Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Sur un arbre perchée, la plume volait Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Legundir Unarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 29 Mai 2010 - 09:43 Répondre en citantRevenir en haut

[HRP] Je mettrai à partir de maintenant (et si cela vous convient) entre double étoile et écrit normalement, ce qu'il écrit sur ses parchemins.
Si je fais des erreurs n'hésitez pas à me le signaler! [/HRP]


** A dix mètres du sol, je siège devant la porte de ce qui fut notre première, notre seule et notre dernière maison rien qu’à nous. Enfin maison est un bien grand terme, il s’agit plus d’une cabane de deux pièces bien aménagée et entretenue. Je suis donc dos au mur. Adossé contre un des murs près de la porte d’entrée, me voilà partis pour coucher une nouvelle partie de ma vie sur ses parchemins. Une fois qu’ils sont totalement noircis, je les roule et les place dans un long tube métallique, afin qu’ils ne s’abîment pas, puis je les entrepose dans notre chambre. Mais je suis loin d’avoir noirci celui-ci ; je laisse courir mon esprit, j’écris ce qui me passe par le tête, ce que je pense en ce moment même car pour une fois les mots me manquent, je ne sais que raconter, cela fait si longtemps que nous avons échangé ce dernier baiser et qu’elle m’a été retirée avec la complicité de mon père. Je ne sais pas si je pourrai lui pardonner un jour de m’avoir menti et d’avoir voulu me séparer d’Anádë à deux reprises. **


L’elfe leva la tête et la pointe de sa plume quitta le parchemin qu’il était en train de noircir. Il pensa alors

* Je ne sais pas non plus si j’arriverai à pardonner à ma mère… Je ne comprends pas comment peut-on suivre les règles, des ordres et mettre en péril sa famille… A quoi cela sert-il d’être dévoué, de suivre ces règles établies pour ensuite devoir écarter de soi, ceux qu’on aime… *


Il marque mentalement une pause d’une poignée de seconde puis poursuivit intérieurement

* Je n’aurai jamais du aller avec mon père. J’aurai du l’accompagner… Ma douce Anádë… *



Soudain ses yeux partirent dans le vague, prit dans sa mémoire il resta figé comme suspendu dans le temps d’un souffle puis il plissa les yeux pour rentrer plus profondément dans un souvenir spécifique avant de se mettre à sourire. Ses lèvres s’entrouvrirent un instant comme si il déposait un baiser dans l’air puis elles se refermèrent ; son sourire disparu et mua en un air triste.

Dans un soupir il revint à lui ; il déposa alors sur le sol de l’entrée de la cabane, le parchemin, l’encrier et la plume puis se leva en s’étirant. Un coup de vent soudain et pour le moins inattendu souleva la plume et la fit virevolter à travers les branches pour lentement lui faire rejoindre le sol à quelques mètres de là.

N’ayant pas quitté la plume des yeux, Legundir soupira une seconde fois puis bondit agilement de branche en branche pour regagner le tronc principal le plus proche de la légère vagabonde. L’elfe descendit du tronc et ce faisant il sembla comme glisser sur l’air avec presque autant de légèreté que la plume elle-même.

Arrivant au sol, sans un bruit de plus que le froissement de l’herbe et de la mousse sous ses pieds, il combla rapidement l’espace entre lui et la fugitive. Les mains ou plutôt les poings sur les hanches il la dominait de toute sa hauteur, un peu comme le ferait un père devant son enfant venant de commettre une quelconque idiotie.

- Je te tiens. Es-tu partie par ce que je n’ai pas assez d’inspiration pour te nourrir ?


Il ponctua sa phrase en fléchissant les jambes puis approcha lentement sa main de la plume…
Publicité





MessagePosté le: Sam 29 Mai 2010 - 09:43 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Maëvann Kerr'wan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 30 Mai 2010 - 20:20 Répondre en citantRevenir en haut

- Il n'y a pas à dire ...c'est vraiment superbe ! cria Maëvann dans le vent qui sifflait à ses oreilles, pressant les mains contre les écailles souples du cou de Draveÿn.

- ° Je savais que cela te plairait ° répondit son lié , inclinant son vol pour descendre légèrement ° Tu aimes tout ce qui est verdoyant.°

La demi-sang hocha vivement la tête avec une mine d'enfant réjouie , observant les vallons d'un vert tendre défiler sous ses pieds, striés de rivières et de fleuves comme autant de filaments argentés rutilant dans le soleil. Draveÿn avait proposé cette ballade pour "s'aérer" , sentant la pression qui pesait sur les épaules de la jeune femme ces derniers temps.
En effet, beaucoup d'évènements forts en émotions et en action avaient jalonné la vie de sa Liée : les retrouvailles avec son père , l'effervescence autour du Mar Menel et d'autres projets plus ...souterrains. Sans compter sa vie de famille et de couple à laquelle est consacrait part belle de son énergie. En effet, Istvan et Maëvann s'arrangeaient toujours pour libérer un maximum de leur temps pour leur petit garçon, malgré leurs rôles et missions respectifs...et du temps , ce petit bout d'homme en demandait !
A quelques mois à peine , il était déjà vif , ses grands yeux d'un bleu-gris curieux se promenant partout, ses petites mains aux doigts potelés saisissant tout ce qui passait a portée pour le porter à la bouche, des longues mèches sombres de son père , au médaillon de sa mère en passant par...les cornes de Draveÿn lorsqu'il posait sa lourde tête à ses côtés. Le Dragon considérait souvent la petite créature babillant avec une affection mêlée de perplexité… Il était étrange de savoir que de sa Liée était né ce petit bipède qui produisait de drôles de bruits et d’odeurs.

- Oh Draveÿn ! Ce bois à l'air luxuriant ! s'écria soudain Maëvann, le tirant de ses songeries. Peux-tu te poser que j’aille recueillir quelques spécimens de plantes ?

Le Grand Noir se posa dans l’herbe tendre avec grâce et puissance, puis regarda sa Liée s’emparer de sa besace et marcher jusqu'à l’orée du bois d’un pas allant et gai.

- Tu ne viens pas ? demanda-t-elle en tournant un regard intrigué sur lui

- ° Non cette forêt est bien trop dense, je n’arriverais pas à me mouvoir. Je préfère rester ici en attendant que tu reviennes.°

- D’accord ! Je ne serais pas longue.

L’ombre fraîche des bois, l’odeur de l’humus et le froissement délicat des ramures dans la brise l’apaisa aussitôt. Elle ferma les yeux et inspira à pleins poumons, déambulant d’un pas tranquille sur le sol molletonné de mousse. Alors qu’elle s’arrêtait au pied d’un grand frêne pour recueillir quelque ombellifère sauvage utile à son herbier, une plume chût doucement des airs devant ses yeux…Elle observa sa danse gracieuse et l’observa se poser sans bruit sur le sol, mais alors qu’elle allait s’avancer pour la récupérer et la piquer dans ses cheveux comme elle en avait l’habitude …

- Je te tiens. Es-tu partie par ce que je n’ai pas assez d’inspiration pour te nourrir ?

L’être qui venait de tomber du faîte des arbres avec une facilité et une souplesse déconcertante tourna sur elle un regard brun comme l’écorce de son perchoir. Maëvann ne fut guère longue à reconnaître en sa silhouette filiforme, son regard émacié et ses oreilles pointues un fils des Elfes… Elle haussa les sourcils, surprise.

- Hum … Bien le bonjour. lança-t-elle maladroitement, se redressant. Voici pour le moins une arrivée …aérienne. Vous avez manqué d’écraser la fleur que je convoitais.

Ce disant, elle coupa délicatement l’ombellifère et s’empressa de la ranger dans son sac, comme si elle eut craint que la créature des forêts ne la rabroue pour son acte. Elle ne connaissait que peut la race des Elfes, il fallait l’avouer.

- Je…je me baladais dans le but de trouver quelque spécimen pour mon herbier. expliqua-t-elle, maudissant aussitôt ce besoin superflu de se justifier, comme si la forêt était le domaine privé de l’individu. C’est un endroit charmant, très vivant …comme je les aime.

La Demi-sang marqua une pause pour observer l’hôte des bois plus attentivement. Elle-même portait les gènes d’une race différente mais les Torhils, à part une peau plus cuivrée et une carrure plus épaisse que la moyenne, n’étaient pas bien distincts des humains.

- Maëvann. dit-elle simplement , tendant la main. A qui ai-je l’honneur ?
Legundir Unarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 31 Mai 2010 - 17:14 Répondre en citantRevenir en haut

- - Hum … Bien le bonjour. Voici pour le moins une arrivée …aérienne. Vous avez manqué d’écraser la fleur que je convoitais.



Surpris et par instinct le jeune elfe porta la main à son couteau, bien en place dans son fourreau accroché à la ceinture, et recula de deux pas prestement. Il tira légèrement la lame de l’étui de deux pouces mais ne la dégaina point totalement. Après tout cette femme ne l’avait pas menacée mais simplement surpris et il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même de son manque de vigilance.

* Stupide… Je suis stupide… Comment n’ai-je pu la voir plus tôt. *


Toujours sur ses gardes, il fléchit légèrement les jambes pour donner plus de tonicité et de vitesse à ses mouvements en cas d’attaque ou de défense. Une fois en position il la détailla attentivement celle qui venait troubler cet espace de paix, son univers, son refuge. Oubliant toute politesse et le compliment d’introduction sur son arrivée, il se contenta de rebondir sur la cueillette.

- Les fleurs ne sont point faites pour être cueillies par plaisir. Elles ne doivent servir qu’à colorer et faire vivre la nature et si cela est fait avec respect, elles peuvent être prises pour concocter diverses potions et soigner.


Il reprit son examen puis tendit ses sens alentours afin de ne pas se faire surprendre si celle-ci était accompagné ou pire si elle n’était là que pour le distraire.

* Que fait-elle ici… Elle ne semble pas être épuisée ni avoir d’équipement conséquent pour une escapade… Que cela cache-t’il *

- Je…je me baladais dans le but de trouver quelque spécimen pour mon herbier. C’est un endroit charmant, très vivant …comme je les aime.


Fort mécontent de la venue de la Torhille dans ce lieu et de son manque de clairvoyance qui aurait pu lui couter la vie contre un adversaire agressif, il poursuivit tout aussi sèchement.

- Vous vous baladiez ? Ce lieu n’est point fait pour les ballades et il n’est guère évident pour une personne seule et non équipée d’arriver jusqu’ici comme vous avez pu le remarquer… Comment êtes vous arrivé ici et pourquoi ? Il y a bien d’autres lieux pour confectionner votre herbier.


Ne remarquant personne d’autre, il fit une moue de désappointement voilà qui allait retarder l’écriture de son parchemin… Déjà que l’inspiration lui manquait, il lui faudrait se débarrasser de cette intruse au plus vite.

Ce fut au tour de la demi-sang d’observer ce qui n’échappa point à l’elfe et le mis dans de meilleures disposition. Après tout si elle l’observait, il y avait de forte chance que ses intentions ne soient pas mauvaises.

- Maëvann. A qui ai-je l’honneur ?

* Une main tendue maintenant… Et bien allons dans son sens au moins légèrement. *


Il soupira puis remit sa lame totalement dans le fourreau avant de faire un pas en avant et de finalement combler le vide entre eux.

-
Legundir
lâcha –t’il simplement en tendant lui aussi sa main mais en laissant la nouvelle venue faire l’effort de lui serrer.
Maëvann Kerr'wan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 10 Juin 2010 - 16:39 Répondre en citantRevenir en haut

Maëvann sourcilla et contracta la machoîre devant la répartie intransigeante de "Legundir".
Ainsi , outre l'agilité légendaire de ces créatures et leur beauté ciselée si particulière, leur caractère hautain lui aussi semblait authentique. Elle serra vivement les doigts arachnéens entre les siens, avec une poigne typiquement Tohrile, et aiguisa son sourire à la mesure du tranchant des paroles de l'Elfe

- Ma foi ne suis-je point libre d'aller profiter de la Nature où et quand je le souhaite ? glissa-t-elle d'un ton doux que le vert flamboyant de son regard dénotait. Avez vous donc main mise sur toutes les forêts d'Orën pour vous permettre de me répondre et de me questionner ainsi ?

La Demi-Sang pencha la tête sur le côté et relâcha la pression de sa main avant de la laisser retomber contre sa besace, qu'elle tapota avec une moue satisfaite.

- Il me plaît de venir en Orën pour confectionner mon herbier car y poussent des spécimens rares que je ne trouverais nullement ailleurs. Bien sûr , si tel est votre souci, je prends grand soin de laisser les racines sur place et ne prélève que de minces échantillons afin de laisser à la plante toutes ses chances de se reproduire. Le visage de la Maîtresse Noir s'étira dans une moue espiègle, légèrement bravache. Quant au fait, que je vienne ici à mes risques et périls, sans aucun équipement adapté apparent...

Elle lança un appel mental vers son Lié à travers les épaisses cimes de la forêt.

- Draveÿn ! Pourrais-tu me rejoindre dans une entrée fracassante ? Atterris donc en déployant tes ailes et en rugissant ! Puis, à l'adresse de l'Elfe...Sachez que ... je peux me déplacer au gré des vents sur toutes les Terres du Rhaëg...et cela ...

- °Quelle idée farfelue ... Quelle mouche te pique ? Veux-tu que je brise les couperets et les cartilages les branches ? ° répondit le Grand Noir d'un ton traînant, indiquant clairement qu'il n'avait guère envie de bouger de sa prairie.

- C'est un cas de force majeure ! tempêta intérieurement Maë , alors qu'elle se sentait rougir sous le regard de Legundir qui attendait qu'elle termine sa phrase. Il me faut faire ravaler sa superbe à un Elfe et ce n'est pas une mince affaire ! Elle se racla la gorge pour se donner contenance... Et cela sans craindre d'être ... seule et exposée aux dangers ...car mon âme... est...

- ° Allons bon. Et où est donc passée ta verve sans ambages et ton regard assassin , que tu perdes ainsi la face devant un Premier-Né ?° se gaussa son Dragon , savourant son embarras ° Toi qui n'aurais pas peur de dire ses Quatre Vérités à l'Oracle lui même , te voila démunie au point que tu aies besoin de moi pour convaincre un potentiel aspirant ? °

La Demi-sang fit fuser une flèche furieuse dans son esprit, se heurtant de plein fouet à celui du saurien.

- ASPIRANT ?! Ce Legundir à le Don et tu me laisse m'enliser ainsi sans rien faire ?! Rappliques immédiatement, maudit lézard, avant que je ne te confectionne une bride avec les langes souillées de mon fils !

Son teint rougissant à vue d'oeil, ses narines dilatées et le vert flamboyant de son regard ne manquèrent pas de renforcer son ridicule mais elle n'en n'avait cure. Elle fit un pas conquérant et déterminé vers l'Elfe , les poings sur les hanches , et clama :

- ...Car mon âme est liée, comme tout ceux de mon Rang , à un Dragon !!

A ce moment précis, une ombre s'étendit au dessus d'eux et Draveÿn tomba lourdement plus qu'il n'atterrit à ses côtés, dans une pluie de feuilles et de branches brisées. Il fit claquer sa gueule et poussa un rugissement sonore, provoquant la fuite d'une nuée de petits oiseaux et d'une lourde impulsion, battit des ailes, déployant une masse d'air impressionnante.

- ° Cela te va comme "entrée fracassante" ? ° demanda-t-il alors qu'il se couchait en sphinx, un grondement sourd vibrant dans sa poitrine alors qu'il dardait son regard iridescent sur l'Elfe ° Ai-je été assez impressionnant ? Je crois que je vais demander rétribution pour ma prestation ...°

- Vaurien de Saurien

- °Bipède ridicule. °

Maëvann prit une brève inspiration et s'avança vers Legundir, les mains levées en signe de paix, les traits radoucis.

- Je sais que pour toi, les Dragons sont sans doute des créatures de Légende...Mais il existe une île, Tol Orëa , où ils résident et se lient à l'âme de bipèdes tels que nous. Il y a quelques années de cela ... Un Maître Dragon est venu à moi, comme je le fais pour toi aujourd'hui...J'avais le Don , Legundir...Mon Esprit était fait pour les entendre , mon âme pour se lier à la leur.

- ° Tout comme toi, Premier-Né. °
Legundir Unarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 16 Juin 2010 - 14:09 Répondre en citantRevenir en haut

Legundir ne manqua pas de noter la contraction de la mâchoire de la Tohrile lui faisant face, il fit de même mais pour des raisons bien différentes ; elle lui serrait pour le moins fortement la main mais sans toutefois le faire dans l’intention de lui broyer la main ce qu’elle pourrait aisément faire compte tenu de sa masse et de sa force réelle.


* Sombre idiot… Tu es un imprudent doublé d’un malpoli. *


Pour faire bonne figure il serra les dents et ne laissa échapper ni cri ni expression autre que celle des maxillaires serrées. Il répliqua sur un ton un peu plus léger que précédemment mais avec toujours une pointe hautaine



- Il est des lieux qui ne doivent être foulés par le premier venu et celui-ci en particulier en fait parti. Il est vrai que je n’aurai pas du vous répondre ainsi mais vous ne devriez pas être là non plus. Pour tout dire vous êtes la première à pénétrer ici à part elle…



Sa voix se cassa légèrement sur le « elle » mais il se reprit vite tout comme il reprit possession de sa main. Il ne se la tint pas ni ne se la massa bien qu’il en avait envie et besoin, il ne devait pas montrer un quelconque signe de faiblesse, il venait, il est vrai, de se faire sermonner légèrement mais il ne savait en rien les intentions de l’intruse.



- Les terres d’Orën sont libres il est vrai, mais ces spécimens rares dont vous parlez j’en ai la charge tout comme le reste de ces forêts et je ne peux permettre qu’elles soient mis à mal alors oui je vous serrai gré de bien vouloir laisser les racines en place et de ne pas prendre plus que nécessaire.



Il fronça les sourcils et recula d’un demi-pas alors qu’elle lui répliquait sur son faible équipement…

Cela ne me dit rien qui vaille…

Se déplacer au gré du vent … a-t’elle perdue la tête…



Certains mots ensuite claquèrent particulièrement à son esprit


Sans craindre… Seule… Danger… Son âme. ?

Il se recula un peu plus encore afin d’être à bonne distance alors qu’elle se montrait plus imposante et en pleine crise de folie pour ce qui lui semblait.

A un dragon ??

Il n’eut pas loisir de poursuivre sa réflexion qu’il lui sembla que le ciel lui tombait sur la tête.

Un énorme fracas de bois, des branches tombant de toute part et des feuilles virevoltantes glissaient dans l’air par nuées. Et ce n’était pas là le pire…

Une créature toute sombre venait de se poser à coté de l’intruse. Legundir fut plus surprit et fasciné que terrorisé par ce serpent ailé. Les descriptions qu’on lui en avait faites à travers les divers contes et légendes dans son enfance étaient loin de révéler la vraie beauté, la vraie majesté de ces êtres puissants. Legundir n’avait que des yeux que pour le dragon.

Cependant il la vit en coin approcher les mains levées et entendit à peine la voix radoucit de Maëvann mais il ne se détourna pas du dragon.

Un maître dragon ?...



Vous… Tu … Qu’êtes-vous ? Un maître dragon ? Je ne comprends pas ce que vous me…


Il s’interrompit en pleine phrase… Il reçut comme une projection d’onde sur lui. Un choc puissant mais doux et non pas douloureux. On venait de lui parler mais il savait pertinemment qu’aucun mot n’avait été prononcé et qu’il avait plus ressenti les mots qu’il ne les avait entendu. Il pensait ou se doutait même que la créature qui le dévisageait en était l’auteur. Il resta un moment interloqué, la bouche ouverte, les mots ne sortant pas. Il finit par se reprendre et lâcher quelques mots pour le dragon, ne sachant pas comment lui répondre autrement


Premier-né… Plus personne ne nous appelle ainsi depuis longtemps. Je…

Peux-tu me comprendre lorsque je te parle ainsi ?

Maëvann Kerr'wan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 17 Juin 2010 - 21:10 Répondre en citantRevenir en haut

- Draveÿn, vas-y en douceur. Je ne voudrais pas qu'il tourne de l'oeil.

- ° Allons Maë , il m'a l'air plus ahuri qu'effrayé °

- Je ne sais pas... Je me demande si des êtres de si fragile constitution on un cœur solide.

- ° Ecoutez parler le sang Tohril... Ne t'inquiètes pas, je m'en occupes °

Le majestueux Dragon souleva ses flancs lourds de l'herbe tendre et avanca vers l'Elfe, d'un élan tranquille et assuré. Legundir sembla gainer son corps pour s'empêcher de faire un pas en arrière, mais ses yeux restaient obstinément rivés sur le Dragon Noir, comme s'il détaillait chaque écaille de l'armure d'onyx rivetée.

- ° Oui , je t'entends, Premier-Né...et c'est ce qui fait de toi un être à l'empreinte si particulière, que seuls les Dragons savent sentir et reconnaître.° énonça le Grand Noir d'une voix distincte mais douce pour ne pas brusquer l'esprit de l'Elu.° Tu as ce que nous appelons le Don. Ton peuple détient un savoir presque aussi ancestral que ceux de ma Race, aussi la Légende des Seigneurs Dragons , les Valherus , ne t'est-elle sans doute pas inconnue.° Le regard opalescent du saurien se fit plus vif encore, alors qu'il arquait son long cou pour porter sa tête à la hauteur du bipède ° Tu portes leur Sang , Legundir Unarion. Ton âme est vouée à se lier à celle d'un de mes pairs, tu as en toi les prémices de la Grandeur de cet Ordre oublié. °

Maëvann acquiesça et approcha à son tour.

- Il existe en ce monde plusieurs élus qui possèdent l'héritage dormant des Seigneurs Dragons dans leurs gênes. Lorsque nos Liés détectent leur présence, nous , Maîtres Dragons , allons à leur rencontre pour leur proposer un choix. La demi-sang posa une main entre les cornes de Dravëyn et après avoir échangé un bref regard avec lui , expliqua avec application. Au Sud-Est d'Orën , perdue dans les Mers, se trouve l'île des Dragons, Tol Orëa. C'est là bas que sont conduits les détenteurs du Don , s'ils en font le choix, pour suivre une formation d'élite les destinant à devenir Chevaliers Dragons. Trois grands Ordres aux orientations bien différentes accueillent les Aspirants : Le Mar Menel, Ordre Céleste...Le Mar Luimë, Ordre Neutre et le Mar Taralöm , Ordre Ardent. Je suis Maîtresse Noire au Mar Menel et aussi je te pose cette question ...

Maëvann inclina doucement la tête à la manière de son Dragon pour darder sur Legundir un regard tissé de gravité et de solennité.

- Veux-tu nous suivre en Tol Orëa pour devenir Chevalier Dragon ? Tu devra laisser derrière toi tout ce qui fait ta vie céans , et n'y revenir qu'une fois ta formation terminée...mais nous t'offrons une chance de découvrir un monde de légende, de tutoyer le vent et les nuages. 
Legundir Unarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 20 Juin 2010 - 13:22 Répondre en citantRevenir en haut

Alors que le dragon avançait vers lui, Legundir ne prit pas les jambes à son cou comme on aurait pu le croire. Il n’avait pas peur assez étrangement d’ailleurs mais était au contraire fasciné et étant donné qu’il était curieux il avança même d’un pas. Un petit pas certes mais tout de même.


Est-ce le fait que je sois un Premier-né qui fait que j’ai ce don ? Est-ce lié à mon sang ?
Mes parents le possédaient-ils également ?
répondit-il au dragon à haute voix une nouvelle fois ne sachant pas vraiment comment faire autrement.

Le serpent ailé tendit à son cou, Legundir lui tendit lui sa main qu’il porta sur les écailles noires et les caressa comme il caresserait l’encolure d’un cheval. Il essaya également de se tendre vers l’être ancien avec ses sens et son esprit puis tenta un contact mental et fronça le front alors qu’il se concentrait.

Nous connaissons en effet la Légende des Seigneurs Dragons mais même pour nous les elfes, cela est une lointaine légende. Est-ce ainsi qu’il faut procéder pour se parler ?

Ne sachant si il avait réussi à lui parler ainsi il reprit à haute voix


Comment mon âme peut elle se lier ? Quand et comment cela peut arriver ? Est-ce que je vais être choisi ou bien c’est à moi de choisir un de tes pairs ? Comment connais-tu mon nom ?


Maëvann approcha alors, Legundir tourna son regard vers elle mais ne décolla pas sa main des écailles. Il trouvait plaisant leur contact et puis il lui semblait être ainsi plus proche et plus à même de communiquer avec lui.

Il répondit par de nombreuses questions après avoir écouter attentivement le Maître Noir.


Au Sud-est ? Comment personne n’est au courant de l’existence cette île ?
Qu’advient-il de ceux des détenteurs qui ne complètent pas leur formation ? Sont-ils prisonniers ? N’avez-vous pas peur qu’ils indiquent sa position ?


La curiosité qui remplissait le jeune elfe ne manquait pas de poser une multitude de questions pour calmer sa soif.

Que font ses trois ordres ? Sont-ils amis ou ennemis ?
Qu’est-ce une Maîtresse Noire ? Est-ce lié à la couleur de… du dragon ?


Il marqua une pause, se donnant un moment de réflexion. Il n’aimait pas tellement recevoir des ordres ni être bloqué ou contraint.

Qu’allez vous me faire si je refuse ? Si je n’achève pas ma formation? Que devrais-je faire ? Est-ce que je pourrai aller où bon me semble ? Je… J’ai un grand besoin de côtoyer la nature. Combien de temps dure la formation ?

Bien que connaissant en partie la réponse à la question, Legundir n’y répondit pas tout de suite, attendant simplement plus d’informations sur son devenir.
Maëvann Kerr'wan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 26 Juin 2010 - 20:18 Répondre en citantRevenir en haut


Maëvann et son lié échangèrent un regard surpris, ils n’avaient pas coutume qu’un potentiel aspirant pose tant de questions. Dans la plupart des cas, l’hébètement jouait en faveur des Maîtres : abasourdis de voir se matérialiser une créature de légende devant leurs yeux, de savoir quel incroyable destin pouvaient les attendre, les élus acceptaient sans trop poser de questions.
Des questionnements et une curiosité somme toute naturelle venaient ensuite, une fois le statut d’Aspirant établi et la formation commence.

- ° Nous n’allons pas nous en plaindre. Toi qui affectionnes le libre arbitre et l’esprit critique, je crois que tu va être servi avec celui-là ! …Si néanmoins il décide de nous suivre.°

Maëvann hocha la tête avec un sourire confiant

- Il nous suivra, regarde donc son visage…On dirait un enfant devant ses premières neiges. Occupes toi de répondre aux questions qu’il t’as posées, je prendrai la suite.

- ° Comment sais-tu qu’il s’est adressé à moi ? ° demanda le grand Noir , cillant de surprise.

- Lorsqu’il a tourné le regard sur toi, il avait le front tellement plissé et le teint si rouge que j’ai cru qu’il allait nous faire une syncope. répondit la jeune femme, retenant avec peine un sourire mutin. Il était difficile de passer à côté d’une mimique pareille.

La gueule pointue de Draveÿn se fendit d’un rictus narquois alors qu’il laissait sourdre une trille rocailleuse dans son ample poitrail. Puis il s’adressa à l’Elfe.

- ° Oui, c’est bien ainsi qu’il faut procéder pour interagir avec un Dragon, cela demande un peu d’entraînement. Nous sommes également dotés d’oreilles même si elles ne sont pas visibles, tu peux parler a voix haute, Legundir.° Il réfléchit un instant et ajouta ° Pour ta gouverne, saches qu’il est impoli de s’adresser mentalement à un Lié qui n’est pas le tien sans avoir demandé la permission au préalable. Qui plus est cela peut être dangereux : les Dragons possèdent une force psychique beaucoup plus puissantes que les bipèdes, entrer en contact mental avec un des miens sans y être préparer pourrait te causer de sérieuses blessures à l’esprit °

Draveÿn coula un regard éloquent vers la Maîtresse Noire pour signifier qu’il en avait fini. Elle prit une inspiration.

- Autrefois, les Valherus se sont unis avec leurs esclaves, déployant un métissage complexe et varié. Ta famille était sans doute issue d’une branche métis mais le Don peut sauter quelques générations ou bien ne jamais se manifester. Ce sont les Dragons qui le sentent éclore et nous guident jusqu’à vous… Quant au fait de savoir ton nom, tu serais étonné d’apprendre tout ce qu’ils savent… Elle esquissa un sourire entendu. Les Trois Ordres ne sont pas ouvertement en guerre mais nous avons tous des valeurs qui nous sont propres. Les Celestes ne portent guère les Ardent dans leur cœur, c’est de notoriété publique… mais tu es libre de forger ton propre avis. Intégrer un Kaërl – un autre terme pour parler d’Ordre– implique une certaine allégeance et discipline …mais ne supprime pas le libre arbitre pour autant ! Si tu acceptes de nous suivre, tu sera conduit au Mar Menel , la cité des Célestes, ou tu suivra une formation d’Aspirant dont la longueur est variable selon ta volonté et ta capacité à apprendre, ce que ton Maître désire t’enseigner. Quand il te jugera prêt, tu passeras ce qu’on appelle « l’Empreinte ». Dans cette cérémonie, tu assisteras à l’éclosion d’une couvée et un dragonneau te reconnaîtra comme son âme sœur. Tu ressentira l’osmose au même moment …Elle coiffa sa tignasse en arrière, cherchant ses mots. Le mécanisme du Lien est complexe à expliquer par la théorie, c’est plus quelque chose qui se vit et se ressent. Tu ne comprendras que lorsque sera venu le moment.

La demi-sang et le Grand Noir échangèrent un regard complice témoignant de leur empathie puis Maëvann continua.

- Passé ce rituel, tu sera Chevalier Bronze, Blanc, Noir ou Brun selon la couleur de ton Dragon, mais tu ne pourra te déplacer en autonomie que lorsque ton Lié sera en age et en taille de voler. Notre cité flotte au dessus de l’île , portée en suspension par une force magique ancestrale…mais ne crains rien , il y a tout ce qu’il faut pour y vivre bien, jardins y compris et tu trouvera toujours une bonne âme pour t’amener la où tu le souhaites. Si tu refuses néanmoins d’embrasser ce destin, ce qui est ton droit, nous ôterons de ta mémoire toute trace de cette rencontre, idem si tu choisis de quitter ta formation en cours…nous ne retenons personne. Ainsi tu t’éveilleras comme après un long rêve dont tu ne te souviens pas. Tu pourras poursuivre ta vie et notre communauté rester secrète, perdue dans les brumes maritimes qui la cachent aux yeux du monde, les récifs qui dissuadent les marins de l’approcher. Ainsi entretenons-nous la Légende depuis des générations.

Elle ressassa les questions de Legundir pour être sûre d’avoir répondu à ses interrogations…puis fit soudainement volte-face pour chevaucher lestement son Lié.

-D’ailleurs, je ne vais pas t’expliquer tout cela plus avant si tu refuses, puisque tu oubliera tout. Elle se fendit d’un sourire fanfaron, le menton levé. Assez de questions, place au choix. Alors, Legundir Unarion…Embrassera-tu le Destin des Chevaliers Dragons ou choisira-tu de retourner à ton quotidien ?
Legundir Unarion
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 6 Sep 2010 - 09:47 Répondre en citantRevenir en haut

L’échange de regard entre Maëvann et la créature ailée n’échappa pas à l’elfe. Il se douta alors que les deux avaient eu eux aussi une communication interne.

Alors que le dragon découvrit légèrement ses dents et émit un bruit sourd, l’elfe se décolla un peu du grand noir mais ne recula pas. Il était fasciné par cet être et savait qu’il était inutile de se reculer ou de fuir devant cette créature. De toute façon les deux visiteurs ne semblaient pas être une menace.

Legundir écouta avec attention Draveÿn, replongeant son regard dans le sien. Il hocha la tête au fur et à mesure des explications et nota les petites règles de conversation avec ceux de sa race.

Une force psychique ? C’est en quelque sorte une arme qui s’utilise à distance ?

Il força un peu moins que précédemment pour s’adresser au dragon mais cela était loin d’être naturel. Après un nouvel échange entre les liés la Maîtresse prit la parole ; le regard de l’elfe glissa de l’un à l’autre et se posa sur son futur Maître qu’il écouta tout aussi attentivement.

Il enregistra toutes les informations et prit bien note des couvées et de leur expérience sur laquelle on ne pouvait mettre de mot, de la formation et de la liberté, peut être apparente, qu’il aurait.

Il remarqua une nouvelle fois l’échange entre les deux liés, marquant un peu plus encore leur complicité. Il était clair que leur lien était volontaire et de bien gré et non forcé.

Il reprit alors à haute voix pour s’adresser à la demi-sang. Une flopée de question lui brulait les lèvres, en particulier concernant la formation et le rituel, mais il réussit à se contenir et n’en posa que peu. Après tout il avait le temps devant lui puisqu’elle lui avait proposé de les rejoindre.

Ainsi il y a différentes variétés de dragons. Est-ce des variétés ou bien des races distinctes ? Leur croissance est-elle aussi impressionnante que leur taille ?

Il ouvrit les yeux en grand et mit quelques instants avant de répondre.

Une cité flottante ? Des jardins en plein milieu du ciel ?

Assez curieusement le fait qu’une cité se trouve suspendu dans les airs le perturbait plus que l’apparition d’une créature ailée aussi il écouta la suite d’une demi-oreille, ce qui était plus que suffisant pour comprendre et assimiler pour un elfe.

Il se recula alors que Maëvann montait son lié, puis fit une petite mine et répondit sur un ton assez triste

Et bien devant le manque d’information, j’ai fait mon choix et je crains que ma réponse ne vous convienne pas…

Il marqua une pause puis reprit sur le même ton
Je choisi mon quotidien…

Il marqua encore une pause.

Cela ne va pas vous plaire mais je répète je choisi mon quotidien … qui sera de vous poser toutes les questions que notre conversation et ma formation apporteront…

Il acheva sa phrase sur un ton jovial et se fendit d’un sourire… Voilà qui répondrait à son sourire fanfaron.

Etait-ce là le destin qu’il devait embrasser… Etait-ce pour cela que sa mère lui avait demandé de rester ici… Il ne tarderait pas à le savoir.

Et ma première question est : comment rejoindre cette citée... flottante ?
Maëvann Kerr'wan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 15 Sep 2010 - 14:57 Répondre en citantRevenir en haut

- Qu'est-ce qu'il jacasse celui la ! Il ne s'arrête donc jamais ?

Les épaisses babines du Grand Noir frémirent dans un rictus goguenard alors que sa Liée se renfrognait. Jamais avare de questions, Legundir ne semblait cependant guère pressé d'embrasser son destin d'Aspirant. Il ne bougeait pas, attendant patiemment que son nouveau Maître réponde une fois de plus, un sourire mutin ourlant sa bouche sans doute prête à questionner de nouveau sitôt que la réponse lui serait donnée.

- ° Tu ne fais pas tant de manières lorsque ton babillant de fils produit des sons stridents et bizarres ! ° gloussa le Saurien. ° Et tu ne devrais pas te plaindre. Cet Elfe semble curieux de ce qui l'attends, cela nous change des Aspirants ahuris et dépassés que nous amenons au Mar , non ? °

- Là ce n'est plus de la curiosité , mais de la provocation ! s'insurgea-t-elle en pensée, toisant l'Elfe qui se curait négligemment les ongles en attendant qu'elle daigne répondre. Il se fait désirer et je n'ai pas de temps a perdre, d'autant plus s'il décide de jouer a ce petit jeu tant qu'il sera sous ma tutelle ! Elle adressa un regard entendu à son Lié. Draveÿn ?

- ° Bien , comme tu voudras ° lâcha-t-il, alors que son épaisse queue s'enroulait autour du Premier-Né et le soulevait de terre, faisant fi de ses protestations ° Le caractère de ce Legundir m'amuse, moi, comme celui d'Ashen ou Jowl. Tu dois avoir une appétence pour dépêcher des Aspirants aussi indisciplinés que motivés ! °

- Grmbbll ...bougonna-t-elle avant de jeter un oeil circonspect à l'Elfe que Draveÿn avait déposé sur la selle. Bien, maintenant que tu as pris ta décision, sache une chose, Legundir d'Orën : Je suis prête à répondre à toutes tes questions du moment que tu prends le temps d'assimiler les réponses. Tout vient à point à qui sait attendre et en ce qui te concerne, tu n'as pas fini d'apprendre. En d'autres mots... "Tais toi et regarde !"

Sur ces mots, elle fit décoller son Lié d'une impulsion des hanches et le trio s'engouffra en piqué dans l'espace glacé et intemporel de l'Interstice, apportant une réponse pratique et "musclée" à la question de l'Elfe bavard.

[Ce RP s'achève là...et si tu me pose encore une autre question, jte tue 8D ]
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:17 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu