Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Eressë oira ? Solutudinem aeternus(Solitude éternelle?) Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Legundir Unarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 12 Juin 2010 - 11:21 Répondre en citantRevenir en haut

Legundir foulait de nouveau le sol de sa chère forêt, il humait l'air, touchait les troncs des arbres ainsi que leurs branches. Ce faisant il s'imprégnait de leur essence à travers leur odeur et leur contact.

Elle lui manquait...Sa bien aimée disparue bien entendue, comment pourrait-il oublier son premier amour d'autant plus qui leur avait été arraché violemment à tous les deux. Mais ce qui lui manquait aussi aujourd'hui c'était sa forêt; cela faisait déjà plusieurs mois qu'il avait croisé la route de celle qu'il appelait désormais Maître Maevann ou peu fréquemment Maevann tout simplement. Cela faisait donc plusieurs mois qu'il avait rejoint le kaerl, son kaerl maintenant puisqu’il en faisait parti et sa nature lui manquait. Il faut dire aussi qu'il n'était jamais encore resté aussi longtemps sans retourner dans leur antre à Anádë et lui, et même si il commençait à perdre espoir de la retrouver un jour (ou peut être une nuit ) il n'aimait pas l'idée de ne pas y passer afin de lui laisser un mot qui s'empilerait avec tous ceux qu'il avait écrit auparavant.

C'est pourquoi il avait demandé à son Maître de lui accorder une paire de jour sur Orën ainsi qu'un voyage sur son lié. Même si il n'avait rien quémandé à Maevann, il fut surpris de la permission rapide de cette dernière. Depuis son arrivée au Màr Menem, il avait travaillé dur et assidument ; une nouvelle voie s’offrait à lui et les dernières paroles de sa mère lui revenaient à l’esprit souvent « Ton destin n’est pas de me suivre mais il est içi, il commencera en Orën Leg ». Avait-elle su ou vu qu’il rencontrerait Maevann ou bien souhaitait elle qu’il reste auprès d’Anádë? Il ne le saurait probablement jamais mais il ne pouvait s’empêcher d’y penser et de se tourner encore et encore cette phrase dans sa tête.


Contre services à un autre maitre du kaerl Boldhin, il avait obtenu de le déposer dans son antre pour laisser son mot ce qu'il avait fait et ensuite de le déposer bien plus au sud pour reprendre des recherches ou plutôt espérer avoir de nouvelles informations. Il avait convenu avec son Maître également de se faire récupérer là bas cinq jours plus tard.

Après, deux jours de recherche, le voici donc à marcher vivement et commençait a apercevoir en ligne de mire sa destination, la petite cité de Pressebourg; il venait d'apprendre que s'y trouvait un petit groupe de brigands fraîchement accueillis dans les geôles. Il y avait peu de chance que cela le mène quelque part mais il se devait d’obtenir plus d’information. Fort probablement il allait apprendre qu’ils étaient enfermés pour vol ou un autre quelconque méfait et non pas qu’ils faisaient partis d’un clan organisé et spécialiste dans le trafic et l’enlèvement de femmes et fille.

C’est donc ainsi à l’aube déclinante qu’il avançait à vive allure, perdu dans ses pensées et ses espoirs et cheminant prestement le long de la voie bordée de ses majestueux arbres propre au continent d’Orën.
Publicité





MessagePosté le: Sam 12 Juin 2010 - 11:21 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 737
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 478
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 13 Juin 2010 - 21:19 Répondre en citantRevenir en haut

Qu'est ce que faisait Alkhytis sur le chemin qui menait au prochain village ? Rien de particulier si ce n'était que se balader un peu, loin de la Terre de l'Aube pour agrandir un peu sa vision du monde et découvrir ce qu'il y avait comme opportunité possible pour elle ou encore le Kaerl. Mais surtout pour elle et sa dragonne. Quand il lui manqait un truc dans sa garde-robe, elle sortait à l'extérieur pour aller se procurer ce qui lui manquait. C'était de temps en temps. Pas tout le temps. Il était presque dommage que les Kaerls restent confinés sur la Terre de l'Aube. Mais bon, le monde était ainsi fait et tant mieux peut-être.

Donc depuis quelques jours, elle se plaisait à se balader à cheval, qu'elle avait acheté pour la circonstance ; une jument gracile mais assez forte pour galoper pour une fuite éventuelle. Un peu revêche, elle essayait de temps en temps de montrer qu'elle n'appréciait pas sa cavalière. C'était une habitude qu'elle avait eu avec son précédent propriétaire qui ne savait pas la tenir. Donc forcément, quand on en fait qu'à sa tête. Mais la main sûre et aguerrie de sa nouvelle cavalière montrait qu'elle tombait sur fort partie. Elle essayait pourtant encore de temps en temps. Alkhytis aimait cette petite rébellion, cela lui rappelait qu'elle était vraiment la maîtresse sue le dos de sa monture.

L'aube se levait à peine, et elle se trouvait dans les bois d'Oren. La fraîcheur remontait les douces odeurs d'humus et des jeunes fleurs nouvellement écloses...Le chant d'un merle invitait à l'écouter et la journée allait s'annoncer ensoleillé. A croire que rien n'allait se produire sur la route. Mais le hasard pousse les rencontres là où on les attend pas. Alkhytis le savait et c'était pour cela qu'aujourd'hui, sa dragonne n'était pas très loin. Elle ne voyageait jamais très loin de toute manière, quand sa liée décidait de prendre un animal inférieur pour monter et se déplacer sur les routes.

Au travers des premirs rayons du soleil qui traversaient les lourds feuillages des chênes et des bouleaux, une silhouette se dessinait dans la brume matinale, la tête dans les nuages. Il marchait vite et ne semblait pas voir l'arrivée d'une cavalière vêtue de sa robe écarlate et de ses atours dorés... Montée en amazone, on ne pouvait la louper. Et pourtant. La jument s'arrêta à la demande des rênes tirées par sa maîtresse... Alkhytis fronçait les yeux.

"Dites-moi messire, si vous continuez tout droit, vous allez rentrer en collision avec ma monture... Est-ce une mode dans ce pays ? "



Legundir Unarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 16 Juin 2010 - 15:42 Répondre en citantRevenir en haut

*Dites-moi messire, si vous continuez tout droit, vous allez rentrer en collision avec ma monture... Est-ce une mode dans ce pays ? "


Legundir était à quelques pas de percuter la cavalière et sa jument ou plutôt la jument et sa cavalière. Il s’arrêta net le visage quasiment au niveau des naseaux de ce qui ne semblait point être une poulinière. Une nouvelle fois il était perdu dans ses pensées et n’avait rien vu venir et pourtant le soleil était déjà levé, faiblement il est vrai mais la luminosité était suffisante pour y voir, sans parler du fait que par son sang, la pénombre n’était point un problème pour lui. Ses pensées étaient cette fois tournées vers le kaerl et sa nouvelle vie, il avait beaucoup à apprendre et cela le réjouissait. Il avait toujours aimé apprendre il se demandait simplement ce qu’il adviendrait quand il aurait fini son apprentissage. Resterait-il au kaerl, cela ne faisait pas de doute pour lui, il se demandait plus si cette nouvelle opportunité de vie et le temps passant lui ferait oublier ou du moins mettrait en suspend sa quête d’information sur le sort d’Anádë et de sa mère, enfin surtout d’Anádë car il lui semblait peu possible de lui pardonner à elle alors qu’il n’arrivait pas à le faire pour son propre père.


Somme toute il venait encore une fois de prendre des risques à se perdre dans ses pensées, à s’égarer dans les méandres de son esprit et il n’aimait pas ça. Cela faisait bien trop souvent en peu de temps qu’il agissait ainsi alors qu’il était plutôt du genre prudent avec les sens toujours en éveil et surtout il était très observateur et attentif à ce qu’il se passait autour de lui. C’est pourquoi il lâcha un grognement, plus pour lui-même et d’exaspération que pour son interlocutrice.


Il inclina la tête et détailla rapidement ce qui se trouvait devant lui : une femme seule voyageant sur une belle monture. Il planta son regard dans les yeux de la jument puis sourit et passa une main sur son encolure en se disant à lui-même.


* Tu es bien stupide et inconscient de ne pas avoir fait attention et tu ne peux pas lui reprocher d’avoir cherché à se dissimuler. Fais donc preuve de bon sens et comporte-toi avec politesse. Aurais-tu donc oublié tout ce que l’on t’a appris ? *

Il continua de flatter le cou de la jument puis remonta son regard, sa main et son sourire vers la femme et dit à haute voix cette fois.


- Je vous prie de m’excuser gente demoiselle. J’étais perdu dans mes pensées et comme vous avez pu le voir je n’ai point remarqué votre présence à tous deux. Cela n’est pas une de mes habitudes pourtant et même si je suis originaire de ce continent, on ne peut plus vraiment dire que c’est mon pays, mais je peux vous assurer que cela n’est point dans les us et coutumes de gens d’Orën que de percuter une monture quelle qu’elle soit.


Il marqua une courte pause et tendit un peu plus sa main.


- Legundir Unarion du… d’Orën.


Il détailla un peu plus la jeune femme alors que son regard remontait encore… De belles jambes, une croupe élégante, un corps bien fait. Tout cela démontrait que, malgré ses atours et la finesse de la robe écarlate, qui est le fait d’une personne aisée prenant soin de soin et se mettant en valeur, la cavalière n’était pas une petite bourgeoise cheminant au petit matin pour retourner dans la maisonnée de ses parents après une escapade nocturne.

Son regard arriva ensuite au visage de la voyageuse… Des traits fins, une bouche faite de lèvres au contour délicat, un regard captivant mettant en valeur sa...

Il se donna alors mentalement une tape sur le front alors qu’il se prit, lui semblait-il, à la détailler avec un peu plus d’insistance que prévu. C’était une personne dont la beauté et la prestance ne le laissait pas indifférent et cela le troubla quelques peu. Cela faisait un fort long temps qu’il n’avait pas ressenti cette pointe d’attrait, ce petit picotement que le traversait.

Il continua de sourire puis ajouta pour cacher son inspection qui n’avait durée au final qu’une poignée de secondes.

- Il est assez rare et plaisant de croiser une demoiselle de votre rang alors que les rayons du soleil sont encore faibles. J’ai cru saisir à vos paroles que vous n’étiez point d’ici, peut être pourrais-je vous aider d’une quelconque manière ?



* Il est assez rare et plaisant… Tu es pathétique Leg *
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 737
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 478
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 16 Juin 2010 - 22:40 Répondre en citantRevenir en haut

La jeune noble manqua de sourciller devant le grognement de l'inconnu. Manquerait plus qu'elle se fait enguirlander pour l'avoir gênée. Elle s'y attendait presque et elle tenait prête ses répliques venimeuses, pour loyalement se défendre verbalement. Heureusement, le jeune homme se contenta de poser une main caressante sur l'encolure de sa monture. Elle se détendit à peine, gardant un regard assez éloquent et un peu hautain sur le promeneur à pied. Au moins, il usait d'un bon langage, donc ce n'était pas un simple roturier. Elle prit une voix détendue pour répondre, faussement rassurée sur les intentions locales.

"Vous m'en voyez rassurée. Je redoutais de tomber sur des moeurs, un peu disons... barbares. Au moins c'est une bonne chose de l'apprendre. Mais vous ne devriez pas être aussi distrait. Vous avez eu de la chance que je n'arrivais pas au galop, je n'aurai pas pu vous éviter. "

Il se présenta, manquant une brève pause sur ses origines. Elle nota ce détail. La conversation débutait de façon classique, mais Alkhytis sentit qu'elle pourrait aller plus loin... Rien qu'à voir le regard brillant du présenté Legundir quand il la contemplait. Enfin on pourrait dire autrement : la détaillait. Elle sourit intérieurement. Elle connaissait assez les hommes pour savoir qu'elle ne le laissait pas indifférent. Il manquait un peu de discrétion et semblait troublé. Peut-être qu'il n'arrivait pas à dissimuler assez cette émotion. en tout cas, comme il était un Elfe, il avait un charme naturel qui pourrairt faire fondre bien des jouvencelles. Dommage, Alkhytis ne se laissait pas avoir aussi facilement. Elle pouvait devenir elle, la prédatrice. Elle accorda néanmoins un sourire à Legundir à la suite de son petit discours.

"C'est gentil de votre part. En effet, au contraire de mes pairs, je me plais à voyager et à découvrir le monde, d'où le fait que je ne suis pas en effet de la région. Vous êtes perspicace mon cher. "

L'aider.... Hum vite une réponse à énoncer

"Je cherche un gîte pour la nuit. En connaitriez-vous y qui m'accueillerait pour la nuit avec ma monture ? Ah j'oubliais de vous énoncer mon nom... Je suis Dame Alkhytis Doréhor."

Après tout, elle ne faisait que se balader, et elle avait trouvé un possible amusement pour changer un peu de la solitude de son voyage



Legundir Unarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 18 Juin 2010 - 11:51 Répondre en citantRevenir en haut

- Vous auriez pu tomber sur une personne aux mœurs plus barbares comme vous dîtes mais vous avez de la chance je ne suis pas mal intentionné

* Ah mais c’est certain que si tu l’étais tu le lui dirais… Continue. C’est bien Leg… *

- J’ai également de la chance de mon coté par le fait que vous n’étiez point au galop. J’étais perdu dans mes pensées, à voyager seul on ne peut se parler qu’à soi même.

Il sourit à nouveaux et tenta de changer son regard afin qu’il soit moins inquisiteur du corps.
Elle parlait correctement et avait une bonne prestance, et un charme indéniable. Un regard quelque peu hautain mais cela ne gênait pas Legundir, il était habitué à ce qu’on le prenne de haut et qu’on le sous-estime alors qu’il était le plus souvent supérieur à ceux qui lui faisait face. Il l’observait à nouveau en enregistrant ce qu’elle disait, notant mentalement quelques petites choses qui avait attiré son attention puis reprit après son sourire.

- Enchanté Dame Alkhytis Doréhor.

Il s’inclina alors avec le respect que l’on doit à une jeune et belle noble ; sans être maniérés ses mouvements étaient emplis de fluidité. Se faisant, un pan de sa veste se décolla de son corps et laissa apparaître son couteau fétiche ainsi qu’une dague tout deux au fourreau.

- Au contraire de vos pairs vous voyagez, voilà qui est une bonne chose qu’aimer découvrir. Que font donc vos pairs pendant ce temps ? D’où venez-vous gente dame ? Vous ne semblez pas venir du continent.

Il réfléchit un instant en se tenant le menton, comme s’il se caressait le bouc qu’il n’aurait jamais puis poursuivit.

- Pour ce qui est de dormir et de se restaurer vous avez le nid des hydres qui est une auberge fort sympathique située sur le port de Pressebourg, le petit village non loin que vous apercevez là bas. Leur étable est bien plus propre que la majorité des chambres des autres tavernes. Votre monture y sera parfaitement installée.

Il désigna de la main le village et ses contours qui se dessinaient dans la faible lueur du jour en espérant que cette auberge existait toujours.

- On y mange et dort fort bien. La vue y est magnifique et il s’y trouve une bibliothèque bien pourvue si jamais cela vous intéresse.
Sinon si vous êtes un peu aventurière, il y a une petite clairière au nord avec une rivière permettant de se rafraîchir et se nourrir tout en étant dans un lieu que je trouve apaisant pour ma part.


Il laissa sa phrase en suspend pour indiquer que le choix lui revenait et en se disant qu’un peu de compagnie autre que son Maître ou les autres aspirants ne lui ferrait pas de mal.
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 737
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 478
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 20 Juin 2010 - 16:02 Répondre en citantRevenir en haut

Alkhytis mise à part son aspect de frêle jeune femme paraissait tout autre. Indirectement, le jeune homme lui fit grâce qu'elle-même avait de la chance de pas être tombée sur un autre que lui, sinon elle aurait eu mauvaise grâce de devoir sans doute se défendre. Mais fallait-il qu'il sache qu'elle sache se battre. Elle ne portait pas vraiment son épée sur elle ; seulement une dague accrochée à sa cuisse, bien dissimulée sous les plis de sa longue robe rouge. Une vaine tentative sans doute pour montrer qu'il n'était pas n'importe qui. La jeune femme ne fut nullement impressionnée de toute manière. Sa liée n'était jamais loin si jamais elle n'avait pas à se dépêtrer d'une mauvaise situation. En tout cas, il fut heureux et il le précisa qu'elle ne soit pas arrivée au galop. Une bonne fortune pour lui.

Comme convenu d'avance, il donna les précisions demandées par la jeune noble pour savoir où dormir. Il prit même la liberté de lui indiquer un recoin paisible et naturel comme pour se ressourcer. En effet, Alkhytis aimait aussi ce genre d'endroit, mais elle n'était pas certaine que ce serait une bonne chose d'y aller avec cet inconnu. C'était presque déplacé de proposer ce genre de chose à une jeune femme, sauf s'il avait réussi à percer son amour pour la liberté. Dans la mesure où déjà elle voyageait seule et hors des habitudes des autres de son rang... Il est aisé de découvrir pour un esprit un peu vif et réfléchi qu'elle aimait les petits recoins perdus. Elle ne répondit pas de suite à ce choix possible, reprenant à sa première question

"Non en effet, je ne suis pas de ce continent même. Je viens d'Oren"

Plus facile de mentir que de dire la vérité.

"Mes pairs ont des activités plus intérieures. L'idée même de monter à cheval ou de de sortir dehors les répugne. Dommage, elles ratent de bonnes choses. Moi eje n'aime pas suivre les moeurs habituels, cela manque de goût et de saveurs à la vie. On est loin de s'imaginer que la vie peut être stimulante sur les chemins. On ne sait jamais ce qu'on peut rencontrer sur le détour du chemin, comme là, en vous rencontrant en manquant de vous percuter avec ma monture. enfin de vous percutez à ma jument..."

Elle fit un sourire amusée et essaya d'apporter sa réponse pour le choix à prendre.

"Votre petit recoin est des plus intéressants, je ne ne dirai pas non, mais il faut avant que je fasse quelques emplettes, comme de ce fait, je ne passerai pas à l'auberge pour y loger, où du moins m'y restaurer. Menez-moi y donc pour que je puisse me procurer un peu de fourrage pour ma monture et de quoi me restaurer pour plusieurs jours de route. Peut-être qu'après votre visite de votre recoin de sérénité, je repartirai par monts et vallées. "



Legundir Unarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 21 Juin 2010 - 14:38 Répondre en citantRevenir en haut

Une fois que l’elfe eut fini ses explications, il se recula un légèrement afin de n’incommoder ni la jument ni la blonde. Il écouta Alkhytis sans détourner son regard du sien et sourit en retour avant de répliquer sur un ton pour le moins jovial.

- Vaendark ? Je n’ai pas encore eu l’occasion de voir ces contrées. Le voyage en bateau à du être long étant donné la distance séparant nos deux continents. Vous êtes arrivés en Orën quand ? Vous avez visité quels lieux jusqu’à présent ? Et vous comptez séjourner longtemps parmi nous ?

Une fois de plus la curiosité de l’elfe fit qu’il posa un bon nombre de question à la suite. Comme à son habitude il écouta avec intérêt et nota certains passages qui attiraient son attention

Elles ratent de bonnes choses… Elle est donc au milieu de femmes sur Vaendark qui préfèrent s’adonner à des activités intérieures… Elle ne suit pas les habitudes ennuyantes et préfère profiter librement et pleinement de la vie, de ce qu’elle peut avoir et rencontrer

- J’aime assez étudier et errer dans des bibliothèques ou autres lieux fermé mais j’avoue que je ne peux me passer de la nature et de pouvoir me balader en toute liberté.
Je suis de votre avis, il y a tellement de rencontres agréables et surprenantes qu’il est préjudiciable de ne point savoir en profiter, ou même simplement de ne pas profiter de ces petites choses qui changent des activités communes et somme toute banales que nous pouvons vivre chaque jour.


Il sourit un peu plus encore et reprit sur le même ton.

- Fort heureusement oui je vous ai simplement rencontrer et non pas rentrer contre votre vous enfin contre votre jument. Une si belle monture cela aurait été fort ennuyeux de risquer de la blesser.



C’est bien ce qu’il me semblait, elle aime la et sa liberté et les petits coins peu communs. Menez-moi y donc… Me prendrait-elle pour son serviteur

Il s’éclaircit la voix et poursuit sur un ton égal

- Et bien je dois justement aller à Pressebourg et non loin du nid des hydres, je serai donc ravi de faire le chemin avec vous jusque là. Ensuite je dois régler quelques affaires et revenir par ici.
Si vous souhaitez nous pourrons nous rejoindre lorsque j’en aurai fini, vous aurez ainsi le temps de faire vos emplettes et de vous procurez le nécessaire pour votre jument et je pourrai alors, si vous le souhaitez toujours vous indiquer ce petit coin fort agréable.
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 737
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 478
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 21 Juin 2010 - 21:49 Répondre en citantRevenir en haut

Il en posait des questions pour un elfe... Il devait être en mal de compagnie pour l'assaillir autant avec des interrogations. Il cherchait à en savoir plus, c'était certain. Elle se contenta de sourire avant de répondre.

"Avide d'aventure on dirait Messire... Vaendark est loin en effet, et le voyage en bateau a été interminable..."

Même si en fait, en un souffle, elle traversait le monde comme elle voulait. Il fallait bien mentir un peu pour rester un peu crédible.

"Je ne compte pas vraiment les jours où j'ai débarqué. Je dirai au premier coup à une dizaine de jours. Pour les lieux visités, je compte l'escale à Ys, on a fait un léger détour. Pour ce qui est de rester en ces terres, cela dépendra de mes humeurs. Une semaine, un mois, je ne sais pas encore, j'aime bien laisser mon esprit prendre son temps. Et quand vient le moment de partir, je pars. "

Puis ce fut au tour de Legundir de parler un peu de lui.. Donc il était un peu un rat de bibliothèque... Il était bien un Elfe pour s'intéresser à un peu de connaissance, tout en restant en contact avec la nature, ce qui expliquait un peu son second choix dans les choix à réfléchir et à prendre.

En tout cas, il ne se laissa pas mener par le bout du nez quand elle demanda à y être menée. Il gardait toujours son sourire et réussit à faire glisser la douce injonction en un léger mensonge, qu'elle ne doutait pas qu'il usait, pour bien mettre les formes. Elle fit un sourire agréable.

"Cela me convient. Une fois le chemin fait une fois, le retour jusqu'ici sera aisée. Nous pourrions nous retrouver en ce lieu même, et cette fois, ma jument ne risque pas de vous toucher, elle vous reconnaîtra. "

Elle avait précédemment ri sur le léger cafouage de l'elfe.

"Il en faudra plus que votre percussion contre elle pour la blesser, ma douce jument. "

la monture donna un coup de tête affectueux à Legundir, comme pour dire qu'elle avait compris qu'elle aurait droit à un box le temps que sa maitresse fasse ses emplettes.

"J'ai déjà hâte de terminer mes affaires, car je pense messire Legundir, que vous me réservez une conversation encore plus intéressante que celle que nous sommes en train de faire..."

Si cela ce n'était pas une invitation.

°Hum... encore en train de chercher à te faire une conquête. °
°De suite... Avec toi, c'est toujours une conquête°
°Comme si je ne sentais pas que tu es heureuse de cette rencontre°
°Ce n'est pas souvent que je discute avec des elfes, j'ai le droit d'en profiter non ? °
°Hihih, comme tu le dis, tu en profites°



Legundir Unarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 24 Juin 2010 - 16:34 Répondre en citantRevenir en haut

- J’aime les changements, apprendre et découvrir et depuis peu je… Il marqua une courte pause qui aurait presque pu passer pour une reprise de souffle s’il ne venait pas de commencer à parler. Ne pas en dire trop… je me laisse aller à découvrir ce qui est là où me mènent mes pas. Et puis disons que j’aime décider de certaines choses et non qu’elles me soient imposées ou cadrées,


Un si long voyage, sans date fixe… Alors que ses pairs restent enfermés. Ce type de personne n’aime pas tellement ce genre de pratique. Alors soit cela cache quelque chose d’autre, soit elle à un rôle ou une position importante ce qui lui permet d’en faire à sa guise.

Tout en l’écoutant, il poursuivit ses réflexions internes et ses observations.

Quand vient le temps de partir je pars… Un si long voyage se prépare… Elle n’a pas de bagages ni de serviteur. Sa robe est… parfaitement propre et n’est pas froissée… Elle doit bien avoir un point de chute ou alors tout ceci n’est que mensonge… N’oublie pas ta rencontre avec Maëvann et les incohérences que tu avais relevées déjà… Mais deux fois de suite cela serait vraiment un étrange fait…

- Ys a de nombreux charmes et même avec une vie devant soi on y sera toujours émerveillé. C’est un bon choix d’escale. Vous aimez ses côtes déchirées ?

Ne pas trop insister… Attendons…

Vous devez apprécier fortement et à juste titre cette vie de liberté au gré de vos décisions Vous aimez plier la destiné à son esprit n’est-ce pas ?
Que diriez vous de continuer à discourir tout en nous dirigeant vers Pressebourg


La jeune noble acquiesça et Legundir ne pu réprimer un sourire satisfait, voilà qui aiguaierai son voyage. Un contact nouveau et humain…
Il sourit à la reprise de l’incident avec la jument puis la flatta avant de la faire pivoter dans l’autre sens par de petites tapes et des claquements de langue.

Je ne doute pas que nous serons bien plus attentif l’un et l’autre à notre prochaine rencontre. Et puis vous saurez désormais où vous arrêter cette fois vous devez avoir un bon sens de l’orientation à force de vos voyages. Dame Alkhytis Daréhor, nous autres les elfes pouvons passer pour des êtres fragiles mais nous ne le sommes pas autant que peut le laisser paraître notre fine et agile constitution ajouta t’il dans un grand sourire.

Il sourit d’autant plus à l’invitation à peine dissimulé et y répondît sur un ton enjoué ne cachant rien de sa gaieté.

Soyez certaine que j’ai hâte de poursuivre cette conversation plus en avant, je suis persuadé que nous avons beaucoup à échanger.
Ils continuèrent tous les deux leur chemin, discutant allégrement de tout et de rien, Legundir lui parla entre autre de l’auberge et des échoppes intéressantes de la ville en prévision des emplettes de sa compagne de route.

L’elfe l’accompagna jusqu’à l’auberge puis il la laissa à ses affaires pour suivre les siennes et prit un congé qu’il souhait court en s’inclinant respectueusement devant la blonde.

Il fila prestement vers la prison où ses affaires furent bien vite réglées. En effet la poignée de brigand étaient là pour une altercation dans en bar dans le port ayant conduit à la mort d’un matelot et la blessure d’un officier. Une querelle d’ivrogne ayant finie dans une petite rixe voilà ce qu’il récoltait une fois de plus comme informations, somme toute inutiles pour sa propre quête.

Sortant de la prison il alla au bout du premier ponton et s’assit les jambes pendantes, il avait un peu de temps à perdre puisqu’ils s’étaient donné rendez-vous avant la fin de la journée. Il resta donc un long moment les yeux dans le vide puis sorti un parchemin et le noircit de quelques mots


**Debout, je regarde fixement la mer mon regard plongeant dans la mer, je sens la faible brise et son lot d’embrun qui fouette ma peau suant pleurant déjà sous le soleil ardant.
J’aperçois au loin, un pan de bois s’approchant, s’éloignant mais toujours flottant au gré de l’océan , comme errent les âmes perdues dans les champs de désolation, lavant et oubliant leur peine dans des torrents où se mêlent fluides et rêves, avant de toujours rejoindre les rivages .
Dans cette immensité, à travers tous les sentiers et canaux, il vient suivant son destin devant moi s’arrêter et dans ma main se glisser. **



Quelle est la main qui te tient Anádë … Quelle main dois-je tenir désormais…

Il griffonna une paire de lignes de plus mais les raya dans la foulée ; il rangea alors son matériel soigneusement puis se leva et se redressa pour contempler l’étendue d’eau une dernière fois avant de faire à son tour quelques achats pour la soirée. Il sélectionna quelques produits dans les différentes échoppes afin de confectionner le repas du soir. Une fois le nécessaire acheté, il se remit en route et prit le chemin inverse seul avec ses pensées.
Le voici donc arrivant au lieu de rendez-vous, seul avec ses pensées et une mélodie en tête ainsi qu’un package supplémentaire sur le dos, comme pouvait le voir la belle blonde, Dame Alkhytis Doréhor, qui était déjà revenue…
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 737
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 478
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 29 Juin 2010 - 19:38 Répondre en citantRevenir en haut

Il cessa de parler un bref instant, dévoilant un aspect de mystère supplémentaire à son égard. Alkhytis n'étiat pas dupe, elle remarquait les petits détails. mais elle fit comme si elle n'avait rien vu, continuant d'avancer au pas sur le dos de son cheval. A nouveau, il reposa quelques questions, qu'elles répondit aussitôt.

"Les côtes déchirées... Quand on les regarde plus intensément, on se rend compte que la nature a une main d'artiste, même si c'est inconsciemment. Le temps... elle a le temps pour elle pour sculpter une part de ce monde à sa guise et tout en respectant ses propres lois. Chaque parcelle, chaque crique. Tout est unique, aucune ne se ressemble. De plus, c'est la beauté à l'état brute, que les profanes ne pourraient pas apprécier à sa juste faveur pour sa simpel vision qu'elle nous apporte. Chaos et magnifiscence, voilà ce que c'est. Mais je divague sans doute un peu..."

A son autre question, elle répondit d'un signe de la tête. Il cherchait sans doute à la cerner. Mais tant qu'il cachait son jeu...Puis la route se poursuivit jusqu'à la ville, parlant de toute chose possible et classique. L'elfe avait une grande conversation pour un simple voyageur. Et une fois en ville, ils se séparèrent.

Alkhytis ne fut pas longue pour faire ses achats, une fois qu'elle eut laisser sa jument à la charge d'un jeune garçon d'écurie. Elle faillit se laisser tenter par une pierre d'eau, d'un magnifique bleu, mais comme elle avait l'oeil pour les bijoux, elle fut déçue de voir que ce n'était qu'une simple copie en verre. Le commerçant ne l'aura pas. Et une fois qu'elle eut rempli son sac de nourriture adéquate pour son voyage, donnant une impression à son moyen de contenant d'être vide pourtant, elle récupéra sa monture et repartit sur les chemins, pour aller retrouver l'Elfe. Elle était curieuse et elle aussi voulait cerner le personnage.

Elle le retrouva comme convenu sur le chemin de leur rencontre. Elle sourit.

"Bien le rebonjour, ou plutôt bonsoir Messire Unarion? J'espère que votre journée fut satisfaisante. Me montrerez-vous votre repaire si empreint de mystères ? "



Legundir Unarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 7 Sep 2010 - 15:25 Répondre en citantRevenir en haut

Il ne s’était pas pressé outre mesure mais n’avait pas non plus prit son temps, aussi il ne fut que légèrement déçu de ne pas être le premier. Un reste de l’éducation de ses parents et de sa relation avec Anádë. Il fallait être à l’heure lors des rendez-vous et surtout ne pas (trop) faire attendre une femme.

"Bien le rebonjour, ou plutôt bonsoir Messire Unarion? J'espère que votre journée fut satisfaisante. Me montrerez-vous votre repaire si empreint de mystères ? "

Legundir se fendit doublement : d’un sourire et d’une révérence avant de répondre.

Bien le bonsoir Dame Alkhytis Daréhor. J’ai eu de la chance, le soleil m’a apporté de belle chose et à cela s’ajoute le fait que ma journée n’est pas terminée. Le fait même que nous discutions de nouveau ici indique que la journée restera satisfaisante même quand le soleil ne pointera plus ici.

Pour ce qui concerne mes affaires, je n’ai pas totalement trouvé ce que j’espérai, enfin je me dis que cela fait toujours une piste de moins à explorer et qu’il m’en reste donc moins qu’hier.


Il sourit de nouveau et se rapprocha un peu plus de la blonde, l’étudiant discrètement autant pour essayer de distinguer une arme éventuelle que pour profiter de sa silhouette aux formes des plus intéressantes. Il avait également du mal à détacher ses yeux du visage de sa compagne du moment.


L’elfe fit un geste de la main, tendant son bras vers la blonde pour lui indiquer la route et lui faire comprendre qu’il serait de la partie. Il joignit la parole au geste avec un sourire ne cachant en rien sa joie empressement

Je serai ravi de vous guider jusqu’à ce lieu splendide

Chemin faisant, l’elfe communiqua moins que précédemment, profitant simplement de la présence de la blonde et ne manquant aucune occasion de la regarder. Il lui présenta quelques espèces de végétaux et leurs propriétés.

Ainsi passant près d’un bosquet de bouleau il récupère un sachet de leur écorce…

En mettant une dose comme celle-ci Dit-il en lui montrant le creux de sa main contenant de tout petit morceau d’écorce dans une chope d’eau chaude, vous ferez baisser la fièvre et dissiper les poisons dans le corps. Il faut laisser infuser le temps de chantonner deux a la volette. Il sourit Vous connaissez cette petite chanson non ?
Et il se mit à l’entonner


C'est un p'tit oiseau qui prit sa volée.
C'est un p'tit oiseau qui prit sa volée.
Qui prit sa… à la volette,
qui prit sa… à la volette, qui prit sa volée.

Il prit sa volée sur un oranger.
Il prit sa volée sur un oranger.
Sur un o… à la volette,
sur un o… à la volette, sur un oranger.

La branche était sèche, l'oiseau est tombé.
La branche était sèche, l'oiseau est tombé.
L'oiseau est… à la volette,
l'oiseau est… à la volette, l'oiseau est tombé.

Mon petit oiseau où t'es-tu blessé ?
Mon petit oiseau où t'es-tu blessé ?
Ou t'es-tu… à la volette,
ou t'es-tu… à la volette, où t'es-tu blessé ?

Je m'suis cassé l'aile et tordu le pied.
Je m'suis cassé l'aile et tordu le pied.
Et tordu… à la volette,
et tordu… à la volette, et tordu le pied.

Mon petit oiseau, je vais te soigner.
Mon petit oiseau, je vais te soigner.
Je vais te … à la volette,
je vais te … à la volette, je vais te soigner.

Et le p'tit oiseau reprit sa volée.
Et le p'tit oiseau reprit sa volée.
Reprit sa… à la volette,
reprit sa… à la volette, reprit sa volée.

C'est sur mon épaule qu'il vint se poser.
C'est sur mon épaule qu'il vint se poser.
Qu'il vint se… à la volette,
qu'il vint se… à la volette, qu'il vint se poser.

Et dans mon oreille j'ai eu un baiser.
Et dans mon oreille j'ai eu un baiser.
J'ai eu un… à la volette,
J'ai eu un… à la volette, j'ai eu un baiser.


Après une bonne heure de marche, ils arrivèrent à destination ; ils finirent de passer une rangée de baies qui dissimulaient quelques peu la clairière pour foulée l’herbe qui aurait caressée et chatouillée leurs orteils si ils avaient été pieds nus.
Une petite clairière d’une trentaine de mètres de long sur une quinzaine de profondeur. Au fond un cours d’eau assez profond pour s’y enfoncer totalement, idéal pour se rafraîchir, se désaltérer et riche en poissons. La rive n’est que la continuité du sol auquel il manque le pelage vert sur le dernier demi-mètre. Quelques oiseaux, une paire de mésanges lançant de petits cris aigus et des rossignols accompagneraient parfaitement la flûte de l’elfe de leur chant mélodieux.

L’elfe déposa son pacquage à l’ombrage d’un arbre et en sortit une grande étoffe brune qui lui servait visiblement souvent lors de ses séjours en pleine nature.

Si vous le voulez, vous pouvez accrocher la bride de votre jument près de cet arbre, elle pourra ainsi profiter de l’herbe et de l’eau

Il sourit en guise de conclusion et se remit à farfouiller dans son sac sortant provision et divers objets tel sa flûte, laissant ainsi le temps à la belle blonde de profiter du lieu et de sa sérénité.
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 737
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 478
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 9 Sep 2010 - 22:41 Répondre en citantRevenir en haut

La chanson, bien que simple, prenait vie avec passion à la sortie de la bouche de l'Elfe. Alkhytis avait cru l'entendre une fois, mais jamais avec ce timbre de voix et se désir de la chanter pour que le monde entier l'écoute. Elle lui en fit d'ailleurs la remarque.

"J'avais déjà entendu cette chanson, il y a un moment. Mais par le biais de votre voix, je la redécouvre sous une autre forme, comme si c'était vraiment la première que mes oreilles les entendaient. Ce fut merveilleux à entendre messire. "

Et c'était vraiment sincère.

Lentement, l'astre se dirigeait vers son lit d'horizon, commençant à décliner sa lumière vers le rouge de soirée derrière les feuillages des arbres. Sous le conseil de l'Elfe, Alkhytis alla attacher sa jument là où Legundir lui avait suggéré. Elle lui accorda une bonne allonge de rênes pour qu'elle puisse brouter à son aise l'herbe fraîche. Et pour lui offrir tout le plaisir de ressentir le bien-être de ces lieux, elle lui retira la selle et son tapis, la pansant un peu et une fois qu'elle eut terminé, elle alla se laver les mains dans le cours d'eau tout proche pendant que Legundir terminait de préparer le coin un peu "pique-nique"

Elle vint le rejoindre et s'assit un peu en face de lui, tout en contemplant les alentours. L'atmosphère se rafraichissait un peu, mais il faisait encore doux et l'approche de la nuit donnait un côté un peu rêveur à l'air ambiant et à la couleur des arbres environnants. Les oiseaux chantaient l'ode de la venue de la nuit. Quand elle s'était assise, elle avait veillé à garder dissimulé sa dague accrochée à sa jambe, sous les replis de sa robe.

"C'est un endroit des plus agréables et même apaisants. Je comprends pourquoi c'est presque un domaine mystérieux et secrets... Auriez-vous une chanson pour l'illustrer dans toute sa splendeur ?

Elle avait hâte de l'entendre chanter à nouveau.

[hrp : un peu court pardon :/]



Legundir Unarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 17 Sep 2010 - 15:37 Répondre en citantRevenir en haut

Legundir vit que la petite comptine faisait son effet, elle semblait plaire à la Fëalocë au vue de son intérêt ou du moins de ce que son regard laissait transparaître. L’opinion de l’elfe fut confirmée par la blonde.

"J'avais déjà entendu cette chanson, il y a un moment. Mais par le biais de votre voix, je la redécouvre sous une autre forme, comme si c'était vraiment la première que mes oreilles les entendaient. Ce fut merveilleux à entendre messire. "

Un petit teint rosé que l’elfe ne put réprimer monta à ses joues ainsi qu’à la pointe de ses oreilles. C’était une couleur légère mais Alkhytis pouvait aisément le percevoir si elle observait le premier né.

Je… Je vous remercie Dame Alkhytis Doréhor. Le contact de la nature et des… belles choses m’a toujours inspiré

Et bien voilà… Cela faisait trois phrases que tu n’avais pas dit de sottises… De belles choses… Tu es doué pour les compliments Leg

Après avoir étendu une couverture épaisse sur le sol, l’elfe plaça quelques aliments par parquet. Juste devant lui des fruits secs et des petites piques en bois. Il place ensuite une pochette de champignons et un sachet de poudre, de l’épice visiblement un peu plus à gauche. Pochette à coté de laquelle il posa une belle cuisse de chevreau et de l’ail. Un peu plus à gauche encore, il plaça une coupelle contant quelques baies achetées et d’autres qu’il avait récupéré en chemin. Enfin, il posa deux timbales ainsi que deux bouteilles de taille moyenne.

Legundir observa la Fëalocë s’assoir, ne retint cette fois de ne pas la détailler du regard. Il lui sourit et sortit une outre vide.

Je vous avais dit que vous y seriez bien et je suis ravi de vous voir valider mon avis. Il marqua une courte pause cherchant quelle chanson qu'il connaissait conviendrait le mieux.

J'en connais une qui convient à ce lieu. Elle est en elfique d'origine mais je vais vous traduire les paroles que ma mère a écrit

Il inspira longuement et se mit à entonner tout d'abord faiblement puis de plus en plus faible, passant du murmure à voix haute et claire en passant par la voix basse.


Au cœur de cette forêt …
Au cœur de cette forêt chante le roitelet,
Veillent les nymphes sur le chemin d’eau,
Observe l'œil de la chouette effraie,
Répondent les baies à la lune en écho.

Au cœur de cette forêt …
Accompagnent nos mouvements en silence, les dryades gracieuses
Changeant nos gestes en des danses rituelles.
Guette une louve, de la truffe à la queue curieuse
Eveillés sont nos sens tel ceux de la dame aux belles prunelles.

Au cœur de cette forêt …
Enveloppe nos silhouettes, la robe d’ombre des sureaux
Transporte nos songes, le souffle d’air à la dérive,
Enlacent nos corps allongés, les tendres bras d’herbes
Berce nos esprits, le doux timbre de l’eau

Au cœur de cette forêt …
Protège la barrière magique, du facétieux lutin
Tintent les harmonies lyriques, des mélodies ailées.
Passe le temps timidement blotti entre nos mains
Dansent nos pensées, par le silence apaisées.

Au cœur de cette forêt …
Près des baies, se révèlent la délicatesse de tes traits
S’écrivent et se partagent quelques tendres secrets
Alors que le temps perd son intérêt
Qui aurait dit ce que mon cœur y trouverait
Au cœur de cette forêt …



Il conclut ses paroles en lui tendant une des brochettes de fruits secs qu'il avait confectionnées tout en chantant. Il servit du vin elfique dans les deux gobelets et en tendit un à la belle blonde avant de se lever. Il prit lui aussi une pique agrémentée des fruits puis s'éloigna de quelques pas pour préparer le feu. L'elfe déblaya une petite zone circulaire et positionna des pierres afin de délimiter l'âtre et de préparer le feu laissant le silence étourdir leurs oreilles de la saveur de la nature et laissant par la même à Alkhytis de lancer ou non une conversation sur le thème qu'elle voulait.


[hrp] Aucun problème Smile [/hrp]
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 737
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 478
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 22 Sep 2010 - 21:46 Répondre en citantRevenir en haut

Elle avait écouté les paroles de cette chanson improvisée. Tout ouie, elle avait fermé les yeux pour se concentrer sur le son de sa voix, qui donnait corps à sa description chantée. Elle avait l'impression de se retrouver plongée dans un rêve. Un doux et merveilleux rêve, comme si la vie n'avait jamais eu d'angoisse ou de tragédie. Rien que le doux paradis que toute âme aspirait à contempler et à sentir pour trouver une paix intérieure... Une vraie paix de sérénité. Et quand la chanson se termina, elle en fut presque déçue. Elle aurait aimé l'entendre plus longtemps. Des minutes en plus, des heures, des journées entières. Mais toute réalité revenait d'elle-même. On ne pouvait pas s'échapper à la béatitude aussi facilement. Il fallait en profiter mais à faible dose. Car il fallait bien vivre son existence...

Elle soupira d'aide.

"C'était... magnifique. Je ne saurai trouver d'autres mots encore pour décrire cette chanson. Il faudrait en inventer. Et vous avez un tel talent pour ce qui est de créer une chanson à partir d'un endroit comme celui-là. Ce n'est pas possible, vous n'êtes pas seulement un Elfe, vous êtes une personne plus... supérieure..."

Elle se retint de rougir. Elle se laissait envoûter par cette voix qui pourrait sortir des anciennes légendes même. Mais était-il vraiment qu'un simple elfe ? Loin dans ses pensées, elle entendit sa dragonne grommeler.

Elle accepta avec joie le verre proposé par son hôte. La légère odeur qui s'évadait du récipient annonçait un vin de qualité, qu'elle n'avait jamais goûté de sa vie. Elle ne buvait qu'à de rares occasions. Elle attendit qu'il eut fini de terminer la mise en place du petit coin pique-nique improvisé, pour trinquer avec lui.

"Buvons à vos chansons si divines, mon cher et à votre acceptation de me faire partager votre lieu de secrets et de mystères. Car je ne serai pas étonnée de voir sugir des bosquets une licorne ou encore un pégase pour s'abreuver à l'eau proche de nous. Attirés par le son de votre voix, je suis certaine que vous envoûteriez le plus féroce des dragons. Même moi je ne peux échapper à votre magie. "

Elle sourit et but le nectar. Il était si frais et si doux, qu'elle se demandait si elle ne rêvait pas en fait.

°Non, tu rêves bien, petite sotte°
°Merci de ton compliment ma belle. °


Elle sentait sa liée un peu coléreuse. En général, Belareth préférait quand c'était sa liée qui cherchait à envoûter les hommes et pas le contraire. Là Alkhytis fondait carrément pour l'elfe, pour le son de sa voix.

"Dites moi, êtes-vous vraiment un elfe ? Ne descendez-vous pas en réalité du Sang des Dieux ? "



Legundir Unarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Sep 2010 - 12:16 Répondre en citantRevenir en haut

"C'était... magnifique. Je ne saurai trouver d'autres mots encore pour décrire cette chanson. Il faudrait en inventer. Et vous avez un tel talent pour ce qui est de créer une chanson à partir d'un endroit comme celui-là. Ce n'est pas possible, vous n'êtes pas seulement un Elfe, vous êtes une personne plus... supérieure..."

Comme l’elfe ne retenait pas ses sourires, un nouveau naquit tout naturellement sur ses lèvres et fit pétiller ses yeux, mais cette fois il ne réussit pas à bloquer le fard qui lui montait aux joues. Rouge que ne manquerait pas de voir la Fëalocë même si il se tourna pour dissimuler que les compliments de la blonde le touchaient. Il en profita pour récupérer de longs morceaux de bois, qu’il plaça croisés en X d’un côté et de l’autre du feu.

Tu souris comme un idiot Leg, bravo… Le moindre de ses compliments me trouble Leg, reprends toi

Il prit de longues inspirations et reprit le dessus sur l’effet des compliments et de la belle blonde.

Je vous remercie, c’est un réel plaisir que de chanter en votre belle compagnie. Je suis un bien un elfe comme vous êtes une Fëalocë. Les elfes se sentent souvent supérieurs aux autres races mais je vois présentement que la beauté des Fëalocë n’a rien à envier aux premiers nés.

Il revint vers Alkhytis puis leva son verre et trinqua volontiers avec elle avant de s’empourprer de nouveau avec un sourire de nouveau.

Dragon … Se pourrait-il que Il n’eut pas le temps de finir son raisonnement que l’aveu de la blonde le frappa en pleine tête ou en plein cœur peut être vu comme celui-ci se mit à battre plus fort à cette poignée de mot.

« Même moi je ne peux échapper à votre magie. » Il réussit, sans trop savoir comment, à répondre sans une pause trop longue. Il se sentait troublé mais avec une boule de chaleur à l’intérieur, ce qui était très plaisant.

Buvons à vous et à notre rencontre ma Dame … Dame Alkhytis Daréhor. Il est vrai qu’une licorne irait fort bien avec vo.. la beauté qui se dégage ici.

Et tu balbuties maintenant… Pathétique

Il semblerait que de ce lieu émane beaucoup de magie. Je… Je suis moi-même sous l’emprise de votre charme

Tu dis cela directement, de mieux en mieux Leg. Tu ferais mieux de après ce court intermède intérieur qu’il étouffa, Legundir rebondit sur les dragons.

Je pense que les légendes sur les dragons sont fort lointaines et qu’avec le temps elles ont perdues de leur force. Un dragon est.. Il se corrigea rapidement doit être une créature des plus fascinantes et doit posséder une grande force physique et psychique. Saviez-vous qu’il est dit qu’ils étaient capable de communiquer uniquement par la force de l’esprit ?.

Il s’approcha un peu plus de sa compagne de soirée avant de répondre à sa dernière question, toujours troublé par la beauté et le charme de la Fëalocë, il tendit une nouvelle perche à celle-ci si jamais elle… Une perche dissimulée dans une autre

Certains d’entre nous ont un don particulier quel que soit notre peuple mais je suis bien un premier né.

Il sourit avant de chanter de nouveau, les mots venant se présenter d’eux même à ses lèvres.


Nombre sont ceux qui ont quitté leur terre,
Laissant de côté leur toit et leurs pairs ;
Beaucoup errent sur un chemin solitaire et amer
Peu ont trouvé une voie de mystère dans l’air

Cette voie déplaçant leur croyance et espoir
Dévoilant une autre face de son miroir
Changeant la portée de nos devoirs
Inclinant aussi notre course lors d’un soir

Transportant alors leur esprit et leur cœur
Donnant à la nuit tombée de la chaleur
Apportant la venue d’une princesse à ce voltigeur
D’un regard recherchant ses faveurs
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 737
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 478
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 2 Oct 2010 - 19:53 Répondre en citantRevenir en haut

Elle souriait toujours à l'Elfe. Elle n'avait d'yeux que pour lui et si elle le quittait du regard ne serait-ce qu'une seconde, elle redoutait de perdre la beauté et l'instant magique de ce moment. Jamais encore elle n'avait fixé un Elfe avec autant d'intensité. En général, elle ne cherchait que rarement à aborder les membres de cette race. Legundir le disait lui-même. Les elfes se prenaient pour les premiers vrais occupants du Rhaeg, ou les élus des dieux, ce qui leur donnait une attitude arrogante voir vaniteuse. Mais pas Legundir. Il était différent et semblait posséder une vision du monde bien plus modeste et plus ouverte. C'était sans doute là ce qui avait précipité l'effet du charme qu'il provoquait chez elle ; en plus de sa magnifique voix ensorcelante. Non vraiment, elle était comblée d'être sous le joug charmeur de cet homme. Elle se laissait volontiers faire par ses émotions et non par sa volonté. Pour une fois que c'étiat sincère, elle qui était la mante religieuse d'habitude. Et elle avait vraiment rougi aux compliments du chanteur. Quel délice de sentir cette douce chaleur vous envahir le coeur quand on se révélait si poétique. Elle l'en avait presque oublié cette sensation véritable.

"Ce lieu serait donc si enchanteur que cela ? Serait-il possible que nous en soyons alors prisonnier ? "

Elle se contenta de rire, un simple rire cristallin qui s'accordait avec le calme des lieux enchanteurs.

"Les dragons peuvent parler en effet par leur seul force psychique. Ils l'accordent naturellement à leur seul lié, mais ils peuvent offrir une discussion avec des gens qu'ils jugent digne d'avoir leurs faveurs. Vous aurez sans doute un jour comme moi l'occasion de bénéficier de ce contact là."

Elle avait manqué de se dévoiler. Ce n'était pas le moment de faire une bourde dû par son manque de concentration. L'elfe lui faisait vraiment tourner la tête et il s'était rapproché. Elle savait lire ce genre de comportement. Elle voyait bien ce qu''il désirait. L'éclat de ses yeux le trahissait et elle le laissait faire volontiers. N'était-ce pas là leur désir final et mutuel ? Puis à nouveau, il se mit à chanter. Cette fois, quand elle eut bien à l'oreille le rythme de sa chanson, elle se mit à chanter, à gorge plus ouverte pour lui servir d'accompagnement, jusqu'à la fin de cette ode. Elle comprenait son message caché sous ces paroles presque aimantes.

"Vous êtes vraiment sûr de n'être qu'un Premier Né ? Ce n'est pas possible...."

Il était si proche de lui maintenant qu'elle ne put résister à l'appel de ses désirs. Elle allait s'approcher de l'elfe quand une tête reptilienne surgit au-dessus d'elle. Surprise, Alkhytis se laissa tomber sur le côté, en lançant des regards effarés à sa lié.

°Non, mais que je lui en prenne à cet elfe d'user de magie sur Alkhytis ! Une magie vile car je ne l'ai pas senti ! Quel magie uses-tu Elfe pour t'en prendre à ma liée comme cela ! °

Par les cieux... Belareth allait tout gâcher... Elle brisait déjà le doux moment... Mais qu'est ce qu'elle fichait cette fois... Elle posa une main sur son visage, en hochant de la tête...

°Belareth, par Flarmya.... Il n'y a pas d'entourloupe ! °

Mais le mal était fait maintenant.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:32 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu