elle s’était brûlée les doigts.

- Qu’est-ce que …Quelque chose est passé derrière mes yeux quand je l’ai touché…haleta-t-elle en jetant un regard perplexe et inquiet à Istvan et son Lié. Un visage, une présence…maléfique. Je…

Elle cligna des yeux, hébétée…puis se força à reprendre ses esprits. Ashen était visiblement en état de choc, il fallait lui prodiguer des soins. Alors qu’elle s’affairait, son époux avait repéré le vieillard qui observait la scène, consterné, et se dirigeait vers lui pour l’interroger, une main menaçante posée sur sa garde.


  
Ashen Rel Shugar
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 16 Aoû 2010 - 13:58 Répondre en citantRevenir en haut

Tout était sombre. Ashen évoluait dans un univers de douleur et de peine. Il essayait de crier, mais aucun son ne sortait de sa bouche. Il était muet, et condamnée à hurler en silence sa douleur. Il se sentit tomber, lentement, puis de plus en plus rapidement. Ce n’était qu’une sensation, car il était plongé dans une obscurité totale, et n’avait donc aucun moyen de savoir s’il tombait effectivement. Sa chute lui sembla durer des âges entiers, et pendant tout ce temps, il souffrait à s’en arracher les yeux, chose qu’il aurait fait s’il possédait encore un corps, car il se rendit compte que s’il ne pouvait pas crier, c’est parce qu’il ne possédait pas de corps. Il n’était qu’une présence perdue au milieu du néant, souffrant milles douleurs. La sensation de chute s’estompa progressivement, comme s’il approchait du but. Ses perceptions changèrent. Il eut l’impression de prendre de la consistance, et les ténèbres du néant qui l’entouraient avaient fait places à une simple obscurité. Il sentit son corps, et pu toucher son visage, son ventre, ses bras. Maintenant il pouvait crier, mais la douleur avait également disparue, remplacé par un sentiment de vide et d’impuissance. Des âges passèrent encore, quand Ashen sentit un sol sous ses pieds. Il baissa les yeux, et vu qu’il était debout sur un sol dallé de pierres. Il leva les yeux, et fut ébloui par la lumière que projetait un feu. Il n’y avait rien autour, pas d’arbre, pas de murs, rien que l’obscurité qui s’étendait après quelques pas seulement du feu. L’ondin s’approcha, lentement, cherchant des yeux un éventuel danger. Il avait retrouvé ses capacités de raisonnement, et s’interrogeait déjà sur l’endroit où il se trouvait. Il se souvint avoir vaincu le spectre, dans le temple de la Vision, puis d’avoir touché le globe de verre. A ce moment là, il s’était écroulé par terre, sous les coups de la douleur. Il avait cru voir Maëvann et Istvan entrer au pas de course dans la salle, mais cela n’avait dû être qu’une illusion.

Il atteignit le feu. Un enfant y était assit, et tendait les mains pour se réchauffer. Ashen le reconnu immédiatement. Cette tunique déchirée au niveau de l’estomac, et d’où à l’époque s’échappait des torrents de sang, ces petits pieds nus qui avaient été broyés sous les bottes d’hommes cruels. L’enfant se retourna, et posa sur Ashen un regard empli de douleurs. Son visage était ravagé par les coups qu’il avait reçus.

_ Où étais tu Ashen quand ces hommes m’ont tabassé puis tué ? Où étais tu ? Sa voix n’était que plainte où transpirait la douleur.

_ Tu n’es qu’un spectre. Je t’ai déjà affronté dans le Labyrinthe. Tu ne peux plus m’atteindre
, répondit Ashen d’une voix ferme.


Le garçon rigola alors, d’un rire adulte et profondément malsain. La scène explosa en milliers de petites sphères, et Ashen se retrouva de nouveau en train de tomber. Mais cette fois ci la chute fut plus rapide, et il atteignit un nouvel endroit. Il se trouvait à présent dans une vaste salle, éclairé par des dizaines de torches. Au centre se trouvait un imposant trône fait d’os humais. Des tibias servaient d’accoudoir, des cranes humais de repose poignet. Un homme était assis dessus. Il était richement vêtu et portait une épée en travers de ses genoux. Il était extrêmement beau, d’une beauté presque douloureuse, irréelles, et il jetait sur l’ondin un regard où se lisait l’amusement.

_ Bienvenu dans mon humble demeure Ashen. Cela fait longtemps que je n’ai pas reçu de la visite.


_ Qui êtes vous ?

_ Quel ton ! Ne soit pas si désagréable. Je t’en prie, prends place.

Une chaise apparût devant Ashen, mais il l’ignora.

_ Comme tu voudras. Pour répondre à ta question, je suis Dieu.


*******************



Arkuden avait crié sa mise en garde, mais c’était trop tard. Ashen avait touché le globe, et s’était effondré. L’imbécile ! Le vieil homme ne pouvait plus rien faire pour le jeune ondin. Il était hors de sa portée, et devrait se débrouiller seul s’il voulait survivre. Au même moment, deux personnes entrèrent au pas de course, une femme et un homme. Arkuden reconnue immédiatement la femme, Maëvann Kerr’wan. Quelques mois plus tôt, Ashen avait retrouvé le magicien pour lui demander des informations à propos de cette femme. Il l’avait envoyé alors sur Tol Orëa grâce à une vieille magie. L’autre homme en revanche lui était inconnu. Ces deux intrus tombaient véritablement mal. Il aurait voulu que toute cette affaire reste secrète, il n’avait pas besoin que des Kaerls se mêlent de son histoire, encore moins s’ils venaient du Kaerl Céleste. Si cette histoire était ébruitée, cela le gênerait forcément.

Maëvann se précipita vers l’ondin, et poussa un cri lorsqu’elle le toucha. Elle dit qu’elle avait senti une présence. Un rictus de mépris barra les traits du vieil homme.

_ Ne le touchez pas ! Vous ne pouvez rien faire pour lui, il va devoir se battre seul.

Il reporta son attention sur l’homme, et constata qu’il approchait de lui avec sa main posé sur la garde de son épée. La situation continuait de dégénérer. Voilà que cet intrus voulait lui passer une épée au travers du corps ?!

_ Je ne ferais pas ça si j’étais toi gamin, dit il en fixant la main posée sur la garde de l’épée. Ne te fais pas aussi menaçant envers moi, je n’apprécie pas, et réagit en générale assez brutalement à ceux qui me menacent. Te voilà prévenu.

Il ponctua son discours de discrets petits éclairs qui crépitaient entre ses deux mains. Istvan s’arrêta.
Istvan Sarkanys
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 16 Aoû 2010 - 21:34 Répondre en citantRevenir en haut

- Qu'est il arrivé à Ashen ? Que lui avez-vous fait . Est ce vous que nous avons entendu crier ? Je veux juste savoir. Quant à la magie qui semble vous habiter... Rétrorqua l'Arpadien en fixant les mains du vieil homme. Sachez qu'en user sur moi ici-même pourrait vous être aussi néfaste qu'à moi-même. Je vous le déconseille vivement.

Istvan se tourna vers Maëvann, alarmé.

- Il a raison ! Ne le touche pas! Je sens une force très puissante en interaction avec lui. Il n'est plus là ... Il est parmi ... les Ombres , peut-être ... Si son heure est venue, il est perdue, sinon, il va devoir lutter ...

Il s'approcha de son aimée et la prenant par les épaules, il la fit reculer jusqu'au vieillard qui gardait une distance prudente avec le corps de l'Ondin.

- Qu'y avait -il emprisonné dans cette sphère ? Que faisiez-vous là avec Ashen ? Je ne songe pas à vous nuire, mais Maëvann Kerr'wan que voici et moi-même sommes responsables de cet homme, de sa vie. Je dois l'aider, je puis l'aider peut-être à revenir parmi nous.

A ces mots Svarog qui était resté à l'entrée de la salle, dans la pénombre, s'avança.

- Istvan ! Tu n'y songes pas ? Qui sait l'effet que cela aurait sur toi ?

Le guerrier s'approcha de son aimée et lui parla à l'oreille.

- Il devait y avoir une entité dans cette sphère... enfermée par un sortilège sans doute et Ashen ... en la touchant l'aura libéré et sera devenu son nouveau réceptacle...

- Oohh par Flarmya ! Il est donc perdu ...

- Peut-être pas ... mais je doute qu'il soit le même après cela ...

- Svarog , c'est notre devoir de l'aider ! Ashen est des nôtres. De plus, je doute tout de même qu'il se soit aventuré de son propre chef en ces lieux. Visiblement, on l'y a incité !


Il jeta un regard sombre et grogna en direction du vieux. Il aimait bien Ashen. Au fil des jours et des entraînements partagés avec lui, il s'était attaché au caractère fougueux mais facétieux du jeune aspirant. De plus il était le disciple de son épouse, le premier et le Maître Bronze pouvait imagine toute la détresse qui s'emparerait d'elle s'il trouvait la mort. Perdre un aspirant était malheureusement une chose possible à laquelle les Maîtres étaient censés êtres préparés, mais le premier ! Cela risquait de bouleverser Maëvann à tel point qu'elle renoncerait probablement au magister. Istvan s'en voulait terriblement. Il aurait dû rester avec Sara et cueillir Ashen au vol lorsqu'il l'aurait rejointe pour qu'elle le mène à Eru. L'Aspirant en aurait été quitte pour une bonne correction de sa part, au lieu de quoi, il gisait là, corps inerte dont l'âme devait errer dans l'invisible pour les yeux. L'Arpadien connaissait bien l'Ombre pour y avoir sombré lors de transes provoquées ou spontanées. Il était ardu d'en revenir indemne déjà pour qui maîtrisait la voie des esprits mais lorsqu'une force immanente vous y happait prenant possession de vous, si elle souhaitait vous garder, elle pouvait jouer de vous durant un temps infini jusqu'à vous posséder complètement et lorsqu'elle vous laissait enfin émerger vous n'étiez plus que l'ombre de vous même. Elle était devenue vous. Plus il tarderait à entrer en contact spirituel avec Ashen et à tisser le lien de retour plus l'autre, quel qu'il soit aurait une emprise sur son âme.

- Vous ne pouvez souhaiter la perte de ce garçon ! Qui est-il pour vous ? Parlez !

Le teint d'Istvan était terriblement pâle et ses yeux avaient viré au noir total à nouveau. Le vieil homme avait eu un mouvement d'impatience et d'agacement mais lorsqu'il constata l'état du guerrier, il sembla hésiter à lancer contre lui la puissance qui couvait dans ses mains.

Maëvann et Svarog étaient tendus à l'extrême, bien conscients de l'affrontement muet qui se jouait entre deux forces indéfinissables pour en maîtriser une autre.

- Allons ! Le temps presse! Qui que vous soyez, vous n'avez certainement pas plus intérêt que nous à ce qu'Ashen y perde la vie ! Même si nos motivations diffèrent vous n'avez pas d'autre choix que nous aider. Argua le Maître Bronze en tentant de canaliser la puissance qui commençait à se concentrer en lui, comme alimentée par le flux maléfique de la Lande.
Ashen Rel Shugar
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 29 Aoû 2010 - 09:46 Répondre en citantRevenir en haut

Le vieil homme sembla s’attendrir devant la sollicitude de l’homme qui venait de lui parler. Il n’avait pas prévu que les choses se déroulent ainsi. Ashen aurait dû vaincre le spectre grâce à son épée, et rien de plus. La sphère était dangereuse, et la toucher sans se protéger auparavant était synonyme de mort. Il aurait dû prévenir le jeune homme, il avait été négligeant, et cette négligence pouvait coûter la vie à quelqu’un maintenant. C’est pourquoi il accéda à la demande de l’homme, qui voulait savoir ce qu’il connaissait à propos de cet artefact.

_ Je vais vous dire ce que je sais. Cette sphère, elle se nomme l’Œil de Vue. C’est un puissant artefact, qui permet, s’il est utilisé correctement, de percevoir les flux de magies à des lieux de distance, et ce en faisant fit des éventuelles protections destinées à les cacher. Cependant, ce qui donne ce pouvoir à cet objet, est l’entité qui est enfermé dedans. Vieille de plusieurs siècles, elle était autre fois un puissant mage, le plus grand de son époque. Il a été enfermé par les Valherus eux même, qui s’ils ne le craignaient pas, sentaient qu’il devenait de plus en plus gênant à mesure qu’il accumulait du savoir et de la puissance. C’est lui qui donne tous ces pouvoirs à la sphère.


Un cri poussé par Ashen interrompit le discours d’Arkuden. Maëvann, qui était à ses côtés, sursauta, ainsi que l’ensemble des témoins, devant la puissance de ce cri. Il était empli de douleur, mais également de rage, et de désespoir.

_ La possession commence …
murmura le vieil homme.

L’arpadien lui demanda des explications sur cette dernière phrase dite de manière énigmatique.

_ Lorsqu’il fut scellé dans la sphère, toute la magie du mage ne le fut pas avec lui, car trop puissante pour cela, de telle sorte que bien qu’emprisonné, il avait toujours la possibilité d’agir sur le monde si quelqu’un de non protégé le touchait. C’Est-ce qui est arrivé. Ashen ne m’a pas écouté, et à toucher la sphère. Le mage en a profité pour entrer dans son esprit. Il va maintenant le posséder, et utiliser son corps comme nouveau réceptacle.


Ashen poussa un autre cri, aussi effroyable que le précédent. De la sueur ruisselait sur son visage, qui était crispé, comme s’il effectuait un violent effort. Il sera les poings à s’en faire blanchir les jointures des doigts.

_ En ce moment même, il lute, mais il va perdre, il ne peut pas vaincre, il est trop faible. Cela me chagrine, car j’aimais bien ce garçon, mais nous allons devoir le tuer. Nous ne pouvons pas laisser le mage sortir de ce temple, ou s’en est fini de nous tous.

Arkuden avait annoncé la sentence de mort d’un air calme, presque détaché. Il ne voulait pas tuer l’ondin, surtout qu’il avait des projets autrement plus importants pour lui, mais il ne pouvait rien faire d’autre. Il prit une dague, cachée dans un repli de sa cape, et s’approcha de l’ondin, qui se tordait de souffrance sur le sol. Istvan voulu l’empêcher d’approcher, mais des filaments magiques bloquèrent sa progression. Maëvann voulu s’interposer à son tour, mais il l’écarta sans ménagement. Il se pencha sur Ashen, et se prépara frapper en plein cœur. C’est alors qu’Istvan, qui avait réussit à se libérer de ses liens, sauta sur le Arkuden et l’envoya valser à quelques mètres. Avant que le mage ne puisse se relever, il dégaina l’épée de l’ondin, et la mit dans la main de ce dernier. Ashen lui avait expliquer que l’épée était magique, peut être pourrait elle l’aider dans son combat, du moins, c’est-ce qu’espérait Istvan.

****************



_ Dieu ? Ne me faites pas rire, Dieu n’existe pas. Vous êtes un démon, ou un spectre, mais vous n’êtes pas Dieu.

_ Je te trouve bien présomptueux jeune Ashen. J’ai le pouvoir absolu sur toi et ton esprit. Dans quelques instants, je vais prendre possession de ton corps, et broyer ton esprit, ainsi que ton âme, entre mes mains. Ne cela fait il pas de moi un dieu ?

_ Au même titre qu’une fourmi considèrerait ma botte comme une manifestation divine, répliqua Ashen. Vous n’est pas un dieu, et vous ne me posséderez pas. Je tiens à ce corps, donc ne comptez pas sur moi pour vous le donner.

Il porta sa main à sa ceinture, dans le but de dégainer sa rapière, mais il ne rencontra que du vent. Il était désarmé. L’homme en face ce lui rigola.

_ Tu cherches ton épée. Quel dommage ! Il semble qu’elle ne soit pas là, alors que moi je possède la mienne.

Il prit son épée, posée entre ses genoux, et sauta de son trône. Il s’avança ensuite vers l’ondin. Ashen recula, prêt à esquiver toute attaque portée contre lui. Il n’avait pas d’arme, mais un ondin désarmé n’en restait pas moins dangereux. S’il arrivait à poser sa main sur la peau de l’autre, il lui suffirait de lui injecter un poison, et il aurait gagné. L’homme sembla lire dans ses pensées.

_ Nous somme dans un endroit de l’esprit Ashen, ton poison ne m’affectera pas. Quel dommage que tu n’es pas Kel’Taloc. Elle est la seule qui pourrait me blesser ici.

Il s’avança vers l’aspirant, et lui porta un coup d’une vitesse inouïe. Ashen parvint à éviter de justesse un coup mortel, mais il ne put empêcher la lame de pénétrer dans son épaule. Il ressentir une douleur intense, bien plus qu’une blessure comme celle-ci devrait infliger. Il avait l’impression que tu métal en fusion coulait dans ses veines, brulant tout sur son passage. Il recula, à bout de souffle.

_ Déjà mort Ashen ? Allons, ne me dit pas que es vaincu avec ce simple coup.

L’aspirant ne répondit pas, cherchant une solution pour se sortir de cette situation. C’est alors qu’il sentit un contact familier dans sa main. Il regarda, et vit sa rapière ! Elle venait d’apparaitre subitement. L’inconnu poussa un cri de colère, et attaqua immédiatement, mais l’ondin para le coup, et riposta, blessant l’homme au flanc. Il n’eut pas de sang, juste un filet de fumé qui s’échappa de la blessure, mais l’homme cria à son tour.

_ Les rôles semblent inversés à présent !

Il n’attendit pas, et attaqua de nouveau, portant une succession de coups rapides qui firent tous mouchent. Soudain, il vit une ouverture dans la garde de l’homme, et en profita pour l’embrocher. La lame entra par le ventre et dépassa de son dos. Alors qu’il agonissait, l’entité prit soudainement la tête de l’ondin entre ses deux mains, et psalmodia. Ashen ressentit une douleur effroyable dans sa tête, comme si son esprit était compressé dans un étau impitoyable. Alors que l’image de l’entité disparaissait, cette dernière eu un dernier rire, comme si elle avait gagné malgré tout. Les ténèbres s’abattirent sur la salle, et engloutirent Ashen.


*******************


Lorsqu’il recouvra la vue, ce fut pour contempler un plafond. Il tourna la tête, et vu à ses côtés une femme. Il ne la reconnu pas, cependant une voix lui souffla quelque chose.

* Elle est là pour te tuer. Attaque là.*

Ashen était encore en état de choc, et il ne comprenait pas ce qui se passait, mais cette voix lui semblait si impérieuse, qu’il l’écouta. Il se releva d’un bond, et l’épée déjà en main, porta un coup violent qui visait à décapiter la femme. Une épée s’interposa entre l’épée et le cou de la femme. Il se retourna et vit un homme aux cheveux long qu’il ne connaissait pas. Cependant ce dernier l’appelait par son prénom, comme s’ils s’était déjà vus auparavant.

*Celui là est le compagnon de la femme, ils sont venus te tuer. Vas-tu te laisser faire ? *

Comme un automate, Ashen se retourna, et se prépara à attaquer l’homme.
Maëvann Kerr'wan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 2 Sep 2010 - 00:26 Répondre en citantRevenir en haut


Ce n'était plus Ashen, ce n'était plus son Aspirant... La lueur maléfique qui rougeoyait comme une braise au fond de son regard, le masque cireux qui avait figé son visage dans une expression de cruelle démence, la raideur et la position lugubre de son corps, comme une marionnette. La jeune femme épouvantée s'adossa au mur, sentant ses jambes flageoler, et porta sa main à son cou.

- Ashen...Par les Dieux...Qu'as-tu fait ?!

Istvan venait de repousser l'Ondin vers le fond de la salle d'un puissant revers de lame , mais celui revenait déja à la charge de sa démarche saccadée, la tête penchée sur le côté et le visage fendu d'un sinistre sourire. Avant même que l'Arpadien ait pu le repousser de nouveau, Ashen ...ou plutôt l'entité qui possédait son corps, se mût à une vitesse surhumaine, ombre floue se déplaçant dans un mouvement d'air. Il y eût un coup sourd et l'Arpadien vola à travers la pièce comme un vulgaire fétu de paille avant d'heurter les parois dans un cri de douleur.

- Istvan !!

La Demi-sang arma son bâton et se précipita sur l'Ondin, talonnée par Svarog qui avait tiré sa lame au clair.

- Svar, je t'en prie, fais attention... N'utilise tes coups que pour le neutraliser. Il est encore là, j'en suis sûre ! Nous devons le libérer de cette chose !

- ° Je n'avais pas l'intention de le tuer. Je sais que nous y perdrons tous et que cette ignominie trouvera quelqu'un d'autre. Elle ne vaincra pas ! Je ne la laisserai pas l'emporter sur Ashen ! ° martela-t-il avec une telle détermination que la demi-sang en frissonna.

Le Saurien s'apprêta à frapper le flanc droit du plat de sa lame, suffisamment fort briser une ou deux côtes et neutraliser tout déplacement tandis que , de son côté, Maëvann ciblait la jambe gauche...mais aucun de leur coup ne fit mouche. Un lourd silence tomba dans l'Antichambre sacrée, tandis que Maëvann dardait un regard horrifié sur la main de son Aspirant, traversée de part en part de sa lame...L'Ondin avait dévié le coup de Svarog de son bras armé et fait rempart de sa main gauche dans un seul et même mouvement. Le sang coulait en une dentelle pourpre sur son bras mais son visage ne s'était pas défait de sa moquerie macabre. Il ne semblait pas sentir la douleur.

- Pauvres fous ! Le Mage use du corps d'Ashen comme bouclier pour parvenir à ses fins, ne l'avez-vous pas encore compris ?! s'écria Arkuden, serrant rageusement les poings. Il ne ressent pas les signaux de souffrance ou de fatigue. Le seul moyen d'en venir à bout est de le tuer, je le redis ! Il faut ôter tout moyen de contrôle à l'entité maléfique.

- NON ! Je m'y refuse ! Il doit y avoir un autre moyen !

Ashen pencha la tête sur le côté et eut un horrible gloussement. Ses yeux fous ne quittèrent pas Maëvann, savourant l'horreur de ses traits et les larmes qui coulèrent sur ses joues alors qu'il enfonçait sa main toujours plus loin sur la lame, indifférent aux bouillons de sang qui en jaillissaient, au craquement des articulations qui cédaient.

- Pitié ...Pitié ...ARRETEZ CA ! hurla-t-elle, au comble du désespoir.

Les doigts ensanglantés encore mobiles se refermèrent sur la tête de lance. Se saisissant de l'arme à revers, l'Ondin possédé donna un violent coup de butoir dans le buste de la Maitresse Noire qui recula en hoquetant et s'effondra contre le piédestal de la sphère. Pivotant sur lui-même, il frappa Svarog à la tête avant même qu'il n'ait pu riposter et l'envoya rejoindre l'épouse de son Lié.

Arkuden et Istvan fondirent sur lui en poussant des cris de rage. L'entité eut un horrible sourire et , d'une secousse du bras , se débarrassa de l'arme qui empalait sa main gauche. L'air poussiéreux vibrant du chant de leurs lames s'entrecroisant.
 


~°~°~
 

- Maë ! Maëvann ! Ca va aller ? 

Soutenue par le Bronze, la jeune femme se releva en position assise dans un grognement de douleur, les mains crispées sur son sternum meurtri.

- Je ...Je crois. Oooh Svarog, c'est terrible ! Nous n'avons pas le choix...Il va falloir...

- Flarmya, non...Je ne peux y croire !  s'insurgea le Dragon, son visage juvénile se peignant de révolte. C'est injuste de sacrifier l'âme d'Ashen ainsi...Nous devons combattre encore !

- Svar, je souffre moi aussi à cette idée mais...ce Mage, cette entité...quoi que ce soit...Il utilisera le corps d'Ashen jusqu'au bout. Il doit souffrir tellement, Svarog ! Songe ce qu'il endure , spectateur impuissant de tout ce que ce monstre lui fait faire et subir ! Il faut le libérer ... et empêcher cet Esprit d'accomplir les sombres desseins qu'il fomente depuis des siec...

Le visage de Maëvann s'éclaira soudain. Elle roula sur elle même et passa frénétiquement les doigts sur les écritures cabbalistiques qui gravaient le socle de pierre, les yeux plissés.

Maë ?

- Ce Mage à été enfermé dans cette sphère par les Valherus, conscient du danger qu'il représentait. Ce Temple est sa prison ...haleta-t-elle a voix basse. Et une prison à toujours une clé et des gardiens. Il doit y avoir un indice quelque part , Svarog , des consignes laissées là ou cas où ce jour arriverait ... C'est forcément là !

Elle poussa un grognement et frappa la pierre du poing.

- Mais aucun de ces caractères ne ressemble à ce que je connais ! Sans doute une branche dérivée du langage local d'alors...Bon sang ! Istvan et Arkuden sont en trop mauvaise position pour nous aider...

- Je peux lire...

Svarog avala difficilement sa salive lorsque les yeux verts, incrédules, se tournèrent sur lui, mais il inspira vivement et répéta avec aplomb :

Je peux lire ces inscriptions... Le Savoir des Valherus est inscrit dans notre Mémoire, celle dont nous héritons de générations en générations. Nous accumulons souvenirs, connaissances et Histoire brodées sur le fil du Temps, c'est l'Héritage de notre Sang. Accéder à cette mémoire est...un exercice difficile qu'on maîtrise avec l'âge mais ...c'est notre seule solution !

Maëvann hocha la tête et se déplaça en grimaçant , cédant la place au Dragon. Svarog s'agenouilla, le visage pétri de concentration et ses yeux irisés fusèrent sur les inscriptions gravées alors qu'un souffle ample et caverneux emplissait sa poitrine. Il lui sembla que son cerveau de bipède allait éclater alors qu'un flot infini d'informations électrisait son esprit. Les souvenirs de millions de vies défilaient derrière ses yeux... Amour, Haine, Guerre, Paix , Politique, Magie, Connaissances, Secrets ... Il grinça des dents , serrant les poings sur ses cuisses, alors que son corps et son coeur d'humain protestaient sous l'effort.

- Svarog...Je t'en prie, fais vite ! souffla Maëvann en pressant son épaule. Istvan et Arkuden ne tiendront pas longtemps ainsi !

Soudain, le regard intemporel du Dragon s'illumina d'éclairs crépitants. Les inscriptions eurent une forme, un sens , une syntaxe...et les lèvres du Saurien s'animèrent alors qu'il déchiffrait les lignes avec la fluidité d'une langue natale, ses doigts nerveux suivant le tracé dans la pierre.

- Je crois... Qu'il y a une façon de vaincre ce Mage. Une...Energie spécialement forgée pour défaire l'intangible. C'est...confus

- C'est la seule façon de le vaincre ?

- Oui. Ils ne disent pas comment ... Mais je crois comprendre... Que cette Force à été emmagasiné dans un support solide...Un médaillon ou une lame peut être. Un mot revient souvent...Ker'Taloc..."Celle qui défait" 

Ker'Taloc...Ker'Taloc... Maëvann se mordilla les lèvres. Elle avait entendu ce mot , mais où , quand ? Qui lui en avait parlé ?!  Un homme...de son entourage proche. Maël ? Non. Un de ses Aspirants ? Non plus ! ...Istvan. Oui, c'était Istvan qui avait prononcé ce mot ! Ils étaient au lit, ils parlaient de leur journée. Elle était encore enceinte de Lucjan . Istvan s'était entrainé avec Ashen au duel armé ...Tout deux avaient parlé de leurs épées, de leurs histoires...Et celle d'Ashen s'appelait ....

Ignorant la flèche douloureuse qui traversa son buste, Maëvann bondit sur ses pieds et hurla.

- Son épée ! Il faut retourner l'épée d'Ashen contre lui !!

L'Ondin possédé darda sur elle un regard remplit d'une haine meurtrière, sifflant à la manière d'un serpent. Repoussant Arkuden et Istvan de puissantes coudées, il s'enfuit à travers le couloir pour gagner la sortie du Temple. Maëvann tenta de se lancer a sa poursuite mais sa blessure la rappela a l'ordre, interdisant tout mouvement brusque. Elle s'accroupit, haletante, les mains crispées sur ses flancs et s'appuya de nouveau contre le piedestal

- Ca...Ca ira ! Ne le laissez pas s'enfuir ! exhorta-t-elle lorsque Istvan et son Lié voulurent s'enquérir de son état.

Les trois hommes désertèrent bientôt l'Antichambre. Maëvann ferma les yeux, tentant de se remettre d'aplomb.

- Draveÿn ! Si tu m'entends, ne laisse pas s'enfuir Ashen lorsqu'il sortira du Temple, pour aucune raison ! Ne le blesse pas s'il tente de te resister...protège Istvan et ...soit prudent...Je t'en prie ! Je t'expliquerai ...
Istvan Sarkanys
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 9 Sep 2010 - 18:11 Répondre en citantRevenir en haut

Tout s'était enchaîné très vite. Ashen, ou du moins l'entité qui le possédait avait repoussé les parades et attaques d'Istvan, Maëvann et de Svarog avec une facilité déconcertante. Arduken les exhortait à commettre l'inacceptable: sacrifier l'aspirant. L'Arpadien ne pouvait s'y résoudre pas plus que son Lié. Leur communication mentale fusait plus que jamais. Istvan serra les dents de rage lorsqu'il comprit que son aimée était blessée. Il s'en voulait tellement de ne pas avoir su empêcher cette folie, de ne pas avoir intercepté l'Ondin avant qu'il ne s'envole avec Sara pour cette lande maudite. A présent, Ashen et Maëvann payaient pour son inconséquence de Maître. Le vieil Arduken s'était rangé au côté du Maître Bronze mais , on pouvait lire dans les yeux du vieillard l'intention de donner la mort à ce corps soumis au maléfice. Alors que l'Aspirant les tenait à distance, il vit son Lié s'agenouiller et parcourir les inscriptions du piédestal qui avait supporté la sphère. Il comprit avant même que le Bronze lui annonce qu'il allait fermer son esprit pour mieux se concentrer , ce qu'il s'apprêtait à faire. Alors que le vieil homme et l'Arpadien peinaient juste à occuper le possédé pendant que Svarog faisait ce qu'il avait à faire, Istvan voyait Maëvann grimacer de douleur en se tenant le flanc. La colère grondait en lui et il peinait à rester lui-même.

Soudain, il sentit affleurer l'esprit du Grand Bronze et il entendit les exclamations de son aimée et de son Dragon.

* Ker'Taloc ! Bien sur ! *

Istvan se souvint de ce que lui avait expliqué Ashen au sujet d e cette magnifique épée et aussi de la façon dont elle était indubitablement liée à l'Ondin. N'avait -elle pas réussi à retrouver son propriétaire alors que ce dernier l'avait échappé dans les flots tumultueux des Chutes de Nightfall ? L'Ondin n'avait-il pas dit qu'elle était le calice d'une force magique ? Si une force pouvait sauver Ashen, c'était bien cette arme magnifique qui semblait sublimée lorsqu'elle était tenue par l'aspirant, comme si elle était destinée à lui et à lui seul. Comme pour conforter l'évidence qui s'imposait à Maëvann, Svaraog et Istvan, le possédé eut une réaction de colère impressionnante en comprenant que son talon d'Achille était éventé et se rua vers le couloir pour échapper au sort que voulaient lui faire subir les trois célestes. Maëvann était très pâle, tenant son côté , adossée au piédestal mais lorsque les deux Liés se portèrent vers elle , elle les exhorta d'un signe de la main à courir après le fuyard. Les deux hommes et le dragon s'élancèrent sur ses talons dans une même volonté de stopper sa fuite. Istvan plus en rage que jamais, sentit qu'il perdait le contrôle et ne tenta pas de résister. Ses forces décuplées, il se mit à courir après le fuyard qui glissait à une vitesse vertigineuse vers la sortie. Svarog, un peu éprouvé par sa séance de décryptage suivait non loin derrière tandis qu'Arduken le talonnait avec une vigueur étonnante pour son âge. Il y eut un bruit de choc suivit de borborygmes affreux lorsque l'Arpadien , qui n'était plus vraiment lui-même bondit , tel un prédateur assoiffé de sang sur la proie redoutable. Les deux corps roulèrent dans la poussière de l'étroit couloir. Ashen feulait comme un dément en essayant de se débarrasser du Maître Bronze qui pesait sur lui de tout son corps, tandis que le bras libre de ce dernier empoignait sa main pour retourner l'épée vibrante contre son porteur. Un corps à corps effroyable s'en suivit , laissant Svarog et Arduken désemparés.

- Qui est cet homme ? Souffla le vieillard . Il n'est pas humain !

Le duel se déroulait à une vitesse prodigieuse, libérant les cris des deux protagonistes, faisant trembler les murs de pierre.

La lucidité qui restait en Istvan lui dictait : "Ne le tue pas ! Il doit vivre!" Tandis que sa colère l'incitait à anéantir ce corps qui avait osé atteindre celle qu'il aimait. Svarog, haletant, sentait le combat intérieur de son Lié. Le peu d'humanité qui survivait en Istvan le désavantageait et l'autre possédé en profita. Roulant sauvagement, il entraîna l'Arpadien sous lui et, d'un geste brutal sur le poignet du Maître Bronze, retourna sa propre épée contre le fils de la Grande Forêt, lui plantant dans l'aine. Le hurlement de douleur qui suivit était à faire glacer le sang. Pourtant la souffrance qui résultait de la blessure fut salvatrice. Dans un sursaut, Istvan, dont le regard était d'encre et les crocs acérés, raffermit sa prise sur la main armée d'Ashen et retourna Ker'Taloc contre son propriétaire. Le bruit que fit la lame lorsqu'elle s'enfonça dans le coeur de l'aspirant fut terrifiant . C'était comme si le métal hurlait sa douleur. Le possédé s'affaissa sur son bourreau et un silence de mort s'abattit sur le boyau sombre qui menait vers la sortie. Comme dans un spasme, Ashen porta ses mains sur le cou de l'Arpadien et le serra de toutes ses dernières forces. Svarog et Arduken se précipitèrent dans un même élan pour lui faire lâcher prise et le tirèrent par les épaules pour le rejeter sur l'autre paroi. Tandis que le Bronze se penchait sur son Lié pour comprimer sa plaie dont s'échappait un flot rougeâtre, le vieillard surveillait l'Ondin . Alors que la faiblesse envahissait le corps de l'Arpadien, faisant reculer sa part sombre, Ashen succombait pour mieux renaître, dans un râle inhumain. Une lumière bleutée fusa du corps supplicié et se propagea le long du couloir avec un hurlement de rage désespéré. Svarog ouvrait des yeux ébahis. Une lumière pouvait-elle hurler de la sorte?

Maëvann vit un éclair bleuté illuminer la salle et se concentrer en un trait incandescent qui se réfugia dans la sphère de cristal. Le souffle court, elle brisa de son appel le silence pesant qui succéda au tumulte.

- Istvan ? Svarog ? Arduken ? A … ashen ?

Son épée toujours fichée en plein coeur, Ashen cessa de vivre. Arduken eut un regard d'une infinie tristesse sur le jeune garçon. Jamais il n'avait imaginé que les choses tourneraient aussi mal! Jamais!
Alors qu'il se tournait vers les deux Liés, préoccupé de leur état, il fut rassuré par le Bronze qui écarta sa main de la plaie. Le flot s'était tari. Une veine mineure avait du être perforée et non l'artère fémorale. Le dragon et le vieux mage se retournèrent en même temps lorsqu'un bruit métallique retentit. Ker'Taloc venait de tomber. Seule ! L'épée s'était désengagée de la blessure, comme rejetée. Arduken se précipita mais se retint au dernier moment de toucher le corps. Il sursauta lorsqu' Ashen ouvrit les yeux.

- Maëvann … Pardon … Où est Maëvann ? Je … c'est moi qui ai menti à Jowl pour … la leçon de vol … Pardon …

Istvan sourit en entendant les élucubrations de l'aspirant. Il murmura dans un souffle, à l'attention de Svarog :

- C'est bien lui … Maëvann m'avait narré cet épisode … Il est de retour parmi nous … Ker'Taloc a fait son office …

Arduken écarta le tissue de la plaie de l'aspirant et constata avec étonnement que la plaie mortelle semblait cautérisée . Il en avait vu des choses, le vieux mage ! Mais celle-ci dépassait de loin son entendement.

Aux deux extrémités du couloir, la Maîtresse Noire et son Lié s'agitaient. Svarog lança un appel ému pour les rassurer.

*C'est fini … Tout est rentré dans l'ordre. *

Pourtant, aucun des protagonistes de cette sinistre affaire ne sortirait indemne de l'expérience. Chacun était changé, désormais convaincu que des forces bien au delà de la perception du commun des mortels oeuvraient ici. Ashen, plus que tout autre serait marqué et différent. Svarog savait, pour sa part, que son Lié avait encore franchi un seuil dans le mal qui le rongeait mais il tut ses sinistres pressentiments. Une âme avait été sauvée … Par la magie d'une lame mais aussi par la loyauté qui unissait les Célestes. Malgré le chant de souffrance qui s'élevait dans l'âme du Dragon, cette victoire prévalait …


[HRP] Je ne sais si c'est ainsi qu'Ashen voyait les choses ... Si j'ai trop extrapolé , n'hésitez pas à modifier mon post ... Maë , tu peux éditer selon vos souhaits ...
Ashen Rel Shugar
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 16 Sep 2010 - 21:13 Répondre en citantRevenir en haut

La voix dans son esprit lui susurrait de nombreuses paroles.

* Ils te veulent du mal mon enfant, ne le vois tu pas ? Cette femme n’a fait que te mentir au fil du temps, cet homme, à prétendu t’entraîner, alors qu’en réalité il voulait mieux te juger afin de te tuer ensuite, et ce vieil homme, le pire de tous. Il voulait t’utiliser, faire de toi sa marionnette pour que tu le serves à jamais !*


* Non, tu te trompes, répondit-il d’un air faible. Ce sont mes amis, ils ne me veulent pas du mal*.

Istvan porta à ce moment là un puissant coup. Ashen le dévia, et envoya voler l’Arpadien à travers la salle, étonné par sa prodigieuse force.

* C’est comme ça que tes amis t’aident ? En t’attaquant ?! Écoute moi, tues les tous, et alors, tu pourras vivre ta vie pleinement, parcourir le monde. N’est-ce pas ton but ? Découvrir de nouvelles choses ? Ne veux-tu pas revoir Rigor ?*

Les paroles de la voix devenaient de plus en plus persuasives, et la volonté d’Ashen s’étiolait à mesure que la voix déclamait ses paroles. Ainsi, il s’était trompé. Ils l’avaient tous trompé, manipulé. Ils s’étaient servis de sa gentillesse, de sa tendresse pour le contrôler, comme on contrôlerait un petit enfant. Il aurait dû le voir bien plus tôt. Déjà, lorsqu’Istvan l’avait obligé d’attaquer Azîha, et l’avait ensuite insulté de lâche lorsqu’il avait refusé. Il aurait dû voir la vraie nature de cet homme à ce moment là. Maëvann, lorsqu’elle avait faillit lui fracasser la tête, et s’était énervé, parce qu’il avait dormi dans le lit de son mari. Arkuden. Il lui avait sauvé la vie lorsqu’il était petit, mais ne venait il pas de l’utiliser récemment, en affrontant le spectre à sa place ? La Voix avait raison, ils n’étaient que des lâches doublés de traitre, et ils méritaient la mort.

A mesure que l’ondin se rendait à ce jugement, son visage se fit cruel. Ils l’avaient trompé ! Il leur ferait payer de leur vie cet affront. Comme pour confirmer ce que venait de lui dire la Voix, Maëvann et son lié l’attaquèrent de concert.

_ Tu n’es qu’une lâche Maëvann ! Tu m’as trompé, et maintenant tu n’oses même pas m’affronter seul !

La rage d’Ashen décuplait ses forces. Il parait les attaques de ses deux adversaires en même temps. Cependant, une attaque particulièrement vicieuse de ses deux ennemis l’amena à utiliser son bras et sa propre main pour parer le coup. La lame de son ancienne maitresse s’enfonça dans la main de l’aspirant, et la traversa de part en part. L’ondin ne ressentit rien. Sa soif de tuer inhibait toute souffrance. Dardant un regard où se lisait une cruauté sans borne, il poussa sa main plus en avant, enfonçant l’arme d’avantage. Il saisit la tête de lance, et l’envoya voler au loin. Il frappa ensuite cette qu’il avait considéré comme son amie, qui s’effondra.

*Vois comme tu es fort, même la douleur s’incline devant toi. Ils ne peuvent rien contre toi, et c’est pour cette raison qu’ils t’ont contrôlés, parce qu’ils avaient peur de toi !*

*Tu as raison, merci de m’avoir ouvert les yeux.*

C’était au tour d’Arkuden et d’Istvan de l’attaquer, révélant à leur tour que la félonie vivait dans leur cœur. Cependant Ashen était beaucoup trop fort, et les deux hommes ne pouvaient rien faire contre le jeune ondin. C’est alors que Maëvann cria qu’il fallait retourner l’épée de l’aspirant contre lui. Ils voulaient le tuer avec sa propre lame ! Le mal qui habitait dans leur cœur n’avait il aucune limite ?!

*Tu dois fuir ! Ils veulent utiliser ton épée contre toi. Ils vont t’attaquer tous en même temps, et le vieil homme va lancer un sort pour t’immobiliser. Ils te haïssent tant qu’ils sont prêts à te faire l’injure de te tuer avec ta propre lame, celle qui ta servi si souvent, et que Rigor t’a offert. Vas-tu les laisser souiller le souvenir de cet homme ? Tu es blessé, même si tu ne ressens rien. Sort d’ici. Une fois tes blessures guéris, tu pourras les traquer et les tuer.*

Ashen obéit à l’injonction de la Voix. La Voix n’était là que pour l’aider. Elle l’avait aidé à découvrir la vérité sur ceux qu’il avait considérés comme des amis. Si elle lui disait qu’il fallait fuir, alors il se plierait à ce conseil. La vengeance est un plat qui se mange froid, et il aurait le temps de les tuer plus tard. Il s’élança à toute vitesse dans l’escalier qui menait à l’air libre. Cependant Istvan le suivit. L’ondin avait beau courir à toute vitesse, l’Arpadien arrivait à le suivre, et même à gagner du terrain. L’instinct d’Ashen lui souffla de se retourner, alors qu’il venait d’émerger à l’air libre. Il vit le maitre bronze bondir sur lui. Son visage n’avait plus rien d’humain, il était bestial.

*Tu vois, c’est un monstre ! Tues le rapidement avant que les autres n’arrivent ! Je vais te prêter ma force! *

Ashen sentit un déferlement d’énergie dans son corps. Ses coups étaient si rapides qu’ils en devinrent flous. Sa force avait augmenté. Il porta un coup, qu’Istvan évita. La lame rencontra un gros rocher et le pulvérisa littéralement. Malgré ce déluge de pouvoir, Istvan continuait à lui tenir tête. Il avait totalement changé, et semblait être habité par une autre présence, comme s’il était possédé. Le duel enter les deux hommes était des plus brouillons, chacun essayant d’écraser l’autre avec sa force brute. C’est alors que l’impensable arriva. Istvan parvint à retourner la rapière contre son propriétaire. Ashen sentit l’épée s’enfoncer profondément dans son corps, traversant son cœur. Il s’écroula lentement, le souffle coupé. La Voix hurla de douleur, menaçant de lui faire exploser ses tympans. Déjà sa vision s’obscurcissait. Il sentit vaguement qu’il gisait sur le sol. La dernière chose qu’il vit fut Maëvann, Istvan, leur lié et Arkuden se diriger vers lui, puis ce fut le noir totale.

Ashen flottait dans un univers de ténèbres.

* Suis-je mort ?*

Soudain, les ténèbres se dissipèrent, et il sentit la vie pulser de nouveau dans son corps. Ses sensations revenaient petit à petit. Le contact du sol dans son dos, la caresse de l’air sur son visage, le bruit du vent. Il ouvrit les yeux, et contempla le visage d’Istvan, où se lisaient le soulagement et la joie. Il balbutiât quelques paroles, à propos de Jowl, et l’Arpadien sourit de plus belle. Il l’aida à se relever. Maëvann se jeta à son coup, heureuse de revoir son aspirant vivant et en bonne santé. Elle lui reprocha d’être le plus stupide des hommes, mais le soulagement qui transparaissait dans sa voix montrait à quel point elle avait été inquiète. Ashen se tourna vers Arkuden.

_ Je suis désolé gamin, ce n’étais pas censé se passer comme cela. J’ai fais une erreur. Bref, tout est bien qui fini bien, n’Est-ce pas ? Je n’aime pas les au revois larmoyant, je te dis donc à bientôt Ashen.

Avant que l’aspirant ne puisse répondre, le vieil homme se volatilisa sous les yeux ébahis du groupe. Ne souhaitant pas rester ici plus longtemps, la petite troupe repartit en direction du Kaerl Céleste, soulagé que tout ce soit bien terminé.


Alors que les deux dragons disparaissaient à travers un interstice, Arkuden réapparu. Il avait lancé un sort d’invisibilité, pour faire croire aux Célestes qu’il était parti. Il se dirigea vers l’entrée du temple, et rejoignit rapidement la salle où se trouvait la sphère. Il l’a trouva par terre, gisant sur le sol. Elle luisait d’une faible lueur verdâtre. Il l’a prit et la contempla un moment. Après quelques minutes, il poussa un profond soupir de déception, et laissa la sphère tomber sur le sol.

_ Tu ne m’es d’aucune utilité dans l’état que tu es. Tu es incomplet, une partie de ton être n’est plus là…

Sur ces étranges paroles, il disparut.  

|[HRP] Je ne sais pas si tu veux poster un dernier post Maë, pour qu’on ai ta vision du dénouement de l’histoire. Si ce n’est pas le cas, le Rp ce clos avec ce post[HRP]
Maëvann Kerr'wan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 25 Sep 2010 - 21:52 Répondre en citantRevenir en haut

Le Grand Noir guettait l'entrée intangible du temple, les pupilles rétractées et la mâchoire serrée d'angoisse. Maëvann lui avait ordonner de ne pas bouger d'ici mais...par Flarmya , quelle frustration ! Sous la terre cendreuse, il sentait les flux magiques gronder comme une rivière souterraine, mêlant lumière et ombre dans ses méandres.
Que se passait-il donc en bas ?! Il ferma les yeux et resserra le lien qui le connectait à Maëvann...A travers le voile brumé de son étourdissement, une vague d'angoisse et de douleur gifla son esprit.

- ° Par les Dieux ! ...Tant pis pour les directives, je descends ! °

Se recroquevillant sur lui même, Draveÿn entama sa métamorphose...mais le processus prenait quelques minutes et dans l'urgence de la situation, elles lui parurent de trop: Poussant un grognement de douleur, il interrompit les transformations avant terme....Et c'est une étrange créature humanoïde - des écailles d'onyx perçant ca et la de sa peau nue, des yeux globuleux et dorés à la pupille fendue brillant dans ses orbites, une gigantesque aile noire soudée à son omoplate droite comme une excroissance - qui se précipita vers le passage.

Mais à peine avait-il entamé la descente des marches, se faufilant comme il pouvait dans l'étroit corridor avec son étrange morphologie , qu'un aveuglant dais de lumière bleue et un hurlement d'outre-tombe jaillirent des tréfonds du Temple. L'onde manqua de le faire choir tant elle était puissante, hérissant ses sens tel un souffle pestilent et brûlant, chargé de haine et de magie millénaire...

- Qu'est-ce que c'était...Bon sang, serais-je arrivé trop tard ? Maë ? Istvan ? Ashen ?!!

Un bruit de pas dans l'escalier, quelques murmures essoufflés...

- Draveÿn, c'est bien toi ?

Le corps humanoïde trahit l'intense soulagement du Dragon, dans un soupir étranglé, lorsqu'il vit les quatre aventuriers arriver dans une pénible ascension. Tous semblaient épuisés, Svarog et Ashen soutenaient Istvan dont les pantes et les pans de chemise étaient poisseux d'un sang particulièrement sombre, une Maëvann blême et haletante à leur suite. Malgré la profonde fatigue qui marquaient leur traits, le quatuor dégageait une étrange impression d'union et de force ! Ils semblaient...grandis. Oui, le Grand Noir pouvait le sentir, cet aura si singulier vibrant autour d'eux comme de l'air chaud...Il l'avait déjà senti autour d'autres bipèdes auparavant.

- Ils viennent de vivre quelque chose de fort...Ensemble...

Recouvrant les épaules de sa liée de son aile , soutenant sa taille de son bras, Draveÿn l'aida à regagner la sortie en compagnie des autres. Sitôt qu'ils eurent franchi le seuil éthéré, l'étrange fissure disparut, l'air ambiant se ressoudant dans un étrange crépitement.
Draveÿn laissa le temps au groupe de reprendre son souffle sur le sable brulant du désert. Il observa avec circonspection l'air triste et pensif de Svarog, la lumière nouvelle dans le regard d'Ashen , et l'étrange échange qu'eut le couple sur la blessure d'Istvan.

- Mon aimé...Laisse moi voir ta blessure à l'aine.

- Non , c'est superficiel ne t'inquiète pas. La lame n'a touché qu'une veine mineure et Svarog à réussi à endiguer l'hémorragie.

- J'aimerais voir quand même. insista sa Liée, tendant ses doigts déjà enrobés de magie lumineuse. La plaie a pu s'infecter, ne serait-ce que par l'intrusion de grains de sable dans...

- Ce n'est pas grave, te dis-je ! protesta l'Arpadien, se dérobant avec véhémence. Tu devrais te préoccuper de tes propres blessures, les contusions les plus bénignes peuvent cacher des côtes cassées ou des déchirures musculaires.

- Très bien. Quand ta fierté de mâle se sera un peu calmée, saches qu'il y a des bandages et tout les onguents nécessaires dans ma sacoche ! siffla la demi-sang , levant le menton avant de s'éloigner en boitillant, aussi digne que possible.

- Ce n'est pas de la fierté virile. songea le Saurien. Tout comme l'air absent de Svarog n'est pas dû à la fatigue et les traits transcendés d'Ashen à la lumière particulière du lieu ...Non, quelque chose à changé, s'est altéré en eux. Mais quoi ?

Etait-ce son corps hybridé qui le rendait sensible tant sur ces perceptions au delà de la logique bipède que sur les émotions si "authentiques" qu'on lisait en eux ? Quelle étrange sensation... Ils semblaient plus étroitement liés qu'avant, pour avoir vécu l'épreuve ensemble...Mais de nouvelles ombres semblaient être nées quelque part aux creux de leurs âmes.

- Dravy ?

Les yeux dorés dérivèrent lentement sur Maë et son regard inquiet. Son visage rond était maculé de transpiration et de poussière et ses bras couverts de bleus. Mais dans le vert de ses iris brillait toujours cette flamme vive, celle qui lui donnerait toujours la force de lutter pour ceux qu'elle aime, quoiqu'il arrive. Comme tous, cette lueur semblait ravivée par ce qu'ils venaient de vivre et le Grand Noir jugea que pour l'heure, c'était ce qui devait primer sur ses impressions : Ashen, Istvan, Svarog, Maëvann. Tous étaient des esprits forts, des âmes droites aux attaches fidèles. Ils sauraient lutter au moment venu, même contre eux même.

- Et je serai à leurs côtés...

- Eh bien, moi qui m'inquiétait de te voir songeur et sombre...Voilà que tu te mets à sourire sans raison ! s'amusa la demi-sang en passant un baume de myrrhe sur ses contusions.

- Ma foi, ce doit être cette fichue enveloppe de bipède qui prends le pas sur mon implacable caractère de Saurien. grommela-t-il dans un rictus qui se voulait sourire. Rentrons maintenant. Vous avez tous grand besoin de soins et de repos. Tu me racontera vos péripéties demain.  
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:26 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu